Version classiqueVersion mobile

Archives de la peur

 | 
Stora-Lamarre Annie

Troisième partie. Les indésirables

Le Petit Comtois et le fait divers criminel de 1880 à 1914

Manuel Nardin

Texte intégral

  • 1 S. Peju, Chroniques de la mort violente : une année de faits divers criminels, Plon, 1990, p. 10.
  • 2 S. Peju, op. cit., p. 12.

1« Le fait divers nous raconte des histoires, pour nous faire peur, nous indigner, nous exalter »1. Ces mots résument bien le lien qui existe entre ces instantanés fugaces et imprévisibles et les différentes expressions de nos sentiments. Nous allons nous intéresser plus particulièrement aux faits divers criminels entre 1880 et 1914 dans le journal Le Petit Comtois. Situé au croisement d'une réalité éclaboussée de sang et d’un imaginaire prolifique en cette fin de XIXe siècle, le récit de crime focalise sur lui les angoisses et les peurs de toute une population. Pour donner sens aux récits des affaires criminelles comtoises, on étudiera d'abord comment la presse comtoise, malgré son orientation politique et républicaine est devenue un support de choix pour les faits divers criminels. Puis il nous faudra approcher les acteurs du récit pour mettre en lumière ses composantes. Ces « ballades macabres, ces contes inquiétants2 » apparaissent comme autant de portes ouvertes vers un imaginaire. Les mécanismes du fait divers nous amènent à une histoire du sensible dissimulée derrière le désordre d'une première page entachée de sang. Au carrefour des représentations, le fait divers criminel du Petit Comtois nous interroge sur l'avènement d'une culture de masse à l'aube du XXe siècle.

La presse, support et relais du récit de crime

L'âge d'or du fait divers criminel

  • 3 C. Bellanger, J. Godechot, P. Guiral, F. Terrou, Histoire générale de la presse française de 1871 (...)
  • 4 A.-M. Thiesse, Le Roman du quotidien : lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque, éd. Le C (...)
  • 5 L. Queffelec, Le Roman feuilleton français au XIXe siècle, P.U.F, 1989, p. 69.

2On peut parler en cette fin du XIXe siècle d'un âge d'or de la presse, aussi bien parisienne que provinciale. Seul moyen d'information collectif, la presse structure et délimite les opinions Les journaux parisiens dont les plus célèbres sont Le Petit Journal, fondé en 1863 par Moïse Millaud, et Le Petit Parisien, fondé en 1876, impriment rapidement leur marque de fabrique, en publiant notamment de nombreux récits se rapportant à l'univers du crime. La presse de province, quant à elle, si elle éprouve des difficultés pour se développer du fait de la large diffusion des grands titres parisiens, voit son importance augmenter de manière régulière surtout grâce à son ancrage dans le terroir local et aux progrès techniques. Dans le cas du Petit Comtois, les récits de crime alimentent régulièrement les colonnes d'histoires sensationnelles, rocambolesques et souvent dramatiques. Le fait divers du crime devient un genre que l'on peut qualifier de littéraire, et surtout sa diffusion lui donne un statut et une dimension nationales. Même si la référence est la criminalité parisienne, la province n'a rien à envier à la capitale, et partout l'on voit surgir les exploits des bandits. Le développement de la presse lié aux progrès de l'instruction fait naître une nouvelle donne sociale. La grande presse d'information va peu à peu peser de plus en plus lourd dans ce processus de transformation. Les journaux parisiens et les grands organes régionaux favorisent une insertion des couches populaires dans la vie civique de la République. La diffusion des informations est facilitée par le prix modique, 5 centimes, des journaux et par les nombreux progrès techniques de fabrication. Les républicains voyaient dans la presse un formidable outil d'apprentissage de la démocratie et de diffusion des valeurs de la République. Le journal n'est plus un produit rare et cher réservé à une élite sociale comme au début du XIXe siècle3 mais un moyen et un signe de vulgarisation et d'uniformisation de la société française. Pour établir une comparaison avec le roman populaire, nous reprendrons les mots d'Anne-Marie Thiesse qui décèle dans l'achat du journal « une adaptation aux nouvelles formes de consommation engendrées par l'urbanisation et l'industrialisation »4. Si les informations contenues dans les journaux demeurent essentiellement d'ordre politique, les lecteurs sont également friands de romans-feuilletons et de faits divers. Ces histoires rocambolesques deviennent un rendez-vous quotidien pour de nombreux lecteurs, la plupart issus de milieux populaires. « La création de la petite presse à un sou, qui s'appuya, plus encore que ses devancières, sur le fait divers criminel ne fit que développer le goût du public pour ce genre de récit. »5. Le nombre imposant de ces récits banalisera le crime et en forgera la mémoire.

  • 6 P. Drachline, Le Fait divers au XIXe siècle, Hermé, 1991, p. 143.

3Le public de lecteurs est de plus en plus large, le développement des journaux est favorisé par la loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse. En ces temps de liberté, le public est-il captif du récit de crime ? Pierre Drachline fait référence à un phénomène de dépendance de la part des lecteurs quand il affirme : « Le public, avide de cauchemars et de frissons, attendait sa ration quotidienne »6. Le journal franc-comtois, dont le premier numéro paraît le 1er août 1883 ne se nourrit pas exclusivement de faits divers, mais ceux-ci apparaissent de manière récurrente ; en cela Le Petit Comtois se positionne dans le même sillage que Le Petit Journal ou Le Petit Parisien. Le journal à vocation républicaine et sa ligne éditorialiste veulent répondre aux préoccupations et aux goûts du public. Le fondateur du journal est Jules Gros, avocat, vénérable de la loge maçonnique et ancien sous-préfet. Au départ, la publication du journal atteint 5 000 exemplaires ; en 1914, le journal est tiré à 85 000 exemplaires. Comme beaucoup d'autres titres, l'adjectif « petit » rappelle le concept de « petit peuple », le journal s'adresse aux nouvelles couches sociales et les plus humbles vont trouver, via le journal, matière à réflexion.

