Version classiqueVersion mobile

Discours d’Afrique

 | 
Alpha Ousmane Barry

Troisième partie. Analyse du discours et avatars esthétiques dans les médias et la littérature

17. Le règne du tyran : théâtralisation et pléthore verbale dans le roman africain contemporain

Jacques Chevrier

Entrées d'index

Texte intégral

1Dans cette communication intitulée « Le règne du tyran : théâtralisation et pléthore verbale dans le roman africain contemporain » je compte explorer une série de romans africains des années 70 et 80, Le Cercle des Tropiques (1972) d’Alioum Fantouré, Les Soleils des indépendances (1970) d’Ahmadou Kourouma, Le Pleurer-Rire (1982) d’Henri Lopes, Le Jeune homme de sable (1979) de William Sassine, L’État honteux (1981) de Sony Labou Tansi, en m’attachant essentiellement à des épisodes de prises de parole – directe ou rapportée – de personnages de présidents mis en scène dans ces textes.

2Un rapide examen de ces différentes séquences permet en effet de dégager un certain nombre de traits communs avec comme dominante, au centre du dispositif narratif, la présence, le plus souvent carnavalesque, de la figure du détenteur du pouvoir suprême, tyran cruel, bouffon, sanguinaire – ou les deux à la fois – affublé des habituels attributs hyperboliques attachés à sa fonction, Président du Conseil de résurrection nationale, Messie-koï, Vénérable, Maître ou Guide providentiel…

3Dans chacun des romans convoqués par cette contribution, je voudrais, en particulier, étudier la scénographie autour de laquelle se construit le discours du pouvoir, dont elle constitue, me semble-t-il, l’un des éléments majeurs. En effet, plus que la description du titulaire du pouvoir lui-même qui, parfois, n’apparaît jamais directement ou en tout cas jamais très longtemps, c’est sa représentation qui importe. Outre un protocole savamment orchestré et minutieusement détaillé, l’image du dictateur fait l’objet d’une médiatisation forcenée qui emprunte le plus souvent aux techniques de communication modernes, campagne d’affichage des portraits présidentiels, icônes portatives, ouvrages de propagande, radio, télévision, vidéo, etc.

4Mais comme si tous ces moyens iconiques ne suffisaient pas, le tyran se double toujours d’un incorrigible bavard capable de discourir des heures d’affilée devant des auditoires captifs. Il nous appartiendra donc, dans un second temps, d’analyser l’argumentation et les modalités rhétoriques de cette logorrhée, qui s’autorise de quelques précédents empruntés à la réalité politique de l’Afrique contemporaine.

I. Figures présidentielles et théâtralité politique

5Comme nous pouvons l’observer ces derniers temps à l’occasion de la campagne électorale pour la désignation du futur président de la République, quasi toutes les interventions des candidats font l’objet d’une mise en scène à laquelle, eux-mêmes et leurs équipes, accordent un soin tout particulier. Affiches, choix du lieu et du décor, disposition des pupitres, mise en place des sympathisants et du public, jusqu’à l’habillement du candidat ou de la candidate, sont des préoccupations qui mobilisent l’attention et l’énergie des intéressés comme des équipes qui les accompagnent et les conseillent. C’est qu’en effet toute parole, pour être proférée avec une chance d’être entendue et si possible écoutée, nécessite un espace approprié, du plus petit au plus étendu. Cela va du confessionnal à l’amphithéâtre ou au stade, en passant par le boudoir ou le préau d’école communale.

6Ces quelques observations préalables n’ont d’autre intérêt que de rappeler l’importance des éléments paralinguistiques dans toute communication verbale, ainsi qu’on peut le constater en Afrique au cours d’une veillée de contes ou d’une performance relevant de la tradition orale. Geneviève Calame-Griaule (1977) a ainsi pu constater, en écoutant un conteur touareg, que celui-ci utilise un espace gestuel très précis

délimité par des lignes imaginaires passant au raz des genoux, à la hauteur des épaules et de chaque côté du buste, et dont le centre se trouve vers le milieu de la poitrine, point de départ de nouveaux gestes.

