Version classiqueVersion mobile

Discours d’Afrique

 | 
Alpha Ousmane Barry

Première partie. Approche sociopolitique et socio-historique des identités africaines

6. « Congolité » et construction identitaire dans le discours médiatique congolais

Paulin Mulatris

Entrées d'index

Texte intégral

1La campagne pour les élections présidentielles congolaises, en 2006, a été marquée par le débat sur l’identité congolaise. Le lexique sociopolitique mettait à jour un nouveau concept, « congolité », vite identifié comme une réplique congolaise du concept d’ivoirité (Vincent, 2006). Cette métaphore alimentait la peur d’une « ivoirisation » du Congo RDC tant au niveau du discours politique que de la réalité sociale. La Haute Autorité des Médias, instance régulatrice des pratiques et de l’éthique des médias congolais, s’était alors empressée de mettre en garde les médias qui serviraient de canal de vulgarisation du concept. Pourtant quelques mois plus tard, dans la période post-électorale, le concept refera surface par le détour de la question de la double nationalité révélant ainsi la récurrence d’une question identitaire difficile à être étouffée.

  • 1 Cet ouvrage rassemble des lettres échangées en 2000, via le quotidien La Référence Plus, entre Kamb (...)

2L’objectif de ce texte est, au-delà de toute considération historique ou théorique sur le nationalisme congolais, de questionner ce néologisme « congolité » afin d’en déterminer le contenu sociologique. L’éclatement du débat suite à l’intérêt accordé par les médias (Kambere, 1999)1 et l’absence d’une littérature structurée autour du concept suggèrent de revenir sur ces mêmes médias pour tenter de comprendre comment le discours médiatique congolais intervient dans ce qu’on peut considérer comme un processus de construction identitaire. Nous amorçons cette réflexion en trois étapes. Après quelques brèves indications théoriques sur le discours médiatique dans la perspective de la question identitaire, nous présentons quelques éléments méthodologiques permettant enfin de saisir la portée sociologique du concept.

I. Indications théoriques et méthodologiques

  • 2 À titre d’exemple, les analyses philosophiques ou sociologiques faites par Hegel (1939) ou Touraine (...)
  • 3 Les médias relèveraient ainsi des « activités communautaires » qui, selon Weber (1965), se rapporte (...)

3Nous ne saurons, dans les limites de ce texte, développer de façon exhaustive tous les aspects théoriques relatifs à la problématique identitaire2 et au rôle des médias dans la configuration des espaces sociaux. Néanmoins, pouvons-nous sommairement mentionner le fait que, en général, les médias sont perçus comme des moyens de réappropriation des éléments identitaires et des témoins privilégiés des identités en construction. Pour Mead (1963), ce rôle s’appuie sur la conception du langage comme moyen de la réflexivité individuelle ou collective. Mais, par médias, il faudrait entendre – à la suite de Rieffel (2005, p. 21) – des « configurations médiatiques », c’est-à-dire des ensembles impliquant des techniques, des institutions et des acteurs dans leurs interactions. Leurs formes et leurs contenus renvoient aux rapports de sens qui s’instaurent entre les individus ou les groupes sociaux3. Ce qui indique, dans tout effort de compréhension des médias, la nécessité de dépasser le message médiatique lui-même, en l’occurrence le texte, vers son contexte de surgissement. Comprendre un texte revient ainsi à en saisir le contexte et à le distinguer des prétextes, ces propos qui dissimulent le sens et par lesquels quelque chose de masqué s’exprime (Gadamer, 1991, p. 218).

4Ces brèves indications justifient notre méthode qui est socio-sémiologique. Partant du texte, afin d’éviter des analyses trop formelles pratiquées à distance des vécus sociaux, nous incluons les acteurs et les mondes sociaux ; car les contenus des textes procèdent des interactions sociales dont les auteurs font partie. Plus pratiquement, nous partons des textes des médias pour dégager les éléments structurants de cette identité congolaise ainsi que la manière dont ils sont valorisés. Le cas échéant, nous indiquerons des prétextes servant comme distorsion de sens dans leur mode d’expression. Nous adaptons et ramenons, à cet effet, les quatre questions soulevées par Poutignat et Streiff-Fénart (1995) aux trois suivantes : comment le discours médiatique élabore-t-il les « frontières » supposées de ladite congolité ? Quelles en sont les attributions catégorielles ? Comment les objets identitaires sont-ils valorisés/hiérarchisés ?

