Version classiqueVersion mobile

Éthique de la recherche et risques humains

 | 
Thierry Martin

7. Penser la place de l’expertise et de la délibération éthique dans la politique

Réflexions sur les conditions d’une plus grande innovation en matière d’action environnementale et en bioéthique

Corine Pelluchon

Texte intégral

I. La composition d’un monde commun et les difficultés de l’expertise

  • 1 Telle est la définition de l’ère anthropocène, par opposition à l’ère holocène. Voir Crutzen et Sto (...)

1Bertrand de Jouvenel disait que nous n’habitions plus la même planète que nos aïeux, parce que la leur était immense, comparable à « une géante sur l’épiderme de laquelle ils s’agitaient, passants éphémères, vivant d’elle, mais incapables d’affecter sa vie », alors que la nôtre est « non seulement petite, mais fragile. Au-dessous de nous quelques pieds d’humus fertile, au-dessus de nous quelques kilomètres d’air respirable : nous nous savons désormais capables de corrompre cet air et de transformer ce sol en désert » (Jouvenel, 2002 [1968], p. 66 et 76). Cette prise en considération de la vulnérabilité de la nature va de pair avec la reconnaissance du fait que l’homme, du moins dans les pays industrialisés, est devenu un agent géologique1 qui, par son empreinte écologique et les transformations de son pouvoir technologique, affecte la capacité de résilience des écosystèmes et trouble les conditions dont dépend son existence, « contraignant l’évolution à adopter une nouvelle trajectoire » (Davis, 2008, n° 131).

2Ces changements suffisent à mesurer l’écart existant entre l’époque des Lumières et nous et à concevoir qu’une rupture a bien eu lieu entre le XIXe siècle, marqué par l’émergence du capitalisme et la naissance de la démocratie représentative à laquelle nous empruntons bon nombre de nos institutions, et le contexte économique, démographique, technologique et écologique qui est le nôtre. Autrement dit, ce n’est pas seulement la revanche de Gaïa qui sonne le glas d’une politique définie comme un jeu à deux, limité aux hommes et aux nations. Au-delà de l’épuisement des ressources et des conséquences sociales, sanitaires et géopolitiques du réchauffement climatique, c’est aussi la manière dont nous comprenons la politique et tenons compte des différents acteurs du monde commun à composer qui doit évoluer. Ce dernier n’est pas déterminé a priori, mais il évolue en fonction des techniques qui apparaissent et qui ont un impact, par exemple, sur la famille, des maladies qui nous frappent et des différentes entités, comme l’eau, l’air, les forêts, qui font partie de notre vie et sont au cœur des discussions quand un problème affectant un grand nombre d’individus se pose.

3La prise en considération des entités non humaines avait inspiré en 1999 à B. Latour l’idée d’une double chambre. L’une est composée d’experts soulevant certains problèmes scientifiques et étudiant les entités non humaines qu’ils proposent de faire entrer dans les discussions politiques. L’autre renvoie à la tâche classiquement dévolue aux politiques, c’est-à-dire à la décision qui consiste à déterminer quelles entités seront soumises au débat politique et dans quelle mesure il est possible, tout en tenant compte des données recueillies par les experts, de conduire une politique compatible avec les autres objectifs actuellement poursuivis (Latour, 2004 [1999], p. 61, p. 69, p. 159 et p. 248-249). Ce schéma séduisant a rénové l’écologie politique en soulignant la nécessité d’étendre le système représentatif aux générations futures et à tous ceux dont les intérêts sont éclipsés par la représentation exclusive des hommes actuels et par le présentisme.

  • 2 Groupe international d’experts sur l’évolution climatique, créé en 1988.

4L’extension de la démocratie aux êtres qui n’ont pas de voix est la grande affaire de la démocratie, reconnaît Latour. Cependant, pour tenir cette promesse, il semble qu’il faille dépasser le cadre présenté dans Politiques de la nature. La première chambre dont parle Latour est consonante avec la création d’un consortium hybride comme le GIEC2. La collecte d’informations internationales et de données robustes sur le réchauffement climatique, sur ses causes, son ampleur et son rythme exige des discussions entre scientifiques. Cependant, tous les problèmes liés à l’environnement et aux technologies ne peuvent pas être examinés par les seuls experts ni par les représentants des formations politiques classiques. L’extension du système représentatif doit également inclure les personnes que leur situation de précarité frappe d’invisibilité sociale et politique, mais qui peuvent voir leurs conditions de vie encore plus menacées que les autres par certaines évolutions technologiques et écologiques. De plus, il importe de reconnaître que les forums et institutions où est débattu l’avenir de la planète sont encore très homogènes dans leur composition.

  • 3 Food and Agriculture Organization of the United Nations.
  • 4 Intergovernmental Assessment on Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development. Voi (...)

