Version classiqueVersion mobile

La correspondance de Proust

 | 
Luc Fraisse

Préface

Texte intégral

1S'il est une facette encore méconnue de la personnalité littéraire de Proust, c'est bien le visage de Proust épistolier. En lui le romancier est depuis longtemps fort célèbre, l'essayiste pleinement reconnu ; le pasticheur virtuose admiré et le traducteur admis malgré quelques réserves. Mais Proust épistolier ? Ce personnage est tout nouveau pour le lecteur, puisque le vingt et unième et dernier volume de la Correspondance n'a vu le jour qu'en 1993. La quantité plaide pour lui : plus de cinq mille lettres, plus de dix mille pages. Mais la vraie question est autre : quelles sont la signification, la valeur, la portée de ces lettres ? Et Proust manifeste-t-il dans son activité épistolaire un visage propre ? Ici le champ d'investigation reste à peu près vierge ; l'interrogation, qui n'a guère été formulée, est en attente de réponse.

2Une circonstance pourtant nous somme d'y répondre si possible, circonstance qui a d'abord mis en péril la postérité même de la correspondance : c'est que Proust justement n'y montre pas le visage que nous attendions, que les lecteurs de son roman étaient en droit d'attendre de lui. Celui qui a bouleversé de l'intérieur le genre romanesque ne bouscule en rien celui de la lettre : il n'en fait aucun usage nouveau, tout au plus précisément en fait-il usage, c'est-à-dire qu'il écrit sa correspondance au jour le jour sans y songer, et dans un but purement utilitaire. Celui qui a construit À la recherche du temps perdu comme une cathédrale, ici n'a aucune construction en vue : le support d'écriture est une feuille volante, et le sujet de la lettre rarement prémédité, et le plus souvent étoffé par le simple jeu des associations d'idées. Celui qui a laissé son nom à un type de phrase, une phrase longue et sinueuse qui épouse les méandres de la pensée, écrit ici sans inspiration poétique particulière, il faudrait dire sans style : la phrase est souvent sèche, réduite au minimum nécessaire ; s'allonge-t-elle, qu'elle tombe dans le filet des répétitions et des amphibologies. Celui qui a voulu dans son œuvre transmettre au lecteur une théorie abondante et charpentée sur le temps et sur l'art, et en matière de psychologie, ici médite peu, livre peu de messages, ne court pas aux lois générales qui dans son roman forment l'aboutissement de la création : malade, il entretient ses correspondants – c'est d'ailleurs une loi du genre – de sa maladie ; mondain, il recueille ou entretient des potins ; écrivain même, il prend soin de la disposition purement matérielle de son œuvre, laquelle se réduit à des cahiers numérotés de différentes couleurs, à des découpages d'extraits pour des revues, à des corrections d'épreuves, à des recommandations ou remontrances à son éditeur, ou encore à la recherche de chroniqueurs journalistiques. Celui enfin qui, plaçant le narrateur de la Recherche au point où lui-même se trouve durant les quinze dernières années de sa vie, lui fait dire : "L'idée de ma construction ne me quittait pas un instant", ne trouve pas, dans l’immense société que met en scène sa correspondance, un interlocuteur régulier (confrère romancier ou admirateur fidèle) à renseigner sur le progrès de son œuvre : le principal ressort de la vie de Proust – la construction et l'achèvement de son cycle romanesque – se reflète tout à peine dans les lettres : aucune Louise Colet, aucune Mlle Leroyer de Chantepie n'est jugée digne, ou du moins ne place Proust en situation de s'épancher sur sa conception générale de l'art ni de livrer un reportage en direct sur sa création.

3Que reste-t-il donc aux lettres pour mériter d'être lues ? demandera-t-on alors. Beaucoup plus qu'on ne le croit d'abord. Et pour commencer de nous obliger précisément à nous affronter à ce mystère, que le visage de Proust épistolier n’est pas en tout semblable au visage de Proust romancier. La paternité de la Recherche n'est pas contestée à Proust, aucun parti antistratfordien ne s'est mobilisé contre lui, d'où résulte cette passionnante question : où se cache, dans ce mondain léger qui picore dans la société du temps quelques traits d afféterie, le somptueux concepteur, le majestueux narrateur de la Recherche ? Force est bien d'admettre qu'un écrivain se met tout entier dans son œuvre ; dès lors, pourquoi le tout de l'œuvre n'apparait-il pas dans les lettres ?

