Version classiqueVersion mobile

Discours d’Afrique

 | 
Alpha Ousmane Barry

Troisième partie. Analyse du discours et avatars esthétiques dans les médias et la littérature

19. Transversalité et risques interprétatifs : cas des romans africains de la période postcoloniale

Jean Pierre Fewou Ngouloure

Texte intégral

1De l’avis de Maurice Blanchot :

L’œuvre exige de l’écrivain qu’il perde toute nature, tout caractère, et que, cessant de se rapporter aux autres et à lui-même par la décision qui le fait moi, il devienne le lieu vide où s’annonce l’affirmation impersonnelle (Blanchot, 1955, p. 61).

2Il préconise ainsi une pratique littéraire où toute pulsion identitaire passe par la tension vers l’altérité, autrement dit par le renoncement et le sacrifice du sujet énonciatif. En fait, le décloisonnement artistique connaît actuellement un intérêt particulier, toute possibilité de valorisation heuristique passant de ce point de vue par des perspectives transversales. Et si ce saut quantitatif permet justement de relier des positions les plus immuables, c’est le fait littéraire dans son ensemble qui est appelé à supporter de profondes mutations épistémologiques.

3Dans cet ordre d’idées, les romanciers africains de la période postcoloniale, sans doute influencés par le vent globalisant, ont pour la plupart, cherché à mettre l’accent sur la pluralité des voix discursives, évitant du coup de s’enfermer dans des courants de pensée clos, comme cela semblait être le cas pour les écrivains de l’ère coloniale. C’est pourquoi parler d’une véritable littérature africaine endogène est devenu, de nos jours, une gageure, la critique s’intéressant plus à ses ramifications transversales.

4Pour autant, n’est-il pas possible de donner une identité propre à la littérature africaine postcoloniale, au prisme de ses configurations intrinsèques et énonciatives ? Autrement dit, est-il pertinent de partir du global, du transversal, pour atteindre le local, c’est-à-dire le cœur même de l’unité du roman continental ? Pour répondre à ces deux interrogations complémentaires, nous nous appuyons sur trois romans africains fondamentaux, qui constituent de véritables terreaux intertextuels : La Vie et demie (Tansi, 1979), Orphée Dafric (Were Were, 1985), et Tout ce bleu (Effa, 1996).

I. Les non-dits de l’influence intertextuelle

5Caractériser un objet littéraire sous un angle intertextuel pose de toute évidence des problèmes majeurs. Autrement, comment rendre compte de ses particularités lorsqu’il tend à se fondre dans un registre plus que jamais dialogique ? Cette interrogation nous amène à revenir sur l’intertextualité, non pas pour discuter à propos de tout ce qui a été dit autour du concept, mais pour signaler quelques préoccupations nées d’une exploitation critique à certains égards abusive. Du reste, s’il fallait poursuivre notre propos par une interrogation polémique, on se demanderait bien si même dans la simple page blanche, certains critiques n’avaient pas fini par voir quelque manifestation intertextuelle. L’inventaire parfois systématique des phrases et des mots empruntés, le repérage des allusions et des citations conduisent en effet facilement à ce que Maingueneau entend par « conception bibliothécaire de la littérature ». (Maingueneau, 2004, p. 127)

6S’il est vrai que l’intertextualité a permis davantage aux œuvres littéraires de s’ouvrir au monde, on se rend bien compte qu’en même temps, elle a favorisé une certaine facilité critique, consistant par exemple à rattacher chaque lettre, chaque mot ou chaque situation décrite dans un texte particulier à un autre qui lui était antérieur. Il est certain que des théoriciens connus comme Julia Kristeva ont montré avec une certaine inspiration comment à l’intérieur d’un texte, des interactions naissaient et favorisaient sa dynamisation. Le discours littéraire devenait alors un lieu de vie et non un simple objet statique. Il n’existe donc pas de texte clos et neutre, les interrelations entre diverses instances textuelles étant un truisme.

