Version classiqueVersion mobile

Le verre du VIIIe au XVIe siècle en Europe occidentale

 | 
Inès Pactat
, 
Claudine Munier

Provence-Alpes Côte d'Azur

Une commande très détaillée de verres provençaux en 1487 pour le marché sicilien

Philippe Bernardi et Danièle Foy

Résumé

Résumé. L’acte notarié étudié concerne un accord passé en 1487 entre un verrier et un tisserand d’Aix qui s’avère être également un marchand. Le texte donne une liste détaillée de dix catégories de verreries que l’on a tenté de faire correspondre à des objets archéologiques. Le texte nous renseigne également sur la qualité de la matière vitreuse, les délais de fabrication, les prix et les modalités de la vente et du transport jusqu’à Marseille. Cette ville qui apparaît souvent comme le débouché commercial des verreries de l’arrière-pays n’est en fait qu’une étape puisque toute la commande est destinée à la Sicile. Ce document est le premier à mettre en évidence une exportation de verres provençaux vers la Sicile.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la mémoire de Gabrielle Démians d’Archimbaud

La richesse, souvent vantée, des fonds notariés médiévaux conservés pour la Provence est toute relative et l’on doit constater que si les verriers apparaissent bien dans ces sources, leurs productions et leur commerce ne font l’objet, en revanche, que de peu de mentions explicites. Le contrat passé le 20 avril 1487 entre noble maître Astorge Macelli, verrier habitant de Saint-Maximin (Var), et maître Jean Cornilhe, tisserand d’Aix, pour la fabrication et la vente de quelques 28 500 pièces de verre revêt, en ce sens, un caractère assez exceptionnel. La précision remarquable de ce texte, tant en ce qui concerne les pièces produites que l’entreprise commerciale mise alors en place, permet en effet d’esquisser tout à la fois les contours de ce qui apparaît comme une entreprise d’exportation en Méditerranée et de se faire une idée assez précise, par rapprochement avec les sources archéologiques et iconographiques, de la variété des production...

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search