Version classiqueVersion mobile

Autour de Julien Green au cœur de Léviathan

 | 
Marie-Françoise Canérot
, 
Michelle Raclot

Première Journée. 7 février 1998 Autour de Julien Green

La transparence du silence

Valérie Catelain

Texte intégral

  • 1 Michèle Raclot, Le Sens du mystère dans l'œuvre romanesque de Julien Green, Paris, Diffusion aux A (...)

1La parole manquerait de profondeur sans silence mais celui-ci n’acquiert de sens vrai que parce que la parole en est originaire. La parole dépérit dès qu’elle n’est plus reliée à ce silence originel qui la fait naître. Du reste, celui-ci se présente avant tout comme connaissance de l’être et revêt d’emblée une valeur initiatique incontestable. Comme l’exprime M. Raclot, « L’un des procédés les plus suggestifs du roman greenien consiste en la création d’une qualité particulière de silence »1.

2Phénomène en soi, le silence fait partie de la structure essentielle de l’être. Nostalgique du temps où régnait l’harmonie, l’homme l’appelle sans cesse, afin de renouer avec l’unité et l’authenticité de la vie.

  • 2 Julien Green, « Une vie ordinaire », in Histoires de vertige, Paris, Seuil, 1984, p. 83.
  • 3 Julien Green, L'Autre Sommeil, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, tom (...)

3Au demeurant, la relation qu’entretient le héros greenien avec la nature affirme notamment son lien intrinsèque avec le monde du silence. Le silence souligne singulièrement la force de la nature. Attirée par « les reflets du soleil couchant qui semblaient retentir dans le silence comme de grands coups de cymbales »2, Ariane y est particulièrement sensible. La synesthésie suggère le réveil d’une existence enfouie au cœur du cosmos. Universelle, l’analogie débouche sur la fusion des éléments signifiés. De surcroît, le silence leur prête une forte dimension ontologique. Violemment excité à l’idée de séjourner à Andrésy, lieu de prédilection à ses yeux, Denis est complètement bouleversé : « La tête encore pleine de rumeurs de Passy, j’avais l’impression que le silence roulait sur moi ainsi qu’une onde. Cette heure était la plus délicieuse de tout l’été »3. Le silence s’insinue en chaque chose qu’il associe à ce sentiment de volupté. À l’exemple de l’enfant, Denis traduit ce qu’il ressent sous une forme tangible. D’abord compact, puis progressivement léger et aérien, le silence modèle la clarté de la terre.

  • 4 Ibid., p. 830.
  • 5 Julien Green, « Le Duel », in Histoires de vertige, op. cit., p. 71.
  • 6 Julien Green, L'Autre Sommeil, op. cit., p. 819.
  • 7 Julien Green, « Vers l'invisible », in Journal (1958-1966), Paris, Plon, 1967, p. 134.

4Nonobstant, la quiétude initiale du silence est éminemment présente dans la nature lors de moments exceptionnels qui s’apparentent souvent à des moments de tendresse et de bonheur indicibles. Le silence représente le seuil provoquant la correspondance de l’âme avec le paysage qui l’entoure, à la fois sensuel et céleste. Il prend certes divers aspects. Le matin qui se lève sans bruit retient l’attention de Denis, stupéfait : « Il m’était agréable d’être là. Était-ce le silence de l’aurore, le réveil loin de la ville ? Cette pièce ne m’apparaissait plus comme une prison »4. Le silence s’offre à toutes les éventualités. Avant qu’ait lieu le duel prévu, l’impatience de la nature en quête de nouveauté est magnifiée : « (...) les oiseaux se taisent, comme si tout semblait attendre l’apparition d’un prodige dans le ciel qui s’obscurcit »5. La nuit qui tombe à l’improviste intrigue paradoxalement Denis : « Assis par terre, entre la porte et la cheminée, je retenais quelquefois mon souffle et ne bougeais pas, effrayé de ce silence que j’encourageais et de l’ombre qui s’épaississait dans la chambre »6. Les mouvements imperceptibles de l’avancée de la nuit sont de fait les mouvements du silence qui croît sans cesse s’approchant plus près de la terre. Les arbres qui se tendent sans bruit dans l’intensité de la lumière silencieuse frappent le regard. Dans la partie du Journal intitulée Vers l'Invisible7, Julien Green précise que cette image le sollicite fréquemment. « Cette nuit, regardé par ma fenêtre le paysage devenu merveilleux sous la lumière de la lune ; cette lumière silencieuse, alors que celle du soleil est une perpétuelle fanfare ». Les feuilles fondues dans la pâte lumineuse frémissent. En outre, un curieux silence s’enfouit sous la rumeur changeante des saisons.

