Version classiqueVersion mobile

Éthique de la recherche et risques humains

 | 
Thierry Martin

2. Petites et grandes fraudes scientifiques, le poids de la compétition1

Anne Fagot-Largeault

Texte intégral

  • 1 Cet article a été antérieurement publié dans l’ouvrage dirigé par Gérard Fussmann (2011).

1Lorsqu’en 1910 Henri Poincaré, le mathématicien, prononce une conférence sur « la morale et la science » (Poincaré, 1913 [1910], p. 32-47), il n’hésite pas à dire qu’il « ne peut pas y avoir de science immorale ». Certes, la science ne délivre explicitement aucun commandement moral (aucun « impératif » – elle parle, dit-il, à « l’indicatif »). Mais le savant est mû par l’amour de la vérité, ce qui est déjà « toute une morale » ; l’activité de recherche promeut des habitudes intellectuelles de « scrupuleuse exactitude » ; et la science, œuvre collective et solidaire, est au service de l’humanité : « Nous sentons que nous travaillons pour l’humanité, et l’humanité nous en devient plus chère » (ibid., p. 38). Ainsi la science, selon Poincaré, loin de trahir la morale, peut jouer « un rôle important dans l’éducation morale ». Et s’il existe dans les sciences, comme ailleurs, des conflits de devoirs, pour les résoudre « on doit s’en rapporter à sa conscience ; toute intervention légale serait inopportune et un peu ridicule » (ibid., p. 39).

2Après la seconde guerre mondiale, cependant, le savant n’est plus vénéré comme un saint. Des dispositions législatives ou réglementaires commencent à encadrer de l’extérieur les pratiques de recherche (vivisection, expérimentation sur l’homme). Et plus gravement, à partir des années 1980, un soupçon naît et s’amplifie, touchant les conduites intellectuelles des chercheurs. La très respectable revue américaine Science, en 1981, soulève la question de la fraude scientifique, et de son impact sur la qualité des connaissances jugées acquises (Broad, 1981, p. 37-41). Un quotidien à large diffusion, le Los Angeles Times, titre quelques années plus tard que la fraude n’est plus seulement « une affaire de famille » (Green-berg, 1988) : les universitaires doivent cesser de traiter « en interne » et discrètement leurs problèmes de fraude, ces problèmes concernent tous les citoyens et doivent être affrontés publiquement. L’université de Berkeley (Lafollette, 1992) publie alors un bilan sur l’inconduite dans la publication scientifique (principalement, les cas de plagiat). Et l’Académie des sciences des États-Unis lance une sorte de manifeste en faveur d’une « science responsable », qui garantit « l’intégrité du processus de recherche » (National Academy of Science, 1992). La sonnette d’alarme a été tirée en Californie, le souci touchant l’honnêteté scientifique (scientific integrity) va dès lors s’internationaliser.

  • 2 Voir, en français : Thuillier (1972) ; Broad et Wade (1973) ; Blanc, Chapouthier et Danchin (1980, (...)
  • 3 Voir, par exemple : Pracontal (2001) ; Crotty (2001) ; Kroh (2009).

3Jusque dans les années 1980, la fraude (ou l’inconduite) scientifique a surtout intéressé les historiens des sciences, qui ont publié des études de cas divertissantes, effarantes parfois, aussi palpitantes que des romans policiers2. Cette veine n’est pas tarie, l’imposture scientifique continue à attirer l’attention des historiens3. Mais à partir des années 1980 juristes, moralistes, politiques, administrateurs de la recherche, et scientifiques eux-mêmes (à reculons) investissent le sujet. Dans les pages qui suivent on commence par observer la globalisation du thème de l’intégrité scientifique, puis on pose trois questions : la fraude scientifique est-elle réellement en augmentation ? Pourquoi les scientifiques fraudent-ils ? Comment se propose-t-on de remédier à la fraude ?

I. Un fait constaté : la globalisation du thème de l’honnêteté scientifique (scientific integrity)

  • 4 DHHS : Department of Health and Human Services.
  • 5 « On the basis of the belief that ’required educational activity is essential and should be more br (...)

4À partir des années 1980, États et institutions de recherche n’hésitent plus à intervenir pour s’assurer que les chercheurs se conduisent de façon « responsable ». Emblématiques sont, aux USA, la stratégie du ministère de la Santé (DHHS, dont dépend l’Office of Research Integrity, ORI)4 et celle de la National Science Foundation (NSF), qui vont progressivement faire de l’intégrité scientifique une condition nécessaire à l’attribution des crédits de recherche. Ainsi le secrétariat à la santé va exiger que toute institution candidate à une subvention ou un contrat de recherche fournisse la preuve qu’elle a non seulement souscrit une assurance contre l’inconduite scientifique, mais aussi éduqué ses chercheurs aux bonnes pratiques de recherche5.

  • 6 ESF : European Science Foundation.
  • 7 ALLEA : All European Academies.
  • 8 OCDE : Organisation de coopération et de développement économiques (en anglais OECD : Organisation (...)

5L’Europe suit en ordre dispersé. Certains grands organismes affichent sur le Web leur charte d’éthique. Ainsi la Max Plank Gesellschaft met en ligne deux documents dont l’un fait connaître ses règles de bonne pratique scientifique (Rules of good scientific practice, 2000), et l’autre spécifie la procédure à suivre si l’on croit avoir décelé dans les laboratoires Max Plank un manquement à ces règles (Rules of procedure in cases of suspected scientific misconduct, 1997, révisé en 2000). Pareillement, on trouve en ligne la Charte d’éthique de l’Institut Pasteur (révisée en 2009). Quelques pays du nord de l’Europe (Finlande, Norvège, Belgique) se sont donné les moyens de traiter les cas de fraude : ainsi le Danemark a, depuis 2007, un Committee on Scientific Dishonesty qui a instruit des affaires concrètes. La Fondation européenne de la science (ESF)6 a publié en 2000 un document sur les bonnes pratiques scientifiques, et esquissé une enquête sur la façon dont les institutions de 18 pays s’y conforment. Les académies européennes ont publié un Mémorandum sur l’intégrité scientifique (ALLEA, 2003)7. La Commission européenne a chargé un groupe d’experts de réfléchir sur l’honnêteté dans la recherche (Integrity in Research, 2007). Les institutions internationales basées en Europe (UNESCO, OCDE)8 se sont mobilisées. En février 2007 l’OCDE (Forum mondial de la science – Global Science Forum) a organisé à Tokyo, en coopération avec le ministère japonais de la Science et de la Technologie, un atelier d’où est sorti le rapport Bonnes pratiques pour promouvoir l’intégrité scientifique et prévenir la fraude scientifique, qui a été présenté à la conférence de Lisbonne.

6Ces actions convergent en effet vers une conférence mondiale, organisée conjointement par l’ESF (Europe) et l’ORI (États-Unis). Cette conférence se tient à Lisbonne du 16 au 19 septembre 2007. Elle est présentée comme First World Conference on Research Integrity : Fostering Responsible Research. Les documents qu’elle diffuse insistent sur la convergence de tous les acteurs présents : chercheurs, administrateurs de la recherche, financeurs de la recherche, éditeurs de journaux scientifiques, représentants de sociétés savantes ou d’associations professionnelles, autour d’un double objectif : promouvoir des conduites responsables de la part des chercheurs, et harmoniser les stratégies pour le traitement des cas d’inconduite.

The World Conference on Research Integrity was the first global forum convened to provide researchers, research administrators, research sponsors, journal editors, representatives from professional societies, policy-makers, and others an opportunity to discuss strategies for harmonizing research misconduct policies and fostering responsible conduct in research (ESF, [en ligne] http://www.esf.org).

