Version classiqueVersion mobile

Discours d’Afrique

 | 
Alpha Ousmane Barry

Première partie. Approche sociopolitique et socio-historique des identités africaines

3. Décentralisation, démocratisation et transformation de l’ethnicité au Bénin : une analyse de discours d’acteurs locaux

Brice Armand Davakan

Texte intégral

  • 1 Professeur au Département des Lettres, Arts et Sciences humaines, Université d’Abomey Calavi ; décl (...)

1Les élections présidentielles au Bénin en mars 2006 et l’analyse des résultats ont été le théâtre d’un phénomène inusité : le désaveu spectaculaire des partis politiques formels et des leaders charismatiques, à telle enseigne que certains observateurs qualifieront cette irruption et cette légitimation implicite de la « société civile » dans le jeu politique, de « désethnisation » (Roger Gbégnonvi)1. Pour d’autres, il s’agissait d’un processus de « démonopolisation du travail politique » (Adjovi, 2006). Quels que soient les postulats avancés, ces diverses lectures de l’événement s’appuient sur l’expérience démocratique des 15 dernières années au Bénin, mais encore plus sur l’histoire politique générale du pays depuis son indépendance.

I. Problématique et méthode d’analyse

2Le Bénin fait partie des pays africains qui se sont lancés dans l’expérience démocratique au lendemain de la chute du mur de Berlin. Depuis, son expérience démocratique a toujours été citée en exemple sur ce continent où les violences politiques dans le processus électoral sont plutôt la règle que l’exception. Cependant, de nombreux observateurs et chercheurs ont mis en exergue la « superficialité » de la démocratie béninoise, dont chaque élection (présidentielle, législative ou municipale) révèle la logique « clientélaire », la marchandisation du vote (Banégas, 1998), la logique ethnopolitique (vote pour le « fils du terroir »), ou encore la transhumance politique (absence totale de philosophie politique, de souci de compétence, ou de vision sociale et, accompagnée de multiples alliances politiques basées sur un esprit de négoce). En effet, dès 1996, l’ex-dictateur marxiste qui avait conduit le pays au chaos, revint au pouvoir – par les urnes et en toute légitimité – battant un brillant technocrate, ancien fonctionnaire de la Banque mondiale, dont la présidence a permis au pays de sortir du gouffre et de retrouver un essor spectaculaire. Le jeu des alliances ethniques fut alors pointé comme facteur décisif de ce « retour » embarrassant pour la jeune démocratie. Mathieu Kérékou se maintiendra au pouvoir même en 2001 en raison de l’incertitude planant toujours sur cette démocratie, et du spectre de la guerre civile ou des coups d’État militaires invoqués à chaque élection présidentielle.

  • 2 Par cynisme, certains universitaires béninois parlent d’« adogocratie », d’Adogo qui signifie « ven (...)

3Certains auteurs comme Richard Banégas (1995, 1998) se sont intéressés à la dynamique interne du processus démocratique béninois, mais aussi à l’éthique politique caractérisant les relations entre les dirigeants politiques et les populations du pays. Ces auteurs montrent que les principes essentiels de la démocratie sont contrariés par la monétarisation généralisée du vote. Ces pratiques bien connues à l’échelle du pays et dans toutes les couches sociales mettent en scène un système de manducation ou « politique du ventre »2 qui vide la démocratie de toutes ses valeurs pour se muer en un « marché aux consciences ». Plusieurs facteurs sont à l’œuvre dans cette dynamique, parmi lesquels la grande pauvreté des populations face à l’opulence frappante des hommes politiques, l’incompréhension (due à l’analphabétisme) des enjeux et des principes de la démocratie, mais surtout le consensualisme et le favoritisme ethniques issus de l’histoire millénaire du continent. Comme le soulignent Chabal et Daloz (1999) :

… on s’accommode toujours fort mal, en Afrique noire, des normes abstraites et universalistes plus ou moins inculquées depuis la période coloniale. La légitimité des principes formellement en vigueur dans un cadre « étatique moderne » est très inférieure aux prescriptions informelles découlant de la primauté des solidarités népotistes, ethniques ou fractionnelles, fussent-elles manipulées (Chabal et Daloz, 1999, p. 125).

