Version classiqueVersion mobile

Claudel et la mise en scène : Autour de L’Annonce faite à Marie

 | 
Alain Beretta

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cette thèse est intitulée LA vie scénique d'une nièce de théâtre : L'Annonce faite à Marie de Paul (...)

1Le présent ouvrage est la version réduite d'une thèse de doctorat consacrée à l'étude de l'évolution des principales mises en scène de L'Annonce faite à Marie en France et dans le monde, de sa création en 1912 jusqu'à la fin de 19951. L'ampleur de la matière n'a pas permis une publication de la totalité du travail, mais on trouvera ici son aspect fondateur et fondamental : l'évocation des mises en scène – abouties ou non – dans lesquelles s'est engagé l'auteur de la pièce. Les liens scéniques qui ont existé pendant presque une cinquantaine d'années, jusqu'à la veille de sa mort, entre Claudel et L'Annonce constituent un exemple unique d'une relation aussi forte entre un dramaturge et les représentations d'une de ses pièces.

  • 2 Mes Idées sur le théâtre, textes recueillis et présentés par Jacques Petit et Jean-Pierre Kempf, G (...)
  • 3 Roland Barthes, "Propos sur Paul Claudel", Théâtre Populaire, no 11, 1955, p. 104-5, texte repris (...)
  • 4 Pour nous borner aux expériences scéniques les plus marquantes de Claudel, rappelons, en dehors de (...)
  • 5 Jacques Petit, "Claudel et la mise en scène". Aux sources de la vérité du théâtre moderne. Actes d (...)

2Il faut d'abord rappeler que Claudel est le dramaturge Français qui, dès le début de ce siècle, a manifesté le plus profondément des préoccupations scéniques tout en rénovant simultanément l'écriture dramatique. Ne serait-ce qu'historiquement, le théâtre claudélien naît avec la mise en scène car l’auteur commence sa première pièce, L'Endormie, au moment même où Antoine fonde son Théâtre Libre. Par la suite, de 1912, lors de la création de L'Annonce, jusqu'à sa mort en 1955, Claudel se montrera de plus en plus soucieux de la réalisation scénique de ses pièces, au point d'y participer souvent et de les écrire non seulement en pensant à elle, mais encore en essayant de l'intégrer dans la composition du texte, préoccupation assez rare chez les dramaturges de son temps. Avant même que d’illustres metteurs en scène ne montent ses pièces, Claudel a souvent imaginé leur mise en scène, et de façon particulièrement audacieuse. L’originalité de la vision scénique claudélienne se manifeste à la fois dans la théorie et la pratique. Au fil des textes théoriques, notamment ceux qui sont regroupés dans Mes Idées sur le théâtre2, mais aussi dans son Journal, sa correspondance, ou au détour d'une indication scénique, il n'est pas de facteur de la représentation sur lequel Claudel n’ait rêvé pour le renouveler, suscitant ainsi les louanges des plus grands spécialistes de l'art dramatique. Roland Barthes entre autres a pu affirmer : "J'éprouve [...] la plus vive admiration pour ce que Claudel a dit sur le théâtre, qui me paraît encore ici d'une intelligence profonde", car il a défendu "contre l'art psychologique ou symboliste, le théâtre de la pure extériorité"3, affirmation qu'il faudrait nuancer. En passant de la théorie à la pratique en des occasions si diverses4, Claudel a défendu ses idées, qui se sont souvent heurtées à celles des metteurs en scène, dont il a été un grand consommateur. Comme l'écrit Jacques Petit, "tous les hommes de théâtre [...] ont un jour ou l'autre travaillé avec Claudel ; il n'en est pas un qui n'ait été tenté de le jouer, pas un avec qui Claudel n'ait tenté de travailler, et pas un, sauf Pitoëff, avec lequel Claudel ne se soit brouillé"5. Ces divergences, si elles ont souvent irrité et l'auteur et ses metteurs en scène, ont finalement contribué à stimuler la vie scénique du théâtre claudélien, dont les possibilités paraissaient ainsi d'autant plus variées. De fait, aucun autre théâtre ne semble impliquer aussi nécessairement une représentation par son langage si physique, à la fois geste inscrit dans l'écriture même et parole indissociable de la respiration et de l'élocution.