  • 9 AAAS : American Association for the Advancement of Science (qui publie le journal Science).
  • 10 European Code of Conduct for Research Integrity (ESF et ALLEA, 2011).

7Une seconde conférence mondiale sur le même thème se tient à Singapour du 21 au 24 juillet 2010. Elle réunit 350 délégués de 50 pays. Elle marque l’entrée en scène de l’Asie, qui rejoint l’Europe et l’Amérique du nord (l’AAAS est co-organisateur de cette rencontre)9 dans le souci de promouvoir une recherche « propre ». À cette seconde conférence, l’ESF apporte un document fraîchement rédigé : Code de conduite européen pour l’intégrité de la recherche10, assorti de recommandations pour l’avenir (en particulier, touchant la nécessaire coordination des procédures entre pays de l’Union européenne). De la conférence de Singapour sort une déclaration appelée Singapore Statement on Research Integrity (une page, aisément accessible en ligne) ; mais les participants ont dû reconnaître que, s’ils sont d’accord sur l’objectif à atteindre, la mise en œuvre est encore très disparate d’un pays à l’autre :

The Singapore Statement on Research Integrity was developed as […] a global guide to the responsible conduct of research. It is not a regulatory document and does not represent the official policies of the countries and organizations that funded and/or participated in the Conference. For official policies, guidance, and regulations relating to research integrity, appropriate national bodies and organizations should be consulted ([en ligne] http://www.singaporestatement.org/​).

8La troisième conférence mondiale s’est tenue à Montréal du 5 au 8 mai 2013 (voir en ligne le Montreal Statement).

9Et la France ? Une loi sur la protection des personnes qui se prêtent à des recherches biomédicales y a été votée en 1988, et depuis 1990 les protocoles de recherche concernant des sujets humains sont examinés par des comités de protection des personnes. Dans ce domaine (recherche biomédicale), la qualité scientifique des protocoles s’est améliorée. Le champ de la Loi a été élargi aux recherches en sciences humaines et sociales (essentiellement, la psychologie). L’Inserm a créé en 1999 une délégation à l’intégrité scientifique, qui fonctionne à bas bruit. Quelques universités ont pris conscience du risque que le plagiat fait courir à la validité des diplômes. L’université Claude Bernard, à Lyon, offre à ses étudiants un logiciel anti-plagiat. Mais dans les écoles doctorales, l’enseignement de l’éthique de la recherche aux jeunes chercheurs est presque inexistant, et la Charte des thèses ne fait qu’une allusion vague à la déontologie de la recherche. Le Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE) s’est penché à plusieurs reprises sur les difficultés de la communication science/société (CCNE, 2010, avis n° 109). L’Académie des sciences (2011) a analysé les pressions qui pèsent sur les chercheurs, soumis à une évaluation quantitative (bibliométrique) qui les pousse à multiplier les publications.

10En 2007 le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche confie à Jean-Pierre Alix (CNRS) « une mission sur l’intégrité scientifique qui a pour objectifs de rappeler les principes qui la constituent, de les faire partager et discuter largement parmi les scientifiques à l’échelle nationale, et de contribuer ainsi au débat international en cours » (Alix, 2010, p. 42). La lettre de mission, citée ici, reconnaît que « notre pays montre […] un certain retard sur la scène internationale ». Toutefois, le journal Le Monde annonce en première page le 7 février 2008 que « le gouvernement s’inquiète de la fraude scientifique en France ». Le rapport Alix est rendu en août 2010. Des copies de ce rapport circulent. À ce jour le ministère n’a pas donné suite.

11On peut se poser la question : y a-t-il urgence, et n’est-il pas intempestif de se livrer à une police des mœurs, avant de savoir si les incartades deviennent plus nombreuses, ou plus graves, menaçant réellement la qualité des connaissances et la crédibilité du monde de la recherche.

II. La fraude scientifique augmente-t-elle ?

12À cette question, bien malin qui saura répondre, note E. Marshall (2000, p. 1662-1663) dans un petit article ironique de la revue Science (« une question à un million de dollars ! »). Selon les sources, la proportion des fraudeurs est évaluée entre 1 % et 35 %. Elle serait très élevée dans les sciences médicales, moins élevée dans les sciences de la vie et les sciences humaines, modérée dans les sciences « dures ». Plus précisément, selon Georg Kreutzberg (2004, p. 330-332), ancien directeur de l’Institut Max Planck de Martinsried (Allemagne) : sur 5 ans, les Instituts Max Planck rapportent 22 cas d’inconduite suspectés et soumis à instruction : 16 en biologie-médecine, 4 en physique-chimie, 2 en sciences sociales. Un bilan d’ensemble est difficile à faire (Larivée et Baruffaldi, 1992). Mais commençons par chercher ce qui est mis sous les termes « fraude » et « inconduite scientifique ».

  • 11 NIH : National Institutes of Health.

13Un article paru dans Nature en 2005 (Martinson, Anderson et Vries, 2005, p. 737-738) suggère qu’on peut classer les cas d’inconduite scientifique en trois catégories : fautes majeures, petites fraudes ordinaires, et simples négligences. Les auteurs disent avoir enquêté auprès de plusieurs milliers de chercheurs des NIH11, aux États-Unis. Les personnes interrogées ont jugé que les actes des deux premières catégories devraient être sanctionnés, la troisième catégorie appelant plus d’indulgence. En même temps, un tiers des personnes interrogées admettait (sous couvert de l’anonymat) avoir commis, au cours des trois dernières années, au moins un des actes jugés condamnables.

14Au sens étroit, qui correspond à la définition de la fraude scientifique par l’OSTP (US Office of Science and Technology Policy, 2000), la faute grave recouvre trois réalités : « fabrication, falsification, plagiat » (FFP) – « que ce soit dans un projet de recherche, dans l’exécution, dans la procédure du peer review, ou dans la citation » (OSTP, 2005, p. 737). Fabriquer des données, c’est les inventer de toutes pièces. Falsifier des données, c’est les arranger, donc les modifier. Plagier, c’est copier sans donner la référence de ce qu’on copie (c’est une usurpation de droit d’auteur). Les FFP (dont la prévalence estimée serait de 1 % à 2 %) peuvent être qualifiés d’actes criminels (Adams et Pimple, 2005, p. 225-240).

15Les petites fraudes ordinaires (misbehavior, ou comportements délinquants), d’après l’enquête de Martinson et al. (2005), sont des actes qui dérogent clairement à la déontologie de la recherche, sans avoir la gravité des précédents : arranger un peu les données (lisser la courbe, cooking data) ; maltraiter les personnes (ou animaux) sur qui on fait la recherche ; dissimuler les liens qu’on a avec une entreprise qui va profiter des résultats de la recherche ; exploiter ses étudiants ou ses collaborateurs ; emprunter une idée à un autre en la faisant passer pour sienne ; omettre de citer les résultats qui contredisent ses propres travaux ; faire obstacle à la publication d’un travail concurrent du sien ; citer à l’appui de sa propre thèse des travaux contestables ; modifier son plan d’expérience ou ses résultats sous l’influence d’un bailleur de fonds, etc.

16Les négligences (carelessness), toujours d’après Martinson et al. (2005), ne procèdent pas toujours d’une volonté de tromper, et relèvent de ce qu’on peut qualifier de « mauvaises habitudes », par exemple : publier le même travail dans deux ou trois journaux différents ; introduire, dans la liste des auteurs, les noms de gens qui n’ont pas contribué ; être imprécis sur sa méthodologie ; utiliser un plan d’expérience inadéquat ; biffer quelques résultats qui s’éloignent trop de ce qu’on attendait au motif qu’ils doivent être « accidentels » ; mal archiver ses spécimens ou ses cahiers d’expérience, etc.

