Version classiqueVersion mobile

Discours d’Afrique

 | 
Alpha Ousmane Barry

Première partie. Approche sociopolitique et socio-historique des identités africaines

4. Le concept de congolité dans la vie politique de la Troisième République Démocratique du Congo

Anne Boerger

Texte intégral

12006 restera indubitablement une année cruciale dans l’histoire de la République Démocratique du Congo puisque c’est en 2006 que les Congolais, pour la première fois depuis 1960, ont été appelés aux urnes pour élire librement et démocratiquement leur président et leurs 500 représentants à l’Assemblée nationale. Avec le référendum tenu en décembre 2005 pour adopter la nouvelle constitution, ces élections devaient permettre au plus grand pays d’Afrique centrale d’achever la transition politique initiée par l’Accord global et inclusif signé au terme du Dialogue intercongolais (Pretoria, le 17 décembre 2002). Après 32 ans de dictature mobutiste (Ndaywel è Nziem, 1998 ; Cros et Misser, 2006), les ravages de deux guerres (fin 1996-1997 et 1998-2002) qui ont conduit à l’invasion et au pillage du pays par plusieurs de ses voisins et laissé dans leur sillage plus de trois millions de morts (Banegas et Jewsiewicki, 2001 ; Lanotte, 2003), le Congo est aujourd’hui à reconstruire. L’importance et les enjeux de ces élections générales étaient donc considérables pour le succès du processus de démocratisation et pour l’avenir de cette fragile république.

2Dans ce contexte, on aurait pu s’attendre à ce que la campagne électorale soit mise à profit par les candidats en lice pour débattre des problèmes colossaux auxquels la RDC est aujourd’hui confrontée. Or, cela n’a guère été le cas. C’est en fait le discours de la « congolité » qui a été propulsé à l’avant-scène de la vie politique et qui a dominé les débats électoraux, non sans soulever l’émotion et les inquiétudes de nombreux Congolais et des observateurs occidentaux. Concept ambigu dont le champ opératoire a été jusqu’à présent relativement étroit, la congolité mérite cependant que l’on s’y intéresse car elle renvoie à une question très délicate au Congo, celle de la nationalité, de même qu’au débat identitaire qui a marqué toute l’histoire de ce pays. S’inscrivant dans un projet de recherche initié à l’Université de l’Alberta et intitulé « Congolité et diversité. L’identité congolaise et son articulation à la pluralité ethnique et nationale », le présent article a pour objectif de proposer une analyse préliminaire sur la manière dont le discours sur la congolité s’est décliné sur la scène politique congolaise lors et au lendemain des élections de 2006.

3Dans un article démontrant que les nombreux changements intervenus sur la scène politique congolaise depuis le début des années 1990 ont été propices à la créativité lexicale, Ilunga Ntumba (Département des Lettres et Civilisation françaises de l’Université de Kinshasa) identifie la congolité comme une nouvelle lexie et la définit comme l’« ensemble des valeurs qui déterminent l’identité congolaise » (Ilunga Ntumba, 2005a et 2005b). Toute aussi pertinente soit-elle, cette définition ne reflète toutefois pas les polémiques enflammées que ce néologisme soulève en RCD et à l’étranger. Pour beaucoup, en effet, la « congolité » fait écho à la notion perverse d’« ivoirité » qui a empoisonné la Côte d’Ivoire pendant plus d’une décennie et qui a conduit à de graves violences ethniques (Boa Thiémélé, 2003). Assimilée à ce thème incendiaire, la congolité est dès lors perçue comme une idée négative, une anti-valeur, un « poison » dangereux qui réveille des démons xénophobes et racistes. Elle est, par conséquent, vivement condamnée tant en Afrique qu’en Occident. Effectivement, la congolité présente les traits d’un projet exclusiviste. Elle est invoquée avant tout pour forclore : si certaines voix ne sont pas tenues pour « authentiquement » congolaises, leur droit à la participation politique est contesté. Pour d’autres, cependant, le concept de congolité s’érige comme un critère de légitimité politique dans un pays qui, envahi et pillé par des armées étrangères, s’est trouvé au bord de la décomposition. Dans cette perspective, la congolité exprimerait avant tout le refus de voir la RDC infiltrée ou « recolonisée » par des étrangers, soient-ils cette fois africains. Pour les partisans de cette idée, veiller à la pureté identitaire des responsables politiques assurerait que la souveraineté congolaise et l’intégrité territoriale du pays ne soient plus, une fois encore, piétinées.