  • 6 Il s'agit du chapitre intitulé "Le spectacle", p. 556-88, dans la dernière partie de L'Esthétique (...)
  • 7 Jean-Bernard Moraly, Claudel et la mise en scène : l'emploi du chœur, thèse dactylographiée, Unive (...)
  • 8 Voir en particulier La Dramaturgie claudilienne. Actes du colloque de Cerisy (31 août-10 septembre (...)
  • 9 René Farabet, Le Jeu de l'acteur dans le théâtre de Paul Claudel, Lettres Modernes, Minard, 1960.
  • 10 Paul Claudel, interprétations et interprètes. Actes du colloque de l'Université de Nancy, 19-21 av (...)
  • 11 Edwin Maria Landau, Paul Claudel auf deutschsprachigen Bühnen, München : Prestel Verlag, 1986. Que (...)

3Pourtant, au sein de l'immense bibliographie consacrée au théâtre claudélien, les études de mise en scène demeurent relativement réduites. Certes, les conceptions et l'activité de Claudel metteur en scène ne sont pas ignorées, et les plus récentes histoires du théâtre les mettent en valeur, mais elles restent inégalement et très incomplètement analysées. Michel Lioure a eu le mérite d'en établir le premier une synthèse concise à la fin de son ouvrage essentiel L'Esthétique dramatique de Paul Claudel6. Des aspects particuliers en ont été approfondis, comme l'utilisation scénique du chœur, évoquée par Jean-Bernard Moraly7, et certains autres, plus récemment esquissés8. De plus, l'étude de la vie scénique du théâtre claudélien, si foisonnante depuis quelques décennies, n'en est qu'à ses débuts. En France même, en dehors de l'analyse déjà ancienne de René Farabet sur le jeu de l'acteur9, il a fallu attendre la fin des années 1960 pour lire une évocation d'ensemble de quelques mises en scène de pièces de Claudel10. Plus récemment, les prestigieuses adaptations scéniques d'Antoine Vitez ont suscité des études spécifiques, mais les autres, pourtant si nombreuses en France et ailleurs, demeurent seulement répertoriées – parfois commentées — dans le Bulletin de la Société Paul Claudel. L’écho particulier que la représentation des pièces de Claudel éveille depuis longtemps à l’étranger n’a été systématiquement recensé et scrupuleusement étudié que dans les pays de langue allemande jusqu'en 1986, grâce au travail d’Edwin Maria Landau11. L'exploration de la vie scénique du théâtre claudélien à la fois dans son esthétique et dans sa fortune est donc bien loin d'être épuisée.

4C'est une contribution à cette entreprise que nous avons voulu apporter, en proposant l'étude de la vie scénique d'une seule pièce de Claudel. Sans trop hésiter, nous avons choisi celle qui a été jouée la première et le plus souvent, L'Annonce, pour plusieurs raisons convergentes.

5D'abord, tant sur le plan littéraire que scénique, L’Annonce, plus que toute autre pièce de Claudel, suit et résume son évolution dramatique. Pendant plus de soixante ans, "toute une vie" donc, de la composition de la première version de La Jeune Fille Violaine en 1892 jusqu'à la mise en scène de L'Annonce à la Comédie-Française en 1955 quelques jours avant sa mort, l'auteur a porté et mûri son œuvre en lui si intimement que ses personnages sont devenus, selon son propre aveu, ses "pensionnaires", ses "locataires". Les déclarations abondent où il confie ses liens privilégiés avec une pièce née des souvenirs géographiques et familiaux de son enfance, qui a porté la première son nom sur une scène et qui, en évoquant une famille paysanne française enracinée dans le terroir champenois à l'époque des cathédrales et de Jeanne d'Arc, a acquis une dimension nationale. Enfantée si longuement, repensée et remaniée si souvent, ayant diffusé le nom de son auteur, de son vivant même, dans le monde entier, elle pouvait légitimement lui apparaître comme une œuvre capitale de sa vie et emblématique de son talent :

  • 12 Mémoires improvisés, collection Idées, Gallimard, 1969, p. 276. Nous ne renverrons à l'édition ori (...)

Elle représente certainement un des sommets de mon œuvre. C'est une œuvre qui a plusieurs versants, tandis que d'autres œuvres ne représentent qu'un côté particulier de mon talent [...]. L'Annonce a des versants, on peut dire, presque de tous les côtés de mes différentes possibilités12.

  • 13 Michel Lioure, L'Esthétique dramatique de Paul Claudel, p. 182.
  • 14 "L'Annonce faite à Marie de M. Paul Claudel au Théâtre allemand d'Hellerau". Comoedia, 4 octobre 1 (...)

