Version classiqueVersion mobile

Discours d’Afrique

 | 
Alpha Ousmane Barry

Troisième partie. Analyse du discours et avatars esthétiques dans les médias et la littérature

16. La wolofisation du discours journalistique au Sénégal

Abou Bakry Kebe

Texte intégral

  • 1 Voici une anecdote qui peut avoir une portée assez explicative. Oumar Sangaré rapporte que « lorsqu (...)

1De ses débuts − Le Réveil du Sénégal (1885) et Le Petit Sénégalais (1886) − en passant par La Condition Humaine (à partir de 1957 sous le nom de L’Unité) éditée par Léopold Sédar Senghor et Dakar Matin, devenu Le Soleil en 1970, jusqu’à la première moitié des années 1990, la presse écrite au Sénégal était caractérisée par un français hypernormé et un discours surveillé à l’image de la littérature africaine post-indépendance1. Cette exigence dans la qualité de l’écriture faisait donc que les Sénégalais non alphabétisés en français ou ayant un faible niveau dans cette langue étaient presque exclus de ce discours. Il a fallu la libéralisation du secteur pour voir apparaître une presse dite indépendante ou populaire. Ces journaux se caractérisent par un style très relâché eu égard à l’absence de contraintes dans l’écriture qui se veut d’abord de proximité. Plusieurs rubriques sont intitulées en wolof : xulli, teuss, Samba alaar, xalaas, daw thiow, (sic) etc. Cependant, leur innovation réside surtout dans le nombre important d’éléments lexicaux du wolof dans les textes en français des journalistes. Ainsi, certaines formules en wolof popularisées par les téléfilms diffusés par la RTS (la chaîne publique sénégalaise) se retrouvent souvent comme titres de rubriques ou le nom de certains personnages à la mode utilisé comme pseudonyme à la fin d’un article. Ces faits de langue que nous observons, s’ils renseignent sur la nouvelle dynamique du wolof, semblent aussi montrer à quel point le secteur de la presse écrite, où le relâchement dans les pratiques du français au Sénégal (Daff, 1998) était le moins visible, se wolofise.

2D’abord nous allons rappeler le contexte socio-historique et politique qui a présidé à l’émergence de la presse écrite, indépendante notamment. Ensuite, nous poserons que si l’intrusion du wolof dans le discours des journaux soulève aussi la question des rapports entre pratiques journalistiques et pratiques ordinaires, elle n’en est pas moins un marqueur de la wolofisation et une réponse à une forte demande sociale en matière de langues qui découle des revendications culturelles de la décennie 1980-1990 (valorisation de langues locales par le biais des programmes d’alphabétisation, re-dénomination de certains lieux symboliques, etc.)., indissociable du processus de mise en avant de l’identité locale dans les discours. Et c’est à travers deux extraits de journaux que nous illustrerons comment se caractérise cette écriture qui, en déclinant de plus en plus l’identité de sa source énonciative, arrive à rendre moins étanches les frontières linguistiques au Sénégal.

I. La « longue marche » de la presse écrite indépendante au Sénégal : contexte socio-historique d’une naissance

3Dans le contexte socio-historique qui est celui du Sénégal, l’essor de la presse écrite est indissociable de la longue histoire des médias indépendants (presse et secteurs audiovisuels). Dans ce pays où, comme dans la plupart des États d’Afrique francophone, l’oralité prime encore sur l’écrit, un outil de communication comme la radio y a trouvé toute sa place. Cependant, longtemps avant l’apparition des « ondes », c’est la presse écrite qui servait d’espace de communication.

1. État des lieux de la presse avant l’indépendance

4Si la décennie 1990 est surnommée « printemps de la presse » en Afrique avec l’exposition des journaux indépendants, pour N. Sene (2003, p. 117) la tradition du pluralisme était à l’œuvre dans des pays comme le Sénégal, pionnier en la matière. Elle considère que dès la seconde moitié du XIXe siècle, plusieurs journaux indépendants y étaient publiés dans le but de sensibiliser une opinion publique naissante et de combattre les idées racistes de l’administration coloniale. De même, citoyens français depuis la IIIe République, les ressortissants des Quatre Communes du Sénégal (Dakar, Gorée, Rufisque et Saint-Louis), avaient les mêmes droits et devoirs que les métropolitains. La loi de 1881 sur la liberté de la presse s’applique alors à ces territoires.