7Les gestes et les manifestations corporelles qui accompagnent le discours ont donc pour but d’en souligner et d’en dramatiser certaines séquences, et ils contribuent, de façon souvent déterminante à le nuancer, à le gloser, le distancier et, finalement, à lui donner vie, présence et existence. Nous y reviendrons un peu plus tard avant de nous intéresser, dans un premier temps, aux espaces qui servent de forum à la parole présidentielle.

8Si l’on prend pour exemple le roman de Kourouma Les Soleils des indépendances, on note que le discours présidentiel prend place dans la cour d’une caserne appartenant au camp de détention où Fama, le héros, a été relégué et condamné à 20 ans de réclusion au chef de « participation à un complot tendant à assassiner le président et à renverser la république de la Côte des Ébènes » (en réalité, on le sait, l’inculpé s’est borné à faire état d’un rêve jugé prémonitoire). Le train-train quotidien de la prison est brusquement interrompu lorsque, un beau matin, Fama découvre que les gardes sont affairés à construire en toute hâte une tribune sur la place d’armes, et que commencent à se masser griots, griottes et musiciens dont le concert prélude à l’arrivée du président en personne. Ici, apparition serait plutôt le mot juste si l’on en juge par le comportement de la foule, littéralement « médusée », et par le tohu-bohu que provoque le discours jugé « important » et périodiquement interrompu par le tintamarre d’un public en liesse, ou prétendument tel. Tandis que les tam-tams et les cris saluent la fin du discours et, nous dit Kourouma « ne s’arrêtent plus », la scénographie de la cérémonie se conclut par une véritable apothéose au cours de laquelle le président se fait présenter individuellement tous les détenus et remet à chacun d’entre eux « une épaisse liasse de billets de banque ». Suit alors l’annonce du programme de la fête de la réconciliation, puisque, déclare-t-il, « c’est dans la capitale que la fête battra son plein », tandis qu’un cortège de véhicules démarre en trombe en direction d’un autre espace de célébration dont nous ne saurons rien.

9C’est également à grand arroi de véhicules et de convois que donne lieu la célébration de l’indépendance dans Le Cercle des tropiques :

Bientôt, nous dit le narrateur, Bohi-Di, nous entendîmes les bruits de motocyclettes, une voiture officielle, encadrée d’une vingtaine de motards, arrivait par l’avenu de la liberté (Fantouré, 1972, p. 126).

10D’entrée de jeu, comme dans l’épisode précédent, le président Baré Koulé apparaît comme « le porteur auréolé du flambeau de la liberté, celui qui avait arraché par la force « notre indépendance… » (Fantouré, 1972, p. 126) ». « Salué comme un nouveau dieu par ses compatriotes », c’est toujours le narrateur qui parle, le nouveau président est donc assimilé à un « sauveur ». Son mythe vient de prendre forme à la faveur de ce rituel d’intronisation dûment médiatisé :

Les clics des appareils et le ronronnement des caméras s’entendaient à souligner l’importance du moment historique (Fantouré, 1972, p. 127),

11tandis que se déploie toute une pompe officielle destinée à marquer les imaginations, le salut au drapeau, l’exécution de l’hymne national par la nouvelle garde républicaine, enfin un défilé militaire qui préfigure les rigueurs du régime appelé à se mettre en place :

Le défilé continua. La milice de Baré Koulé et de son Parti social de l’Espoir arriva à son tour, chemises rouges et pantalons bleus peu rassurants (Fantouré, 1972, p. 128).

  • 1 En songhai le mot Koï redouble le sens de « chef de droit divin ».

12Alors que le peuple, trop naïf, se demande où se trouve le lieu des banquets, les festivités se prolongent grâce aux « percussions endiablées » qui semblent surtout avoir pour but de maintenir une foule présumée « en liesse » dans l’illusion des soleils trompeurs des Indépendances. Illusion qui sera de courte durée, puisque dès le début de cette période c’est le spectre de l’inquisition qui fait son apparition, avec pour seul projet d’ériger le socle du président Baré Koulé désormais gratifié du surnom sans équivoque de Messie-Koï, un titre qui souligne doublement le caractère de droit divin du titulaire de la magistrature suprême1.