5Cette première phase de nos analyses privilégiera la presse écrite. Deux raisons expliquent ce choix : la traçabilité et la possibilité d’une recontextualisation plus aisée que pour les médias audiovisuels. Notre corpus de textes se constitue des articles et éditoriaux des journaux publiés pendant les mois précédant et suivant les élections présidentielles congolaises, période au cours de laquelle le concept de congolité fait objet de larges débats et interdits publics. Ces analyses également appliquées aux éditoriaux et aux articles ne résultent pas d’une confusion. Souvent, les éditoriaux des journaux congolais ne se limitent pas au seul rôle de prise de position politique mais traduisent le point de vue des auteurs et brouillent la frontière classiquement établie entre un éditorial et un article.

6Le défi majeur d’une telle démarche est d’abord son ampleur. Les matériaux à traiter sont nombreux. Ensuite, le caractère récent du néologisme « congolité » et la censure qui en a entouré l’utilisation dans les médias, compliquent notre tâche suite à l’insuffisance de traces pertinentes. Enfin, mentionnons l’instabilité du paysage médiatique congolais suite au manque des ressources financières ou à la censure politique. Pour contourner ces obstacles, dans ces analyses préliminaires, nous procédons par des recoupements de sens afin de relever des signifiants et signifiés pertinents ; et nous inclurons des écrits relatifs au sujet, publiés dans des journaux étrangers.

II. Paysage de la presse écrite congolaise

  • 4 Le CEDAF de Bruxelles répertorie la plupart des journaux congolais.

7La presse écrite congolaise est multiforme. On dénombre près de 200 journaux dont la moitié a Kinshasa pour siège principal de diffusion (Institut Panos Paris, 2004)4. Parmi ceux-ci, huit quotidiens (Le Potentiel, Le Phare, La Tempête des Tropiques, L’Observateur, La Référence Plus, Le Palmarès, Forum des As et L’Avenir) sont réguliers malgré des faibles tirages. À ceux-ci s’ajoutent quelques périodiques hebdomadaires comme The Post, Le Révélateur… Les autres journaux, surtout ceux de l’arrière-pays, apparaissent sporadiquement.

8La raison principale de cette concentration géographique est économique et politique. Le prix moyen des journaux étant prohibitif pour la population, Kinshasa offre plus d’opportunités de tisser des réseaux financiers. L’intérêt politique y est aussi plus grand que dans l’arrière-pays où le taux d’analphabétisme est élevé. Ce facteur économique explique le marquage religieux ou politique des journaux. Ces allégeances sont cruciales pour la presse écrite qui se divise vaguement en trois catégories : journaux religieux, progouvernementaux et de l’opposition. Toutefois, si certains journaux ont des positionnements clairs – Digital Congo et L’avenir pour le gouvernement, La Référence Plus et Le Phare pour l’opposition – il est, en revanche, difficile d’établir ce positionnement pour les autres. Les frontières entre les catégories ne sont pas étanches. Elles sont traversées suivant les intérêts occasionnels remettant en cause l’indépendance journalistique. Les prises de position par rapport au débat sur l’identité congolaise dépendent parfois de cet alignement politique.

III. « Nous/eux », « étrangers/fils du pays »

  • 5 Est congolais d’origine, selon l’article 10 de la Constitution congolaise, toute personne dont un a (...)

9Revenons sur la première de nos trois questions relatives à la catégorisation. Il apparaît que l’histoire pré et postcoloniale de même que la réalité sociale interviennent dans la construction des frontières de l’identité congolaise et la définition de l’Autre par rapport auquel le Congolais entend se démarquer. Deux types de frontières se dégagent. La première se construit autour de l’origine ethnique. Celle-ci trace une ligne de démarcation distinguant les « fils du pays » (soso, « poule ») des « étrangers » (ndeke, « oiseau »). Cette distinction, sur fond de l’origine, renvoie tacitement au texte relatif au droit à la nationalité congolaise5. Ainsi peut-on, par exemple, lire :

A-t-on oublié que certains ont été convoqués à la Haute Autorité des Médias pour s’expliquer sur ce qu’ils entendaient par Soso et Ndeke (N’saka, 2007).

