Version classiqueVersion mobile

Discours d’Afrique

 | 
Alpha Ousmane Barry

Première partie. Approche sociopolitique et socio-historique des identités africaines

8. La différenciation ethnique et la construction de l’altérité dans les entreprises minières en Guinée

Abdoulaye Wotem Somparé

Entrées d'index

Texte intégral

1Dans cet article je me propose de montrer comment les regards et les discours des membres d’une ethnie sur ceux d’une autre ethnie sont alimentés par des préjugés et clichés qui influencent largement les rapports interethniques dans les Pays africains, notamment en Guinée. C’est en étudiant la mobilité professionnelle et les conflits qu’elle suscite dans les deux principales entreprises du secteur minier guinéen (Somparé, 2006) que je me suis intéressé aux discours de contestation et de dénonciation teintés d’ethnocentrisme. Ces discours des travailleurs nationaux et des expatriés occidentaux qui constituent mon objet d’étude sont un corpus résultant d’une enquête de terrain de 15 mois effectuée entre 2000 et 2003 dans le cadre de mes recherches doctorales. Je me suis appuyé également sur ma connaissance de la société guinéenne, antérieure à l’enquête, pour présenter dans un premier temps des discours d’altérité à l’échelle nationale, relevant du sens commun, que j’ai pu aussi retrouver dans l’entreprise. Comme le montrent plusieurs études (Cabanes, Copans et Selim, 1995), toute entreprise – qu’elle soit commerciale ou industrielle – est perméable aux rapports sociaux de son environnement. Elle constitue une entrée pertinente pour étudier le rapport interethnique et les discours d’altérité qui en résultent. Ensuite, ces discours ont été objectivés et analysés en prenant en compte avec le contexte d’énonciation qui détermine leur caractère ambivalent (tantôt négatif, tantôt positif). J’ai aussi tenté de déconstruire les discours de contestation teintés d’idéologie nationaliste et anticolonialiste visant les expatriés occidentaux dans l’entreprise et les discours afro-pessimistes, en les mettant en rapport avec certaines conjonctures historiques : l’indépendance, le nationalisme du régime de la révolution de Sékou Touré, la récente africanisation des postes des cadres et la restructuration. Pour terminer, j’ai présenté et déconstruit plus amplement le discours eurocentriste des cadres expatriés occidentaux, alimenté par certains préjugés et clichés sur les Africains, auxquels je me suis intéressé en recherchant leurs origines et les causes de leur permanence dans les sociétés modernes africaines et plus précisément dans l’entreprise mixte.

I. Différenciation ethnique et construction de l’altérité

2En Guinée, on peut compter une trentaine d’ethnies, mais il y a une ethnie majoritaire dans chacune des quatre régions naturelles du pays, dans laquelle les groupes minoritaires s’intègrent pour revendiquer leur identité ou défendre leurs intérêts. Comme le souligne Claude Rivière (1971), en Guinée chaque personne sait se classer ethniquement. L’auteur constate également que les membres de chaque ethnie ont tendance à valoriser leur région, leur culture et mode de vie dont ils sont fiers tout en critiquant et dévalorisant simultanément ceux des autres. Chacun des quatre grands groupes ethniques (Malinké, Forestier, Peul et Soussou) occupant les quatre régions naturelles de la Guinée a des préjugés et des stéréotypes sur les autres ethnies. Or, les jugements de valeurs relatifs aux caractéristiques des ethnies varient selon le contexte et les circonstances d’énonciation du discours. Les traits de caractères qui apparaissent comme des qualités d’une ethnie dans un contexte précis d’énonciation du discours peuvent apparaître dans un autre contexte comme des défauts.

3Par exemple lorsqu’on veut critiquer l’orgueil, l’indiscrétion, le comportement ostentatoire et insouciant des Soussous on les compare souvent aux Peuls discrets, humbles et économes. Mais lorsque les Guinéens membres des autres ethnies veulent critiquer les Peuls, ils se réfèrent aux mêmes jugements pour les qualifier d’opportunistes et de sournois. Dans le second contexte d’énonciation du discours visant à critiquer, le Peul humble et discret devient opportuniste, radin et sournois voire traître. Les Soussous sont souvent désignés comme « des bavards et superficiels » ; ils apparaissent comme ceux qui accordent plus d’importance à la consommation ostentatoire (bonne cuisine, un beau vêtement) qu’à la réalisation de certains projets socio-économiques, jugés plus sérieux et importants, notamment la construction d’une maison.