5Cependant, la situation de colonisé ne s’avère pas favorable à la prospérité en terre africaine d’une presse indépendante car cette dernière remettrait en cause le pouvoir de l’administration coloniale qui ne pouvait pas tolérer la contradiction. Il se posait alors un vrai paradoxe car les ressortissants des Quatre Communes avaient le droit de vote : ils élisaient le conseil municipal des Communes et les Représentants du Sénégal à la Chambre des députés à Paris. Durant les campagnes électorales, les candidats devaient convaincre non seulement leurs électeurs mais aussi la presse écrite. C’est le début d’une presse indépendante revendicatrice qui se veut aussi bien un instrument de lutte contre l’autorité coloniale qu’un support pour la promotion des droits des Sénégalais.

6Très tôt les leaders politiques sénégalais ont compris le rôle que peut jouer la presse écrite dans l’exercice, la propagande et l’assise politique de leurs partis. Il s’agit donc d’une presse politique et partisane liée aux partis de la métropole, si elle n’est pas satellite de certains journaux français. Cette subordination aux partis et/ou aux journaux français trouve son explication dans le manque d’expérience ou de formation journalistique, mais surtout à cause de l’absence de moyens techniques et financiers.

7Dans un chapitre intitulé « Le contexte historique de la presse écrite et de la démocratie en Afrique subsaharienne » d’une publication de l’ONU, nous pouvons lire ces lignes :

[…] Blaise Diagne, Sénégalais de citoyenneté française, élu député au Parlement français en 1914, est soutenu à partir de 1923 par un journal socialiste, La démocratie du Sénégal, qui devient en 1926, l’Ouest Africain Français, quand le député change d’allégeance politique pour se rapprocher de l’administration coloniale. En 1928, Diagne fonde un hebdomadaire, La France Coloniale, qui devient en 1934 le Franco-Sénégalais Indépendant. Galandou Diouf, élu député en 1934, anime un journal qui a pour titre Le Périscope Africain. En 1939, le Sénégal compte déjà 17 périodiques officiels, 52 journaux politiques et 13 publications (Presse et Démocratie, n° 7).

8Le nombre relativement important de journaux montre un certain essor de la presse écrite qui continuera à se développer au lendemain de la seconde guerre mondiale jusqu’à la veille de l’indépendance du Sénégal.

2. La presse écrite : de la période post-coloniale à nos jours

  • 2 À partir de décembre 1962, le Sénégal connaît une crise institutionnelle grave qui oppose les princ (...)

9Après l’indépendance du Sénégal survenue en 1960 (comme dans la plupart des États d’Afrique francophone), l’on pouvait s’attendre à une meilleure situation de la presse. Cependant, à l’image de la situation politique de l’époque2, le domaine de la presse écrite indépendante va connaître aussi une période sombre. D’ailleurs, en 1966, le pays devient un régime à parti unique, ce qui muselle complètement les partis et les mouvements associatifs et bâillonnant du coup toute presse d’opinion. Pendant cette période, le quotidien d’État Le Soleil qui couvre les activités du gouvernement sans critique et Afrique Nouvelle, un hebdomadaire dirigé par la mission catholique, constituent principalement le paysage médiatique sénégalais.

10À partir de 1974, le Sénégal connaît à nouveau le multipartisme et la presse, tel un phénix, renaît de ses cendres… Pour le journaliste camerounais E. Nganguè,

[…] il n’est donc pas étonnant que la prime du premier journal satirique africain francophone revienne au Sénégal (premier pays en Afrique francophone à avoir libéralisé sa vie politique). C’est ainsi qu’en 1977 est né Le Politicien, créé par un groupe de personnes réunies autour de Mame Less Dia. Ce journal a couvert à sa manière la première confrontation électorale qui opposait en 1978, Léopold Sédar Senghor à Abdoulaye Wade (Nganguè, 2001, p. 125).