  • 1 Ces articles ont été rassemblés dans une brochure publiée par l’auteur de la première lettre ouvert (...)

4S’il reste difficile de déterminer avec certitude par qui et quand le terme de congolité a initialement été lancé, il est clair cependant que ce néologisme – indiscutablement inspiré par celui de l’ivoirité – est antérieur aux élections de 2006. On le retrouve par exemple dès février 2000 dans les colonnes de La Référence Plus lorsque ce journal de Kinshasa publie une série de lettres controversées débattant de la « congolité » des Hutus établis dans les provinces du Kivu et de leur droit à revendiquer la nationalité congolaise1. Le vocable est apparu ensuite sporadiquement mais c’est principalement dans le contexte des élections présidentielles de 2006 que la rhétorique sur la congolité a pris de l’élan et est vite devenue le point de focalisation des débats, éclipsant trop souvent les véritables problèmes auxquels le pays est confronté. Ces dernières mettaient en lice 33 candidats (Omasombo et Kennes, 2006), dont le président sortant et grand favori, Joseph Kabila, arrivé au pouvoir en janvier 2001, après l’assassinat de son père, Laurent-Désiré Kabila. Aucun prétendant au poste présidentiel n’ayant emporté la majorité des suffrages au premier tour de scrutin tenu le 30 juillet, un second tour a mis face à face Joseph Kabila et l’un de ses quatre vice-présidents, Jean-Pierre Bemba, leader du Mouvement de Libération du Congo (MLC) qui a alors rassemblé ses forces au sein d’une plate-forme baptisée « Union pour la Nation » (UN). Le 29 octobre 2006, au terme d’une campagne électorale extrêmement tendue et marquée par des affrontements violents entre les partisans des deux candidats, Joseph Kabila s’est finalement imposé avec plus de 58 % des suffrages (Willame, 2006a et 2006b).

5Très étroitement surveillé par les autorités congolaises encadrant la transition démocratique (notamment la Commission électorale indépendante et la Haute Autorité des Médias) et par une importante mission de l’ONU (la force MONUC) appuyée par des forces de l’Union européenne, le processus électoral s’est déroulé dans un contexte politico-social extrêmement instable. Cette instabilité a indéniablement été accentuée par le discours sur la congolité. Sans nécessairement exprimer une haine raciale, cette rhétorique identitaire véhiculait l’idée que seul un vrai Congolais, « un enfant du pays » (un mwana mboka) au pedigree sûr, devait être autorisé à accéder aux plus hautes responsabilités étatiques. Refusant d’être taxés de xénophobie, les partisans de la congolité ont fait valoir la légitimité de cette revendication, notamment en soulignant sa conformité avec la nouvelle Constitution congolaise. Leur interprétation de ce texte fondamental était toutefois directement inspirée par la situation ivoirienne. En Côte d’Ivoire, en effet, Henri Konan Bédié avait pu écarter son principal rival politique, Alassane Ouattara, en modifiant la loi électorale de manière à ce que seuls les Ivoiriens « de père et de mère » puissent briguer le poste présidentiel.

