Version classiqueVersion mobile

Discours d’Afrique

 | 
Alpha Ousmane Barry

Première partie. Approche sociopolitique et socio-historique des identités africaines

9. Processus discursifs des collectifs de réfugiés urbains en Afrique centrale : une figure nouvelle de la citoyenneté

Laurent Lardeux

Texte intégral

1Des manifestations organisées par les réfugiés et demandeurs d’asile de Yaoundé (Cameroun) au sit-in de Bangui (République Centrafricaine), des réunions publiques des collectifs de réfugiés de Libreville (Gabon) à l’occupation du bureau de l’UNHCR à Brazzaville (République du Congo), les diverses prises de parole, prises d’initiatives et expressions politiques des collectifs de réfugiés observées en Afrique centrale sont un puissant témoignage des actions politiques de réfugiés engagés dans des « luttes pour la reconnaissance » (Honneth, 1992). Éloigner l’image stigmatisante de la victime passive, enfouir celle de l’anonyme étranger ne pouvant être reconnu et identifié que par sa carte de réfugié, renverser la perspective de l’Homme universel véhiculée par les organisations internationales pour mieux faire émerger sur la place publique celle d’un « citoyen du monde », tout autant engagé dans une démarche universaliste d’égalité mais à la seule condition de conquérir une nouvelle subjectivité, moins dégradante et sans doute plus « agissante ».

2Derrière cette fausse ambiguïté de l’universel et du particulier, du général et de l’intime, apparaissent des actions politiques qui rassemblent sur la scène publique de manière éphémère et spontanée, non plus les anonymes de la foule mais des individus qui se rencontrent, se rassemblent, se reconnaissent entre eux pour mieux se faire connaître par-delà leur assignation identitaire. La question est alors de savoir comment peut se transformer une foule d’individus sans noms en une « communauté de l’instant » (Agier, 2004) ou, pour reprendre la terminologie de G. Deleuze et F. Guattari, comment dans la « multitude moléculaire » peut se reconstruire une « opposition molaire » qui n’exclurait pas l’affirmation des singularités et favoriserait la formation de nouvelles inscriptions individuelles et collectives des réfugiés dans la cité (Deleuze et Guattari, 1980).

  • 1 Doug McAdam a adopté au début des années 1980 le concept de « structure des opportunités politiques (...)
  • 2 Suivant les travaux de D. Cefaï, l’émergence de collectifs et d’actions communes repose sur la mise (...)

3En orientant la focale d’observation non pas seulement sur les causes des mobilisations mais aussi et surtout sur leur structure, leur fonctionnement interne et les activités de cadrage qu’elles sous-tendent, un élément de réponse pourrait être trouvé dans le travail de signification par le biais duquel les réfugiés se mobilisent et s’engagent dans l’action collective. Il s’agit dans cette optique d’appréhender le cadrage de l’action à partir de la théorie des opportunités politiques1 et d’apporter par ce biais un éclairage particulier sur les différentes façons par lesquelles des collectifs promeuvent leur cause et interpellent l’opinion publique à l’aide des meilleures stratégies disponibles sous la contrainte de ressources matérielles et cognitives (Eisinger, 1973). Dès lors, l’enjeu principal est de relier aux mouvements sociaux, l’espace politique et institutionnel au sein duquel les mobilisations apparaissent, d’analyser le travail de cadrage au travers des « grammaires de la vie publique »2 par lesquelles les dénonciations, les revendications et les justifications se conforment pour faire sens. Comment de ce point de vue, l’extension du régime international des droits de l’homme et l’affaiblissement concomitant de la souveraineté des États-nations ouvrent-ils des voies nouvelles d’engagements collectifs des réfugiés et favorisent-ils l’émergence de luttes collectives à la fois locales et post-nationales ? Dans quelles mesures ces nouvelles mobilisations et revendications participent-elles à une reconstitution progressive de la citoyenneté marquée par le passage d’une citoyenneté nationale à une « citoyenneté de résidence » (Benhabib, 2007, p. 183-204 ; Balibar, Chemillier-Gendreau, Costa-Lascou et Terray, 1999 ; Balibar, 1997) ?

4Nous formulons ici l’hypothèse que l’« alignement des cadres » des collectifs de réfugiés et leur vocation implicite à l’universel (mise en acte de l’égalité entre les réfugiés composant le collectif) ne correspondent pas seulement à un glissement des appartenances visant à faire émerger un bloc uni et soudé mais qu’il vise tout autant à conformer la mobilisation collective à l’idéologie universaliste des organisations internationales par un travail de réinterprétation au sein duquel le paradoxe d’une identité-altérité pourrait enfin s’affirmer. La pratique humanitaire et sa dimension universaliste pourraient ainsi être conçues comme un ensemble de ressource, une « opportunité politique », fournissant aux collectifs de réfugiés une réserve symbolique qui contribuerait simultanément au cadrage du collectif et à la production d’une « subjectivité agissante » de ceux participant à son élaboration. Construction d’une entité englobante et production d’une subjectivité agissante pourraient de ce point de vue s’entremêler et se combiner dans ces nouvelles formes d’activisme politique des réfugiés urbains d’Afrique centrale et dessiner les contours d’une « citoyenneté de résidence » allant au-delà de la distinction membres/non-membres et renforçant les multiples inscriptions au niveau local et global.