11Cette (ré) autorisation de la presse écrite indépendante a été une occasion pour certains citoyens sénégalais de plaider en faveur des langues nationales. Le sociolinguiste M. Cissé considère que le militantisme linguistique de cette époque est lié en grande partie au militantisme politique qui sort de la clandestinité à partir de 1974, année d’autorisation de la pluralité politique limitée (Cissé, 2005, p. 111). Selon M. Cissé,

à travers leurs organes de presse, les partis politiques se font l’écho du nationalisme linguistique, parfois très radical. On redécouvre même le wolofal sous forme de pages insérées dans les colonnes du bulletin Xarebi du parti And jëf, celles de And sopi du Parti de l’indépendance et du travail (PIT) et de celles de Siggi, plus tard de Taxaw du Rassemblement national et démocratique (RND). La contestation de la politique de Senghor jugée trop pro-française finit de transférer la lutte linguistique au cœur même de la lutte politique, non plus dans une opposition français/ langues nationales, mais résolument dans une confrontation français/wolof uniquement.

  • 3 Un chapitre y est consacré au journal Wal Fadjri avec des éléments biographiques sur son fondateur, (...)

12En progressant sur sa dynamique entamée dans les années 1970, la décennie 1980 marquera un tournant dans l’histoire des médias au Sénégal. Du fait de la consolidation d’une presse privée de plus en plus dynamique, l’on assiste à des changements jusque dans le secteur de l’audiovisuel. En effet, en procédant à un mode de traitement de l’information plus équitable, les journaux ont réduit considérablement les audiences des stations de radios internationales telles que RFI (Radio France Internationale) (Samb, 1996) qui étaient, avant l’arrivée de la presse privée, considérées comme la principale source d’information « neutre ». En 1984, S. L. Niass, un arabisant, crée le journal Wal Fadjiri. Dans leur ouvrage de 19983, O. Kane et J. L. Triaud montraient que

lors des premières années de publication du journal, la rédaction optait pour la virulence de ton afin de marquer son opposition à la politique de l’État sénégalais. […] Aujourd’hui, un changement de discours peut se constater. […] À ce jour, Wal Fadjri est un journal d’informations générales.

13Wal Fadjri ouvrait ainsi la voie à la presse indépendante au Sénégal. Deux années plus tard, en 1986, des journalistes, pour la plupart du quotidien national Le Soleil, ne pouvant plus supporter la ligne éditoriale quittent ce journal et décident de créer leur propre groupe de presse. B. Touré, un de ces journalistes, écrira :

c’était un dimanche matin. Un dimanche de décembre 1985. L’air était à la fête et la fête dans l’air. Cinq complices impénitents et prétentieux, réunis dans un salon de banlieue se chamaillaient ferme, comme à l’accoutumée, pour ne pas changer. Les empoignades, c’était autour de comment faire le journalisme de nos rêves… La solution fut trouvée au bout du compte : se cotiser en épargnant sur 6 mois les cent mille francs que chacun devra mettre pour démarrer le projet (Touré cité par Paye, 1992, p. 369).

14Ainsi naquit Sud Magasine, qui s’appellera par la suite Sud Hebdo avant de devenir depuis 1993 Sud Quotidien.

  • 4 Sur le développement fulgurant de la presse écrite sénégalaise à partir de la fin des années 1980, (...)

15M. Paye notera à propos de Sud que « ce nouvel état d’esprit au sein de la jeune frange du journalisme sénégalais les amènera à créer les premiers éléments de ce qui fera la presse indépendante du pays ». (1992, p. 369). Une véritable presse indépendante prend corps alors avec l’avènement de Sud au Sénégal car à partir de 1987, on notait plusieurs titres dont le célèbre journal satirique le Cafard Libéré construit sur le modèle du Canard Enchaîné4. Indépendante, la presse gagnait donc en popularité en offrant à la société civile sénégalaise un cadre d’échange et d’expression.

