Version classiqueVersion mobile

Autour de Julien Green au cœur de Léviathan

 | 
Marie-Françoise Canérot
, 
Michelle Raclot

Première Journée. 7 février 1998 Autour de Julien Green

Partir avant le jour de Julien Green : une double symphonie du temps

Daniela Fabiani

Texte intégral

  • 1 Julien Green, Memories of Happy Days, New York. Harper, 1942. Quand nous habitions tous ensemble, i (...)
  • 2 En effet pendant la rédaction des volumes autobiographiques il avait essayé d'écrire un roman qu'il (...)
  • 3 Jean Sémolué, Discrétion et insistance : quelques aspects de la narration dans « Chaque homme dans (...)
  • 4 Julien Green. Partir avant le jour, Paris, Grasset, 1963. Toutes les citations dans le texte présen (...)

1La trilogie autobiographique de Julien Green, publiée entre 1963 et 1966, n'est pas la première tentative de l'auteur d'aborder ce genre : Quand nous habitions tous ensemble et surtout le livre en anglais Memories of Happy Days avaient constitué ses premiers essais publiés entre 1940 et 19431. Toutefois, par rapport aux textes précédents, cette trilogie jouit d'une structure différente, beaucoup plus liée, à mon avis, à la démarche créatrice de l’artiste Julien Green qui d'ailleurs, pendant quelques années, abandonne presque son activité romanesque pour se dédier totalement à cette tâche2. Comme l'a fait remarquer J. Sémolué3, les trois tomes se placent entre les romans Chaque homme dans sa nuit, dont ils poursuivent et approfondissent la thématique, et L'Autre, publié en 1971. Pourquoi ne pas penser alors à ces trois volumes comme à une sorte de parenthèse que Green a voulu ouvrir dans son activité artistique pour « faire le point » sur toutes les découvertes que lui avaient révélées ses romans ? Et surtout, comme à la réponse de l'auteur à son désir d'élargir son activité créatrice en mesurant cette dernière à un genre sur lequel il n'avait pas encore des idées bien fermes et sûres ? Les quelques réflexions que je vais proposer ici et qui, faute de temps, ne prennent en considération que le premier volume. Partir Avant le Jour4, se posent justement dans cette perspective : le triptyque autobiographique présente trois récits indépendants où l'auteur essaie de mesurer son art à une écriture qui n’est plus spécifiquement romanesque, liée de près à l'action de la mémoire, aux questions de la vérité, de la fidélité, de la sincérité et surtout à une histoire personnelle qui identifie l’auteur au personnage de son récit ; mais les contraintes du genre prennent-elles vraiment le dessus sur une démarche créatrice que nous connaissons bien dans son épaisseur et dans sa densité littéraires ?

  • 5 Pour tout cela je me permets de renvoyer aux analyses très précises de Philippe Lejeune, L'Autobiog (...)

2Les propos qui vont suivre n’ont certainement pas la prétention d’être exhaustifs par rapport aux problèmes liés au genre « autobiographie5 » que je n’aborderai pas directement ; ils sont une sorte de réflexion personnelle et donc une invitation à une relecture de ce texte qui est, à mon avis, l’un des plus beaux récits écrits par J. Green.

3Les toutes premières lignes de Partir Avant le Jour présentent une série de suggestions de lecture auxquelles il est bien difficile de rester insensible : l’importance de certains sujets à aborder, le désordre de la mémoire, la vision rétrospective de l’homme adulte, la datation chronologique de la rédaction, la précision temporelle du moment de la journée où il commence cette tâche et qui lui permet de se livrer à une métaphore ombre/lumière typique de son écriture romanesque, l'indication, tout à fait à F improviste, des sensations de bonheur et de douleur liées à sa toute première enfance : voilà autant de perspectives et de pistes sur lesquelles s’acheminer vers le monde enfantin de Julien Green. Faute de temps, je me bornerai à « réagir » seulement, parmi ces différentes suggestions, à l'une d'entre elles en particulier qui me paraît fondamentale, la question du temps, suivant laquelle j'essaierai de relire le texte pour en relever la valeur dans la narration et pour en esquisser les conséquences aux niveaux thématique et artistique. Voyons d'abord ce que l'auteur dit à ce propos au début du texte :

  • 6 Julien Green, Partir avant le jour, op. cit., p. 13.

