Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives de la peur

 | 
Stora-Lamarre Annie

Première partie. Le décor

Le mal urbain : eau, air, lumière ou les menaces miasmatiques à Besançon au xixe siècle

Angélique Barreiros

Texte intégral

  • 1 P. Labarthe, Dictionnaire populaire de médecine usuelle d’hygiène publique et privée, éditeurs C. (...)

1Le parcours de l'histoire de l’insalubrité à Besançon renvoie à une histoire de la perception1. Les sens sont requis pour évaluer la dégradation quotidienne dans l'espace urbain. Le mal est d'autant plus redoutable que l'essor de la civilisation urbaine l’emporte sur celui des campagnes. La rue est le lieu d'apprentissage des principes hygiéniques. La municipalité met en place un dispositif d'assainissement, de salubrité publique jusque dans l'espace privé des demeures. Dans ce contexte, on peut se demander comment les édiles bisontins vont-elles mener leur combat contre le « mal » urbain ?

la ville au sceau de l’insalubrité

2L’agglomération bisontine ne se développe pratiquement pas durant le premier tiers du XIXe siècle. Elle commence à sortir de son isolement grâce à l’essor des voies de communication, notamment avec la création du canal du Rhône au Rhin de 1820 à 1835 ou avec la gare Viotte en 1855. En tant que ville commerciale, Besançon attire de plus en plus d’individus, issus majoritairement de l’exode rural amorcé dans les années 1840. Poussés par l’illusion de meilleures conditions de vie, de travail ou de logement, ils vont se confronter, à court ou à long terme, à une nouvelle existence.

3En premier lieu, la localité, de par sa position topographique, ne peut échapper à l’omniprésence de l’eau. Elle provient à la fois du climat et de la rivière, le Doubs, qui dicte la répartition spatiale de la population et des industries. Ces dernières utilisent sa puissance, son mouvement pour leurs activités (tannerie, teinturerie...). L’humidité demeure constante accélérant l’érosion des éléments qui composent les habitations. Ainsi, l’humidité pourrit le bois, érode la pierre. Elle pénètre dans toutes les maisons en particulier les caves, les rez-de-chaussée. Elle les détériore, aidée par la fureur de la rivière qui dépasse fréquemment son étiage comme lors de l’inondation gravissime de 1852. Beaucoup d’habitants en souffrent, perdant jusqu’à leurs effets et leur patrimoine ou leurs moyens de subsistance. Cette catastrophe naturelle est ressentie d’autant plus que les rives du Doubs ne disposent d’aucun moyen de défense : les logements se trouvent au bord de la rivière. L’eau affleure les demeures y déposant les immondices et les objets qu’elle charrie, y exhalant des effluves nauséabondes.

4Au vu d’une telle situation, les édiles municipales envisagent de sérieuses modifications dont la plupart concerne les quais, considérés comme des foyers d’épidémies et des lieux de débauche. En effet, ces endroits, édifiés sans aucune cohérence géométrique, englobent les ports (passages vers les berges du Doubs) et les trages ou traiges (désignation locale d’un passage), propices au libertinage et aux trafics de toute nature. Le constat tiré des enquêtes montrent l’entassement des habitants, l’exiguïté des rues et la petite taille des appartements. Il met en évidence le surpeuplement urbain, la mauvaise circulation de l’air en particulier sur la rive droite regroupant les quartiers les plus populaires (Battant, Arènes, Charmont...), décriés par nombre d’enquêteurs sociaux et par le Conseil municipal.

5Ainsi, la tendance des bâtiments est à la surélévation comme s’il fallait rechercher un air plus pur. Par l’adoption de cette stratégie, on essaie de gagner toujours plus de place et d’air dont seuls les étages supérieurs bénéficient.

  • 2 J.-L. Pinol, Le Monde des villes au XIXe siècle, Paris, Hachette (collection Carré Histoire), 1991 (...)

6Par ailleurs, de nombreux logements servent aussi d’ateliers dont l’atmosphère est chargée de particules nocives qui attaquent les organismes et infectent les structures exiguës. Les gens n’ouvrent que très rarement leurs fenêtres et donc ne bénéficient pas de courants d’air indispensables pour l’assainissement des pièces. Celles-ci ne renferment généralement qu’un mobilier très restreint, résultat du surpeuplement de chacune d’entre elles. Tous les ensembles de la ville, anciens ou neufs (tel que le quartier Saint-Amour), subissent la promiscuité. Derrière les façades sobres des bâtisses, on voit l'accumulation de locaux, de courettes... L’entassement implique une exploitation effrénée du sol, de l’espace, comme le note Jean-Luc Pinol : « Le sol est précieux et son accès à la rue valorisé d’où la forme souvent étirée des constructions. Une fois bâtie la maison qui a pignon sur me, le fond de parcelle va être progressivement bourré de constructions adventices servant de logements, d’entrepôts, d’ateliers »2.

7La ville intra-muros est constituée d'habitations sales, humides, étroites, surpeuplées, malodorantes et obscures. Les constructions reçoivent peu les vertus bienfaitrices du soleil, de la lumière indispensables à certaines professions telles que les horlogers, dispersés sur tous les points de l’agglomération. Les ateliers des horlogers font d’ailleurs l’objet d’aménagements spécifiques, à savoir des verrières.

8L’insalubrité ne se cantonne pas à quelques rues ou quartiers. Elle touche l’ensemble urbain avec plus ou moins d’ampleur. Son visage le plus visible se voit sur les berges de la rivière qui subissent, dans la seconde moitié du siècle, des transformations urbanistiques profondes, lesquelles constitueront le grand chantier de la municipalité.

Les quais : la grande entreprise édilitaire

9Les quais rassemblent tous les éléments composant l’asphyxie urbaine, à savoir des odeurs nauséabondes, des pratiques antisanitaires, un brouhaha quotidien. Les chemins d’accès y sont constamment encombrés, obstrués de détritus, de matériaux divers. À leur image se sont édifiées des maisons, faites d’amoncellement d’objets les plus hétéroclites. Ce spectacle hante les édiles, vision médiévale de la ville qu’ils désirent changer. Les quais correspondent surtout, dans l’esprit des hygiénistes, à des espaces d’immoralité où les vices urbains (alcoolisme, prostitution...) prolifèrent.

  • 3 C. Fohlen, Histoire de Besançon, de la conquête française à nos jours, Besançon, édition Cêtre, 19 (...)
  • 4 L. Estavoyer & J.-P. Gavignet, Besançon, ses rues, ses maisons ; guide historique et artistique, B (...)