6Dès lors, il n'est pas étonnant que le dramaturge ait prodigué à sa chère pièce "tous ses soins de metteur en scène comme il lui réservait sa prédilection d'auteur"13. Ce sont des représentations de L'Annonce qui en 1912 et en 1955 se situent aux deux extrémités de son expérience scénique, encadrant plusieurs autres mises en scène de sa pièce auxquelles il a participé. D'une manière plus générale, L’Annonce semble spécialement prédestinée à la scène. Ne serait-ce que par son titre, ne paraît-elle pas lancer un appel au public ? Son sujet, la rivalité amoureuse de deux sœurs qui s'élève peu à peu jusqu'à leur sanctification, ne se prête-t-il pas à être magnifié par la stylisation de la scène ? Plus profondément, la manière dont Claudel résumait l'idée essentielle de la pièce, "la glorification des réalités les plus humbles et leur élévation à un règne éternel"14, ne pourrait-elle pas définir également l'essence du spectacle théâtral ? En tout cas, L'Annonce n'a pas manqué d'inspirer scéniquement, en plus de son propre auteur, d'innombrables metteurs en scène à travers le monde.

  • 15 Jean-Bernard Moraly, Claudel et la mine en scène : l’emploi du chœur, p. 356.

7Il était alors tentant d'explorer cette vie scénique si riche, d'autant plus que des voix autorisées y invitaient. Jean-Bernard Moraly, effleurant partiellement le sujet à propos de son étude du chœur dans le théâtre claudélien, écrit que "de 1912 à 1955, les mises en scène successives de L'Annonce constitueraient à elles seules un vaste sujet de doctorat"15. Michel Autrand, élargissant le champ d’investigation au-delà de la mort de Claudel jusqu'à nos jours, affirme quant à lui dans sa très riche édition de la pièce :

  • 16 Michel Autrand, dossier d'étude de L'Annonce, Folio-Théâtre, Gallimard, 1993, p. 215.

Pièce la plus jouée du théâtre de Claudel et pièce parmi les plus jouées du répertoire du XXe siècle, L'Annonce, par le nombre de ses représentations dans les pays les plus divers, défie la critique dramatique, et l'étude de ses seules mises en scène nécessiterait un volume complet16.

8A défaut de constituer ce volume, la présente étude restreint son objet à l'évocation des liens qui ont existé entre un créateur de plus en plus saisi par le démon du théâtre et les incarnations de sa création. De 1912 à 1955, la vie scénique de L'Annonce a été si souvent surveillée, voire dirigée par son géniteur, un père perpétuellement curieux et attentif, à la fois enthousiaste et insatisfait, qu'elle constitue une véritable aventure pour Claudel, comme le résume ainsi Gérald Antoine :

  • 17 Gerald Antoine, Paul Claudel ou l'Enfer du génie, Robert Laffont, 1988, p. 364.

La "saga" de L'Annonce est interminable et non dépourvue de pathétique : nul autre de ses drames n’a été joué aussi souvent ni en tant de lieux, de son vivant même ; et cependant, nul autre n'a été pour lui l'objet d'aussi nombreux et amers déboires. Parcourir, fût-ce à pas rapides, dans l'un et l’autre sens, cet itinéraire paradoxal peut être un moyen de saisir, sur le vif, le naturel de l'artiste et de l'homme face aux gens de théâtre à la fois si complexes, impérieux et fragiles17.

9Une telle "saga" sera évoquée dans son déroulement chronologique. S'il présente le défaut de ne pas donner d'emblée une image nette et de ne pas toujours progresser logiquement, si, de plus, il impose la présence d'une succession de mises en scène obéissant aux mêmes étapes, de la genèse du spectacle à sa préparation puis à sa représentation et enfin à sa réception, espérons du moins qu'il évoquera le plus fidèlement possible, sans pouvoir bien sûr ressusciter entièrement cet art de l’éphémère que constitue un spectacle théâtral, tout l’engagement à la fois affectif, esthétique et idéologique de Claudel dans les mises en scène, les mises en vie, de sa chère Annonce.

Notes

1 Cette thèse est intitulée LA vie scénique d'une nièce de théâtre : L'Annonce faite à Marie de Paul Claudel (1912-1995), Université de Nancy II. 1996. Des exemplaires se trouvent à Paris (Bibliothèque nationale et Archives de la Société Paul Claudel), à Besançon (Centre Jacques-Petit, Faculté des Lettres) et à Zurich (Centre international d'études claudéliennes). La partie non publiée ici étudie les grandes mises en scène auxquelles n'a pas participé Claudel (notamment celle de 1921 par Baty et Gémier, celle de 1941 par Pierre Franck et celle de 1942 par Jouvet), et les plus marquantes qui ont eu lieu après sa mort, en France et à l'étranger, jusqu'en 1995.