5Quand il est question de l’avenir de l’alimentation et de l’agriculture mondiale, par exemple, certains individus sont souvent exclus des négociations nationales et des institutions internationales comme la FAO (2006)3. Celle-ci conduit, depuis les années quarante, des études prospectives sur la sécurité alimentaire mondiale qui témoignent du maintien d’une vision productiviste du problème de la faim dans le monde. Cette vision des choses, présentée comme objective, n’est-elle pas liée à une conception naïve de l’expertise, jugée neutre, et à la non-inclusion de bon nombre d’acteurs susceptibles de garantir une plus grande pluralité dans la discussion et de modifier les termes des débats en faisant entrer certaines préoccupations, comme celles qui ont trait à l’agriculture biologique ou aux conséquences de l’augmentation de la consommation de viande sur la disponibilité en eau et en céréales ? Si l’on compare les procédures, la composition et les résultats respectifs de la FAO et de l’IAASTD4, on constate que l’inclusion des petits agriculteurs d’Afrique porteurs d’une vision alternative de la production agricole et d’une pluralité d’acteurs traditionnellement écartés de forums longtemps réservés aux experts et aux représentants classiques des parties prenantes, comme les firmes agroalimentaires, modifie la teneur des débats et souligne l’aspect stratégique et politique de tout débat prospectif sur l’avenir de l’agriculture mondiale (Labbouz et Treyer, 2010).

6Cet idéal d’un processus plus inclusif et participatif va de pair avec une conception politique de l’expertise. Or, l’idée que les débats et les forums ne concernent pas seulement les experts, mais également les différentes parties prenantes et toutes celles et ceux qui subissent les conséquences d’un problème, mais ne sont pas représentés par un parti politique ni par la communauté scientifique, n’est pas présente chez Latour. Ce dernier est relativement silencieux sur la participation des citoyens. Les modifications de la démocratie représentative et de la délibération qu’il suggère portent surtout sur le rôle et la place des sciences dans la démocratie. Sa contribution à la prise de conscience de la nécessité d’une reconfiguration du rapport sciences/société est indéniable. Cependant, les solutions qu’il envisage ne garantissent pas forcément une réponse démocratique et suffisamment novatrice aux problèmes que nous rencontrons.

II. La neutralité impossible

7Loin de fonder la décision politique sur l’expertise et en ayant soin de multiplier les précautions évitant toute confusion entre le rôle des sciences et celui des décideurs, Latour insiste sur le fait que les sciences introduisent de la perplexité dans le monde. Les scientifiques ne sont pas là pour émettre des recommandations ni pour donner le feu vert aux politiques, ce qui serait une méprise à la fois sur le statut de la recherche scientifique et sur la responsabilité des politiques dont la décision ne peut être subordonnée à l’établissement de certitudes, comme en témoigne une juste appréciation du principe de précaution. En outre, il importe de faire de la place à la pluralité épistémique, c’est-à-dire au fait que les scientifiques n’apportent pas forcément de réponses définitives à un problème et surtout qu’il n’y a pas une seule réponse à un même problème, mais des controverses.

8Cette remarque invite à distinguer les scientifiques des experts d’une manière plus nette que chez Latour. Les experts sont des scientifiques ou des personnes dont les compétences dans un domaine sont reconnues par différentes institutions académiques ou de recherche, nationales et internationales. Placés dans la situation de l’expertise qui implique un débat intradisciplinaire et interdisciplinaire, où différentes conceptions scientifiques, mais aussi différentes disciplines ayant chacune sa méthodologie propre sont confrontées, ils sont, de plus, embarqués dans une opération où les rapports de force et les enjeux politiques sont beaucoup plus importants que lorsqu’il est seulement question de débats entre scientifiques travaillant sur un même sujet. Dans les expertises, il est exigé de faire appel à la preuve et aux critères de scientificité, mais il serait naïf de penser que l’expert puisse être totalement neutre. La situation de l’expertise fait qu’il endosse un autre vêtement que celui qu’il revêt lorsqu’il est dans son laboratoire.

9Un expert zootechnicien travaillant à l’INRA et mesurant le bien-être animal à la capacité qu’ont les animaux à s’adapter aux contraintes de l’élevage industriel conclura que les poules en batterie supportent bien leurs conditions puisqu’elles survivent dans une cage qui fait la surface d’une page A4 et qu’elles continuent de pondre. Au contraire, un philosophe nourri de phénoménologie et d’éthologie animale dénoncera cette conception seulement négative du bien-être qui ôte toute dimension psychique à la souffrance animale et explique que le droit est piégé, comme on le voit avec la directive CE 1999/74 qui a prévu un agrandissement des cages des poules équivalent à la surface d’une carte postale (Pelluchon, 2011, p. 157 ; Dantzer, 2001, p. 97-101). Ceux qui, s’agissant des conditions de vie des animaux d’élevage, rejettent l’argumentation philosophique, pourtant étayée par plusieurs décennies de recherches sur la notion de comportement et par les travaux des éthologues contemporains, prétendent s’en tenir aux faits et se prévalent d’une certaine conception de la science. Cette dernière n’est pas, contrairement à ce qu’ils disent, objective ni exempte de toute vision du monde, de toute référence à des valeurs. La réduction de la douleur à la simple nociception et le refus de prendre en considération le rapport dialectique à son milieu qu’implique la notion de comportement ne sont pas le résultat d’une conception scientifique ni d’observations empiriques ou éthologiques, mais la conséquence d’une conception ontologique. Cette pauvreté ontologique caractéristique de cette représentation de l’animal fonde une approche quantitative de la douleur des bêtes et justifie des pratiques qui ne tiennent aucun compte de leurs normes éthologiques, des besoins spécifiques à partir desquels il convient pourtant d’organiser l’élevage. Les zootechniciens s’abritent derrière la science et la technique, mais ces dernières sont surtout des instruments dont ils arment leur prise de position ontologique. Leur constante référence à l’objectivité témoigne aussi du fait qu’ils n’ont pas conscience de cautionner une position ontologique qui, de plus, est discutable.