10Ainsi, la municipalité décide-t-elle d’y remédier en accordant des moyens techniques, humains et financiers pour réaliser leur aménagement. On sollicite l’ingénieur Parandier, fréquemment employé par le département pour les travaux de viabilité. Dès 1864, il entreprend la construction d’une partie de la rive droite, entre la tour de la Pelote et le bastion d’Arènes. A ce sujet, dans un rapport daté du 6 juillet 1861, il écrit que son « état actuel est véritablement et sans exagération aucune, hideux à voir »3. L’ingénieur fait alors édifier donc un quai de sept cent mètres de longueur, de onze mètres de largeur et d’une hauteur nécessitant la surélévation des rues transversales pour les raccorder à niveau. Surgit le quai Napoléon, prémisse de ce mouvement de réhabilitation des berges de la rivière. Parallèlement, il y fait bâtir des immeubles de rapport résultant de la suppression de constructions parasites. C'est ce que décrivent Gavignet et Estavoyer : « Autrefois un pittoresque ensemble de vieux toits, de façades encorbellées, de terrasses, de venelles, de jardinets qui descendaient la pente de Battant dans le plus grand désordre, jusqu’à la rivière même. En 1864 est édifié le quai, baptisé tout d’abord Napoléon. Il prend son nom actuel de quai de Strasbourg après le 4 septembre 1870 »4.

11Les travaux se poursuivant par l’autre partie du quai, côté Arènes, ne s’achèvent qu’en 1879 : cet ouvrage porte le nom d’un des bienfaiteurs de la ville, Adolphe Veil-Picard (1824-187). Par sa libéralité de 220 000 francs, il apporte les capitaux manquant à la réalisation de la politique envisagée. Celle-ci se continue par la suppression des ports, au nombre de quatre, symbole de la persistance d’usages non hygiéniques. Elle se complète par la destruction de petites rues et des habitations des rives désignées comme disgracieuses et insalubres. À leur place s’érigent de nombreux immeubles tels que ceux de la rue Marulaz. Disparaissent de ce fait les garnis, les chambrées, les estaminets, les ruelles et les industries, qui s’installent à Canot, quartier de la future expansion.

12Les transformations du paysage urbain sont faibles en comparaison des traumatismes psychologiques. Tout un secteur traditionnel de la vieille ville disparaît, entraînant l’effacement d’habitudes et de repères ancestraux, de liens tissés entre les différentes catégories sociales et professionnelles. Cependant, les individus conservent leurs habitudes comme l’indique un extrait du registre des arrêtés de la ville de Besançon en date du 31 mai 1870 :

  • 5 A.D., O1 19 :1857-1884. Voirie urbaine. Promenade. Salubrité : 1857-1876 (liasse).

« [...] nombre d’habitants voisins des quais établis en cette ville ont pris l’habitude de jeter par-dessus les parapets de ces constructions des ordures de toutes sortes au point que fréquemment les bords extérieurs de ces passages publics en sont salis ; [...] »5.

13Cet état de choses se révèle très regrettable puisque les quais servent également de promenoirs publics, prolongements de l’aménagement récent d’espaces verts dans et aux marges de la ville.

Les promenades publiques contre l’enfer urbain

  • 6 Concernant les promenades publiques de Besançon, se référer à A. Mallie, Les Promenades publiques (...)

14Au début du XIXe siècle, Besançon ne dispose que de deux promenades localisées au centre ville6. C’est pour cette raison que le Conseil municipal souhaite en créer d’autres, si possible en banlieue, afin que tous puissent profiter de lieux de délassement. À partir des années 1840, il s’engage sur cette voie. Cela aboutit à la création de la promenade Micaud, sise extra-muros en 1843, entre le pont de Bregille et le pont Saint-Pierre (pont de la République), inauguré le 12 juin 1844 par le maire dont elle porte le nom. Pour cela, dès 1830, différents accords furent passés entre la ville et l’armée, le terrain relevant des servitudes militaires. L’affaire étant réglée entre les deux partenaires, l’architecte A. Delacroix élabore un jardin anglais, soigneusement harmonisé sur trois hectares. La verdure s'impose, encadrée par diverses espèces d'arbres notamment exotiques. On y installe des effets d’eau. Mais son affluence reste plutôt limitée jusqu’en 1873, année de la suppression du péage qui y donne accès. Elle deviendra peu après le véritable poumon de Besançon.

15Toujours sur la rive droite, la municipalité aménage, de 1868 à 1873, une autre promenade extra-muros, située sur les Glacis de Battant, de Charmont et d’Arènes, à l’initiative du maire César Clerc de Landresse. Le conservateur des jardins de la ville, Brice Michel, y fait planter de multiples variétés d’arbres. On y accède aisément grâce à un réseau très dense de voies de communication. Gratuite, elle propose un parcours agréable sur neuf hectares, une nécessité par rapport à l’état des quartiers populeux qu’elle dessert comme l’énonce une lettre de la mairie au ministre de la Guerre, datée du 4 avril 1866 (contestant la suspension provisoire des travaux de la promenade) :

  • 7 A.D., O1 19 : 1857-1884. Voirie urbaine. Promenades. Salubrité. Promenade sur le glacis extérieur (...)

« La population de la rive droite du Doubs, presque exclusivement composée d’ouvriers, avait vu avec grand plaisir l’établissement d’une promenade publique dans son voisinage. Ce quartier de la ville manque d’espace [...] »7.

16Certes, elle dispose de moins de mobilier mais ne reste pas moins fréquentée.

17Ouverte aux promeneurs depuis 1728, les dimensions restreintes de la promenade Granvelle, soit cent mètres de longueur sur quarante-cinq mètres, n’empêchent en rien qu’elle devienne le lieu de rendez-vous du tout Besançon. Par ailleurs, elle bénéficie de la proximité d’établissements de divertissements. Le XIXe siècle renforce sa « domination » sur les autres espaces verts notamment entre 1861 et 1868, période durant laquelle son embellissement atteint son paroxysme : installation d’une rocaille avec cascade, d’un bassin et d’une statue du Doubs de Just Becquet (1864) ou agrandissement (1868). Par la suite, elle subit quelques changements mineurs, alors que la municipalité tente, à la fin des années 1870, de faire revivre Chamars, promenade de six cent mètres de long et de quatre cents mètres de large célébrée au XVIIIe siècle pour sa beauté, notamment par l’écrivain anglais Arthur Young (1741-1820).