  • 12 FDA : Food and Drug Administration.

17Quelle est l’ampleur de ces manquements à la déontologie ? Une fraude réussie étant une fraude non détectée, il est illusoire (pour évaluer la fréquence de la fraude) de compter les cas de fraude confirmés officiellement (un pour cent mille chercheurs aux US), ou le nombre d’articles retirés de la base PubMed pour faute (retracted papers : 0,02 %). Plus instructif est un audit effectué par la FDA12 aux États-Unis sur des études réalisées entre 1977 et 1990 : entre 10 % et 20 % présentaient de gros défauts, 2 % furent jugées clairement frauduleuses (rétrospectivement).

18Des enquêtes réalisées auprès des chercheurs (principalement aux États-Unis et en Grande Bretagne) approchent de plus près la question. On demande aux chercheurs de dire (sous le couvert de l’anonymat) s’il leur est déjà arrivé de frauder, et/ou s’ils ont personnellement connaissance de chercheurs qui ont fraudé. En se limitant aux enquêtes qui mettent en évidence des pratiques nuisibles au progrès des connaissances (ce qui exclut le plagiat), Daniele Fanelli (2009) a analysé 21 études et réalisé une méta-analyse sur 18 d’entre elles. Les résultats sont de deux sortes. D’une part, près de 2 % des personnes interrogées admettent avoir au moins une fois fabriqué, falsifié ou arrangé leurs données ou leurs résultats, et plus du tiers (34 %) des personnes interrogées avoue d’autres pratiques contestables. D’autre part, interrogées sur les pratiques des collègues, plus de 14 % pointent des falsifications, et 72 % d’autres pratiques contestables.

19On en arrive à parler d’une « culture de la fraude ». Un article paru dans le New York Times (15 octobre 2010) et publié en français par Le Figaro, est intitulé « La fraude académique, sport national en Chine ». Il y est surtout question de plagiat. On apprend que selon une étude officielle chinoise « un tiers des 6 000 chercheurs travaillant dans les six plus grands instituts chinois ont reconnu avoir plagié ou fabriqué des données ». Et ils s’en vantent ! Il n’y a pas que la Chine. L’université américaine du Michigan a eu à instruire un cas de sabotage de matériel expérimental par un chercheur jaloux de la réussite d’un autre (Maher, 2010, p. 516-518). Il a même été signalé, en Chine, qu’un universitaire ayant instruit l’affaire d’un chirurgien qui s’était fait une réputation en truquant son CV et abîmant de nombreux malades, a été attaqué dans la rue à coups de marteau par des hommes de main payés par le fraudeur. Le gouvernement chinois, comme le gouvernement américain, s’efforce d’endiguer une tendance à la fraude qui nuit à la réputation du pays. Mais quelle est la bonne méthode ? Le chirurgien susmentionné n’a finalement pas été élu membre de l’Académie des sciences chinoise (Cyranoski, 2010, p. 511)… En 2010 le comité d’éthique du CSIC (Conseil supérieur de recherche scientifique, Espagne) a demandé à la revue Science de retirer un article, pour données insuffisantes et manipulation des résultats (Macpherson, 2010). Les procédures de sélection des élites, les barrages à la publication, sont-ils insuffisants ? Faut-il renforcer les contrôles ?

20Une étude américaine (Koocher et Keith-Spiegel, 2010, p. 438-440), financée par l’ORI, publiée dans Nature, portant sur des fraudes mineures, intentionnelles ou non (honest mistakes), aboutit à des résultats décourageants. On demande à des chercheurs s’il leur est arrivé d’intervenir auprès de collègues pour leur signaler qu’ils font quelque chose de contestable, et qu’ils devraient corriger leur attitude. Les auteurs de ce travail ont obtenu 2 599 réponses utilisables. Sur les 2 193 personnes qui déclarent avoir constaté une faute, 63 % disent être intervenues (celles qui n’ont rien fait savaient souvent que quelqu’un intervenait). Pour quel résultat ? Dans 28 % des cas, la faute a été corrigée, dans 27 % des cas la faute a été niée. Quelle impression en gardent-ils ? 39 % sont contents d’être intervenus, 35 % sont mécontents (26 % restent neutres). Quelle issue pour eux-mêmes ? 50 % ont été approuvés sur leur lieu de travail, 50 % ont vu leur carrière interrompue ou gâchée. Signaler une fraude serait donc un acte risqué. Les auteurs de cette étude remarquent, en outre, que les proches d’un chercheur qui fraude n’osent que rarement intervenir (« c’est un ami ! »), même si l’avertissement peut épargner à l’ami un désastre.

21Avant de sanctionner ou dénoncer, il faudrait comprendre comment on en est arrivé là. On en est réduit aux hypothèses. Une lettre adressée à Science en 2010 (Siegel et Bavey, 2010, p. 1466) donne l’hypothèse la plus répandue. L’augmentation apparente de la fraude peut être un effet mécanique de l’augmentation du nombre de chercheurs (la fréquence relative de la fraude restant stable), ou du nombre de publications (par chercheur). L’impératif « publish or perish » (né aux US dans les années 1950) avait été mal accueilli par les scientifiques. Mais quand les administrateurs des universités se sont mis (au cours des années 1980) à mesurer la productivité de leurs collègues au nombre de leurs publications, et quand les promotions et crédits de recherche ont commencé à dépendre de ces évaluations quantitatives, on a vu la nature de la publication scientifique changer complètement : publications multiples pour un travail donné (salami slicing), articles multi-auteurs, thèses réduites à une succession d’articles publiables séparément… « As a result, the quantity of articles published in scholarly journals increased on average by about 200 to 300 % from the early 1980s to the late 1990s » (ibid.). La publication scientifique a explosé. Les chercheurs, qui savent le système pervers, ont réagi en développant des indices bibliométriques, fondés sur le nombre de citations, ce qui encourage encore l’inflation (je te cite, tu me cites…). Les reviewers, trop sollicités, n’arrivent plus à trier : « the top journals now are flooded with numbers of manuscripts beyond most editors’capacity to handle » (ibid.). De plus, en Chine et en Inde, il est arrivé qu’on offre un bonus aux chercheurs qui publient dans un grand (top) journal, ce qui a boosté la production : « In 2008 China passed the US to become the second scholarly producer (in total number of articles) after Europe » (ibid.). Les auteurs de la lettre concluent, entre autres, qu’un chercheur ne devrait jamais être autorisé à inclure plus de trois publications par an dans son rapport d’activité, les contributions sérieuses à l’avancement des connaissances ne pouvant se compter par douzaines en une même année.

  • 13 Le défaut de cet argument est que Fanelli (2009) a réfuté l’idée que ce sont les jeunes qui trichen (...)

