Version classiqueVersion mobile

Discours d’Afrique

 | 
Alpha Ousmane Barry

Deuxième partie. Argumentation, rhétorique et politique

14. Les discours de proximité de Laurent Gbagbo

Marc Bonhomme

Entrées d'index

Texte intégral

I. Discours politique institutionnel et discours politique de proximité

1Le discours politique est souvent envisagé comme un genre homogène (Le Bart, 1998 ; Charaudeau, 2005). Or dans les faits, les productions politiques s’avèrent très hétéroclites, constituant davantage des pratiques que la manifestation d’un genre proprement dit. Ces pratiques partagent certes des propriétés analogues : une forte médiatisation liée à leur statut public, une même orientation perlocutoire globale, en ce que les productions politiques sont des instruments d’explication et de persuasion quant aux intérêts d’une collectivité donnée… Mais conjointement, celles-ci sont traversées par de nombreux clivages, dus entre autres à la diversité de leurs supports (écrits, oraux, télévisuels, etc.), de leurs modes de transmission (ciblage immédiat/ différé ou direct/indirect de leur auditoire) et de leurs catégories expressives (interviews, communiqués, débats…). De la sorte, les productions politiques se présentent avant tout comme des structures modulaires, avec les classements croisés et graduels qui en découlent, chaque discours exploitant un certain nombre de composantes tant verbales que communicationnelles en fonction de ses besoins et de son contexte.

2Si tout discours politique est au fond singulier et irréductible, il ne s’intègre pas moins dans des sphères de polarisation axées sur des traits convergents, parmi lesquelles deux prédominent : celle du discours politique institutionnel et celle du discours politique de proximité. Ces deux types discursifs forment en effet deux grands pôles contrastifs, au moins à trois niveaux :

  • Sur le plan thématique, autant le discours politique institutionnel s’intéresse aux questions générales concernant tout un pays ou une pluralité d’États, autant le discours politique de proximité s’attache à des questions circonscrites à un segment de population.

    • 1 La distance spatiale se concrétise généralement par la présence d’une tribune officielle qui éloign (...)

    Sur le plan interactif, quand le discours politique institutionnel suppose un contact distant (langagier et/ou spatial1) avec un large public, le discours politique de proximité établit une relation étroite avec un public restreint.

  • Sur le plan énonciatif, alors que le discours politique institutionnel implique un registre de parole soutenu, le discours politique de proximité adopte une tonalité beaucoup plus libre et détendue.

  • 2 Cette diffusion ultérieure entraîne ordinairement des modifications et des normalisations dans les (...)

3Ces quelques distinctions entre le discours politique institutionnel et le discours politique de proximité admettent des interférences possibles. Par exemple, dans sa thématique, un discours politique de proximité comporte parfois des excursus sur des problèmes nationaux ou internationaux. Au niveau interactif, comme le remarquent plusieurs articles du numéro 77 de Mots (Le Bart et Lefebvre, 2005), un discours institutionnel peut avoir des marquages proxémiques destinés à rapprocher l’homo politicus du citoyen de base. Mais il s’agit la plupart du temps d’un simple saupoudrage d’éléments rhétoriques superficiels par rapport au discours de proximité stricto sensu. Inversement, et toujours sur le plan interactif, il arrive que des discours initialement de proximité – comme ceux de Laurent Gbagbo – soient ensuite diffusés médiatiquement sur Internet à l’adresse d’un public indifférencié2.

4Signalons au demeurant que la recherche traite inégalement ces deux types de discours. À part quelques exceptions, dont le numéro de Mots susmentionné, les chercheurs analysent prioritairement les différentes formes de discours politique institutionnel. Cette tendance apparaît d’autant plus quand ils étudient les discours présidentiels, qu’ils soient le fait de présidents en exercice (Mayaffre, 2004) ou de candidats à la présidence de la République. Ainsi en est-il dans l’ouvrage du Groupe Saint-Cloud (1995) consacré aux discours télévisés lors des élections présidentielles françaises de 1988. Au vu de cette situation déséquilibrée, en nous penchant sur le cas type du président Laurent Gbagbo, nous aimerions réhabiliter le discours politique (et désormais présidentiel) de proximité, en montrant son intérêt tant linguistique que social.