13Cette sacralisation des nouveaux pouvoirs est également à l’œuvre dans le roman d’Henri Lopes, Le Pleurer-Rire :

  • 2 Henri Lopes pense évidemment ici au journal télévisé de la RTZ qui, sous le règne de Mobutu, était (...)

Qui oubliera, rapporte le narrateur, l’entrée du maréchal Hannibal-Ideloy Bwakamabé Na Sakkadé, président de la République, chef de l’État, président du Conseil des ministres, président du Conseil national de Résurrection nationale, père recréateur du pays, titulaire des plusieurs portefeuilles ministériels à citer dans l’ordre hiérarchique sans en oublier un seul, fils de Nga-koro, fils de Fouléma, fils de Kiréwa, la poitrine toute colorée et étincelante de plusieurs étages de décorations au son du fameux « Quand Tonton descend du ciel » exécuté à l’harmonium par le curé de la paroisse Saint-Dominique du Plateau ? Je le revois encore avancer, le visage sévère, comme un acteur pénétré de son rôle, insensible aux visages familiers reconnus dans la foule, assis sur un tipoye de velours aux couleurs du drapeau national, porté par les épaules de quatre Oncles des services de Monsieur Gourdain, tandis que ce dernier tenait un immense parasol écarlate au-dessus du chef du nôtre (Lopes, 1982, p. 87)2.

14On observera dans ce passage la récurrence des termes qui s’inscrivent dans le registre du théâtre : « comme un acteur pénétré de son rôle » Tonton fait son entrée en scène dans un appareil parodique de l’époque coloniale – le fameux tipoye utilisé naguère par les administrateurs coloniaux pour se déplacer en brousse – mais porté cette fois par des Européens, « quatre Oncles des services de Monsieur Gourdain ». Outre l’allusion transparente et peut-être un peu lourde aux méthodes expéditives pratiquées par le chef français des services de sécurité ne peut-on voir dans ce patronyme un écho du Bourgeois gentilhomme dans lequel Monsieur Jourdain apparaît dans l’une des scènes de cette comédie – ballet revêtu d’oripeaux extravagants et entouré d’un appareil qui rappelle le « parasol écarlate » dont il est question dans ce passage du Pleurer-Rire. Une manière de farce en forme de turquerie, au fond, qui ne manque pas de déclencher applaudissement et rires, évidemment sur commande comme il est d’usage dans une république bananière.

15D’une manière plus discrète, mais sans doute aussi efficace, Williams Sassine, dans Le jeune homme de sable, évoque la figure présidentielle à travers une série de notations rapides associant le son et l’image. À l’instar des précédents romans, celui-ci comporte également une scène de présentation du président, à cette différence près qu’elle s’effectue dans un espace privé à l’occasion d’une visite du chef de la sécurité, Elhadj Karamo à la présidence. La description est sobre :

Le Guide était assis derrière son bureau. Tout autour de la grande table et dans tous les coins de gros coussins moelleux jonchaient l’épaisse moquette (Sassine, 1979, p. 68).

16Nous n’en saurons pas plus. En revanche la photographie du Guide semble largement répandue à travers toute la ville, et lorsque Oumarou se rend chez son père, le député Abdou, c’est « un immense portrait du Guide » qui l’accueille en haut des escaliers ; tandis que « le léger sifflement du climatiseur se mêle au dernier discours du Guide diffusé par l’un des quatre transistors traînant sur les guéridons » (Sassine, 1979, p. 91). Et, une fois encore, lorsque le héros se rend dans la boutique de son ami Moctar, réparateur de poste de radio, le grésillement de l’un de ces appareils prélude à « la voix un peu molle » du Guide annonçant la suppression de la gratuité de l’enseignement et des soins médicaux (Sassine, 1979, p. 41).

17Enfin le narrateur n’omet pas de décrire l’emblème qui s’affiche devant l’entrée de la Maison du Parti « un énorme soleil au-dessus d’un magnifique lion prêt à bondir » (Sassine, 1979, p. 30), le lion étant l’animal totémique auquel s’identifie le Guide, non sans nuance, nous le constaterons ultérieurement.