4Dès 1883 et les premières parutions du Petit Comtois, nous trouvons, dans les 6 colonnes du journal, la présence de récits de crimes ou de drames sous le titre bien distinct de « Faits Divers ». Jusqu'en 1914, le journal fournira à ses lecteurs des fenêtres ouvertes sur le monde du crime permettant ainsi aux élites morales soucieuses de l'hygiène de la République d'affirmer le caractère pernicieux et dangereux de tels récits. À la lecture du Petit Comtois, on pourrait penser que la Franche-Comté est une région fortement criminelle. Cela incite le lecteur à penser qu'il est cerné par l'armée invisible des criminels tant le journal exploite de manière systématique le récit de crime.

Le récit de crime

  • 7 Le Petit Comtois, dimanche 20 septembre 1885. Le journal commente le rapport du ministre de la Jus (...)

5De façon régulière, on retrouve dans le journal des chiffres et des commentaires sur la criminalité ordinaire dès la première page. Ainsi apprend-on qu'en 18837, 3 904 individus ont été condamnés en cour d'assises et que 1 590 d'entre eux sont des récidivistes. Parmi les statistiques énoncées, la proportion des récidivistes est particulièrement élevée concernant les vols qualifiés (69 %), les coups à ascendants (68 %), les incendies (55 %), les vols domestiques (51 %), les banqueroutes frauduleuses et les coups ayant entraîné la mort sans intention de la donner (50 %). Elle est moins importante pour les catégories de délits plus graves. Ainsi les récidivistes pour meurtre représentent 36 % des condamnés, pour viols et attentats à la pudeur 38 %, et pour infanticide seulement 5 %. Le journal va également s'interroger sur l'influence supposée du récit criminel sur le public.

  • 8 Le Petit Comtois, samedi 12 novembre 1910.
  • 9 D. Kalifa, L'encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle époque, Paris, Fayard, 1995 (...)

6En 1910, il constate une hausse du nombre des viols et des attentats à la pudeur commis sur des enfants. De 1905 à 1908, il en recense 357 en moyenne contre 401 pour l'année 1909. Ce qui fait dire au Petit Comtois qu’« il est indispensable de mettre un frein sérieux aux passions bestiales des ignobles individus qui font subir à de pauvres enfants les effets répugnants de leur sadisme »8. La multiplication des faits divers induit un déferlement d'images et de textes relatifs à la rhétorique du crime. Pour les élites morales, la presse encourage les esprits faibles à prendre pour modèle les personnalités de bandits dont elle utilise les exploits pour attirer toujours plus de lecteurs. La question de la morale est posée et la presse est accusée de participer « à une œuvre de démoralisation, surtout auprès de la jeunesse et des classes populaires »9.

7Le débat va également se situer sur le plan politique avec les attaques répétées des courants catholiques contre l'école laïque qui voient en elle une cause de la recrudescence de la criminalité juvénile. L'école de la République qui devrait être un ultime rempart contre le vice est jugée sans morale. La presse populaire de la Belle Époque s'attire les foudres des défenseurs de l'ordre moral qui voient en elle un facteur de perversion des bonnes mœurs et de contagion malsaine. Le récit criminel est considéré comme l'un des relais, avec l'alcool, d'une maladie morale qui s'attaquerait au corps de la nation au moment où la Belle Époque voit se développer la psychologie sociale en parallèle aux progrès de la médecine

  • 10 A. Druhen, De l'influence du journalisme sur la santé du corps et de l'esprit, Librairie de Tuberg (...)
  • 11 A. Druhen, op. cit., p. 61.

8Les romans populaires sont alors de véritables « greniers à coups de poings »10. Les faits divers deviennent une cause de morbidité s'inspirant librement des actes criminels, actes qui pour beaucoup sont les plus enclins à influencer les milieux populaires et le jeune public, toujours vu en situation de danger moral permanent. Pour bon nombre de défenseurs de la morale, la petite presse vit de crime et « les assassins tuent encore plus d'intelligences que leur poignard ne fait de victimes »11.

  • 12 D. Nourrisson, Le Buveur du XIXe siècle, Albin Michel, 1990, p. 196.
  • 13 H. Joly, Le Crime : étude sociale, Librairie Léopold Cerf, 1888, p. 378.
  • 14 H. Corniere, Question sociale. L'alcoolisme à Besançon (causes, ravages, remèdes), Imprimerie de l (...)
  • 15 A. Druhen, De l'alcoolisme au point de vue social in Bulletin de l’Académie de Besançon, séances d (...)

9À propos de la figure du criminel, il existe un lien entre la représentation faite du criminel et celle du buveur : « Le doux ivrogne que l'on a longtemps toléré perd la candeur qu'on lui reconnaissait dans la deuxième moitié du XIXe siècle ; il prend le visage de la brute, du criminel ou du dépravé »12. Les faits divers criminels sont accusés de propager la maladie gangrenant la société, et « quant à l'alcoolisme qui a commencé par l'ivrognerie, c'est un des effets ou l'un des symptômes d'un mal moral, confinant toujours à la tentation du délit »13. L'idée de l'emprise de l'alcool sur la classe ouvrière est évoquée en 1911 par Henri Cornière qui, dans son étude sur le phénomène de l'alcoolisme à Besançon, argumente en affirmant que « c'est dans la classe ouvrière qu'il sévit en maître »14 Il entreprend aussi de dénombrer les lieux où l'on sert à boire : en 1911, il recense 675 débits de boisson contre 625 en 1900. Les quartiers de la ville où il y a le plus de cafés sont ceux d'Arènes et de Battant où l'on compte 150 établissements pour 8500 habitants, ans la seule rue Battant on compte 53 cafés. Les élites morales voient la progression du vice et de la dégénérescence symbolisée par l'ouvrier prolétaire se rendant au café, « repère de malfaiteurs de la pire espèce, qui compromettent sans cesse la sécurité et la vie des passants »15.