  • 6 Texte du 14 février 2000 repris dans Kambere (1999).

10Les non-originaires sont présentés comme des étrangers ne partageant pas les racines congolaises. Dans le contexte sociopolitique récent marqué par des années de guerre impliquant l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi, les Rwandophones font figure d’ethnies concernées par cette distinction sur laquelle, par exemple, Kambere (1999, p. 43)6 insiste :

[…] Il n’existe pas de Tutsis ni Hutus congolais d’origine… Ce n’est pas parce que les Tutsis et les Hutus ne sont pas congolais d’origine qu’ils n’ont pas droit de vivre au Congo.

11Comme le soutient Touraine (1992, p. 244), cette face défensive de l’identité qui s’élabore à travers l’appel à l’origine, comporte des dangers. Ce sont ceux-ci que la presse étrangère épingle lorsque, dans le contexte électoral, elle perçoit cette première catégorisation comme une démarche xénophobe visant à écarter un groupe ethnique ou un candidat présidentiel. À ce niveau, les allusions à la situation de la Côte d’Ivoire sont fréquentes. Pour D. Trembloy (2006), par exemple, cette distinction relève d’une idéologie de la pureté identitaire basée sur la victimisation, que l’on peut retrouver dans plusieurs contextes historiques :

Comme en Côte d’Ivoire, pour Ouattara, en RDC, la remise en cause de la « congolité » de Kabila ne semble guère avoir d’autre but que de contester à ce dernier le droit d’exercer la magistrature suprême (p. 31).

12Mais une deuxième frontière se profile derrière cette première. Elle puise dans les choix individuels, les comportements ou le lieu de résidence comme critères visant à déterminer une zone de séparation entre le « nous » et le « eux ». Des dénominations comme : « compatriotes » « étrangers », « inauthentiques compatriotes », « opportunistes » (…) – rappelant les termes « Congolais-traîtres » des années soixante (Ndaywel, 1998, p. 661) – renforcent le rang de ceux considérés comme étrangers. La congolité cesserait ainsi de se construire simplement autour de la dimension ethnique pour renvoyer au sentiment d’appartenance. Ceci complexifie le sens même de la catégorie « étranger » dont les co-originaires ethniques peuvent aussi faire partie. Ce constat justifie le caractère limite de la référence à l’ivoirité qu’Ayad (2006) considère comme une métaphore juste et fausse. En effet, cette seconde délimitation, peu évoquée par la presse écrite internationale, exonère quelque peu les aspects prétendument xénophobes des considérations basées sur l’origine. La volonté de renforcer cette seconde distinction a servi d’occasion pour ramener à la surface le débat sur la congolité pourtant censuré par les autorités médiatiques. La loi aidant, l’adoption d’une nationalité étrangère est utilisée comme critère pour déterminer ce sentiment appartenance.

La nationalité congolaise est exclusive. […] Ou alors, on reste étranger (Muyaya, 2007).
Des Congolais à la double, triple […] nationalité écument certainement les couloirs du Sénat, de l’Assemblée Nationale […]. L’on devrait s’attendre forcément à l’entrée de plusieurs ministres étrangers dans le gouvernement… La Troisième République risque de connaître l’ère des gouvernants étrangers. […] Les Congolais de pure souche ne se reconnaissent plus dans les Belgo-Congolais, les Franco-Congolais […] auxquels ils ont conféré des mandats publics, croyant naïvement avoir affaire à d’authentiques compatriotes (Kimpozo, 2007).

13À travers des concepts comme mwana mboka (« fils du pays »), cette seconde frontière exprime implicitement le rejet de toute légitimité politique ou morale tissée à l’extérieur et non ancrée dans les réalités locales.

Le Congo aujourd’hui ? Nous sommes encore un « État colonial » : à partir du moment où, systématiquement, la légitimité vient de l’extérieur, nous ne pouvons être que dans un état d’esprit colonial (Hespel, 2006, p. 66).

14Une telle affirmation doit être lue comme un prétexte, au sens précisé plus haut, renvoyant à la rumeur d’après laquelle les élections présidentielles de 2006 ont été manipulées par les occidentaux au profit de J. Kabila. Ces allégations renforcent les vieilles rumeurs entourant les assassinats de Lumumba, L. D. Kabila leaders de la libération congolaise.