  • 8 L. Estavoyer & J.-P. Gavignet, op. cit., p. 16.
  • 9 A.D., O1 19 : 1857-1884. Voirie urbaine. Promenades. Salubrité. 1857-1876 (liasse).

18Aménagé dès 1653, « l’antique champ de Mars, après avoir été annexé par l’état-major et fortifié par Vauban à la fin du XVIIe siècle, fut livré à nouveau aux mains des jardiniers et des architectes de 1770 à 1789 »8. Mais le XIXe siècle annonce le déclin de Chamars : on y redoute ses eaux croupissantes, représentation de la stagnation malsaine et foyer microbien. Jusqu’en 1875, son environnement ne cesse de se détériorer, atténué par la destruction des remparts intérieurs en 1874. L’année suivante, l’ingénieur Rouzet déclenche son réaménagement. La tâche se révèle immense comme il l’indique lui-même dans un rapport du 9 février 1875 adressé à la mairie : « On ne saurait dès maintenant entreprendre l’amélioration radicale de la promenade. Ce projet se lie intimement à l’exécution du pont de Canot et de l’avenue qui doit traverser la promenade, mais on peut dès aujourd’hui faire les travaux indispensables pour que le public ne constate pas une situation pire que celle qui a précédé les démolitions des remparts »9. Dans le même temps, on comble le bras de rivière qui la traversait. On construit en 1879 le pont Canot et elle est reliée aux deux quais du Doubs en 1883-1884. Malgré tous les efforts d’embellissement, Chamars ne retrouve pas son éclat d’antan.

19Ces espaces verts s’inscrivent dans une politique d’agrément, de remodelage de l’image de la ville. Tous les éléments (arbres, fleurs, verdure, bancs...) y sont soigneusement disposés afin de créer une harmonie totale avec les sens de l’individu. On cherche à les aiguiser grâce à une combinaison travaillée, étudiée entre la nature et le mobilier. Cette politique doit occulter le quotidien sordide des logements, des ateliers et la malpropreté des rues et doit permettre aux habitants de se ressourcer. Tout concourt au spectacle, au ravissement du regard (œuvres sculptées, fleurs vives et chatoyantes...), de l’odorat (essences mélangées, parfums capiteux), et de l'ouïe (jaillissement et clapotis de l’eau). Les paysagistes mettent en scène un univers censé être différent de celui de l’espace urbain. Dans ce but, aucun détail n’est laissé au hasard. Chaque phase des opérations se réalise selon un cahier des charges où s’impose le perfectionnisme.

20Les promenades favorisent l’évasion ; elles offrent la lumière, un air plus pur, moins vicié, loin de l’emprise de la pollution urbaine. Cependant, elles ne remplissent pas seulement cet office. Elles cristallisent des enjeux sociaux : instaurer la paix sociale et participer à la moralisation des masses. Ces espaces neutres, gratuits, ouverts à tous sans distinction sociale ni économique, sont donc régis par un règlement sévère dont la propreté reste la condition essentielle comme le prouve l’article 1, extrait du registre des arrêtés du maire en date du 24 avril 1866 :

  • 10 A.D., 15 50 : 1818-1877. Promenades publiques, carton no 37, dossier no 9 (liasse).

« Il est défendu à toute personne circulant dans telle ou telle promenade de la ville, y compris le square du quartier Saint-Amour, de marcher ou de s'asseoir sur les bordures des gazons et des plantations nouvelles, de cueillir aucune fleur, aucune branche, aucun feuillage des arbres ou arbustes et de détériorer d’aucune manière rien de ce qui fait partie de l’ornement des promenades »10.

21La ville attend que grâce à la propreté observée dans ces endroits jugés magnifiques, la population intégrera cette disposition dans son intérieur. Ainsi, l’eau, jouant un grand rôle esthétique dans les promenades avec la présence des fontaines, induit une prévention hygiénique dans l’habitat. Celle-ci se renforce à la fin du siècle par la prise de conscience relative à la pureté de l’eau, découlant de la mise en place des circuits de ce flux.

Les circuits de l'eau

22L’eau est indispensable au fonctionnement de toute ville : approvisionnement, besoins domestiques, hygiène corporelle, assainissement de la voie publique... À Besançon, le Doubs conditionne l’organisation de son espace et son développement économique. Depuis des siècles, l’eau est pensée en terme de survie, la métropole bisontine souffrant, en ce domaine, d’une alimentation insuffisante et de structures hydrauliques peu nombreuses. Depuis 1687, les projets foisonnent. Au début du XIXe siècle, la municipalité en retient un, celui des eaux d’Arcier vantées pour leur qualité et leur abondance.

Les eaux d’Arcier : le recours aux expédients romains

23La source de ces eaux, située à huit kilomètres de la cité bisontine, place la localité dans une situation très difficile pour son approvisionnement en eau. De 1820 à 1830, la population double avec l’exode rural. L’agglomération se montre dans l’incapacité de répondre à ses besoins puisqu’elle est desservie par des sources au débit plus que modeste : la source de Fontaine-Argent (depuis 1457), celle du vallon de Bregille (dès 1559), la source de la Mouillère, une à Arènes, une à Rivotte et enfin celle de Billecul découverte en 1802. En outre, ces sources se trouvent polluées par les infiltrations des fosses d’aisances et des puits perdus. C’est pourquoi la ville s’engage concrètement dans l’adduction des eaux d’Arcier, antérieurement employées par les Romains et que réalise, au début des années 1850, l’ingénieur parisien Louis Mary, mandé dès 1845 par le Conseil municipal.

  • 11 Se référer à S. Droz, Recherches historiques sur la ville de Besançon ; fontaines publiques, Besan (...)

24En effet, dans la première moitié du siècle, l’approvisionnement quotidien dépend de douze fontaines et de puits publics. Ceux-ci pallient les déficiences du réseau hydraulique. En 1856, Droz11 en recense une trentaine, répartis comme suit : huit à Battant et vingt cinq dans la Boucle. On trouve des puisards dans presque toutes les maisons malgré leur eau de la plus détestable qualité. Pour remédier à la pénurie, Alphonse Delacroix (1807-1878), architecte de la ville, prépare une étude de la source d’Arcier dès 1838 et en 1842, puis la commune déclenche la procédure d’expropriation des sources. Les travaux s’élèvent à 1,3 millions de francs, financés par l’emprunt. Dix ans plus tard, c’est Mary qui accomplit ce dessein. L’entreprise débute le 1er mars 1850 et s’achève en 1854. Elle comprend :

  • un aqueduc de dix kilomètres de long dont le but est de faire dériver le produit de la source.
  • deux bassins placés aux points culminants, l’un à la descente de la Citadelle et l’autre sur l’esplanade du fort Griffon.
  • deux conduites pour permettre la communication entre les deux bassins.
  • des canalisations sur tout le parcours pour assurer les fonctions de la ville : alimentation, entretien et réparation des artères...