5Cet article s’appuie sur un matériel empirique recueilli in situ dans les villes-capitales de Yaoundé, Bangui et Brazzaville pendant plus d’une année. Nous avons privilégié l’étude des mouvements sociaux à partir d’observations et d’entretiens réalisés auprès des réfugiés engagés dans des mobilisations collectives ou dans des formes d’activisme politique. Nous avons également recouru à l’analyse documentaire de lettres et requêtes adressées par les réfugiés aux organisations internationales et à divers procès-verbaux officialisant la formation des collectifs dans les pays d’accueil. Ces matériaux offrent de ce point de vue des matériaux d’étude riches et solides sur la structuration des collectifs et les stratégies déployées par les groupes pour façonner des compréhensions communes de l’espace protestataire dans lequel les mouvements se mettent en place. C’est de cette manière en orientant la focale d’observation sur l’organisation, le fonctionnement interne et les activités de cadrage des mobilisations que nous chercherons à comprendre comment le cadre institutionnel et politique qui régit la législation en matière de droit des réfugiés peut à la fois s’imposer comme système de contrainte et s’offrir à eux comme champ de possibilités à de nouvelles orientations politiques, à la fois locales et post-nationales.

I. De l’universalisme humanitaire au cosmopolitisme actif des collectifs de réfugiés

6Yaoundé, avril 2005. Près d’un millier de réfugiés manifestent devant le bureau de l’UNHCR et bloquent son accès au moyen de pierres et de fils barbelés. De nombreuses banderoles flottent autour de l’enceinte, des slogans sont scandés, des tracts distribués aux nombreux passants venus soutenir le mouvement. Depuis plusieurs mois déjà, le collectif de réfugiés de Yaoundé tentait d’interpeller la population et les délégations humanitaires sur la précarité de leur condition de vie mais jamais jusqu’alors leurs actions n’avaient eu autant de résonance. Les médias locaux et internationaux ont fait le déplacement et répondu présents à l’appel lancé par le collectif quelques jours plus tôt. Des sons et des images de la manifestation traversent alors les frontières et délivrent aux quatre coins de l’Afrique les revendications lancées par les réfugiés. « Des droits de l’Homme pour tous les réfugiés », « Les réfugiés naissent libres et égaux en droit et en dignité » sont autant de titres repris dès le lendemain par les nombreux journaux relatant les enjeux de la manifestation.

7Au-delà de la profonde précarité et des conditions de vie désastreuses dénoncées en chœur par ces réfugiés, les cibles visées par les manifestants et la configuration de la mobilisation interpellent. Ce ne sont pas les gouvernements des états d’accueil qui sont pointés du doigt, encore moins la faiblesse de l’assistance des pouvoirs publics mais bien les organisations humanitaires et l’application des droits internationaux qui sont devenues la cible du collectif. Plus surprenant encore, jamais les réfugiés n’étaient apparus aussi soudés et solidaires, dépassant les clivages ethniques ou nationaux pour mieux se fédérer en collectif regroupant une douzaine de nationalités différentes engagées collectivement dans la défense de leur droit. Antoine, réfugié congolais et représentant élu du collectif explique l’intérêt de cette organisation et plus largement, la « philosophie » du mouvement. Il n’est pas seulement question de revendiquer un accroissement de l’aide humanitaire, il s’agit bien plus de faire advenir sur la place publique l’image d’une communauté unie et soudée qui tente de résister aux logiques de stigmatisation et de marginalisation dont ils sont l’objet :

Lorsque je suis arrivé à Yaoundé en 2001, j’ai tout de suite ressenti que j’étais indésirable ici. Tous les réfugiés qui vivent ici sont considérés comme de simples résidus qu’il faut évacuer […]. Le Cameroun a ratifié la Convention de Genève. Il s’est donc engagé à accepter sur son sol tous les individus qui ont dû fuir leur maison. C’est cela que l’on veut faire comprendre aux Camerounais et c’est pour cela que l’on a créé le collectif, parce que rien ni personne n’a essayé d’éclaircir les choses. Pas même le HCR pour qui nous ne sommes que de simples numéros. Mais nous sommes des individus, des hommes, des femmes, et c’est tout simplement comme ça que l’on doit nous voir et nous écouter. La déclaration des droits de l’homme le dit très clairement et on a le devoir de le rappeler à tous ceux qui pourraient l’oublier : « les réfugiés sont des hommes qui naissent libres et égaux en dignité et en droits », c’était l’une des inscriptions que l’on pouvait voir sur les banderoles de la manifestation. Ce slogan illustre parfaitement le combat dans lequel nous sommes tous engagés (Antoine, Réfugié congolais, président du collectif de réfugiés du Cameroun).