4Les Guinéens reconnaissent, contrairement à la légèreté des Soussous, le sérieux des Malinkés qui sont aussi réputés bon vivants (Kamaremba). Les Malinkés sont également stigmatisés comme des gens trop fiers et belliqueux, alors que les Forestiers sont désignés, en général, comme des gens peu civilisés et pas très intelligents, mais dociles et travailleurs. Ces préjugés qui existent même dans les milieux scolaires, universitaires et dans les institutions de la fonction publique où les personnes sont plus instruites et censées se mettre donc au-dessus de tels clichés, témoignent de leur importance dans les conflits interethniques en Guinée. Les clichés sur les Forestiers, par exemple, contribuent à alimenter l’ostracisme ou, du moins, la marginalisation dont sont victimes les étudiants originaires de la Guinée forestière qui quittent leur famille et région, après l’obtention de leur bac, pour poursuivre des études à l’Université de Conakry. Ces préjugés que chaque ethnie a des autres influencent considérablement les rapports interethniques guinéens caractérisés par la rivalité, la méfiance et les conflits latents ou ouverts.

5À travers ces jugements de valeur, nous pouvons néanmoins saisir certains traits caractéristiques de chaque ethnie. Mais cet aspect des relations interethniques n’est pas l’objet de notre présent article. Nous considérons plutôt les préjugés des uns sur les autres comme l’une des causes des conflits ethniques que nous avons observés dans deux entreprises minières en Guinée.

6L’ethnicité est aussi artificielle, elle est souvent produite sur les lieux du travail par les acteurs sociaux qui l’utilisent comme instrument de revendication ou de contestation pour défendre leurs intérêts personnels. Comme nous avons pu le constater, la production de l’ethnicité ou de l’ethnicisation de la revendication dans l’entreprise s’explique par les insatisfactions, les frustrations de certains travailleurs qui se réfugient derrière une identité pour exprimer leur colère ou pour revendiquer certains droits. C’est pourquoi j’ai constaté d’ailleurs, dans le cadre de ma recherche, que les salariés qui dénoncent l’ethnocentrisme sont, en général, ceux qui n’ont pas bénéficié de promotion dans l’entreprise.

7En dénonçant l’ethnocentrisme, les salariés originaires de la Guinée maritime parlent au nom de tous les natifs de cette région. Mais parmi eux, ceux qui ont eu des promotions, au lieu de dénoncer l’ethnocentrisme, préfèrent plutôt mettre l’accent sur leurs mérites et qualités personnelles pour expliquer leur ascension dans l’entreprise.

8L’ethnicité artificielle moderne n’est pas seulement un simple instrument de revendication, elle est aussi un instrument d’intégration des individus qui manipulent la parenté et l’appartenance régionale dans des réseaux d’embauche ou d’insertion professionnelle des milieux urbains, comme on a pu observer dans les trois villes ouvrières et minières de Guinée (Kamsar, Sangaredi, Fria). Comme le souligne Copans (1990), « ’Le marchandage ethnique’ devient ainsi un moyen d’intégration des individus dans les sociétés modernes africaines ».

II. Des discours relatifs à la contestation des expatriés

9Comme nous l’avons déjà souligné, la relation entre les salariés expatriés occidentaux et les employés nationaux comporte une dimension conflictuelle. Laurent Bazin, dans son étude ethnologique sur une entreprise ivoirienne, a décrit et analysé les rapports conflictuels entre les cadres et ouvriers nationaux. Bazin souligne que les expatriés sont moins contestés que les dirigeants nationaux, car

Ils sont placés en relation d’extériorité vis-à-vis des enjeux matériels que représentent la production de richesses par l’entreprise et leur répartition entre les différents acteurs (Bazin, 1998).

10Or, les salaires et avantages sociaux des expatriés qui excitent la jalousie de la part des salariés nationaux font l’objet d’une contestation qui emprunte également une coloration ethnique. Leur présence et leur domination dans l’entreprise sont également inscrites, à notre avis, dans « un procès d’ethnicisation », pour reprendre l’expression de Bazin. D’un point de vue anthropologique, on peut considérer la communauté des salariés occidentaux de ces entreprises africaines comme un groupe ethnique à part entière, ayant des préjugés sur les autres groupes ethniques africains avec lesquels ils sont en rapport conflictuel et de coopération. Cependant, les expatriés ne sont pas insérés dans les rapports sociaux de la société globale guinéenne. C’est pourquoi on ne peut pas les accuser, par exemple, d’avoir aidé un parent ou un membre de leur ethnie en détournant les biens de l’entreprise. Mais il faut rappeler que tous les expatriés sont conscients de leur statut privilégié car ils sont nettement mieux payés que les salariés nationaux. Ce privilège qui fait l’objet de contestation est perçu comme une domination étrangère ou une reproduction des anciens rapports de domination entre colonisés africains et colonisateurs « blancs ».