7Cependant, dans certains cas, l’intertextualité a fini par supplanter le texte, qu’elle était censée valoriser, pour en faire finalement un simple « prétexte ». Conséquemment, on a pu constater des rapprochements parfois oiseux entre des textes qui étaient loin d’avoir des relations intertextuelles avec ceux auxquels des relations fusionnelles étaient pourtant établies. Les nombreuses généralisations qui en ont découlé n’ont pas ainsi permis de véritablement caractériser les textes étudiés. Il a suffi pour cela de relever des éléments empruntés, ce qui a du coup empêché toute tentative d’aller au-delà de la problématique plus que restrictive du principe de co-énonciation, auquel ces analyses donnent légitimement droit. Jacques Fontanille résume très bien cette position du problème :

S’agissant du repérage des contenus qui circulent entre les textes, la dérive théorique et méthodologique est fréquente : sous le terme « intertextualité », c’est la critique génétique, la recherche des sources qui apparaît, légèrement modernisée (Fontanille, 1999, p. 130).

8Quant à Rastier, il pousse plus loin la réflexion lorsqu’il s’interroge même sur le bien fondé d’une surenchère intertextuelle ; l’une des conséquences prévisibles touchant au repérage générique :

Les rapprochements de texte à texte, voire d’auteur à auteur, ne permettent pas de rendre véritablement compte des phénomènes d’intertextualité. Ainsi, en négligeant ce facteur fondamental de la textualité qu’est l’appartenance de tout texte à un genre, et plus particulièrement à un usage historiquement daté d’un genre, l’herméneutique avant-gardiste est passée à côté de l’intertextualité, sur quoi se fondait pourtant sa méthode (Rastier, 1989, p. 32).

9Lorsqu’on imagine que pratiquement tous les romans africains ont connu une grande influence extérieure du fait qu’ils sont écrits pour la plupart en langue étrangère, on voit mal comment ils peuvent échapper au phénomène intertextuel. Pour avancer dans la réflexion, il importe donc d’établir un clair distinguo entre le texte et le discours, même si on a l’habitude de les utiliser complémentairement.

II. Le texte et le discours : deux paradigmes signifiants distincts

10Selon Fontanille, « le discours est un procès de signification pris en charge par une énonciation particulière. Le texte est, pour sa part, ce qui se donne à appréhender, l’ensemble des faits et des phénomènes qu’un interprète s’apprête à analyser » (Fontanille, 1998, p. 79). Autrement dit, « c’est un objet matériel analysable, où l’on peut repérer des structures […] qui permettent d’exprimer la signification du discours, celui-ci étant le produit d’actes de langage » (ibid.). Dans le même ordre d’idées, Adam considère le texte comme « un élément abstrait qui […] doit être pensé dans le cadre d’une théorie (explicative) de sa structure compositionnelle » (Adam, 2001, p. 15), le discours ayant de son côté une nature pluridisciplinaire : « objet concret, produit dans une situation déterminée sous l’effet d’un réseau complexe de déterminations extralinguistiques (sociales, idéologiques) » (Slakta cité par Adam, 2001, p. 16).

11Par ailleurs, si le territoire textuel (herméneutique) va de l’expression au contenu, du complexe au simple, l’espace discursif (génératif) va plutôt du contenu à l’expression, du simple au complexe. Dans ces conditions, l’hypothèse défendue ne vise pas plus la production des discours que l’interprétation de la nature des textes. Fontanille souligne en effet : « la production conduit du discours au texte ; l’interprétation conduit du texte au discours » (Fontanille, 1999, p. 191). Toutefois, le texte et le discours ne sont pas des registres signifiants qui évoluent en vase clos. Mieux, leur association permet de fonder la congruence, qui participe même de l’organisation du sens. En ce sens, « le texte est sous la dépendance de l’instance de discours qui lui procure son statut d’occurrence présente, actuelle et spécifique » (Fontanille, 1999, p. 86).

12L’interprétation du roman africain postcolonial, en rapport avec les stratégies identitaires qu’il subsume, impose que nous nous intéressions de près à ce que Fontanille se propose d’appeler, à la suite de Wittgenstein, « formes de vie ». Les formes de vie sont ainsi liées à une « philosophie de la vie », qui s’exprime à travers une déformation cohérente des structures définissant un projet de vie. Toutefois, si les formes de vie permettent de problématiser la question de l’identité sous l’angle littéraire en termes de perception esthétique et des formes énonciatives, il faut bien insister sur le fait qu’il s’agit moins d’identifier les différentes manières dont ces formes énonciatives rendent compte la complexité discursive que d’en approcher leurs seuls effets esthétiques. Nous appuyons donc ces propos :

Que ce soit du point de vue de l’émetteur ou du point de vue du récepteur, construire ou interpréter une forme de vie, c’est viser, pour l’émetteur ou saisir pour le récepteur, l’esthétique, c’est-à-dire le plan de l’expression adéquat d’un système de valeurs, rendu sensible grâce à l’agencement cohérent des schématisations par une énonciation (Fontanille et Zilberberg, 1998, p. 155-156).