25En complément s’y ajoute un matériel hydraulique efficace : 18 fontaines, 33 bornes-fontaines, 93 bouches d’arrosage, 80 bouches à incendie. La mise en place de ces structures vise à la destruction des puits perdus.

26Parallèlement, Mary profite de cette restauration pour améliorer les égouts. 11 pose donc des canalisations pour la traversée des eaux et par conséquent, il établit les premiers égouts du réseau moderne. De 1854 à 1874, sur une longueur de rues de quatorze kilomètres, près de neuf kilomètres d’égouts se construisent pour un coût de plus de 350 000 francs, démontrant l’énormité des capitaux investis.

27À la fin de 1854, le nouveau réseau d’eau alimente convenablement la population, du moins celle de la ville intra-muros à savoir 37 000 personnes. L’aqueduc amène environ 20 000 mètres cube d’eau soit, en théorie, pour chaque Bisontin, 300 litres d’eau de source par jour. Mais une partie des habitants, les banlieusards, n’en bénéficie pas, s’approvisionnant toujours aux rares fontaines ou recueillant l’eau de pluie dans des citernes. Cette inégalité de traitement fera l’objet de plusieurs concours lancés par la mairie en vue de desservir correctement les Chaprais, Saint-Claude, la Butte et Saint-Ferjeux, quartiers choisis en vue de l’extension de la ville. Devant l’échec des options proposées, les conseils d’arrondissements recourent à l’adduction des petites sources du bois communal d’Aglans, entre Saône et Tarcenay, constituant un apport journalier de 300 à 1 500 litres. Ces différences entre les secteurs de la commune résultent avant tout de la mise en place de stratégies financières destinées à rembourser l’investissement consacré à cette adduction. Pour cela se développe un véritable marché de l’eau, géré par la municipalité.

Le marché des concessions

28À partir de 1854, l’eau devient un produit commercial. Aussi, la ville décide-t-elle de privilégier les parties les plus densément peuplées et relativement favorisées telles que la Boucle. En effet, la banlieue, essentiellement composée d’ouvriers, de petits employés, ne représente pas un marché porteur, d’où des retards dans l’installation des divers réseaux (éclairage, égouts...) dont celui de l’eau. L’administration municipale fixe son prix à dix francs l’hectolitre, coût double de celui conseillé par L. Mary. Malgré cela, les demandes affluent, en progression constante jusqu’à la fin du siècle. En 1878, on comptabilise 620 abonnés intramuros soit 43 % des maisons, alors qu’à la veille du XXe siècle, ce pourcentage s’élève à 65 %.

29Le système des abonnements, et par là même l’adhésion des particuliers à une concession, découle d’une réflexion sur la gestion individuelle de l’eau. Avant 1854, les habitants étaient constamment dispersés dans les rues à la recherche du précieux liquide. Cette quête impliquait une perte de temps et d’énergie, dépendante de l’attente aux points d’eau. De plus, les individus devaient en user avec parcimonie car ils n’en disposaient pas toujours et en grande quantité. Le recours aux expédients romains modifie leurs comportements quotidiens et les entraîne dans un lien différent en rapport à la gestion des activités journalières et de leur temps. En effet, les abonnés obtiennent un moyen direct d’intervention sur leur consommation grâce au robinet. Pour cela, ils doivent prendre une souscription qui signifie la vente de prises d’eau aux particuliers contre une certaine somme.

  • 12 A.D., O1 97 : 1821-1874-1894. Alignements. Trottoirs, pavages : adjudications. Egouts. Travaux com (...)

30Dans cette perspective, la ville limite la pose de bornes-fontaines, forçant la population à adhérer au nouveau système ; ce dernier induit de l’eau en abondance, un gain de temps et des attitudes différentes face au développement de l’ingénierie sociale. Celle-ci implique l’émergence d’un confort urbain qui évolue au fil des années et prend de l’importance. La municipalité, n’envisageant en aucune manière la gratuité de ce progrès, sélectionne ses acheteurs. Avec le marché des concessions, l’eau devient un enjeu, une taxe sur le bien-être des individus. L’agglomération favorise une partie de sa population, les adhérents, puisqu’elle accorde une « facilité aux propriétaires de prendre des abonnements aux eaux d’Arcier, en leur procurant les moyens de les évacuer après s’en être servies [...] »12.

31Mais certains abus, liés aux souscripteurs, se manifestent. Les abonnés adoptent des attitudes inédites comme l’écrit Auguste Castan (1833-(1833-1892) :

  • 13 A. Castan, Exposition universelle. Services municipaux de la ville de Besançon (circulaire de M. l (...)

« [...] 5 800 mètres cube représentent la quantité absorbée journellement par les 620 abonnés qui reçoivent l’eau à domicile. Ces abonnements qui se font à robinet libre et par estimation, n’attribuent à ces usagers que 950 mètres cube. 4 800 mètres cube sont donc journellement prélevés indûment sur la conduite et dans les trois quarts des cas, usés sans nécessité ou perdus par suite de la négligence apportée par les particuliers à l’entretien de leurs robinets. Non seulement cet énorme gaspillage créera, dans un avenir proche, des difficultés sérieuses à la délivrance de nouvelles concessions, mais encore dès aujourd’hui, les puisages excessifs opérés par les abonnés, à certaines heures des chaudes journées d’été, compromettent la régularité du service, en privant d’eau les points élevés de la distribution [...] »13.

32Face à ces comportements, la commune réagit. En octobre 1881, elle engage un garde-fontainier chargé de visiter les souscripteurs et de prévenir les abus. De plus, elle désire mettre en place des compteurs afin de jauger, de manière plus précise, la consommation personnelle de chaque adhérent, mesure que désapprouvent les propriétaires. À partir des années 1880, elle installe des compteurs chez les grands consommateurs intra-muros. Plus tard, cette disposition se généralisera à toutes les maisons. Mais auparavant, émerge un système parallèle, celui des resquilleurs. À sa suite, la mairie imprime, en août 1871, un avis adressé aux concessionnaires de prises d’eau :

  • 14 A.D., N3 : 1835-1868-1871. Eaux d’Arcier (liasse).

