Version classiqueVersion mobile

Discours d’Afrique

 | 
Alpha Ousmane Barry

Troisième partie. Analyse du discours et avatars esthétiques dans les médias et la littérature

15. Discours satirique et identité culturelle dans Le Lynx

Fatoumata Diaraye Diallo et Andrée Chauvin-Vileno

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Le Lynx est un journal guinéen créé par la société Guicomed (la Guinéenne de la Communication et de (...)

1Le Lynx 1, à travers les registres de la satire et de l’humour, médiatise le vécu quotidien des Guinéens et mobilise à cet effet un ethos militant. La puissance argumentative de cet ethos explique dans une large mesure son audience car en portant sur la scène publique les problèmes de la population occultés par les gouvernants, il traduit, d’une certaine façon, le point de vue des Guinéens par rapport à leurs préoccupations.

2Le journal, dans sa médiation de l’actualité guinéenne s’appuie sur le substrat de genres traditionnels (le proverbe, genre non narratif, le conte, genre narratif). Il utilise aussi certaines langues guinéennes dans ses colonnes. Notre analyse s’appuiera sur deux articles dans lesquels on observe ce double ancrage culturel (générique et linguistique) qui rapproche le journal de son lectorat guinéen sur la base d’un fonds intelligible partageable au sein d’une certaine communauté.

3Selon Lecoq (1996, p. 11) l’esprit satirique est composé de trois éléments : « la morale, la critique et le comique ». La satire est donc un discours polémique, une représentation comique dont le fondement est de mettre à nu les défauts observés. Le Lynx se situe dans cette posture critique. Mais comme son discours satirique vise les écarts de comportement, les abus politiques, les dysfonctionnements de la société, il requiert la connaissance du milieu socioculturel dans lequel il est produit et sur lequel il porte. Sa réception, étroitement liée à des référents cibles et à une vision engagée, suppose l’appartenance du lecteur au même espace temporel et culturel que les rédacteurs du satirique guinéen et une fidélité au journal.

I. Lecteur modèle et scénographies énonciatives

4L’identité manifestée proposée au lectorat comme creuset du discours satirique, gage de sa pertinence, et instrument de captation, oriente vers le « lecteur modèle » de Eco (1985), qu’il conviendrait d’adapter à la presse. Ce concept-clé de la sémiotique de la réception renvoie à un modèle synthétique et abstrait, un ensemble de compétences déductibles du texte qui définit le cadre et la portée de la « coopération » interprétative.

5Sous un autre angle qui fait jouer à plein la dynamique de l’ethos, on peut pénétrer plus spécifiquement dans les agencements textuels, avec le concept de « scénographie » chez Maingueneau (2000) qui renvoie à la représentation par le texte des situations d’énonciation dont il se prétend issu, et de leurs protagonistes dans les rôles et places qui leur incombent.

  • 2 Kerbrat-Orecchioni (2002) qui outre la compétence strictement linguistique, prend en compte dans la (...)

6Le Lynx donne beaucoup au lecteur et en exige beaucoup. Son lecteur modèle, Africain, Guinéen de Guinée ou de la diaspora, averti de l’histoire récente et plus ou moins meurtri par celle-ci se doit d’être vigilant et plein d’appétit. Sa « compétence-appétance »2 se définit sur trois plans : épistémique, éthique et rhétorico-poétique.

    • 3 Fory : mot de la langue soussou et signifie littéralement « quelqu’un de plus âgé ». C’est en d’aut (...)

    Le Lynx mobilise et construit du savoir : il apporte de l’information sur un mode indépendant c’est-à-dire contestataire par rapport au pouvoir établi conformément au contrat du journal satirique. Il fait fond à la fois sur la connaissance du contexte guinéen qui donne les clés de l’onomastique ironique (par exemple Fory Coco)3 mais aussi de l’actualité internationale (échos du 11 septembre par exemple) et d’une culture littéraire, philosophique ou théologique africaine et occidentale dont il fait grand cas.

  • Le Lynx suppose partager des valeurs (équité, vérité, dignité) et des aspirations : l’humanisme qui sous-tend la défense des droits de l’enfant et de la femme, la condamnation des crimes du régime de Sékou Touré, l’aspiration à une véritable démocratie entendue comme droit fondamental des gens, droit de savoir, de faire, de dire (Ngalasso, 1996). Qu’il s’agisse de politique, de religion ou de mœurs, la défense des valeurs récuse les préjugés et va de pair avec une grande liberté de ton et une ouverture affirmée.