  • 3 Nous nous inscrivons ici dans le prolongement des travaux de Laurence Roulleau-Berger sur les proce (...)

8En même temps que les organisations humanitaires investissent les quartiers résidentiels des villes-capitales d’Afrique centrale, les populations réfugiées affluent dans leurs périphéries, se regroupent dans des zones enclavées, subissent le rejet et la stigmatisation des populations locales mais tentent, ensemble, de faire face collectivement aux processus d’éviction dont ils sont la cible. On observe dans les quartiers périphériques de Yaoundé, Brazzaville et Bangui, la formation de réseaux d’entraide qui s’instaurent autour des situations de vulnérabilité et d’« insécurité sociale »3 (Castel, 1995). À Brazzaville, des flancs entiers de colline en érosion reçoivent une grande majorité des réfugiés contraints de s’installer sur des terrains illégaux, glissants et sablonneux. Devant les menaces d’expulsion de plus en plus vives de la municipalité, les réfugiés ont rapidement décidé de se regrouper en collectif et de défendre collectivement leurs droits aux organisations internationales chargées de les protéger. À Bangui, des microgroupes de réfugiés se forment dans les anciennes zones tampons décrépites du pouvoir colonial et établissent ensemble des projets de viabilisation et d’assainissement des lieux en se fédérant derrière une dénomination qui, bien que fortement stigmatisée, n’en demeure pas moins vecteur de nouvelles formes d’engagements politiques.

  • 4 Suivant la perspective développée par G. Deleuze, « on peut en effet parler de processus de subject (...)

9Comme le précise G. Deleuze, la stratégie qui consiste à assumer une identité assujettie pour la dépasser dans des « processus de subjectivation »4 est une caractéristique commune de toutes les luttes minoritaires (Deleuze, 1990 ; 2000). Dans le cas présent, en revendiquant une catégorisation perçue négativement, les réfugiés cherchent à assumer une identité contre laquelle paradoxalement ils se battent et à fixer des dénominateurs communs en vue d’organiser l’action et de retourner les logiques de domination et de stigmatisation qui se cachent derrière cette dénomination. Il s’agit donc bien ici d’un « retournement du stigmate » (Goffman, 1975) qui consiste à renverser l’image communément admise et compassionnelle de la « victime écran » pour renforcer celle d’acteurs sociaux en lutte collective contre les violences morales sous-jacentes aux actes d’attribution extérieurs.

  • 5 Nous nous référons ici à B. Hours. Le socle de l’« idéologie humanitaire » repose suivant cet auteu (...)

10Il apparaît de ce fait pertinent de porter notre attention sur les luttes collectives entreprises par les collectifs de réfugiés pour franchir la frontière de l’universel tel qu’il est défini et investi par la pratique humanitaire et d’en faire ressortir les processus de subjectivation qui peuvent se dessiner à travers elle (Foucault, 1976 ; Hardt et Negri, 2004). Pour cela, il importe d’accorder un regard accru sur le « travail de réinterprétation » des textes fondateurs de l’« idéologie humanitaire »5 par des réfugiés qui réécrivent les termes de leur socialisation en prenant les différentes branches du dispositif humanitaire (ONG, UNHCR, ONU…) pour cibles et interlocuteurs privilégiés. En nous attachant à déceler les stratégies d’alignement des mobilisations de réfugiés à l’environnement humanitaire global où elles cherchent à s’insérer et en rétablissant les liens entre les textes fondateurs de l’idéologie humanitaire et les schèmes interprétatifs des collectifs de réfugiés, il s’agit de dégager les éléments fédérateurs permettant aux réfugiés d’ouvrir un nouvel horizon du réel dans lequel il est possible de s’orienter et de lutter. De ce point de vue, les textes fondateurs de l’idéologie humanitaire fournissent le point de départ et le terrain d’une réflexion sur les capacités créatrices individuelles et collectives des réfugiés. D’une part, ils interviennent dans les processus cognitifs des réfugiés engagés dans les stratégies de cadrage et d’alignement des adhérents potentiels (« connexion de cadres »), d’autre part, ils ouvrent sur des possibilités d’action par une réinjection sémantique et conceptuelle de l’idéologie dans le contexte de la situation (« amplification de cadre »).