10De même, les pouvoirs publics, souhaitant mettre fin au conflit opposant ceux qui souhaitent la construction d’un aéroport à Notre-Dame-Des-Landes, près de Nantes, et ceux qui la refusent en faisant référence à la valeur sentimentale ou affective de la terre, ont allégué que les arguments des manifestants étaient subjectifs, voire sentimentaux, et donc qu’ils n’étaient pas valables. Cette manière de prendre comme critère exclusif l’objectivité dont le modèle est, dans ce discours, la vérité scientifique, trahit une attitude scientiste qui est une méconnaissance du statut des énoncés scientifiques. Elle révèle aussi une incompréhension totale de ce que sont un débat et une discussion controversés, en particulier quand ils concernent des questions environnementales. Car celles-ci ne posent pas seulement des problèmes de conflits d’intérêts, mais elles soulèvent aussi et surtout des conflits de valeur. C’est pourquoi, comme Rawls lui-même le reconnaissait (Rawls, 1995 [1993], p. 261-262), ces questions ne peuvent pas être prises en charge par l’éthique et la justice procédurales, c’est-à-dire par le consensus par recoupement qui suppose que l’on ne conserve que les positions qui se chevauchent en mettant de côté leurs fondements normatifs et métaphysiques.

11Contrairement aux questions classiquement associées à la justice distributive, comme l’allocation des ressources et la lutte contre la discrimination, les questions environnementales et celles qui concernent l’impact des biotechnologies sur nos vies et sur le sens des institutions ne peuvent pas être examinées seulement ni essentiellement à la lumière de la problématique des droits d’accès et de l’équitable répartition des ressources. Elles sortent du cadre de la justice distributive et exigent un enrichissement des débats politiques qui transgresse les règles de la justice procédurale élaborées dans Libéralisme politique. Si l’on ne prend pas la peine d’expliciter les différentes positions ontologiques qui sont le soubassement de ses prises de position dans les conflits portant sur l’usage de la Terre, si l’on ne s’appuie, dans ce travail, sur les émotions, notamment esthétiques, par lesquelles ses positions ontologiques s’expriment, on s’interdit de traiter ces sujets. Le rejet des arguments relatifs à la valeur non instrumentale des terres est un rejet politique et idéologique que l’on fait passer pour un rejet scientifique. L’objectivité ici est à la fois un alibi et un leurre.

III. Deux écueils de l’action politique

12Ainsi, il est relativement facile de comprendre que notre monde complexe et incertain et les défis technologiques, sanitaires, économiques et environnementaux qui se posent à nous exigent une reconfiguration du rapport sciences/société/pouvoir, une modification des instances délibératives garantissant la prise en considération, dans les décisions collectives, des intérêts des autres espèces et des enjeux globaux, transversaux et à long terme liés à l’écologie et à l’équité intergénérationnelle, ainsi qu’une plus grande participation des citoyens aux débats et aux décisions collectives. Cependant, il est plus difficile de voir comment ces changements à la fois institutionnels et culturels peuvent éviter deux écueils qui ruinent le superbe édifice intellectuel construit au cours de plusieurs décennies d’écologie politique et de réflexion sur l’évaluation démocratique des choix technologiques et environnementaux.

13Le premier écueil est l’élision des préoccupations environnementales dans les procédures mises en place par la plupart des institutions censées au départ encourager un programme luttant contre la déforestation et le changement climatique, comme on le voit avec le Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FPCF) mis en place en 2008 par la Banque mondiale. Incarnant initialement deux préoccupations environnementales en apparente synergie et subordonnant l’allocation financière versée aux pays bailleurs au jugement d’experts réunis pour évaluer les projets relatifs au reboisement, à la production agricole souvent responsable de la déforestation, il apparaît que les critères de pertinence nécessaires à ces évaluations sont peu à peu abandonnés, soumettant les experts aux pressions de la Banque mondiale et les conduisant au découragement, voire à la démission (Belma, 2013).

14De manière générale, les préoccupations environnementales sont éludées au profit d’une logique bureaucratique qui aboutit à des contre-productivités et la logique du financement du carbone domine la logique liée à la protection de la biodiversité, soulignant les tensions entre deux préoccupations environnementales auparavant associées. Tout se passe comme si l’efficacité environnementale, loin d’être encouragée par l’évaluation, était impossible à réaliser dans le cadre de ce genre d’institutions où le procédural et la bureaucratie ont raison des négociations, où l’on passe d’une mise en œuvre rationnelle (policy) à une logique négociée (politics) puis à une logique organisationnelle (polity) structurée par les procédures mises en place par la Banque mondiale. Dans un tel contexte, être expert et même être membre d’une ONG évaluant de manière indépendante ces stratégies, c’est avoir le sentiment de ne pas servir à grand-chose.