II. L’importance des discours présidentiels de proximité de Laurent Gbagbo

5Le discours présidentiel de proximité peut être considéré comme plus ou moins universel, en ce qu’il est inhérent à la fonction de président de la République dans certaines situations : déplacements en province, visites de chantiers ou de manifestations particulières, cérémonies privées… Mais il paraît important dans le contexte africain où plusieurs facteurs le favorisent : ses accointances avec les échanges informels de la palabre, le rôle de l’enracinement ethnique, l’influence du clientélisme… L’importance du discours présidentiel de proximité en Afrique se vérifie quand on consulte le site Internet de la présidence de la Côte d’Ivoire3, focalisé autour de la personne de Laurent Gbagbo. Ce site diffuse, depuis fin 2000 jusqu’en décembre 2006 – date limite de notre enquête –, une centaine de discours de ce dernier, parmi lesquels les deux types précédemment indiqués occupent une place à peu près égale.

6En premier lieu, on relève sur ce site une cinquantaine de discours politiques institutionnels qui se distribuent en trois sous-catégories. D’abord, les messages à la nation, à la tonalité solennelle, lors des épisodes phares de la vie politique ivoirienne : fête nationale du 6 août, vœux du nouvel an, moments cruciaux de la guerre civile… Ensuite, des discours de réception d’un hôte étranger, comme le président de la Guinée-Bissau ou celui du Bénin. Enfin, les allocutions prononcées sur la scène internationale, à l’instar du septième sommet de l’Union africaine.

7En second lieu, la moitié des interventions de Laurent Gbagbo sont composées de discours politiques de proximité, avec une fréquence croissante dans les années 2005 et 2006 qui vont nous retenir plus spécialement. La tonalité peu formelle de ces discours de proximité est couramment explicitée par des expressions telles que « intervention orale spontanée » ou « non rédigé ». De plus, ces discours présidentiels de proximité font voir un ciblage sectoriel privilégié sur la vie politique intérieure et quotidienne de la Côte d’Ivoire, cela autour de trois thèmes : interventions à l’adresse de groupes socioprofessionnels (paysans, pêcheurs, artisans…) ; allocutions lors de déplacements auprès de populations déterminées (Tankesse, Danguele…) ou auprès de certaines communautés, comme celle des Libanais de Côte d’Ivoire ; discours à l’occasion de visites de chefs en provinces, comme le roi du Sanwi ou celui des Abourés. Dans l’ensemble, ces discours de proximité de Laurent Gbagbo présentent deux caractéristiques : l’hybridation de leurs structures et le travail de figuration qu’ils attestent de sa part.

III. Les discours de proximité de Laurent Gbagbo comme configurations hybrides

8À l’inverse du registre invariablement soutenu des déclarations institutionnelles de Laurent Gbagbo, ses discours présidentiels de proximité apparaissent comme des productions plurivoques, aux registres d’expression disparates.

1. Prégnance des technolectes et des genres rhétoriques conventionnels

9De prime abord, ces productions se font l’écho de l’interdiscours technocratique, défini par sa dimension scripturale, son style élaboré et sa froideur communicationnelle. Influencés par les conseillers de Laurent Gbagbo, comme il le reconnaît dans son discours du 5 mai 2005, ces énoncés technolectaux émaillent un bon nombre de ses interventions, à l’image de celles prononcées devant les populations d’Adjoukrou (19 octobre 2005) ou d’Aboisso dans le Sud-Comoe (26 août 2006) :

Cette région s’est donnée comme champ d’expérimentation de l’économie de la Côte d’Ivoire. […] Quand il y a une transaction commerciale, elle doit profiter à l’entité décentralisée sur le territoire de laquelle elle se fait.

10Manifestant toute une compétence phraséologique, un tel technolecte donne une légitimation administrativo-politique au discours.

  • 4 Rappelons que Laurent Gbagbo est un universitaire, titulaire d’un doctorat sur les « Ressorts socio (...)
  • 5 Centré sur l’éloge et recourant majoritairement au présent, le genre épidictique utilise les valeur (...)
  • 6 Basé sur le débat et orienté sur le futur, le genre délibératif consiste à conseiller ou à déconsei (...)

11En outre, les discours de proximité de Laurent Gbagbo sont profondément imbibés par les genres rhétoriques conventionnels, dans le fil de la tradition occidentale depuis l’Antiquité gréco-latine. Tout en montrant un énonciateur cultivé4, ces genres rhétoriques témoignent d’une grande maîtrise de la parole en fonction de la thématique du propos et des publics visés. Les discours de proximité de Laurent Gbagbo font en effet habilement alterner les séquences épidictiques5, notamment lors de ses visites aux chefs coutumiers, tel le roi du Sanwi (7 novembre 2005) : « Majesté, je voudrais vous saluer et vous féliciter pour votre accession au trône prestigieux de Krindjabo ». Ou encore les séquences délibératives6, en particulier lorsqu’il s’agit de résoudre les problèmes touchant une région, comme celle de Tanda (24 juin 2006) :

Je vous demande à vous tous qui êtes capables de me conseiller, de venir me trouver pour faire des propositions. […] Il faut qu’on trouve une solution.