II. Idéologie humanitaire et « connexion de cadres »

11La réglementation des collectifs est une parfaite illustration de la combinaison entre d’une part l’idéologie humanitaire telle qu’elle s’impose aux réfugiés impliqués dans le travail d’interprétation et de signification de la mobilisation et, d’autre part, la réappropriation de ses référents dans une logique d’alignement des adhérents potentiels au mouvement. Les textes réglementant les collectifs s’inspirent pour une grande part des lois déjà existantes dans le droit humanitaire, lesquelles sont investies par les collectifs qui portent leurs causes, fixent à travers elles des dénominateurs communs et des enjeux partagés par une stratégie d’appropriation et de réinjection qui vient se greffer dans le contexte de la situation. Quelques extraits du règlement intérieur du Collectif de réfugiés au Cameroun (CRC) permettent d’apporter des éclaircissements sur les processus d’institutionnalisation des collectifs :

Extrait du règlement intérieur du Collectif de réfugiés au Cameroun
Préambule
Vu la charte de l’ONU et ses principes de Liberté, de Justice et de Paix,
Vu la déclaration universelle des Droits de l’Homme dans son article 20 qui stipule : « Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifique »,
Nous, Collectif des réfugiés au Cameroun, réunis en « association » et mus par l’esprit de solidarité, soucieux du bien-être de tous les réfugiés sans aucune distinction, prenons l’engagement de créer une association à caractère humanitaire et apolitique […]
Titre II : Les objectifs
Article 6 : Les objectifs sont :
Renforcer l’esprit de solidarité entre tous les réfugiés au Cameroun Défendre les intérêts et les droits des réfugiés auprès des institutions Négocier des aides auprès des organisations nationales et internationales
Assurer proportionnellement la distribution des aides entre les réfugiés

12En recourant de façon explicite aux droits internationaux et en mobilisant ces référents et valeurs, les réfugiés cherchent à assurer la légitimité du mouvement, légitimité qui doit être pensée en relation avec différents publics pertinents : la population en général, mais aussi les autorités politiques et publiques vers qui les revendications sont adressées. Dans tous les cas, l’adhésion passe par une adéquation des cadres. Cela implique de mettre en regard le cadre construit par le mouvement social avec les cadres individuels des adhérents potentiels, mais aussi avec ceux des organisations humanitaires vers lesquels le mouvement doit s’ajuster pour prendre corps.

13La « connexion de cadres » (frame bridging) consiste alors à fournir une base organisationnelle à ses futures recrues en renforçant la congruence entre le cadre des individus et ceux des groupes actifs (Snow, 1986). Elle implique de ce fait un certain fonds de normes et valeurs universelles pour réguler le traitement de la différence et pour diriger la mobilisation dans des voies socialement acceptables. Le recours explicite au droit international, et plus particulièrement à la Convention de Genève dans les modes d’argumentation engendre à la fois la consolidation d’un collectif unifié autour de valeurs communes et assure la notoriété et la recevabilité de l’initiative dans l’espace où les actions seront menées. Observons pour cela l’extrait du « procès-verbal » qui fut rédigé par les membres du bureau du collectif de réfugiés de République Centrafricaine dont l’enjeu était d’interpeller les différents organes de l’ONU au sujet de leur insécurité dans le territoire d’accueil en vue d’obtenir une réinstallation collective vers un pays tiers :

Extrait d’un « procès-verbal » rédigé par le collectif de réfugiés de République Centrafricaine
Considérant que, conformément aux principes proclamés dans la charte de l’ONU et d’autres instruments internationaux, la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et leur droit inaliénable est le fondement de la liberté de la Justice et de la paix dans le monde
Tenant compte notamment des articles pertinents de la déclaration universelle des droits de l’Homme et du pacte international relatif aux droits civils et politiques qui garantissent à chacun le droit à la vie, le droit à la liberté et le droit à la sécurité ainsi que le droit à la reconnaissance de sa personnalité juridique
[…]
Attirant l’attention particulière des instances humanitaires tant à Genève qu’à New York que, tous ces droits évoqués ci-haut ayant été violés.
Réitérant ces diverses demandes et au regard de tout ce qui précède, l’Assemblée Générale sollicite une bonne fois pour toutes, auprès des services de la protection du HCR à Genève, la réinstallation de tous les réfugiés urbains présents dans la ville de Bangui, dans un pays tiers et ce, conformément aux dispositions de l’article 14 de la charte internationale des droits de l’Homme
En foi de quoi, l’Assemblée Générale a réservé des copies du présent PV à la délégation du département américain, au chargé de mission des droits de l’Homme, au représentant résidant du PNUD, au vice-secrétaire général de l’ONU à Genève, au chef de mission des doits de l’Homme, à la chargée de protection du HCR […]

14Le travail de signification se construit dans la relation directe avec les adversaires, agents, institutions vers qui les revendications sont censées s’adresser. Il participe activement au processus par lequel les réfugiés acquièrent la conscience des événements et objets de leur environnement. L’idéologie humanitaire procure de ce fait le levier sémantique et théorique à partir duquel les opérations de construction de sens se consolideront en permettant de « localiser, percevoir, identifier et étiqueter des événements et des situations en vue d’organiser l’expérience et d’orienter l’action » (Cefaï et Trom, 2001, p. 52). Elle fournit un cadre conceptuel qui permet de renverser les situations qui semblaient jusqu’alors relever de la malchance ou de la fatalité en les transformant en injustice sociale ou en transgression morale suscitant rétroactivement l’intérêt des adhérents potentiels.