18Image et son occupent également une place non négligeable dans l’œuvre de Sony Labou Tansi, et en particulier La Vie et demie et L’État honteux. Dans le premier de ces romans c’est certainement le Guide Jean-Cœur-de-Pierre qui pousse le plus loin l’originalité dans la gestion des médias puisque, chaque année, la défloration rituelle des cinquante vierges à laquelle il procède en vue d’assurer sa descendance, donne lieu à une émission de télévision retransmise en direct. Quant à Mon Colonel Martillini Lopez, héros de L’État honteux, il n’est pas dupe de l’indifférence dont ses administrés font preuve à l’égard de ses discours-fleuves. Il a donc fait installer des haut-parleurs dans tous les quartiers de la ville :

Puisque les gens ont pris la honteuse habitude de tourner le bouton pendant que je parle, je demande à mon colonel ministre des Frontières de faire mettre des haut-parleurs dans tous les quartiers, de veiller à ce qu’ils fonctionnent pendant que ma hernie fonctionne, parce qu’il est totalement honteux qu’un peuple n’écoute pas les discours du président ; « tu les feras mettre, Carvanso, et que ça tonne fort, qu’ils m’entendent dans leur sommeil d’animaux honteux, qu’ils m’entendent pendant qu’ils montent leurs femmes, pendant qu’ils me maudissent et complotent contre moi, pendant qu’ils m’insultent, au moins qu’ils m’entendent (Tansi, 1981, p. 22).

19Cette volonté d’occuper l’espace médiatique public se retrouve également dans Le Cercle des Tropiques où, nous dit Bohi-Di, le narrateur

nous pouvions crever de misère, certes, mais à la radio, nous devions bien écouter nos maîtres qui braillaient du matin au soir : dignité, libertisme… ismes, indépendance… Nous étions saturés de Messie-Koï, mais il fallait jouer à écouter et retenir le discours du Sauveur, il nous fallait l’applaudir car, entouré d’indicateurs, de délateurs, d’espions… d’intermédiaires des grandes affaires du Koï, des femmes du Parti, des maîtresses du Parti… il n’était pas question que les sujets du Sauveur le négligent ! (Fantouré, 1972, p. 216).

20Relayé par les moyens techniques les plus élaborés, le discours présidentiel est donc, on le voit, omniprésent dans les romans que nous avons évoqués, et il nous semble intéressant, dans un second temps, d’en analyser le mécanisme.

II. Le discours présidentiel

21Tous les enfants du pays, nous rappelle Henri Lopes, grandissent dans « ce bain sonore » dès qu’ils abandonnent le sein maternel (1982, p. 89). Nous nous proposons donc d’analyser le discours présidentiel de quelques-uns des guides dont nous avons fait connaissance dans la première partie de cette communication, en donnant d’abord la parole au Maréchal Hannibal Ideloy Bwakamabé Na Sakkadé, le « Tonton » du Pleurer-Rire. Il intervient dans le cours du roman à plusieurs reprises, d’une part dans l’épisode d’intronisation que nous avons précédemment cité, d’autre part au cours du Conseil des ministres qu’il préside ès qualité. Après deux pages au cours desquelles le romancier détaille minutieusement la mise en scène de ce rituel emprunté à l’Occident, et au cours duquel les ministres se sont exprimés, c’est au tour du président de prendre la parole.

22Son discours rapporté au style indirect – avec des incidentes au style indirect libre – se développe en deux temps. Le premier volet de l’intervention aligne une série de lieux communs propres à satisfaire à la fois les partisans de la démocratie et les tenants des valeurs traditionnelles.

Tonton poursuivit en faisant l’éloge de la démocratie et des élections. Puis il dit, en des termes vagues, les anciens royaumes et les empires africains (Lopes, 1982, p. 99).