II. L’écriture de presse comme marqueur de la wolofisation « par le bas »

16De nombreuses recherches faites sur la situation sociolinguistique du Sénégal ces dernières années ont montré que le wolof s’impose comme langue véhiculaire face au français pour les situations de convivialité mais aussi face aux autres langues nationales du Sénégal (Calvet, 1994 ; Juillard et Dreyfus, 2005, entre autres). Cependant, depuis quelques années le wolof s’invite de plus en plus dans « les circuits officiels » sans que cela ait découlé d’une quelconque glottopolique étatique. Cela ne traduit-il pas ce que M. Cissé a appelé « la perte de vitesse du français » ? En tout cas, ces dernières années, un nouveau dynamisme du wolof peut se lire dans une conjugaison de phénomènes sociologiques et sociolinguistiques. En effet, il faut dire que la décennie 1990-2000 est le début d’un long processus de wolofisation au Sénégal, d’ailleurs toujours en cours. Et c’est sur le compte de cette wolofisation que nous mettons la tendance, relativement récente, au Sénégal, à dénommer les partis politiques nouvellement créés ou les coalitions de partis, les journaux, les entreprises voire les projets de l’État en wolof.

17L’on peut citer en exemple les partis : Jëf jël, formule mouride signifiant « on ne récolte que ce que l’on a semé », Rèew mi « La Nation » Jàmm ji « La paix », Waar wi « Le champ », coalition Tèkki « dénouer », le mouvement Sèllal « assainir » etc. Mais aussi, les projets de l’État comme le plan Jaxaay « projet de relogement des sinistrés des inondations de l’hivernage 2005 », opération Toxu « déménagement » (désignation utilisée par certains députés à propos de leur ralliement dans un autre groupe parlementaire). Ou encore, les journaux en français tels que Lamb « journal spécialisé en lutte traditionnelle », Koom koom (journal spécialisé en économie), Thiey « exclamation », journal de faits divers, etc.

18Dans un article intitulé « Language, communication, and identity group in Senegal », S. Gellar montre que

Democratization reduced the language gap between the elites and the masses as French-speaking government officials and politicians felt more comfortable discussing public affairs and dealing with the general public in Wolof and as more people could understand French in urban Senegal (Gellar, 2005, chap. 9).

19Et la récurrence d’éléments lexicaux en wolof aujourd’hui dans une certaine presse écrite semble donc indissociable de ce processus de mise en avant de l’identité linguistique locale dans les discours, fussent-ils en français.

  • 5 La question sur la wolofisation que nous explorons dans le cadre de cet article est basée, en parti (...)

20Mais avant d’aller plus loin, il conviendrait d’opérer quelques distinctions terminologiques fondamentales. Le terme wolofisation5 lui-même n’a pas d’acte de naissance bien précis, mais l’on peut noter avec intérêt le glissement qui s’est opéré dans la recherche et le discours politique de « l’expansion du wolof » vers « la wolofisation », terme bien plus polémique.

21C’est sans doute à Donal B. Cruise O’Brien que l’on doit la première occurrence scientifique conséquente du terme qui se trouve dans « L’enjeu politique de la wolofisation » (1979, p. 319-335). Mais on retrouve également le terme dans les études linguistiques des années 1960. Il semble bien, avant d’être repris par le sens commun, que ce terme ait connu son plus grand succès chez des intellectuels non-wolofs le détournant de sa signification relevant d’un simple constat pour sa connotation négative référant à une idée d’hégémonie culturelle et d’acculturation.

22Nous distinguerons entre ce qu’É. Smith (2003) appelle pour la « wolofisation par le haut » et la « wolofisation par le bas » : la première renvoie à une wolofisation consciente et délibérée, emmenée par le pouvoir, qui serait une wolofisation « formelle », comme il y a eu en d’autres temps la « russification », la « francisation », l’« arabisation » ou la « turquification ». Cette wolofisation délibérée tend à favoriser un groupe ethnoculturel donné par l’imposition de sa langue écrite et/ou de ses références culturelles entre dans le cadre des nationalizing practices analysées par R. Brubakers (1996, p. 83-106). La seconde est un processus social largement involontaire et spontané, une wolofisation sociale et « informelle », populaire, qui correspond aux progrès de la langue wolof orale et/ou du modèle culturel wolof au sein de la population sans qu’une quelconque institution ne l’impose. Ces deux wolofisations sont donc indépendantes et l’ambiguïté et la polémique peuvent naître de leur amalgame.