  • Le Lynx valorise la disponibilité sémantique que supposent les altérations et les innovations des calembours, ou des néologismes, et sollicite l’agilité mentale. Ces opérations rhétoriques sont les vecteurs humoristiques de la dénonciation. La feinte énonciative de l’ironie est le plus souvent relayée par l’accent de l’indignation véhémente.

7La modalité humoristique implique un double registre de réception : on peut traiter des événements graves et défendre la cause de l’humanisme à travers l’amour de la langue et la légèreté des procédés comiques.

8Vivacité du ton, absence de tabous et inventivité des désignations lexicales définissent une scénographie générale de la parole libre à l’échelle du journal. Mais chaque article est susceptible de proposer sa scénographie propre. Les rubriques régulières en témoignent en représentant très souvent un locuteur en action qui s’adresse à un interlocuteur. La « Chronique assassine » rend hommage à l’écrivain défunt William Sassine tandis que beaucoup d’articles jouent sur le nom propre de leur signataire (« Bah Zooka »). L’éditorial « Juste un mot » propose une variation systématique sur l’énoncé à structure binaire « Silence on… [fait] » et suggère par là antiphrastiquement qu’il convient justement de ne pas se taire. Si « Enfance » ou « Ah les femmes ! » se définissent surtout thématiquement, les rubriques « La Lettre ouverte » ou « Sous le cocotier » sont explicitement adressées à un auditoire via le décalque d’un genre.

9L’interpellation et le dévoilement oblique relient les différentes scénographies. L’interpellation intervient à différents niveaux. Le journal présente de très nombreuses « entailles » (Peytard, 1992), ces traces du tissu textuel qui signalent une différence et l’émergence du sens :

  • les gras et italiques surlignent les passages importants, donnant à repérer altérations ou citations ;

  • les points d’exclamation omniprésents comme ponctuation finale des titres (notamment à la une avec la reprise en clausule d’une même phrase-refrain) relèvent d’une fonction expressive déclarée comme s’ils contenaient le commentaire « Vous vous rendez compte ! » ;

  • les pronoms je/vous/nous se combinent particulièrement dans « La Lettre ouverte ».

10Le lecteur interpellé est un lecteur situé auquel l’univers guinéen est familier, un lecteur engagé et sensible. Le dévoilement dénonciateur passe par le filtre de l’humour qui puise dans les substrats linguistique et générique, deux bases de l’identité culturelle.

II. Les genres traditionnels des sociétés africaines

11Les proverbes, énoncés lapidaires qui circulent à travers le temps et l’espace, communiquent à travers formules et images et servent l’argumentation. Le proverbe peut assumer une fonction de critique : plus efficace et moins blessant qu’un blâme direct, le recours à un langage énigmatique et allusif facilite la tâche de qui a des choses désagréables à dire (Rodegem, 1984, p. 124).

12Garants du lien social, les proverbes visent également à transmettre une expérience morale permettant de se conduire au mieux dans différentes circonstances de la vie. Ils reposent sur l’implicite, l’allusion et l’évocation. Le Lynx qui recourt à la fois à la « parole voilée » et à la « parole piquante » s’appuie sur leur autorité et leur potentiel sémantique au service du dévoilement critique.

13Le conte, court récit de faits ou d’aventures imaginaires, destiné à distraire connaît d’autres fonctions. C’est un moyen didactique sur les plans moral, social et traditionnel, où l’on enseigne, à travers des personnages et des événements typiques, ce que doit être le comportement idéal (Hampâté Bâ, 1994, p. 10). Le conte a une fonction particulière pour chaque groupe social et chaque groupe d’âge puisque d’après Griaule (1991, p. 19) il pose, sous une forme symbolique, les problèmes des relations humaines qui préoccupent toutes les sociétés.

14À l’instar du proverbe, le conte est aussi une parole voilée. On passe par l’intermédiaire d’un conte lorsqu’on veut fustiger un mauvais comportement ou faire prendre conscience d’une attitude déviante face aux mœurs. Ce genre initiatique illustre des attitudes à imiter ou à rejeter, des pièges à discerner et des étapes à franchir.