15Autrement dit, nous disposons d’une multitude de structures pour débattre des questions environnementales, nourrir les décisions nationales et internationales sur ces sujets difficiles et répartir des fonds encourageant l’action environnementale des différents pays. On pourrait se réjouir de cette grande variété de procédures relevant à la fois de la délibération et de la participation et comprenant des ateliers et des auditions publiques, des conférences de citoyens, des conférences de consensus, des conférences délibératives, des focus groups, des comités ad hoc, des panels de citoyens, etc. De même, on pourrait imaginer que la décision de la Banque Mondiale d’encourager des politiques de lutte contre la déforestation et le changement climatique illustrait la reconnaissance de la centralité de l’écologie. Pourtant, le sentiment que l’on éprouve quand on prend connaissance de ces travaux, qu’ils portent sur des questions relatives à l’environnement ou à la bioéthique, est un sentiment de découragement. Il est essentiellement lié à la disproportion existant entre le nombre de rapports et d’évaluations, leur coût en ressources humaines et intellectuelles, voire financières, et leurs résultats concrets, c’est-à-dire leur impact sur les politiques publiques, sur la manière dont ces questions transversales continuent d’être traitées par les différents gouvernements et sur la formation des citoyens ainsi que sur leur résolution à modifier leurs styles de vie.

16Car la spécificité de l’écologie est qu’elle ne veut rien dire si elle n’aboutit pas à des changements réels dans la manière dont les individus consomment et dont les collectivités organisent la production et le travail. L’écologie est surtout une éthique du quotidien et des petites choses, où l’engagement consistant à faire attention aux produits que l’on achète, à ce que l’on mange, à la manière dont on se déplace, a des répercussions sur l’ensemble de l’économie.

17Avant d’aborder ce point essentiel qui renvoie au deuxième écueil des politiques et des stratégies environnementales et qui souligne la nécessité de penser l’écologie à la lumière d’une philosophie première substituant à la philosophie du sujet et à l’humanisme des droits de l’homme une autre conception du rapport de l’homme à l’autre que lui susceptible de jeter les bases d’une autre organisation sociale et politique, disons quelques mots sur les améliorations qui pourraient être apportées afin que l’écologie entre vraiment dans la politique.

IV. L’écologie politique est morte. Vive l’écologie politique !

18L’écologie politique, née dans les années soixante-dix dans un contexte de critique du capitalisme comme mode d’économie et comme mode d’existence, a connu ses heures de gloire. Celles-ci n’appartiennent pas seulement au passé. Tout lecteur d’A. Gorz et d’I. Illich reste frappé par l’actualité de leurs analyses, que l’on pense à la démonstration de l’incompatibilité entre le capitalisme, fondé sur la surproduction et l’obsolescence programmée des objets, et la prise en compte de la nature comme limite externe de la production, ou que la crise environnementale, considérée à la fois comme une crise des ressources et comme une crise de la subjectivité et de l’organisation du travail, soit l’occasion d’une dénonciation du capitalisme considéré comme un système de domination (Gorz, 1978, p. 15, p. 18 et p. 31-36).

19Entretenant des « besoins toujours croissants et toujours frustrés », ce système, que le marketing entretient, crée des inégalités et même des pauvretés relatives, car il est fondé sur une anthropologie qui pousse les individus à vouloir des biens attachés à un certain prestige parce que les autres ne peuvent se les procurer (Gorz, 1978, p. 14 et p. 77-87). Quand ces biens deviennent des objets de consommation courante, comme c’est le cas de la voiture aujourd’hui, non seulement on se rend compte de certaines contre-productivités dont la pollution et les bouchons ne sont qu’une manifestation, mais, de plus, ces objets qui ne sont pas conviviaux (Illich, 2003 [1973]) doivent, pour être désirés, être encore plus sophistiqués et donc plus coûteux en énergie. Le cercle vicieux d’une production et d’une consommation de biens gourmands en énergie et celui de l’augmentation des besoins et des frustrations vont de pair. De même, le déni du réel caractéristique d’une économie ne prenant pas en compte l’irréversible disparition de certaines ressources est solidaire d’une organisation du travail qui ne tient pas compte de la valeur des êtres, humains et non humains, qui sont impliqués.