4Il faudrait commencer par nuancer les péremptoires affirmations qu'on vient de lire : elles rendent compte de l'impression dominante de lecture, éprouvée par qui se plonge dans la correspondance, mais se trouveraient aisément infirmées dans les moindres détails. Il faudrait répliquer en vrac que les lettres de Proust renferment en quantité non négligeable des morceaux d'anthologie, des réflexions profondes sur une immense étendue de sujets variés ; que tel Jacques Rivière pour l'esthétique, telle Mme Straus pour la psychologie, ont constitué pour l'épistolier ces interlocuteurs privilégiés qui permettent à un écrivain d'extraire au jour le jour de son moi profond toute une sédimentation de théories originales ; qu'à partir de 1914, les innombrables lettres adressées aux journalistes qui commentent la parution échelonnée des volumes de la Recherche constituent, réunies ensemble, un art poétique complet et tel qu'on en trouve rarement chez un artiste ; qu'enfin celui qui connaît par avance le cycle romanesque qui se prépare au moment où s'écrit la correspondance, reconnaît dans les lettres un foyer en perpétuelle effervescence de personnages, de réflexions, de thèmes, d'épisodes, de phrases, d'images et de vocables privilégiés, parfois de rythmes, tout un monde encore épars en mille facettes pailletées que le travail secret du romancier consistera à souder et à structurer.

5L'architecte et le doctrinaire de la Recherche sont loin d'être absents de la correspondance ; ce qui nous trouble, nous déconcerte et nous déçoit, c'est qu'ils n'y soient pas seuls. Réfugiés dans l'œuvre de Proust comme dans une arche (le romancier lui-même évoque celle de Noé), nous éprouvons au contact des lettres une sensation épidermique d'hétérogénéité. La Recherche exerce sur ses lecteurs une telle force d'attraction que ceux-ci ont de la peine à concevoir que les lettres demeurent extérieures à l'œuvre et résistent à la possibilité de se fondre en elle. Le narrateur du roman, en disant je en notre nom, s'est si bien assuré de notre collaboration, nous a à notre insu si bien investis, que les lettres de Proust, qui n'ont pas ce je pour auteur, nous paraissent proprement inassimilables : grande victoire pour l'auteur d'une autobiographie fictive. Fussent-elles toutes jetées au feu, que les lettres, par ce geste, constitueraient une preuve matérielle de la réussite artistique de Proust.

6Envisager d'aborder par sympathie les lettres de Proust, c'est donc accepter par avance et à l'usage d'entendre la voix du je de la Recherche mêlée à d'autres voix ; c'est aussi et surtout se faire une oreille assez fine pour ne pas croire que ces autres voix de Proust recouvrent et volatilisent entièrement la voix du je de la Recherche. Parfois, cette voix ample du romancier prend la parole au milieu d'autres voix discordantes, et les graves accords qu'elle donne à entendre saisissent d'autant plus, enclavés qu'ils sont au milieu de ces dysharmonies. Mais plus souvent, la voix au fond assez uniforme que nous entendons sous l'apparence trompeuse de la variété n'est que la voix préparatoire à celle du je de la Recherche, une voix qui ne cesse de tâcher à se placer, rejette obstinément ce qui n'est pas elle, répète inlassablement ce qui pourra être elle, entre en lutte avec les voix qui lui ressemblent, et surtout avec celles qu'elle deviendrait si elle ne parvenait pas à ne conserver que le meilleur d'elle-même. Elle s'attaque – et c'est ce qui d'abord nous choque – à tout ce qui n'est pas elle de multiples façons : elle le contourne, ou le traverse, ou même l'exhibe ; elle va jusqu'à contrefaire ce qu'elle ne veut être à aucun prix.

7Il résulte de cet étrange concert de voix qu'une correspondance d'écrivain est à la fois bien moins et bien plus qu'une confidence. On voit à présent à quel point l'on a raison de dire qu'il ne faut pas se fier aux lettres. Mais on aperçoit aussi qu'à l'image du rêve selon Freud, leur contenu manifeste occulte un contenu latent. Le temps perdu et le temps retrouvé sont à nouveau en jeu dans la correspondance, car le lecteur doit accepter d'y perdre l'image du romancier de la Recherche pour mieux bientôt l'y retrouver. Plusieurs voies s'ouvrent alors à l'observateur des lettres.