  • 7 Pour des informations complémentaires sur le genre judiciaire, comme sur les deux genres précédents (...)

12À cela s’ajoutent de nombreuses séquences judiciaires, fondées sur l’évaluation d’actes répréhensibles7, surtout quand il est question de sanctionner les fonctionnaires corrompus :

Mais ceux qui volent les entrepreneurs, vous les entrepreneurs, aidez-nous à les démasquer, à les débusquer, à les arrêter (Discours aux usines portuaires Scodi, 30 mai 2006).

  • 8 Celle-ci a principalement été théorisée par les rhétoriciens latins, comme Cicéron (1922- 1930) ou (...)

13Conjointement, ces discours se remarquent par leur pleine possession des techniques de la dispositio rhétorique classique8, ce qu’illustre l’allocution aux paysans lors des concertations populaires (22 avril 2005) :

  • Exorde remerciant les paysans de leur accueil et de leur mobilisation,

  • Narration consacrée à l’historique de l’organisation difficile des élections, suite à la guerre civile et au blocage des rebelles du Nord,

  • Confirmation sous la forme de l’allégorie argumentative du serpent et du canari, selon laquelle on doit casser le canari pour tuer le serpent qui s’y cache. En d’autres termes, tous les moyens légitimes sont autorisés pour en finir avec la rébellion.

  • Enfin, péroraison appelant les paysans à voter et invoquant la protection de Dieu.

2. Une forte tonalité empathique

14Mais en même temps, à côté de cette ossature assez distante du fait de son caractère soutenu, les discours présidentiels de proximité de Laurent Gbagbo sont imprégnés d’une forte tonalité empathique, celle-ci assurant une emprise directe sur leurs publics, selon trois procédés.

a. Omniprésence de l’oralisation

15D’abord, on constate dans ces discours une oralisation omniprésente, source d’effets de spontanéité de l’énonciateur. Sur le plan syntaxique, cette oralisation se traduit par la multiplication des déictiques de proximité, qui confèrent une actualisation immédiate aux propos tenus : « Si l’école n’était pas gratuite, je ne serais pas là devant vous, aujourd’hui. » (14 octobre 2006). L’oralisation se remarque également à travers des anaphores oratoires incessantes, révélatrices d’une pulsion prosodique de la parole, surtout quand elle s’organise en périodes rythmiques binaires ou ternaires : « Le pays n’est pas maudit. Cette région n’est pas maudite. Les Koulango ne sont pas maudits. » (24 mai 2006).

  • 9 L’anacoluthe définit les ruptures de construction affectant les phrases (Bonhomme, 1998).

16De surcroît, les discours de proximité de Laurent Gbagbo sont véritablement saturés de marqueurs d’oralité qui en font des productions verbales en acte : phatèmes répétés (« Mais il faut, bon sang de bonsoir, tirer les leçons. », 26 août 2006) ; dislocations des énoncés dues à la profusion des structures clivées (« Un homme qu’on sauve, il est content. », 2 décembre 2005) ou des anacoluthes9 : « Le ministre de l’Intérieur étudie la carte administrative, et que selon ce qui lui semble bon, nous fera des propositions. » (24 mai 2006). Sans parler des décumuls du relatif (« Si ton village est un simple village que vous y avez le téléphone, tu cherches quoi ? », 24 mai 2006), des apocopes (« Mais alors, prenez les produits de l’industrie, allez les vendre à Ouaga. », 14 octobre 2006) et des ellipses continuelles :

Cette crise va faire que la Côte d’Ivoire sera très grande. Elle va faire que…, parce qu’avec cette crise, toutes les prophéties de malheurs qu’on a faites contre nous et qui ont échoué feront…, nous allons nous en sortir encore plus grands (30 mai 2006).