6Les champions de la congolité ont affirmé qu’en RDC aussi tout candidat au fauteuil présidentiel doit aussi être de père et de mère nés dans le pays qu’il ambitionne de diriger (Ebonda, 2006) Cette lecture erronée de l’article 72 (qui, en fait, établit que le président de la République doit « posséder la nationalité congolaise d’origine »), l’article 10 énonçant qu’« est congolais d’origine, toute personne appartenant aux groupes ethniques dont les personnes et le territoire constituaient ce qui est devenu le Congo (présentement la République Démocratique du Congo) à l’indépendance »2, leur permettait d’écarter tout candidat à la magistrature suprême qui n’aurait pas pu, par un test ADN si nécessaire, prouver son identité congolaise « pure laine »3. La principale cible – mais pas la seule – de cette logique exclusive a été Joseph Kabila. Tout au long de la campagne électorale, les adversaires politiques du président sortant ont insidieusement présenté Kabila d’une part comme un étranger aux origines douteuses voire frauduleuses et d’autre part comme un politicien-marionnette tantôt télécommandé par Kigali, tantôt à la solde des puissances occidentales (« le candidat de l’étranger ») et prêt à vendre le Congo au plus offrant. En remettant en cause la pureté identitaire de Kabila, c’est-à-dire son authenticité congolaise, sa congolité et son attachement au pays, Bemba et ses partisans cherchaient à nier à Kabila le droit même d’accéder au poste suprême de la République. Ayant passé l’essentiel de sa jeunesse à l’étranger, Kabila était assez vulnérable à ce genre d’attaques. Ses détracteurs ont donc eu beau jeu de savamment nourrir et propager toutes sortes de rumeurs non vérifiées alimentant la thèse selon laquelle le chef d’État et candidat présidentiel ne serait pas un « vrai Congolais ».

7Lancé dès mars 2001 par Honoré Ngbanda (l’ancien chef des services secrets de Mobutu qui, à la chute de ce dernier, s’est exilé à Paris après un détour par la Côte d’Ivoire), le bruit circule en effet que Joseph Kabila ne serait pas le fils biologique de son père mais bien celui d’un Rwandais que Laurent-Désiré Kabila aurait assassiné dans le maquis pour ensuite épouser sa femme et adopter ses enfants (interview de Ngbanda, 2001). Kabila a ainsi été constamment présenté comme un étranger, un « usurpateur », un « imposteur », un Rwandais d’origine tutsie dont l’« accession au pouvoir serait le résultat d’une conspiration avalisée, plus ou moins consciemment, par la communauté internationale » (Ghorbal, 2006). Et dans un pays qui a été dévasté par le Rwanda, de telles accusations ont naturellement trouvé un terrain fertile en rancœurs et en haines xénophobes que les rivaux de Kabila ont habilement exploitées. Face à un président aux origines incertaines, ils se présentaient comme de « vrais Congolais », cherchant à rassurer l’électorat en jouant la carte de la pureté identitaire. Toute la campagne électorale a dès lors été scandée au rythme de slogans tels que « Bemba, 100 % congolais » ou « Pay-Pay, véritable mwana mboka, appellation contrôlée ».

8Bien qu’il ait été le leitmotiv de la campagne électorale, le discours sur la congolité est toutefois resté assez pauvre et plutôt unidimensionel. Exploité avant tout à des fins politiciennes, il ne véhiculait aucune idéologie, aucune vision pour le pays. Ainsi que le souligne le sociologue belge Dominique Trembloy, congolité comme ivoirité « ne sont pas des idéologies issues de génération spontanée mais des (sous-) produits de luttes pour le pouvoir politique » (Trembloy, 2006, p. 31). La remise en question des origines de certains candidats permettait de les discréditer auprès de l’opinion publique et visait à les exclure du processus électoral. Il s’agissait donc surtout d’une stratégie électorale, d’un instrument de lutte pour conquérir le pouvoir, d’une forme de propagande − qui permettait par ailleurs d’occulter le manque de programme de certains candidats − et non d’une réflexion constructive sur le nationalisme congolais. Si le discours sur la congolité était peu étoffé, il n’en était pas moins explosif dans cette région d’Afrique.

  • 4 Autre suspension fin septembre 2006 ; AFP, « RDC ; des politiques frappés d’embargo médiatique pour (...)

9L’exploitation de ce thème incendiaire avait en effet le potentiel de relancer la chasse aux Rwandophones, les populations hutues et tutsies établies dans l’Est du pays, et de plonger à nouveau le Congo dans un cycle de violences ethniques. Consciente des conséquences dévastatrices que tout dérapage du processus électoral aurait pour l’avenir du pays et échaudée par l’expérience de la Coté d’Ivoire et du génocide rwandais de 1994, la Haute Autorité des Médias (HAM) a dès lors tenté de museler le discours de la congolité en en faisant un sujet tabou. Elle est ainsi intervenue à plusieurs reprises lors de la campagne électorale afin de pénaliser pour « incitation à la haine » les directeurs de campagne et les médias (journaux, télévision ou radio) qui relayaient le thème de la congolité (Tshiambi, 2006)4. Bien que perçue par certains comme une confiscation du débat démocratique, cette décision a été défendue avec ténacité par le président de la HAM, Modeste Mutinga. Ce dernier a condamné avec vigueur