  • 8 Julien Green, Épaves, in Œuvres complètes, op. cit., tome II, p. 127.

5La vibration de la lumière reflète l’inexprimable, vision à la fois précise et mystérieuse de l’essence du silence. Le rêve que fait Eliane lors de son séjour dans la pension de Mademoiselle de Moroso paraît hautement significatif de l’irruption du silence dans l’espace. « Un silence énorme pesait sur la campagne ; dans l’ombre, les grands labours se confondaient avec le ciel noir ; seule une blancheur diffuse indiquait la route, flottant au cœur de la nuit ainsi qu’un long brouillard (...) »8. Le silence se répercute en lumière, son accomplissement même.

  • 9 Ibid.,p. 128.

Au bout d’une demi-heure, le vent se leva et, chassant les nuages, découvrit un ciel livide comme une meurtrissure. La lune parut ; sa face aveugle s’inclinait vers la terre qu’elle contemplait de ses orbites vides, et sa lumière métallique appelait le monde aux secrets travaux du rêve9.

6Le silence perce à travers la présence de l’arbre dont l’ombre ruisselle et se forme peu à peu.

  • 10 Ibid., p. 128-129.

Devant elle, un petit arbre veillait au bord de la route. Un peu déjeté par le vent qui soufflait des hauteurs, il promenait sur la terre une ombre courbe et oblique, et l’hiver ne lui avait pas laissé une feuille (...)10.

7Sous le froid de l’hiver, la voûte du ciel rejoint la terre qui s’est inclinée. Figé, le silence engloutit chacun des éléments sous la poussée du mauvais temps qui les contraint à se recourber. Et l’étrangeté ressort de cette distance d’ailleurs infranchissable, toutefois grisante et somptueuse. Miss Eddleston vient de recueillir un enfant abandonné et contemple l’astre qui miroite de manière ostensible.

  • 11 Julien Green, Maggie Moonshine, in Œuvres complètes, tome VIII, p. 735.

Ce nom s’immobilisa soudain dans l’oreille de Miss Eddleston : c’était cela, la nuit sous le porche et, dans la lumière laiteuse de la lune, le paquet avec son ruban. « Maggie Moonshine... », murmura-t-elle... Le petit visage fripé fut Maggie Moonshine11.

8L’héroïne mesure ainsi la noblesse de son geste désintéressé. Suspendu au silence, celui-ci se dessine au sein d’une lumière plutôt magique. Et le plus humble fragment de l’univers est irradié de cette part de silence.

  • 12 Julien Green, L'Autre Sommeil, op. cit., p. 875.
  • 13 Julien Green, Léviathan ou la Traversée inutile, in Œuvres complètes, tome I, p. 278.

9En vérité, le rêve permet à l’homme d’appréhender la grandeur du silence universel. En effet, le silence cosmique se manifeste plus que tout pendant la nuit : « Je reconnaissais l’obscurité qui ne ressemblait à aucune autre, le silence plein de voix »12. Parfois, en revanche, le silence exprime l’angoisse de la nature : le vent gronde et la mer mugit mais le silence réinstaure sans tarder sa densité dans l’univers qu’il régit. « Le silence régnait, à peine interrompu par le murmure des vagues qui s’épanouissait à l’avant du navire »13. Le silence finit toujours par renaître et la rébellion de la nature est bien éphémère. Par exemple, le feu qui crépite met en évidence la vanité du combat mené contre le silence :

  • 14 Julien Green, « Amours et vie d'une femme », in Histoires de vertige, op. cit., p. 146.

Dans cette pièce aux lourdes tentures, aux tapis épais, pas un bruit ne s’entendait sauf la respiration des deux femmes et de temps à autre le petit sifflement du bois humide sur la braise14.