11Dans l’imaginaire des salariés nationaux, les expatriés sont perçus comme « des Blancs colonisateurs, dominateurs et exploiteurs des Noirs ». Les travailleurs africains supportent mal tous les avantages que la compagnie offre aux expatriés occidentaux. La différence de traitement entre travailleurs africains et européens a toujours été l’objet d’une contestation dans l’entreprise de la part des salariés guinéens. Les positions hiérarchiques que les travailleurs occidentaux occupent font aussi l’objet de contestation. Les travailleurs africains supportent mal la suprématie de certains travailleurs expatriés dont ils contestent les compétences ou la qualification professionnelle.

12Les regards et discours d’interprétation des Guinéens concernant la situation de privilégiés des expatriés blancs et leur pouvoir sont ambivalents car ils varient selon les circonstances ou la situation dans laquelle ces premiers se trouvent. Parfois, lorsqu’un salarié guinéen est en conflit avec son supérieur hiérarchique blanc, il peut mobiliser le stigmate « blanc colonisateur » et l’utiliser dans un discours nationaliste anticolonial pour défendre ses propres intérêts personnels en parlant au nom de tous les Africains. Pendant la période du régime de la Révolution (1958-1984) de tels discours nationalistes étaient souvent utilisés par les salariés guinéens en conflit avec des expatriés. Ils s’appuyaient à l’époque sur une organisation syndicale qui constituait une antenne du parti au pouvoir dans l’entreprise, pour demander qu’une sanction soit prise à l’encontre de l’expatrié. Cette sanction pouvait tout simplement mettre fin au contrat de l’expatrié accusé de manque de respect à l’égard d’un salarié africain (Larrue, 1997). Quant à la direction de la CBG, soucieuse de poursuivre sa recherche de profits, elle se pliait aux exigences du parti au pouvoir en acceptant le licenciement des expatriés blancs jugés fautifs. Plusieurs salariés ont à un moment ou à un autre utilisé ce mode de pression pour défendre leurs propres intérêts face aux expatriés blancs.

III. La contestation des nationaux par les ouvriers guinéens

13Lorsque les ouvriers guinéens entrent en conflit avec les cadres nationaux, ils opposent l’image négative qu’ils ont de ces derniers à l’image positive des cadres blancs. Dans ce second registre, ils mobilisent plutôt le stigmate « d’Africain corrompu, incompétent et paresseux » dont parle Bazin, opposé à l’image des blancs justes, intègres et compétents. Les réformes de réduction des coûts de production de la CBG, à la fin des années 1990, qui ont entraîné la suppression de certains avantages sociaux des salariés, ont coïncidé avec l’africanisation de plusieurs postes de cadre. Du coup, les conséquences sociales de cette réforme imposée par les exigences du marché international dans un contexte économique libéral caractérisé par la mondialisation, ont été naturellement imputées aux cadres nationaux. Lorsque les employés critiquent leurs compatriotes cadres en les accusant d’être responsables de la situation difficile que traverse l’entreprise, leurs discours sont teintés d’afro-pessimisme. C’est sur un ton nostalgique et pessimiste qu’ils critiquent les cadres nationaux lorsqu’ils comparent leur période de gestion de l’entreprise caractérisée par la perte de plusieurs avantages sociaux à celle de leurs homologues occidentaux. C’est pourquoi plusieurs salariés et habitants des deux villes minières de la CBG et de Fria regrettent l’africanisation des postes.

14Ces critiques s’expliquent, d’abord, par le fait que la plupart des salariés de la CBG n’ont pas compris les arguments rationnels et économiques de la direction lorsqu’elle justifie sa politique de restructuration. Il se pose alors un problème de communication entre la direction et ses salariés. Or, au-delà de cette difficulté de communication, il est opportun de rappeler que les ouvriers sont conscients des avantages que les cadres nationaux tirent de la restructuration de la CBG. Pendant que les salariés subissent les conséquences sociales de la réduction des coûts de production, les cadres supérieurs profitent des sources de revenus supplémentaires que leur offre cette situation, notamment en créant des entreprises sous-traitantes ou en encaissant des pots-de-vin.