23Exprimé dans un registre soutenu ce prologue n’est en fait qu’un élément d’une stratégie concessive qui conduit, dans un second temps, à formuler un idéal de gouvernement sans aucun contrôle de l’exécutif. La parole convenable et convenue cède alors la place à un niveau de langue beaucoup plus familier qu’amorce l’incise nominale « Bien joli de songer à des élections » (Lopes, 1982, p. 99). Simultanément, on assiste à un rétrécissement du champ indiqué par le passage du « pays » au « village » puis à la « famille », là où n’ont pas cours des pratiques électorales que disqualifie l’emploi de l’image « aussi insolite que de demander à un mâle de faire la cuisine ou porter la calebasse sur la tête » (Lopes, 1982, p. 99).

24L’argumentation tire ensuite sa force de l’usage d’un lexique qui assimile le vote au bas corporel « Idées de pédérastes européens » (Lopes, 1982, p. 100) et le réduit quasiment à une pratique masturbatoire au moment où la syntaxe distordue fustige un comportement puéril :

Qu’est ce que c’était que cette histoire de vouloir écrire sur du papier anonyme en se cachant dans un isoloir ?... De quoi aurait-il eu peur un tel fils ?... Hein ? S’il avait besoin de la protection de l’anonymat des isoloirs c’est qu’il savait bien que ce qu’il avait derrière la tête c’était une malpropreté qui irriterait son pauvre vieux papa ; que c’étaient des saletés pas intéressantes (Lopes, 1982, p. 100).

25Cette réprimande est en fait une objurgation destinée au peuple dont le chef, toutes valeurs viriles dehors, attend la soumission. Dans cette optique, le discours du pouvoir est justifié par son origine divine « Lui savait qu’il était désigné par l’Éternel » (Lopes, 1982, p. 100), ce qui annule l’éventualité de la moindre opposition jugée « irresponsable ». L’éthique de ce type de pouvoir se définit donc comme une lutte épique entre le Bien et le Mal, d’un côté un père protecteur et souverain, de l’autre « la populace armée de bulletins de vote », assimilée à « la canaille envoûtée par Satan » (Lopes, 1982, p. 100). L’habileté rhétorique consiste ici à convoquer les valeurs incontestées de la solidarité familiale afin d’infantiliser et de manipuler un auditoire captif. Un type de discours qui relève à la fois du prêche et de la mise en garde musclée à l’endroit de toute velléité d’opposition. Il s’agit donc d’un monologue qui sert à faire entendre une voix, et à indiquer une voie, toutes deux uniques ! Un monologue rompu seulement par un éclat de style direct « une vaste blague » (il s’agit du vote), et qui conduit, in fine, à cette ultime menace parfaitement démagogique dans le contexte de la Guerre froide dans lequel le roman d’Henri Lopes se déroule : « Ce n’est pas ainsi que l’on dirige. Non. Ce serait la voie tracée à l’anarchie, le lit fait pour que les communistes s’y couchent » (Lopes, 1982, p. 101).

26On mesure bien dans ce passage l’habileté rhétorique du personnage qui sait opportunément convoquer les valeurs incontestées – en milieu africain – de la solidarité familiale, afin de mieux manier son auditoire et de l’infantiliser en donnant à son monologue le double aspect d’un prêche et d’un discours de pouvoir qui ne souffre aucune objection. D’ailleurs, personne n’intervient pour interrompre ou contredire Tonton, dont l’art oratoire trahit la ruse et l’hypocrisie : il n’y a pour le pays qu’une seule voix-voie.

27Après l’étude de l’intervention de Tonton au Conseil des ministres, il nous a également paru intéressant d’analyser la harangue du président de la République des Ébènes dans le roman de Kourouma, Les Soleils des indépendances.

28D’une manière globale, on peut estimer que dans ce roman, la retranscription du discours présidentiel se caractérise par une série de procédés d’écriture qui tendent tous vers la disqualification et du dictateur et de son propos. Le discours rapporté au style direct

Les investisseurs s’éloignaient de nous, les journaux supputaient ma fin prochaine… des présidents des États voisins me faisaient des affronts (Kourouma, 1970, p. 181),

29le discours rapporté, donc, amalgame de manière indissociable trois notions, l’argent, le pouvoir et l’image de soi, dans le même temps où le passage du pronom « nous » au pronom « me » trahit la confusion entre le public et le privé, et stigmatise la confiscation du pouvoir par celui qui réduit l’État à sa seule personne.