10Les petites brèves de crimes sont monnaie courante dans Le Petit Comtois et elles sont parfois intégrées dans une rubrique du journal intitulée « Informations diverses ». Cela peut supposer que les journalistes voient ces nouvelles sanglantes comme un genre qui évoque la banalité d'un univers pourtant violent. Pour illustrer concrètement nos propos, voici un article du Petit Comtois du vendredi 1er avril 1910 situé en page 1 (la rubrique informations diverses ayant souvent l'habitude de s'y trouver) :

11Informations diverses. Crimes et suicide. Saint-Étienne. 31 mars :

12« La nuit dernière, à la suite d'une querelle motivée par des raisons de famille, un épicier nommé Monnay a tiré un coup de revolver sur son gendre, Blanc, qui a été gravement atteint. Poursuivi par des agents, Monnay a tiré sur l'un d'eux un coup de revolver et l'a gravement blessé, puis il rentra chez lui et se frappa de treize coups de couteau ».

13Ce récit simple et concis frappe néanmoins le lecteur en raison de la violence perpétrée par l'auteur du crime à l'égard de ses victimes : la double présence du mot « gravement » ainsi que par le nombre élevé de coups de couteau retourné contre sa personne insistent sur l'extrême violence de ce crime. À la lecture de ce compte rendu, le lecteur de l'époque devine – puisque le récit le suggère implicitement – la rocambolesque nuit sanglante qui s'est déroulée dans les rues de Saint-Étienne, et surtout il peut nourrir des inquiétudes sur le thème de l'insécurité, le drame représenté dans ce court article par des agents mis en danger par des citoyens. Le thème de la sécurité publique et de l'ordre social que les criminels perturbent est omniprésent dans les discours des élites morales qui voient dans cette République démocratique naissante le berceau d'une société malade. La peur du crime peut engendrer la déstabilisation du système judiciaire et de l'ordre social.

  • 16 D. Kalifa, op. cit., p. 203.

14Parmi les faits divers qui se trouvent dans les colonnes du Petit Comtois, les comptes rendus de procès à la cour d'assises occupent une place non négligeable. Dans les pages du Petit Comtois, les comptes rendus de justice constituent un laboratoire d'observation qui rend compte du regard porté sur l'accusé par la société qui le juge. Nous partons de l'hypothèse que les articles de comptes rendus de procès sont des faits divers criminels et non des informations judiciaires. On peut préciser à ce sujet que la presse entretient des relations difficiles avec les instances judiciaires et que « l'irruption du reporter est souvent perçue comme une dépossession »16 vis-à-vis des juges et des magistrats, puisqu'on accuse les journalistes d'ébruiter le secret de l'instruction. Les comptes rendus de procès, tels qu'ils sont présentés dans le Petit Comtois, mettent l'accent sur l'aspect autoritaire de la justice qui décèle le caractère dangereux de l'acte commis en sanctionne de manière intransigeante non seulement un homme, en fait un « assassin de la pire espèce », mais surtout une attitude jugée non conforme à la morale.

Les acteurs dans le récit

Les hommes incriminés

15Assassins, alcooliques, prostituées ou monstres participent à une entreprise de construction narrative qui devient entre 1880 et 1914 un genre à part entière de récit populaire. À la lecture de ces épisodes sanglants, Le Petit Comtois prend parfois l'allure d'un inventaire des malheurs du temps : crimes, vols, infanticides, drames de l'alcoolisme, suicides, attentats à la pudeur et autres meurtres horribles se muent en repères thématiques de la vie quotidienne des foules urbaines en Franche-Comté. Ce rictus inquiétant provoque des sentiments d'insécurité : le royaume du crime ayant pris le pas sur la loi des hommes.

  • 17 G. Junosza-Zdrojewski, Le Crime et la presse, Thèse pour le doctorat, Jouve éditeur, 1943, p. 55.

16Les criminels sont les personnages principaux de l'espace rédactionnel dans chaque édition. Partout, aux coins des rues et dans le silence des campagnes, l'assassin rôde comme naguère le vagabond, et son ombre peut dès lors nourrir un imaginaire Le Petit Comtois offre à ses lecteurs des images de criminels et de malfrats qui hantent les rues, diffusant la peur et l'insécurité. Face à l'institution judiciaire, les journalistes décrivent les accusés dont la plupart sont déjà reconnus coupables par l'opinion publique. Le jugement est souvent l'occasion pour le lecteur, l'homme de la rue, d'approcher d'aussi près que possible ces figures de la peur. Les comptes rendus de procès du Petit Comtois sont toujours construits sur le même modèle. Les commentaires et le descriptif de l'ambiance qui règne dans la salle d'audience sont découpés en courts paragraphes qui décrivent l'attitude ou le physique de l'accusé. Ce procédé est fréquemment utilisé, « car ce qu'il faut mettre en relief ce n'est pas la vérité mais ce que le criminel a d'exceptionnel, de pittoresque, d'audacieux, d'habile afin d'intéresser le lecteur »17. A l'âge des foules, la figure du criminel s'individualise et les cours d'assises permettent de l'étudier dans le moindre détail.

  • 18 Le Petit Comtois, jeudi 29 janvier 1885.
  • 19 Le Petit Comtois, samedi 1er septembre 1883.