IV. Le regard eurocentriste des expatriés sur les Guinéens

15Les expatriés occidentaux ont un regard eurocentriste sur l’entreprise et sur les salariés nationaux que nous allons présenter et déconstruire en montrant ses origines ou les mécanismes par lesquels il s’est constitué. La CBG et l’entreprise de Fria sont souvent évoquées dans leurs discours en comparaison avec les entreprises de l’Europe occidentale et celles de l’Amérique du Nord (États-Unis et Canada). Ils critiquent la performance et la compétence des salariés nationaux par rapport à la performance de leurs homologues européens et Nord-américains. Dans cette perspective l’entreprise africaine est vue, nous semble-t-il, par les expatriés à travers un prisme occidental. Son fonctionnement et la performance de ses salariés sont jugés en fonction des normes et standards de production des entreprises des pays du Nord.

16La résistance des salariés nationaux à la restructuration de la CBG a été interprétée par les cadres occidentaux comme un manque de capacité des Africains à s’adapter au changement. Ils expliquent également leur refus d’adhérer à cette politique de réduction des coûts de production de la CBG et Fria comme un manque de responsabilité des Africains qui ne prennent pas conscience du fait que leurs intérêts individuels sont compatibles avec l’intérêt de l’entreprise. Comme nous le montre l’étude de Laurent Bazin, concernant une entreprise ivoirienne, les experts occidentaux mobilisent parfois le stigmate « d’Africains paresseux » pour qualifier ou juger la performance des salariés africains de l’entreprise. Même si les expatriés reconnaissent parfois la compétence de certains Guinéens, on observe également qu’ils remettent souvent en cause la formation et la qualification professionnelle de la plupart des salariés nationaux. Ils justifient d’ailleurs leur présence dans l’entreprise en mettant l’accent sur le défaut de qualification des salariés nationaux.

17Lorsque les expatriés évoquent les difficultés économiques justifiant leur politique de réduction des coûts de production, ils désignent comme responsables les salariés et les gouvernements guinéens qui se sont succédés sur l’arène politique. Les populations environnantes de ces deux entreprises et le gouvernement guinéen apparaissent comme les principaux bénéficiaires des profits générés par le fonctionnement de ces entreprises. Les populations sont également jugées trop dépendantes de ces entreprises. M. Ors, expatrié français de l’entreprise de Fria dénonce surtout la corruption des salariés nationaux. Le développement de la ville de Fria et l’accroissement de la population de cette ville minière sont perçus par Ors comme une conséquence de la corruption dans l’entreprise.

18L’entreprise apparaît, dans son discours, comme une bête dont la survie est menacée par la corruption et le manque de responsabilité des Africains :

Cette usine, c’est la poule aux œufs d’or. C’est pourquoi la ville a grandi autant que ça. L’usine fait vivre bien plus que ses 1 070 salariés. C’est un peu le problème ici : Tout le monde mange sur la bête. Mais il faut penser à la faire nourrir aussi. Mais c’est une prise de conscience difficile. Moi je le dis. J’essaye de leur faire prendre conscience en disant vous volez dans votre propre poche. C’est difficile à dire.

19En dénonçant la corruption des Guinéens, Ors s’appuie sur un proverbe qui montre sans doute la compatibilité des intérêts individuels des salariés et l’intérêt collectif de l’entreprise dont, à son avis, les travailleurs n’ont pas conscience.

20L’expression très imagée de Ors s’inspirant certainement des réalités socioculturelles et économiques de son pays d’origine, la France, est en contradiction avec un proverbe populaire guinéen justifiant la corruption dans les institutions publiques. Ce proverbe, qui est devenu presque une croyance populaire dans plusieurs pays africains, enseigne que « la chèvre broute là où elle est attachée », ce qui implique qu’il est tout à fait légitime de profiter de la place qu’on occupe dans une institution publique pour détourner à son compte les biens publics. Chacun doit voler où il se trouve, s’il ne le fait pas d’autres le feront à sa place. Il s’agit de mettre en place une stratégie qui transforme le poste occupé en une position de rente, source de revenus supplémentaires, qui sont en général, beaucoup plus importants que le salaire jugé insuffisant.

