Version classiqueVersion mobile

Claudel et la mise en scène : Autour de L’Annonce faite à Marie

 | 
Alain Beretta

Deuxième partie. Projets avortés 1929-1946

Projets avortés 1929-1946

Texte intégral

1Après les brillants débuts scéniques de L'Annonce, qui ont lancé la pièce et donné à son auteur le goût du travail théâtral, la longue suite de leurs relations va s'avérer bien frustrante.

  • 1 Voir notre thèse, à partir de la p. 400.
  • 2 Interview de Claudel dans Comœdia, 2 mai 1921, reproduite dans Théâtre II, p. 1387.

2Il faut attendre presque une vingtaine d'années avant de voir Claudel s'engager dans un nouveau projet de mise en scène du drame de Violaine. Ce n'est pourtant pas que la vie scénique de L'Annonce soit réduite ; au contraire, la pièce jouit vite d'une carrière internationale impressionnante1, et dès 1921 Claudel affirme même qu'elle a été jouée "dans le monde entier"2. Ce n’est pas non plus que le dramaturge se désintéresse des problèmes scéniques : après Hellerau et jusqu'au nouveau projet de représentation de L'Annonce amorcé à la lin de 1929, Claudel, sans plus toutefois diriger une mise en scène mais seulement en assistant à des répétitions ou en envoyant des conseils, a participé à la création de L'Échange et de L'Otage en 1914, de La Nuit de Noël 1914 en 1916, de L'Homme et son désir en 1921, de La Femme et son ombre à Tokyo en 1923 et de Sous le rempart d'Athènes en 1927, sans parler de son engagement dans de nombreux projets de représentations, pour Protée en 1916 puis en 1919, pour Tête d'Or en 1919 et pour la Trilogie en 1919 et 1920 ; de plus, son long séjour au Japon en tant qu’ambassadeur de novembre 1921 à février 1927 lui révèle une esthétique théâtrale originale qui le séduit beaucoup.

  • 3 Sur cette mise en scène, voir notre thèse, p. 363-81.

3Pourtant, pendant tout ce temps, l’auteur délaisse L'Annonce, à l’exception de l'intérêt qu'il prend à la mise en scène de Baty et Gémier en 1921 à la Comédie-Montaigne, mais où sa participation demeure si faible qu'elle ne sera pas évoquée dans le cadre de son activité scénique3. En plus des diverses occupations qui l'appellent dans des lieux différents, Claudel ne s'est-il pas éloigné de sa pièce en sentant que les représentations de Hellerau avaient abouti à une limite, voire à une impasse ? Toujours est-il qu'il faut attendre la fin de l'année 1929 pour qu'il retrouve l'enthousiasme de 1913 à propos d'un nouveau travail scénique sur L'Annonce. Mais cette expérience, comme toutes les suivantes, finira mal.

4Au début des années 1930, le dramaturge, désireux de se renouveler, est passionné par le développement musical de la pièce, mais ce projet, qui devait avoir lieu au Théâtre Pigalle, n'aboutira pas. Ensuite, les nombreuses tentatives envisagées à la fin des années 1930 et au début des années 1940 pour représenter L'Annonce à la Comédie-Française n’auront pas plus de chance. Après ce long travail infructueux, Claudel pensera prendre sa revanche en dirigeant deux mises en scène, celle du Théâtre Hébertot en 1948 et celle de la Comédie-Française en 1955, quelques jours seulement avant sa mort ; mais, malgré la satisfaction qu’elles lui procureront pendant leur préparation, elles seront ensuite l'objet de bien des critiques, pour des raisons différentes.

5Ainsi, après son fulgurant départ, le sort de la vie scénique de L'Annonce dirigée par son auteur ne conduira qu'à des projets avortés ou à des succès illusoires.

Notes

1 Voir notre thèse, à partir de la p. 400.

2 Interview de Claudel dans Comœdia, 2 mai 1921, reproduite dans Théâtre II, p. 1387.

3 Sur cette mise en scène, voir notre thèse, p. 363-81.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search