8La correspondance rend d'abord loisible d'interroger la personnalité de l'écrivain. Je m'y suis essayé, le titre l'indique, dans Proust au miroir de sa correspondance (SEDES, 1996). Ici les lettres permettaient d'ouvrir les yeux sur le monde avec le regard même de Proust : le romancier de la Recherche ne définit-il pas l'art comme le seul moyen peut-être de "voir le monde avec les yeux d'un autre" ? Il apparaissait chemin faisant que ces courts textes, écrits au jour le jour, loin de constituer un simple déchet de l'œuvre, loin de ne rien renfermer de précieux sur leur auteur, émanaient au contraire d'un esprit toujours en éveil, c'est-à-dire toujours prêt à proposer de chaque circonstance, de chaque événement, de chaque idée, une lumineuse synthèse. En feuilletant ces si nombreuses pages, on pouvait recueillir un bréviaire de pensées sur la vie humaine en général, sur le monde contemporain, celui de la société comme celui des Lettres, enfin sur la création, artistique et littéraire. On pouvait surtout pénétrer très loin dans l'intimité de l'épistolier, jusque dans l’obscurité de sa réclusion, non pour y recueillir quelque indiscret secret, mais pour y surprendre, en cours à effectuation, la chimie de la création romanesque ; on pouvait remonter en effet jusqu'aux schèmes qu'esquisse la pensée dès son premier contact avec la matière, et ces mouvements premiers de l'esprit, sauvés de l'inintelligible par les circonstances toujours concrètes qui les font naître, dessinent par là même les structures les plus intimes de l'œuvre en gestation. Les lettres permettent ainsi de reconstituer une biographie intérieure, difficile, sans cette ressource, à deviner de l'extérieur, dans la mesure où elle est faite de prises de conscience successives, et qui ont pour objet un acquis subjectif ne présentant d'intérêt et n’offrant des prolongements que pour l'esprit qui en est le théâtre ; dans la mesure aussi où ces réalités purement intériorisées se constituent à leur tour en géographie subjective, reliées qu'elles sont entre elles par des liens privilégiés et pour nous apparemment arbitraires, des phénomènes d'attraction ou de répulsion que ne permet pas de prévoir a priori la déduction logique. C'est là ce que l'on appelle un monde intérieur. Une personnalité d'écrivain se dessine alors, mais à condition de déjouer un piège des correspondances d'écrivains. Celles-ci en effet, parce qu'elles nous livrent beaucoup de choses – et qui plus est simultanément – à constater, peuvent nous faire oublier que nous avons à les interpréter. Nous constatons que Proust est snob, susceptible, compliqué, flagorneur, – et dès lors nous oublions d'interpréter ce snobisme et cette flagornerie. Prenant en note le fait, nous songeons à peine au comment, et laissons tout à fait de côté le pourquoi. C'est pourtant munis de cette dernière et inlassable question que nous devons non seulement lire, mais traquer les lettres, et c'est à la faveur de cette attitude constamment interrogative que nous avons chance d'apercevoir, derrière des traits de personnalité, des schèmes de pensée. Parce que la biographie d'un auteur doit reconstituer la vérité en quelque sorte objective de l'écrivain considéré, on doit laisser ouverte la fructueuse question de savoir s'il revient au biographe de se servir fidèlement ou de se détourner méthodiquement de la correspondance ; mais il ne fait aucun doute qu'en dépit de leurs interstices, de leurs lacunes avouées et de celles, plus nombreuses encore, que l'on ne peut même soupçonner, les lettres dessinent, à l'insu de celui qui les écrit, mais sans le trahir pourtant, la plus fidèle des biographies intérieures.

9La correspondance constitue aussi, même quand elle a, dans le cas de Proust, la réputation d’être superficielle, un laboratoire de l'œuvre. Dans un ouvrage à paraître sous ce titre, je voudrais reconstituer, pièce à pièce, l'étymologie des diverses composantes de la Recherche : ses épisodes, ses personnages, et jusqu'à ses phrases. Ces diverses composantes mènent en fait, au fil des lettres, deux vies successives, deux vies séparées par la vitre transparente de l'instant créateur, celle d'abord du cheminement inconscient qui façonne un objet encore incréé, celle enfin du commentaire lucide qui porte maintenant sur un objet advenu. La première de ces vies éclaire la gestation de l'œuvre, la seconde les intentions de l'auteur.