la campagne [électorale] haineuse, celle qui appelle à la violence, qui fait allusion au problème de nationalité et qui tente d’inculquer dans la mentalité du Congolais, le concept de « congolité ». Quand on sait ce qui s’est passé dans d’autres pays africains tels le Rwanda ou la Côte d’Ivoire, on ne peut pas rester indifférent. Inculquer dans la mentalité de la population congolaise le concept de congolité est un danger permanent (Badibanga, 2006).

  • 5 Voir par exemple, Human Rights Watch, « RD Congo : mettre un terme à la violence préélectorale », l (...)

10La communauté internationale et la presse occidentale dans sa grande majorité ont aussi fermement dénoncé cette rhétorique haineuse, mettant en garde contre les graves violences que pourrait engendrer un thème exacerbant les tensions ethniques5.

11Ramener le discours de la congolité à une simple manœuvre électorale visant à écarter Joseph Kabila du pouvoir, en fin de compte à un faux débat, n’est toutefois pas lui rendre justice. Si la congolité n’avait été qu’un élément toxique de propagande, on peut raisonnablement penser que ce concept aurait progressivement été éclipsé au lendemain de la victoire de Joseph Kabila. Or, il n’a pas fallu longtemps pour que la congolité redresse la tête, menaçant à nouveau de faire voler en éclat une nation en reconstruction. La congolité a en effet rebondi dès les premiers mois de 2007, sous une forme hybride, avec la question de la double nationalité. C’est à l’occasion de l’élection des gouverneurs provinciaux des deux Kasaï que la congolité est revenue en force, lorsque la candidature de deux députés (Alex Kande et Dominique Kanku) a été contestée auprès de la Commission électorale indépendante par un des partis politiques alliés à l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP). On reprochait en effet à ces deux politiciens, élus en 2006, de détenir une double nationalité, ce qui est contraire à l’article 10 de la nouvelle Constitution.

12Cet article stipule en effet clairement que la nationalité congolaise est « une et exclusive » et qu’« elle ne peut être détenue concurremment avec aucune autre »6. Embarrassante, cette affaire a vite fait boule de neige car elle a incité un membre de l’Assemblée nationale à remettre en question la légitimité (et l’éligibilité) de nombreux députés (on parle de 100 à 150 députés), accusés eux aussi de détenir une double nationalité. En janvier 2007, le député MLC/UN José Malika a en effet soumis une motion à l’Assemblé nationale demandant la mise sur pied d’une commission d’enquête chargée d’identifier les détenteurs d’une double nationalité dans toutes les institutions politiques de la République.

13Le mot « congolité » a ainsi refait surface. Il ne s’agissait plus, cette fois-ci, de démontrer que l’on est « vraiment » congolais mais bien que l’on est « seulement » congolais. Ici encore, la peur de voir des « étrangers » mettre la main sur le Congo, cette fois par le biais d’une double nationalité, a conduit à un discours exclusionniste. Les enjeux de la requête de Malika étaient potentiellement énormes : si l’on réexaminait le dossier de chaque député et si l’on invalidait le mandat des parlementaires dont le statut viole la loi, on risquait d’engendrer une remise en question de tout le processus électoral de 2006, vu le nombre de personnes concernées. D’un autre côté, maintenir à leur poste des élus dont le statut est en flagrante violation de la Constitution aurait discrédité considérablement les nouvelles institutions congolaises et aurait jeté un doute sérieux sur le processus de démocratisation de ce pays. Une décision politique a finalement permis de sortir de l’impasse : un moratoire de trois mois a été accordé à tous ceux qui détenaient deux nationalités pour se conformer à l’article 10 de la Constitution. Par ailleurs, la possibilité d’amender la Constitution est aussi considérée, ce qui a déjà incité de nombreux Congolais de la diaspora à s’exprimer en faveur de l’abandon du principe d’unicité et d’exclusivité de la nationalité congolaise (Le Potentiel, 1er mars 2007).