III. Étude de cas

Paroles, paraboles et « cankans »
Au temps de la chose multiforme, globale et exigeante, nos voisins s’amusaient à dire que celle-ci avait fait de mes compatriotes, des « incollables ». Aussi, avaient-ils fini par créer cette maxime qui a fait le tour de toute la sous-région : « Si tu as à faire avec un Nambaraka, donne-lui une belle claque avant la parole ». Parce que plus tchatcheur que les « commandés » de Wantankan Kouroussiti, tu meurs ! « Le vieillard ne quémande pas la nourriture mais demande la parole » dit un adage de la côte. Alors nous on parle. Démocratie oblige. Parce que nos chefs n’ont rien à nous dire depuis longtemps. Seuls les décrets parlent maintenant dans ce pays. « Nos diri-gens » ont raison, peut-être. « Bouchebée n’est jamais tabassée ».
Parfois, à force de se taire, on se leurre. « La promesse est plus contraignante que la dette », enseigne la sagesse. Mais, tenir ses promesses semble être maintenant un péché au Nambaradougou. On nous a promis du courant. Nous attendons toujours qu’il vienne en courant. Mais, ce sont plutôt ses départs qui sont de plus en plus courants.
Superman, le Premier de tous nos ministres avait aussi promis des causettes bimensuelles avec les journaleux. Ça fait huit mois qu’il se tait. Même quand tout le monde raconte qu’il a été « déplumé », il ne dit rien. On dit chez nous que « celui qui a été terrassé par son adversaire ne se relève jamais la bouche vide. » Superman n’a peut-être pas été terrassé, le jour que sa nuque touchera sol, il parlera… peut-être.
On avait aussi promis à nos bouffe-la-craie leurs « oui pour cent » en mars. Ça n’a pas « marché ». Le sang des « gens-saignants » n’a fait qu’un tour dans leurs veines. Ils ont tous débrayé. Les coups de chapelet du marabout Doubadiaby et les mousquets du Kosac n’ont rien pu. Quand on est Sans garé et Tête fêlée, c’est le fric ou rien.
Le Timonier s’en est mêlé. Il paraît que sa causette avec les syndicaleux grévistes était cordiale. Sans pèssè ni « franc-parler ». C’est pas le bon moment pour énerver les gens. Le Fonds Monnayeur International et la Banque (de crédit) Mondiale arrivent. Kaoudjembinté…! Superman lui, a brillé par son absence. À la première crève des gens-saignants ; il avait pris les devants. Cette fois-ci il a pris les arrières. Il a raison. Il est là « seulement » pour coordonner les actions du gouvernement. Pas les actions antigouvernementales. Et puis, il ne fait que l’économie. C’est Superwoman qui fait la politique. Maintenant, on la voit dans toutes les mamayas enfumées. À chacun son rôle.
Au Nambaradougou, il n’y a pas que des paroles. Il y a aussi des paraboles. Aux antennes plus vastes que les gros éventails qui encombrent les jardins et les toits des villas de nos types cossus. On appelle ça chez nous, « les paroles en grosses ».
Le Timonier a donné à son benjamin, le nom d’un « grand militant » du parti qui soutient ses réactions. Le gars n’en croyait pas ses oreilles, ni ses yeux. Il a versé des larmes à rendre jaloux les crocodiles du fleuve qui arrose la grande cité de la savane. Les concitadins de l’heureux homonyme en raillent. « Le Timonier a vraiment des problèmes. Laisser ses parents, ses amis et tous… pour donner le nom de son fils à un type aussi impopulaire ? Il aurait choisi le super mollah ou un grand notable de la région. Ça aurait sans doute mieux attiré le peuple de la savane ». Un mauvais calcul électoral, ça se dit !
Dans mon pays bien aimé, le champagne électoral mousse déjà, avant même qu’on saute le bouchon. Le président-candidat s’en est allé semer le mil de la campagne au pays des grimpereaux. Pour remplir à déborder, la coupe « scolère » qui porte son nom. Il parait que ce voyage traduit « sa constante sollicitude » pour les jeunots. Soit. Reste qu’il trouve du boulot pour nos dizaines de milliers de diplômés « cent » emplois et d’autres milliers qui chôment.
Au cours de la grande mamaya de bienvenue au Timonier, on a entendu plein de « cankans » et de paraboles. Le boss munici-pâle a loué « la vraie démocratie » et salué la transparence des élections dans sa cité. Sans préciser si c’est les premières ou les dernières. À cette allure, peut-être qu’on ne votera plus sur les nattes là-bas. Adieu les coups de gomme et les wassa wassa !
Le porte-voix du Timonier a répondu sur un ton et avec un son révolutionnaires. Il fallait faire croire au patron qu’on maîtrise le Territoire. Que le Timonier est aimé de tous ceux qui ne l’aiment pas, et qu’« il a dans son cœur » tous ceux qui ont fait le mauvais bon choix.
Au Nambaradougou, on s’inquiète de ce qu’on bouffe, mais pas de ce qu’on dit. À la semaine prochaine.
Par Sékou Amadou Condé (Le Lynx, n° 265, 21 avril 1997, p. 11)