On dira tout uniment ce qui passe par la tête, au gré du souvenir. La mémoire nous livre tout en désordre, à tout moment du jour. On imitera ce désordre. Il n'y aura pas d'itinéraire précis dans l'exploration de notre passé6.

  • 7 Ibid., p. 2.3.
  • 8 Ibid., p. 54.
  • 9 Ibid, p. 90.
  • 10 Ibid, p. 181.
  • 11 « Sans doute faudrait-il mettre un peu d'ordre dans ces souvenirs, mais je ne m'en sens pas capable (...)

4L'intentionnalité greenienne est bien évidente ; il veut explorer son propre passé à l’aide de la mémoire qui est, par sa nature même, désordonnée : d'ores et déjà l'auteur justifie une narration qui sera désarticulée dans son enchaînement et mieux encore, il prend cette désarticulation comme méthode d'écriture. Ce choix du désordre se lie directement, dans l'esprit d'un lecteur d'autobiographie, à l'idée du temps : si on donne libre cours aux souvenirs, la linéarité chronologique ne sera pas respectée ; le lecteur s'attend donc à une fragmentation du récit et ce sera là son caractère dominant. Le texte en effet se présente partagé en séquences narratives sans titre et sans numérotation, et la reconstitution de l'enfance et de l'adolescence est faite par bonds chronologiques et par tableaux thématiques : dans les premières pages l'auteur passe presque de sa naissance à l'âge de quatre ans, il parle de l'épisode de la penderie qui a dû se produire quand il avait sept ans de sorte que par la suite il est obligé7 de revenir en arrière. Sous la poussée de ses souvenirs il est forcé de passer sous silence certains épisodes et même certaines périodes de sa vie, de revenir en arrière ou de parler à l'avance de certains faits ou événements. En outre, il faut remarquer que Green ne se soucie pas trop de préciser le temps de ce qu'il est en train de raconter, même s'il indique toujours des points de repère sûrs pour le lecteur : « J'atteignais l'âge de la raison et ma mère...8 » ; « l'année qui suivit celle du Boulevard de la Seine...9 » ; « Ce fut vers cette époque que ma sœur... »10. La démarche de l'écriture de Green est d'ailleurs accompagnée par des notations continues sur le désordre et la confusion créés par ses souvenirs11 qu’il voudrait au contraire essayer de ranger en bon ordre. Donc, tout en laissant la bride à sa mémoire qui semble recréer des images temporelles superposées ou juxtaposées, il ressent la nécessité d'un ordre à respecter et à suivre dans l'enchaînement du récit.

  • 12 Il suffit de penser à Enfance de N. Sarraute, aux textes autobiographiques de Michel Leiris et de b (...)

5Tout cela semble prouver et illustrer la vérité de son affirmation initiale ; d'ailleurs, un art du fragment lié à l'évolution chronologique est l'un des éléments fondamentaux de l'écriture autobiographique, surtout au XXème siècle12.

  • 13 Julien Green, Partir avant le jour, op. cit., p. 62.
  • 14 Ibid, p. 65.
  • 15 Idem.
  • 16 Ibid, p. 73.
  • 17 Ibid., p. 106.
  • 18 Cf. à ce propos ce qu'il a dit dans « Genèse du Roman » in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibl (...)
  • 19 Julien Green, Punir avant le jour, op. cit., p. 41.
  • 20 Ibid. p. 76.
  • 21 Ibid., p. 77.
  • 22 J. Petit, toujours dans sa Notice à l'Autobiographie in Julien Green, Œuvres complètes, op. cit., t (...)
  • 23 Cf. par exemple, les passages liés aux souvenirs de Lina Ranoux (p. 22, 28, etc.) ou la description (...)