10Le confinement dans cette atmosphère feutrée prouve que l’homme craint de se dissoudre dans ce silence et aspire à tirer profit du silence de la nature. La contemplation du visible, constitué de silence, précipite l’homme dans ses profondeurs. L’éclat de la beauté qui repose sur le silence annonce l’éclat de la parole de vérité qui concourt à la connaissance de soi.

  • 15 Julien Green, Léviathan ou la Traversée inutile, op. cit., tome I, p. 276.
  • 16 Ibid., p. 277.
  • 17 Ibid., p. 278.

11Le héros greenien sent que son existence n’est qu’une route qu’il bâtit chaque jour. Il lui faut à tout prix éviter quotidiennement de se laisser happer par l’orgueil, l’argent ou la jouissance dans l’espoir de maintenir ce contact avec le silence sublime inhérent à l’homme. Le silence est le centre de l’être en dépit du fait qu’il reconnaît mal sa puissance originelle. Le voyageur de la nouvelle intitulée Léviathan ou la Traversée inutile est la victime par excellence d’un silence accablant qui lui rappelle en quelque sorte l’état où il ne disposait pas encore de la parole. Discordant, ce silence lui pèse sourdement. Il s’installe d’emblée, lourd de conséquences. Le capitaine qui accepte le voyageur comme unique passager de La Bonne-Espérance attend de lui un remerciement mais l’homme ne dit « rien »15. Les pauses se multiplient à l’infini. Le personnage refuse de se démasquer au cours de conversations qui avortent aussitôt. Le capitaine semble attendre en vain une explication puis décide de mettre fin à ce mutisme prolongé lors d’un repas pris en tête-à-tête : « Mais oui, répéta-t-il, vous ne dites jamais rien »16. Sous les apparences d’une vie calme transparaît une tragédie cachée. L’humanité demeure faible et effrayée : « À la réflexion, il aimait ces manières froides, ce silence qui l’avait irrité tout d’abord, et cette réserve somme toute faisait durer le jeu et le rendait plus intéressant »17.

  • 18 Ibid., p. 278.
  • 19 Ibid., p. 280.

12De façon subreptice, la parole rencontre la part démoniaque du silence : « Le voyageur ne disait rien ; seulement, lorsque le capitaine devenait trop insistant, il baissait la tête, un peu comme on baisse la tête dans une bourrasque »18. Maléfique, la parole menace le silence qui veut passer par la parole, expression de l’esprit qui porte pourtant une trace du divin : « Il avait, évidemment, pris son parti d’un silence qu’il ne pouvait vaincre »19. Dans ce cas, la parole ne restitue pas la part bienveillante du silence.

  • 20 Julien Green, « La Révoltée », in Histoires de vertige, op. cit., p. 133.
  • 21 Julien Green, Léviathan ou la Traversée inutile, op. cit., p. 276.

13La cabine dans laquelle s’enferme le passager s’assimile nettement à une pierre tombale. Une angoisse étreint l’homme. Se découvrant enfin, le personnage regrette immédiatement de ne pas avoir su préserver la transparence du silence. Le démonisme du silence l’envahit, accru par l’incapacité du capitaine de recevoir le sens profond du silence intérieur transmis inconsidérément par la parole. La « révoltée » en est également la victime et les religieuses l’invitent sournoisement à leur faire des aveux regrettables : « (...) mais, comme je n’étais pas assez fine pour deviner où ces femmes voulaient en venir, je m’apercevais toujours trop tard que je m’étais engagée trop avant pour me taire et que je ne pouvais pas me taire sans leur manquer de respect »20. Le silence reproduit l’extrême tension du personnage tourmenté. Les nombreuses tentatives du capitaine agressif se découvrent entièrement vaines. En chaque silence persiste quelque chose qui parle. Conséquence de ce silence, la solitude use l’être qui dépérit mais, gage d’autonomie, elle lui est indéniablement vitale : « L’homme ne disait rien. Il mangeait en silence, regardait le capitaine à travers son lorgnon, hochait la tête, mais ne soufflait mot »21. En renonçant à la parole, l’être conserve son secret et reste en vie. Au terme du voyage, le capitaine extirpe la parole de la gravité du silence ; elle meurt sur-le-champ, dégagée de ce silence dont elle est originaire : on coïncide très difficilement avec sa propre parole qui détient sa légitimité du silence. Le voyageur sent bien qu’il a confié à son interlocuteur plus qu’il n’en peut venir de celui qui parle. Sa parole est tributaire de la plénitude de son silence.