2 Mes Idées sur le théâtre, textes recueillis et présentés par Jacques Petit et Jean-Pierre Kempf, Gallimard, 1966.

3 Roland Barthes, "Propos sur Paul Claudel", Théâtre Populaire, no 11, 1955, p. 104-5, texte repris dans les Œuvres complètes de Barthes, tome I, Le Seuil, 1993, p. 475. Dans cette même revue, le critique Guy Dumur écrit : "N'oublions pas [...] que Claudel a réinventé le théâtre. Au XXe siècle, il est, avec Brecht - curieux rapprochement, mais qui s'impose – le seul écrivain qui ait pensé totalement les problèmes de la scène".

4 Pour nous borner aux expériences scéniques les plus marquantes de Claudel, rappelons, en dehors de ses engagements dans des mises en scène de L'Annonce :
- en 1914, sa participation à la mise en scène de L'Echange et de L'Otage
- en 1916, sa mise en scène de La Nuit de Noël 1914 et l'établissement de projets précis de décors et de costumes pour une adaptation de Protée qui n'aura pas lieu
- en 1921, sa préparation de la chorégraphie et des décors et costumes de L'Homme et son désir
- en 1930, son projet détaillé pour la mise en scène du Livre de Christophe Colomb
- en 1935, sa participation à la création des Choéphores à Bruxelles
- en 1937, sa préparation des représentations de L'Echange au Théâtre des Mathurins
- et surtout, de 1943 à 1953, son étroite collaboration avec Jean-Louis Barrault pour Le Soulier de satin (1943), Partage de midi (1948), L'Echange (1951) et Le Livre de Christophe Colomb (1953).

5 Jacques Petit, "Claudel et la mise en scène". Aux sources de la vérité du théâtre moderne. Actes du colloque de London (Canada) de 1972, Minard, 1974, p. 203.

6 Il s'agit du chapitre intitulé "Le spectacle", p. 556-88, dans la dernière partie de L'Esthétique dramatique de Paul Claudel, Armand Colin, 1971.

7 Jean-Bernard Moraly, Claudel et la mise en scène : l'emploi du chœur, thèse dactylographiée, Université de Paris III, 1978. Le même auteur a écrit récemment une pénétrante étude sur Claudel metteur en scène. La frontière entre deux mondes, Presses universitaires franc-comtoises, 1998.

8 Voir en particulier La Dramaturgie claudilienne. Actes du colloque de Cerisy (31 août-10 septembre 1987). Klincksieck, 1988, et quelques articles encore plus récents.

9 René Farabet, Le Jeu de l'acteur dans le théâtre de Paul Claudel, Lettres Modernes, Minard, 1960.

10 Paul Claudel, interprétations et interprètes. Actes du colloque de l'Université de Nancy, 19-21 avril 1968, Revue d’Histoire du Théâtre, 1969, no I. Cette étude a été précisée par : Mettre en scène et jouer Claudel aujourd'hui, Journées claudéliennes de Brangues. 20 et 21 juillet 1985, Revue d'Histoire du Théâtre, 1986, no 2.

11 Edwin Maria Landau, Paul Claudel auf deutschsprachigen Bühnen, München : Prestel Verlag, 1986. Quelques représentations données en Belgique de 1952 à 1980 ont été aussi évoquées de façon plus partielle et partiale par Joseph Boly, Mélanges claudéliens, Société Paul Claudel en Belgique, 1981, p. 173-227.

12 Mémoires improvisés, collection Idées, Gallimard, 1969, p. 276. Nous ne renverrons à l'édition originale de cet ouvrage, parue en 1954, que pour les passages supprimés dans l'édition de 1969.

13 Michel Lioure, L'Esthétique dramatique de Paul Claudel, p. 182.

14 "L'Annonce faite à Marie de M. Paul Claudel au Théâtre allemand d'Hellerau". Comoedia, 4 octobre 1913, article repris dans Théâtre II, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1965, p. 1384-6.

15 Jean-Bernard Moraly, Claudel et la mine en scène : l’emploi du chœur, p. 356.

16 Michel Autrand, dossier d'étude de L'Annonce, Folio-Théâtre, Gallimard, 1993, p. 215.

17 Gerald Antoine, Paul Claudel ou l'Enfer du génie, Robert Laffont, 1988, p. 364.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search