Version classiqueVersion mobile

Les révolutions du commerce. France, xviiie-xxie siècle

 | 
Jean-Claude Daumas

Table des matières

Jean-Claude Daumas

Introduction

I. L’histoire du commerce : un domaine de recherche de plus en plus fréquenté
II. Des avancées significatives

Première partie. De la boutique au commerce concentré

1

Natacha Coquery

L’essor d’une culture de consommation à l’époque des Lumières et ses répercussions sur le commerce de détail

I. L’apport des historiens modernistes : lier la culture et l’économie, déplacer la chronologie
II. Les interactions entre production, consommation et distribution
III. L’armature commerciale en France : la résistance des foires et l’essor des boutiques dans les villes et les campagnes
IV. Mutations et contrastes du commerce de détail français à la fin de l’Ancien Régime
V. Aperçu du paysage commercial parisien : poids du centre historique, primauté des radiales

2

Julien Villain

Y a-t-il eu une révolution de la boutique dans l’Europe du xviiie siècle ?

Le cas de la Lorraine, 1690-1791

Introduction : L’essor de la boutique de commodités dans l’Europe du xviiie siècle
1. La boutique et l’accès aux commodités
2. Appareil commercial et approche régionale
I. L’appareil commercial et son niveau d’activité dans la Lorraine des Lumières
1. Le renforcement de l’appareil commercial fut grossièrement proportionnel à la croissance démographique
2. Une poussée modérée de la circulation des marchandises
II. Diversification et renouvellement de l’offre de marchandises
1. Les rythmes de renouvellement rapides de l’offre de marchandises
2. Dans quelle mesure l’offre disponible s’est-elle élargie ?
III. Les progrès limités de la spécialisation marchande
1. Différents niveaux de spécialisation marchande
2. Évolution séculaire de la spécialisation marchande dans le commerce des commodités
3. Ville et spécialisation marchande
IV. La boutique et l’innovation commerciale
1. Rendre attractives les boutiques ?
2. Quel recours à la publicité ?
Conclusion : La boutique au xviiie siècle, une révolution introuvable ?

3

Marie Gillet

Les transformations du petit commerce au xixe siècle à Besançon (1804-1913)

I. Morphologie et évolution du commerce bisontin au xixe siècle
1. Un développement difficile après la Révolution
2. Un petit commerce dynamique sous le Second Empire
3. Un essor commercial à nuancer
II. Le magasin entre décor et renommée
1. Modification de l’aspect extérieur et intérieur
2. Sociabilité, confiance et renommée
III. Attirer le client
1. Des arguments de vente : la diversité, la nouveauté et le prix
2. Faire crédit
Conclusion

4

Jean-Claude Daumas

Les grands magasins et la modernisation du commerce de détail au xixe siècle

I. La préhistoire du grand magasin
II. La naissance des grands magasins
III. L’âge d’or des grands magasins
IV. Les grands magasins populaires
V. Conclusion

5

Anaïs Albert

La vente à tempérament à Paris à la Belle Époque : les magasins de crédit et leur clientèle populaire

I. Les magasins de crédit populaire : un secteur hiérarchisé
1. Cartographie des maisons de vente à crédit
2. Le crédit honteux des magasins de nouveautés
3. La vente à tempérament, une activité risquée
II. Le sommet de la pyramide : de Dufayel aux Enfants de la Chapelle
1. Georges Dufayel, « l’Empereur du crédit »
2. Aux Classes Laborieuses et le Bon Génie, des sociétés au rayonnement national
3. Haguenauer contre Haguenauer : des magasins d’importance locale
Conclusion

6

Denis McKee

Reims, l’évolution du commerce d’épicerie et la naissance du succursalisme (1866-1914)

I. Origines et développement du mouvement succursaliste à Reims
1. Les Établissements économiques des sociétés mutuelles de la ville de Reims
2. La Société rémoise de l’épicerie, des vins et spiritueux
3. Les Docks rémois, comptoir général d’alimentation et d’approvisionnement du Nord-Est
4. Les autres maisons à succursales rémoises
II. Un nouveau modèle de commerce d’épicerie
1. Une nouvelle logique commerciale
2. Les magasins
3. Les gérants
III. Un modèle en pleine expansion, mais controversé
1. Une méthode de distribution qui se répand
2. La controverse suscitée par le développement des maisons à succursales
Conclusion