30D’autre part, l’emploi du discours rapporté au style direct révèle une double transgression :

Pourquoi lui, le président, avait-il pris cette décision ?… Lui, le Président, était la mère de la république et tous les citoyens en étaient les enfants. La mère a le devoir d’être parfois dure avec les enfants… (Kourouma, 1970, p. 273-274).

31Transgression pronominale, d’une part, « lui le président » et transgression de genre d’autre part, « lui… était la mère ».

32Ensuite, en opposition directe avec le thème réel du discours, développement économique, tensions politiques internes, audience internationale, le président convoque une série d’images familières et puériles qui semblent n’avoir d’autre objet que d’infantiliser son auditoire. Enfin, l’emploi du discours indirect libre explique la phrase-clé du discours « tous les prisonniers étaient libérés ». Toute la suite du discours va en effet être régulièrement ponctuée par cette clausule, soit in extenso, soit réduite « nos frères libérés », soit concentrée en une forme nominale « les libérés ». Si la forme verbale « étaient libérés » peut s’expliquer par l’emploi du style indirect libre, elle signifie également, grammaticalement, une action déjà faite. Pourtant, ici, s’opère un télescopage temporel qui relève de l’anticipation mensongère : « chaque détenu pouvait demander ce qu’il voulait », « le peuple est heureux de les voir réintégrer leurs foyers » (Kourouma, 1980, p. 182) alors que la fête de la libération n’interviendra qu’ultérieurement dans la narration. L’ambiguïté de la formulation verbale ne fait donc que souligner l’hypocrisie de la décision prise par le président ; rapide, brutale exagérément mise en scène (les liasses de billets de banque généreusement exhibées), elle apparaît en fait non comme un geste charitable mais comme le résultat d’un calcul cynique. Ce qui justifie a posteriori l’étendue du champ lexical de l’exhibition dans l’annonce de la fête à venir « un spectacle de feux d’artifice…, un grand dîner, des bals et des danses », tandis que démarrent les voitures. La décision à prendre était urgente, tant sur le plan de la politique intérieure qu’extérieure, mais on peut imaginer qu’elle aurait pu très bien être contraire. L’ensemble des procédés du discours aurait en effet tout aussi bien fonctionné si la phrase « tous les prisonniers étaient libérés » avait été remplacée par « tous les prisonniers étaient exécutés ».

33Le discours tient ainsi la promesse de la narration qui, d’entrée de jeu, on l’a vu, prélude par une célébration tonitruante :

Mais soudain les accents métalliques des griottes retentirent, les cris de joie des griots suivirent et ensemble tous les instruments donnèrent (Kourouma, 1980, p. 180).

34Célébration à tel point tonitruante qu’à la manière d’une mécanique déréglée, elle se déclenche à contretemps :

Le chef de l’État se redressa. Le tintamarre recommença, les applaudissements, les tam-tams et les cris des griots repartirent. Le secrétaire général, une troisième fois, dut intervenir pour obtenir le silence (Kourouma, 1980, p. 182).

35Donc, non seulement le vacarme accompagne le discours, en emplit les intervalles et parfois même l’interrompt, mais en fin de compte, il en démontre la vanité et l’inutilité, puisque, ainsi que l’exprime le président lui-même :

Cet enthousiasme plus qu’un long discours montre à nos frères libérés comment le peuple est heureux de les voir réintégrer leurs foyers (Kourouma, 1980, p. 182).

36S’ils manient avec dextérité la langue de bois, les tyrans n’en sont pas moins des hommes et il leur arrive de jeter un regard critique sur leurs pratiques de gouvernement. Ainsi dans Le Jeune homme de sable le narrateur se montre capable de mettre en scène un Guide qui n’est pas totalement dupe de la comédie du pouvoir qu’il donne en pâture à ses compatriotes frappés par la misère, la disette et la sécheresse, et par conséquent de lui prêter le rêve d’une société plus conforme à l’idéal démocratique : « Je descendrai moi-même dans les rues pour édifier sur cette terre qu’on maudit dans le sang de tous les bourreaux du pays, une société plus juste » déclare-t-il (Sassine, 1979, p. 72).