6Ce qui frappe toutefois le lecteur greenien, au fur et à mesure qu'il avance dans le récit, est le fait que les indications temporelles vagues et indéterminées laissent la place peu à peu à des dates, à des années bien précises qui semblent constituer le cadre temporel nécessaire à préciser tel événement, tel fait, telle sensation vécue, etc. Nous voyons alors qu'à l'âge de huit ans sont reliés des moments « d'inexplicable mélancolie à laquelle se mêlait un curieux plaisir. Peut-on être heureux de se sentir un peu malheureux ? »13 ; qu'au mois d'octobre 1910 est associé un changement important survenu dans sa vie de garçon, à savoir l'abandon de l'appartement de la rue de Passy, « un monde que je ne devais jamais plus retrouver »14, pour aller vivre rue de la Pompe, – dit-il « parmi les riches »15. Et ainsi de suite pour les années successives : 191116, 191217, etc. Et encore plus, cette chronologie foncière reste le tissu, pas toujours exprimé mais toujours bien présent, sur lequel l'auteur tisse la trame de son évolution personnelle de l'enfance à l'adolescence. Cette alternance continuelle dans la reconstitution du temps passé nous prouve, si besoin en est, que Green est conscient d'être comme livré à une sorte de dialectique intérieure de l'ordre et du désordre que son écriture n'arrive pas à maîtriser totalement : d'où la gêne de l'artiste et du romancier, habitué à une démarche scripturale différente, au cours de laquelle la vision initiale entraîne l'écrivain lui-même dans une histoire qu'il ne connaît pas, à savoir dans un parcours romanesque dominé par l'inconnu et le mystère18. Ici, au contraire, l'auteur écrit dans une vision rétrospective qui se base avant tout sur un matériel, sa vie passée, qu'il est censé savoir définir et cerner, au moins à un niveau temporel. En outre il faut remarquer qu'à l'intérieur du texte, les notations greeniennes sur cette dialectique dont je viens de parler vont disparaître à partir du moment où il commence à avoir une conscience plus précise de la tâche qu'il est en train d'accomplir à travers son écriture. Si presque au début il écrit : « Ce qui importe, ce qu'il faut essayer de saisir et de bien retracer, c'est le passage de Dieu dans la vie d'un homme, et c'est ainsi que peu à peu j'entrevois le sens de ce livre »19, peu après il définit encore mieux le but du livre et le rôle de la mémoire comme moyen d'exploration : « Je voudrais retrouver le fil plus fin qu'un cheveu qui passe à travers ma vie, de ma naissance à ma mort, qui guide, qui lie et qui explique »20. Et l’éclaircissement complet arrive tout de suite après : « [...] je veux tâcher de voir clair dans cette partie de la conscience qui demeure si souvent obscure à mesure que nous nous éloignons de notre enfance. Le bon grain jeté à pleine main par Dieu et le mauvais par le démon, comment tout cela poussait-il ? »21. Voilà des indications importantes sur le parcours intérieur accompli par l’écrivain autobiographe à travers son écriture et aussi sur le rôle qu'il a assigné à la mémoire, de façon plus ou moins consciente : saisir le passage de Dieu, retrouver le fil qui unifie la vie, voir clair sur la lutte entre Dieu et Satan dans le cœur humain, veut dire avant tout récupérer la tonalité unitaire du texte qu'il écrit et par là-même organiser les souvenirs autour de thèmes qui s'imposent à son esprit au fur et à mesure qu'il avance dans l'écriture. De là naît l'autre dimension temporelle qu'il construit dans son texte, celle de la mémoire : son montage arrive à réorganiser l'enfance passée sur des retours thématiques intuitifs, dont l’un des plus importants est certainement le rapport avec sa mère dont la mort, ainsi que l'avait noté J. Petit22, constitue une ligne de démarcation dans l'évolution du garçon et donc dans la narration ; mais il y a aussi l'idée de pureté et d'innocence, son éducation religieuse, la découverte (ou non-découverte) de la sexualité, etc. Tout cela toutefois est présenté dans une série de tableaux, ou d'unités narratives, qui ne sont pas linéaires dans leur développement : c’est au lecteur de les reconstituer d'une façon pour ainsi dire transversale dans le texte, afin d'avoir une vision d'ensemble du sujet. C'est une sorte d'assemblage donc qu'il faut réaliser et qui crée comme un double du texte lui-même, plongé dans un temps qui est hors du temps chronologique, le temps justement de la mémoire. L'univers enfantin, grâce à cette action conjuguée de l'écriture et de la mémoire, arrive ainsi à revivre sous les yeux de l'auteur et du lecteur comme tissé sur un ordre temporel double : Green a besoin de s’appuyer sur une linéarité chronologique qui, sans le vouloir, a remis en ordre la trame du temps et qui reste dominante dans l'esprit du lecteur ; toutefois l'écriture greenienne a comme éprouvé le besoin impérieux de se lier à des émotions et à des sensations de ce passé pour les graver sur le papier afin d'élargir la dimension et la compréhension de ce passé même, ce qui constitue d'ailleurs la tâche fondamentale assignée à la narration. Il suffit de penser, à ce propos, aux descriptions des lieux de son enfance : la description de chaque pièce des appartements où il a vécu part des données matérielles, des menus détails pour s’élargir à celle des personnes qui y vivaient ou qui, dans son esprit, sont restées liées à ces endroits23.