21Cette expression illustre clairement l’ampleur du phénomène de la corruption en Afrique. De telles expressions contribuent également à présenter de façon caricaturale et réductrice l’Afrique comme un continent où sévit la corruption dans les institutions publiques et dans les entreprises, en opposition avec l’Occident caractérisé par une gestion transparente et saine. Cette vision dichotomique des deux univers apparaît d’ailleurs souvent dans les récits de vie de plusieurs salariés guinéens de la CBG et de Fria. L’image caricaturale de l’Afrique comme lieu de prédilection de la corruption en opposition avec l’Occident, terre de la justice et d’impartialité apparaît sans cesse dans leurs discours. Dans cette logique dichotomique, l’Afrique est ce que n’est pas l’Europe, et vice versa. De tels raisonnements contribuent à situer et à maintenir, respectivement, l’Afrique à l’extrême pôle de la négativité et l’Occident à l’extrême pôle de positivité. La réalité africaine devient ainsi un cliché qui ne change pas, car ces clichés dichotomiques empêchent de saisir la dynamique de la réalité africaine et de rendre compte de la complexité des phénomènes tels que la corruption. Ceux qui utilisent ces clichés procèdent également d’une unification et d’homogénéisation de l’Afrique.

22Jean-Pierre Olivier de Sardan (2001) analyse d’ailleurs la corruption comme un phénomène universel dont souffrent toutes les sociétés du monde. Il souligne que, malgré la généralisation du phénomène de la corruption en Afrique, certains fonctionnaires africains sont intègres et travaillent honnêtement. Mais c’est en Afrique, selon De Sardan, que la corruption trouve « un terreau plus favorable à son développement ». Certaines réalités socioculturelles et économiques antérieures à la création des institutions modernes, notamment la pratique de la solidarité familiale et sociale, la généralisation de la pratique de don et de contre-don, l’absence d’une notion de bien public constituent des terreaux très fertiles pour le développement de la corruption en Afrique. Quant à Ors, il tente d’expliquer également la corruption et « le manque de responsabilité des salariés » qu’il observe dans l’entreprise de Fria par la perception du temps chez les Africains. Selon lui ceux qui détournent les biens de l’entreprise n’intègrent pas le long terme en se projetant dans l’avenir. Ainsi la corruption repose sur un manque de responsabilité qui est généralement interprétée par la majorité des Guinéens comme un fait normal s’inscrivant dans la logique de la baraka.

23Celui qui parvient à détourner les biens publics pour réaliser ses projets socio-économiques (construire une maison) personnels et pour aider sa famille, au sens large du terme, est perçu par la communauté comme un indice de réussite sociale. Ainsi le phénomène est reconnu et légitimé par tous. Dans ce cas, « on pourrait s’attendre à ce que le sentiment de honte soit un frein aux pratiques de corruption. C’est en fait plutôt l’inverse » constate Olivier de Sardan (2001, p. 110). Ensuite il explique comment la honte, qu’il considère comme « dans la plupart des cultures africaines un puissant régulateur et moyen de contrôle social » contribue, dans une certaine mesure, à encourager ou à répandre la corruption. Par exemple, les cadres africains qui s’abstiennent de détourner les deniers publics afin d’aider leurs parents ou un ami de la famille avec lesquels ils ont des liens d’obligation s’exposent aux critiques et à la désapprobation des membres de leur société ou communauté.

24Dans ce cas, ils pourraient avoir honte. Olivier de Sardan interprète une telle honte comme « une morale sociale, une morale du regard des autres, et non une morale de l’examen de conscience individuel » (2001, p. 111). Cela peut s’expliquer également par le fait que les Africains qui détournent afin d’éviter la honte sont conscients de leur appartenance à leur communauté d’origine et aux intérêts de celle-ci plus qu’à leur État, qu’ils considèrent en général comme une institution abstraite. En général, ils prennent très peu conscience du fait que leurs intérêts individuels et communautaires sont bien compatibles avec ceux de l’État. Mais la honte ne saurait être, à notre avis, l’une des principales causes de la corruption en Afrique.

25Ensuite Ors se lance dans une longue réflexion relative à la conception du temps chez les Africains qu’ils jugent trop patients :

Il y a aussi cette vision du court terme. Je pense que l’Africain ne se projette pas dans l’avenir comme un Européen. Donc il voit l’immédiat. J’ai beaucoup de mal à dire mais voyez loin. Ça, c’est une question de structure mentale. Quand j’étudiais, on avait un professeur de fac qui disait, pour résumer hein, il disait nous, on a une vision complètement linéaire alors que l’Africain a du temps une vision circulaire. D’où la chance est passée, elle ne reviendra pas chez l’Européen. Pour l’Africain lui, s’il n’a pas la chance aujourd’hui, il l’aura demain. Il y a toujours cette patience chez les Africains, une patience extraordinaire. Il y a le fatalisme aussi. [...] Bon y a des aspects positifs et négatifs. Mais dans le domaine industriel, il y a des contraintes de temps qui se heurtent un peu avec la mentalité africaine. C’est ça qui est dommage. De plus la compétition, c’est une compétition vis-à-vis du temps : il faut faire de plus en plus de produits en moins en moins de temps. Il faut aller vite. Il faut aller vite et là, c’est complètement antinomique avec l’Afrique.