20L’écologie politique et la philosophie politique ne peuvent cependant pas s’arrêter à cette critique sans appel. Pour trouver des solutions aux problèmes que nous rencontrons et faire en sorte que les réponses apportées équivalent non pas à moins, mais à plus de démocratie, il importe d’aborder l’étape constructive de l’écologie politique. Tel est l’intérêt des travaux de Dominique Bourg qui, une dizaine d’années après Latour, cherche à compléter la démocratie représentative afin que la protection de la biosphère, la préservation de la biodiversité et l’équité intergénérationnelle soient reconnues comme de nouveaux devoirs de l’État, inscrits dans la Constitution et défendus par des instances délibératives apportant des contrepoids à la représentation des intérêts immédiats des hommes actuels (Bourg et Whiteside, 2010, p. 76-80, p. 88 et p. 90 ; Bourg, 2011). Son projet d’une démocratie écologique qui propose certaines modifications des instances délibératives et détaille la manière dont les connaissances internationales sur le climat, par exemple, pourraient être prises en compte par les politiques et d’abord traduites en un langage aisément compréhensible est audacieux.

  • 5 Organisations non gouvernementales environnementales.

21On peut penser que la présence dans les instances délibératives d’ONGE5 n’est pas une idée réaliste. Pourtant, la création de commissions de veille et de vigilance chargées de mesurer la compatibilité ou l’incompatibilité de tout projet de loi avec les impératifs écologiques énoncés ci-dessus est la seule manière d’éviter un traitement atomiste des questions environnementales et d’empêcher qu’une mesure prise dans un domaine, pour soutenir la croissance, par exemple, ne contredise les efforts menés dans la lutte contre la pollution. On peut toutefois estimer que les représentants de ces commissions ne siégeraient dans les instances délibératives au même titre que les députés. Enfin, tout ce qui concerne les procédures participatives est bien documenté dans les travaux de D. Bourg. Ce dernier montre que les forums de citoyens, quand ils sont bien organisés, conformément aux procédures mises en place dès les années quatre-vingt au Danemark, ne reflètent pas les intérêts corporatistes des individus, mais leur volonté de trouver des normes universalisables pouvant éclairer les politiques publiques. Le public qui est constitué, disait J. Dewey, par l’ensemble des personnes subissant les conséquences indirectes des différentes techniques (Dewey, 2005 [1927], p. 95-118, p. 184 et p. 241), est mûr pour un débat collectif et pour la composition d’un monde commun qui ne s’arrête pas aux frontières géographiques d’un État.

22Pourtant, même si les crises actuelles que nous vivons semblent convaincre chacun de la nécessité d’enrichir les débats politiques, en particulier sur des sujets qui échappent aux clivages idéologiques classiques, comme celui qui oppose la droite et la gauche, le conservatisme et le progressisme, il est difficile de refouler l’impression de vanité et d’impuissance que l’on ressent. Un certain amateurisme caractérise l’appropriation par les politiques des questions sensibles comme les questions relatives à la bioéthique et à l’écologie.

23Il ne s’agit pas seulement du fait que chaque personnalité politique, cherchant à mettre son empreinte sur le réel, s’empare d’un sujet de telle manière que le travail de réflexion qui a été fait auparavant est effacé ou qu’il faut tout reprendre à zéro. Nous ne pensons pas non plus uniquement à cette confusion des rôles et des discours qui fait qu’un homme politique habille de concepts philosophiques empruntés et de références triturées un propos paternaliste. Ce phénomène alimente une crise de la légitimité engendrée par les médias. Bien plus, il est symptomatique d’une ignorance complète de ce qu’est la légitimité. Cette ignorance conduit à demander à des personnalités dont la visibilité fait l’excellence leur avis sur un problème aussi délicat que la fin de vie. Elle explique aussi que l’inflation de colloques sur des questions d’éthique appliquée et les déclarations tonitruantes des différentes autorités en faveur d’une recherche pluridisciplinaire sur ces sujets ne suffisent pas à promouvoir le changement de culture politique qui est requis par l’entrée de l’écologie dans la démocratie.

24Ainsi, l’écologie reste reléguée à la périphérie du politique et peu de changements dans les styles de vie sont encore consentis par les individus, comme on le voit en constatant le nombre important de 4 x 4 dans les grandes villes et la consommation par habitant de viande et de produits animaliers. La douloureuse question des traitements que cette consommation inflige aux animaux d’élevage et aux poissons reste absente des débats politiques et même des préoccupations de la plupart des citoyens, alors qu’elle est un coup de projecteur sur la violence de notre modèle de développement. Quiconque prend au sérieux ce que le mot « civilisation » veut dire ne peut que jouer son va-tout sur cette question. Autrement dit, si l’on veut que toutes les recherches et les productions écrites et orales sur ces questions ne soient pas lettre morte et nourrissent l’action politique, ce n’est pas seulement la manière dont les gouvernants s’adressent aux gouvernés et s’informent des questions soumises à la délibération qui doit changer. La formation des citoyens, profanes et experts, à ce qu’est la délibération éthique est également nécessaire.

V. La délibération éthique et ses prérequis logiques et méthodologiques

25Il est impossible de faire un travail interdisciplinaire sérieux sans une méthodologie rigoureuse permettant à chacun des spécialistes de défendre son argumentation qui relève du champ de pertinence de sa discipline. Les deux écueils d’un tel travail sont la juxtaposition des argumentations qui ne permet pas une véritable délibération et la simple synthèse des points de vue qui fait accroire que l’objectif principal d’une recherche interdisciplinaire est d’arriver à des recommandations en prenant appui sur les points de vue se chevauchant. L’intérêt qu’il peut y avoir à confronter les théories éthiques et politiques qui rivalisent à l’intérieur d’une même discipline et de faire dialoguer les différentes disciplines est, au contraire, d’inviter chacun à justifier ses arguments, en explicitant leurs données, leurs garanties, leurs fondements, leurs qualificateurs modaux et leurs conditions d’exception et de réfutation (Toulmin, 1993 [1958], p. 124 sq.).