III. Actions collectives et « amplification des cadres »

15Comment les collectifs de réfugiés passent-ils de la « coulisse » à la « scène », de l’institutionnalisation à la mobilisation, du travail de signification à une pragmatique de l’action ? L’« amplification de cadre » (frame amplification) consiste précisément à clarifier ou à développer un schéma interprétatif en insistant sur des valeurs ou des croyances préexistantes mais n’ayant pas débouché sur une volonté d’engagement ; il s’agit alors de faire le lien entre les préoccupations quotidiennes des adhérents et les objectifs du mouvement.

  • 6 Lorsque la sécurité de certaines communautés ne peut plus être garantie dans les pays d’accueil (en (...)

16C’est de cette manière qu’à Bangui, face à la fermeté des représentants de l’UNHCR de la République Centrafricaine qui n’avaient pas donné suite aux nombreux procès-verbaux émis par les réfugiés congolais et à leur demande de réinstallation dans un pays tiers6, le collectif de réfugiés s’était engagé à accompagner et à soutenir l’initiative de la communauté congolaise en organisant en juillet 2005 une manifestation et un sit-in devant les bureaux de l’UNHCR. Cette nouvelle mobilisation visait moins à revendiquer explicitement un droit à la réinstallation des réfugiés congolais (comme ceci fut le cas lors de la première initiative) qu’à informer la population du non-respect, selon le représentant du collectif, de la Convention de Genève et de la déclaration des droits de l’homme par les représentants de l’UNHCR. Contrairement aux premières manifestations, plusieurs articles de la Convention pouvaient être lus sur les banderoles, la déclaration universelle des droits de l’homme avait été photocopiée et distribuée aux passants, lesquels ne tardèrent pas à rejoindre le cortège. Des journalistes nationaux et internationaux (RFI notamment) prirent ensuite le relais pour évoquer le succès de la manifestation. Quelques semaines plus tard, Kazadi, président du collectif de réfugiés, nous expliquait les raisons de ce nouvel engouement :

Ça ne sert à rien d’écrire des lettres puisqu’elles restent à chaque fois sans retour. Ça ne sert à rien de rédiger des procès-verbaux qui ne sont pas pris au sérieux par le HCR. Ce qui marche aujourd’hui, c’est la rue, la foule et si on y ajoute un peu de « droits de l’homme », de « droits de réfugiés », du manque de respect des humanitaires… Tout ça, ça fait du bruit. Les gens s’intéressent alors à nous, nous accompagnent dans la manifestation, les journalistes nous posent des questions, parlent de nous dans les journaux… Et là, le HCR va nous accueillir, va enfin s’intéresser à nos questions et nous considérer autrement… En Afrique, pas une personne n’ignore ce que représentent les droits de l’homme et tous sont prêts à nous écouter dès qu’on en parle ou qu’on l’inscrit sur un panneau ! Aujourd’hui, je suis sûr que personne ne nous aurait écouté, personne ne nous aurait accompagné ou encouragé si nous n’avions pas parlé au nom des droits de l’homme… Je dis bien, personne ! (Kazadi, Réfugié congolais, président du collectif de réfugiés de République Centrafricaine)

17En évitant de restreindre l’engagement soit à un sentiment de mécontentement (ou de frustration), soit à la visée d’un intérêt individuel mais en amplifiant ses cadres au-delà de leur base potentielle, la mobilisation est ensuite rapidement parvenue à susciter l’intérêt de multiples acteurs qui s’engagèrent collectivement dans la défense de leurs droits. Comme l’ont constaté D. Snow et ses collaborateurs, la perception de sa propre situation comme malheureuse, ou la perception de l’ordre du monde comme injuste, ne suffisent pas à elles seules à déclencher une révolte. Elles doivent pour cela trouver un écho favorable dans un collectif incarnant un degré supérieur de généralité en vue de leur conférer une nouvelle forme de crédibilité ou de légitimité (Snow, 1986). L’idéologie humanitaire acquiert dans cette perspective un pouvoir de reconfiguration par des collectifs qui définissent les causes de la mobilisation dans un enchevêtrement de morale humaniste explicitement inspirée des droits de l’homme et une logique d’action des réfugiés qui recomposent la situation au regard des normes et valeurs en circulation dans l’environnement immédiat.

18Les collectifs de réfugiés apparaissent dès lors interactifs et dynamiques, se modifiant et se transformant suivant le cours des mobilisations, des relations engagées et de la configuration normative de l’environnement humanitaire où ils cherchent à s’ajuster. Ils doivent de ce fait être appréhendés comme des compromis plus ou moins hybrides négociés entre les frontières du communautaire et du politique, du privé et du public, du subjectif et de l’intersubjectif dont la démarcation s’établit en fonction du cadrage des problèmes publics et des actions à entreprendre.