IV. Attributions catégorielles et objets identitaires

15Les deux autres questions touchent les attributions catégorielles de la congolité et la valorisation des objets identitaires. « Territoire », « langues », « richesses », « traditions socioculturelles » et « valeurs congolaises » (solidarité, partage…) figurent au nombre des éléments sur lesquels, le « nous » congolais voudrait se reporter. La question du territoire est devenue cruciale depuis l’éclatement des conflits fonciers à l’Est du Congo à la fin des années quatre-vingt-dix, et au Sud (province de Bandundu) en 2007. Les prises de position tranchées sur la question du territoire traduisent une opposition à ce qui est soupçonné être une volonté internationale de partitionner le Congo. Sur fond de ce contexte, plusieurs propos établissent le lien territoire/identité :

Avec la complicité des grands de ce monde, une guerre injuste a été imposée au Congo par ses voisins (Tshibanda, 2004, p. 11).
Ou on est Congolais, on se tait, ou on ne l’est pas, on s’agite… Nous ne nous fatiguerons jamais sur l’intégrité de notre territoire (Tshipepele, 2000).

16Les langues – soulevant la question épineuse de la hiérarchie des langues que nous ne développons pas ici – et le langage, de manière générale, interviennent comme des aspects importants par lesquels le Congolais entend s’identifier. Dans le débat autour de la congolité de Kabila, la presse écrite y revient :

[…] Le président sortant du Congo fait montre d’une incapacité à communiquer. […] Au pays du fleuve Congo, les rites immémoriaux de la parole font partie intégrante du vécu social, culturel et politique. L’art de la parole a toujours été considéré […] comme un des signes distinctifs des chefs. […] Un chef muet ou à la rhétorique défaillante est considéré comme inapte à exercer la charge de conduire la collectivité vers des destinées meilleures. […] Ni en français, ni en lingala, Kabila Junior n’a brillé jusqu’ici par ses déclarations (Tshibangu, 2006, p. 30).

17Kambere (1999) considère ces éléments langagiers, ou généralement culturels, comme des critères lui permettant de justifier la non-congolité des Hutus et des Tutsis.

18Dans le contexte du pillage économique que le Congo-Kinshasa a connu depuis quelques décennies, les richesses naturelles jouent un grand un rôle. Et c’est sous la forme d’une dénonciation du système d’exploitation du Congo que cet élément revient :

Nombreux n’ont pas hésité d’amasser des richesses du Congo à l’étranger pour prévenir les mauvais jours à venir dans le pays de Lumumba (Ngyaluka, 2007).
[…] Kabila a été aussi sanctionné à cause des contrats léonins […] La richesse minière du Congo a été bradée […] (Mbelu, 2006).

19Évoquons enfin les valeurs culturelles africaines et congolaises. Bien que celles-ci ne soient pas spécifiées, elles contribuent cependant à renforcer la séparation entre les catégories identifiées (Mukoko, 2007). Ainsi s’agissant des étudiants ayant séjourné hors du pays, Umba (2006) affirme :

[…] Les leaders feront mieux d’éviter d’intensifier leur propagande auprès des étudiants vivant à l’étranger. Projetés […] dans un contexte social dont ils ne comprennent souvent pas la signification […] ces jeunes gens […] n’hésitent pas […], même si l’intérêt de leur pays est en jeu, à se lancer dans n’importe quelle folle aventure. […] Il n’y a chez eux aucun idéal à combler […] Ils disposent de moyens d’action inversement proportionnels à leurs valeurs morales. La révolution au bon sens du mot […] nous attache […] au travail de la reconstruction de notre pays (p. 15).

20C’est ce sens des valeurs congolaises que Kambere (1999) affirme ne pas trouver dans le comportement et le caractère des Banyarwanda.

Conclusion

21Dans un de ses commentaires, Braeckman (2006) considère le concept de « congolité » comme un simple argument électoral ayant une portée limitée. Nos lectures préliminaires indiquent qu’il s’agit plutôt d’un mouvement de fond touchant à une quête identitaire dont les traces jalonnent l’histoire congolaise. Pour évaluer ce point de vue, la deuxième phase de nos analyses s’arrêtera sur le matériel audiovisuel reprenant des discours publics. Quelques entrevues avec certains acteurs sociaux sont aussi envisagées.