7

Olivier Londeix

Du comptoir au libre-service, les transformations de la vente chez Casino (1898-1960)

I. Le combat succursaliste contre « la vie chère » (1898-1918)
1. Une structure commerciale rationnelle
a. Une organisation bureaucratique des affaires
b. Un partage méthodique des responsabilités
c. Les rythmes et les lieux de la vente
2. Intégrer la fonction productive ?
3. Une entreprise familialiste et sociale
II. La standardisation du lien clientéliste (1918-1948)
1. Uniformiser le monde des biens
a. L’irrésistible progression du préemballage
b. Faire connaître le prix des articles
2. Ritualiser la relation marchande
a. Polir l’accueil et la présentation de soi
b. Un authentique travail émotionnel
3. Créer du lien : du démarchage à la fidélisation
a. La promotion des ventes auprès du public
b. La vente avec prime, une pratique commerciale en débat
III. La nécessaire adaptation aux principes de la distribution (1948-1960)
1. Le libre-service chez Casino : cas d’école ou cas à part ?
a. L’expérimentation du libre-service : un échec ?
b. La priorité donnée à d’autres formes de modernisation
2. Les métamorphoses du lien marchand
a. De nouvelles habitudes d’achat
b. Une clientèle en voie de détachement ?
3. Les prodromes de la grande distribution
a. Une lente évolution des surfaces de vente
b. La conversion de Casino au supermarché
Conclusion : du client au consommateur

Deuxième partie. Le commerce au prisme du produit

8

Philippe Meyzie

Du marché au magasin de comestibles : la diversification du commerce de l’alimentation (années 1750-années 1850)

I. Le rôle toujours central des foires et des marchés
II. Commerce fixe, commerce ambulant, commerce informel
III. Les épiceries en ville et dans les campagnes
IV. Le développement d’un commerce alimentaire de luxe
V. Une structuration croissante du commerce de l’alimentation au xixe siècle
Conclusion

9

Sylvie Vabre

De l’affineur au consommateur (xixe siècle-1914)

Itinéraires marchands du roquefort

I. De multiples acteurs, de multiples situations pour commercialiser un produit réputé
1. Les transformations de la chaîne de distribution
2. La main de l’entreprise : concurrence entre négociants et produit renommé
3. Des situations variées
II. La fabrique du prix d’un fromage renommé
1. À la sortie des caves : de grandes variations
2. Une information gardée secrète
3. Quel est le prix pour le consommateur ?
III. Le consommateur rencontre le roquefort
1. Première découverte du roquefort : l’importance des imprimés.
2. Dans les boutiques
3. À la conquête des espaces publics
Conclusion

10

Nicolas Marty

Producteurs, grossistes et détaillants : les transformations du commerce des eaux embouteillées en France, mi-xixe-début xxie siècle

I. L’émergence du marché : du milieu du xixe siècle à 1914
1. L’architecture du marché : des producteurs aux consommateurs
a. La naissance de la branche
b. Les grossistes et entrepositaires se structurent comme des intermédiaires indispensables
c. Des détaillants très divers au contact du consommateur
2. Surveillance, conflits, fraudes : au plus près des rapports de force du marché
a. La surveillance des dépôts d’eau minérale et la répression des fraudes
b. Le combat des pharmaciens pour le monopole des eaux médicinales et leur échec
II. De 1914 aux années 1960 : la difficile mise en place d’un marché national
1. Un nouvel équilibre entre acteurs marchands
a. Une phase de concentration de l’offre dans une période de forte intervention de l’État
b. Les grossistes maintiennent une position forte dans le système
c. Des transformations majeures chez les détaillants
2. De nombreux problèmes limitent les possibilités de développement
a. La difficile gestion des emballages : la consignation
b. Des marges globalement assez faibles
c. Une place difficile dans le rayon boisson des nouvelles grandes surfaces
III. L’entrée dans la consommation de masse
1. Une configuration nouvelle du système commercial
a. La mise en place d’un oligopole
b. Les grandes surfaces actrices majeures de la consommation de masse
2. Convergence et divergence d’intérêts entre producteurs et grande distribution
a. La percée des emballages perdus et la grande distribution
b. Les tentatives de développer des produits sous marque de distributeurs
Conclusion