23Nous établirons une autre distinction entre la wolofisation linguistique (imposée ou non) c’est-à-dire l’accroissement du nombre des utilisateurs de la langue wolof et la wolofisation ethnoculturelle, qu’Étienne Smith définit comme la diffusion/contamination (délibérée ou non) des valeurs constitutives de l’identité wolof. Là encore, les deux ne sont pas structurellement liées et des tensions peuvent souvent prendre racine dans cette ambiguïté.

24Après ces préalables terminologiques, nous allons maintenant montrer à travers deux extraits de presse comment un certain répertoire linguistique s’autorise aujourd’hui dans les journaux sénégalais ; c’est ce que nous avons appelé la wolfisation de la presse écrite.

III. Extraits de presse

1. Exemple 1

25Le premier exemple que nous avons choisi pour illustrer notre propos est un court texte sous forme d’éditorial. Ce qui frappe ici l’attention c’est le titre et le pseudonyme que choisit l’auteur pour signer l’article. Le pseudonyme de la signature (Mor Todjangué) et le qualificatif de Men lepp (celui qui est capable de tout) sont des formules popularisées par les téléfilms et semblent bien ancrées dans les pratiques langagières au Sénégal. D’ailleurs, quand nous les avons entrés dans des moteurs de recherche sur Internet avec des orthographes différentes, nous avons obtenu une centaine d’occurrences car les internautes l’utilisent souvent comme nom d’auteurs dans les forums de discussions.

Xulli
« Sauvageons » et « sages »,
Laay Men lepp avait promis de régler le problème casamançais en 100 jours, dans ses fameuses promesses de campagne. La suite, la connaissons… Aujourd’hui, il a changé de fusil d’épaule en avouant son échec patent. Et en désespoir de cause, il s’est rabattu sur les « sages » du maquis. Reconnaissons que, comme interlocuteurs crédibles, c’est un peu court. Pire, au moment où il tente de régler cette crise vieille d’une vingtaine d’années, ses « sauvageons » montrent qu’ils ne sont pas des gens civilisés. Les jeunesses travaillistes libérales (ça ne s’invente pas…) se sont encore battues hier comme de vulgaires chiffonniers, alors qu’elles étaient regroupées autour d’une table pour la réélection de leur mentor, l’Africain le plus Diplômé du Cap au Caire… En tout cas, ça n’augure rien de bon pour la barque libérale, qui ne cesse de tanguer. À seulement trois mois d’élections capitales (Todjangué, L’Office, 19 novembre 2006, p. 1).

2. Exemple 2

26Le deuxième exemple est aussi une sorte d’éditorial écrit à la suite d’un incident qui a opposé un journaliste venu assister à l’entraînement de l’équipe de football du Sénégal à des policiers du GMI (Groupement Mobile d’Intervention) qui l’empêchaient de s’approcher des joueurs. Le journaliste y dénonce la violence de l’intervention des policiers en rappelant un incident précédant avec un autre journaliste sportif. Ce rapprochement des incidents lui fait intituler son texte Singeulli ce qui signifie « être la cible privilégiée de », « être dans le collimateur de », expressions qui nous semblent mieux restituer la charge sémantique de ce terme. On peut noter ici au premier abord, à côté du peu de souci accordé à la traduction de ce titre, – tout le monde le sait, doit-il se dire – l’ambiguïté structurale qui résulte de l’alternance des deux codes. Le journaliste substitue au verbe « indexer » le verbe singeulli.

  • 6 En voici un exemple : waaw e mënnañ leen toléral yènn yi e / peut être que e / moo tax e mane la e (...)

27Dès le début, il apparaît cette volonté d’écrire le « parler ordinaire sénégalais » (POS) qui pourrait être, en parodiant la célèbre formule de W. Labov (1978, p. 15), la réponse à la question : « comment parlent les Sénégalais quand on ne les observe pas » ? N. Thiam a montré dans ses différents travaux (1994, 1998), que ce code mixte wolof-français est la variété discursive la plus répandue au Sénégal, particulièrement dans les grandes villes comme Dakar, jusqu’à s’ériger graduellement en un code L3 (langue 3), distinct du français et du wolof6.

