Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Archives de la peur

 | 
Stora-Lamarre Annie

Introduction

Annie Stora-Lamarre

Testo integrale

1Cet ouvrage, dans un récit d'une grande cohérence, raconte la manière dont la Franche-Comté pense et vit les moments saillants du désordre devenant particulièrement obsédant à la veille de la guerre de 1914. Les auteurs, étudiants de l'université de Franche-Comté, ont, au travers de leur mémoire de maîtrise, particulièrement mis en évidence la face atroce du XIXe siècle triomphant, l'amas toujours croissant des misères sociales et morales, en s'attachant à donner sens à la figure de l'alcoolique, du couple formé par la prostituée et le soldat, du naturalisé, de la jeune fille séduite pratiquant l'infanticide. Surgissent de cette configuration les figures accusatrices ou rédemptrices de la civilisation industrielle où se trouve mis en œuvre l'énoncé d'une procédure morale et de la criminalité extrême comme force de déliaison sociale. Les auteurs ont exploité des matériaux diversifiés : documents administratifs, agricoles, juridiques, rapports de police, prédications morales, travaux démographiques, comptes-rendus hygiénistes, discours politiques. Les articles se sont appuyés sur la série M des Archives départementales du Doubs (dont les dossiers individuels de réfugiés) et la série I des Archives municipales de Besançon, intitulée Police, hygiène publique et justice.

2Angélique Barreiros a planté le décor urbain du mal et du malheur. Le XIXe siècle et c’est le cas aussi des villes de Franche-Comté, crée la rue en révolte, insalubre ou meurtrière. Émerge une subtile alchimie de la réforme des hygiénistes entre le « dehors », la rue et le « dedans », le privé où s’entassent des populations nouvelles. Le privé devient le refuge des populations à risque où s’exercent les notions porteuses de nouvelle société industrielle, avec l’« aérisme ».

  • 1 La prostitution à Besançon de 1848 à 1900, 1997.

3Sylvine Jeantou1 a travaillé sur les sources manuscrites de la Bibliothèque Municipale de Besançon, notamment dans la série I, les liasses répertoriées sous l'intitulé mesures sanitaires et femmes de mauvaise vie, plainte des autorités militaires. Ces sources, complétées par la série D : administration générale de la commune et les Arrêtés et objets de police municipale, 1880-1893, confirment l'ampleur de la prostitution à Besançon, l'importance de la question médicale et la crainte des autorités devant la prostitution clandestine. Besançon, par sa taille et ses fonctions militaires et industrielles, accueille un flot de prostituées. La ville connaît surtout une prostitution de « basse catégorie » où les filles sont d'abord le « défouloir des hommes seuls ». Sylvine Jeantou établit la cartographie des lieux de plaisir de Besançon en s'attachant à décrire les bordels de la rue Sachot et la vie des filles en maison. Les filles vont plutôt rôder vers les sites militaires : derrière le fort Griffon, à la caserne d'Arènes ou au pied de la Citadelle. On les trouve aussi dans les quartiers de la périphérie de la ville, à la Mouillère ou Taragnoz, où elles offrent « leurs dangereuses faveurs ». Besançon a toujours eu, en effet, une fonction militaire. Sous la Troisième République, Besançon reste fidèle à sa tradition militaire, devenant en 1873 le site du 7e corps d'armée. La ceinture des forts (Châtillon, Montfaucon, Fontaine-Écu) entreprise de 1872 à 1876, ainsi que l'agrandissement de l'arsenal et de la direction d'artillerie sont approuvés. En 1876, le 4e régiment d'artillerie, est installé dans les nouvelles casernes à la Butte. La violence fait partie du décor de la rue Battant, où se retrouvent souteneurs, cafetiers, militaires en permission. Quel rapport se noue-t-il entre la prostituée et le soldat ?

  • 2 L'alcolisme à Besançon sous la IIIe République, 1998.

4Muriel Vandroux2 examine le cas d'une alcoolisation qui serait spécifique au Doubs. La bière, dont la consommation est importante dans tout l'Est de la France, met longtemps à s'implanter dans le Doubs. Il faudra attendre 1914 pour que sa consommation dépasse les 8 % du total des boissons alcoolisées. Est-ce dû à un préjugé nationaliste impliquant, après la guerre de 70, le boycott du produit en tant que boisson allemande, « breuvage de l'ennemi » ?

  • 3 Le fait divers criminel au travers de ta presse 1880-1914, 1997.

5Dans le Petit Comtois, journal dont le premier numéro paraît le 1er août 1883, Manuel Nardin3 étudie les récits de crimes. Les faits divers criminels sont accusés, par leurs narrations d'histoires sanglantes, de diffuser un malaise social dont le journalisme serait la cause. Les romans populaires sont élevés au rang d'œuvres malsaines. Dans le Petit Comtois, fidèle au schéma des représentations qu'en donne la Belle Époque, l’assassin des villes est synonyme de quartiers populaires, de bistrots, de filles publiques, d'un monde ouvrier aux conditions de vie insalubres. Le lecteur se retrouve à la fois engagé du côté de la justice et en même temps fasciné par la nature immorale et presque inhumaine de l'accusé.