  • 24 Julien Green, Punir avant le jour. op. cit., p. 63.
  • 25 Cf. ce qu'il écrit aux pages 118, 128, 136, 139, etc.
  • 26 « [...] ce fut pour moi un monde qui finissait et qui finissait laidement, ma mère n'étant plus là. (...)

7Il connaît très bien d'ailleurs le rôle de l'oubli de la mémoire : « [...] ce voile qui se tisse entre nous et notre passé a sans doute sa raison d'être. Nous nous souviendrions de tout, que certains moments d’une qualité plus rare perdraient leur signification en disparaissant dans l'ensemble. L’oubli est un choix qui ne laisse subsister que l’essentiel »24. Donc, il est bien conscient que cet essentiel doit être dit à tout prix. Comment crée-t-il donc ce que j'ai appelé le temps double ? Ce n'est que par touches successives, écrites sous la poussée du souvenir ou des sensations qu'il est en train d'« enregistrer » et qui constituent comme une série de renvois internes au texte que le lecteur doit reconstituer dans leur enchaînement temporel : je pense par exemple à toute la première partie, fondamentale d'ailleurs, dédiée aux années du Lycée et consacrée à ses approches de la sexualité : apparemment, il parsème son texte de notations, de petits faits, de phrases qui mettent en évidence son incompréhension et sa naïveté face à certaines attitudes et discours de ses camarades25 qui semblent comme des digressions plus ou moins gratuites à l'intérieur d'une narration de ses déplacements – les grandes vacances, la villa du Vésinet-, de son intérêt pour la peinture, etc. En réalité, par ces touches, il essaie de voir clair dans son innocence foncière pour arriver à éclaircir les prémisses d'une personnalité qui, après la mort de sa mère, se trouvera comme livrée à un monde tout à fait nouveau26. Ce n'est que par un assemblage, reconstitué par le lecteur, qu'on peut donc saisir la signification réelle de ces notations apparemment non liées à la narration primaire.

8Il en va de même pour ce qui concerne les rapports de l'enfant avec sa mère et son père : quant à ce dernier par exemple, il en parle peu dans la première partie et bien plus évidemment dans la seconde, après la mort de sa mère ; ceci nous révèle non seulement la valeur de ce rapport mais aussi le travail que l'esprit du lecteur doit effectuer pour reconstituer un portrait véritable de son père : il aurait été bien pauvre chose s'il s'était borné à ce qu'il en dit dans la première partie.

  • 27 Paul Ricœur, Temps et Récits. III. Le temps raconté, Paris. Seuil, 1985, p. 191 et p. 183.

9Ce temps de la mémoire crée donc comme un double du temps linéaire où le texte est plongé dans une dimension « autre » par rapport à la narration chronologique qu'il est en train de faire : on pourrait dire que l'épiphénomène raconté invite l'auteur, et avec lui le lecteur, à un approfondissement, à une vision plus élargie et détaillée qui vise à atteindre le visage caché du personnage. Il mène donc l'écrivain à explorer ce que P. Ricœur a appelé les « traits non linéaires du temps phénoménologique » où ce dernier voit une dimension essentielle de la littérature, quand « telle fable sur le temps pointe vers quelque éternité »27.

10Tout cela revient au fait que Green a conçu dès le début ce texte comme une composition artistique jouée sur un double registre : la précision temporelle qu'il a voulu donner dans la toute première page nous le dit clairement :

  • 28 Julien Green, Partir avant le jour, op. cit., p. 13.

J'écris ceci vers la fin de l’après-midi. C'est le bon moment pour regarder par-dessus l'épaule et voir la journée, avant que la nuit ne vienne, parce que la nuit est un autre monde. Quand la lumière se sera retirée, les étoiles brilleront. Alors le ciel noir dira ce qu'il a à dire28.