17Ces marquages se combinent habituellement dans la trame des discours, contribuant à leur aspect improvisé, ainsi que le montre l’intervention faite devant la population de Tabagne le 23 mai 2006 :

Depuis que je suis dans le Zanzan, Sandéguè a demandé à être préfecture, Kouassi-Datékro a demandé à être préfecture, Koun-Fao où je vais aller va demander à être préfecture, Tabagne demande à être préfecture, si je dis oui à tout le monde, on aura que des départements dans le Zanzan, on n’aura pas de sous-préfectures. Donc permettez-moi sur ce point seulement de vous dire que je vais réfléchir […].
Pour le reste, vous m’avez parlé de transformer le collège moderne en lycée, je suis d’accord avec ça. Plus les lycées sont proches des parents, moins les filles se livrent à la prostitution et moins les garçons se livrent à la mendicité.
Quand on envoie les enfants au collège loin de leurs parents, ils ne connaissent personne, ils n’ont rien. Et on leur dit débrouillez-vous.
Alors ils et elles se débrouillent. On trouve les filles allant partout sauf à l’école. Et revenant plus rapidement que prévu au village avec une ou plusieurs grossesses. Les garçons, on les trouve en prison. Parce qu’ils sont passés par des bandes armées où on leur offre de l’argent facile. Non ! Pour ça, je suis prêt à ériger rapidement le collège moderne de Tabagne en lycée. Je suis prêt aussi à étudier, à donner dans les jours qui viennent une voiture à la gendarmerie de Tabagne pour que les gendarmes puissent efficacement lutter contre les malfrats. […] Chers parents, chers amis, c’est ça que je voulais vous dire aujourd’hui.

b. Familiarité lexico-thématique

  • 10 Pour l’extension de ces formulations sur l’ensemble de l’aire géographique africaine, voir l’Invent (...)

18Une telle oralisation s’accompagne d’une familiarité lexico-thématique qui permet des effets d’authenticité et d’enracinement en symbiose avec l’auditoire, tout en renforçant la communication restreinte des discours de proximité de Laurent Gbagbo. Ceux-ci abondent en expressions relâchées, attestées dans l’ensemble de la francophonie et qu’on ne trouve jamais dans ses allocutions plus institutionnelles : « rouler les travailleurs » (6 septembre 2005), « venir chez des potes » (24 mai 2006), « c’est de la frime » (3 août 2006)… Ces mêmes discours regorgent de formulations propres à l’Afrique francophone : « beaucoup de choses sont gâtées » (30 septembre 2006), « hier nuit » (3 octobre 2006), « être sur les bancs » (12 octobre 2006)10… Ils contiennent aussi divers emprunts aux langues ivoiriennes, dont le baoulé : « dire un grand yako » (20 août 2006), « vendre l’attiéké, l’alloko, l’atoukpou » (26 août 2006)…

19L’enracinement de ces discours de proximité est encore assuré par leur intégration des représentations imaginaires ivoiriennes qui incruste l’africanité dans les thèmes politiques traités. Ainsi, plusieurs allocutions recourent aux dictons locaux, comme celle prononcée à Aboisso (26 août 2006) : « Il ne faut pas confondre la tige et l’igname », ou à Tanda (24 mai 2006) : « Une fois que le canari est cassé, on ne peut pas ramasser l’huile versée ». D’autres discours, à l’instar de celui tenu aux agents du port d’Abidjan le 3 octobre 2006, reprennent des contes entiers, tel celui de l’éléphant et du margouillat, réorienté dans le sens de l’argumentation développée à propos de la menace qui pèse sur les responsables corrompus :

Je vais vous dire une petite histoire qu’on raconte dans les villages, un petit conte. Un jour, l’éléphant rentre chez lui à la maison, puis il constate quelques dégâts et il demande : « Qui a fait ça ? ». On lui répond : « C’est le margouillat ». Il rétorque : « Quoi ? le margouillat ? Moi l’éléphant ? Mais ce petit-là, il faut que je me batte avec lui pour qu’il sache que je suis le plus fort. Je vais l’écraser. Il va voir ». […]
Zakô l’araignée s’est mise au milieu, en se désignant organisateur du combat. Dès 6 heures du matin, il a commencé à taper le tam-tam. Le margouillat n’a pas dormi de la nuit. Qu’est-ce que le margouillat a fait ? Il est allé voir le forgeron et lui a dit : « Il faut me limer deux couteaux bien tranchants ». On a limé les deux couteaux.
À l’heure indiquée, l’araignée a tapé le tam-tam et les deux protagonistes se sont présentés. […] Le margouillat est sorti d’un coin en disant : « Un garçon meurt une fois ». Quand il a vu l’éléphant, il s’est dressé sur sa queue, il a pris les deux couteaux et s’est tranché les deux oreilles. Quand l’éléphant a vu le margouillat se couper les deux oreilles, il a crié en disant : « Ce gars-là, s’il n’a pas eu pitié de lui-même, et qu’il s’est coupé les deux oreilles, et moi alors ? ». Pris de peur, l’éléphant a fui.
Vous comprenez ? Il faut que demain les gens disent : « Si Gbagbo a laissé suspendre Gossio, et nous alors ? ». Je voudrais dire à toute la Côte d’Ivoire d’être sereine. Ce sont des enquêtes qui commencent comme ça, […] et les pistes vont se clarifier très bientôt, et on verra très clair dans ces pistes. Donc, je fais comme le margouillat pour le moment, pour que ceux qui me regardent sachent que ce n’est pas de l’amusement. C’est ce que je voulais vous dire.