26Pour expliquer la conception du temps et la notion de solidarité africaine, Ors mobilise, nous semble-t-il, certains clichés sur les Africains tels que « l’Africain n’est pas pressé et il ne pense qu’au présent ». Le discours d’Ors relatif à la conception du temps des Africains est certainement influencé par certaines idées reçues, notamment la notion du temps chez Hegel ou chez certains explorateurs et voyageurs européens qui parlent également de la même façon de la notion du temps des Africains. Tel est le cas du journaliste reporter polonais, Ryszard Kapuscinski, qui évoque également l’extraordinaire patience des Africains. Ce reporter écrivain qui a longtemps séjourné en Afrique emprunte parfois la posture d’un anthropologue pour interpréter et expliquer le comportement des Africains. Il se réfère ainsi à une situation d’attente des passagers d’une gare routière d’Accra en 1959 pour aborder la notion et la conception du temps chez les Africains.

27Selon lui la patience des passagers de cette gare routière, assis dans un autocar et obligés d’attendre que le véhicule se remplisse de passagers avant de démarrer, ne s’explique que par la patience africaine.

Nous entrons dans l’autocar et nous nous installons. Deux cultures vont alors se confronter, se heurter, voire entrer en conflit. C’est le cas lorsque le voyageur est un touriste ne connaissant pas l’Afrique. Il regarde de tous les côtés, s’impatiente, demande : quand part l’autocar ? – Comment ça, quand ? Lui répondra le chauffeur étonné. Quand il y aura assez de gens pour le remplir.

28Pour expliquer cette patience africaine, l’auteur se réfère à la mythologie. Ainsi la représentation des Africains sur le temps s’oppose à celle des Européens dans la mesure où

l’Européen et Africain ont une conception du temps différente, ils le perçoivent autrement, ont un rapport particulier avec lui. Pour les Européens, le temps vit en dehors de l’homme, il existe objectivement, comme s’il était extérieur à lui, il a des propriétés mesurables et linéaires (Somparé, 2006).

29Quant aux Africains, Ryszard pense que

pour eux le temps est une catégorie beaucoup plus lâche, ouverte, élastique, subjective. C’est l’homme qui influe sur la formation du temps, sur son cours et son rythme. Il s’agit bien entendu de l’homme agissant avec le consentement des ancêtres et des dieux (Somparé, 2006).

30Les Africains ont, certes, un rapport particulier avec le temps comparativement aux Européens. Mais cette différence ne peut s’expliquer essentiellement par la culture et par la structure mentale des Africains. Ils n‘ont pas non plus les mêmes propriétés « mesurables et linéaires du temps », que les Occidentaux pour reprendre Ryszard Kapuscinski, mais ils ont d’autres propriétés qui leur permettent de mesurer et gérer leur temps.

31En Afrique, les paysans se réfèrent, par exemple, à la lune, aux oiseaux et à certains phénomènes naturels pour établir le calendrier des travaux champêtres ou pour fixer les dates de certaines cérémonies sociales. Ce temps calqué sur les activités agricoles saisonnières peut être qualifié de cyclique parce que ce sont les mêmes saisons qui arrivent à un intervalle de temps régulier. Il est opportun de souligner qu’il ne s’agit pas là d’une exception africaine. Toutes les sociétés paysannes du monde vivant au rythme des saisons ont un rapport cyclique avec le temps. Thompson montre d’ailleurs que l’usage et la perception du temps tels qu’ils existent actuellement dans les pays occidentaux résultent d’un long processus historique qui comprend aussi l’avènement du travail industriel.

32Les sociétés africaines se sont également appropriées certaines notions du temps appartenant à la culture arabe et à la culture occidentale, comme les heures des cinq prières quotidiennes prescrites par la religion musulmane. Plusieurs Africains utilisent des montres même dans les campagnes et se réfèrent de plus en plus au calendrier judéo-chrétien. Mais les clichés sur l’Afrique empêchent encore certains Occidentaux de voir tous ces changements. Malgré tous ces changements, si le temps reste encore plus flexible et moins contraignant en Afrique, cela peut s’expliquer également par la faiblesse de l’industrialisation et le nombre insignifiant de personnes exerçant une profession de salariés. Si le temps familial et social occupe une place importante dans la vie des Africains en général, on observe que les difficultés économiques et des conditions de vie difficiles en Afrique empêchent les individus de penser en termes de projet à long terme même s’ils sont conscients de l’avenir. Il ne s’agit donc pas d’exhumer uniquement des référents dans la culture africaine, dans la mythologie ou dans la psychologie et dans la structure mentale des Africains pour expliquer leur rapport au temps, mais aussi il faut également prendre en compte les conditions matérielles.