14En définitive, le silence renforce la sensibilité aux présences charnelles ainsi qu’à leur splendeur. Attentif au mystère évanescent de la beauté des yeux de son cousin Fabien, le narrateur en est convaincu :

  • 22 Julien Green, « Fabien », in Histoires de vertige, op. cit., p. 68.

(...) je ne puis dire autrement l’effet qu’ils (les yeux de Fabien) produisaient sur moi ; ni mystère, ni force hypnotisante dans ce regard attentif, mais des abîmes de silence22.

  • 23 Julien Green, L'Autre Sommeil, op. cit., p. 819.

15À la faveur du silence émergent des voix intérieures ancrées dans l’intimité de l’être : « Ah ! que ne retrouve-t-on telle minute où le cœur battait fort, où la tête alourdie de rêves se penchait sur une image du livre, alors qu’on n’osait tourner la page, de peur de troubler la merveilleuse immobilité des choses autour de soi »23. Denis s’avance en lui-même comme on s’avance en rêve, vers la transformation de l’être. Il prend lentement connaissance d’un secret de la nuit. Immobilisé, le temps ne s’écoule plus ; l’être connaît enfin la sérénité insondable. Au milieu d’une lumière tamisée, absentes d’elles-mêmes, les choses croulent, se dissolvent, s’effacent...

  • 24 Julien Green, Minuit, in Œuvres complètes, op. cit., tome II, p. 422.
  • 25 Julien Green, « La Peur », in Histoires de vertige, op. ait., p. 39.
  • 26 Julien Green, « Une vie ordinaire », op. cit., p. 91.

16Insensiblement, l’être cerne la vérité qui sommeille en lui. Le silence adoucit les oppositions. Élans de l’âme, impulsions du cœur, insurrections du corps ne sont qu’infirmités de l’être, terrorisé par les déchirements auxquels s’ajoutent mesquineries et faiblesses. Médiatrice, la force silencieuse empêche en fin de compte que n’éclate une crise. Le héros greenien se maîtrise alors mieux. Aux yeux d’Élisabeth, Marie incarne le mal. Elle lui reproche de n’avoir pas fait obstacle au suicide de Blanche, sa mère : « Élisabeth sentait croître en elle le mépris de cette personne bavarde et, par une obscure divination des choses, elle lui en voulait de ce que Blanche était morte »24. De lourds silences vont jusqu’à être franchement menaçants. La parole cherche à exorciser la pesanteur de ce silence dont l’être ne perçoit plus l’aspect bienveillant tant il s’en est éloigné. C’est le cas de Robert, incapable de faire face à la tombée de la nuit ainsi qu’aux rumeurs étranges qui l’accompagnent, frappé par le fait que « presqu’aussitôt l’écho se dispers(e) dans le silence... »25. Ariane se sent horriblement seule et isolée : « le son de sa voix lui tenait compagnie, mais parfois elle était troublée par le silence qui suivait ses phrases »26. La présence presque palpable de la mort jaillit soudainement du silence :

  • 27 Julien Green, L’Autre Sommeil, op. cit., p. 819.

Je m’arrêtais dans mes jeux, respirant cette haleine de la mort. Tout à coup, je me déprenais de mon chemin de fer, de mes soldats, et le profond silence que je n’avais pas remarqué me serrait le cœur27.

  • 28 Julien Green, Épaves, op. cit., p. 23.

17Plus que tout, le silence cosmique encourage cette découverte de soi indubitablement rattachée à la quête de l’identité et de l’unité entreprise. Philippe l’admet : « Au-dessous de lui, la Seine lui semblait un gouffre noir, profond comme un océan. Pendant plusieurs minutes, il s’absorba dans la contemplation de cette eau lourde et silencieuse »28.

18Cependant, plus que tout, le silence favorise la Connaissance, suscitée par la sincérité du dialogue entre l’homme soucieux d’évoluer et l’objet convoité dans cette perspective.

  • 29 Julien Green, Minuit, op. cit., p. 422.