22D’autres hypothèses courent, dont celle qui accuse les jeunes, formatés par la pratique de l’internet, de ne plus savoir distinguer entre ce qu’ils ont copié sur la toile, et ce qu’ils ont acquis par leur propre travail. Titus et Bosh (2010, p. 436-437) expriment dans Nature leur « opinion », sur les résultats de l’enquête de Koocher et Keith-Spiegel, publiés dans le même numéro de la revue. En dépit des efforts faits pour promouvoir l’intégrité de la recherche, la situation, disent-ils, ne s’améliore pas : « Misconduct continues, and evidence suggests that increasingly stress-ful competition for funds and the rush to publish may further erode ethical behavior » (ibid.). Or, argumentent-ils, 2 % de gros fraudeurs est peut-être une faible proportion, mais cela fait quand même 8 000 personnes sur les 400 000 qui sont financées sur fonds fédéraux ; et 1/3 de gens qui admettent des inconduites graves c’est une proportion énorme, quand on pense que le plus souvent ces inconduites ne seront pas détectées (« most of the instances will go undetected »). Pour lutter efficacement contre ce fléau, il faut remonter à ses causes : la profession, selon Titus et Bosh (2010), « résiste » aux efforts pour promouvoir l’intégrité. Où sont les résistances ? Ils les aperçoivent de trois côtés. D’abord, les jeunes chercheurs. Les jeunes qui arrivent à l’université ont un niveau scientifique faible, et ils ont été éduqués dans une ambiance de triche généralisée (le Web, le téléphone portable). Nous avons là, disent-ils, « une génération de tricheurs »13, qu’ils soient, au demeurant, chercheurs ou banquiers ! Ensuite, il faut avouer que la politique de promotion de l’intégrité a été combattue par un lobbying tenace venant des scientifiques, qui prétendent que les enseignements d’éthique sont une perte de temps et qu’il suffit d’une bonne formation scientifique pour faire de bons chercheurs. Enfin, la profession cultive le secret. Quand une fraude se produit dans un laboratoire, c’est la honte, et la tendance est à « étouffer l’affaire ». Les auteurs concluent qu’il faut « changer de culture », c’est-à-dire, promouvoir la « fierté » d’une recherche propre, et la transparence.

23Le cas du plagiat, comme signalé plus haut, est un cas à part, fort éloigné de celui de la falsification, dans la mesure où le plagiat ne porte pas tort à la vérité scientifique. L’ouvrage d’Adrian Johns (2009) démontre avec intelligence que les plagiaires (certains, comme Ptolémée, anciens et célèbres) sont à la fois d’affreux pirates qui usurpent la propriété intellectuelle, et des héros, bienfaiteurs de la science, qui libèrent les idées neuves des monopoles privés pour les faire circuler. La science est œuvre collective. La libre circulation des idées lui est nécessaire. John Herschel (fils de William) disait déjà que les idées scientifiques s’améliorent à force d’être repensées par un grand nombre de chercheurs. Traduit en français par A. A. Cournot, ce passage est célèbre :

Les sciences ne sont pas comme les aliments ; elles ne se détruisent pas par l’usage ; au contraire, elles s’étendent et se perfectionnent. Elles n’acquièrent pas peut-être un plus haut degré de certitude ; mais elles s’accréditent et se perpétuent. Il n’y a pas un corps de doctrines, quelque incomplet qu’il soit, qui ne puisse s’accroître encore. Il n’y en a pas de si sûr, de si éprouvé qui ne gagne, qui ne se perfectionne en passant par les mains de millions d’hommes. Ceux qui aiment, admirent les sciences pour elles-mêmes, doivent souhaiter que leurs éléments soient à la portée de tous, ne fût-ce que pour voir discuter les principes sur lesquels elles reposent, voir développer les conséquences qui s’en déduisent, et recevoir cette flexibilité, cette étendue que peuvent seuls lui donner les hommes de tout rang sans cesse occupés à les plier à leur usage (Herschel, 1987 [1830]).

24La revue Nature, qui recommande la lecture du livre de Johns, commente : « The notion of piracy lies at the heart of what we think science and technology are » (2010c, vol. 466, p. 563). De fait, il n’y a qu’un tout petit pas, du texte copié (sans guillemets, sans référence), à la citation correctement référencée : d’où le succès des logiciels anti-plagiat, et la facilité qu’on aurait à enseigner aux jeunes chercheurs à transformer un passage recopié (potentiellement cause d’annulation du doctorat) en citation savante (complimentée par un rapport de thèse louangeur). Ce qui est condamné dans le plagiat n’est pas l’emprunt, mais la dissimulation de l’emprunt.

25Mais si l’échange des idées convient à la nature de la science, et si par ailleurs le mensonge et la falsification lui sont foncièrement étrangers, pourquoi tant de chercheurs (apparemment) se laissent-ils aller à tricher ?

III. Pourquoi frauder ?

26L’affirmation que les chercheurs trichent massivement est doublement dépourvue de vraisemblance. D’une part, il y a un consensus mondial explicite pour déclarer la fraude à la fois moralement blâmable, et nuisible à une entreprise de recherche scientifique dont l’objectif est de découvrir le vrai (sans même parler de l’image désastreuse qu’elle donne de la science). D’autre part, quand elle est découverte, la fraude nuit à son auteur : au minimum le fraudeur se déconsidère, au pire sa carrière est ruinée. Les exemples sont là pour attester à la fois de la catastrophe personnelle, et des dégâts collatéraux de la fraude pour la communauté scientifique.

  • 14 Voir : Nature, 2010a, vol. 465, p. 403. Le Dr Andrew Wakefield avait, en 1998, publié dans The Lanc (...)

27Le médecin anglais Andrew Wakefield, qui a lancé une panique en affirmant avoir établi un lien entre l’autisme et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR), a été rayé au Royaume-Uni de la liste des médecins pour serious professional misconduct, et interdit d’exercer. Malheureusement le doute qu’il a jeté sur la vaccination ROR, quoiqu’infondé, persiste dans le grand public14.

  • 15 Voir la récapitulation de cette histoire dans Nature (Check et Cyranoski, 2005, vol. 438, p. 1056-1 (...)

28Le vétérinaire coréen Hwang Woo-Suk, professeur à l’université nationale de Séoul, tenu pour le « roi » du clonage humain suite à deux articles publiés dans Science en 2004 et 2005, a été convaincu de fabrication de données15. Ses deux articles ont été rétractés dans la revue Science en janvier 2006, son université l’a destitué de son poste de professeur et mis à la porte. Le commentaire qui accompagne la rétractation dans le numéro du 12 janvier 2006 de la revue Science est sec et accablant :

  • 16 Investigation Committee Report, Seoul National University, 10 Jan. 2006. Membres : Chairman Myung-H (...)

The final report from the Investigation Committee of Seoul National University (SNU)16 has concluded that the authors of two papers published in Science [Hwang et al., 2004 ; 2005] have engaged in research misconduct and that the papers contain fabricated data. With regard to Hwang et al., 2004, the Investigation Committee reported that the data showing that DNA from human embryonic stem cell line NT-1 is identical to that of the donor are invalid because they are the result of fabrication, as is the evidence that NT-1 is a bona fide stem cell line. Further, the committee found that the claim in Hwang et al., 2005 that 11 patient-specific embryonic stem cells line were derived from cloned blastocysts is based on fabricated data. According to the report of the Investigation Committee, the laboratory « does not possess patient-specific stem cell lines or any scientific basis for claiming to have created one ». Because the final report of the SNU investigation indicated that a significant amount of the data presented in both papers is fabricated, the editors of Science feel that an immediate and unconditional retraction of both papers is needed. We therefore retract these two papers and advise the scientific community that the results reported in them are deemed to be invalid.
As we post this retraction, seven of the 15 authors of Hwang et al., 2004 have agreed to retract their paper. All of the authors of Hwang et al., 2005 have agreed to retract their paper.
Science regrets the time that the peer reviewers and others spent evaluating these papers as well as the time and resources that the scientific community may have spent trying to replicate these results.
Donald Kennedy, Editor-in-Chief (2006, vol. 311, p. 303).

29En 2008, des chercheurs de Vienne « démontrent » que les ondes émises par les téléphones portables et les antennes relais causent des ruptures dans les brins d’ADN. Ce résultat affole la controverse sur les cancers de l’encéphale. Il se révèle qu’une technicienne de laboratoire avait « inventé » toutes les données. Le nom de cette personne circule sur le Web. Nul n’aimerait être à sa place (Beauté, 2008).