1. Paroles, paraboles et cankans : l’identité « dans et par le discours »

15La valeur argumentative des proverbes, des allusions historiques et des noms propres est liée au contexte de production qui sera évoqué au fil de l’analyse. Tout un signalement typographique (guillemets, gras, italiques) permet de les repérer. Les proverbes sont reconnaissables par les incises comme « dit un adage de la côte ; enseigne la sagesse ; on dit chez nous », discours citants que Rodegem (1984, p. 122) désigne par « identificateurs » et qui permettent au journaliste de montrer qu’il appartient à une communauté ou qu’il en connaît la culture.

  • 4 Le mot soussou pèssè (§5) traduit d’ailleurs par « franc-parler » fait allusion à la réputation de (...)

16Le proverbe « Le vieillard ne quémande pas la nourriture mais il demande la parole » (§1) est généralement utilisé pour montrer l’importance de la transmission de la parole des anciens qui, dans les sociétés africaines, incarnent expérience, sagesse, maîtrise de soi et respect des valeurs morales. Ce proverbe appuie aussi l’idée selon laquelle les Guinéens sont de grands parleurs, en référence au verbiage des réunions du PDG (Parti Démocratique de Guinée). Le régime a changé les règles de prise de la parole en Guinée. N’importe qui ne doit pas s’exprimer en public : chaque âge de la vie est marqué par une manière de parler, et seuls les plus âgés ont pu gravir les différentes étapes qui mènent à la bonne parole, faite seulement d’allusions, de proverbes et d’évocations (Diarra et Leguy, 2004, p. 19). On suppose qu’une personne âgée a atteint « la maturité linguistique » et la « reconnaissance sociale » permettant de ne plus expliciter, de ne plus dire les choses directement ou platement4.

17« Bouche bée n’est jamais tabassée » (§1) reformule un autre proverbe signifiant que celui qui ne dit rien ne risque rien. L’énoncé dénonce l’attitude des hauts fonctionnaires qui, par peur de perdre leurs postes, s’abstiennent de critiquer le régime de Lansana Conté. Selon l’imaginaire culturel en Guinée, on n’a pas le droit de critiquer celui qui exerce le pouvoir, mais celui-ci se doit de donner le bon exemple (« le poisson commence toujours à pourrir par la tête » dit le proverbe soussou). Fustiger les actions du gouvernement de Conté, c’est s’attaquer à la personne même du chef de l’État.

18« La promesse est plus contraignante que la dette » (§10) peut être interprété comme une réplique au proverbe : « la promesse est une dette ». En effet, si la dette se paye en fonction du revenu du débiteur, dans les sociétés guinéennes, la promesse met en jeu l’honneur de la personne. Ne pas respecter son engagement entame la crédibilité. Ce proverbe critique ici l’ancien premier ministre Sidya Touré nommé en 1996 pour donner un nouveau souffle à l’économie guinéenne et qui avait promis, entre autres, de résoudre le problème d’électricité et de tenir régulièrement des conférences de presse. Ces promesses n’ont pas été respectées, car la marge de manœuvre du premier ministre a été réduite par un clan formé autour du président.

19« Celui qui a été terrassé par son adversaire ne se relève jamais la bouche vide » (§3). Cette formule imagée souligne l’idée qu’au terme d’un affrontement, celui qui perd n’est jamais à court d’arguments pour justifier sa défaite et sauver la face. Le journaliste montre ainsi son étonnement par rapport au mutisme de l’ancien premier ministre : à l’image du lutteur terrassé par son adversaire, Sidya Touré, même « déplumé » devait s’exprimer, ne serait-ce que pour mettre fin aux rumeurs.