« Considérant les abus journaliers qui se commettent dans l’usage des concessions particulières des eaux d’Arcier. Rappelle aux propriétaires de maisons qui jouissent desdites concessions qu’ils sont personnellement responsables des abus dont il s’agit ; qu’aucun ménage étranger à leurs maisons, et non compris par conséquent dans le traité d’abonnement, n’a pas le droit de prendre de l’eau chez eux, et même qu’en cas d’infraction réitérée, des mesures seront prescrites pour leur retirer le bénéfice de la distribution d’eau [...] »14.

33L’adduction des eaux d’Arcier représente un progrès considérable en comparaison de l’archaïsme des compositions antérieures. Elle correspond à l’essor sans précédent des structures et des matériaux hydrauliques. Elle bouleverse la vie de milliers de personnes, la facilite avec le développement de l’ingénierie sociale. Dans le même temps, l’eau, devenue marchandise commerciale, se trouve au centre d’un marché. Mais bien que l’eau corresponde à une nécessité, elle se révèle, par ailleurs, dangereuse, sa richesse se masquant sous des apparats trompeurs.

Pollution des eaux : le danger extrême

34L’adduction des eaux d’Arcier, effective à partir de 1854, amène un approvisionnement abondant, régulier, mais surtout potable selon les hygiénistes de l’époque. Ces données évoluant au fil des années, le constat sur les eaux résulte désormais d’une nouvelle exigence urbaine et scientifique à savoir la qualité de l’eau. Les études menées à la fin du siècle prennent en compte une multitude de paramètres, négligés antérieurement : les gaz dissous, la composition, l’environnement immédiat... On identifie les causes d’insalubrité et on les répertorie.

35En 1854, peu de personnes doutaient de la salubrité des eaux d’Arcier. Depuis des siècles, on soulignait leur pureté, leur goût agréable ou encore leur fraîcheur. Mais, dès l’installation convenable du réseau d’eau, on dénonce les infiltrations, les mauvaises odeurs, la souillure. On accuse la perméabilité des puits et donc la contamination des flux par les déchets urbains. Les fontaines, lieux d’approvisionnement, la subissent également. Cependant, leur situation diffère notablement par rapport à celle des puits, car elles symbolisent, au sein de la cité, les lieux de la sociabilité populaire notamment féminine. Après la restauration de l’aqueduc d’Arcier, les fontaines deviennent essentiellement, des objets d’agrément implantés aussi bien dans les promenades que dans les places publiques. Leur monumentalité, leur décor simple ou travaillé, prouvent leur importance. La critique porte d’autant moins sur ces ouvrages que certaines fontaines continuent d’abreuver la banlieue, à défaut d’un matériel hydraulique neuf et efficace dont dispose déjà la Boucle.

  • 15 L. Mary, Détails pratiques sur la distribution des eaux, 99 pages et différentes planches (papiers (...)

36La source d’Arcier augmente considérablement le volume d’eau reçu. Nul n’a la prétention de dire qu’elle peut être polluée car dans les mentalités de l’époque, l’eau s’oppose à l’insalubrité. Dans les esprits, la stagnation symbolise la menace miasmatique que l’intensité du courant chasse. En ce sens, les habitants ne considèrent pas leur rivière comme étant souillée, puisqu’elle charrie constamment l’immondice. On l’envisage même pour l’approvisionnement en eau potable de la localité, mais L. Mary s’y oppose car ces eaux sont « [...] peu abondantes en été et retenues dans un lit très large par des barrages échelonnés à peu de distance les uns des autres (vitesse presque nulle, donc échauffement et perte de pureté) [...] »15

  • 16 Se référer à Jacob, Boudin, Judas, Recueil de médecine, de chirurgie et de pharmacie militaires, P (...)

37À la fin du siècle, les experts hydrologues progressent grâce à d’autres méthodes d’investigation et à quelques hommes comme Eugène Fournier (1871-1941) précédé en ce domaine par Henry Sainte-Claire Deville (1818-1881), un chimiste. La municipalité de Besançon lui demande d’analyser dès 1845 les eaux de source et du Doubs. A cette occasion, Henri S... va devenir le chef incontestable de la chimie minérale. Il détermine la composition des eaux potables par un travail analytique sur les eaux de la rivière qui renferment une quantité assez forte de sable et de détritus. Dans le même temps, les médecins militaires établissent une classification concernant la composition de l’eau16.

38Les médecins louent alors l’eau d’Arcier, des décennies plus tard, au vu du progrès des sciences (biologie, hydrologie, microbiologie, minéralogie...), ces certitudes tombent en désuétude. La recherche s’appuie sur des faits, établis en particulier lors d’inspections sanitaires à Germes, Nancray, La Vèze, Mamirolle et Saône, bassins d’alimentation de la source. On ne doute plus de la permanence de pratiques antihygiéniques. Dans la totalité de ces communes, les communications entre les fumiers et/ou l’écoulement des purins et les nappes phréatiques perdurent. Les bactéries pullulent à la surface des liquides. Des matières organiques se décomposent spécialement à Nancray, apport direct et important de la source. À son propos, les membres de la commission écrivent :

  • 17 Hygiène publique, Enquête sur le bassin d'alimentation de la source d’Arcier, faite par la commissi (...)

« [...] ainsi le ruisseau de Nancray constitue, pour la source d’Arcier, une cause de contamination d’une gravité telle qu’il est impossible de laisser subsister les choses en l’état actuel »17.

39Ils conseillent la suppression du ruisseau. Par ailleurs, la commission examine le matériel hydraulique (lavoirs, fontaines...) et s’inquiète de la proximité d’établissements très insalubres (porcheries) capables de polluer gravement et pour longtemps les couches du sol et par conséquent les mouvements circulatoires des eaux. Ces constats dramatiques prouvent que la pollution du sol provoque des épidémies en particulier de fièvres typhoïdes.

Besançon, foyer infectieux

Le choléra

40Maladies, épidémies ou pandémies angoissent les contemporains et les villes sont perçues comme des espaces mortifères. La cité bisontine apparaît, tout au long du siècle, littéralement assiégée par les épidémies et par des signes pathologiques variés. C’est dans ce climat de peurs que les Bisontins affrontent, en 1854, le choléra.