19Adoptant un regard naïf, l’homme respecte le silence. Élisabeth entend Marie rapporter, sans la moindre délicatesse, le suicide de Blanche. Elle ne se laisse néanmoins pas accabler par le silence. Bien au contraire, elle saisit volontiers l’ampleur positive de ce silence. « Elle était si petite que ses pieds ne touchaient pas le sol et qu’elle occupait à peine la moitié du siège, mais une telle force d’âme habitait ce corps chétif qu’elle sut s’imposer le silence »29. Seul importe l’être du silence. Cette maîtrise à laquelle parvient la petite fille rappelle, dans une certaine mesure, son lien avec l’état primitif, antérieur à la parole.

  • 30 Julien Green, Christine, tome I, p. 5.
  • 31 Julien Green, L'Autre Sommeil, op. cit., p. 818.

20Assurément, le silence de l’amour rend simultanément à la terre et à l’homme leur beauté première. Ce silence est celui du premier commencement où tout reste libre et vierge. Les possibilités sont infinies. La naissance des premiers émois amoureux du narrateur de la nouvelle intitulée Christine l’atteste. « Je contemplai en silence cette petite fille dont j’aurais été prêt à croire qu’elle était une apparition »30. Le silence se profile dans les espaces laissés entre les mots tant est inexprimable le sentiment d’admiration. Quelquefois, l’être aimé se voit l’objet d’une dévotion totale. Effacé, Denis obéit inconditionnellement à Claude : « Je ne soufflais mot à personne de l’exercice auquel nous nous livrions sur le pont d’Iéna. Un regard de Claude jeté par-dessus l’épaule de ma mère, pendant qu’elle m’interrogeait, avait suffi à m’imposer un silence absolu sur le détail de mon après-midi »31. Le silence rapporte ce moment de seuil qu’occupe Denis aux prises avec les quatre éléments ainsi qu’avec les contradictions intérieures qui l’envahissent contre son gré.

  • 32 Julien Green, Le Voyageur sur ta terre, tome I, p. 36.
  • 33 Julien Green, Epaves, op. cit., p. 198.

21Pourtant, le silence facilite la communication des êtres. Dans le dialogue, entre davantage de silence que de paroles. On se souvient qu’Aphrodite vient de la mer silencieuse. L’amitié entre Paul et Daniel se noue dans la majesté du silence : « nous remontâmes en silence une avenue où s’alignaient de petites maisons grises que l’on apercevait derrière des jardins32 » Passé, présent et avenir se confondent. Philippe et son fils Robert « marchaient en silence, les yeux fixés sur les grosses pierres inégales où se posaient leurs pieds33 » Le silence place l’homme devant un nouveau commencement : les deux êtres vont pouvoir s’accepter et s’aimer, comme au lointain le plus reculé. Épris d’Odile, le narrateur de la nouvelle intitulée Les Clefs de la Mort remarque la valeur originale du silence qui se déploie dans sa plénitude :

  • 34 Julien Green, Les Clefs de la mort, tome I, p. 541.

s’il n’y avait ce silence, je penserais qu’elle me parle, mais c’est un silence extraordinaire qui s’étend sur tout, et je n’entends plus rien en moi ni autour de moi. La vie est suspendue, comme à l’heure qui précède le jour, lorsque le dormeur s’éveille et qu’il s’effraie de la rumeur de son propre souffle dans la paix surnaturelle de l’aube34.

  • 35 Julien Green, « Vers l'invisible », op. cit., p. 62.

22À partir d’une émotion initiale, le silence révèle une réalité autre, surtout spirituelle, surgissant de l’illusion des apparences. L’être avoisine l’aurore du jour spirituel, trop faible pour les yeux. L’amour rejoint aussitôt l’archétype. Mystérieux, il lui confère un caractère très durable. Le langage ne peut que faire allusion à ce qui le dépasse. En rapprochant le personnage greenien de ce qui demeure hors de son étendue, le pouvoir d’induction des mots ne se cerne que grâce à la noblesse du silence. Il conduit ce dernier à pressentir l’issue de son aventure : « Notre vie à chacun de nous est un chemin qui continue tout droit dans l’autre monde, au-delà de la mort »35.

  • 36 Ibid., p. 467.
  • 37 Julien Green, L'Autre Sommeil, op. cit., p. 830.
  • 38 Julien Green, Le Voyageur sur la terre, op. cit., p. 20.