20La moquerie dont fait l’objet l’ancien premier ministre est plus manifeste dans la phrase : « Superman n’a peut-être pas été terrassé. Le jour que sa nuque touchera sol, il parlera… peut-être » (§10). Cette phrase fait allusion à un autre proverbe : « Si tu terrasses un tricheur, fais tout pour que sa nuque atteigne le sol ». Dans certaines communautés guinéennes, la nuque est la partie du corps que les lutteurs protègent. Ce proverbe signifie que tant que la nuque du lutteur n’est pas couverte de poussière, il peut prétendre n’avoir pas été terrassé. Cette allusion sous-entend que l’ancien premier ministre ne s’est pas exprimé parce qu’il n’avait peut-être pas été suffisamment ridiculisé. Sidya Touré est désigné par le nom d’un personnage de cinéma : Superman (son épouse est appelée Superwoman) pour rappeler qu’au moment de sa nomination, il avait été présenté comme un homme intègre et expérimenté qui allait enfin redresser l’économie guinéenne.

21Le mot « Commandés » (§1) réfère aux Guinéens. C’est une forme de modalisation autonymique qu’Authier-Revuz (1995) définit comme une « non-coïncidence du discours avec lui-même », car le journaliste reprend un autre discours dans le sien. Il le met entre parenthèses sans indiquer la source de l’énoncé modalisé si bien que la compréhension du mot requiert de la part du lecteur une connaissance de la vie politique guinéenne. Le mot fait allusion à un discours du président guinéen rappelant qu’il était militaire et qu’il fallait obéir à ses ordres. Le journaliste suggère que les Guinéens sont gouvernés par un régime militaire, en dépit du semblant de démocratie des institutions républicaines.

22« Au temps de la chose multiforme, globale et exigeante » (§1) reformule un slogan du régime dictatorial de Sékou Touré (« La révolution est exigence, elle est globale et multiforme. Elle va du général au particulier et du particulier au général »). Le mimétisme discursif combine l’allusion historique et la dévalorisation (la chosification de la révolution) pour évoquer cette période sombre de l’histoire de la Guinée.

23L’ancrage culturel est remarquable par la présence des noms Nambaraka, Nambaradougou et Wantankan Kouroussiti (§10). Le premier est l’appellation que le journaliste donne aux Guinéens. Ce néologisme forgé à partir du mot Nambara qui signifie « problème, tracasseries » dans les langues soussou et malinké, et le morphème dérivatif ka qui est un marqueur de lieu dans ces deux langues désigne l’habitant d’une cité agitée par toute forme de violence. Le nom Nambaradougou formé du substantif Nambara (« problème ») et du dérivatif lexical Dougou qui signifie « terre », désigne de façon critique la Guinée, littéralement « pays ou terre des problèmes ».

24Quand au syntagme Wantankan Kouroussiti, il signifie littéralement « le propriétaire du pantalon », en deux langues successivement. Le mot Wantankan par apocope du mot soussou Wantankagni qui signifie « le propriétaire du pantalon » (en soussou Wantangni signifie « pantalon » et le morphème Kangni marque la possession), le mot Kouroussiti, par dérivation en malinké (Kourousi signifie « pantalon » et le morphème ti marque la possession). Ces deux noms sont utilisés métaphoriquement en Guinée pour dire d’un homme qu’il est dynamique et indomptable. Le journaliste l’emploie ironiquement en référence au statut du président et démystifie ainsi son pouvoir, car les règles de bienséance interdisent de désigner ainsi une personne plus âgée que soi, à plus forte raison un chef.

25Si au début de l’article, le journaliste montre l’éloquence des Guinéens en citant une maxime, il suggère aussi l’aisance verbale avec la figure rhétorique de la « parabole » (§6). Au sens technique le mot désigne l’antenne destinée à capter les chaînes par satellite (en 1997 seuls quelques foyers guinéens en étaient dotés). La forme du radar de ces antennes est comparable au ventre d’une femme enceinte. Or, en langue soussou, la parabole (figure rhétorique) se traduit littéralement par « une parole en grosse » que le journaliste utilise d’ailleurs (§6). Mais l’ancrage de ce passage dans l’actualité ne peut être compris qu’en lisant le §9 où est évoqué le déroulement de la visite du président Conté dans la ville de Kankan, en sous-entendant que des paraboles seraient énoncées dans les discours des intervenants, d’où le titre : Paroles, paraboles et « cankans ».

26Dans ce titre, « Cankans » est mis entre guillemets pour souligner une non-coïncidence du mot à ce à quoi il réfère. Le journaliste crée ce néologisme graphique en associant deux homophones : « Kankan » (nom d’une ville) et « cancans » (bavardages malveillants). Le mot désigne alors à la fois la ville de Kankan et les commérages entendus dans cette ville lors de la visite du président. Tout cela ne peut être compris que par un lecteur averti qui doit faire appel à ses compétences culturelles pour décrypter la phrase : « Le président candidat s’en est allé semer le mil de la champagne au pays des Grimpéraux » (§8).