30Un spécialiste en cristallographie nommé Murthy, travaillant à l’université d’Alabama, a inventé 11 structures de protéines ayant un rapport avec le virus de la dengue et le système immunitaire humain ; ses articles ont été cités plus de 450 fois, les structures ont été déposées dans la Protein Data Bank (PDB). Il a fallu deux mois de travail pour prouver la fraude, sans compter le temps perdu par les chercheurs lancés sur de fausses pistes. Murthy continue de nier, mais sa réputation de tricheur est faite (Borrel, 2009).

31Le psychologue britannique Cyril Burt (1883-1971) qui étudia l’hérédité de l’intelligence sur des cohortes de jumeaux fit une carrière honorable d’initiateur en génétique du comportement. En réexaminant après sa mort ses coefficients de corrélation, certains jugèrent qu’ils étaient trop beaux pour être vrais, et on le soupçonna d’avoir inventé une partie de ses données. On le soupçonna même de s’être inventé des collaborateurs. La controverse autour de l’affaire Burt n’est pas éteinte (Mackintosh, 1995).

32Aucun chercheur ne peut vouloir lucidement que sa carrière soit ruinée ou sa mémoire salie. En conséquence, ou bien le fraudeur ignore qu’il triche, ou bien (s’il en est conscient) il croit que le risque d’être démasqué est négligeable par rapport à l’avantage que donne la tricherie. Un risque se définit comme une probabilité pondérée par une gravité. Le risque sera jugé négligeable si la probabilité d’être démasqué est faible, ou si la sanction encourue est bénigne : d’où une distinction à faire entre fraudes petites et grandes. Les petites fraudes (calcul approximatif, optimisation d’un diagramme, retouche d’une image), si elles sont relevées par un collègue ou par des referees, peuvent passer pour de simples erreurs, négligences, ou artifices de présentation destinés à faciliter la compréhension du lecteur. Les grandes fraudes ne peuvent être délibérément choisies que si la probabilité de leur détection est extrêmement faible ; sinon, on doit se dire que le chercheur qui fraude gravement est inconscient ou irresponsable.

33Il en va différemment si le chercheur qui fraude s’adresse à un public hors la communauté scientifique. Les rumeurs se propagent vite, les gens tendent à les croire ; par exemple, les malades en impasse thérapeutique sont vulnérables à des promesses dont ils ne peuvent guère juger la fiabilité, et dans ces conditions les fanfaronnades de faux savants, même démenties par des scientifiques plus sérieux, peuvent assurer aux tricheurs une relative sécurité et des profits considérables (ce qu’on observe, par exemple, sur le marché des thérapies dites régénératives).

  • 17 Karl Illmensee, professeur de biologie à l’université de Genève (Unige), prétendit en 1981, avoir o (...)

34On en vient à la conclusion provisoire que le chercheur qui fraude pense que sa fraude ne sera pas détectée (pas vu… pas pris… pas puni). Situation embarrassante : la proportion des fraudes non détectées n’est pas connue, la fraude et sa détection coûtent cher (temps perdu, fonds gaspillés), et les bailleurs de fonds peuvent demander des comptes… À l’université de Genève, où plusieurs cas ont été rencontrés dans les cinquante dernières années17, on a beaucoup réfléchi au coût de la fraude, aux causes de la fraude, aux moyens de la prévenir. Les causes sont plurielles, le mensonge est un art, et il n’y a pas de remède unique.

IV. Quels remèdes ?

35Le cas du plagiat est relativement simple. On pense le « prévenir », au moins en partie, par la mise à disposition chez les jeunes chercheurs de logiciels gratuits (comme SeeSources, ou CopyTracker) qui permettent de retrouver sur la toile les passages copiés ici ou là, et de les référencer. L’initiative Crosscheck est née du souci, chez les éditeurs de journaux scientifiques, de détecter les doublons dans la masse des articles candidats à la publication : 85 éditeurs de journaux scientifiques (à la date de juillet 2010) se sont unis pour mettre dans une banque de données commune les manuscrits qu’on leur confie. Le software est fourni par une compagnie d’Oakland, CA. Des études préliminaires ont été conduites sur le serveur de physique, et sur PubMed. Puis l’éditeur Taylor & Francis a fait un sondage sur trois journaux déjà suspects (révélant respectivement 6 %, 10 % et 23 % de plagiat). Le coût pour les éditeurs est jugé raisonnable (0,75 $ par article testé). Quand pour un manuscrit le test est positif, la sanction est la non-publication. De l’usage de la base Crosscheck, on espère tirer des données sur la fréquence du plagiat. On espère aussi, en amont, un effet de dissuasion.

36Cependant, même dans le cas du plagiat, il reste des problèmes non résolus (Nature, 2010a, vol. 466, p. 159-160 ; Butler, 2010). D’abord, la question : est-ce une faute de se plagier soi-même (self-plagiarism) ? Les revues scientifiques contiennent à la fois des articles annonçant une découverte (une avancée de la connaissance – research article), et des articles de synthèse, à visée pédagogique, faisant le point des connaissances acquises (review). L’auteur d’une review peut être amené à répéter des notions déjà publiées. La répétition est un caractère intrinsèque de l’enseignement. Il peut aussi être utile et nécessaire de se répéter partiellement quand on veut transmettre une même connaissance à des publics différents. Ce qui mène à une seconde question : quelle déontologie pour le traitement des cas de plagiat non manifestement frauduleux ? Une fois que deux articles ou morceaux d’articles ont été détectés comme très semblables par la base informatique, il reste à juger si c’est un réel cas de plagiat, ou si c’est explicable, ou excusable – et c’est beaucoup de temps et de travail pour les experts appelés à se prononcer… mais c’est aussi une satisfaction d’épingler un cas flagrant de copiage dans un article qui sans cela aurait été publié.

37Plus que le plagiat, qui ne nuit qu’à la réputation des chercheurs, la fabrication ou falsification des données nuit à la science elle-même. L’entreprise scientifique a pour objet de découvrir et analyser ce que le monde où nous vivons « est réellement ». Tricher sur ce qu’on prétend avoir observé est un manquement à la fidélité due à l’objet qu’on étudie (la nature). Certes, on peut argumenter qu’un jour ou l’autre l’erreur sera redressée, qu’elle ne résistera pas à l’épreuve des faits : les faits sont « têtus » (stubborn), disait Whitehead (1978 [1929]). Mais les faits peuvent se laisser longtemps manipuler avant d’imposer leur loi.

  • 18 Voir les deux grands textes de référence : Association médicale mondiale – World Medical Associatio (...)

38Dans le domaine de la recherche biomédicale, dont il a été dit que la fraude y est fréquente, et nombreux les conflits d’intérêts – on pense, par exemple, aux statisticiens rétribués par l’industrie du tabac qui ont longtemps contesté le lien entre enfumage et cancer bronchopulmonaire – une mesure préventive a fait ses preuves : l’examen des protocoles expérimentaux par des comités d’éthique indépendants18. La discipline à laquelle se plient depuis une vingtaine d’années les scientifiques qui font de la recherche sur des sujets humains (ou animaux) : rédiger entièrement leur protocole de recherche, et le soumettre à examen avant exécution, était destiné à protéger les sujets de recherche contre la maltraitance. Elle n’était pas faite pour dépister une éventuelle manipulation des résultats. Mais en contraignant les chercheurs à expliciter la procédure suivie, elle a attiré l’attention sur les conditions techniques à remplir pour que l’hypothèse qu’on teste soit vraiment réfutable, si elle est fausse. Et elle a enraciné l’idée qu’un essai de mauvaise qualité scientifique est une insulte aux sujets d’expérience. Ce qui indirectement est un frein à la tentation de manipuler les résultats.