13Dans la partie qui va suivre, nous allons présenter brièvement d’un point de vue intertextuel les trois romans choisis, point de vue somme toute partial voire lacunaire, puisqu’il voilera à coup sûr leurs véritables projets de vie.

III. La Vie et demie de Sony Labou Tansi et le carnaval littéraire

14Lorsqu’on parcourt le roman, on est frappé par la place qu’occupe le corps. Sous tous ses angles, il est scruté dans ses facettes les plus sombres. Tel qu’il est présenté, il a toutes les caractéristiques d’un élément morcelé et soumis aux formes d’aliénation les plus inimaginables. À titre d’illustration, un Guide sanguinaire tue à tour de rôle les membres d’une même famille et oblige ceux qui sont encore épargnés à consommer la chair des défunts. Bien plus, en usant des méthodes d’une violence inouïe, il se charge lui-même de mettre un terme à la vie de tous ceux qu’ils considèrent comme des opposants à son régime. Le docteur Tchi se voit ainsi émasculé par son tortionnaire, avant de passer de vie à trépas. Par ailleurs, on sait du Guide qu’il excelle dans la gourmandise, sans doute pour combler le manque provoqué par son incapacité sexuelle. On se rappelle que c’est généralement en dégustant son plat préféré qu’il met à mort ceux qui s’opposent à son pouvoir. Tous ces cas de figure montrent exemplairement une pratique esthétique participant du grotesque littéraire. Le ton lascif du texte, marqué par la récurrente du lexique sexuel, le penchant des forces en présence à la luxure et au plaisir mondain sont autant d’arguments qui pourraient renforcer l’idée de l’œuvre comme expression du carnaval littéraire.

IV. Orphée Dafric et la réécriture homérique

15Were Were Liking ne s’en est pas cachée, elle a puisé ses sources dans l’épopée homérique, qui rend compte du voyage d’Orphée en enfer. S’il est vrai qu’il s’agit davantage d’une imitation différentielle, il est tout de même frappant de constater la contiguïté des deux mythes, et ce en dépit de la différence spatio-temporelle qui marque l’itinéraire des deux héros, au centre de toutes les péripéties. Mais le texte de Liking est construit selon deux modalités actantielles distinctes : d’un côté on a un personnage grec, et de l’autre un personnage africain. D’une part on a affaire à un illettré, et de l’autre on est en présence d’un intellectuel, qui a passé avec brio son baccalauréat. De même le héros grec appartient à la divinité tandis que son homologue africain dépend de la sphère humaine. Une étude contrastive des deux mythes constitue subséquemment une source inépuisable des richesses intertextuelles.

V. Tout ce bleu et le prolongement du discours romantique

16On a souvent coutume de dire que les écrivains africains de la période postcoloniale sont de grands pourfendeurs du roman dit « canonique », qui a entre autre caractéristique la particularité d’accorder un soin particulier au style solennel. En vérité, Gaston Paul Effa compte parmi les rares écrivains africains contemporains à produire encore des œuvres romanesques proches du registre chevaleresque. Dans ces conditions, il est plus facile de rapprocher son écriture de celle d’un parangon comme Victor Hugo. Le ton du roman qui relève du style émotionnel fait également penser à la littérature hédonique.

17En clair, les trois romans que nous venons brièvement de présenter ont la particularité de favoriser une lecture davantage transversale. Dès lors, leur inclination dialogique rend problématique toute possibilité d’interroger leur particularité, en rapport avec les valeurs identitaires africaines. C’est pourtant la tâche que nous nous donnons dans la partie ci-après.