  • 29 Alain Robbe-Grillet, Le miroir qui revient, Paris, Éd. de Minuit, 1984, p. 20.
  • 30 Julien Green, Punir avant le jour, op. cit., p. 66.
  • 31 Ibid., p. 144.

11On peut donner des interprétations différentes à ces mots, mais il est tout à fait hors de doute que cette phrase nous introduit dans une métaphore et que cette métaphore reprend les termes constants de l'écriture romanesque de notre auteur : ombre et lumière, jour et nuit constituent les éléments fondamentaux d'une écriture conçue comme un itinéraire vers le dévoilement de cet autre monde qui est le mystère du cœur humain. Et sur ce même sillon s'achemine aussi l'écriture autobiographique de J. Green : s'il est vrai que « les souvenirs font partie de l'imaginaire », comme l'a dit Robbe-Grillet29, se livrer à la mémoire signifie tout simplement concevoir une œuvre autobiographique au même niveau que l'œuvre romanesque, et par là l'acheminer sur le même trajet qui mène du monde réel au mystère, du petit fait à sa signification et à un jugement sur lui : cela détermine la densité littéraire des romans de Green et par là même de son récit d'enfance. L'art de l'écrivain dans Partir Avant le Jour est tellement évident qu'il me semble tout à fait inutile de m'y attarder ; je me borne seulement à signaler quelques-uns des éléments qui pourraient être mis en relation avec ceux de ses romans par la « technique » d'écriture adoptée par l'auteur. Ici par exemple la toile de fond, le décor de la première partie est constitué par les différentes habitations où il a vécu : la précision de détails que nous avons quand il les parcourt, avec les yeux de la mémoire, sert à créer une sorte d'atmosphère, de climat où situer et revivre les émotions que son esprit d'homme adulte attache encore à ces lieux. Ainsi pourrions-nous dresser par exemple une sorte de géographie affective de l'enfant qui expliquerait encore mieux ce paradis enfantin où se glissent toutefois quelques ombres : la joie bruyante et le fantastique de la rue de Passy, la stupidité et l'ennui de l’immeuble de la rue de la Pompe où se dressait toutefois, île de bonheur, son appartement30, la splendeur de la nature et l'invitation au rêve (et par là à l'écriture) de la villa du Lac31,etc. Mais c'est en réalité la même démarche scripturale de Mont-Cinère, d'Adrienne Mesurat, etc. où la description des différentes pièces des maisons contribuait à la présentation d'un caractère, d'une personnalité qui vivait parfois comme en symbiose avec le décor où elle était plongée.

  • 32 Cf. par exemple, entre autres, les descriptions de Natalie (p. 162), du mari d'Éléonore (p. 122) et (...)
  • 33 Il suffit de lire les quelques lignes qu’il consacre à Retta (p. 48), à Agnès (p. 56 et 109), à Luc (...)
  • 34 Cf. à ce propos ce qu'il écrit sur Bernstein (p. 78), sur les Valador et sur Marceline en particuli (...)

12Et on peut encore penser aux portraits que l’autobiographe brosse des personnages qui ont peuplé son enfance : ils sont tantôt réduits à l'essentiel pour l'aspect physique32, tantôt centrés surtout sur le regard et le sourire, les traits physiques qui revèlent le mieux l'intériorité de l'homme33 : mais tous sont dessinés par touches picturales successives qu'il faut reconstituer au fil des pages et tous sont agencés de sorte que l'auteur puisse mettre en évidence, à travers l'élément concret, la sensation et le sentiment qu'il en garde dans son cœur34. Là aussi les ressemblances avec les personnages de ses romans sont frappantes.

13L'art du portrait romanesque est donc adopté à nouveau dans le récit autobiographique de façon que la démarche littéraire, même technique, est semblable : quels que soient le matériel ou la forme narrative qu'on décide d'adopter, l'art greenien sait toujours tranformer la banalité même en une aventure intérieure qui double et en même temps illumine et éclaircit la simple existence de l'homme et des choses. Tout cela crée donc une dimension mystérieuse, cachée dans la vie quotidienne de l'enfant qu'il était : cette double dimension du récit est comme saisie à travers cette symphonie du temps jouée sur les doubles cordes de la chronologie et de la mémoire, ce qui fait d'ailleurs qu'il ait abordé son autobiographie de la même manière qu’il avait abordé sa création romanesque.