33Cet autre extrait du discours d’un Canadien, RC, illustre bien la tendance des expatriés à opposer les deux cultures et les deux types de sociétés. En expliquant le refus des salariés de la CBG de transmettre leur savoir-faire à leurs cadets dans un contexte de conflit de générations. Ainsi l’expatrié d’origine canadienne se réfère à un proverbe français porteur de valeurs ou de traditions occidentales favorisant la promotion des jeunes, qu’il oppose à la tradition gérontocratique africaine :

Il n’y a pas à la CBG l’application d’un proverbe qui dit : aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années. Ici quand tu es jeune, on te dit siga dokko mèni sindé [ « vas t’asseoir là-bas d’abord et tu attends », en langue soussou] (Somparé, 2006).

34RC n’est ni méprisant, ni distant avec la culture africaine. Mais dans le discours de RC, à l’instar des autres expatriés, la culture et les valeurs occidentales sont érigées consciemment ou inconsciemment en référence à laquelle les salariés africains devraient se conformer. Lorsqu’ils comparent les deux types de sociétés, on observe une tendance à placer les valeurs de leur société d’appartenance au-dessus de celles de leur société d’accueil (la Guinée). Ils sont souvent irrités par l’irruption dans l’entreprise de certaines conduites des salariés qui s’inscrivent dans leurs logiques sociales. Ces conduites des salariés qu’ils méprisent et rejettent, en général, sont interprétées, dans leurs discours, en termes de cultures africaines hostiles au changement et incompatibles avec les exigences du travail industriel.

35Les critiques et jugements des expatriés concernant les réalités africaines ne sont pas totalement faux, loin s’en faut, mais leur regard se situe sous un prisme occidental et il est également porteur de clichés, de préjugés et de stéréotypes qui déforment la réalité qu’ils observent et en nient, du même coup, la complexité. Les expatriés sont en général très distants avec la société guinéenne. Parmi eux, ceux qui s’y intéressent sont moins sévères et moins méprisants en jugeant les conduites des salariés africains, mais ils disposent de peu de connaissances sur la littérature des sciences sociales africanistes qui ont beaucoup évolué à l’image des sociétés auxquelles elles sont consacrées. Au contraire, leur regard sur l’Afrique est plutôt alimenté par les premiers récits des voyageurs qui ont contribué à façonner l’image des Africains, aux yeux des Occidentaux et aussi par des écrits des journalistes qui sont certainement plus diffusés et vulgarisés que des études africanistes des sciences sociales.

Conclusion

36De façon générale nous constatons, à la lumière des différents discours que nous venons de présenter et de déconstruire, que la définition identitaire ou les jugements de valeur d’une communauté ethnique sur une autre ne sont pas toujours indépendants de la nature du rapport que l’énonciateur entretient avec les membres de celle-ci et de leurs contextes et circonstances d’énonciation. D’où le caractère ambivalent des discours relatifs aux jugements de valeurs, de dénonciation et de contestation des communautés ethniques. Pour montrer davantage que les discours et l’opinion des membres d’une communauté ethnique sur ceux d’une autre dépendent de la nature du rapport pacifique, conflictuel, intéressé ou désintéressé que les premiers entretiennent avec les derniers, il suffit de se référer aux travaux de Valentin Mudinbé (1994) dont l’étude s’appuie sur les écrits des anciens grecs qui furent les premiers à entrer en contact avec le continent africain .

37Selon Mudimbé, qui se réfère à un ouvrage d’Alain Bourgeois, les discours d’altérité de ces premiers Grecs qui ne cherchaient pas forcément à dominer et à exploiter l’Afrique ne contenaient pas autant de jugements négatifs et de préjugés comme ceux de la littérature francophone et anglophone apparue après la traite négrière et la colonisation, à un moment où les sociétés occidentales avaient bien intérêt de rabaisser les peuples africains pour justifier leur domination. Selon Bourgeois, comme les Grecs n’avaient pas d’intérêt dans la conquête colonialiste et impérialiste de l’Afrique, ils pouvaient regarder les Africains fraternellement.

