Version classiqueVersion mobile

Discours d’Afrique

 | 
Alpha Ousmane Barry

Conclusion

21. Prolongement et perspectives

Alpha Ousmane Barry

Texte intégral

1Les contributions de cette première publication issue du colloque « Configurations discursives et identités africaines de la période postcoloniale » posent des problématiques qui attestent de l’interconnexion entre formes discursives et identités culturelles. Les articles retenus ici permettent de saisir à la fois les spécificités et les interrelations de la dimension sociale, économique, politique et poétique des discours en Afrique.

2Le colloque montre que toute analyse des discours d’Afrique doit prendre en compte leurs spécificités esthétiques, stylistiques, idéologiques, etc. en fonction d’un contexte d’interactions sociales dominé par des impératifs de développement économique, social et culturel ; dictés aujourd’hui en grande partie par la mondialisation. Dans l’époque postmoderne l’Afrique est hantée par le spectre d’un effacement des différences, elle redoute l’uniformisation. Cette situation psychosociale constitue l’effet déclencheur d’une anxiété générale portant sur l’identité fragmentée.

3On peut se demander si en Afrique aussi les identités culturelles ne sont pas en voie d’être gommées par la modernisation, par la télévision, par les modes de vie, mais si en même temps face à cette universalisation, le besoin d’affirmation de la différence n’est pas plus fort. L’un des acquis de ce premier colloque est d’avoir montré que l’Afrique est écartelée, d’une part, entre une situation d’hétérogénéité culturelle se caractérisant par la persistance de structures traditionnelles et d’autre part un modernisme qui s’affirme de plus en plus. Placée dans cette situation inconfortable, elle développe des mécanismes culturels complexes d’adaptation au monde moderne et de sauvetage de ses cultures.

4On peut observer que si cette première manifestation scientifique du Réseau Discours d’Afrique (et les publications qui en sont issues) a permis de poser plusieurs problématiques et d’explorer une variété de discours, celle-ci n’a pas épuisé sa matière et est apparue comme de nature à impulser d’autres manifestations dont le programme en cours d’exécution laisse augurer de la vitalité des recherches.

5Un second colloque international s’est tenu du 11 au 13 décembre 2008 à l’initiative du CELFA de l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, et en collaboration avec le Laseldi et la MSHE C.N. Ledoux. Sa thématique spécifique : « L’imaginaire linguistique dans les discours littéraires, politiques et médiatiques en Afrique » a conservé le principe d’approches disciplinaires conjointes ou croisées de champs discursifs variés et a permis à partir du concept d’imaginaire linguistique de mettre en exergue la dynamique de la créativité d’une part, la prégnance de la représentation des sujets dans leur activité verbale d’autre part.

6À partir d’illustrations puisées dans le champ discursif africain, les communications ont tenté d’apporter des réponses aux questions suivantes : comment cette notion aux contours difficilement saisissables opère-t-elle à travers quelques thèmes privilégiés qui alimentent les pratiques discursives ? Comment l’imaginaire linguistique de l’orateur ou de l’écrivain est-elle l’indice d’une prise de conscience par le sujet africain de son appartenance socioculturelle, ethnique ou nationale ? Comment enfin les notions d’imaginaire linguistique, de représentations, d’habitus et d’images socio-discursives recouvrent-elles, dans le cadre des interactions sociales en Afrique, un contenu identique ?

7Dans la suite des deux premiers colloques, trois manifestations scientifiques sont déjà au programme. Elles auront lieu dans l’ordre suivant : le troisième colloque prévu en 2010 sera organisé à l’Université de Bretagne Ouest (Brest) par Michael Rinn autour du thème « L’Afrique : Lieux communs et stéréotypes discursifs ». Le quatrième colloque programmé pour 2012 sera organisé à l’Université de Berne (Suisse) par Marc Bonhomme autour du thème : « Discours des médias en Afrique francophone ». Le cinquième colloque programmé pour 2014 sera organisé à l’Université libre de Belgique par Emmanuelle Danblon autour du thème : « L’éloquence en Afrique : ritualisation de la parole dans les genres traditionnels ».