10Une dimension de la correspondance resterait cependant à envisager, que la vie intérieure de l'auteur et la création de l'œuvre, se faisant toutes deux vis-à-vis, pourraient faire oublier, et qui forme pourtant sa dimension propre : celle des lettres en tant que telles. C'est ce que je voudrais envisager ici : la dimension des lettres au moment où elles sont écrites, en tant qu'elles sont expédiées ou reçues, dispersées dans l'espace mais accumulées dans la mémoire, envoyées par nécessité, par plaisir ou à regret, en tant aussi qu'elles ne forment pas une œuvre, ni véritablement de la critique, bref en tant qu'elles reçoivent un statut différent de tout ce que Proust écrit par ailleurs. Ses lettres, telles qu'il les produit et telles qu'il les juge ; sa correspondance, constituée en objet, que l'on ne peut qualifier d’objet littéraire, puisque Proust ne songe pas un instant à y faire de la littérature.

11C'est une question que nos contemporains se posent de fait souvent, de savoir le rôle que joue, ou simplement la place qu'occupe une correspondance d'écrivain dans l'élaboration d'une œuvre. Encore pense-t-on, en se posant cette question, à la correspondance comme reflet de l'œuvre, comme lieu de sa gestation, – quand on pourrait aussi bien l'envisager à l'inverse comme un lieu de résistance à l'œuvre, et l’on rejoindrait ainsi cette impression d'hétérogénéité que procure la lecture des lettres au lecteur familier de la Recherche. On la rejoint en outre par un autre biais, car la question de la situation de la correspondance par rapport à l'œuvre, toujours riche a priori, semble devoir l'être encore davantage si d’aventure, ainsi qu’on le constate aisément chez Proust, les lettres diffèrent tant du roman, et en général de l'œuvre publiée (et d'ailleurs aussi de l'œuvre inédite ou en brouillons). Cette différence d'atmosphère accuse les reliefs et les enjeux de l'enquête.

12Cette enquête, on peut la concevoir en trois étapes. Considérée en elle-même, la correspondance met en scène l'épistolier en activité (chapitre 1er). Et le foyer de cette activité, c'est incontestablement la famille : on y écrit et l'on y lit des lettres, on y cultive des modèles littéraires (de Mme de Sévigné à Flaubert, en passant par bien des intermédiaires, admirés ou rejetés). Proust cependant médite sur l'aspect matériel des correspondances : qu'il brûle ou conserve, selon des critères d'ailleurs précis, les lettres reçues ou envoyées (et redemandées), il s'arrête aux écritures qu'il déchiffre, et s'intéresse d'ailleurs moins à la graphologie qu’au morphographisme. L'enseignement peut-être le plus inattendu à recueillir ici est que les incidents liés à l'envoi et à la réception des lettres influencent toute une série d'épisodes dans le roman, alors même qu'il n'y est plus nécessairement question de lettres. Les lettres reçues parlent des langages variés, celui bien sûr que livre leur critique interne, mais aussi celui, tout extérieur, de leur acheminement. Chez Proust lui-même, il existe incontestablement un style épistolaire : on peut en dénombrer les caractéristiques, qui diffèrent d'ailleurs en tout, en dépit de leurs constance ici, du style de la Recherche. Mais à y regarder de plus près, la phrase épistolaire de Proust pourrait bien donner à voir en quelque sorte le big-bang de son style d'écrivain. Il apparaît aussi qu'elle donne à entendre (selon la division établie dans Contre Sainte-Beuve entre le moi profond et le moi social de l'artiste) un enregistrement de la conversation de Proust. Qu'en pensent au fait les destinataires ? Les lettres mêmes nous renseignent sur leur propre réception ; leur falsification aussi, par ceux qui les ont reçues, parle son involontaire langage. Alors peut se dessiner dans son ensemble l'univers de la correspondance.

13Il arrive cependant assez souvent que Proust juge sa correspondance (chapitre II). En général, il la juge mal, et nous invite à un certain nombre de précautions d'emploi pour la lire. Mais il apparaît bientôt qu’en dépit de ces réticences, le reclus est sauvé par les lettres : elles lui offrent le seul moyen de maîtriser l'espace ; leur saveur peut même, dans le temps du souvenir, réveiller la mémoire involontaire ; elles ne cessent d'entr'ouvrir une porte sur l'imaginaire ; elles constituent toujours une parole différée qui autorise à la confidence. Rejetée a priori et dogmatiquement hors de l'œuvre, la correspondance semble pourtant à Proust, non chez lui-même, mais chez beaucoup de ses contemporains, l'indice d'un don littéraire non encore déclaré. Permettant en outre, pour lui-même, une libre et lente sédimentation de pensée, elle ouvre un vase communicant avec l'œuvre d'où elle était statutairement exclue. Une partie des lettres se trouve même placée sous la dépendance de l'œuvre. Le je épistolaire aide à comprendre la mise en place du je de la Recherche. Au vu de ces divers jugements, Proust pouvait-il envisager la publication de ses lettres ? Certaines, il faut le savoir, furent publiées de son vivant, et l'écrivain semble avoir été susceptible d'acquiescer à une publication partielle. Il nous reste un document capital suggérant que le romancier opposait un veto catégorique à une telle divulgation : encore ce document doit-il être resitué parmi d'autres, mais aussi au sein d'une époque, car les réserves de Proust sont fortement datées.