41La peste ne sévit plus au XIXe siècle, mais un autre fléau prend le relais : le choléra. Ses effets dévastateurs engendrent une terreur et des comportements que seule la peste déclenchait autrefois. Le mal n’épargne pas le XIXe siècle ; bien au contraire, dès 1832, il frappe l’Europe. Vingt ans plus tard, en 1854, il réapparaît dans la cité, transporté par des migrants venus de Haute-Saône et de Gray. L’effroi qu’il déchaîne n’a pas faibli, puisque cette résurgence intervient seulement cinq ans après la dernière vague de 1848-1849, totalisant 110 000 victimes dans tout le pays. Le choléra sévit du 20 juillet au 9 septembre 1854.

  • 18 J. Pinard, Une terrible épidémie : le choléra de 1864, 8 522 décès en Haute-Saône, 174 à Besançon, (...)

42Les autorités restent impuissantes à endiguer le mal puisque ses causes véritables ne sont pas élucidées. Pour tout réconfort moral, elles dispensent des conseils confus. Beaucoup de médecins spéculent sur son origine, laissant le champ libre aux charlatans qui administrent des potions aux mélanges des plus douteux. L’épidémie occasionne 174 décès18. La propagation frappe plus durement les milieux défavorisés : journaliers, militaires ou vignerons. On craint, et à juste titre, pour les quartiers populaires d’Arènes et de Battant. Contre toute attente, ces deux secteurs s’en sortent relativement indemnes en raison des mesures sanitaires dont ils font l’objet depuis environ un siècle. La dernière victime du choléra meurt le 14 octobre 1854. La majorité des victimes a entre vingt et quarante ans, et est composée d’individus pauvres.

  • 19 Extrait des Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et des Arts de Besançon, A. Marech (...)

43Le mal recrute ses effectifs parmi une population vulnérable, indigente, mal logée, mal nourrie, et donc dans l’ignorance des principes moraux et sanitaires. Quelques années plus tard, le docteur Maréchal émet l’idée que la propagation du virus est le résultat d’une hygiène mal comprise, du manque de propreté auprès du malade, de l’absorption d’aliments ou d’eaux de boisson contaminés par les déjections des porteurs19. Au début du XXe siècle, l’hydrologue E. Fournier confirmera cette filiation. Son étude sur les sources des eaux d’Arcier accrédite les craintes des médecins selon lesquelles certaines épidémies ont une origine hydrique à l’exemple de la fièvre typhoïde.

Omniprésence de la fièvre typhoïde

44La fièvre typhoïde se démarque de toutes ses « consœurs » par le nombre de personnes qui y ont succombé et par la primauté qu’elle exerce tout au long du XIXe siècle : 1832, 1842, de 1845 à 1847, de 1854 à 1857, de 1860 à 1874... Elle n’épargne personne. Sa prégnance sur l’espace urbain se réfère à la subsistance de causes antisanitaires liées à l’eau et à sa putridité, origines dévoilées seulement à la fin du siècle ; la fièvre typhoïde, maladie infectieuse, contagieuse et le plus souvent épidémique, due au bacille typhique (bacille d’Eberth) se caractérise par une température élevée, par des signes neurologiques (stupeur) et par de graves troubles digestifs. La contamination s’effectue par ingestion d’aliments et d’eaux pollués. Certains membres du personnel médical s’aperçoivent, depuis l’adduction des eaux d’Arcier, d’une recrudescence de l’affection. Cette dernière fait son apparition aux grandes crues du Doubs, mais on incrimine tout autant l’état désastreux des puits ou des lieux dont la nature du sol présente des dangers, à l’image de Chamars, terrain marécageux.

  • 20 A.D., 15 14 : 1794-1881. Epidémie (liasse).

45La typhoïde ne connaît pas d’évolution uniforme : son intensité et sa fréquence varient constamment. L’eau ne représente pas le seul agent responsable du mal : s’y ajoutent d’autres facteurs aggravants comme le logement insalubre. Les locaux participent pleinement à la stagnation des miasmes malsains. Dans une lettre adressée au maire en date du 6 novembre 1873, le commissaire central remarque que « les militaires atteints étaient presque tous logés dans les rez-de-chaussée et dans les étages inférieurs [...] »20.

46Les niveaux supérieurs des habitations bénéficient d’une meilleure ventilation, recevant les bienfaits du soleil, gage indispensable dans une agglomération froide et humide. La disposition du logement influe sur les conséquences directes de la maladie, sur son degré de contagiosité, sa persistance au sein de la localité et enfin sur la résistance des organismes face au bacille.

  • 21 P. Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 1890, article phtisie.

47Le fléau n’a pas d’affectation précise. Quand il survient, il se cantonne à un quartier et à ses rues adjacentes. Cependant, la transmission n’en demeure pas moins limitée en raison du surpeuplement coutumier de la cité, accélérant la propagation que seuls les progrès scientifiques de la fin du siècle peuvent contrer. À partir de 1885, il est clairement établi que les eaux d’Arcier ont fait des centaines de morts. On peut agir sur les origines du mal grâce à une meilleure maîtrise du réseau hydraulique, à des mesures de salubrité publique, à l’amélioration des conditions de vie et à tout un travail d’éducation. Cependant, ces épidémies d’origine hydrique restent à l’état latent attendant le moment opportun pour se redéployer, ce qui n’est pas le cas de la phtisie, affection fulgurante. Par phtisie, on entend phtisie pulmonaire, c’est-à-dire la présence de tubercules dans les poumons (d’où l’appellation, plus tard, de tuberculose)21.

La phtisie : un mal urbain et professionnel

48La montée en puissance de la phtisie traduit les archaïsmes, les déficiences du fait urbain. Liée à l’habitat et au monde du travail, elle accuse les vices de construction des logements, des ateliers, usines ou manufactures. Elle intègre la spirale des fléaux sociaux, en particulier l’alcoolisme auquel elle se conjugue. Elle atteint l’individu physiquement, socialement, moralement et économiquement, mais aussi son entourage qu’elle expose à la contagion. De durée variable selon les organismes, la maladie s’attache à certaines professions, et conduit fréquemment au décès.

  • 22 C. Perron, Histoire de l'horlogerie en Franche-Comté, Besançon, 1860, 140 p. : pp. 84/85.