c. Ossature dialogique

  • 11 Figure d’actualisation, l’hypotypose donne l’illusion d’assister à une scène qui n’est que rapporté (...)

20Mais la tonalité empathique de ces interventions de proximité provient avant tout de leur fonctionnement dialogique qui revêt trois formes principales. D’une part, les propos ou les dialogues rapportés le sont fréquemment non pas au discours indirect, comme cela se fait majoritairement dans les productions institutionnelles, mais au discours direct immédiat, ce qui engendre un effet d’hypotypose11 rendant le public instantanément spectateur des interactions en jeu. Ce procédé est typique dans l’allocution aux employés des usines portuaires Scodi (30 mai 2006) :

Il y a des gens qui se promènent chez les opérateurs pour dire oui, comme c’est bientôt l’anniversaire de Gbagbo, alors nous venons vous demander de l’argent.

  • 12 Sur la différenciation entre « échange » et « intervention », voir Roulet et alii (1985).

21D’autre part, dans leur agencement interne, ces discours politiques de proximité comportent beaucoup de marquages pseudo-interactifs qui simulent un échange, alors qu’il s’agit en réalité d’interventions fermées sur le point de vue de l’énonciateur12. C’est notamment le cas lorsque Laurent Gbagbo utilise la subjection, présentant une assertion sous la forme Question-Réponse : « Je ne suis pas d’accord avec les gens qui se sont mis dans la tête d’attaquer le Premier ministre. Pourquoi ? Parce qu’il a fait son travail » (24 août 2006). Ou quand il mobilise les ressources de l’interrogation oratoire qui présuppose déjà la réponse dans la question : « Si je ne vois pas les peines et les joies du peuple de Côte d’Ivoire, comment puis-je donner des instructions au gouvernement ? » (24 mai 2006).

22Cependant, les interventions de proximité de Laurent Gbagbo renferment aussi de nombreux marquages véritablement allocutifs impliquant étroitement leur auditoire. Cette allocutivité est nette chaque fois que Laurent Gbagbo interpelle directement un membre du public, montrant par là sa connaissance personnelle de celui-là, ainsi que l’atteste son discours aux populations de Taoudi (24 mai 2006) :

Faites avec ce que vous avez. Cher ami, Secre Richard, tu es président du Conseil général de Bondoukou. Vous les élus, nous vous avons donné un instrument qui n’a jamais existé en Côte d’Ivoire.

  • 13 La figure de l’énallage recouvre les différents transferts dans l’usage des embrayeurs.
  • 14 Pour des manipulations analogues sur les instances énonciatives chez Sékou Touré, voir Barry (2002)

23Une telle allocutivité exploite volontiers les formes plus subtiles de l’énallage personnel13, en particulier quand Laurent Gbagbo recourt au trope « Tu/On » pour sélectionner fictivement un allocutaire anonyme dans la foule, le prenant intimement à témoin, comme dans son discours à la communauté libanaise (24 août 2006) : « Quelqu’un est suivi par la guerre, tu ne peux pas lui dire de rester à l’aéroport et de faire d’abord ses papiers ». De même, l’emploi par Laurent Gbagbo du trope « Tu/ Je » lui permet de se dédoubler, tout en donnant l’impression à chaque participant d’être un acteur politique en communion avec lui14. Ce qu’on observe dans son discours aux populations Akye (21 septembre 2005) :

Les gens voulaient que je m’arrête dans chaque village. […] Il y a des fois où tu es dans un village, tu vois les gens qui t’attendent à l’autre bout. Tu prends le micro, tu parles. […] C’est cela notre pays.