14Une correspondance repose enfin sur un matériau manuscrit bien particulier. Aussi l'histoire de son édition, et d'abord de sa conservation posthume, constitue-t-elle un chapitre à part entière de son étude. Pour évoquer Philip Kolb à la recherche des lettres de Proust (chapitre III), je me suis fondé sur un document livré ici pour la première fois. Le 1er juin 1992, soit peu de temps avant sa disparition (en novembre de la même année), l'éditeur des lettres avait accepté de retracer, au cours d'un long entretien, toute l'aventure de ses soixante années d'enquête presque ininterrompue visant à recomposer la correspondance de Proust. Il m'a semblé pouvoir prendre ce témoignage pour fil directeur, et ce à divers titres. En premier lieu, Philip Kolb s'attela à cette tâche au début des années trente, c'est-à-dire à une époque où beaucoup de contemporains directs de Proust étaient encore vivants ; l'éditeur des lettres put les approcher, les interroger, parfois même entretenir avec eux des relations suivies ; sa réserve naturelle l'incita cependant par la suite à livrer le résultat de ses enquêtes sans relater comment celles-ci avaient été menées ; aussi cette rétrospective complète, souvent pittoresque, éclaire-t-elle tout un pan de la postérité de Proust laissé jusqu'ici, par simple pudeur, dans l'ombre. Ensuite, l'on peut dire que, si la biographie de Proust se confond avec l'édification de son œuvre, la vie de Philip Kolb se confond avec l'histoire de l'édition de la correspondance : les obstacles que rencontra l'éditeur, les opportunités qui s'ouvrirent à lui, dessinent très exactement la postérité littéraire des lettres de Proust à travers tout ce siècle ; ces faits et ces circonstances ressortissent dès lors au domaine public. Il est certain en outre que les correspondances d'écrivains excluent toute mise en scène impassible et impersonnelle : autour d'elles en effet gravitent une série de personnages, les destinataires des lettres, ceux qui les ont conservées et ceux qui les ont détruites, ceux qui acceptent de les montrer et ceux qui s'y refusent catégoriquement, les intermédiaires entre les mains de qui elles tombent parfois par le plus grand des hasards, les éditeurs enfin qui acceptent sous certaines conditions cette sorte si particulière de publication ; il manquerait une facette à la présentation des lettres de Proust si l’on omettait de faire connaître la société, littéraire ou non, qui joue un rôle dans la manipulation de tous ces feuillets manuscrits.

15La destinée de Philip Kolb entretient quelque ressemblance avec celle du héros de la Recherche, en ce qu'elle dessine l'histoire d'une vocation : il est intéressant de délimiter les circonstances à la faveur desquelles un étudiant des années trente pouvait entrevoir le projet de rassembler les lettres de Proust, au moment précis où un Samuel Beckett rejetait au contraire d'un revers de main, dans son Proust de 1930, "cette vieille douairière de la correspondance" pour comprendre la Recherche. Un premier séjour à Paris permet à Philip Kolb d'évaluer la situation, éminemment lacunaire quand il s'agit de poser les fondements d'une correspondance littéraire totalement dispersée, mais aussi de rencontrer les personnages qui deviendront pour un temps déterminants dans cette vaste entreprise encore à ses débuts. Les amis de Proust qui lui ont survécu adoptent en effet des attitudes très variées quant à leurs collections de lettres et à l'usage qui, selon eux, peut en être fait. L'enquête doit dès lors se fixer des méthodes, pour lesquelles il n'existe à l'époque aucun guide pratique : comment chercher les lettres ? Certaines méritent une mention à part, constituant autant de documents hors série. Beaucoup permettent bien plus d'évaluer le nombre et la nature des lettres manquantes, non accessibles ou perdues. Une nouvelle exigence de méthode surgit alors, celle de la datation (car, rappelons-le, Proust ne datait presque jamais ses lettres), qui nécessite des enquêtes de détective, une lutte contre l'indétermination du temps, mais s'appuiera cependant sur l’engrenage des documents et des faits déjà datés avec certitude. Ainsi peut être fondée et constituée la collection générale des lettres dans le fonds de Philip Kolb, fonds qui doit aussi s'enrichir de tous les documents susceptibles d'annoter les lettres, éditions originales d'ouvrages et collections de journaux, catalogues d'expositions ou de ventes et témoignages publiés ou manuscrits de contemporains. Par les lettres, plusieurs textes encore inédits de Proust peuvent être identifiés, mais aussi et malheureusement, un répertoire à peu près complet peut être établi des pièces perdues ou des œuvres projetées mais peut-être jamais écrites ; entreprise de recensement qui fait songer à Biaise Cendrars recommandant d'établir un Manuel de la bibliographie des livres jamais publiés ni même écrits par divers écrivains célèbres. Tous ces documents permettent à Philip Kolb de se prononcer sur les circonstances, qui intéressent l'accroissement de la Recherche, entourant la mort de Proust, et notamment sur le cas de La Fugitive, dont le mystère est exposé ici. Le moment est alors venu de considérer les multiples apports du classement chronologique des lettres, les principes généraux et les choix motivés qui ont guidé l'éditeur dans la confection des vingt et un volumes de la collection publiée aux éditions Plon, et de méditer sur l'immensité de la correspondance et sur les conditions mystérieuses de sa production.