14La récente crise frontalière congolo-angolaise peut enfin être prise comme dernier exemple pour appuyer l’idée que le concept de congolité est invoqué en réaction aux menaces perçues ou réelles que les voisins de la RDC font peser sur la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale congolaises. Ce vocable est en effet réapparu dans la presse de Kinshasa à la suite de l’occupation par des troupes armées angolaises de onze villages de Kahemba, un territoire de la province congolaise du Bandundu (Le Potentiel, 13 mars 2007). Le Phare a choisi le titre peu équivoque de « congolité irréfutable » pour résumer les propos que les chefs coutumiers et les autorités locales ont tenus afin de prouver que les territoires en question avaient toujours relevé de l’autorité de l’État congolais et non de celle de l’Angola (Le Phare, 29 mars 2007 ; Kagonbo, 2007).

15Si l’on reprend la définition de la congolité proposée par Ilunga Ntumba (« ensemble des valeurs qui déterminent l’identité congolaise ») et qu’on la confronte au contenu donné à ce néologisme par ses chantres durant et au lendemain des élections de 2006, on constate qu’en fait ce concept à la mode ne définit guère les valeurs sur lesquelles est fondée l’identité congolaise. Conçu comme une idéologie identitaire d’exclusion, il vise avant tout à écarter du pouvoir tout acteur politique qui, du fait de ses liens avec « l’étranger » (par ses origines ou par sa double nationalité), est perçu comme un traître ou/et une menace à la nation. En cela, la congolité porte les stigmates des humiliations et des traumatismes récents subis par le Congo, cet immense pays au cœur de l’Afrique ravagé par ses petits voisins. Beaucoup plus défensive que constructive, la rhétorique sur la congolité diffère en cela du discours sur l’« authenticité » institutionnalisé par Mobutu en 1974 (Ndaywe è Nziem, 1998, p. 675-677 ; Dunn, 2003, p. 105-138).

16Ce discours, plus construit et infiniment plus riche quant à son contenu, se présentait comme une idéologie identitaire d’intégration. Par la création d’une histoire précoloniale commune, de mythes et de traditions, Mobutu et son entourage ont littéralement inventé une identité nationale unificatrice pour le Zaïre. Cependant, comme c’est le cas avec la congolité, il s’agissait également de prendre ses distances par rapport à l’autre, en l’occurrence, le colonisateur. L’intérêt de la congolité n’est dès lors pas négligeable car ce néologisme n’est finalement que la résurgence actuelle du problème identitaire qui a imprégné toute l’histoire de ce pays. Revisiter, à la lumière de ce concept nouveau, les débats sur l’identité congolaise tels qu’ils se sont joués au moment de l’indépendance, sous l’ère Mobutu et durant la période qui l’a suivie, devrait permettre de mettre en exergue l’originalité et les particularités du concept actuel de congolité ou, au contraire, d’en souligner les points de convergence avec des thèmes plus anciens. C’est ce que des recherches complémentaires devraient nous permettre de réaliser.

Bibliographie

Bibliographie

Anonyme, 2001, « Interview de Ngbanda H. », Jeune Afrique Économie, n° 323, 15 février 2001.

Anonyme, 2007, « Double nationalité – la diaspora relance le débat », Le Potentiel, 1er mars 2007, en ligne sur http://www.digitalcongo.net/article/41653.

Anonyme, 2007, « Angola – RDC : crise frontalière », Le Potentiel, 13 mars 2007, en ligne sur http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_edition=&id_article=42759.

Anonyme, 2007, « Contretemps fâcheux ou véritables peaux de bananes ? Kahemba, la commission parlementaire bloquée », Le Phare, 29 mars 2007, en ligne sur http://news.bigroberto.com/focus-72-rdc.html.

Badibanga F., 2006, Monitoring du 19 mai 2006, sur le site MONUC, http://www.monuc.org/news.aspx?newsID=11106, consulté le 20 mai 2007.

Banegas R. et Jewsiewicki B. (eds), 2001, « RDC, la guerre vue d’en bas », Politique africaine, n° 84, décembre 2001, Paris, Karthala.

Boa Thiémélé R., 2003, L’ivoirité entre culture et politique, Paris, L’Harmattan.

