Version classiqueVersion mobile

La petite entreprise au péril de la famille ?

 | 
Laurent Amiotte-Suchet
, 
Yvan Droz
, 
Fenneke Reysoo

1. Les très petites entreprises familiales face aux ruptures de trajectoire familiale

Texte intégral

  • 1 En 2003, la Commission européenne définit la très petite entreprise ou micro-entreprise comme une e (...)
  • 2 Une des tâches attribuées à l’agriculture suisse par l’article 104 de la Constitution accepté par l (...)

1Les très petites entreprises (ci-après TPE)1 revêtent une importance majeure dans l’économie des zones rurales : la quasi-totalité de la vie économique de cet espace dépend des artisans, des commerçants ou des exploitants agricoles. Par leurs implantations et leurs activités, ils participent à l’occupation décentralisée du territoire2 et au maintien d’un tissu socioéconomique dynamique (commerces et services de proximité, lieu de sociabilité, entretien du paysage…). Ainsi, la dynamique d’une zone rurale est profondément liée à la situation des très petites entreprises qui y sont implantées.

  • 3 Voir le chapitre 7 « Les logiques sociales des très petites entreprises familiales ».

2Or, la logique de fonctionnement de ces très petites entreprises est singulière. Elles se caractérisent souvent par une imbrication étroite des sphères professionnelle et familiale (domicile accolé à l’entreprise, cogestion de l’entreprise par le couple, mise à contribution de membres de la famille pour l’entreprise – enfants, grands-parents, collatéraux –, vie de famille rythmée par l’entreprise) [Barthez, 1984]. Ainsi, une partie de l’organisation des activités au sein des TPE est basée sur une complémentarité fonctionnelle3 du travail. Fréquemment, le mari est installé en entreprise individuelle comme artisan et sa femme s’occupe des aspects administratifs de l’entreprise, tout en assumant la majeure partie des tâches domestiques et l’éducation des enfants, sans que son rôle soit officiellement reconnu (Droz, Miéville-Ott et Reysoo, 2014b ; Jacques-Jouvenot et Tripier, 2003). En outre, on observe une participation transgénérationnelle aux tâches à accomplir pour l’entreprise : les grands-parents et les enfants sont fréquemment sollicités. En effet, dans le cas des entreprises agricoles, des petits commerces ou de la restauration, il n’est pas rare que les grands-parents, même retraités, donnent des coups de main dans l’entreprise ou que les enfants, encore scolarisés, viennent occasionnellement seconder leurs parents.

3Si les TPE sont essentielles au développement économique et social des zones rurales, les principaux facteurs qui les fragilisent sont mal connus ou (in) volontairement ignorés. Fonctionnant sur un équilibre parfois fragile entre le travail et la famille, tant pour des raisons économiques (flexibilité, main-d’œuvre bon marché, voire gratuite) que pour des raisons historiques ou patrimoniales (continuité d’une activité familiale, relations de confiance, loyauté, transmission d’un bien dans la famille), les TPE sont particulièrement sensibles aux aléas de la vie familiale. Tout événement qui affecte l’équilibre de la cellule familiale est susceptible d’avoir des répercussions importantes sur la vie de l’entreprise et inversement. Ce livre se donne pour objectif de décrypter les logiques sociales des très petites entreprises à l’aune de l’enchevêtrement travail/famille, et d’en éclairer les forces et les faiblesses à la lumière des événements qui pourraient affecter cette « harmonie » (accident, décès, maladie invalidante, divorce…). Il entend ainsi soumettre ces logiques à l’épreuve des ruptures de trajectoire familiale, pour souligner l’interdépendance travail/famille et l’importance de cet équilibre dans un grand nombre de très petites entreprises familiales de l’Arc jurassien.

4Nous définissons ces ruptures de trajectoire comme tout événement ou situation affectant provisoirement ou durablement un ou plusieurs membres de la famille et les contraignant à repenser leurs rôles et leurs implications au sein de l’entreprise. Nous nous sommes concentrés sur trois formes de rupture susceptibles de fragiliser l’entreprise, l’entrepreneur ou son entourage familial, à savoir :

  • le divorce dans le cas d’un couple ou de manière plus générale la séparation des membres de la cellule familiale (qu’il s’agisse d’une séparation entre conjoints, d’une tension entre ascendants et descendants, d’un conflit entre frères et sœurs, etc.) ;

  • la maladie ou l’accident invalidant empêchant l’un des membres de la famille d’effectuer son travail au sein de l’entreprise ;

  • le décès prématuré (par accident, maladie ou suicide) d’un des membres de la famille exerçant une activité au sein de l’entreprise.

5En partant à la rencontre des petits entrepreneurs de l’Arc jurassien, nous souhaitions comprendre comment s’organisent celles et ceux qui démarrent une activité, la poursuivent et qui pensent à la transmission de l’entreprise. Nous nous sommes intéressés tant aux structures qui ont connu des ruptures familiales fragilisant (ou détruisant) l’entreprise qu’à d’autres qui n’avaient vu ni drame ni conflit. Nous avons mené nos investigations sur divers corps de métiers. Notre démarche, avant tout qualitative, a donc pour but de lever le voile sur une réalité – celle des TPE des zones rurales de l’Arc jurassien – où, bien souvent, les contraintes économiques et la logique patrimoniale, la complémentarité fonctionnelle et les rapports sociaux de sexe conduisent les membres de la famille à privilégier une organisation du travail qui préserve d’abord l’entreprise, souvent légitimée par l’amour que se portent les conjoints, au détriment de la protection sociale des personnes, jusqu’à ce que survienne la rupture…

Notes

1 En 2003, la Commission européenne définit la très petite entreprise ou micro-entreprise comme une entreprise où l’effectif est inférieur à dix personnes et où le chiffre d’affaires ou le total du bilan annuel n’excède pas 2 millions d’euros (voir le site du CEDEF [en ligne], disponible sur : <http://www.economie.gouv.fr/cedef/definition-petites-et-moyennes-entreprises>).

2 Une des tâches attribuées à l’agriculture suisse par l’article 104 de la Constitution accepté par le peuple le 9 juin 1996.

3 Voir le chapitre 7 « Les logiques sociales des très petites entreprises familiales ».

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search