17En 1885, est jugé devant la Cour d'Assises du Doubs un dénommé Masson pour le crime de Fontain en octobre 1884. Le Petit Comtois décrit le physique et l'attitude de l'accusé lors du procès. On sait dont que « Masson est un homme de haute taille, un peu maigre mais robuste, et dont les larges épaules dénotent une force peu commune. Ses traits sont assez réguliers : une barbe rousse et hérissée qu'il porte toute entière, ses cheveux courts et plantés carrément, ses petits yeux gris et les rides de son front lui donnent un air sauvage. Sa voix est rude et peu voilée. Il est vêtu d'une veste et d’un large pantalon de velours semblables à ceux des ouvriers charpentiers, coiffé d'un bonnet de fourrure »18. Les reporters envoyés dans les tribunaux par leur journal présentent le récit du jugement en plusieurs petits paragraphes évoquant chacun un aspect du procès. En 1883, Le Petit Comtois raconte le passage au tribunal de l'assassin Charpiot qui a tué une certaine Suzanne Robert à Brevillers au mois de juillet, « un de ces faits exceptionnels dont la place est marquée parmi les drames les plus sombres des annales judiciaires »19.

  • 20 D. Kalifa, op. cit., p. 140.
  • 21 Le Petit Comtois, dimanche 6 août 1905.

18Quand le crime est commis par des étrangers, le journal souligne la nationalité du criminel. Cela est signalé sans autre forme de commentaire car pour le lecteur moyen « l'étranger criminel, c'est d'abord, bien sûr, l'Italien »20. Dans le cas du crime de Chaux (Territoire de Belfort) en 1905, Le Petit Comtois présente à ses lecteurs la liste des noms des inculpés en précisant leurs lieux de naissance ainsi que leurs professions. On apprend que Pozzi est un maçon né le 22 septembre 1867 à Borgocollefegato, que Galoni est né à Reggioemiliana, ou que Mossini, maçon lui aussi, est né à Borgoforte en 1873. Dans cette affaire, Pozzi sera condamné à mort et « c'est un interprète qui lui fera connaître la décision de la Cour »21. Le journal à cette occasion publiera la photographie du condamné, unique représentation visuelle du criminel dans ses colonnes.

  • 22 Le Petit Comtois, mercredi 24 juillet 1895.
  • 23 Le Petit Comtois, mardi 28 avril 1891.

19De temps à autre, quand le méfait est horrible ou que l'histoire est hors du commun, nous pouvons trouver un résumé provenant d'une agence de presse ou d’un grand organe parisien : Petit Journal ou Petit Parisien en général, même si le journal comtois n'indique pas toujours ses sources. Il arrive parfois que ces récits se trouvent à la une pour distraire le lecteur des préoccupations politiques du jour ou pour ajouter du piment à une actualité trop fade. Ainsi, sous la rubrique intitulée Extérieur, on peut lire que « la fille d'un vieux tisserand de Waldenburg en Allemagne a tué son père puis après avoir découpé le cadavre, en a mangé certaines parties »22 ou « qu'on a constaté à New-York un crime qui rappelle les exploits de Jack l'Éventreur »23.

  • 24 D. Kalifa, op. cit., p. 146.
  • 25 Ibid.

20L'expression « Armée du Crime » est elle révélatrice de la perception des contemporains de la masse criminelle. Elle « sert à désigner toutes les formes de marginalité, supposées relever d'une organisation occulte et formidable »24. Aux criminels d'occasion se rajoutent en quelque sorte des professionnels du crime issus des bas-fonds. Les assassins organisés sont devenus « le danger majeur et le fondement d'une insupportable criminalité chronique »25. La province découvre elle aussi que des professionnels du crime se cachent dans les entrailles des cités et égorgent les passants la nuit venue. Le Petit Comtois, surtout après 1900, relate les méfaits de ces « Bandes Noires » qui terrorisent l'honnête citoyen. Besançon et les autres bourgades comtoises deviennent le théâtre d'événements dus à ceux que la presse parisienne désignent comme « apaches ». Le terme « apache » dépasse rapidement la sphère stricto sensu de la capitale pour investir peu à peu toutes les formes de marginalité. Il permet surtout à ses détracteurs de donner un visage à une population criminelle constituée de jeunes.

  • 26 D. Kalifa, op. cit., p. 153.
  • 27 Le Petit Comtois, jeudi 19 mai 1910.
  • 28 Le Petit Comtois, mercredi 8 juin 1910.
  • 29 Le Petit Comtois, mercredi 7 janvier 1903.
  • 30 Le Petit Comtois, jeudi 22 mars 1900.

21Le terme « apache », à la connotation exotique et lointaine, matérialise « toutes les formes de délinquance urbaine dans un amalgame tenace »26. « Soldats apaches »27 annonce le journal comtois pour relater un incident entre militaires qui refusaient d'obéir aux ordres dans les rues de Nancy, ou encore « Graines d'apaches »28 à Pontarlier pour désigner « les agissements de quelques jeunes gens de 16 à 18 ans qui brutalisent les jeunes filles ayant le malheur de ne pas être accompagnées.[...] ». À Audincourt, « l'on peut s'attendre à l'arrestation d'une partie de la fameuse bande noire qui, depuis quelques mois, terrorise notre paisible cité »29 et à Besançon, « deux cambrioleurs, qui étaient recherchés depuis longtemps comme ayant fait partie de la bande à « Milo » ont été arrêtés hier boulevard Saint-Martin »30. Cette situation tend à imputer au fait divers criminel une fonction immorale, puisqu'il met en avant les récits de ces malandrins.

22La figure de l'apache devient une nouvelle manière d'utiliser le fait divers, en particulier par le biais de l'illustration dont usent avec abondance les journaux parisiens, Le Petit Journal, Le Petit Parisien. Le Petit Comtois ne propose ni d'illustrations ni de photographies (excepté en 1905 où dans les pages intérieures le journal publiera une photo de Pozzi alors condamné à mort dans l'affaire du crime de Chaux).

La violence est permanente

  • 31 B. Rochelandet, Les Maisons closes autrefois, Paris, Horvath, 1995, p. 86.

23« Dans ces endroits miséreux, la violence rituelle participait au décor. Les nombreuses rixes se terminaient quelquefois mal. On jouait du nerf de bœuf du couteau [...] »31.