  • 3 En dialecte fon : E yin to ce ton an.

4En exemple de cette collusion entre identités et corruption, Chabal et Daloz rapportent les remarques de Ken Saro-Wiwa (qui sera lui-même pendu par la junte militaire nigériane en 1995) rappelant avec justesse qu’en Afrique, tout responsable qui détourne des millions dans sa capitale se verra acclamé par sa communauté ethnique, ses supporters, alors qu’il serait conspué s’il touchait à un seul centime de la caisse de son propre village. Pour ces groupes ethniques, ce n’est pas d’un manque de probité qu’il s’agit, car cette valeur ne s’applique qu’aux relations entretenues avec les proches, ceux auxquels on s’identifie, et n’est plus de mise dès qu’on a affaire à des instances plus éloignées de l’affect collectif ou identitaire (Saro-Wiwa, 1991), comme la « nation » ou l’État. De la même façon, il est courant d’entendre des fonctionnaires béninois dire au sujet des biens et services publics : « ce n’est pas mon patrimoine familial »3, pour signifier qu’ils n’ont aucun intérêt à s’y investir. Ainsi, pour qui veut saisir les problèmes de l’Afrique, qu’ils soient économiques (sous-développement) ou politiques (faiblesses ou superficialité de la démocratie), il y a profit à creuser du côté de l’ethnicité.

5Notre question de recherche découlant de ces constats se formule comme suit : face à la fragilité de la démocratie béninoise, à quelles conditions pratiques sa mise en œuvre permettrait de passer de l’ordre institutionnel à l’ordre symbolique (culturel) ? Concrètement, comment les expériences locales de démocratisation de trois « villes autonomes » du pays (Cotonou, Porto-Novo et Parakou) peuvent-elles, à titre illustratif, manifester un processus authentique de démocratisation, ancrée dans la culture et les pratiques des populations, et favoriser de réels débats de société ?

  • 4 Par un échantillonnage raisonné, les participants ont été sélectionnés selon leur implication (acte (...)

6Cet exposé du contexte béninois des démocraties locales s’appuie sur une série d’entrevues menées en mars 2006 dans la foulée des élections présidentielles. Nous avons pris pour terrain d’enquête les trois lieux identitaires névralgiques que sont Cotonou, Porto-Novo et Parakou, les trois principales villes ayant un statut particulier (autonomie administrative relative) aux termes de la Loi sur à décentralisation. Les entrevues, réalisées sur le processus de décentralisation, ont été analysées4 dans une approche qualitative et « constructiviste ». Cet article est le résultat d’une triangulation d’analyses interne (corpus de données discursives), externe (contexte historique et contemporain), et d’observation in situ.

II. Histoire d’ethnies

7Le Bénin a été longtemps connu sous le nom de Dahomey. Cette ancienne colonie française était couverte par une dizaine de « royaumes », chacun plus ou moins structuré autour d’un centre urbain : celui des « cités-États » ethniques. Celles-ci étaient caractérisées par leur homogénéité linguistique et la plus influente était le royaume du Dahomey (ethnie Fon, établie autour de la ville d’Abomey), fondé au début du XVIIe siècle. Celui-ci va graduellement étendre sa domination sur la plupart des régions voisines et deviendra, sous le règne de Béhanzin une menace pour le royaume du Sud-Est, Hogbonu (ethnie Goun, dont la capitale fut appelée par les Portugais « Porto-Novo »). Ces velléités interethniques nourrissaient un florissant commerce d’esclaves, d’où son surnom de « Côte des Esclaves ». Or en 1863, cherchant de l’aide face aux prétentions expansionnistes du roi d’Abomey ainsi qu’aux attaques des Anglais implantés à Lagos, le roi Toffa de Porto-Novo signe un protectorat avec la France en 1882, avec l’envoi d’un « résident français » chargé de l’assister. C’est à partir de cette base que sera conquis par la France, ce qui deviendra la « colonie du Dahomey et ses dépendances », avec une relative autonomie que le territoire gardera jusqu’au 18 octobre 1904, date à laquelle elle est incorporée à l’AOF (Afrique occidentale française).