49Les cas phtisiques s’accumulent trouvant dans les conditions quotidiennes d’insalubrité des alliées actives. En effet, les appartements ne respectent aucune norme en matière d’aération. De ce fait, les femmes confinées chez elles sont soumises aux effets des germes. De plus, il faut souligner que logements et ateliers se confondent souvent à l’image des ateliers des horlogers. Travaillant à domicile, ceux-ci contaminent, par leurs besognes, l’atmosphère de leurs lieux de vie, exposés à des particules métalliques particulièrement dangereuses, notamment avec l’ancien procédé du dorage au feu. Il consistait à appliquer sur un objet l’amalgame d’or et à chauffer de manière à volatiliser le mercure. Le docteur Charles Perron (1824-1892) l’explique en ces termes : « Ce procédé de dorage altérait gravement la santé des ouvriers par l’absorption inévitable des vapeurs mercurielles. On voit encore aujourd’hui des victimes de cet empoisonnement »22.

  • 23 Ces indications se retrouvent également dans J. Meynier, Éludes hygiéniques sur Besançon, Besançon (...)

50Même si les procédés ont évolué dans ce secteur économique avec en 1844 la découverte scientifique du dorage à la pile, cette masse de travailleurs n’en est pas pour autant moins assujettie à la phtisie, puisqu’on recense un nombre supérieur de cas dans cette catégorie professionnelle. Le docteur Perron prouve la primauté homicide de l’affection pour trois années : 1857, 1859 et 1860. En 1857, il compte pour l’horlogerie 36 phtisiques sur 100 décès. Ce chiffre s’élève à 60,6 en 1859 et se stabilise à 60 pour l’année 1860. Pour la période, la population civile comprend, en 1857, 7,1 phtisiques sur 100 décès contre 16 phtisiques en 1859 et 12 seulement en 186023.

  • 24 E. Lebon, Études historiques, morales et statistiques sur l’horlogerie en Franche-Comté, Besançon, (...)

51Les écarts sont significatifs de l’extension des maladies de l’appareil respiratoire. D’ailleurs, plusieurs autres professions subissent leurs malfaisances telles que les aiguiseurs. La phtisie des aiguiseurs correspond à une sorte de tuberculisation pulmonaire. Elle affecte spécialement les ouvriers employés à tailler la pierre, à aiguiser les armes dans les manufactures et en général ceux qui sont en permanence exposés à avaler des molécules de corps étrangers (meuniers, charbonniers, mouleurs de cuivre...). Le milieu ouvrier se trouve directement visé. Mais les médecins n’imputent pas les résultats de la propagation tuberculeuse aux seules conditions de travail ou de logement. Ils privilégient avant tout la conduite morale des individus. À leurs yeux, il s’agit plutôt d’une affection immorale associant périls vénériens, débauche, inconduite. Le docteur Eugène Lebon les décrit ainsi : « Les élèves sont démoralisés avant l’âge ; les propos obscènes sont la principale distraction de l’atelier ; les jeunes de dix à douze ans sont acceptés à titre de commissionnaires, à raison de quelques francs par mois, qu’ils y deviennent promptement les intermédiaires d’obscures intrigues et que ces tristes victimes de la spéculation de parents sans morale restent ainsi vouées pour leur vie aux habitudes de paresse et de vagabondage qu’ils ont contractées dans ces ateliers »24.

52Cette citation omet le rôle de l’alcoolisme, facteur indissociable de la phtisie. L’alcoolisme, en recrudescence, sévit partout : à l’atelier, au domicile et bien entendu à l’assommoir. Il atteint toutes les catégories sociales, tous les sexes et tous les âges avec une prédisposition pour les jeunes gens de vingt à trente ans. La femme s’y adonne autant que l’homme, mais de manière moins visible car fréquemment limitée à la sphère domestique. Les enfants ne sont pas épargnés, calquant leurs comportements sur leurs parents ou leurs maîtres d’apprentissage.

  • 25 H. Cornière, Question sociale : l'alcoolisme à Besançon ; causes, ravages, remèdes. Besançon, impr (...)

53L’habitude de boire de l’alcool se pérennise en raison d’un préjugé profondément ancré dans la société selon lequel l’alcool donne de la force, de la vigueur ; les autorités se préoccupent de la multiplication des débits de boisson, effective surtout dans la seconde moitié du XIXe siècle. Comme l’écrit le docteur Duvernoy : « L’alcool est un poison phtisiogène par excellence et le rôle de l’alcoolisme dans l’étiologie de la tuberculose est aujourd’hui surabondamment démontré [...] »25. Par conséquent, les quartiers les plus éprouvés par le mal phtisique se juxtaposent à ceux submergés par les débits de boisson, donc aux quartiers continuellement décriés que sont Arènes et Battant (un café pour 55 habitants).

54La tuberculose, maladie parasitaire dont l’agent pathogène est le bacille de Koch (découvert en 1882 par le médecin du même nom), frappe aussi de manière endémique. Besançon est un espace mortifère (surmortalité), infectieux et contagieux. Danger individuel et collectif, la tuberculose touche par le nombre des personnes contaminées. Ces dernières souffrent de misère physiologique et sociale. Les contemporains pensent que les tuberculeux sont atteints de débilité profonde et l’alcoolisme n’arrange pas les choses puisque les cas de delirium tremens (dont la cause réside dans l’abus d’alcool) progressent. De plus, la phtisie apparaît comme une maladie honteuse car elle est associée aux risques vénériens. Ces deux fléaux amplifient, à partir de la seconde moitié du siècle, la question de la dégénérescence de la nation dont témoignerait une baisse flagrante de la natalité, un « pourrissement de la race », une dégradation physique des jeunes hommes, avec la syphilis qui s’abatrait ainsi sur les forces vives du pays : les soldats.

La syphilis : atteinte morale, physique et héréditaire

  • 26 P. Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 1890, tome XIV, article syphilis, (...)

55La cité bisontine recèle des cas de maladies de diverse nature : goitre, rhumatismes, croup, faiblesse générale... Ces affections sont attribuées, à l’époque, aux vices. L’un des plus dangereux est la syphilis, atteinte morale, physique et héréditaire. Elle débute par le chancre mou, signe de l’infection, suivi par d’autres marques anatomiques, telles l’odeur, sui generis, que les maladies exhalent surtout à l’état cachectique, l’état général de la peau, l’espèce de bouffissure qu’elle présente, son aspect flétri, terreux comme parcheminé »26. Besançon représente une des garnisons de France les plus touchées par la syphilis. Le chiffre des maladies honteuses y dépasse de plus de moitié celui des villes de même importance.