  • 32 F. Chauvaud, op. cit., p. 65.

24Le récit de violence favorise les réactions de rejet de tout ce qui provient des villes. « L'autarcie souhaitée par la société traditionnelle ne résiste ni aux conjonctures qui imposent l'errance comme mode de vie ni aux projets de certains migrants qui valorisent les pérégrinations »32,

  • 33 D. Kalifa, op. cit., p. 128.

25Dans le journal, l'arme du crime est au même titre que les personnages un élément déterminant du récit. C'est elle que l'on remarque autant que les circonstances du meurtre. Elle fait partie de la panoplie du criminel, elle le distingue des autres, mesure la violence de l'acte sanglant et indique le moyen de franchir les limites de la norme sociale, « dans tous les cas, elle est l'objet de discours prolifiques qui cristallisent angoisses et obsessions »33. Les instruments, terme que l'on peut employer dans un sens quasi médical pour certains crimes, sont souvent le reflet de la personnalité des criminels et des indicateurs sur leur qualité d'assassins. La tentation de produire ici un catalogue exhaustif des armes nous amène à recenser de manière thématique les différents moyens de donner la mort. Ce qui transparaît à la lecture des faits divers criminels, c'est le grand nombre de crimes commis à l'aide d'armes blanches dont le couteau est l'emblème. L'ouvrier ou le paysan, qui utilisent de manière quotidienne cette lame. C'est "presque naturellement" que l'on tue à coup de couteau.

26Mais les crimes les plus sanglants ne sont pas forcément commis à l'aide d'une lame. Dans les récits, on tue à coup de rasoir ; de hache ; de serpe ; de bâton ; de pelle ; de pioche ; de fourche ; de couperet ; de poignard ; d'instruments contondants ; de sabre ; de tabouret... Au tournant du siècle, c’est au tour des armes à feu d'investir le récit. Le revolver s'impose peu à peu : dans les quartiers, on entend des détonations qui avertissent les passants du déroulement d'un drame. Le revolver surtout, mais parfois le fusil, deviennent les armes adoptées par les apaches et les bandes de voyous pour revendiquer leur statut de bandits professionnels. L'emploi du revolver se conjugue également avec la pratique du suicide ; les soldats usent de leur arme de service pour mettre fin à leurs jours. Ainsi, le revolver fait son entrée dans le répertoire des composantes du monde criminel, et c'est sur lui que se concentre l'enquête policière et le regard de l'opinion publique. Avec l'amélioration des techniques pour tuer, l'arme à feu est synonyme de nouveau danger pour le quidam qui s'attarde trop le soir et pour la République qui voit dans la prolifération du pistolet un défaut du régime démocratique.

  • 34 F. Chauvaud, op. cit., p. 43.

27Le mobile du crime est toujours cité par les journalistes au même titre que la description du criminel ou des personnages incriminés. En 1883, la proportion des récidivistes pour vol qualifié est estimée à 69 % et à 51 % pour ce qui concerne les vols domestiques. Ces chiffres élevés tendent à prouver que le vol reste une pratique courante et qu'il est souvent à l'origine des crimes perpétrés lors de cambriolages. Le voleur surpris dans sa tâche, affolé, commet un crime et entre ainsi dans la catégorie des meurtriers et des criminels. Les crimes sexuels ou inspirés par des raisons sentimentales ou conjugales sont également légion et ils débouchent souvent sur des règlements de comptes fatals. Les infanticides et les agressions touchant les enfants ou les personnes faibles entraînent des réactions de dégoût et de consternation que l'on retrouve dans le vocabulaire employé dans les articles de presse du Petit Comtois. « Horrible drame », « Scène épouvantable », « Atrocité », « Abominable suppression d'enfant », « Drame de la folie », voilà autant de qualificatifs pour désigner les crimes qui touchent de près l'atteinte à la personne fragile. C'est en effet dans le silence des foyers que les formes de violence et d'humiliation sont les plus fortes et aussi les plus secrètes : « Le moindre incident suffit pour attiser les rancœurs jusqu'au paroxysme et provoquer des déchirements irréversibles »34.

Les lieux du crime

  • 35 A.-C. Ambroise-Rendu, « Le crime du train 826 » in L'Histoire, no 182, novembre 1994, p. 34. L'aut (...)

28Criminels des villes et des campagnes trouvent en leur place dans le Petit Comtois. Les recherches se focalisent souvent sur la criminalité urbaine comme les crimes commis aux abords des chemins de fer35 La lecture des articles publiés dans les colonnes du Petit Comtois révèle la présence dans les campagnes de ces crimes suffisamment violents et sauvages pour qu'ils réveillent les angoisses de l'opinion publique. Lorsque qu'un crime est commis dans un village, on considère que l'auteur est un « étranger » et l'agitation qui en découle, nuisible à la tranquillité du bourg. Les crimes perpétrés dans les villages (Corre en 1885, Chaux en 1905, Fontain en 1885, Voujeaucourt en 1886 ou bien Villers-Buzon) sont décrits comme un dysfonctionnement majeur au sein des entités villageoises.

  • 36 D. Kalifa, op. cit. L'auteur, pour mettre en relief l’autorité sociale de la presse populaire, uti (...)

29Mais les récits de sang témoignent aussi de l'activité criminelle des villes, berceau du vice et abri des "égorgeurs" ou des apaches. Besançon, la capitale comtoise, à la lecture du journal, semble infestée par la maladie du crime. Les chroniques transforment les quartiers populaires et les artères menant aux chemins de fer en lieux maudits marqués par le sceau du sang où toute la "faune des coquins exercent leurs activités malsaines".36. Besançon, est le théâtre de la plupart des crimes relevés dans les colonnes du journal. Le quartier de Battant, les abords de la gare de la Mouillère, la Citadelle, les rues du centre ville (Grande Rue, rue des Granges) où ce sont des apaches qui opèrent ou bien encore les quartiers périphériques comme les Tilleroyes. Les autres villes de Franche-Comté ne sont pas épargnées : Pontarlier, Valdahon, Morteau, Saint-Claude, Baume-les-Dames, Montbéliard ou bien encore Belfort.