Troisième partie. La distribution de masse : passé, présent, avenir

12

Alain Chatriot

L’État et le difficile encadrement du commerce en France au xxe siècle

I. Répondre à la nouveauté des magasins à prix unique
II. Moderniser la distribution : une volonté étatique
III. Une nouvelle loi « protectrice » du petit commerce
IV. Le difficile équilibre entre fournisseurs et distributeurs

12

Jean-Claude Daumas

Les grandes surfaces : de l’invention du discount à l’essor du e-commerce (France, 1945-2019)

I. La naissance de la distribution de masse
1. Des structures commerciales archaïques et figées
2. Le modèle américain : entre appropriation et critique
3. Les premières innovations commerciales
4. L’invention de l’hypermarché
5. Un paysage commercial profondément renouvelé
II. La poursuite de l’expansion des grandes surfaces dans un environnement plus difficile
1. Poursuite de la croissance du parc et diversification dans le non alimentaire
2. La concurrence de nouveaux formats
3. La course à la taille
4. Une stratégie de différenciation
III. La crise de la grande distribution et l’avenir de l’hypermarché
1. Croissance extensive et différenciation
2. Les GSS entre difficultés et adaptation
3. La crise de l’hypermarché
4. Réinventer l’hypermarché ?
Conclusion

13

Anaïs Legendre

Le Mouvement Leclerc : un groupe de distribution décentralisé construit sur le discount (1949-2003)

I. 1949-1961 : une « école » plus qu’un groupe
1. Un groupe construit sur une innovation : le discount (1949-1953)
a. Une inspiration catholique sociale
b. Le discount dans l’épicerie : une innovation
c. Le centre distributeur : une épicerie en marge des innovations
2. La constitution d’un groupe autour d’Édouard Leclerc et du discount (1954-1961)
a. La première expansion du Mouvement (1954-1961)
b. Un Mouvement sans ossature
c. Édouard Leclerc : la clé de voûte du système
II. De l’« école » au groupe de supermarchés (1962-1969)
1. Une organisation décentralisée, fonctionnant sur un mode coopératif
a. L’organisation des achats ou la pertinence du modèle coopératif appliqué à la distribution
b. La création de l’Acdlec
c. Une direction bicéphale
2. Des épiceries aux supermarchés Leclerc : un modèle en évolution (1962-1969)
a. Des épiceries aux supérettes : une impulsion venue d’en bas (1959-1965)
b. Des supérettes au supermarché : un changement imposé par le sommet
c. Une identité en pleine affirmation malgré la mue du modèle
III. La décentralisation : un choix conforté qui assure croissance et expansion (1969-1979)
1. La mise en place d’un nouveau modèle à la suite de la scission
a. Le projet de Jean-Pierre Le Roch et son rejet par le fondateur (été-automne 1969)
b. La scission : une épreuve et une refondation
c. L’émergence d’un nouveau modèle combinant héritage et innovation
d. Un leadership partagé
2. Une forte croissance axée sur le discount
a. Une expansion et un agrandissement des surfaces de vente exceptionnels
b. Une fidélité aux prix bas exclusive des autres innovations
IV. Une évolution nécessaire face aux nouveaux enjeux (des années 1980 à 2003)
1. Le modèle Leclerc mis à mal
a. Un changement de contexte
b. Des faiblesses internes
c. Arrivée de Michel-Édouard Leclerc
2. Adapter le modèle sur le plan commercial
a. Édouard et Michel-Édouard Leclerc : garants de la fidélité au discount
b. Une nouvelle politique commerciale
c. Une gouvernance modernisée et une communication professionnalisée
d. Des magasins plus attractifs
3. Sécuriser le Mouvement et renouveler l’expansion
a. Des difficultés à s’exporter
b. L’échec de l’alliance avec Système U
c. Sécuriser le réseau
d. Le rachat de la marque et de ses dérivés au fondateur
Conclusion

14

Philippe Moati

Commerce et distribution : la fin de l’histoire ?

I. Le commerce comme activité d’intermédiation
II. La grande distribution, plateforme physique
III. De l’orientation produit à l’orientation client
IV. Le commerce de précision et la logique servicielle
V. L’intégration vers l’aval des industriels
VI. Les plateformes numériques
VII. Quand le serviciel se conjugue avec les plateformes
Conclusion
Jean-Claude Daumas

Conclusion

 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search