IV. Individuation et intersubjectivité des réfugiés

19Les conditions qui caractérisent actuellement les espaces humanitaires créent non pas seulement de nouvelles structurations du pouvoir dans les pays d’accueil mais également des ouvertures opérationnelles et politiques pour de nouveaux types d’acteurs qui peuvent avoir été submergés, rendus invisibles ou réduits au silence. Ces collectifs doivent de ce fait être appréhendés à partir des engagements individuels des réfugiés, lesquels se trouvent à l’intersection d’un double processus :

20- Un « processus d’individuation » qui repose sur l’idée que « tous les êtres pris isolément ont leur propre histoire et leur particularité individuelle » (Elias, 1991, p. 214). L’incertitude ou les risques liés à la situation de précarité et de vulnérabilité des réfugiés associés à des relations sociales plus élargies et non enfermées derrières des frontières communautaires rigides, constituent les éléments clés des processus d’individuation des réfugiés forcés de développer et d’assumer des biographies personnelles et singulières et appelés à se réaliser comme valeur, comme fondement de leurs propres sens et de leurs actions. On observe dans les différentes villes-capitales d’Afrique centrale des formes d’engagements des réfugiés qui tendent à établir de nouveaux réseaux d’entraide et de solidarité réciproque indépendamment des appartenances communautaires préexistantes.

21- Un « processus d’engagement » des réfugiés dans ces collectifs participent à des formes de reconnaissance des singularités individuelles et de « reconnaissance de soi dans chaque conduite et chaque relation sociale » (Touraine, 1997, p. 134). Dans le domaine de l’engagement, elle se traduit par « la production, la reconnaissance et l’utilisation des différences individuelles, l’acceptation de chacun comme individu dans son unicité » (Marie, 1997, p. 46).

22Par ses aspects altruistes et stratégiques, le travail de cadrage contribue ainsi au développement et la maintenance d’une réflexivité sur soi et du rapport à autrui permettant aux réfugiés de se définir à partir de leur rôle et leur implication dans les actions et les activités du collectif. Ces nouvelles formes d’autonomie et d’indépendance sont donc relatives. Elles ne peuvent s’acquérir en dehors des cadres sociaux particuliers ni se maintenir sans supports collectifs disponibles, actualisés au cours des actions collectives. « L’individualisme, à la fois comme valeur et comme principe, se voit affirmer dans sa compatibilité avec l’engagement collectif » (Wieviorka, 1998, p. 40).

  • 7 Kant écrit en effet au § 40 de la Critique de la faculté de juger qu’une telle « manière de penser (...)

23L’individuation ainsi définie ne pourrait ainsi être assimilée à une quelconque forme d’individualité pure et absolue ni se concevoir sans les rapports d’interdépendance avec des sujets collectifs. Elle correspond moins à un sentiment d’indépendance qu’à des interdépendances nouvelles et situées qui se nouent entre des réfugiés engagés dans des actions collectives. Ils retissent entre eux de nouvelles sociabilités et construisent un espace public d’« intersubjectivité » où chacun peut se reconnaître comme un sujet libre de parole dans une « communauté d’égaux » (Rancière, 2004). Cette relation permet le développement de ce que Kant appelle la « mentalité élargie »7, fondement selon Arendt, du jugement en politique mais aussi de la capacité d’action commune (Arendt, 1991).

24Les débats publics et les réunions des collectifs de réfugiés sont précisément l’occasion de la confrontation des points de vue et de l’établissement de leurs conditions de convergence. Avant d’aboutir à un consensus et de déterminer la trame de l’action à entreprendre, les réfugiés sont amenés, dans ces instants de dialogue et de débat, à confronter leurs opinions et points de vue et à accepter les divergences individuelles tout en adoptant des lignes d’action commune. Ces rencontres favorisent l’émergence d’une forme d’universalisation, celle qui découle non pas de l’homogénéisation mais du respect réciproque et égalitaire des individus engagés dans le débat. Dans ces instants de négociation, les réfugiés se doivent d’adopter une politique du décentrement du Moi qui consiste à comprendre et accepter le point de vue de l’autre pour parvenir à un accord commun. S’en suit une double réflexivité du rapport à soi et du rapport à autrui qui contribue simultanément à façonner l’autonomie des acteurs individuels et leur inclusion dans des collectifs de réfugiés.

25On trouve à l’intersection de l’individuation et de l’intersubjectivité des réfugiés le socle à partir duquel un collectif de réfugiés peut émerger. De subie, la relation devient contractuelle, choisie, sélective. L’engagement à un collectif contribue à la fois à la consolidation du groupe par la participation des individualités qui le compose et à l’affirmation des singularités par leur inclusion à un réseau relationnel plus large et mieux maîtrisé. Les collectifs de réfugiés prennent alors forme dans un processus complexe qui se déploie entre globalité et singularité, entre les principes d’unification des causes à défendre dans un horizon d’action postnational et des principes d’individuation valorisant l’idée d’autonomie et d’affranchissement des assignations communautaires.