« Un fait divers pas banal »37

Structure

  • 38 R. Barthes, Structures du fait divers in Essais critiques, Seuil, 1964, p. 190.

30Quelles sont les caractéristiques de cette culture du crime et du sordide qui s'enracine chaque jour dans les récits du crimes ? Les exemples recueillis au détour des pages du Petit Comtois entre 1883 et 1914 montrent que ce genre d'article de presse repose sur des principes et des thèmes récurrents. Le Petit Comtois est familier de deux méthodes. La première, la moins voyante consiste à insérer une nouvelle affaire dans les pages intérieures du journal qui fourmillent d'autres informations Le lecteur devra lire au moins les six colonnes pour dénicher enfin l'affaire du jour. La deuxième méthode consiste bien évidemment à accrocher le titre du fait divers criminel à la une du journal. L'accroche du titre invite expressément le lecteur à découvrir de toute urgence une histoire qu'on lui présente comme inédite et extraordinaire. La "Une" contient les quelques mots chocs qui dessinent les principaux contours du récit en insistant sur le caractère de l'affaire. Parfois, la nature du sujet traité parait atypique. Le reporter ou le journaliste annoncent à grand renfort de rhétorique judicieusement choisie le drame qui vient d'avoir lieu, puis il décrit, d'une manière posée et claire les circonstances du méfait. Il est évident que les chroniques du sang sont fondées sur l'effet de surprise et que « le drame de Battant » ou « le double assassinat du Valdahon » sont des récits dans lesquels les protagonistes entretiennent une relation directe avec le lectorat selon qu'il connaisse ou non les endroits incriminés. Cette théorie induit une corrélation et « quelles que soient la densité du contenu, sa surprise, son horreur ou sa pauvreté, le fait divers ne commence que là où l'information se dédouble et comporte par là même la certitude d'un rapport »38.

  • 39 R. Barthes, op. cit., p. 188.

31Le fait divers implique obligatoirement une relation de causalité entre le délit et le mobile, entre l'accident et les circonstances, pour un drame passionnel, pour un crime d'argent. Les faits divers du Petit Comtois peuvent se définir comme la rubrique « poubelle de l'information ». Elle « procéderait d'un classement de l'inclassable, il serait le rebus inorganisé des nouvelles informes ; en un mot ce serait une information monstrueuse, analogue à tous les faits exceptionnels ou insignifiants »39. Le crime devient un élément familier ainsi que celui qui l'a commis ; les détails du crime prennent la forme d'indices précieux et chaque situation, chaque lieu, chaque arme peuvent devenir l'objet de toutes les curiosités. « Voilà ce qui s'était passé » ; « Voici les renseignements que nous avons recueillis » ; « Rappelons les faits » ; autant de formules pour procurer au spectateur les sensations et les informations qu'il attendait depuis la lecture du titre du drame.

  • 40 G. Auclair, Le Mana quotidien, Anthropos, 1982, p. 113.
  • 41 G. Auclair, op. cit., p. 117.

32On attribue au fait divers une fonction sociale : il permet au lecteur de sortir de la monotonie qui régit son existence. Il ouvre un espace de rêve dans lequel les transgressions et le franchissement des normes deviennent possibles voire réelles. Pour Georges Auclair, « la chronique refléterait globalement la réalité sociale de l'aberrant et de l'anomique »40. Parfois, le récit altère la réalité. Le titre ne correspond pas avec le récit. Le lecteur croit qu'il va découvrir une histoire hors du commun et le résultat ne correspond pas à son attente. Ce genre de schéma qui met en avant « la prédominance du rare sur le banal »41 est fréquemment utilisé y compris dans Le Petit Comtois. Ainsi, il n'est pas rare de trouver des titres plus imaginatifs les uns que les autres suivis seulement de quelques lignes explicatives : Apaches à Paris et faiseuses d'anges en Champagne ; La folie ; Un Jack l'éventreur allemand ; un meurtre à la Citadelle ; Vengeance de femme ; Enterré vivant, etc.

Contrôle social

  • 42 J.-Y. Mollier, J. George, La plus longue des Républiques. 1870-1940, Fayard, 1994, p. 115.
  • 43 Le Petit Comtois, mercredi 25 mars 1891.

33Sous le Second Empire, les républicains avaient dénoncé le système répressif symbolisé entre autre par la loi sur la Sûreté de 1858 qui avait contribué à encadrer encore plus la société civile. En ce qui concerne la police des mœurs, les organes de police pouvaient, et ce depuis 1810, surveiller avec une plus grande liberté les populations marginales, en particulier les prostituées et les réseaux de maisons de tolérance. Sous la Troisième République, on veut montrer que l'appareil répressif n'est pas abandonné ni même passé de mode. Ainsi, « en quelques années, l'Etat républicain s'est doté d'instruments de pression sur les individus qui atténuent fortement le libéralisme des grandes lois de 1881-1884 »42. La politique et la rhétorique sécuritaire posent implacablement le problème de la répression et de ses applications. La question qui est alors posée est celle de la défense sociale. Déjà en 1891, au moment de la loi Bérenger sur la récidive et de l'atténuation de la peine, un éditorial du Petit Comtois prenait parti pour cette loi qu'il qualifiait de « réforme d'importance capitale » L'éditorial du Petit Comtois relatif à la loi Bérenger soulignait pourtant que « puisque c'est l'emprisonnement qui crée le récidiviste, il faut que le magistrat, même quand le délit est constaté, puisse épargner la prison au condamné, s'il juge qu'il n'est pas absolument gangrené, qu'il est encore capable de relèvement moral »43. En cas de récidive, il faut réprimer avec plus de force. C'est le principe de la loi de sursis, dite loi Bérenger.