8Après son indépendance intervenue en août 1960, la République du Dahomey tient ses premières élections (législatives) en décembre 1960. Mais très tôt, le jeune État est rattrapé par les anciennes acrimonies interethniques, qui vont se cristalliser autour de trois partis politiques à bases électorales ethniques, avec chacun à leurs têtes un leader charismatique œuvrant au discrédit des autres, au moyen des leviers ethnico-politiques. Dans le chaos provoqué par les séries de grèves et de manifestations, le Général Christophe Soglo renverse le régime du Président Hubert Maga dès 1963, par un coup d’État. Mais puisque l’armée comportait en son sein des officiers de toutes les ethnies, on assistera pendant les années suivantes à une longue série de coups d’État militaires. Au total, 11 chefs d’État se sont succédés en 12 ans, dont 4 reviendront plusieurs fois au pouvoir au cours de la même période, pour une longévité présidentielle de 6 mois en moyenne. Le 26 octobre 1972, un autre officier, Mathieu Kérékou, met fin au système multipartite et au chaos en instituant un « Gouvernement militaire révolutionnaire » (GMR), marxiste léniniste, jusqu’à la fin du bloc soviétique.

III. Processus de « désethnisation » ?

9En 1996, après six années de « Renouveau démocratique », le jeu d’instrumentalisation des identités permettra encore à Mathieu Kérékou de revenir au pouvoir, et de renouveler l’exploit en 2001. L’homme et ses thuriféraires, en surenchérissant sur les erreurs de son successeur-prédécesseur, Nicéphore Soglo (un libéral, pro Bretton Woods), et en faisant planer habilement l’incertitude sur la démocratie béninoise, ont agité le spectre de la guerre civile ou des coups d’État, imposant ainsi Kérékou comme « l’homme du consensus ». Et jusqu’au dernier moment, en 2006, ils tenteront de modifier la constitution du pays pour lui permettre de briguer un troisième mandat. En vain, puisqu’ils se heurtent à une forte mobilisation de la société civile opposée à cette modification de la constitution.

  • 5 Loi n° 98-005 du 15 janvier 1999 portant Organisation des communes à statuts particuliers de la Rép (...)

10Mais déjà, en 1999, dans la logique de son processus de démocratisation et en application de la constitution du 11 décembre 1990, une loi5 votée par l’Assemblée nationale va lancer le pays dans une expérience de décentralisation qui a eu, semble-t-il, plus qu’un effet politique : elle a ramené de façon historique, le débat démocratique au plan, non plus interethnique, mais intra-ethnique. Les consensus intra-ethniques furent ainsi ébranlés en mettant en compétition pour un même pouvoir plusieurs candidats issus des mêmes milieux ethniques.

11Le processus de décentralisation, qui a abouti à l’autonomie relative des trois pôles névralgiques de l’ethnicité au Bénin, semble accentuer la politisation de l’espace ethnique que sont ces villes et, du coup, la délibération interne autour des projets de société liés au développement de la communauté urbaine. Cette politisation consiste en une appropriation – non sans une certaine originalité – des valeurs et pratiques de la démocratie par les acteurs politiques locaux, et favorise ainsi, paradoxalement, le dépassement du consensualisme et de l’ethnicité comme cadre primaire de référence en politique. On assiste ensuite à une transformation profonde de l’ordre symbolique habituellement axé sur la tradition et les valeurs prémodernes. Cette hypothèse qui a guidé notre recherche, s’est confirmée à travers les discours des acteurs locaux (élus municipaux, agents de l’administration locale et journalistes), et a permis de cerner et de mettre en évidence un profond tabou sociologique : la péjoration frappant le concept d’« ethnie » en politique africaine.