  • 6 Cette séparation normes/valeurs distingue J. Dewey et même Francis Jacques de J. Habermas (Dewey, 2 (...)

26La description d’un argument, si l’on suit ce schéma énoncé par Toulmin, permet à chacun des représentants de faire un travail d’explicitation et de justification qui enrichit la réflexion, puisque l’argument, à la différence de l’opinion, de l’expérience ou de la conviction, suppose que l’on est capable de le décrire, comme on l’a indiqué plus haut, et d’en donner les fondements, souvent implicites, voire d’en souligner les limites (Reber, 2011, vol. 74, n° 2, p. 283-303). Cet effort, qu’il est sans doute plus facile à faire quand on est en situation de communication et en présence de personnes n’ayant pas forcément ses grilles de lecture ni ses références culturelles et épistémologiques, implique aussi l’abandon d’une conception erronée de l’objectivité. Il s’agit de cette représentation qui l’assimile à la neutralité et suppose une séparation radicale entre les normes et les valeurs ne résistant pas à la réalité des expertises ni à l’expérience dialogique6.

27Bien plus, le gain réalisé lors d’un travail interdisciplinaire ne concerne pas uniquement la qualité de l’argumentation de chaque participant à la recherche, mais il s’agit d’un gain collectif. Le fait de se hisser au niveau de l’argumentation est une condition pour remplir les critères de l’éthique de la discussion. Quand on s’oblige à décrire ainsi ses arguments, il est, en effet, plus facile de les exprimer en ayant en vue le bien public, de faire valoir des prétentions et des justifications logiques et valides par un échange d’informations ordonnées et de bonnes raisons et de suivre la force du meilleur argument, au lieu de subir les contraintes liées aux relations hiérarchiques et de céder à la tentation des remarques ad hominem. Les conditions d’une discussion et non d’un dialogue de sourds sont donc réunies. Cependant, cela ne signifie pas que l’objectif d’un travail interdisciplinaire soit de parvenir à la coexistence pacifique de points de vue souvent irréductibles les uns aux autres.

28Non seulement l’interdisciplinarité se distingue de la pluridisciplinarité comme le pluralisme se distingue de la pluralité, mais, de plus, l’idée est de prendre appui sur les arguments qui ne se chevauchent pas afin de mettre au jour des tensions que la recherche du consensus et la nécessité d’émettre des recommandations tendent à effacer. Le temps du travail interdisciplinaire n’est pas celui de l’action politique. Leur valeur et leur objectif respectifs ne sont pas non plus les mêmes. L’intérêt d’un travail interdisciplinaire est de présenter un état des lieux sur une question qui exige l’apport de disciplines et de perspectives différentes. Son but est non pas de rassurer les politiques ni d’éclairer directement l’action, comme si la bonne décision pouvait découler du rapport, mais de promouvoir une compréhension complexe et subtile d’un sujet qu’un traitement hâtif, idéologique ou partial conduirait à simplifier. C’est à partir de cette compréhension du problème, qui ne fait pas l’économie des divergences ni des conflits entre des valeurs également importantes, qu’une décision peut être prise en toute connaissance de cause. Celle-ci, pour résoudre les dilemmes, conjuguera différentes approches de la morale et tranchera en plaçant le curseur sur l’aspect social ou sur l’aspect économique d’un problème, mais il y a de fortes chances pour qu’une décision ainsi précédée par un vrai travail interdisciplinaire soit plus adaptée à la situation que si elle est issue de rapports présentant les résumés des positions des différentes personnes auditionnées.

29La capacité des chercheurs en sciences sociales à travailler de manière interdisciplinaire avec des représentants des autres disciplines, avec les sciences de la nature et les ingénieurs et même avec les usagers et les différents acteurs pouvant intervenir dans les domaines concernés, n’est pas innée. De même, il est impossible de mener une délibération éthique si l’on n’a pas une formation en éthique normative, permettant de connaître les différentes approches de la morale, conséquentialiste, déontologique, relative à l’éthique des vertus. La maîtrise des différents courants de la philosophie morale et des théories contemporaines de la justice est un prérequis qui suffirait à lui seul à convaincre les étudiants et les représentants des différentes disciplines de suivre des cours d’éthique dans les départements de philosophie. Cette connaissance permet de conjuguer différentes approches de la morale, au lieu de s’en tenir à des oppositions binaires entre utilitarisme et déontologie qui, lorsqu’on traite de la répartition de ressources rares, lors d’une pandémie, par exemple, n’ont aucune pertinence. De même, elle garantit une approche flexible des différents principes de l’éthique et la reconfiguration de leur contenu à la lumière de cas cliniques, ce qui n’a rien à voir avec l’application scolaire du principisme que l’on trouve dans bon nombre de textes traitant d’éthique médicale. Cependant, cette formation en éthique normative et en philosophie politique ne suffit pas à donner à un individu les prérequis logiques et méthodologiques nécessaires à la délibération éthique.