56Les prostituées se localisent autour des casernes et suivent les troupes lors de leurs déplacements. Les pouvoirs publics s’inquiètent surtout des filles insoumises exerçant la prostitution sans aucune surveillance sanitaire, à la différence des filles soumises contrôlées, enregistrées et astreintes à une visite médicale tous les quinze jours. En cas d’infection syphilitique, la malade est envoyée à la maison de Bellevaux, établissement habilité à leur prodiguer les soins nécessaires. En effet, le XIXe siècle fait de la prostituée le principal agent de la « dépopulation » : à Besançon, de 1849 à 1888, le taux de natalité a baissé d’un tiers passant de 28,36 %o à 19,69 %o. Mais ce qui frappe le plus les esprits est le fait que la prostituée menace de contagion tous les membres de la famille.

57Se développe une peur collective dans un espace national, qui développe le thème de dégénérescence. Les médecins ne cessent d’observer des cas de difformités, gibbosité, de petite taille chez les urbains notamment chez les conscrits. L’asphyxie urbaine et les impératifs économiques empêchent de mener la vie saine préconisée par les hygiénistes. Néanmoins, à la fin du siècle, on constate de réelles améliorations sociales liées à l’augmentation du salaire nominal et par conséquent à l’accroissement du pouvoir d’achat. L’alimentation se diversifie et l’ingénierie (robinets, baignoires) s’introduit dans les intérieurs. Médecins et scientifiques font reculer progressivement les peurs séculaires, notamment grâce aux découvertes de Louis Pasteur (1822-1895), qui commence ses travaux par la réfutation de vieilles théories aéristes. Pasteur les poursuit par le traitement de différentes maladies dont la maladie du charbon. En 1879, il découvre le principe de la vaccine, c’est-à-dire l’utilisation d’un microbe atténué pour susciter la défense de l’organisme.

58L’agglomération bisontine est au XIXe siècle, un espace d’insalubrité, qui réactive les peurs les plus ancestrales et aussi fait émerger des thèmes plus neufs : la pollution sous toutes ses formes (sensorielles, environnementales...). Ces craintes se cristallisent à la fois dans l’espace public mais aussi privé comme le logement insalubre. Cependant les efforts municipaux et les progrès scientifiques vont peu à peu apaiser les esprits. Le XXe siècle s'annonce comme le siècle de la généralisation des principes hygiéniques en rapport avec la question de l’éducation et aussi de l'amélioration des conditions quotidiennes de vie. Dans les années 1880, Besançon semble enfin éprouver les effets positifs de l’aménagement urbain en particulier avec le circuit hydraulique desservant toute la ville

Notes

1 P. Labarthe, Dictionnaire populaire de médecine usuelle d’hygiène publique et privée, éditeurs C. Marpon & E. Flammarion, Paris, 1885, 2 volumes, p. 310 (2e volume).

2 J.-L. Pinol, Le Monde des villes au XIXe siècle, Paris, Hachette (collection Carré Histoire), 1991, p. 76.

3 C. Fohlen, Histoire de Besançon, de la conquête française à nos jours, Besançon, édition Cêtre, 1982, p. 357.

4 L. Estavoyer & J.-P. Gavignet, Besançon, ses rues, ses maisons ; guide historique et artistique, Besançon, édition Cêtre, 1982, 192 p.

5 A.D., O1 19 :1857-1884. Voirie urbaine. Promenade. Salubrité : 1857-1876 (liasse).

6 Concernant les promenades publiques de Besançon, se référer à A. Mallie, Les Promenades publiques à Besançon, Besançon, imprimerie et lithographie Jacquin, 1894, 35 p.

7 A.D., O1 19 : 1857-1884. Voirie urbaine. Promenades. Salubrité. Promenade sur le glacis extérieur de Charmont (plan du 23 mars 1863. Retrait provisoire de l’autorisation en 1866). Correspondances (liasse).

8 L. Estavoyer & J.-P. Gavignet, op. cit., p. 16.

9 A.D., O1 19 : 1857-1884. Voirie urbaine. Promenades. Salubrité. 1857-1876 (liasse).

10 A.D., 15 50 : 1818-1877. Promenades publiques, carton no 37, dossier no 9 (liasse).

11 Se référer à S. Droz, Recherches historiques sur la ville de Besançon ; fontaines publiques, Besançon, Tubergue éditeur, 1856, 536 p.

12 A.D., O1 97 : 1821-1874-1894. Alignements. Trottoirs, pavages : adjudications. Egouts. Travaux communaux divers (rues, bâtiments, etc.) : marchés, devis, adjudications. Rapport du voyer de la ville en date du 18 mai 1869 (liasse).

13 A. Castan, Exposition universelle. Services municipaux de la ville de Besançon (circulaire de M. le Ministre de l'Intérieur du 6 décembre 1877), Besançon, imprimerie et lithographie Jacquin, 1878, 59 p.

14 A.D., N3 : 1835-1868-1871. Eaux d’Arcier (liasse).

15 L. Mary, Détails pratiques sur la distribution des eaux, 99 pages et différentes planches (papiers personnels).

16 Se référer à Jacob, Boudin, Judas, Recueil de médecine, de chirurgie et de pharmacie militaires, Paris, imprimerie Noblet, 1854, 512 p. (publié par ordre du Ministre de la Guerre : 2e série, 13e volume), pp. 90-100.

17 Hygiène publique, Enquête sur le bassin d'alimentation de la source d’Arcier, faite par la commission sanitaire de la circonscription de Besançon (rapports) p. 20.

18 J. Pinard, Une terrible épidémie : le choléra de 1864, 8 522 décès en Haute-Saône, 174 à Besançon, in Besançon Votre Ville (no 162, mars 1993), p. 23.

19 Extrait des Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et des Arts de Besançon, A. Marechal, Les Epidémies dans le Doubs depuis le XIXe siècle (typhoïde, choléra, dysenterie, typhus et suette miliaire), suivi d’un tableau des épidémies qui ont régné dans 282 communes, 1924, pp. 82-132.

20 A.D., 15 14 : 1794-1881. Epidémie (liasse).

21 P. Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 1890, article phtisie.

22 C. Perron, Histoire de l'horlogerie en Franche-Comté, Besançon, 1860, 140 p. : pp. 84/85.

23 Ces indications se retrouvent également dans J. Meynier, Éludes hygiéniques sur Besançon, Besançon, imprimerie Dodivers, 1876, 63 p.

24 E. Lebon, Études historiques, morales et statistiques sur l’horlogerie en Franche-Comté, Besançon, Bulle, 1860, p. 288.

25 H. Cornière, Question sociale : l'alcoolisme à Besançon ; causes, ravages, remèdes. Besançon, imprimerie de l’Éclair, 1911, p. 22.

26 P. Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 1890, tome XIV, article syphilis, pp. 1337-1341.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.