IV. Identités démocratisées

12Cette dernière section présente de manière très succincte les conclusions de notre enquête. Celle-ci nous a permis, à travers des discours d’acteurs, de faire état du processus d’ancrage de la démocratie au Bénin en trois étapes : premièrement, la décentralisation a entraîné la politisation – profonde et encore en cours – des espaces politiques locaux ; deuxièmement, cette politisation provoque désormais une transformation symbolique, celle des représentations sociales du pouvoir politique en tant que tel. Enfin, troisièmement, la transformation symbolique semble avoir le potentiel de susciter une « décompensation » vers la citoyenneté commune, au-delà des identités. Car, plusieurs extraits du corpus indiquent que les populations assument progressivement, par un regard critique sur la gestion de leur municipalité, le conflit politique dans l’espace ethnique.

13En effet, l’étroite coïncidence entre identités et électorats a été plusieurs fois démontrée par les chercheurs, au moyen de données statistiques issues des divers processus électoraux (Noudjènoumè, 1999). Mais il est frappant de constater que le discours des acteurs eux-mêmes – électeurs et leaders – se présente autrement, révélant un effort systématique de déni du « fait » ethnique. L’analyse des données et des informations collectées dans le cadre de notre recherche montre que les acteurs politiques tendent vers une appropriation des principes démocratiques en affichant leur souci d’objectivité politique. Cette préoccupation se traduit par le déni des stratégies identitaires pourtant si évidentes ; ce déni donne lieu, au fil de l’entrevue, à des contradictions frappantes, dans les propos d’un même interviewé. Tout se passe comme si les « régionalistes », c’étaient seulement les autres.

14C’est à la lumière des luttes idéologiques ayant conduit à l’indépendance des pays africains qu’il faut comprendre les représentations actuelles qui sont rattachées par les acteurs aux espaces politiques à différentes échelles. Une majorité d’intellectuels africains sont en effet sortis de la colonisation avec la conviction d’avoir une identité culturelle propre, essentielle, qui diffère de la culture occidentale par son « sens profond du consensus », de la parole donnée, du respect de la nature, etc. Cet africanisme largement diffusé par le courant de la négritude se représente le pouvoir en Afrique comme l’instrument d’un « consensus absolu », un lien entre, d’une part le présent et, d’autre part à la fois le passé et l’avenir (Mazrui, 1998, p. 302). En fait, ce qui se produit dans la foulée de l’anticolonialisme c’est l’adoption par les élites africaines d’un discours traumatique caractérisé par l’extraversion idéologique et l’éloignement vis-à-vis des réalités locales. John Illiffe (1997) souligne qu’au lendemain des indépendances, les nationalistes africains étaient persuadés que le colonialisme avait retardé leur pays et les succès politiques qu’ont été les indépendances les confortaient dans ce sentiment. Mais, au fond,

les réalités politiques sous-jacentes étaient en premier lieu les préoccupations essentiellement locales [des populations], ce qui les amenait à voir les questions nationales par rapport à leurs intérêts locaux, et à juger leurs représentants et l’État en fonction des services rendus à cette échelle. (Illiffe, 1997, p. 357-364).

15En d’autres termes, le nationalisme assimilant l’unité situationnelle face au colonisateur à une unité culturelle sert de fer de lance à l’anticolonialisme et se mue lentement après la colonisation en un désir effréné de « Nation » réelle. Ainsi, fortement motivés par ce « nationisme » et, pressés de laver l’humiliation de l’esclavage et de la colonisation, ces élites africaines appelées à reconstruire les identités politiques de l’Afrique noire n’ont pas vu la gangrène ethnocentriste se développer sous forme de clientélisme politique, de corruption et pour finir d’incivisme généralisé. Ces dirigeants n’ont pas vu que les slogans nationalitaires et les imitations de discours coloniaux n’ont pas toujours eu d’écho dans les affects de leurs concitoyens.