  • 44 H. Lagrange, La Civilité à l'épreuve. Crime et sentiment d'insécurité, P.U.F, 1995, p. 131.

34Le Petit Comtois, s'il rend compte du climat d’insécurité qui règne en Franche-Comté et plus particulièrement à Besançon, ne s'attarde guère sur la destination des criminels condamnés. Il évoque juste leur départ vers un établissement pénitentiaire ou vers une maison d'arrêt. A Besançon, c'est à Bellevaux situé dans le quartier populaire de Battant que sont internés les individus dangereux. Cet hospice qui accueille les populations déviantes depuis le Moyen-Âge est officiellement une Maison de Correction et de Refuge. Dans la partie prison, on trouve les condamnés en correctionnelle de moins de un an, les mendiants et les vagabonds, les enfants détenus à la demande des parents. Dans la partie refuge se trouvent les filles publiques, les malades contagieux et les fous. Le 20 août 1885, la prison est transférée dans le quartier de la Butte et se construit sur le mode cellulaire Dès lors, la prison va accueillir des criminels, des mendiants et aussi des étrangers "indésirables" que l'on reconduira vers la frontière suisse ou allemande. Les jeunes détenus auront un quartier réservé, et, en 1886, la prison de la Butte compte 147 occupants dont 16 femmes et 16 gardiens. Les masses urbaines et déclassées sont bien entendu en première ligne des dangers de la société industrielle. Du vagabond des campagnes à l'apache des périphéries urbaines, les figure du "mal" s'affichent dans la presse, et cela ne fait que renforcer l'impression de décadence morale qui envahit les nervures d'un système que certains voient sombrer dans le chaos. Dans ce climat, le crime devient un « opérateur de dénonciation des mutations sociales, il conduit au constat que tout se dissout »44. À la lecture des faits divers publiés dans Le Petit Comtois, la ville, le village, l'église, les structures politiques sont attaqués par le crime qui semble se jouer des cadres fondamentaux dans lesquels l'homme s'inscrit.

Le fait divers criminel : une lecture sociale

  • 45 A. Stora-Lamarre, L'Enfer de la IIIe République. Censeurs et pornographes (1881-1914), Paris, Imag (...)

35L'imaginaire du crime qui surgit au travers des récits du Petit Comtois n'est possible que grâce aux progrès de l'instruction publique qui permettent aux classes les plus défavorisées de lire, d'écrire, de se forger une culture. Annie Stora-Lamarre, en étudiant les écrits censurés de la Belle Époque dans une société morale qui exige toujours plus de vertu, met en lumière l'importance de l'éducation, « véritable mythe fondateur de la Troisième République »45. L'idée laïque, le progrès, sont des valeurs qui se coulent peu à peu dans le corps social et qui façonnent un homme républicain nouveau. Le recul de l'analphabétisme montre que l'école laïque prônée par Jules Ferry apparaît comme un modèle porteur de réussite, comme le montre l'exemple de la Franche-Comté avec les départements du Doubs et du Territoire de Belfort. Ce sont des régions où l'implantation d'un tissu industriel fut précoce et où l'influence de la religion luthérienne protestante en particulier dans le Pays de Montbéliard favorisa la mise en place d'écoles et l'apprentissage de l'instruction. La surveillance des écrits est l'objet de toutes les attentions et le répressif s'accentue autour des livres et d'écrits accusés de tous les maux. Le Petit Comtois rend parfois compte de faits "obscènes" et de la présence, dans des mains peu averties et sensibles au vice, d'une littérature qui aurait échappée à la censure. Ainsi, dans une rubrique du journal, nous pouvons trouver un article au titre éloquent :

  • 46 Le Petit Comtois, mardi 19 avril 1910.

36Contre la pornographie46. Aujourd'hui s'est ouvert au ministère des Affaires étrangères, sous la présidence de M. Pichon, une conférence internationale, ayant pour objet la traite des blanches et tendant à obtenir, par des droits légaux, le moyen de s'opposer aux publications obscènes.

  • 47 Le Petit Comtois, dimanche 26 juin 1910.
  • 48 Le Petit Comtois, mercredi 12 janvier 1910.

37Ces attaques contre les écrits de l'immoralité vont trouver encore un écho dans le Petit Comtois quelques mois plus tard sous la plume du docteur Dumas, qui derrière le titre, Urgence d'une loi pour arrêter la gangrène pornographique47 va tenir des propos révélateurs de l'inquiétude de la bourgeoisie conservatrice face à des livres incitant au vice et au désordre. Le docteur Dumas se prononce en faveur d'une répression plus dure et, selon lui, salvatrice de la moralité et de l'avenir de la jeunesse, principale cible de la pornographie et des récits de crimes. La peur de voir la jeunesse devenir un réservoir potentiel pour l'armée du crime réveille les consciences morales et incite à des temps que l'on souhaite plus disciplinés. L'opposition entre républicains et conservateurs apparaît sur la place publique ; le caractère anticlérical du Petit Comtois est alors mis à contribution pour offrir une tribune aux défenseurs de la République. René Besnard dénonce clairement les attitudes des cléricaux quant à leur manière d'attribuer à l'école laïque la cause de l'augmentation de la criminalité. En effet selon lui, « les cléricaux ne perdent jamais l'occasion de déclarer à tout propos et hors de propos que la criminalité augmente dans notre pays. C'est naturellement selon eux, la conséquence de l'enseignement laïque et de l'immoralité qui suit nécessairement la République »48. Ce que révèle l'étude des faits divers, c'est l’affrontement sur les nouvelles façons de lire dans un monde qui change.

***

  • 49 J.-M. Bessette, Sociologie du crime, 1982, p. 147.
    Parlant du terrorisme urbain, J.-M. Bessette uti (...)

