Version classiqueVersion mobile

Le verre du VIIIe au XVIe siècle en Europe occidentale

 | 
Inès Pactat
, 
Claudine Munier

Pays de Loire

Le verre creux du VIIIe au XIe siècle dans la vallée de la Loire moyenne et de la basse vallée de la Vienne. Essai typo-chronologique et archéométrique

Céline Aunay, Amélie Aude Berthon, Bernard Gratuze, Magalie Guérit, James Motteau et Inès Pactat

Résumé

Résumé. Ces dernières années, plusieurs petits ensembles de verre creux ont été mis au jour sur des sites d’habitat alto-médiévaux installés le long de la Loire et de la Vienne. Leur étude a permis de renouveler et de réactualiser nos connaissances sur le mobilier en verre carolingien, jusqu’alors représenté par des collections numériquement importantes, provenant de sites urbains ou élitaires (Tours, Blois et Doué-la-Fontaine). Nous proposons ici une synthèse des données à la fois typo-chronologiques et archéométriques sur le verre creux daté entre les VIIIe et Xe siècles en Val de Loire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Malgré des publications épisodiques de lots plus ou moins modestes, le verre creux demeure mal connu en France aux VIIIe-XIe siècles. Plusieurs facteurs inhérents à la fois à la période, à l’état de la recherche et au matériau même sont en cause. La disparition des dépôts de verreries dans les sépultures dès le VIIIe siècle implique une raréfaction des formes complètes parmi les découvertes archéologiques. D’autre part, le mobilier de cette période est généralement découvert sous forme de rejet domestique, très fragmenté qui ne permet pas d’identifier une forme précise. Enfin, l’usage de verre calco-potassique, issu d’un mélange de cendres de plantes forestières et de silice, a eu un impact sur la conservation et la résistance de ce mobilier aux conditions d’enfouissement, bien moindre que celles des verres sodiques antiques.

Depuis plusieurs années, l’accroissement notable du nombre d’opérations archéologiques préventives a conduit à une meilleure connaissance des sites ...

Auteurs

Verre Ant’ère, LAT-UMR 7324 CITERES, Université de Tours.

Eveha, doctorante de l’université de Caen Normandie, CRAHAM, UMR 6273.

LAT-UMR 7324 CITERES, Université de Tours.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search