28L’on voit aussi que la graphie des mots en wolof n’est pas stabilisée. Une instabilité qui se manifeste par l’alternance de deux codes d’écriture : la graphie à base phonologique du wolof et une graphie s’inspirant du français.

29Exemple :

30- la transcription du phonème /x/ dans :

31sankhalègne, jaxasoo, barsakh

32- la présence ou l’absence du « e » final :

33sankhalègne, barsakh, sa waay, weuuuye

34La prééminence du discours oral peut être également illustrée par la récurrence du connecteur nak et de l’adverbe ndeysaan qui assument ici plusieurs fonctions discursives.

35Outre ce répertoire linguistique, l’on peut ajouter la référence à l’univers culturel et sociétal sénégalais avec la présence de la lutte traditionnelle (la lutte est le sport le plus populaire au Sénégal) et l’évocation de barsakh n’est pas ici sans rappeler le fameux slogan Barça mbaa Barsakh ! (« Barcelone ou la mort ! ») des candidats à l’émigration clandestine vers l’Espagne car nous sommes en plein été 2006.

Singeulli
Décidément, qu’est-ce qui leur arrive les flics du GMI pour singeulli (indexer) les reporters sportifs des quotidiens privés dans les stades ? Une semaine après Mbaye Kassé, notre confrère de Walf sports, au stade Iba Mar Diop, c’était hier, le tour de Alioune Badara Fall alias « Cooker » au stade de l’Amitié d’avoir maille à partir avec les sankhalègnes (bérets rouges). C’est que les GMI n’ont pas apprécié nak que notre reporter sportif tente d’approcher un lion, en l’occurrence Habib Bèye, pour lui tendre son micro. Alors même que le Marseillais en avait manifesté l’intention. Dès que « Cooker » a fait quelques pas pour se diriger vers Habib Bèye, un peu sur la main courante, deux sankhalègnes pour le sommer de rebrousser chemin, lui ont automatiquement barré la route en le retenant par les poignets. Le problème c’est qu’ils y ont mis un peu de zèle en empoignant sa waay. Et comme « Cooker » en bon Saint-Louisien a beaucoup de fouleu (caractère) il a voulu se dégager de cette « prise ». Et là, paf ! les choses ont dégénéré. Un jaxasoo (confusion) comme pas possible s’en est suivi. Il s’est alors vite retrouvé entre plusieurs sankhalègnes décidés coûte que coûte à « l’embarquer » comme ils disent dans leur jargon. Ce qu’ils ont même pu faire. Puisque les forces étaient trop inégales. Entre-temps, il y a eu beaucoup d’interventions sur place. Beaucoup de confrères présents dont le plus engagé a été Hamédine « Tôfting » Sy du Pop, le lion Khadim Faye et d’autres encore. Ndeyssaane, il fallait voir « Cooker », avec son tee-shirt déchiré, les passants de son pantalon jean déchiquetés encerclé par les GMI qui le conduisaient manu militari vers leur camion. Il ressemblait à un lutteur qui vient de perdre un combat. Ceux-là qu’il aime regarder régulièrement dans l’arène. Genre « Mor Faddam » ou « Boy Bambara ». Mais finalement tout est bien qui finit bien. Après plusieurs interventions, il a été libéré par ses « bourreaux ». Quand Sa waay est revenu à la salle de rédaction, en début de soirée, on a visiblement senti, ndeyssaane, qu’il a frôlé… barsakh (l’enfer). Meîssa « Zibé » et Latyr Mané se sont tellement marrés… Mais nak, boy bi guerrier leu ! Weuuuye, Abf ! (L’Observateur, 30 août 2006, p. 2).