Conclusion : droits de l’homme et « droits de cité » dans les paysages urbains d’Afrique centrale

26Si la déclaration universelle des droits de l’Homme émerge comme figure moralisatrice centrale et globale dans les pays d’accueil et aussi volatiles et fluides que soient les instances internationales qui la soutiennent, elle n’est toutefois pas à déconnecter des revendications locales des individus placés sous son régime. La déclaration universelle des droits de l’Homme ouvre des perspectives de politisation des revendications des droits civiques et de leur défense. Car, comme le rappelle E. Balibar, la Déclaration identifie fortement l’homme et le citoyen (Balibar, 1999). Cette indissociabilité suggère que les droits de l’Homme sont bien des droits politiques (droits du citoyen, droit du membre de la société) qui ouvrent des brèches, de nouvelles orientations militantes, de nouvelles mobilisations lorsque l’un tendrait à faire disparaître l’autre. La diffusion des droits de l’Homme dans les espaces urbains d’Afrique centrale ne doit dès lors pas être conçue dans son caractère moral « impérial » et unilatéral mais bien dans le champ de tension qu’il implique entre « police » et « politique » (Rancière, 2000, 2004), entre gestion étatique des populations d’une part et égalité absolue des droits comme principes de construction de la démocratie d’autre part. Cette équation homme/citoyen produit un droit universel à la politique, c’est-à-dire le droit pour chacun et chacune à l’activité et à la reconnaissance politique, le droit à devenir acteur de la politique dans tous les domaines de sa vie où il se trouve confronté à des formes de contraintes et de sujétion.

27Les collectifs de réfugiés observés en Afrique centrale apparaissent comme des porteurs de revendications, des contestataires des institutions, en lutte pour leur propre « citoyenneté à venir » (Balibar, 1997), laquelle ne peut résulter que de la négociation et de la reconnaissance des intéressés comme interlocuteurs valables, légitimement habilités à expliquer leur situation, à formuler des revendications et à proposer des solutions. La diffusion de normes universelles ouvre de nouvelles options politiques des réfugiés dans les espaces d’accueil et implique une reconstitution de la citoyenneté comprise non comme signe d’appartenance nationale mais comme « citoyenneté de résidence » réconciliant statut individuel et émancipation collective. Elle ne se concède pas seulement d’en haut, mais se construit, s’édifie, se suscite pour une part essentielle, d’en bas. Elle correspond moins à une forme d’autorité étatique ou à un titre d’attribution réservé aux seuls nationaux qu’à des luttes et des actions collectives des résidents (nationaux et « étrangers ») qui tentent de concilier droits de l’homme et droits du citoyen dans des espaces urbains où les frontières entre ordre international et ordre interne, entre ordre global et ordre local n’ont jamais été aussi poreuses et indéfinies.

Bibliographie

Bibliographie

Agier M., 2004, « La ville, la rue et le commencement de la politique », Multitudes, n° 17, p. 139-146.

Arendt H., 1991, Juger. Sur la philosophie politique de Kant, Paris, Seuil.

Balibar E., 1997, Droit de cité : Culture et Politique en démocratie, Paris, Éd. de l’Aube.

Balibar E., Chemillier-Gendreau M., Costa-Lascoux J. et Terray E., 1999, Sans-papiers, l’archaïsme fatal, Paris, La Découverte.

Benford R. D. et Snow D., 1988, « Ideology, Frame Resonance and Participant Mobilization », International Social Movement Research, vol. 1, p. 197-219.

Benford R. D., Snow D., 2000, « Framing Processes and Social Movements : an Overview and Assessment », Annual Review of Sociology, vol. 26, p. 611-639.

Benhabib S., 2007, « Crépuscule de la souveraineté ou émergence de normes cosmopolites ? Repenser la citoyenneté en des temps volatils », in Wieviorka M. (éd.), Les sciences sociales en mutation, Paris, Éditions sciences humaines, p. 183-204.

Castel R., 1995, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Éditions du Seuil.

Cefaï D., 2001, « Les cadres de l’action collective. Définitions et problèmes », in Cefaï D. et Trom D. (eds), Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 51-98.

Cefaï D. et Trom D. (eds), 2001, Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, Éditions de l’EHESS.

Deleuze G. et Guattari F., 1980, Mille Plateaux, Paris, Minuit.

Deleuze G., 1990, « Contrôle et Devenir », in Deleuze G., Pourparlers, Paris, Minuit.

Eisinger P. K., 1973, « The Conditions of Protest Behavior in American Cities », American political science review, vol. 67, p. 11-28.

Elias N., 1991, La société des individus, Paris, Fayard.

Foucault M., 1976, L’histoire de la sexualité. La volonté de savoir, vol. 1, Paris, Gallimard.

Goffman E., 1975, Stigmate, Paris, Minuit.

Goffman E., 1991, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Hardt M., Negri A., 2004, Multitude, guerre et démocratie à l’âge de l’Empire, Paris, Éd. La Découverte.

Honneth A., 2002 (1992), La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf.