IV. Discours de proximité et travail de figuration

24À travers leur structure hybride – scripturale, mais très oralisée, les discours de proximité de Laurent Gbagbo présentent un travail systématique de figuration (au sens de Goffman, 1974), grâce auquel il se donne une identité présidentielle personnelle, tout en élaborant une identité politique pour la Côte d’Ivoire.

1. Un ethos idéalisé

  • 15 Celle-ci désignant le souci de valorisation inhérent à un individu (Brown et Levinson, 1987).

25Pour ce qui est de son identité personnelle, Laurent Gbagbo se construit dans ses discours un ethos de président idéalisé, fondé sur une sélection de traits qui hyperbolisent sa face positive15. En résulte un autoportrait élogieux, disséminé dans la pluralité des allocutions prononcées et non forcément revendiqué comme tel, mais qu’on recompose aisément à la lecture. Globalement, cet ethos présidentiel alterne entre la singularisation autoritaire et l’ouverture au peuple.

26D’un côté, dans ses discours de proximité, Laurent Gbagbo dresse de lui-même une image de chef d’État aux compétences incontestables reposant sur différents traits qualificatifs. Ceux-ci sont d’ordre moral, comme le sens de l’équité : « Je veux être très dur envers les criminels qui ont empoisonné le peuple. Mais en même temps, je veux être très juste » (3 octobre 2006). Laurent Gbagbo met encore en avant ses qualités psychiques, telle la sérénité : « J’ai appris à savoir ce que c’est que d’être chef. Il doit avoir le sang-froid » (30 septembre 2006). À cela s’ajoutent plusieurs qualités intellectuelles, comme la clairvoyance : « Moi, aujourd’hui, […] je sais exactement où j’emmène la Côte d’Ivoire » (30 septembre 2006). L’image de chef d’État que se donne Laurent Gbagbo émane aussi de la multiplication des actes de langage péremptoires dans ses discours. Selon les contextes, ces actes sont directifs (« Il faut que l’école mobilise la société », 12 octobre 2006), engageants (« Voyagez, bougez, remuez ciel et terre pour votre peuple », 24 mai 2006) ou comminatoires, à l’instar de son allocution du 14 octobre 2006 aux commerçants de Côte d’Ivoire : « Je mets en garde ceux qui veulent manipuler des commerçants à des fins politiques ».

27De plus, au niveau de l’action proprement dite, Laurent Gbagbo apparaît comme un président apte à tout contrôler et à résoudre les difficultés, comme la rivalité entre deux rois : « Le seul problème qui m’a gêné dans le Zanzan, c’est le problème coutumier entre les deux rois dans la prétention au trône. Je vais régler ça » (25 mai 2006). Une telle position taxémique haute le conduit à se poser en modèle pour la population : « Gbagbo hier n’avait pas de culotte, […] aujourd’hui il est devenu président à force de volonté. Voilà l’exemple que je veux donner » (24 mai 2006). Cette position haute n’est pas exempte de dérapages, notamment quand il se prévaut de la protection divine dans son allocution aux imams de Côte d’Ivoire : « Si aujourd’hui je suis chef d’État, c’est la manifestation de la volonté de Dieu » (9 novembre 2005).

28Mais simultanément Laurent Gbagbo prend soin d’abaisser sa position taxémique pour se mettre à la portée de ses concitoyens, ce qui lui permet d’offrir un ethos ouvert. Dans ce sens, se montrant en phase avec la population, il revendique une entière disponibilité au service des régions les plus isolées :

Partout où je passe dans le Zanzan, on me dit qu’aucun chef d’État n’est jamais venu. […] Pour moi, le chef d’État doit être présent là où il y a le peuple (23 mai 2006).

29Il se façonne en outre l’image d’un président à l’écoute (« Je suis là pour que nous échangions », 23 mai 2006), capable de modestie (voir son discours du 26 juillet 2005 aux populations de Kouibly) ou même d’autocritique, comme dans son intervention auprès des artisans : « J’ai parlé de l’insuffisance d’actions de promotion de nos artisans. La faute nous incombe » (24 mars 2006).

30Au total, à travers ses discours, Laurent Gbagbo se forge l’image d’un président populaire, certes dominant, mais accessible. Cette proximité est du reste payée en retour par la reconnaissance de ses concitoyens, si l’on en croit son allocution aux populations de Koun-Fao : « J’estime que vous m’avez bien reçu parce que vous êtes contents de me voir » (25 mai 2006).