39D’une façon générale, au moins pour la part du financement de la recherche qui est assurée sur fonds publics, un encadrement s’est peu à peu mis en place, qui ne suffit pas à dissuader les individus de tricher, mais signale au moins les limites à ne pas franchir. Partant du principe que le gaspillage de l’argent des contribuables est éthiquement inacceptable, les bailleurs de fonds publics aux États-Unis ont mis en place une réglementation qui protège le trésor public contre le risque d’avoir à payer pour des travaux de recherche malhonnêtes. On y a fait allusion plus haut. Tout candidat à un financement public de recherche s’engage à rembourser ce financement au cas où il serait convaincu de fraude scientifique. Afin de pouvoir tenir cet engagement, il doit souscrire une assurance anti-fraude. Il doit, en supplément, fournir la preuve que son institution met à la disposition des chercheurs un programme d’éducation aux bonnes pratiques de recherche. L’engagement, l’attestation d’assurance et le détail du programme éducatif sont joints au dossier de demande de fonds. Les financeurs privés peuvent avoir les mêmes exigences, ils ne l’ont pas toujours.

40Mais il semble que ces dispositions n’ont pas suffi à faire reculer de façon significative la tentation de frauder. Dans le monde darwinien de la recherche, publier est une obligation incontournable, exhiber des résultats qui retiennent l’attention de possibles referees est une nécessité de survie. La « pression de sélection » qui s’exerce sur les travailleurs de la recherche serait telle que pour rester dans la compétition ils seraient tous, un jour ou l’autre, amenés à mettre le coup de pouce furtif qui « fait la différence », surtout s’ils se savent entourés de rivaux qui n’hésitent pas à en faire autant.

41Il est connu que le milieu de travail influence l’attitude des individus, qu’il y a des équipes où l’on triche et d’autres où la triche est impensable. On a donc proposé de « créer l’environnement » qui encourage la recherche propre (Institute of Medicine et National Research Council Committee on Assessing Integrity in Research Environments, 2002). Martinson et al. (2006) ont cherché quels facteurs spécifiques de l’environnement de travail poussent à la fraude. Leur hypothèse, qu’ils ont testée et validée sur un échantillon de plusieurs milliers de chercheurs (jeunes post-docs, et chercheurs en milieu de carrière), est que le principal facteur qui amène les individus à tricher est un sentiment d’injustice. « Our findings indicate that when scientists believe they are being treated unfairly they are more likely to behave in ways that compromise the integrity of science » (Martinson et al., 2006, p. 51). Or, au-delà des injustices ponctuelles qui peuvent toucher un individu ou un autre, ils observent que le milieu de la recherche dans son ensemble est foncièrement injuste. Nos sociétés, en effet, forment beaucoup plus de jeunes chercheurs qu’elles n’ont de postes pour les accueillir, la rareté des postes permettant de recruter à faible coût une main-d’œuvre de qualité, soumise à sélection sévère, et de n’assurer une situation stable et financièrement confortable, après de longues années de précarité, qu’à une minorité de cette réserve de chercheurs potentiels, dont la majorité se recyclera ailleurs que dans la recherche. Cet état de fait est source de frustration. Ils citent un article paru dans la revue Science en 2004 :

We’ve arranged to produce more knowledge workers than we can employ, creating a labor-excess economy that keeps labor costs down and productivity high… The consequences of this are troubling. To be sure, the best graduate of the most prestigious programs may eventually find good jobs, but only after they are well past the age at which their predecessors were productively established. The rest – scientists of considerable potential who didn’t quite make it in a tough market – form an international legion of the discontented (Kennedy, 2004, p. 1105).

42Faut-il en conclure qu’il est urgent de rendre le monde de la recherche moins darwinien ? C’est ce que pensent ceux qui préconisent que les universités ne forment que le nombre exact de diplômés utilisables par la recherche. Cette opinion est plutôt minoritaire, le monde académique restant attaché au libre choix des filières d’enseignement. Le dirigisme n’a jamais réussi à la science. Certes, beaucoup de ceux qui contribuent à la réflexion sur la fraude scientifique pensent qu’il faut désormais « changer de culture ». Mais les mesures préconisées sont des mesures douces, tendant seulement à atténuer les brutalités de la compétition. L’éthique de la recherche scientifique sera systématiquement enseignée dans les universités et les laboratoires : ainsi la compétition se fera entre gens bien élevés. Les programmes d’éducation inculqueront les règles de RCR (Responsible Conduct of Research) et de RIB (Responsible Institutional Behavior) : ainsi pourra s’affirmer une « éthique institutionnelle » dont les membres de l’institution peuvent être fiers. Les recrutements à des postes de chercheur ne se décideront pas en fonction du « nombre » des publications, mais en fonction du « contenu » de quelques publications choisies ; même chose pour les prix, les attributions de crédits de recherche (grants), les élections aux académies ou sociétés savantes. Enfin, en admettant que la fraude existe, elle sera banalisée : des formulaires préciseront la conduite à tenir par toute personne qui croit avoir décelé une inconduite scientifique, la présomption d’innocence sera de règle, et les cas signalés feront l’objet d’un traitement transparent. Le but est « to educate and rehabilitate, rather to punish and destroy » (Martinson et al., 2006, p. 15). En somme, l’idée est de supprimer les injustices en gardant la sélection. Est-ce cohérent ?

Bibliographie

Bibliographie

Adams Douglas et Pimple Kenneth D., 2005, « Research Misconduct and Crime. Lessons from Criminal Science on Preventing Misconduct and Promoting Integrity », Accountability in Research, vol. 12, no 3, p. 225-240, [en ligne] doi : 10.1080/08989620500217495.

Alix Jean-Pierre, 2010, Pour une intégrité bien tempérée de la recherche. Propositions de prévention et de traitement de la fraude scientifique pour la France, Lettre de mission du 30 août 2010.

All European Academies (ALLEA), 2003, Memorandum on Scientific Integrity, [en ligne] http://www.allea.org.

Anonyme, 2008, Le Monde, 7 février 2008.

Anonyme, 2010a, « News Briefing », Nature, vol. 465, no 7297, p. 403, [en ligne] doi : 10.1038/465402a.

Anonyme, 2010b, « Editorials », Nature, vol. 466, no 7303, 8 juillet 2010, p. 159-160, [en ligne] doi : 10.1038/466159a ; doi : 10.1038/466159 ; doi : 10.1038/466160a.

Anonyme, 2010c, « Vacation Reading », Nature, vol. 466, no 7306, p. 563, [en ligne] doi : 10.1038/466563a.

Association médicale mondiale et World Medical Association, 1964, Declaration of Helsinki. Recommendations Guiding Physicians in Biomedical Research Involving Human Subjects, révisée en 1975, 1983, 1989, 1996 et 2000, [en ligne] http://www.wma.net/en/60about/70history/01declarationHelsinki/.

Beauté Bertrand, 2008, « Les chercheurs poussés à la fraude », Largeur.com magazine, 7 octobre 2008, [en ligne] http://www.largeur.com/?p=2706.

Blanc Marcel, Chapouthier Georges et Danchin Antoine, 1980, « Dossier : les fraudes scientifiques », La Recherche, no 113, p. 858-868.

Borrel Brendan, 2009, « Fraud Rocks Protein Community », Nature, vol. 462, no 7276, p. 970, [en ligne] doi : 10.1038/462970a.

Broad William, 1981, « Fraud and the Structure of Science », Science, vol. 212, no 4491, p. 137-141, [en ligne] doi : 10.1126/science.7209527.

Broad William et Wade Nicholas, 1973, La Souris truquée. Enquête sur la fraude scientifique, Paris, Seuil.

Butler Declan, 2010, « Cut-and-paste culture tackled by CrossCheck software », Nature, vol. 466, p. 167, [en ligne] doi : 10.1038/466167a.