Mes ennemis pensent que je grossis parce que je ne me soucie pas du malheur de mon peuple, enchaîne-t-il, s’ils savaient combien de fois je prie Allah pour faire tomber un peu d’eau (Sassine, 1979, p. 71).

37Capable d’autocritique, qui ne dépasse pas les intentions vertueuses, William Sassine sait aussi nous montrer un guide accessible à l’autodérision et conscient de l’écart entre l’image qu’il cherche à donner de lui-même et la réalité : « J’ai beaucoup grossi, je ressemble plus à un ours qu’à un lion » (Sassine, 1979, p. 69).

Conclusion

38Au fond, ce qui se joue dans ces fragments romanesques que nous avons examinés, c’est bien une forme de théâtre politicien excluant toute présence de textes pensés, et dans lequel le peuple ne s’institue pas comme force agissante, à l’instar de la tragédie grecque où le public n’a pas prise sur le jeu auquel il assiste. Il est spectateur (et auditeur) au sens étymologique du mot, celui qui regarde. De surcroît, dans le contexte africain, outre sa passivité de figurant, le peuple en vient à renforcer l’ethos du héros, ou supposé tel, par un soutien souvent passionnel qui encourage le culte de la personnalité. Ce fut le cas du président Houphouët-Boigny autoproclamé « Sage de Yamoussoukro », de Mobutu qui se prenait pour Dieu, on l’a vu, ou encore de Macias Nguema ex-président de la Guinée équatoriale qui lui, se désignait comme Unico miragro, « Unique miracle » !

39Dans tous ces cas de figure, l’acteur politique est Dieu, il est l’État et la Loi, il ne saurait être faillible, et dans ces conditions, le spectateur ne possède pas la moindre liberté en raison de la forme transcendante du comédien en chef. On comprend mieux, alors, pourquoi on retrouve dans tous les bureaux officiels ou privés et même dans les petits ateliers de coiffure, le portrait du guide accroché au mur, bien en vue de tous.

40La théâtralité politique oblige le citoyen/spectateur à consentir à la métamorphose de l’acteur central en véritable divinité, dans le temps même où il s’interdit toute réaction susceptible de déclencher le moindre jugement. Il laisse donc le guide-tyran évoluer dans la professionnalisation de son rôle à travers fêtes, bouffonneries, folie des grandeurs, parce qu’il n’a pas les moyens de la contestation.

Ici, [observe Daniel Ewandé dans son pamphlet Vive le président], c’est avec de la bonne rhétorique que l’on fait de la mauvaise politique. Une belle phrase et l’avenir est assuré (Ewandé, 1984).

Bibliographie

Bibliographie

Calame-Griaule G., 1977, Langage et Culture africaine. Essais d’ethnolinguistique, Paris, Éditions Maspéro.

Chevrier J., 2006, Littératures francophones d’Afrique noire, Aix-en-Provence EDISUD.

Ewandé D., 1984, Vive le président : la fête africaine, Paris, L’Harmattan.

Fantouré A., 1972, Le Cercle des Tropiques, Paris, Présence africaine.

Kourouma A., 1970, Les Soleils des indépendances, Paris, Seuil.

Lopes H., 1982, Le Pleurer-Rire, Paris, Présence africaine.

Sassine W., 1979, Le Jeune homme de sable, Paris, Présence africaine.

Tansi S. L., 1981, L’État honteux, Paris, Seuil.

Notes

1 En songhai le mot Koï redouble le sens de « chef de droit divin ».

2 Henri Lopes pense évidemment ici au journal télévisé de la RTZ qui, sous le règne de Mobutu, était toujours précédé d’un interlude représentant le Maréchal émergeant de l’azur et paraissant descendre du ciel coiffé de son inévitable toque de léopard.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search