Conclusion

36La wolofisation que nous observons actuellement dans la presse écrite au Sénégal semble, s’envisager dans le cadre de la dynamique sociale du wolof. Cependant, ce mode d’écriture ne correspond pas seulement à une pratique spontanée, naïve et informelle, résultant de la dynamique des langues en général et plus précisément des rapports que les usagers entretiennent avec le français et le wolof. Il faut y voir la manifestation linguistique d’une identité culturelle de plus en plus affichée, au moment où l’on assiste dans de nombreux États africains à l’émergence de nouvelles configurations politiques et ethnoculturelles. En outre, l’intrusion du wolof dans le discours des journaux soulève la question des rapports entre pratiques journalistiques et pratiques ordinaires et, donc, des identités des uns et des autres. En effet, ces pratiques de presse, en rendant moins étanches les frontières linguistiques qui existent au Sénégal, légitiment, encouragent, ou, en tout cas, valorisent une forme d’écriture qui peut être considérée en définitive comme le reflet des discours ordinaires, voire à l’avant-garde d’un mouvement qu’elles contribuent à accélérer.

Bibliographie

Bibliographie

Anonyme, 2006, « Singeulli », L’Observateur, édition du 30 août 2006.

Brubaker R., 1996, Nationalism reframed Nationhood and the national question in the New Europe, Cambridge, Cambridge University Press, p. 83- 106.

Calvet L. J., 1994, Les voix de la ville : introduction à la sociolinguistique, Paris, Payot et Rivages.

Cissé M., 2005, « Langues, État et Société au Sénégal », Sudlangues, n° 5, p. 99-134, disponible en ligne sur http://www.sudlangues.sn/IMG/pdf/doc-109.

CRuise O’Brien D. B., 1979, « L’enjeu politique de la wolofisation », in CEAN, Année Africaine, Paris, Pedone, p. 319-335.

Cruise O’Brien D. B., 1998, « The shadow politics of wolofisation », The Journal of Modern African Studies, vol. 36, n° 1, p. 25-46.

Daff M., 1998, « L’aménagement linguistique et didactique de la coexistence du français et des langues nationales au Sénégal », DiversCité Langues, vol. III, disponible en ligne sur http://www.uquebec.ca/diverscite.

Diop M. C. et al., 2002, La Construction de l’État au Sénégal, Karthala, Paris.

Gellar S., 2005, Democracy in Senegal Tocquevillian Analytics in Africa, New York, Palgrave Macmillan.

Juillard C. et Dreyfus M., 2005, Le plurilinguisme au Sénégal, Langues et identités en devenir, Paris, Karthala.

Kane O. et Triaud J.-L., 1998, Islam et islamisme au Sud du Sahara, Paris, Karthala.

Labov W. (trad. Kihm A.), 1978, Le parler ordinaire : La langue dans les ghettos noirs des États-Unis, Éditions de Minuit, Paris.

Ndao P. A., 1996, « La question linguistique et le contexte sociopolitique », in Gouani E. et Thiam N., Des langues et des villes, Paris, ACCT-Didier Érudition, p. 437-448.

Ndao P. A., 1998, « Les phénomènes de code-switching au Sénégal, une question de compétence ? », in Batiana A. et Prignitz G. (eds), Francophonies africaines, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, p. 81-91.

Ngangue É., 2001, « Presse satirique : la voix de l’avenir ? », in Hervouet L. et Watine T. (eds), La presse francophone d’Afrique : entre permanences et ruptures, Québéc, Presses Universitaire de Laval, p. 124-140.

Paye M., 1992, « La presse et le pouvoir », in Diop M. C. (éd.), Sénégal : Trajectoires d’un État, Dakar, Codesria, p. 331-377.

Presse et Démocratie, n° 7, publication des Nations Unis en ligne sur http://www.un-ngls.org/documents/publications.fr/voices.africa/number7/vfa1.03/07.htm#07.

Samb M., 1996, Étude de la Radio au Sénégal et des Nouvelles Stratégies des Stations Internationales, thèse de Doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Bordeaux, Université Michel de Montaigne.

Sene N., 2003, Sénégal : rupture avec le « griotisme », Géopolitique africaine, n° 12, OR. IMA International, p. 117-130.

Simonin J., 2003, « Médias de contact et contact des langues : Le cas réunionnais », Glottopol, n° 2, p. 56-63, disponible sur http://univ-rouen.fr/dyalang/glottpol.

Smith É, 2003, Intégration républicaine et pluralisme culturel : Le cas du Sénégal, Mémoire de DEA en Pensée Politique, Paris, Institut d’Études Politiques.