16Au terme de cette étude, c'est ainsi tout un art poétique de la production épistolaire qui se sera lentement dessiné. Si l'on réunit selon une structure raisonnée les réflexions éparses, fugitives et comme fortuites que glisse Proust dans ses lettres sur l'écriture même de ces lettres, une réponse de plus en plus nuancée se fait jour sur la question de savoir quel rôle joue l'écriture épistolaire dans l'édification d'une œuvre. Sans doute les lettres ne font-elles pas partie de cette œuvre, bien que certaines puissent être rangées au nombre des esquisses de la Recherche ; Proust n'avait du reste pas le projet d'écrire une correspondance, mais ne cessait de l'utiliser pour composer son roman. Il s'agissait chemin faisant de mettre en perspective les lettres, de façon à ne pas y puiser seulement des témoignages ou documents statiques, mais à en respecter le mouvement, de façon à se demander quelle place occupe l'écriture épistolaire dans l'évolution créatrice de cet écrivain. Interrogation qui remote à une autre plus générale, visant à déterminer quelle place occupent, chez les grands écrivains, les à-côtés ou même les bas-côtés de la création par rapport à l'œuvre maîtresse. La matière dense et envahissante que forme la correspondance dans la vie de Proust invite peu à peu le romancier à dégager lui-même toute une esthétique de la production épistolaire, même si les enseignements les plus fertiles sur ce sujet se font jour à son insu et doivent être aperçus par-dessus son épaule. Mais le fait le plus curieux à constater, c'est sans doute, on l'a vu, cette transposition des divers incidents liés à l'écriture et à la circulation des lettres dans toutes sortes d'épisodes de la Recherche, où n'intervient en apparence aucune idée de correspondance, car c'est un fait, l'activité épistolaire, dans sa simple matérialité parfois, est pour Proust une constante source d'invention romanesque. Si nos romans et nos comédies d’autrefois sont volontiers remplis d'épisodes de lettres dérobées ou lues à contretemps, plus subtilement la correspondance de Proust forme un personnage invisible de la Recherche, parce que c'est là que souvent les épisodes de la Recherche sont nés, inventés par hasard au fil de la plume, ou étrangement suggérés par le sort parfois cocasse, toujours fragile, réservé à la circulation de ces milliers de feuillets manuscrits.

*

17Comme ce fut le cas pour mon précédent ouvrage, Proust au miroir de sa correspondance, la préparation du présent livre a bénéficié de l'aide constante de la famille de Philip Kolb ainsi que de sa dernière assistante, Virginie Greene, qui m'ont communiqué tous documents et renseignements nécessaires, avec un dévouement rendu d'autant plus touchant que l'éditeur des lettres venait de disparaître. Le Dr Philippe Fraisse, mon frère, pneumologue aux hôpitaux de Strasbourg, m'a fourni, après de minutieuses recherches, un document qui éclaire d'un jour nouveau, comme on le verra, l'interprétation de la mort de Proust. À chacun va ma gratitude chaleureuse, ainsi qu'à ceux de mes proches qui m'ont inlassablement aidé à réviser le texte.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search