VI. Les formes de vie du roman africain postcolonial

18D’entrée, nous avons établi la différence entre le texte et le discours, et c’est justement à partir de cette distinction que nous allons caractériser le modèle « philosophique » du roman africain postcolonial. Au fond, si le discours, dans sa pluralité polyphonique, facilite l’inscription d’une production littéraire donnée à l’échelle transtextuelle, le texte, quant à lui, dans sa construction rigide et monotone, permet pourtant de mieux traiter la question des pratiques spécifiques.

VII. L’option sociale du roman africain postcolonial

19La critique a eu quelque fois à insister là-dessus : le roman africain postcolonial se veut traduction des préoccupations sociales et insiste moins sur des destins individuels. Ce changement de perspective s’est par exemple noté au niveau actantiel, avec la remise en question de la notion de « héros ». Le Guide Providentiel, dans La Vie et demie, se présente en effet comme l’antihéros par excellence. C’est un homme cynique qui met à mort tous ceux qu’ils suspectent comme étant des opposants à son régime. Martial, qui aurait pu représenter le modèle, est vite broyé par la machine répressive du potentat. Il n’est pas jusqu’à Chaïdana qui ne soit réduite finalement à une coquille vide, son seul objectif étant de coucher avec le plus grand nombre des pontes du régime, pour les éliminer insidieusement.

20Finalement, on a plus affaire à des personnages vulgaires qu’à des références de vertu. C’est vrai qu’Orphée, le personnage central du roman de Liking semble incarner un certain charisme. Seulement, pour mieux comprendre les contours des choses, il faut bien voir qu’en réalité, ce sont ses ancêtres décédés qui sont les véritables forces actantielles qui occupent les devants de la scène. Il est loin d’être le maître du jeu, c’est pourquoi lorsqu’il retourne en enfer, il pense pouvoir récupérer sa compagne, alors qu’il s’agit plutôt d’un rituel sacré organisé par ses ascendants pour lui conférer la sagesse et la lucidité. Tout ce bleu n’échappe pas non plus à la mise en échec de l’héroïsme individuel. Douo est par exemple un simple rêveur qui, dans son exil, se voit lui-même comme étant un homme à double visage et écartelé entre deux cultures. S’il est vrai qu’au bout de son itinéraire il devient un écrivain, c’est surtout pour mieux traduire son mal-être et son incapacité à conjurer son drame existentiel. Bref, le roman africain s’intéresse plus largement aux préoccupations sociales.

VIII. Le monde magique

21Le roman africain postcolonial accorde aussi une place de choix au monde magique et irrationnel. Il n’est pas rare que dans de nombreux textes, des situations ayant trait à l’ésotérique et au mystérieux soient rendues avec une efficacité frisant le réel. Ne prenant pas toujours en compte la question des univers de croyances africaines, certains critiques ont souvent du mal à cerner le sens des œuvres qui font référence à ces phénomènes, de l’ordre nouménal. Lorsqu’on voit par exemple Orphée communiquer avec ses ancêtres décédés, en enfer, l’interprétation ne relève plus d’un simple jeu de simulacre du sens.

22Dans La Vie et demie, le fantôme de Martial hante constamment les nuits de celui qui l’a assassiné. À cause de son pouvoir de nuisance, le Guide est ainsi obligé de dormir au milieu de ses gardes du corps, pour échapper au fantôme. Aussi, c’est dans son état de « mort » que Martial viole sa fille, pour la contraindre à quitter la capitale où elle a décidé de s’établir. De ce point de vue, l’attachement de Sony Labou Tansi à la croyance syncrétique est une piste intéressante qui peut instiller le sens de son roman. Selon certaines sources, l’écrivain congolais était effectivement partisan du matsouanisme, dont le fondement repose sur le retour des morts dans le monde des vivants. C’est la raison pour laquelle beaucoup d’adeptes de cette croyance croient jusqu’à présent à la résurrection de Matsoua, père spirituel du mouvement.

23En faisant un certain rapprochement entre Matsoua et Martial, (à noter la contiguïté onomastique), on peut relire La Vie et demie comme l’histoire d’une résurrection symbolique. Il faut enfin mentionner que le monde magique, tel qu’il est figuré dans les romans africains de la période postcoloniale, peut aussi être rattaché au monde religieux orthodoxe. Plus précisément, les écrivains ont souvent fait référence au discours messianique pour pouvoir conjurer le sort misérable du continent, dans une posture manifestement nihiliste. C’est sans doute pourquoi le thème de la mort occupe l’espace de nombreux romans africains, mais comme nous l’avons déjà dit, il s’agit généralement d’une étape importante pour une renaissance future, et la métaphore du grain, fondement essentiel de la foi religieuse, constitue dans cette logique une forme de vie pertinente du sens du roman africain.