23Retenant l’étrange profondeur de beaucoup de correspondances, le héros greenien entrevoit, à quelques rares instants, et par l’intermédiaire du silence, le sens de l’existence. Tout est circonscrit, de façon ineffable : « Si l’on ne regarde pas bien le monde visible, on ne peut atteindre l’invisible. L’un ne cache pas l’autre, mais le second transparaît à travers le premier »36. Le silence seul est capable d’exprimer le langage sacré du firmament. En ce sens, Denis est surpris par le changement subit de la luminosité de la pièce qu’il observe sans scrupule : « Je la parcourus des yeux avec une curiosité nouvelle, comme si j’allais y voir un spectacle extraordinaire, et brusquement j’eus la sensation profonde qu’entre tous les endroits où je me tiendrais jamais, celui-ci ne s’effacerait pas de ma mémoire »37. En fin de compte, le silence introduit la proximité du pardon et de l’amour. La parole apparaît difficilement juste et authentique. Dans l’ensemble des nouvelles, l’invisible s’impose avec vigueur. Le « voyageur sur la terre » relit constamment le texte de l’inscription étalée au-dessus de la porte de sa chambre : « Souviens-toi qu’il y a dans cette pièce quelqu’un qui te voit et t’écoute en silence »38. Cependant son sens se greffe sur le silence confus qui l’exorcise et fait retentir l’inexprimable et l’innommable. Les renoncements successifs et l’humilité de Daniel mettent à jour la valeur du silence. L’être construit peu à peu ses propres vertus. Le silence est l’instrument majeur de sa genèse et de sa métamorphose, expression claire de l’attachement détaché. Le silence de la discrétion et de la mesure entretient la prudence et les sentiments inavoués, la tempérance engendre le silence de la patience ainsi que la force qui en découle, le silence de l’effacement met en œuvre la justice.

24Le mystère d’une âme s’établit silencieusement. La tante du narrateur du récit intitulé Christine accorde un grand prix à la valeur de la personne humaine et la charité bien comprise oriente son existence. La perte d’un être cher le lui rappelle avec âpreté : « puis sans dire un mot, elle se jeta en sanglotant dans les bras de ma mère ». Avec modestie et avec circonspection, l’existence du silence fonde sans réserve la vie de Grâce dont le héros greenien a sans cesse le souvenir et par laquelle il se rejoint. Cette certitude d’être habité par la Grâce le libère de l’angoisse et lui assure la dignité. Dans la partie de son autobiographie intitulée Partir avant le Jour, Julien Green note que

  • 39 Julien Green, Partir avant le jour, in Œuvres complètes, tome V, p. 676.

Ce qui importe (...) c’est le passage de Dieu dans la vie d’un homme39.

  • 40 Julien Green. Les Clefs de la mort, op. cit., p. 575.
  • 41 Julien Green, Le Voyageur sur ta terre, op. cit., p. 51.

25L’homme s’approche du silence qui entoure Dieu, dans le silence. Aussi la parole originelle, rehaussée par le silence, est un signe de l’amour de Dieu, tel est le sens des propos d’Odile : « Ne sois pas triste plus tard, reprit-elle. Tu te souviendras que tout est effacé et que je te l’ai dit »40. La plénitude du silence en l’amour suffit. La parole de l’être concrétise l’amour. Dans un premier temps, un hiatus se crée entre la portée du message non encore perçue par Jean et la situation tragique dans laquelle il évolue – message d’Amour et d’Espérance. Le silence est l’essence de Dieu et Dieu en fait don à l’homme. Le dénouement du second manuscrit de Daniel O’Donovan indique ensuite la confiance dont il faut faire preuve : « Il viendra quelqu’un de fort qui te prendra sous sa garde et te conduira dans tous les chemins de ta vie, si tu ne lui résistes pas »41. La prière inspire la rencontre avec le silence divin. Le mystère prend place dans l’écart qui existe entre l’accablement de Daniel et la force du message transmis. L’être reconquiert sans faillir la substance silencieuse, impalpable, qui est d’origine divine et qui donne lieu à un mouvement d’amour précieux. L’ampleur du silence assure l’immensité du bonheur, lieu de la réalisation de soi.