16Aujourd’hui le retour de la démocratie, en réouvrant le rapport entre ethnicité et citoyenneté – même au risque de guerres civiles partout sur le continent – force à nouveau les acteurs politiques à la réinterprétation du concept d’identité et à une nouvelle articulation entre le local et le national ; et cette opération exigera une acuité discursive particulière.

17Pour illustrer ce phénomène, le Bénin présente un modèle sociologiquement très fécond. En effet, le processus de décentralisation au Bénin, aussi nouveau et aussi jeune que celui de la démocratisation, crée un contexte politique où élus et électeurs sont forcés de réapprendre les règles d’un jeu dans lequel ils sont les acteurs principaux. Cette situation inédite requiert créativité et tact politique à l’intérieur de cadres juridiques solidement tracés et formulés. Ainsi, les promesses électorales sont parfois hasardeuses et les attentes des populations irréalistes. Une nouvelle offensive de séduction des populations voit le jour. Celles-ci et leurs courtisans politiques sortent d’une situation d’impotence où la centralité du pouvoir a eu un effet débilitant sur les volontés individuelles et collectives. Dans cette situation de dépendance administrative le réflexe de soumission à l’autorité étatique surpassait le questionnement sur les potentialités locales.

18Dans un contexte de décentralisation, les habitudes aussi bien administratives que culturelles résistent au changement structurel – ou tout au moins discursif. Les acteurs peinent toujours à saisir le sens et les potentialités réelles de ce nouvel ordre d’autogestion. Ils comprennent et applaudissent la sortie des girons étatiques, du moins sur le plan des ressources et des finances. Mais ils ne savent pas ce qu’il faut attendre de ce nouveau pouvoir municipal qui leur est si proche et si semblable ; un pouvoir si nouveau qui est appelé à refléter leurs propres capacités, à devenir en fait leur propre pouvoir, leur propre miroir. C’est là précisément qu’émergent les préoccupations identitaires, non plus tournées vers la confrontation avec « les autres » groupes identitaires, mais vers la performance et la magnification des richesses matérielles et culturelles du groupe ethnique. C’est à ce niveau que les « fils du terroir » ne sont plus lancés à l’assaut de la nation, mais sont sommés de sauver l’honneur du terroir avec les ressources du terroir. Or ils sont nombreux dans chaque terroir, ces « fils » ; et face à la sollicitation, aucun d’eux n’a le monopole des réponses.

19C’est ainsi que s’épuise l’argument identitaire et que devient inopérante l’instrumentalisation de l’ethnicité. Les acteurs déploient alors des stratégies nouvelles et un discours nouveau, où les affects identitaires ne sont plus d’aucun secours, mais où l’argument le plus payant politiquement est le plus objectif : le « développement de la localité ». Cependant plus qu’au niveau économique, c’est au niveau politique que ces transformations sont les plus perceptibles.

20Les acteurs politiques découvrent en effet une vertu politique précieuse : la démocratie ne se définirait pas par l’absence de conflits (consensus). Bien au contraire, ils en viennent à assumer qu’il n’y a pas de démocratie sans « la reconnaissance d’un champ politique où s’expriment les conflits sociaux » (Touraine, 1994, p. 113). Et où se prennent, par un vote majoritaire, des décisions reconnues comme légitimes par l’ensemble de la société. En optant ainsi pour l’objectivation de la vie politique, ils opèrent une sortie de ces sociétés africaines précoloniales si souvent idéalisées, où « l’individu était nié au profit du groupe dont rien ne doit perturber l’ordre, et le contrôle social était tourné vers la préservation de la cohésion sociale, avec pour fonction d’empêcher que quiconque puisse se distinguer de la masse » (Otayek, 2000, p. 63). Le fait est que, dans les sociétés modernes où les Africains sont irréversiblement engagés, cette conception unitaire de la société – et encore moins de la société démocratique – n’est plus possible. Sinon, si l’expression – ou tout au moins la pratique – démocratique a existé dans certaines tribus à des niveaux divers, d’autres réflexes sociaux sont requis dans la modernité, lesquels sont bien plus élaborés que ceux qui reposent les structures ethniques. La démocratie moderne exige, mieux que l’esprit consensualiste de « l’arbre à palabres », une véritable culture du dialogue, de la négociation, bref, une culture démocratique.