Bibliographie

Bibliographie

Ayad C., 2006, « Voyage au Congo : la congolité, ce n’est pas l’ivoirité », http://afrique.blogs.liberation.fr, 25 juillet 2006.

Braeckman C., 2006, « Huit questions au lendemain des élections », Le Soir, 26 novembre 2006.

Bwiti G., 2006, « Les médias au cœur de la tourmente », La Libre Belgique, 23 août 2006.

Gadamer H., 1991, L’Art de comprendre. Écrits II. Herméneutique et champ de l’expérience humaine, Paris, Aubier.

Hegel G. W. F, 1939, Phénoménologie de l’esprit, t. I, Paris, Aubier Montaigne.

Hespel O., 2006, « Exister au Congo », Le Vif/L’Express, 24 février 2006.

Institut Panos Paris, 2004, Situation des médias en République démocratique du Congo, Paris, IPP.

Kambere L., 1999, La Congolité des Hutus. Un combat de Don Quichotte. 1er épisode, Kinshasa, Éditions Yira.

Kimpozo J., 2007, « Congolité, la CEI prise à son propre piège – plus de 150 étrangers au Palais du peuple ! », Le Phare, 29 janvier 2007.

Mbelu J. P., 2006a, « Congo na biso, film éclairant l’espace présidentiel provisoire », La Conscience, 16 mai 2006.

Mbelu J. P., 2006b, « Congo-Kinshasa : au sujet des élections présidentielles en RD Congo qui a été le grand gagnant », Le Potentiel, 24 novembre 2006.

Mead G., 1963, L’Esprit, le soi et la société, Paris, PUF.

Mukoko R., 2007, « Congolité, Monsengwo suggère une modification de la loi », La Prospérité, 12 février 2007.

Mulumba F., 2004, « Chronique d’une mort programmée », La Libre Belgique, 30 juin 2004.

Muyaya M., 2007, « Cinq questions au professeur Diur Katond », Le Potentiel, 2 février 2007.

Ndaywel I., 1998, Histoire générale du Congo. De l’héritage ancien à la République Démocratique, Bruxelles, De Boeck & Larcier.

Ngyaluka M., 2007, « La disqualification des candidats et l’invalidation des élus vont-ils amener la CEI à vider le Parlement ? », La Référence Plus, 27 janvier 2007.

N’saka J., 2007, « Les prémices de l’émancipation de la justice », Le Phare, 13 février 2007.

Poutignat P. et Streiff-Fénart J., 1995, Théories de l’ethnicité, Paris, PUF.

Rieffel R., 2005, Que sont les médias ?, Paris, Gallimard.

Touraine A., 1992, La Critique de la modernité, Paris, Fayard.

Trembloy D., 2006, « Congolité et ivoirité », La Libre Belgique, 19 octobre 2006.

Tshibanda P., 2004, « À la vie et à la mort… pour le meilleur et pour le pire », La Libre Belgique, 19 juillet 2004.

Tshibangu A., 2006, « Il est minuit Monsieur Kabila », La Libre Belgique, 26 octobre 2006.

Umba T., 2005, « Faut-il craindre le 30 juin ? », La Libre Belgique, 17 juin 2005.

Vincent H., 2006, « Le poison de la ’congolité’ », Le Monde, 29 juin 2006.

Weber M., 1965, Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon.

Notes

1 Cet ouvrage rassemble des lettres échangées en 2000, via le quotidien La Référence Plus, entre Kambere et des leaders rwandophones.

2 À titre d’exemple, les analyses philosophiques ou sociologiques faites par Hegel (1939) ou Touraine (1992) notent dans tout processus de construction identitaire, une phase de retrait permettant au sujet de se définir comme un « soi » ou un « je ».

3 Les médias relèveraient ainsi des « activités communautaires » qui, selon Weber (1965), se rapportent de façon subjectivement significative au comportement d’autrui.

4 Le CEDAF de Bruxelles répertorie la plupart des journaux congolais.

5 Est congolais d’origine, selon l’article 10 de la Constitution congolaise, toute personne dont un ascendant est ou a été membre d’une tribu installée sur le territoire depuis 1885.

6 Texte du 14 février 2000 repris dans Kambere (1999).

Auteur

Université de l’Alberta, Edmonton, Canada

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search