2. Le garant d’une nation plurielle menacée

31Plus largement, ce travail de figuration effectué par Laurent Gbagbo ne se limite pas à lui seul, mais il s’étend aussi à la Côte d’Ivoire autour de sa personne. On peut alors parler d’un ethos étatique qui comprend un endroit et un envers. L’endroit, c’est l’image idéale d’une Côte d’Ivoire unie dans la variété de ses composantes, en particulier celles apparemment inconciliables de la République et des royautés, comme l’affirme l’intervention du 6 mai 2006 auprès du roi des Abourés :

Majesté, je voudrais expliquer à ceux qui ne sont pas ivoiriens que chez nous ici, nous n’avons pas de contradiction entre la République et les différentes monarchies qui sont au sein de la République. […] Ici, nos rois ont plutôt aidé la République à s’enraciner. Ils ont plutôt été les intermédiaires entre le pouvoir républicain et les populations qui sont à la base. C’est pourquoi, depuis les Abrons jusqu’aux Abourés en passant par les Agnis, en passant chez les Baoulés, […] avec tous ceux-là, nous n’avons aucun problème, la République n’a aucun problème.

32Cette unité plurielle, source de richesse, est également celle des régions ivoiriennes fondues au sein de la République. Unité plurielle dont Laurent Gbagbo se présente comme le garant dans son discours aux populations de Tanda : « En cherchant l’harmonie pour la Côte d’Ivoire, je cherche l’harmonie pour chacune de ses régions » (24 mai 2006). Il justifie ce rôle de garant d’une nation unitaire du fait de son patriotisme (« La défense de la patrie est une chose sacrée », 25 mai 2006) et de son identification totale avec la Côte d’Ivoire, dans une argumentation par amalgame opérée lors de son allocution aux agents de l’électricité et du gaz : « En tant qu’État de Côte d’Ivoire, je suis seul ! Et quand je défends la Côte d’Ivoire, c’est vous que je défends » (6 septembre 2005).

33Cette unité revendiquée dans la diversité comporte en même temps un envers, car elle est décrite comme menacée par la rébellion à laquelle plusieurs discours de proximité font allusion. À l’image d’une Côte d’Ivoire harmonieuse autour de Laurent Gbagbo, ces discours opposent l’anti-image d’une Côte d’Ivoire divisée par la faute de dirigeants irresponsables et éthiquement discrédités. Ainsi que le résume le tableau ci-après, ce clivage se fait selon plusieurs antithèses entre les valeurs politiques représentées par Laurent Gbagbo et les anti-valeurs attribuées à ses opposants :

Laurent Gbagbo

Opposants

• Pacifiste
« Nous autres, nous cherchions à mettre fin à ce conflit » (6 mai 2006).

• Belliqueux
« Ils se battaient entre eux » (6 mai 2006).

• Légaliste
« Nous nous battons pour que la République fasse respecter ses règles » (20 mai 2006).

• Non légalistes
« Prendre les fusils, c’est un raccourci trop facile et trop médiocre » (20 mai 2006).

• Démocrate
« Les Ivoiriens m’ont élu pour que je sois au-devant d’eux » (26 juillet 2005).

• Antidémocrates
« L’objectif de leur combat, ce n’est pas de modifier des lois. Mais c’est de faire un coup d’État » (26 juillet 2005)

• Nationaliste
« Je ne suis pas président de la République pour travailler sous la dictée de quelqu’un » (30 septembre 2006).

• Agents de l’étranger
« Leur voix n’est pas celle de la Côte d’Ivoire » (30 septembre 2006).

Conclusion

34En fin de compte, les interventions de Laurent Gbagbo que nous avons examinées ont au moins deux intérêts majeurs. Sur le plan linguistique, elles se distinguent par leur polyphonie extrême, mettant en scène un Laurent Gbagbo protéiforme, tour à tour technocrate, populiste, autoritaire ou conciliant selon les contextes de ses prises de parole. À travers ces changements incessants de points de vue, il est difficile de déterminer chaque fois quel Laurent Gbagbo s’exprime et plus fondamentalement qui est vraiment Laurent Gbagbo.