8La définition de ces trois thèmes qui couvrent divers champs discursifs habituellement investigués différemment, résulte de l’observation d’une interconnexion à l’œuvre entre les discours littéraire, médiatique, politique et les genres oratoires traditionnels : contes, mythes, proverbes, aphorismes, etc. La créativité artistique déjà observée dans les œuvres littéraires, est aussi manifeste dans la presse africaine. Il en résulte que des métaphores vives, des formes oratoires de tout genre ainsi que des mots et des expressions puisés dans les langues africaines envahissent le discours de la presse, la littérature écrite, le discours politique en français. Ainsi, le discours circonscrit les limites qui séparent les domaines : littéraire, politique, médiatique, et quotidien etc. L’imbrication de ces divers domaines discursifs est un indice pertinent de structuration qui détermine la forme de leurs interactions.

  • 1 Même si elle est pertinente, la notion de champ est suffisamment complexe pour requérir un long dév (...)

9Du fait de ses particularités chaque univers social considéré livre les propriétés qu’il a en commun avec les autres. En nous référant à Bourdieu (1992), nous pouvons envisager l’existence des homologies structurelles et fonctionnelles entre tous les champs1. C’est ici que nous introduirons volontiers l’idée d’une double surdétermination discursive dans les univers socio-discursifs d’Afrique francophone :

  • d’une part, chaque institution (littéraire, médiatique, politique, etc.) fait des choix et actualise à sa manière le capital linguistique sur le plan esthétique et politique,
  • d’autre part, toute production discursive qu’elle soit littéraire, médiatique, politique ou quotidienne, nécessite l’activation de la mémoire collective déposée en chaque individu sous forme de dispositions durables (connaissances encyclopédiques).

10L’existence de ces dispositions acquises qui s’incarnent dans le corps social explique en grande partie l’homologie de fonctionnement entre les univers socio-discursifs. Le discours est donc un matériau visible et sonore produit dans un contexte social déterminé. Dans l’arrière-plan discursif les formes rhétoriques et plus spécifiquement oratoires font partie des conditions de la production d’un effet de réel bien plus profond : l’activité cognitive de construction de la réalité sociale que l’analyse se propose de décrire et de dévoiler.

11Parallèlement aux manifestations scientifiques, un autre volet des activités du Réseau Discours d’Afrique concerne des actions de recherche inscrites dans le pôle 3 des projets de la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement Claude Nicolas Ledoux de Besançon. Le programme de recherche du Réseau faisant partie des projets de la MSHE consiste à revisiter l’histoire politique d’Afrique francophone. Ces actions concernent des corpus de deux types différents inédits pour une part et qui n’ont jamais fait l’objet d’une étude d’ensemble : les aveux des prisonniers politiques en Guinée et les discours politiques des présidents africains de la période postcoloniale.

12La première action vise la constitution d’un ensemble de textes – aveux et témoignages – se rapportant à l’histoire politique en République populaire révolutionnaire de Guinée sous Sékou Touré. Elle se décline en un processus allant de la numérisation et l’établissement de ces corpus à l’exploration outillée des données textuelles.

13Dans le sillage des purges, afin d’alimenter le discours du complot, les aveux extorqués aux accusés étaient publiés par le bureau des presses au service du régime de Sékou Touré. C’est autour du corpus de ces publications que se construit le premier projet de recherche, qui envisage de revisiter au moyen de l’analyse de discours l’histoire politique de la Guinée.