  • 35 Il suffit de penser aussi à tous les endroits du texte où il pratique le « pacte autobiographique » (...)

14Voilà donc que l'autobiographie de Julien Green, et en particulier Partir Avant le Jour, jouant sur un savant mélange du temps linéaire et du temps de la mémoire et utilisant un art littéraire qui n'est autre que celui du romancier, se propose aux lecteurs comme une « variation » de sa prose ; mieux encore, Green emploie les contraintes du genre pour vivifier une narration qui, au premier abord, pourrait sembler aplatie sur une vision rétrospective bornée dans ses limites spatiales et temporelles35. Dans ce sens alors l'auteur a vraiment donné plus d'épaisseur et de densité artistique à un texte autobiographique qui, aujourd'hui, se signale, par rapport aux autres du même genre, par son caractère tout à fait classique.

  • 36 J.-J. Lecarme, L'Autobiographie, Paris, Armand Colin, 1997, p. 14.
  • 37 Dans Qui je suis ?, où il parle de son autobiographie, Green en effet dit à propos de Partir avant (...)

15Je ne sais pas si tout cela peut être suffisant pour nous laisser conclure, ainsi que J.-J. Lecarme l'a dit récemment36, que J. Green s'est réconcilié avec le genre « autobiographie » : je me borne à affirmer que, avec Partir Avant le Jour, il est arrivé à nous donner, contrairement à ce qu'il a dit37, une autobiographie qui devient un roman ou, tout au plus, si on a le goût de la classification à tout prix, le roman de son enfance.

Notes

1 Julien Green, Memories of Happy Days, New York. Harper, 1942. Quand nous habitions tous ensemble, in Les Œuvres Nouvelles, tome I. New York, Ed. de la Maison Française, 1943. Nous savons, d'après le Journal (Le Revenant, 21 juillet 1950. in Œuvres complètes. Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1975, tome IV, p. 1168) que la toute première tentative autobiographique a été une lettre-confession qu'il avait écrite à Ted et qu'il avait cru avoir brûlée. Mais sur l'histoire des tentatives autobiographiques cf. la Notice de Jacques Petit à l'Autobiographie in Julien Green, Œuvres complètes. Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1977, tome V. p. 1579-1580.

2 En effet pendant la rédaction des volumes autobiographiques il avait essayé d'écrire un roman qu'il abandonna toutefois peu après, ainsi qu'il le dit dans son Journal : « Commencé un roman. Je vois, non sans une certaine inquiétude, que je m'y suis rejoint, que c'est de moi que je parle. » (Vers l'invisible, 5 octobre 1962, in Œuvres complètes, op. cit., tome V, p. 318). Tout cela prouve encore mieux que le souci profond de Green à cette époque porte sur sa vie passée et sur tout ce que cela comporte au niveau de l'écriture.

3 Jean Sémolué, Discrétion et insistance : quelques aspects de la narration dans « Chaque homme dans sa nuit ». in Nord. no 10, décembre 1990, p. 13.

4 Julien Green. Partir avant le jour, Paris, Grasset, 1963. Toutes les citations dans le texte présent renvoient toutefois à l'édition publiée dans Jeunes Années. Autobiographie, tome I, Paris, Seuil, 1983.

5 Pour tout cela je me permets de renvoyer aux analyses très précises de Philippe Lejeune, L'Autobiographie en France, Paris, Armand Colin, 1971 et J.-J. Lecarme, L'Autobiographie, Paris, Colin, 1997.

6 Julien Green, Partir avant le jour, op. cit., p. 13.

7 Ibid., p. 2.3.

8 Ibid., p. 54.

9 Ibid, p. 90.

10 Ibid, p. 181.

11 « Sans doute faudrait-il mettre un peu d'ordre dans ces souvenirs, mais je ne m'en sens pas capable. J'ai l'impression que tout se présente à moi en même temps, et la chronologie dans tout cela, où la trouver ? » (julien Green, Partir avant le jour, in Jeunes Années, op. cit., tome I, p. 23). « Trop de choses me reviennent à l’esprit et comment mettre de l'ordre dans tout cela ? » (Ibidem, p. 90).

12 Il suffit de penser à Enfance de N. Sarraute, aux textes autobiographiques de Michel Leiris et de beaucoup d'autres auteurs du XXème siècle.