35Sur le plan des genres politiques, ces interventions montrent bien l’ambiguïté de la notion de « discours de proximité » qui implique certes fortement son auditoire par sa verbalisation empathique, mais qui conserve tout un fond scriptural. Plus globalement, en introduisant une certaine chaleur dans l’espace public du fait politique, de tels discours de proximité offrent une double spécificité par rapport aux discours politiques institutionnels. Au niveau de leur production, ils permettent une plus grande flexibilité pour aborder des sujets politiquement périphériques. Au niveau de leur réception, en raison de leur relative spontanéité – même contrôlée, ils révèlent davantage les modalités de la politique du quotidien, en phase avec le simple citoyen. Tout cela ne les empêche pas d’être aussi argumentatifs et manipulatoires que les discours politiques institutionnels. Mais leur argumentation se voit en partie brouillée par leur familiarité, ce qui n’enlève rien à leur efficacité. Bien au contraire.

Bibliographie

Bibliographie

Aristote (trad. Ruelle C. E.), 1991, Rhétorique, Paris, Le Livre de Poche.

Barry A. O., 2002, Pouvoir du discours et discours du pouvoir, Paris, L’Harmattan.

Bonhomme M., 1998, Les Figures clés du discours, Paris, Le Seuil.

Bonhomme M., 2005, Pragmatique des figures du discours, Paris, Champion.

BRown P. et Levinson S., 1987, Politeness, Cambridge, CUP.

Charaudeau P., 2005, Le Discours politique, Paris, Vuibert.

Cicéron (trad. Courbaud E. et Bornecque H.), 1922-1930, De l’orateur, Paris, Les Belles Lettres.

Équipe IFA, 1988, Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique Noire, Paris, Edicef/Aupelf.

Goffman E., 1974, Les Rites d’interaction, Paris, Minuit.

Groupe Saint-Cloud, 1995, Présidentielle, Paris, Nathan.

Le Bart C., 1998, Le Discours politique, Paris, PUF.

Le Bart C et Lefebvre R., 2005, Mots. Les langages du politique, « Proximité », n° 77 (mars 2005), Lyon, CNRS Éditions.

Mayaffre D., 2004, Paroles de président, Paris, Champion.

Quintilien (trad. Cousin J.), 1978, Institution oratoire, t. 5, Paris, Les Belles Lettres.

Roulet E. et alii (1985), L’Articulation du discours en français contemporain, Berne, Peter Lang.

Schepens P., 2006, Semen, « Catégories pour l’analyse du discours politique », n° 21 (avril 2006), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Notes

1 La distance spatiale se concrétise généralement par la présence d’une tribune officielle qui éloigne l’orateur de la foule.

2 Cette diffusion ultérieure entraîne ordinairement des modifications et des normalisations dans les discours en question. Sous cet aspect, nous n’avons aucune garantie que les discours de Laurent Gbagbo qui vont mobiliser notre attention n’ont pas été retouchés et filtrés en vue de leur mise en ligne.

3 Voici ses coordonnées : http://www.presidence.ci.

4 Rappelons que Laurent Gbagbo est un universitaire, titulaire d’un doctorat sur les « Ressorts socio-économiques de la politique ivoirienne » et ancien chercheur au sein de l’Institut d’Histoire, d’Art et d’Archéologie Africaine (IHAAA) de l’Université d’Abidjan.

5 Centré sur l’éloge et recourant majoritairement au présent, le genre épidictique utilise les valeurs du beau et du noble, tout en exploitant les procédés de l’amplification (hyperboles, emphase…).

6 Basé sur le débat et orienté sur le futur, le genre délibératif consiste à conseiller ou à déconseiller en fonction des valeurs de l’utile et de l’intérêt collectif.

7 Pour des informations complémentaires sur le genre judiciaire, comme sur les deux genres précédents, voir Aristote, Rhétorique, livre premier (1991).

8 Celle-ci a principalement été théorisée par les rhétoriciens latins, comme Cicéron (1922- 1930) ou Quintilien (1978).

9 L’anacoluthe définit les ruptures de construction affectant les phrases (Bonhomme, 1998).

10 Pour l’extension de ces formulations sur l’ensemble de l’aire géographique africaine, voir l’Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique Noire (1988).

11 Figure d’actualisation, l’hypotypose donne l’illusion d’assister à une scène qui n’est que rapportée (Bonhomme, 2005).

12 Sur la différenciation entre « échange » et « intervention », voir Roulet et alii (1985).

13 La figure de l’énallage recouvre les différents transferts dans l’usage des embrayeurs.

14 Pour des manipulations analogues sur les instances énonciatives chez Sékou Touré, voir Barry (2002).

15 Celle-ci désignant le souci de valorisation inhérent à un individu (Brown et Levinson, 1987).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search