27« Le pays des Grimpéraux » réfère ici à la région de la Haute Guinée dont sont originaires la majorité des militants du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG), le parti d’Alpha Condé. Kankan est la plus grande ville de cette région. Le mot « Grimpéraux » est un néologisme forgé par Le Lynx pour désigner les militants du RPG. C’est à partir du verbe grimper qu’est construit le sobriquet de l’opposant Alpha Condé, « Alpha Grimpeur » : lors d’un meeting à Conakry en 1992, on l’avait aperçu grimpant le mur d’un stade pour échapper aux forces de l’ordre.

28En utilisant des proverbes et des mots issus de langues guinéennes dans ses articles, en relation avec l’histoire et l’actualité politiques, Le Lynx réactive le fonds culturel guinéen à des fins argumentatives. Il affiche une posture auctoriale qui le rapproche de son lectorat et renforce la connivence afin d’emporter la conviction.

2. Sous le cocotier : le conte actualisé en fable politique

Sous le cocotier
J’étais tranquillement couché dans mon hamac, en train de balancer sous le cocotier, le chapeau de paille sur le visage, quand on a soufflé dans mon oreille, cette histoire de mésaventure dans la cour royale. Elle a eu lieu entre le lion et la panthère. Il y a belle lurette que le premier a confié à la seconde, la garde de son royaume. Un jour, la panthère se réveille avec au programme, une visite à la tanière pour solliciter une audience auprès de son roi lion. En lieu et place, elle en informe « Les bœufs raids roufes » qui montent la garde à l’entrée du palais. Aussitôt informé de la présence de la panthère dans les locaux, le lion pique une colère noire comme du charbon : « Non, je ne te reçois pas ! Tu m’as induit en erreur. Je t’avais bien dit de ne pas attraper L’épervier, si tu ne détiens pas des preuves concrètes contre lui. Tu m’as rassuré. Tu l’as fait pour le loger dans la Cage. Depuis, rien ! À présent, le royaume est secoué de tous les côtés à cause de cette histoire ». La panthère, retrousse les manches et rebrousse chemin. L’épervier continue de grimper aux cinq étoiles du royaume. Personne ne sait par quelle porte en sortir. Comme l’affaire se trouve entre les mains du corbeau de la justice, on verra comment ce dernier va faire ses mic-mac pour déterrer des articles dans le code peinard du royaume… et enfoncer l’épervier qui voulait Grimper sur le trône. L’important étant de sauver la face. À moins que l’on se soit trompé sous le cocotier (Le Lynx, n° 406, 3 janvier 2000, p. 8).

29Sous le Cocotier permet d’observer l’hybridation générique conte-article de presse. Les articles de cette rubrique ne sont pas signés et n’ont pas de titre. Les événements y sont souvent racontés à l’instar du conte. Le récit s’ouvre par la formule : « J’étais tranquillement couché dans mon hamac, en train de balancer sous le cocotier, le chapeau de paille sur le visage, quand… », et se clôt par l’expression : « À moins que l’on se soit trompé sous le cocotier ». Ces formules rappellent la structure des contes africains qui s’organisent en trois parties : l’exorde, la narration et la péroraison.

30Les conteurs mettent en scène soit des humains, soit des animaux. Cependant, de nombreux contes mêlent les deux types de personnages, ce qui ne permet pas de distinguer un « conte » strictement « animalier ». La tradition utilise des animaux pour ridiculiser certains défauts humains et censurer les mœurs.

31En fonction de l’actualité, Le Lynx met en scène les acteurs politiques guinéens à travers des personnages animaliers dont les traits constants sont identifiés par le lecteur grâce à sa connaissance du rôle, du caractère et de la place de ces animaux dans la culture guinéenne.

32Dans les contes africains, le lion roi de la brousse, incarne la puissance. Ce carnassier craint de tous les animaux se croit tout permis. Ici « le lion » réfère à Lansana Conté. En effet, la façon dont Conté dirige le pays inspire Le Lynx dans sa représentation de la Guinée comme un royaume et induit tout un champ lexico-sémantique : la Guinée est désignée par « le royaume de la brousse », le président par « le roi lion », les ministres par les « roitelets », les cinq communes de Conakry par « les cinq buissons de la capitale ». Le cortège présidentiel est appelé « caravane royale » et les journalistes des médias du service public les « oiseaux bavards du royaume ». Le « trône » réfère au pouvoir, tandis que la « tanière » et la « cour royale » désignent respectivement le palais présidentiel et sa cour.