  • 7 Il est fait allusion à une table ronde qui s’est déroulée le 30 janvier 2012 à Strasbourg, pendant (...)

30Une formation en méta-éthique et en philosophie du langage est indispensable si l’on veut penser avec les autres en étant conscient non seulement des règles de la communication, mais aussi de ses pièges. On peut trouver la philosophie du langage un peu maigre, quand on discute de l’ouverture des PMA aux homosexuels, de la filiation, de la fin de vie. Pourtant, elle est une propédeutique à l’exercice du jugement et évite aux participants des forums et même aux représentants des sciences humaines et sociales invitées à participer à des débats en bioéthique de faire passer pour une norme ce qui n’est que leur point de vue, de céder aux mirages de l’essentialisme ou d’adopter, comme dit H. Putnam, « le point de vue de Dieu » (Putnam, 1984), jugeant, par exemple, que la France est eugéniste7.

VI. La nécessité d’une création imaginaire audacieuse

31La nécessité d’une formation sérieuse en éthique comprenant la méta-éthique, l’éthique normative, la philosophie politique et les théories contemporaines de la justice ainsi que la réflexion sur des champs de l’éthique appliquée qui nous incitent à affiner nos outils d’analyse et à tester nos théories souligne le rôle qui devrait être celui de la philosophie dans le champ académique comme dans la Cité. Cependant, sa tâche n’est pas seulement pédagogique. Nous avons déjà dit que, si nous voulions que l’écologie et la question animale entrent dans la politique et si nous souhaitions répondre aux défis économiques, sociaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés de manière démocratique, et non bureaucratique ou totalitaire, le consentement des citoyens, leur liberté de jugement et leur résolution à modifier certaines de leurs habitudes de consommation étaient requis. Pour ce faire, nous avons besoin, comme le dit Castoriadis, d’une « création imaginaire […] mettant au centre de la vie humaine d’autres significations que l’expansion de la production et de la consommation et posant des objectifs de vie différents, qui puissent être reconnus par les êtres humains comme valant la peine » (Castoriadis, 1994). Ainsi, nous avons besoin d’une philosophie première qui intègre l’écologie à l’existence et s’affranchisse du dualisme nature/culture qui est commun à l’existentialisme et aux éthiques environnementales anglo-saxonnes.

32Le volet politique de la réflexion sur l’action environnementale et l’évaluation démocratique des choix technologiques et environnementaux est inséparable de son volet ontologique. Ce dernier suppose l’élaboration d’une philosophie du sujet distincte de celle que l’on trouve au fondement du contractualisme actuel pour lequel la seule limite à ma liberté est l’autre homme auquel je ne peux créer de dommage sans qu’il ait recours à la force coercitive de la loi, mais dont je n’ai pas à juger la vie privée quand celle-ci n’engendre aucun préjudice chez autrui (Mill, 1990 [1859]). À partir du moment où mes actes, même les plus quotidiens, même les plus inoffensifs en apparence, comme l’acte de manger ou le fait de voyager, ont des conséquences sur la qualité de vie des générations futures, sur la dégradation de l’environnement et sur les conditions de vie des animaux, alors il n’est plus possible de s’en tenir au cadre strict du libéralisme tel qu’il est défini par Mill. Non seulement notre manière d’habiter la Terre et d’user des autres vivants est le lieu de l’éthique, qui désigne les limites que je décide de conférer à mon droit d’user de ce qui est bon pour ma conservation, mais, de plus, notre rapport à l’oikos et aux nourritures qui désignent le monde naturel et culturel dont nous vivons deviennent le lieu à partir duquel nous nous rapportons à nous-mêmes et aux autres, humains et non humains, passés, présents et futurs. Comme l’avaient vu les écologistes profonds, en dépit des limites de leur pensée qui sont les limites de l’écocentrisme, c’est à partir de l’élaboration d’une autre ontologie qu’il est possible de concevoir un autre modèle d’organisation sociale et politique. Loin d’enterrer l’humanisme, cette ontologie, qui pourrait être esquissée en approfondissant la philosophie de la corporéité qui est à l’horizon de notre éthique de la vulnérabilité, conduit à le rénover.

Bibliographie

Bibliographie

Belma Karine, 2013, La prise en compte de la biodiversité dans les stratégies nationales de lutte contre la déforestation financées par le Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FPCF) de la Banque mondiale, Thèse de doctorat, Paris, Agro Tech, Engraf, CIRED.

Bourg Dominique, Whiteside Kerry, 2010, Vers une démocratie écologique, Paris, Le Seuil.

Bourg Dominique (éd.), 2011, Pour une VIe République écologique, Paris, Odile Jacob.

Castoriadis Cornélius, 1994, Un monde à venir, Entretien avec O. Morel, 1er juin 1994, [en ligne] http://1libertaire.free.fr/castoriadis06.html.