CCNE, 2010, « Communication d’informations scientifiques et médicales, et société : enjeux éthiques », avis n° 109, [en ligne] http://www.upf.edu/pcstacademy/_docs/CCNE-Avis109.pdf.

Check Erika et Cyranoski David, 2005, « Korean Scandal will have Global Fallout (Special Report) », Nature, vol. 438, no 7071, p. 1056- 1057, [en ligne] doi : 10.1038/4381056a.

CIOMS et WHO, 2003, International Ethical Guidelines for Biomedical Research Involving Human Subjects/Lignes directrices internationales d’éthique pour la recherche biomédicale impliquant des sujets humains, Genève, [en ligne] http://www.cioms.ch/publications/layout_guide2002.pdf.

Crotty Shane, 2001, Ahead of the Curve. David Baltimore’s Life in Science, Berkeley, University of California Press.

Cyranoski David, 2010, « Brawl in Beijing. Critics of Chinese researchers targeted in physical attacks », Nature, vol. 467, no 7315, p. 511, [en ligne] doi : 10.1038/467511a.

ESF, s. d., ESF World Conferences, [en ligne] http://www.esf.org.

ESF, 2011, European Code of Conduct fir Research Integrity, [en ligne] http://www.esf.org/fileadmin/Public_documents/Publications/Code_Conduct_ResearchIntegrity.pdf.

ESF et ALLEA, 2011, The European Code of Conduct for Research Integrity, [en ligne] http://www.esf.org/fileadmin/Public_documents/Publications/Code_Conduct_ResearchIntegrity.pdf.

Fanelli Daniele, 2009, « How Many Scientists Fabricate and Falsify Research ? A systematic Review and Meta-Analysis of Survey Data », PLoS One, vol. 4, no 5, e5738, [en ligne] doi : 10.1371/journal. pone.0005738.

Fussmann Gérard (éd.), 2011, La mondialisation de la recherche, Paris, Collège de France, [en ligne] http://books.openedition.org/cdf/1514.

Greenberg Daniel S., 1988, « Academic Fraud is no longer a Family Affair », Los Angeles Times, 6 décembre 1988, [en ligne] http://articles.latimes.com/1988-12-06/local/me-785_1_academic-fraud.

Herschel John, 1987 [1830], A Preliminary Discourse on the Study of Natural Philosophy, Chicago, The University of Chicago Press. Version française (trad. par B***), 1834, Discours sur l’étude de la philosophie naturelle, Paris, Paulin.

Hwang Woo-Suk et al., 2004, « Evidence of a Pluripotent Human Embryonic Stem Cell Line Derived from a Cloned Blastocyst », Science, vol. 303, no 5664, p. 1669, [en ligne] doi : 10.1126/science.1094515.

Hwang Woo-Suk et al., 2005, « Patient-specific Embryonic Stem Cells Derived from Human SCNT Blastocysts », Science, vol. 308, no 5729, p. 1777, [en ligne] doi : 10.1126/science.1112286 (rétractation).

Institut de France et Académie des sciences, 2011, Du bon usage de la bibliométrie pour l’évaluation individuelle des chercheurs, rapport remis le 17 janvier 2011 à Madame la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, [en ligne] http://www.academie-sciences.fr/activite/rapport/avis170111.pdf.

Institut Pasteur, 2009, Charte d’éthique, [en ligne] http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/qui-sommes-nous.

Institute of Medicine et National Research Council Committee on Assessing Integrity in Research Environments, 2002, Integrity in Scientific Research : Creating an environment that promotes responsible conduct, Washington DC, The National Academies Press.

Jacobs Andrew, 2010, « La fraude académique, sport national chinois », Le Figaro, 14 octobre 2010.

Johns Adrian, 2009, Piracy. The Intellectual Property Wars from Gutenberg to Gates, Chicago, The University of Chicago Press.

Kennedy Donald, 2006, « Editorial Retractation », Science, vol. 311, no 5759, p. 335, [en ligne] doi : 10.1126/science.1124926.

Kennedy Donald, Austin Jim, Urquhart Kirstie et Taylor Crispin, 2004, « Supply without Demand », Science, vol. 303, no 5661, p. 1105, [en ligne] doi : 10.1126/science.303.5661.1105.

Koocher Gerald et Keith-Spiegel Patricia, 2010, « Peers Nib Misconduct in the Bud », Nature, vol. 466, no 7305, p. 438-440, [en ligne] doi : 10.1038/466438a.

Kreutzberg Georg W., 2004, « The Rules of Good Science. Preventing Scientific Misconduct is the Responsibility of All Scientists », EMBO Reports, vol. 5, no 4, p. 330-332, [en ligne] doi : 10.1038/ sj.embor.7400136.

Kroh Alexandra, 2009, Petit traité de l’imposture scientifique, Paris, Belin.

Lafollette Marcel C., 1996, Stealing into Print : Fraud, Plagiarism, and Misconduct in Scientific Publishing, Berkeley, University of California Press.

Larivée Serge et Baruffaldi Maria, 1992, Les Fraudes scientifiques. Rapport préliminaire, Montréal/Ottawa, Université de Montréal/Conseil de recherche en sciences humaines du Canada.

Mackintosh Nikolas (éd.), 1995, Cyril Burt : Fraud or framed ?, Oxford, Oxford University Press.

Macpherson Ana, 2010, « No toda la ciencia es cierta », La Vanguardia, [en ligne] http://blocs.xtec.cat/ccmc1ra/2010/09/22/no-toda-la-ciencia-es-cierta.

Maher Brendan, 2010, « Research integrity : Sabotage ! », Nature, vol. 467, no 7315, p. 516-518, [en ligne] doi : 10.1038/467516a.

Marshall Eliot, 2000, « Scientific Misconduct – How Prevalent is Fraud ? That’s a Million-Dollar Question », Science, vol. 290, no 5497, p. 1662-1663, [en ligne] doi : 10.1126/science.290.5497.1662.

Martinson Brian C., Anderson Melissa S., Crain A. Lauren et Vries Raymond (de), 2006, « Scientists’perceptions of organizational justice and self-reported misbehaviors », Journal of Empirical Research on Human Research Ethics, vol. 1, no 1, p. 51-66, [en ligne] doi : 10.1525/jer.2006.1.1.51.

Martinson Brian C., Anderson Melissa S. et Vries Raymond (de), 2005, « Scientists behaving badly », Nature, vol. 435, no 7043, p. 737-738, [en ligne] doi : 10.1038/435737a.

Max Planck Gesellschaft, 1997, Rules of procedure in cases of suspected scientific misconduct, révisé en 2000, [en ligne] https://www.mpg.de/232117/procedScientMisconduct.pdf.

Max Planck Gesellschaft, 2000, Rules of good scientific practice, [en ligne] https://www.mpg.de/197494/rulesScientificPractice.pdf.

Montreal Statement on Research Integrity, 2013, Montreal Statement on Research Integrity in Cross-Boundary Research Collaborations, [en ligne] http://www.cehd.umn.edu/olpd/MontrealStatement.pdf.

National Academy of Science (NAS), 1992, Responsible Science, vol. 1 : Ensuring the Integrity of the Research Process, Washington DC, National Academy Press.

OECD, s.d., Best Practices for Ensuring Scientific Integrity and Preventing Misconduct, [en ligne] http://www.oecd.org/dataoecd/37/17/40188303.pdf.

OECD, 2009, Investigating Research Misconduct Allegations in International Collaborative Research Projects, [en ligne] http://www.oecd.org/science/sci-tech/42770261.pdf.