14L’intérêt de ce travail, outre ses objectifs propres, consiste aussi dans le caractère saillant voire extrême, du point de vue des conditions du discours, (et à notre connaissance inédit et novateur) des objets discursifs recueillis. Les aveux extorqués, dans un cadre nécessairement stéréotypé et historicisé, sans doute remaniés textuellement, mais affectés à des énonciateurs identifiés, constituent pour notre champ d’études des objets à la fois très riches, très originaux et très poignants. En effet, si le « complot permanent » a eu une dimension théâtrale, cela est dû au fait d’une procédure majestueuse étirée pendant un peu plus d’un quart de siècle. Le retour cyclique qui se concrétise par l’annonce d’un nouveau complot est une réponse à l’instabilité politique. Car par cette pédagogie perverse, le régime mobilise le peuple tout entier et organise des manifestations publiques, des motions de soutien ou de fidélité au responsable suprême de la révolution qui se transforment en une formidable prophylaxie collective. C’est à ce niveau qu’il faut envisager l’étude sur la propagande du complot permanent comme une forme de communication politique. D’où l’intérêt que représente l’étude des mœurs oratoires qui ont dominé la vie politique de la Guinée pendant plus d’un quart de siècle. Ainsi l’étude des aveux rejoint le programme général de recherche du Réseau Discours d’Afrique.

15La deuxième action de recherche a pour objet des productions discursives d’orateurs politiques d’Afrique de la période postcoloniale, dont l’originalité se situe aussi bien sur le plan de la méthodologie d’exploration textuelle outillée que celle sur la continuité. Également innovante, elle consiste dans la comparaison des discours de présidents africains. Cela suppose, tout en dégageant les spécificités discursives propres à chaque orateur politique, d’identifier non pas des ressemblances mais des différences liées aux personnalités politiques, aux contextes historiques et à leur culture. L’étude du discours d’orateurs politiques d’Afrique repose en bonne partie sur la perspective de la numérisation des recueils auxquels l’abondante production discursive, fort diversifiée dans ses circonstances sociohistoriques et ses thèmes politiques, a donné lieu. Cette numérisation elle-même n’est que la condition préalable à l’exploration textuelle outillée.

16Le programme de recherche comprend les étapes suivantes :

171) La constitution de la base documentaire sur les discours politiques d’Afrique s’appuie avant tout sur le découpage chronologique en fonction de l’évolution politique du continent. À ce jour les résultats de la collecte documentaire comportent une abondante production discursive de Sékou Touré allant de 1958 à 1984, 36 discours officiels de Modibo Kéita, premier président du Mali, un important recueil des discours d’Ahmadou Ahidjo qui couvre la période de 1957 à 1982.

18Ces archives sont une anthologie de discours et d’interviews réparties en plusieurs volumes format papier, ce qui représente un énorme corpus qui couvre la totalité de la période d’exercice du pouvoir présidentiel du premier président camerounais. Dans une seconde anthologie sont réunis tous les discours et interviews du président Paul Biya dauphin d’Ahmadou Ahidjo. Cette anthologie qui est également répartie en trois volumes de format papier couvre la période allant de 1982 à 2002. Une anthologie de discours de Houphouët Boigny – premier président de la Côte d’Ivoire – en format papier de plus de mille pages enrichit la bibliothèque des archives recueillies. La dernière acquisition concerne les discours de Mobutu ancien président du Zaïre, rebaptisé aujourd’hui République Démocratique du Congo. Cette collecte comporte une cinquantaine d’allocutions officielles.

19 Si cette moisson représente déjà un échantillon important, elle est inversement proportionnelle aux ambitions que nous affichons et au travail de collecte qui reste à faire. La mise en ligne des corpus est tout à fait envisageable dans la mesure où le site du réseau est indiqué pour accueillir ces archives dans la perspective d’un partage de fichiers avec les équipes de recherche et les enseignants-chercheurs engagés dans le Réseau. La constitution de cette banque de données crée les conditions nécessaires à la mobilisation de plusieurs équipes pour la recherche en analyse du discours politique sur des corpus africains. Elle crée également un cadre approprié pour la direction de travaux de recherche en master et en thèse.