Crutzen Paul, Stoermer Eugène F., 2000, « The Anthropocene », The Global Change Newsletter, n° 41, p. 17-18, [en ligne] http://www.igbp.net/download/18.316f18321323470177580001401/1376383088452/NL41.pdf.

Dantzer Robert, 2001, « Comment les recherches sur la biologie du bien-être animal sont construites ? », in Burgat F. et Dantzer R. (éds), Les animaux d’élevage ont-ils droit au bien-être ?, Paris, INRA, p. 97- 101.

Davis Mike, 2008 (trad. P. Vanek), « Living on the Ice Shelf. Humanity’s Meltdown », SolidaritéS, n° 131, juillet 2008, [en ligne] www.solidarités.ch.

Dewey John, 2005 [1927] (trad. fr. J. Zask), Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard.

Dewey John, 2011 [1939] (trad. A. Bidet, L. Quéré et G. Truc), La formation des valeurs, Paris, La Découverte.

Food and Agriculture Organization of the United Nations, 2006, World agriculture : towards 2030/2050 Interim Report – Prospects for food, nutrition, agriculture and major commodity groups, Rome, FAO, [en ligne] http://www.fao.org/about/fr/.

Gorz André, 1978, Écologie et liberté, Paris, Galilée.

IAASTD, 2009, Agriculture at a Crossroads, International Assessment of Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development, Synthesis Report, Washington D. C., [en ligne] http://www.unep.org/dewa/agassessment/reports/IAASTD/EN/AgricultureataCross-roads_SynthesisReport(English).pdf.

Illich Ivan, 2003 [1973], La convivialité, Paris, Le Seuil.

Jacques Francis, 1979, Dialogiques, Recherches logiques sur le dialogue, Paris, PUF.

Jouvenel Bertrand (de), 2002 [1968], Arcadie. Essais sur le mieux-vivre, Paris, Gallimard.

Labbouz Benoît et Treyer Sébastien, 2010, « The mobilization of international expertise for global governance in IAASTD : a failure in consensus or a successful advocacy strategy ? », Conference on the Human Dimensions of Global Environmental Change, [en ligne] http://edocs.fu-berlin.de/docs/servlets/MCRFileNodeServlet/FUDOCS_derivate_000000001610/iaastd_oct2010.pdf.

Latour Bruno, 2004 [1999], Politiques de la nature, Paris, La Découverte.

Mill John Stuart, 1990 [1859] (tr. fr. L. Lenglet/D. White), La liberté, Paris, Gallimard.

Pelluchon Corine, 2011, Éléments pour une éthique de la vulnérabilité. Les hommes, les animaux, la nature, Paris, Le Cerf.

Putnam Hilary, 1984 (trad. A. Gerschenfeld), Raison, vérité et histoire, Paris, Minuit.

Rawls John, 1995 [1993] (trad. fr. C. Audard), Libéralisme politique, Paris, PUF.

Reber Bernard, 2011, « Argumenter et délibérer entre éthique et politique », Archives de Philosophie, vol. 74, n° 2, p. 283-303.

Toulmin Stephen, 1993 [1958] (trad. P. de Brabanter), Les usages de l’argumentation, Paris, PUF.

Notes

1 Telle est la définition de l’ère anthropocène, par opposition à l’ère holocène. Voir Crutzen et Stoermer (2000, n° 41, p. 17).

2 Groupe international d’experts sur l’évolution climatique, créé en 1988.

3 Food and Agriculture Organization of the United Nations.

4 Intergovernmental Assessment on Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development. Voir IAASTD (2009).

5 Organisations non gouvernementales environnementales.

6 Cette séparation normes/valeurs distingue J. Dewey et même Francis Jacques de J. Habermas (Dewey, 2011 [1939] ; Jacques, 1979).

7 Il est fait allusion à une table ronde qui s’est déroulée le 30 janvier 2012 à Strasbourg, pendant le Forum européen de bioéthique. Il était symptomatique de constater que les politiques, en particulier Mme C. Boutin, affirmaient que notre pays était eugéniste, alors que les philosophes participant à cette table ronde, R. Ogien et moi, tentions d’éviter ce genre d’affirmations pour des raisons d’abord logiques.

Auteur

Professeur de philosophie à l’université de Franche-Comté. Ses recherches portent principalement sur l’éthique médicale et biomédicale, l’éthique environnementale, la question animale, l’écologie politique, le libéralisme économique et politique. Publications récentes : Tu ne tueras point. Réflexions sur l’actualité de l’interdit du meurtre, Paris, Le Cerf, 2013 ; Éléments pour une éthique de la vulnérabilité. Les hommes, les animaux, la nature, Paris, Le Cerf, 2011 ; « La vulnérabilité en fin de vie », Jalmalv, n° 111, 2012 ; « Écologie et politique : l’écologie politique à la lumière d’une critique interne du libéralisme », in C. Gossart, P.-A. Chardel et B. Reber (éds), Le conflit des interprétations dans une société de l’information. Éthique et politique de l’environnement, Paris, Hermès, 2012.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search