Hours B., 2003, L’idéologie humanitaire ou le spectacle de l’altérité perdue, Paris, L’Harmattan.

McAdam D., 1982, Political process and the development of black insurgency 1930-1970, Chicago, Chicago University Press.

Marie A. (éd.), 1997, L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala.

Rancière J., 2000, « Citoyenneté, culture et politique », in Elbaz M. et Helly D. (eds), Mondialisation, citoyenneté et multiculturalisme, Québec, L’Harmattan/Les Presses de l’Université Laval.

Rancière J., 2004, Aux bords du politique, Paris, La Fabrique.

Roulleau-Berger L., 1999, Le travail en friche. Les mondes de la petite production urbaine, Paris, Édition de l’Aube/La tour d’Aigues.

Sassen S., 1998, Globalization and its discontents : Essays on the new mobility of people and money, New York, The New Press.

Snow D., Rochford J. R., Worden S. K. et Benford R. D., 1986, « Frame Alignment Processes, Micromobilization and Movement Participation », American Sociological Review, n° 51, p. 461-481.

Touraine A., 1997, Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents, Paris, Fayard.

Wieviorka M. (éd.), 1998, Raison et conviction : l’engagement, Paris, Textuel.

Notes

1 Doug McAdam a adopté au début des années 1980 le concept de « structure des opportunités politiques » dans son ouvrage consacré au mouvement « noir ». La notion de structure des opportunités politiques se présente à ses yeux comme la plus apte à révéler ce que la possibilité d’émergence d’une action protestataire doit, indépendamment de la capacité mobilisatrice du groupe concerné, aux évolutions conjoncturelles du système politique – évolutions qui le rendraient au gré des circonstances plus ou moins vulnérable, ou réceptif, devant la contestation sociale (McAdam, 1982).

2 Suivant les travaux de D. Cefaï, l’émergence de collectifs et d’actions communes repose sur la mise en œuvre de cadres de perception, de catégorisation et de jugement, d’une « grammaire de la vie publique » qui permet aux acteurs de convertir les troubles éprouvés dans l’horizon de leur vie quotidienne afin de les doter de formats d’expression acceptables publiquement, c’est-à-dire identifiables par l’opinion publique et par là susceptibles d’être traités par l’action publique (Cefaï, 2001).

3 Nous nous inscrivons ici dans le prolongement des travaux de Laurence Roulleau-Berger sur les processus de restauration identitaire pouvant se développer à partir de la diversité des expériences individuelles construites dans des situations de précarité et autour des compétences collectives qui s’élaborent dans la gestion des situations d’incertitude (Roulleau-Berger, 1999).

4 Suivant la perspective développée par G. Deleuze, « on peut en effet parler de processus de subjectivation quand on considère les diverses manières dont des individus ou des collectivités se constituent comme sujets : de tels processus ne valent que dans la mesure où, quand ils se font, ils échappent à la fois aux savoirs constitués et aux pouvoirs dominants. Même si par la suite ils engendrent de nouveaux pouvoirs ou repassent dans des nouveaux savoirs. Mais, sur le moment, ils ont bien une spontanéité rebelle » (Deleuze, 2000, p. 238).

5 Nous nous référons ici à B. Hours. Le socle de l’« idéologie humanitaire » repose suivant cet auteur sur l’affirmation de l’universalité des droits de l’homme. « L’association des droits de l’homme affirmés universels et d’un devoir d’ingérence transformé en droit de s’ingérer constitue le noyau dur, opératoire, de l’idéologie humanitaire occidentale » (Hours, 2003).

6 Lorsque la sécurité de certaines communautés ne peut plus être garantie dans les pays d’accueil (en raison, dans la plupart des cas, de la proximité des frontières et de leur franchissement par des éléments ennemis), des réinstallations collectives vers des pays tiers peuvent être accordées en vue d’assurer une protection dont les réfugiés ne bénéficient plus sur le territoire d’accueil. Il était de ce point de vue fréquent de constater une forte mobilisation de la communauté congolaise réfugiée à Bangui pour revendiquer une réinstallation collective en raison de la proximité de la frontière (seule une rivière sépare effectivement Bangui de la RDC). Pourtant si aucune intrusion de l’armée congolaise ou de rebelles ne fut constatée depuis 2002 (date à laquelle des éléments armés de la garde de Jean-Pierre Bemba s’introduirent à Bangui pour y procéder à de nombreux pillages), une importante mobilisation subsistait en juillet 2005 pour revendiquer une réinstallation collective en raison des risques qui restaient à leurs yeux persistants.

7 Kant écrit en effet au § 40 de la Critique de la faculté de juger qu’une telle « manière de penser suppose que l’on s’élève « au-dessus des conditions subjectives du jugement en lesquelles tant d’autres se cramponnent » et que l’on réfléchisse « sur son propre jugement à partir d’un point de vue universel » qu’on ne peut déterminer qu’en se plaçant du point de vue d’autrui.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search