38À notre avis l’intérêt d’une telle démarche réside dans le fait qu’elle nous permet de mieux déconstruire les discours identitaires afin de saisir davantage la nature réelle de l’homme universel au sens anthropologique du terme et des identités ethniques débarrassés de préjugés et de clichés.

Bibliographie

Bibliographie

Agier M., 1987a, « Formes de travail et identités. Recherches d’une perspective anthropologique », Cahiers des sciences humaines, vol. 23, n° 1, p. 3-12.

Agier M., 1987b, « Usines, familles et ouvriers au Cameroun », in Agier M. et Copans J. (eds), Les classes ouvrières d’Afrique noire, Paris, ORSTOM-Karthala, p. 141-181.

Agier M. et Lulle T., 1987, « Héritiers et prolétaires. Travail, mobilité sociale et vies familiales à Lomé (Togo) », Cahiers des sciences humaines, vol. 23, n° 2, p. 215-241.

Amselle J.-L. et M’bokolo E. (eds), 1985, Au cœur de l’ethnie. Ethnies, tribalisme et État en Afrique, Paris, la Découverte.

Bazin L. et Gnabeli R.Y., 1996, Les dépenses sociales et le rapport salarial dans les entreprises ivoiriennes, GIDIS-CI/ORTOM, Abidjan, Multig.

Bazin L. et Selim M., 1996, « Un système unique : l’entreprise », Journal des anthropologues, n° 66-67, p. 11-18.

Bazin L., 1998, Entreprise, politique, parenté. Une perspective anthropologique sur la Côte d’Ivoire, Paris, l’Harmattan.

Bell G., 1964, Le Projet de pôle électro-métallurgique de Fria : l’énergie hydroélectrique et le développement, Paris, Institut de Sciences économiques appliquées.

Bollinger D. et Hofstde G., 1984, Les différences culturelles dans le management, comment chaque pays gère-t-il ses hommes ?, Paris, Les Éditions d’Organisation.

Cabanes R., Copans J. et Selim M., 1995, Salariés et entreprises dans les pays du Sud, Paris, Karthala et Orstom.

Cabanes R. et Lautier B., 1991, « La recomposition des rapports sociaux par l’entreprise », Les Cahiers « Pratiques sociales et travail en milieu urbain », n° 15, Paris, ORSTOM, p. 103-125.

Copans J., Cabanes R. et Morice A., 1987, Les classes ouvrières d’Afrique noire, Paris, ORSTOM-Karthala.

Devey M., 1997, La Guinée, Paris, Éditions Karthala.

Doré A., Économie et société en République de Guinée, 1958-1984 et perspectives, Paris, Éditions Bayadère.

Henry A., 1991, « Vers un modèle de management africain », Cahiers d’Études Africaines, vol. 31, n° 124, p. 447-474.

Kapuscinski R., 2000, Ebène. Aventures africaines, Paris, Plon.

Labazee P., 1991, « Anthropologie de l’entreprise : présentation », Cahiers d’Études Africaines, vol. 31, n° 124, p. 435-446.

Labazee P., 1992, « Crise professionnelle et conversion identitaire. L’exemple du commerce de l’igname à Korhogo », Cahiers d’Études Africaines, vol. 32, n° 127, p. 455-468.

Labazee P., 1995, « Mobilité spatiale, ethnies, statuts : construction identitaire des agents économiques d’une ville du Nord ivoirien », in Antoine P. et Diop A. B. (eds), La ville à guichets fermés ?, Dakar/ Paris, IFAN-ORSTOM, p. 239-255.

Larrue J., 1997, Fria en Guinée, première usine d’alumine en terre d’Afrique, Paris, Karthala.

Mudinbe V., 1994, The idea of Africa, Indiana University Press.

Olivier de Sardan J-P., 2001, « Économie morale de la corruption », Politique Africaine, n° 83.

Rivière C., 1971, Mutations sociales en Guinée, Paris, M. Rivière et Cie.

Rivière C., 1975, Dynamique de la stratification sociale en Guinée, Paris, Diffusion Honoré Champion.

Somparé A., 2006, Mobilité ou reproduction sociale et notabilisation dans les villes ouvrières et minières de Guinée. L’entreprise, l’école et l’apprentissage et les milieux familiaux et sociaux des ouvriers des entreprises de CBG et Fria : une approche socio-anthropologique, Thèse de doctorat, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Thomson P. E., 2004, Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique.

Auteur

Département de Sociologie Université Sonfonya, Conakry, Guinée

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search