Bibliographie

Bibliographie

Adjovi E. V., 2006, « Mobilisations citoyennes et démonopolisation du travail politique au Bénin », Perspective Afrique, vol. 1, n° 3, (oct. 2006). p. 187-223.

Adjovi E. V., 1998, Une élection libre en Afrique : la présidentielle du Bénin, 1996, Paris, Éditions Karthala.

Amselle J.-L. et Elikia M’B (eds), 1999, Au cœur de l’ethnie. Ethnie, tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte.

Banégas R., 1995, « Mobilisations sociales et oppositions sous Kérékou », Politique Africaine : Le Bénin, n° 59 (oct. 1995), p. 25-44.

Banégas R., 1998, « Marchandisation du vote, citoyenneté et consolidation démocratique au Bénin », Politique Africaine : Des élections comme les autres, n° 69 (mars 1998), p. 75-87.

Chabal P. et Daloz J.-P., 1999, L’Afrique est partie ! Du désordre comme instrument politique, Paris, Economica.

Dissou M., 2002, Le Bénin et l’épreuve démocratique : Leçons des élections de 1991 à 2001, Paris, L’Harmattan.

Fardon R., 1996, « Destins croisés : histoire des identités ethniques et nationales en Afrique de l’Ouest », Politique Africaine : Besoin d’État, n° 61 (mars 1996), p. 75-97.

Illiffe J., 1997, Les Africains : histoire d’un continent, Paris, Flammarion.

Lonsdale J., 1996, « Ethnicité, morale et tribalisme politique », Politique Africaine : Besoin d’État, n° 61, (mars 1996), p. 98-115.

Mazrui A. A. et Wondji C. (eds), 1998, Histoire générale de l’Afrique, t. 8 « L’Afrique depuis 1935 », Paris, UNESCO.

Mback Ch. N., 2003, Démocratisation et décentralisation : Genèse et dynamiques comparées des processus de décentralisation en Afrique subsaharienne, Paris, Éditions Karthala.

Noudjènoumè Ph., 1999, La démocratie au Bénin : Bilan et perspective, Paris, L’Harmattan.

Otayek R., 1999, Afrique : les identités contre la démocratie ?, Paris, Éditions d’Autre Part.

Otayek R., 2000, Identité et démocratie dans un monde global, Paris, Presse de sciences politiques.

Saro Wiwa K., 1991, Similia : essays on anomic Nigeria, Londres/Lagos, Saros International.

Touraine A., 1994, Qu’est-ce que la démocratie ?, Paris, Fayard.

Toynbee A., 1994, La grande aventure de l’humanité, Paris, Éditions Payot et Rivages.

Notes

1 Professeur au Département des Lettres, Arts et Sciences humaines, Université d’Abomey Calavi ; déclaration à la Télévision nationale le 6 mars 2006.

2 Par cynisme, certains universitaires béninois parlent d’« adogocratie », d’Adogo qui signifie « ventre » en langue locale fongbé.

3 En dialecte fon : E yin to ce ton an.

4 Par un échantillonnage raisonné, les participants ont été sélectionnés selon leur implication (acteurs) et leur connaissance (observateurs) du processus de décentralisation. Un corpus de plus de plus de 60 000 mots a été analysé avec le logiciel d’analyse qualitative NVIVO7.

5 Loi n° 98-005 du 15 janvier 1999 portant Organisation des communes à statuts particuliers de la République du Bénin.

Auteur

Université du Québec, Montréal, Canada

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search