33La panthère symbolise la rapidité, l’adresse, mais aussi la traîtrise et la férocité. Ici elle renvoie à l’ancien ministre de la Sécurité, Sékou Koureissi Condé qui a commandité l’arrestation et l’incarcération d’Alpha Condé. Avant d’être nommé ministre, Koureissi Condé critiquait les actions du gouvernement, il avait même créé un parti dénommé ARENA.

34Dans l’imaginaire guinéen, l’épervier est un oiseau qui bouge beaucoup. Il est comparé au leader du RPG Alpha Condé, parce que ce dernier est instable ; il passe plus de temps en France que dans son pays. Mais cela ne lui a pas permis d’échapper au tout puissant lion : il a été arrêté en décembre 1998, jugé en 2000 et gracié en mai 2001. La « cage » réfère à la prison où il était détenu.

35Pour aider le lecteur, le journaliste emploie une autre forme de dénomination « L’épervier continue de grimper aux cinq étoiles du royaume ». Alpha Grimpeur est le pseudonyme de Condé. Quant à l’expression « cinq belles étoiles », elle renvoie à la maison d’arrêt de Conakry que certains articles du satirique désignent ironiquement « l’hôtel 5 étoiles ».

36Le corbeau symbolise un oiseau de mauvais augure dans les cultures guinéennes. « Le corbeau de la justice » réfère à Maurice Zogbélémou Togba, l’ancien ministre de la Justice. C’est ce terme « justice » qui permet au lecteur de le déduire.

37« Les bœufs raids rouges » est une déformation paronymique et parodique du nom de la garde présidentielle. Parce que ces hommes portent des bérets de couleur rouge, en vertu d’un lien métonymique, la population les appelle « les bérets rouges ». En Guinée, une personne qui n’est pas intelligente, est le plus souvent comparée au bœuf. C’est une façon implicite d’inscrire dans le texte, une information relative au faible niveau d’instruction de ces militaires. Une autre explication est que Le Lynx compare le bruit de leurs chaussures à celui des sabots des bœufs, ou encore qu’il vise la brutalité de ces hommes qui exécutent des ordres sans réfléchir.

38Le Lynx utilise les canaux du conte pour dépeindre les mœurs politiques. Le déroulement narratif et les personnages sont une manière de rapporter l’actualité sociopolitique guinéenne qui affirme à la fois identité culturelle et dérision. En effet, la caricature des hommes politiques par des personnages animaliers désacralise le pouvoir. Mais ce phénomène de démystification ne peut être compris que par un lectorat possédant des compétences culturelles sur l’imaginaire propres aux différentes composantes ethniques de la Guinée.

Conclusion

39Une stratégie discursive et interdiscursive marquante de la satire qu’exerce Le Lynx se fonde donc sur le lien identitaire avec son lectorat pour poursuivre ses fins argumentatives satiriques. Les composantes de cette identité culturelle nourrissent la stratégie elle-même. Elles fournissent :

  • des modèles textuels issus notamment des genres traditionnels de l’oralité,

  • des figures de l’imaginaire comme les personnages animaliers,

  • une productivité poétique à travers les approximations phoniques, les dérivations et autres désignations nominales ironiques.

40Elles fournissent aussi des cheminements pragmatiques caractérisés par des procédés rhétoriques de l’obliquité et de la densité. Or ces procédés dominants qui relèvent de la condensation (phonique et/ou sémantique), de l’allusion et du détournement ont quelque chose de paradoxal. Ils usent avec prédilection de l’implicite, de l’indirect, du fictionnel pour dépeindre une réalité vécue, subie, brûlante et précise, que le journal vise à transformer par le pouvoir des mots. Le détour rhétorique lie efficacité critique et identité culturelle. Qu’il s’agisse de l’autorité à valeur générale du proverbe, de la transposition narrative du conte, de l’équivoque phonique, du décalage entre ton humoristique et questions dramatiques, c’est à travers tours et détours de la parole que Le Lynx ajuste sa cible et « met dans le mille ».

Bibliographie

Bibliographie

Anonyme, 2000, « Sous le cocotier » Le Lynx, n° 406, 3 janvier 2000.

Authier-Revuz J., 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi, boucles réflexibles et non coïncidences du dire, t. 2, Paris, Larousse.