13 Julien Green, Partir avant le jour, op. cit., p. 62.

14 Ibid, p. 65.

15 Idem.

16 Ibid, p. 73.

17 Ibid., p. 106.

18 Cf. à ce propos ce qu'il a dit dans « Genèse du Roman » in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1973, tome III, p. 1458-1473.

19 Julien Green, Punir avant le jour, op. cit., p. 41.

20 Ibid. p. 76.

21 Ibid., p. 77.

22 J. Petit, toujours dans sa Notice à l'Autobiographie in Julien Green, Œuvres complètes, op. cit., tome V, p. 1582, avait très bien remarqué que la mort de la mère constituait à l'intérieur de Partir avant le jour une rupture nette déterminant un « avant » et un « après » de sorte que tout ce qui suit ce triste événement dépend de cette mort. Et c'est là, à son avis, le vrai mouvement du texte de façon que les coupures des trois récits, « le départ pour le front en 1917, le départ pour l'Amérique en 1919, le retour, ne sont qu'extérieures, commodes » (Ibidem). Tout en reconnaissant la valeur de ce jugement, qui vient d'ailleurs d'un des plus grands estimateurs de l'homme et de l’artiste J. Green, nous nous permettons de souligner que Green a conçu ses trois récits d'une façon plus fermée, avec un début et une fin, selon son habitude romanesque. C'est pourquoi la division des périodes de vie dans chaque volume, tout en exprimant le mouvement souligné par J. Petit, répond aussi à un besoin artistique de Green et non seulement à une nécessité extérieure, de simple commodité.

23 Cf. par exemple, les passages liés aux souvenirs de Lina Ranoux (p. 22, 28, etc.) ou la description de la chambre d'Éléonore (p. 44).

24 Julien Green, Punir avant le jour. op. cit., p. 63.

25 Cf. ce qu'il écrit aux pages 118, 128, 136, 139, etc.

26 « [...] ce fut pour moi un monde qui finissait et qui finissait laidement, ma mère n'étant plus là. » (Partir avant le jour. op. cit.. p. 174). Et peu après il ajoutera : « J'étais loin de me douter qu'il existait désormais dans ma vie un avant et un après, et que j'avais derrière moi ce qu'un auteur du XVIIème siècle a nommé le Pays Perdu. » (Ibidem, p. 175).

27 Paul Ricœur, Temps et Récits. III. Le temps raconté, Paris. Seuil, 1985, p. 191 et p. 183.

28 Julien Green, Partir avant le jour, op. cit., p. 13.

29 Alain Robbe-Grillet, Le miroir qui revient, Paris, Éd. de Minuit, 1984, p. 20.

30 Julien Green, Punir avant le jour, op. cit., p. 66.

31 Ibid., p. 144.

32 Cf. par exemple, entre autres, les descriptions de Natalie (p. 162), du mari d'Éléonore (p. 122) et d'Emily Grisby (p. 105).

33 Il suffit de lire les quelques lignes qu’il consacre à Retta (p. 48), à Agnès (p. 56 et 109), à Lucy (p. 45 et 156) et à Berthe (p. 155).

34 Cf. à ce propos ce qu'il écrit sur Bernstein (p. 78), sur les Valador et sur Marceline en particulier (p. 96), sur Teresina (p. 150-151) et enfin sur le père Crété (p. 188-189).

35 Il suffit de penser aussi à tous les endroits du texte où il pratique le « pacte autobiographique » : ces passages créent un va-et-vient temporel très remarquable qui contribue d'ailleurs à donner plus d’épaisseur à cette symphonie du temps. Cf. à ce propos Philippe Lejeune, L'Autobiographie en France, op. cit., p. 71-79.

36 J.-J. Lecarme, L'Autobiographie, Paris, Armand Colin, 1997, p. 14.

37 Dans Qui je suis ?, où il parle de son autobiographie, Green en effet dit à propos de Partir avant le jour : « Que serait devenu ce livre si j'en avais fait un roman ? Je l’aurais écrit d'une autre façon, j'aurais transposé, haussé le ton et les couleurs, grandi les personnages, ménagé peut-être quelques effets, reconstitué de longs entretiens. Je n'ai rien fait de tout cela, préférant à une fiction la simple réalité sans artifice d'aucune sorte. » (Julien Green, Œuvres complètes, op. cit., tome III, p. 1374).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search