202) L’analyse de ces corpus s’appuie sur un travail de comparaison qui sera réalisé à l’aide de la méthode outillée. En effet l’utilisation d’un logiciel d’analyse textuelle offre un large éventail de possibilités dans la gestion de gros corpus. Dans le but d’expérimenter la pertinence du projet de comparaison des discours institutionnels africains, avec la collaboration de Jean-Marie Viprey, nous avons présenté aux JADT 2008 organisées à l’ENS de Lyon, une communication (Barry et Viprey, 2008, p. 893-907) sur les résultats de l’exploration outillée de deux corpus de discours institutionnels prononcés par Sékou Touré, premier président guinéen et Modibo Kéita père de l’Indépendance du Mali.

21Un autre aspect de l’analyse portera aussi sur le contenu idéologique des discours. En effet, l’évolution politique de l’Afrique s’accélère avec la proclamation de l’indépendance nationale dans les années soixante de la plupart des anciennes colonies. Or, à cette période le monde est clivé en deux blocs : l’Est et l’Ouest. Cette géographie politico-idéologique ne laisse pas indifférente l’Afrique. Suivant cette opposition et en fonction des vicissitudes historiques, les nouveaux États indépendants rejoignent soit le groupe des pays dits modérés, soit le groupe des pays dits progressistes. Mais le constat qui se dégage de nos observations montre que si ce choix idéologique est très clair en apparence dans le meilleur des cas, il est complexe dans les actes. Car le président Mubutu, par exemple, qui se réclame du camp progressiste revendique tout au long de son pouvoir un courant idéologique dénommé « l’authenticité zaïroise ». Tandis que la plupart des leaders dits progressistes adhèrent au mouvement des « non-alignés ». Par exemple, Sékou Touré et Modibo Keita se réclament « révolutionnaires », membres actifs des « non-alignés », ils prônent aussi « le neutralisme positif » et la « revalorisation de la culture africaine ». Ces exemples choisis parmi tant d’autres montrent clairement qu’il est difficile de cerner autant la forme que le contenu idéologique dans cet amalgame d’idées qui relèvent de la plus haute voltige. Partant de ces considérations, le projet de mener une étude systématique du contenu idéologique des discours des présidents africains trouve toute sa pertinence.

22Selon Adam (2003), en effet, la méthode comparative ouvre chaque texte sur d’autres en tenant compte d’un ensemble de relations dynamiques de texte à texte qu’il nomme « transtextuelles ». En évoquant ces relations qui sont un aspect capital de la discursivité, l’analyse comparative que nous nous proposons de mener sera attentive au mode de circulation des formes rhétoriques spécifiques dans le cadre de la mémoire collective de chaque pays et des cultures individuelles des orateurs. L’analyse ne peut en effet ignorer le rapport des orateurs politiques africains aux cultures ethniques, aux traditions dont ils sont tributaires et enfin aux idéologies qui ont dominé le XIXe et le XXe siècles. Les résultats des analyses comparées de ces discours pourraient apporter des éclairages nouveaux sur une époque qui cache bien de secrets à cause des turpitudes liées à l’histoire politique de l’Afrique et à ses trous de mémoire qui alimentent des débats vifs et passionnées.

Bibliographie

Bibliographie

Adam J.-M. et Heidmann U., 2003, « Discursivité, (trans) textualité : la comparaison pour méthode. L’exemple du conte », in Amossy R. et Maingueneau D., L’analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 29-49.

Barry A. O. et Viprey J.-M., 2008, « Approche comparative des résultats d’exploration textuelle des discours de deux leaders africains : Modibo Kéita et Sékou Touré », in Heiden S. et Pincemin B., Actes des 9e Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles, Lyon, 12-14 mars 2008, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 893-907.

Bourdieu P., 1992, Les règles de l’art : Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.

Notes

1 Même si elle est pertinente, la notion de champ est suffisamment complexe pour requérir un long développement théorique.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search