  • 4 L'infanticide au XIXe siècle. L'exemple du Doubs, 1800-1900, 1998.

6Héléna Boffi4 traite de l'infanticide dans le Doubs de 1800 à 1900. L'article 30 du Code pénal de 1810 définit l'infanticide comme le meurtre d'un enfant nouveau-né et l'article 302 le punit de la peine de mort, qu'il soit commis par le père, la mère de l'enfant ou par un étranger. Ce n'est qu'à partir de 1825 que l'on cherche à le chiffrer avec la publication du Compte de la justice criminelle, qui fait apparaître que l'infanticide est un crime féminin, commis dans la solitude, par une femme jeune, célibataire, issue d'un milieu rural pauvre. Héléna Boffi a retrouvé les traces de ces femmes dans les dossiers individuels et les arrêts de la Cour d'Assises du Doubs de 1800 à 1900. Qu'est-ce qui accule une femme au crime ? Comment comprendre son refus de devenir mère et comment fonctionne la loi de l'opinion à la campagne ? La peur a détruit l'équilibre des valeurs et la mort du nouveau-né apparaît moins grave que le scandale de sa survie possible. Ces peurs d'une grossesse illégitime renvoient à l'histoire de la vie privée des femmes des campagnes, victimes de l'ostracisme, à une histoire sociale où le manque d'argent conduit à l'infanticide, à une histoire symbolique où le ventre est une marque d'indignité.

  • 5 Les naturalisés du Doubs sous la IIIe République, 1870-1914, 1997.

7Dans son étude sur les naturalisés du Doubs au XIXe siècle, un département touché par le mouvement migratoire de la communauté suisse et italienne, Aline Voisin5 se demande au nom de quoi et dans quelles conditions la République a absorbé ses étrangers. La République souhaite, en effet, retrouver chez les étrangers toutes les qualités qu'elle voudrait voir chez ses nationaux. La République rêve de façonner dans l'étranger un Français idéal qui n'aurait plus ainsi aucune trace d'extranéïté et ne poserait donc aucun problème d'assimilation. Sous cet angle, il faut mériter sa nationalité française et s'en montrer digne. C'est un « honneur » dont il faut « assumer les charges ».

  • 6 Récidive et récidivistes dans l'arrondissement de Pontarlier, de 1885 à 1900, 1997.

8Damien Gerbier montre comment l’horreur et la violence se déclinent dans les actes d’accusation où l’enquête et le procès mettent en scène le monstre. Qui est l'homo sanguinalis de la Franche Comté ? Prolongeant cette étude, qui sont les récidivistes pontissaliens livrés par les Cahiers des récidives correctionnelles du tribunal de première instance de l'arrondissement de Pontarlier, demande Sébastien Bertin6, en croisant ce document local avec les Comptes rendus de l'Administration de la Justice Criminelle (année 1885) ? Les Pontissaliens ont un tempérament original forgé par la rigueur climatique, l'isolement géographique, où le souci de récidive n'est pas une priorité. La population à risque y est toutefois clairement désignée : Italiens sans profession ni domicile, Suisses pratiquant la contrebande. Aux yeux des autorités, il s'agit là d'une population à risque, dont le nombre est accru par celui des vagabonds d'habitude, des bûcherons réduits à la mendicité du fait de leur âge ou de leurs blessures.

9L'énumération, forcément quelque peu accablante, de ces récits décline le registre noir des malheurs du temps, qui s'accompagnent d'une promotion sans précédent de l'intériorisation de la conscience morale. Ces Archives de la peur, en cernant les occurrences du mal au XIXe siècle, se trouvent ainsi au point d'intersection de subjectivités singulières et de l'organisation sociale. À la fin du siècle, ces récits deviendront le creuset juridique, où se formalisera le droit social, qui incorporera à l'intérieur des drames et des souffrances le droit des personnes, que ce soit dans l'ordre des filiations, celui du travail ou de la nationalité.

10Je remercie tout particulièrement Marie-Claude Charles, grâce à laquelle l’aventure de ce livre a pu être menée à son terme. Je remercie également Jean Charles et Muriel Usandivaras, pour leurs minutieuses relectures du manuscrit. François Lassus a conçu la maquette de la couverture. Qu’il en soit ici remercié.

11Mes remerciements vont également au Centre d’Histoire contemporaine, dirigé par F. Marcot, qui a fédéré les énergies.

Note

1 La prostitution à Besançon de 1848 à 1900, 1997.

2 L'alcolisme à Besançon sous la IIIe République, 1998.

3 Le fait divers criminel au travers de ta presse 1880-1914, 1997.

4 L'infanticide au XIXe siècle. L'exemple du Doubs, 1800-1900, 1998.

5 Les naturalisés du Doubs sous la IIIe République, 1870-1914, 1997.

6 Récidive et récidivistes dans l'arrondissement de Pontarlier, de 1885 à 1900, 1997.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).