OMS et CIOMS, 1981, Déclaration de Manille, révisée en 1982, 1993, 2002, [en ligne] http://www.tbethics.org/Textes/Declaration_de_Manille-VF.pdf.

Pracontal Michel (de), 2001, L’Imposture scientifique en dix leçons, Paris, La Découverte.

Poincaré Henri, 1910, « La morale et la science », Foi et Vie, n° 11, p. 323- 329, [en ligne] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5717405z/f7 ; repris in Poincaré Henri, 1913, Dernières pensées, Paris, Flammarion, p. 32-47.

Ryan Kenneth J., 1995, « Integrity and misconduct in Research », Report of the Commission of Research Integrity, Washington DC, US Department of Health and Human Services ; cité in Steneck Nicholas H. et Bulger Ruth Ellen, 2007, « The History, Purpose and Future of Instruction in the Responsible Conduct of Research », Academic Medicine, vol. 82, no 9, p. 831, [en ligne] doi : 10.1097/ ACM.0b013e31812f7d4d.

Seoul National University Investigation Committee, 2006, Investigation Committee Report, Séoul, Seoul National University.

Siegel Donald et Bavey Philippe, 2010, « Battling the Paper Glut », Science, vol. 329, no 5998, p. 1466, [en ligne] doi : 10.1126/ science.329.5998.1466-a.

Singapore Statement on Research Integrity, s. d., Singapore Statement on Research Integrity, [en ligne] http://www.singaporestatement.org/index.html.

Thuillier Pierre, 1972, « Une supercherie exemplaire : l’homme de Piltdown », La Recherche, vol. 3, no 28, p. 998-1002.

Titus Sandra et Bosh Xavier, 2010, « Tie Funding for Research Integrity », Nature, vol. 466, no 7305, p. 436-437, [en ligne] doi : 10.1038/466436a.

White House, 2000, US Office of Science and Technology Policy, [en ligne] http://www.whitehouse.gov/administration/eop/ostp.

WhiteheadAlfred North, 1978 [1929], Process and Reality. An Essay in Cosmology, New York, Free Press.

Notes

1 Cet article a été antérieurement publié dans l’ouvrage dirigé par Gérard Fussmann (2011).

2 Voir, en français : Thuillier (1972) ; Broad et Wade (1973) ; Blanc, Chapouthier et Danchin (1980, p. 858-868).

3 Voir, par exemple : Pracontal (2001) ; Crotty (2001) ; Kroh (2009).

4 DHHS : Department of Health and Human Services.

5 « On the basis of the belief that ’required educational activity is essential and should be more broadly implemented to ensure that, through such training, all individuals who perform research in institutional settings are sensitized to the ethical issues inherent in research’ (emphasis in the original), the report recommended that the secretary of HHS ’require that each institution applying or receiving a grant, contract or cooperative agreement under the Public Health Service Act for research or research training add to its existing misconduct-in-science assurance a third declaration, on certifying that the institution has an educational program on the responsible conduct of research’ » (Ryan, 1995 ; cité in Steneck et Bulger, 2007, p. 831).

6 ESF : European Science Foundation.

7 ALLEA : All European Academies.

8 OCDE : Organisation de coopération et de développement économiques (en anglais OECD : Organisation for Economic Co-operation and Development). Le rapport Best Practices for Ensuring Scientific Integrity and Preventing Misconduct peut être téléchargé en ligne sur le site de l’OECD, ainsi qu’un guide pratique sur la façon de traiter les allégations de fraude scientifique dans un contexte de collaboration scientifique internationale : Investigating Research Misconduct Allegations in International Collaborative Research Projects. UNESCO : United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture).

9 AAAS : American Association for the Advancement of Science (qui publie le journal Science).

10 European Code of Conduct for Research Integrity (ESF et ALLEA, 2011).

11 NIH : National Institutes of Health.

12 FDA : Food and Drug Administration.

13 Le défaut de cet argument est que Fanelli (2009) a réfuté l’idée que ce sont les jeunes qui trichent le plus ; ou du moins, le très sérieux travail de Fanelli donne l’indication que la propension à la fraude serait plus souvent admise par les chercheurs confirmés (ayant un poste stable) que par les plus jeunes (sur poste précaire), quelle que soit l’explication qu’on donne de ce fait.

14 Voir : Nature, 2010a, vol. 465, p. 403. Le Dr Andrew Wakefield avait, en 1998, publié dans The Lancet une étude réalisée chez 12 enfants, dont plusieurs, suite à l’administration du vaccin, auraient présenté un syndrome intestinal, et la brusque apparition d’un autisme. Aucune autre équipe ne parvint à confirmer ce résultat. Une enquête du Sunday Times révéla que, sur les 12 enfants, ceux qui étaient autistes l’avaient été avant d’être vaccinés, que les autres ne sont jamais devenus autistes, et que ces enfants avaient subi, lors de la prétendue ’étude’, des examens inutiles et dangereux. Elle révéla surtout que le Dr Wakefield avait été acheté par un avocat qui voulait intenter une action judiciaire contre le laboratoire produisant le vaccin, et que les résultats de l’étude avaient été entièrement fabriqués pour servir ce projet. Lorsque les faits furent connus en 2004, dix (sur 13) des signataires de l’article se rétractèrent, et l’Ordre des médecins traîna le Dr Wakefield devant la justice. En janvier 2010 le jugement fut rendu, et l’article fut rétracté par la revue. Mais nombre de parents d’enfants autistes continuèrent de croire que l’état de leur enfant était dû à la vaccination, et malheureusement cette histoire renforça la méfiance des familles à l’égard des vaccinations. Le Dr Wakefield refusa de reconnaître la fraude, et partit travailler aux États-Unis.

15 Voir la récapitulation de cette histoire dans Nature (Check et Cyranoski, 2005, vol. 438, p. 1056-1057).

16 Investigation Committee Report, Seoul National University, 10 Jan. 2006. Membres : Chairman Myung-Hee Chung, SNU ; Uhtaek Oh, SNU ; Hong-Hee Kim, SNU ; Un Jong Pak, SNU ; Yong Sung Lee, Hanyang University ; In Won Lee, SNU ; In Kwon Chung, Yonsei University ; Jin Ho Chung, SNU.

17 Karl Illmensee, professeur de biologie à l’université de Genève (Unige), prétendit en 1981, avoir obtenu des souris par clonage (en utilisant la technique du transfert de noyau), anticipant frauduleusement sur une réussite (le clonage d’un mammifère) qui ne fut atteinte qu’en 1996 avec la naissance de la brebis Dolly. Ragnar Rylander est l’auteur de plusieurs publications mensongères qui innocentent le tabagisme passif de toute action délétère sur les poumons ; il fut condamné en 2003 par la cour de justice de Genève, après qu’on eut découvert qu’il était payé par Philip Morris.

18 Voir les deux grands textes de référence : Association médicale mondiale – World Medical Association (1964) ; Organisation mondiale de la santé (OMS) et Conseil des organisations internationales des sciences médicales (CIOMS) [2003].

Auteur

Professeur au Collège de France (chaire de philosophie des sciences biologiques et médicales) et médecin spécialiste attaché à l’Assistance publique de Paris (Créteil, Hôpital Henri Mondor, psychiatrie), membre correspondant de l’Académie des sciences et membre de l’Institut international de philosophie. Ses recherches portent sur le raisonnement diagnostique, l’épistémologie de la causalité, l’éthique biomédicale et l’épistémologie biologique. Publications récentes : L’émergence de la médecine scientifique, Paris, Éd. Matériologiques, 2012 ; « Un regard de philosophe sur le statut de l’embryon et de l’interruption volontaire de grossesse », Revue française des affaires sociales, n° 1, 2011 ; Médecine et philosophie, Paris, PUF, 2010.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search