Blavignac J. D. et al., 2003, Cris de rue et sobriquets populaires de la Suisse romande, Genève, Slathine.

Bouillage A., 1996, L’écriture imitative – Pastiche, parodie et collage, Paris, Nathan.

Cazeneuve J., 1996, Du calembour au mot d’esprit, Rocher.

Condé S. A., 1997, « Paroles, paraboles et ’cankans’ », Le Lynx, n° 265, 21 avril 1997.

Diarra P. et Leguy C., 2004, Paroles imagées : Le proverbe au croisement des cultures, Rosny-sous-Bois, Éditions Bréal.

Diop M. C. et Diouf M. (eds), 1999, Les figures du politique en Afrique. Des pouvoirs hérités aux pouvoirs élus, Paris, Karthala.

Eco U., 1985, Lector in fabula ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, PUF.

Fèvre L., 1996, Contes et métaphores, Lyon, Chronique Sociale.

Frère M.-S., 2000, Presse et Démocratie en Afrique francophone, Paris, Karthala.

Hampâté Bâ A. (éd. Heckmann H.), 2002, Il n’y a pas de petite querelle. Nouveaux contes de la savane, Paris, Éditions Stock.

Kerbrat-Orecchioni C., 2002, L’énonciation, de la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

Lecoq L., 1996, La satire en Angleterre de 1588 à 1603, Paris, Seuil.

Maingueneau D., 2000, Analyser les textes de la communication, Paris, Nathan.

Maloux M., 2001, Dictionnaire des proverbes, sentence et maximes, Paris, Larousse/VUESF.

M’Baye K., 1978, « Sacralité, croyance, pouvoir et droit en Afrique », in Wane M., Sacralité, pouvoir et droit en Afrique, Paris, CNRS, p. 143- 140.

Ngalasso-Mwatha M., 1996, « Introduction », Politique africaine, n° 64, « Démocratie, le pouvoir des mots », Karthala, Paris, p. 3-17.

Peytard J., 1992, Syntagme 4 : De l’évaluation et de l’altération des discours – sémiotique didactique informatique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Rodegem F., 1984, « La parole Proverbiale », in Suard F et Buridant C., Richesse du proverbe. Typologie et fonctions, vol. 2, Lille, PUL, p. 121- 129.

Sangsue D., 1994, La parodie, Paris, Hachette.

Tudesq A.-J., 1995, Feuilles d’Afrique. Étude de la presse de l’Afrique Subsaharienne, Pessac, MSHA.

Xu Z., 2001, Le néologisme et ses implications sociales, Paris, L’Harmattan.

Notes

1 Le Lynx est un journal guinéen créé par la société Guicomed (la Guinéenne de la Communication et de l’Édition créée en juillet 1991) et affiche en sous-titre la mention : Hebdomadaire Satirique Indépendant. Son premier numéro est paru le 7 février 1992. Il est le premier journal paru après la promulgation (décembre 1991) de la loi sur la liberté de la presse en Guinée.

2 Kerbrat-Orecchioni (2002) qui outre la compétence strictement linguistique, prend en compte dans la communication verbale, la compétence encyclopédique et la compétence culturelle des sujets impliquant l’ancrage contextuel.

3 Fory : mot de la langue soussou et signifie littéralement « quelqu’un de plus âgé ». C’est en d’autres termes un patriarche. Mais dans Le Lynx, il acquiert une valeur péjorative et renvoie à : « vieux, grand, gros, bête et qui est craint dans la cité ». Car dans les contes et légendes guinéens, fory est synonyme de hyène. Elle ne réfléchit pas à ce qu’elle fait. Elle n’est pas raisonnable. Au contraire, elle est instinctive. Le syntagme Coco : vient de l’expression « Chéri Coco » utilisée en Afrique de l’Ouest pour désigner quelqu’un qu’on aime.

4 Le mot soussou pèssè (§5) traduit d’ailleurs par « franc-parler » fait allusion à la réputation de Lansana Conté d’avoir un discours cru qui, en contexte guinéen peut-être considéré comme un manque de considération pour ses interlocuteurs ; il n’utilise pas un langage policé empreint d’euphémisme comme le préconisent les valeurs sociales africaines. Contrairement à ses habitudes, le président guinéen n’a pas utilisé son franc-parler lorsqu’il a rencontré les responsables syndicaux des enseignants en grève : « ce n’est pas le moment d’énerver les gens ».

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search