38Le fait divers criminel au sein du Petit Comtois fournit des pistes et des indices pour appréhender la société comtoise de la fin du XIXe siècle. Il banalise le crime, fait entrer les « Indiens des métropoles »49 dans la vie quotidienne et fournit des boucs émissaires aux élites soucieuses de l'évolution morale du pays. Devenu sous la IIIe République un risque, le fait divers inaugure-t-il l'émergence d'une nouvelle forme d'expression de la morale laïque ? Du côté des lecteurs, le mélange de dégoût et de fascination pour le malheur des autres se conjugue avec le sentiment de vivre des choses hors du commun sans le risque d'y participer. Cette préservation de l'individu est peut-être à l'origine du succès du récit de crime, comme un contrepoids aux turpitudes morales et sociales des foules du XIXe siècle. L'étude du Petit Comtois montre que la Franche-Comté ne possède pas de spécificité criminelle intrinsèque. En revanche, le journal participe d'emblée à une construction et à une amplification des faits sociaux. Dans ses colonnes, toutes les aspirations morales et immorales du paysage comtois se cristallisent dans un maelström typographique devenu banal au XXe siècle.

Notes

1 S. Peju, Chroniques de la mort violente : une année de faits divers criminels, Plon, 1990, p. 10.

2 S. Peju, op. cit., p. 12.

3 C. Bellanger, J. Godechot, P. Guiral, F. Terrou, Histoire générale de la presse française de 1871 à 1940, P.U.F., 1972, pp. 140-141.

4 A.-M. Thiesse, Le Roman du quotidien : lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque, éd. Le Chemin Vert, 1984, p. 18.

5 L. Queffelec, Le Roman feuilleton français au XIXe siècle, P.U.F, 1989, p. 69.

6 P. Drachline, Le Fait divers au XIXe siècle, Hermé, 1991, p. 143.

7 Le Petit Comtois, dimanche 20 septembre 1885. Le journal commente le rapport du ministre de la Justice concernant la criminalité en 1883.

8 Le Petit Comtois, samedi 12 novembre 1910.

9 D. Kalifa, L'encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle époque, Paris, Fayard, 1995, p. 199.

10 A. Druhen, De l'influence du journalisme sur la santé du corps et de l'esprit, Librairie de Tubergue, 1871, p. 38.

11 A. Druhen, op. cit., p. 61.

12 D. Nourrisson, Le Buveur du XIXe siècle, Albin Michel, 1990, p. 196.

13 H. Joly, Le Crime : étude sociale, Librairie Léopold Cerf, 1888, p. 378.

14 H. Corniere, Question sociale. L'alcoolisme à Besançon (causes, ravages, remèdes), Imprimerie de l’Éclair Comtois, 1911, p. 9.

15 A. Druhen, De l'alcoolisme au point de vue social in Bulletin de l’Académie de Besançon, séances des 8 novembre et 23 décembre 1886, Imprimerie Dodivers, 1887, p. 11.

16 D. Kalifa, op. cit., p. 203.

17 G. Junosza-Zdrojewski, Le Crime et la presse, Thèse pour le doctorat, Jouve éditeur, 1943, p. 55.

18 Le Petit Comtois, jeudi 29 janvier 1885.

19 Le Petit Comtois, samedi 1er septembre 1883.

20 D. Kalifa, op. cit., p. 140.

21 Le Petit Comtois, dimanche 6 août 1905.

22 Le Petit Comtois, mercredi 24 juillet 1895.

23 Le Petit Comtois, mardi 28 avril 1891.

24 D. Kalifa, op. cit., p. 146.

25 Ibid.

26 D. Kalifa, op. cit., p. 153.

27 Le Petit Comtois, jeudi 19 mai 1910.

28 Le Petit Comtois, mercredi 8 juin 1910.

29 Le Petit Comtois, mercredi 7 janvier 1903.

30 Le Petit Comtois, jeudi 22 mars 1900.

31 B. Rochelandet, Les Maisons closes autrefois, Paris, Horvath, 1995, p. 86.

32 F. Chauvaud, op. cit., p. 65.

33 D. Kalifa, op. cit., p. 128.

34 F. Chauvaud, op. cit., p. 43.

35 A.-C. Ambroise-Rendu, « Le crime du train 826 » in L'Histoire, no 182, novembre 1994, p. 34. L'auteur utilise un crime commis aux abords des chemins de fer comme point de départ à une mise en lumière du fait divers qui cristallise les peurs et les angoisses de la Belle Époque.

36 D. Kalifa, op. cit. L'auteur, pour mettre en relief l’autorité sociale de la presse populaire, utilise l'expression de « Fabrique du Crime ».

37 Titre d'un fait divers du Petit Comtois, lundi 10 septembre 1900.

38 R. Barthes, Structures du fait divers in Essais critiques, Seuil, 1964, p. 190.

39 R. Barthes, op. cit., p. 188.

40 G. Auclair, Le Mana quotidien, Anthropos, 1982, p. 113.

41 G. Auclair, op. cit., p. 117.

42 J.-Y. Mollier, J. George, La plus longue des Républiques. 1870-1940, Fayard, 1994, p. 115.

43 Le Petit Comtois, mercredi 25 mars 1891.

44 H. Lagrange, La Civilité à l'épreuve. Crime et sentiment d'insécurité, P.U.F, 1995, p. 131.

45 A. Stora-Lamarre, L'Enfer de la IIIe République. Censeurs et pornographes (1881-1914), Paris, Imago, p. 211.

46 Le Petit Comtois, mardi 19 avril 1910.

47 Le Petit Comtois, dimanche 26 juin 1910.

48 Le Petit Comtois, mercredi 12 janvier 1910.

49 J.-M. Bessette, Sociologie du crime, 1982, p. 147.
Parlant du terrorisme urbain, J.-M. Bessette utilise cette expression qui rappelle évidemment la désignation des bandits armés rôdant dans les quartiers périphériques : les apaches.

Auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search