XIX. La raison contre la passion

24Que ce soit dans les trois textes analysés ou dans la plupart des romans de la période postcoloniale, le discours proprement passionnel semble passer au second plan s’il n’est au pire frappé de caducité. En fait, si la passion est présente dans des textes africains, il s’agit généralement plus d’un engagement passionnel, où les mots ne sont jamais de trop pour dénoncer les injustices sociales. Plus concrètement, le lyrisme ou toute autre forme de manifestations fusionnelles ne font véritablement pas partie des traits identitaires décisifs du roman africain postcolonial. Chaïdana, par exemple, change de partenaires chaque jour et ne développe aucune amitié durable avec un seul homme. Aucune relation sérieuse ne la lie à un autre personnage. Le Guide Providentiel, quant à lui, finit par devenir impuissant, et se contente du « seul orgasme digital ». On ne peut pas non plus dire qu’Orphée et sa femme forment le couple idéal. Au contraire, le récit repose sur une fausse mission de reconquête sentimentale ; on l’a déjà dit, Orphée ne va pas en enfer en aventurier coquet, mais pour essayer d’assimiler les leçons d’éthique, indispensables à sa prise de conscience sur les problèmes de sa société. Douo n’a pas beaucoup de questions à se poser sur son devenir sentimental, puisqu’il n’a pas de compagne. Il nourrit certes à un moment donné de sa vie beaucoup d’amour pour Clara, mais son rêve éveillé ne tarde pas à devenir illusion.

25En somme, l’idéal sentimental est loin d’être une forme de vie qui pourrait permettre de caractériser le roman africain postcolonial. Dans une démarche radicale, Sony Labou Tansi, pour ne parler que de lui, orchestre en fait la mort de la passion amoureuse, en frappant la plus part de ses personnages des pathologies aussi graves que la hernie et l’impuissance.

26Au terme de notre analyse, nous pouvons donc dire que le roman africain postcolonial a bel et bien une identité qu’on peut dévoiler de l’intérieur, non pas toujours à partir des données transversales. Notre but a surtout consisté à faire l’analyse du plan de l’expression, du texte dans son déploiement sémantique. Si la transversalité est incontournable de nos jours, il faut au moins qu’elle ne soit pas toujours envisagée du seul point de vue de l’altérité. Cela revient à tenir compte également de la question de l’identité, qu’on a parfois considérée comme pernicieuse, sinon inactuelle. Caractériser le roman africain postcolonial, lui donner un visage qui ne soit pas simplement apriorisme nous semble pertinent et défendable. Il s’agit finalement d’admettre que singularité ne veut pas dire exclusivité et qu’il est possible que les caractéristiques que nous avons dégagées puissent incidemment relever des formes de vie artistiques des autres sphères culturelles.

Bibliographie

Bibliographie

Adam J. M., 2001, Les textes. Types et prototypes. Récit, description, argumentation, explication et dialogue, Paris, Nathan.

Bakhtine M., 1978, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.

Blanchot M., 1955, L’espace littéraire, Paris, Gallimard.

Effa G. P., 1996, Tout ce bleu, Paris, Grasset.

Fontanille J., 1993, « Les formes de vie », RSSI, Recherches sémiotiques, vol. 3, p. 5-12.

Fontanille J., 1998, Sémiotique du discours, Paris, Pulim.

Fontanille J., 1999, Sémiotique et littérature. Essais de méthode, Paris, PUF.

Fontanille J. et Zilberberg C., 1998, Tension et signification, Liège, P. Mardaga.

Genette G., 1982, Palimpsestes, Paris, Seuil.

Kristeva J., 1969, Sémiotikè. Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil.

Maingueneau D., 2004, Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin.

Rastier F., 1989, Sens et textualité, Paris, Hachette.

Tansi S. L., 1979, La Vie et demie, Paris, Seuil.

Were Were L., 1985, Orphée Dafric, Paris, L’Harmattan.

Auteur

Université de Toulouse-Le Mirail, Toulouse, France

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search