26Relié au silence d’essence divine, l’homme sait que tout peut s’épanouir et recommencer. Il se réconcilie avec le niveau le plus profond de l’être, caractéristique de l’enfant qu’il a toujours été et tel qu’il est dépeint dans l’Évangile. Grâce à la pureté de son amour qui s’ignore lui-même, M. Agnel (Minuit) redonne une lueur d’Espérance à M. Edme qui se l’approprie dans la contemplation et à Élisabeth transformée par la gratuité de son acte généreux. L’être prend le temps d’entendre et d’attendre. Le silence reste l’unique assise de toute expérience spirituelle absolument authentique.

27Quoi qu’il en soit, susceptible de redonner corps et sens à l’existence, la valeur du silence tient évidemment au salut qu’il peut assurer, délivrance étroitement liée à la présence de l’invisible, du sacré ou de Dieu. L’être décèle l’éternelle capacité de renouvellement de son être. Il ne prend plus en considération que les questions fondamentales, renouant par le silence avec l’idée de l’infini que tout homme porte en lui.

Notes

1 Michèle Raclot, Le Sens du mystère dans l'œuvre romanesque de Julien Green, Paris, Diffusion aux Amateurs de Livres, 1988, p. 46.

2 Julien Green, « Une vie ordinaire », in Histoires de vertige, Paris, Seuil, 1984, p. 83.

3 Julien Green, L'Autre Sommeil, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, tome I, p. 828.

4 Ibid., p. 830.

5 Julien Green, « Le Duel », in Histoires de vertige, op. cit., p. 71.

6 Julien Green, L'Autre Sommeil, op. cit., p. 819.

7 Julien Green, « Vers l'invisible », in Journal (1958-1966), Paris, Plon, 1967, p. 134.

8 Julien Green, Épaves, in Œuvres complètes, op. cit., tome II, p. 127.

9 Ibid.,p. 128.

10 Ibid., p. 128-129.

11 Julien Green, Maggie Moonshine, in Œuvres complètes, tome VIII, p. 735.

12 Julien Green, L'Autre Sommeil, op. cit., p. 875.

13 Julien Green, Léviathan ou la Traversée inutile, in Œuvres complètes, tome I, p. 278.

14 Julien Green, « Amours et vie d'une femme », in Histoires de vertige, op. cit., p. 146.

15 Julien Green, Léviathan ou la Traversée inutile, op. cit., tome I, p. 276.

16 Ibid., p. 277.

17 Ibid., p. 278.

18 Ibid., p. 278.

19 Ibid., p. 280.

20 Julien Green, « La Révoltée », in Histoires de vertige, op. cit., p. 133.

21 Julien Green, Léviathan ou la Traversée inutile, op. cit., p. 276.

22 Julien Green, « Fabien », in Histoires de vertige, op. cit., p. 68.

23 Julien Green, L'Autre Sommeil, op. cit., p. 819.

24 Julien Green, Minuit, in Œuvres complètes, op. cit., tome II, p. 422.

25 Julien Green, « La Peur », in Histoires de vertige, op. ait., p. 39.

26 Julien Green, « Une vie ordinaire », op. cit., p. 91.

27 Julien Green, L’Autre Sommeil, op. cit., p. 819.

28 Julien Green, Épaves, op. cit., p. 23.

29 Julien Green, Minuit, op. cit., p. 422.

30 Julien Green, Christine, tome I, p. 5.

31 Julien Green, L'Autre Sommeil, op. cit., p. 818.

32 Julien Green, Le Voyageur sur ta terre, tome I, p. 36.

33 Julien Green, Epaves, op. cit., p. 198.

34 Julien Green, Les Clefs de la mort, tome I, p. 541.

35 Julien Green, « Vers l'invisible », op. cit., p. 62.

36 Ibid., p. 467.

37 Julien Green, L'Autre Sommeil, op. cit., p. 830.

38 Julien Green, Le Voyageur sur la terre, op. cit., p. 20.

39 Julien Green, Partir avant le jour, in Œuvres complètes, tome V, p. 676.

40 Julien Green. Les Clefs de la mort, op. cit., p. 575.

41 Julien Green, Le Voyageur sur ta terre, op. cit., p. 51.

Auteur

Docteur en Littérature contemporaine

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search