Smith É, 2005, « The ’informal’ politics of linguistic pluralism : the case of Senegal », Conférence Pluralism et Politics, Saint-Louis, Washington University, 26 septembre 2005, disponible en ligne sur http://erg.politics.ox.ac.uk/materials/state_and_ethnic_definition/smith_paper.pdf.

Taureg M. et Wittmann F., 2004, « Les mass media sénégalais en pleine ébullition : une introduction », in Taureg M. et Wittmann F. (eds.), Entre tradition orale et nouvelles technologies : où vont les mass média au Sénégal ?, Arbeitspapiere/Working Papers n° 47, Mainz, Institut für Ethnologie und Afrikastudien, Johannes Gutenberg-Universität, p. 11-22, disponible en ligne sur http://www.ifeas.uni-mainz.de/workingpapers/EndaSenegal.pdf.

Thiam N., 1994, « La variation sociolinguistique du code mixte wolof-français à Dakar : une première approche », Langage et société, n° 68, p. 11-34.

Thiam N., 1998, « Catégorisation de locuteurs et représentations sur le mélange wolof-français à Dakar », in Canut C. (éd.), Imaginaires linguistiques en Afrique, Paris, L’Harmattan, p. 91-105.

Todjangué M., 2006, « Xulli », L’Office, édition du 19 novembre 2006.

Notes

1 Voici une anecdote qui peut avoir une portée assez explicative. Oumar Sangaré rapporte que « lorsque Senghor était au pouvoir, chaque semaine, il réunissait les journalistes pour leur donner des cours de grammaire française. Avec son crayon, il lisait Le Soleil, seul quotidien à l’époque, et soulignait toutes les fautes de construction. Il en faisait de même pour la Radio et la Télévision. Chaque fois qu’il entendait une entorse à la grammaire, il appelait dare-dare le journaliste pour le lui signaler. Je me rappelle, la journaliste Sokhna Dieng avait dit une fois le mot « koraïste » ; Senghor l’a appelé aussitôt au téléphone pour lui dire : « non Sokhna, il faut dire une koriste (joueuse de kora) ».

2 À partir de décembre 1962, le Sénégal connaît une crise institutionnelle grave qui oppose les principaux dirigeants qui avaient conduit le pays à l’indépendance, notamment le président du Conseil, Mamadou Dia et le premier président de la République L. S. Senghor. Pour les détails de cet épisode de l’histoire politique du Sénégal, cf. entre autres, M. C. Diop et al. (2002).

3 Un chapitre y est consacré au journal Wal Fadjri avec des éléments biographiques sur son fondateur, Sidy Lamine Niass (Kane et Triaud, 1998, p. 148).

4 Sur le développement fulgurant de la presse écrite sénégalaise à partir de la fin des années 1980, cf. notamment Taureg et Wittmann, 2004, disponible en ligne sur http://www.ifeas.uni-mainz.de/workingpapers/EndaSenegal.pdf.

5 La question sur la wolofisation que nous explorons dans le cadre de cet article est basée, en partie, sur des travaux récents dans le domaine des Sciences politiques. Il s’agit en particulier des analyses d’Étienne Smith, Sheldon Gellar et Donald Cruise O’Brien.

6 En voici un exemple : waaw e mënnañ leen toléral yènn yi e / peut être que e / moo tax e mane la e ñun ñëpp ay pionnier lañ / parce que e affaire bi e balaa muy am doole e nga ròmb e ñaari e décennies e jëm ñett e walla ñun ñukodoon def ñu bàyyi e / ba ñeeneen ñëw e / ñooñu e buñu ñëwe e ils seront e plus performants que ñun e parce que affaire bi léegi e booy yi e buñuy gènn CESTI e ils ont en tête que il faut e ñu dégg e bènn langue nationale e / en plus du français e parce que e atout la léegi e pour ñu jël leen / par exemple e boo ñëwee e maintenant di wut liggèy (Entretien avec N. Diop, journaliste à la radio Sud FM, le 20 août 2006).

Auteur

Dyalang-Cnrs fre 2787, Université de Rouen, France

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search