Cros M.-F. et Misser F, 2006, Géopolitique du Congo, Bruxelles, Complexe.

Dunn K, 2003, Imagining the Congo. The international Relations of Identity, New York, Palgrave Macmillan.

Ebonda A., 2006, « Kabila rattrapé par la congolité », Le Messager, 13 juin 2006.

Ghorbal S., 2006, « Tous contre Kabila », le 10 février 2006 sur le site du Mouvement de Libération du Congo en France, http://www.mlc-france.org/article.php3?id_article=136, consulté le 12 mars 2007.

Ilunga Ntumba W., 2005a, « L’usage du français en RDC : problématique et état des lieux », en ligne sur http://www.unice.fr/ILF-CNRS/ofcaf/21/Ilunga.pdf.

Ilunga Ntumba W., 2005b, « La créativité lexicale du français en RDC : un cas d’analyse lexicologique en contexte », en ligne sur http://perso.univ-lyon2.fr/-thoiron/JS%20LTT%202005/pdf/Ilunga.pdf, consulté le 8 mai 2007.

Kabongo J.-A., 2007, « Shaïbwanda, des témoignages édifiants sur la ’congolité’ », Le Phare, 2 avril 2007, en ligne sur http://www.lepharerdc.com/www/index_view.php?storyID=2553&rubriqueID=4.

Kambere L., s. d., La congolité des Hutus. Un combat de Don Quichotte, Kinshasa, Yira.

Lanotte O., 2003, Guerre sans frontières en République Démocratique du Congo, Bruxelles, GRIP-Complexe.

Ndaywel è Nziem I., 1998, Histoire générale du Congo. De l’héritage ancien à la République démocratique, Paris/Bruxelles, De Boeck/Larcier.

Omasombo J. et Kennes E., 2006, Biographies des acteurs de la transition (juin 2003-juin 2006), Tervuren/Kinshasa/Lubumbashi, MRAC/ CEP/CERDAC.

Trembloy D., 2006, « Congolité et ivoirité », La Libre Belgique, 19 octobre 2006, p. 31.

Tshiambi A., 2006, « La HAM persiste et signe », Le Potentiel, 22 mai 2006.

Willame J-C., 2006a, « Commentaire sur les résultats 1er tour élection présidentielle », en ligne sur http://www.metafro.be/Members/Willame.

Willame J-C., 2006b, « Commentaire sur les résultats provisoires de l’élection présidentielle en RDC », en ligne sur http://www.metafro.be/Members/Willame.

Notes

1 Ces articles ont été rassemblés dans une brochure publiée par l’auteur de la première lettre ouverte adressée au président du Dialogue intercongolais, le 14 février 2000 (Kambere, s. d.).

2 Constitution de la RDC. Site de la présidence : http://www.presidentrdc.cd/constitution.html.

3 Voir notamment le site Kabila doit partir : http://kabiladoitpartir.com/, consulté le 15 février 2007, ou celui du Mouvement de Libération du Congo en France : http://www.mlc-france.org/article.php3?id_article=270, consulté le 15 février 2007.

4 Autre suspension fin septembre 2006 ; AFP, « RDC ; des politiques frappés d’embargo médiatique pour xénophobie sur le site MONUC », Arrêt de la HAM du 10.10.2006, article 4 : « Quant aux spots, clips et jingles ayant trait à la campagne des deux candidats, ils […] ne peuvent en aucun cas contenir des messages de congolité, d’incitation à la haine, à la violence et à la xénophobie » (« Présidentielle : Débat contradictoire Kabila-Bemba », le 26 octobre sur le site Congolité : http://www.congolite.com/polsoc250.html, consulté le 20 mai 2007).

5 Voir par exemple, Human Rights Watch, « RD Congo : mettre un terme à la violence préélectorale », le 25 octobre 2007 (en ligne). Nombreuses mises en garde par l’ambassadeur français, Jean-Marc de La Sablière (responsable de la mission d’enquête sur le processus électoral en RDC réalisée pour le CS ONU, 10-12 juin 2006).

6 Constitution de la RDC. Site de la présidence : http://www.presidentrdc.cd/constitution.html.

Auteur

Université de l’Alberta, Edmonton, Canada

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search