Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects de la critique

 | 
Ian Pickup
, 
Philippe Baron

Parisianisme et provincialisme fin de siècle entre Mercure et Gaudes

Bertrand Degott

Texte intégral

  • 1 Le numéro 1 est daté du dimanche 22 avril 1888.
  • 2 D’abord « journal illustré, anecdotique, littéraire, artistique et musical », elle finit en 1912 «  (...)

1On connaît le Mercure de France, qu'animèrent, dès 1890, Rachilde et son mari Alfred Vallette, Remy de Gourmont et bien d'autres. La revue bisontine Les Gaudes est moins connue assurément. Elle doit son nom à l'Association franc-comtoise Les Gaudes, fondée à Paris le 3 mars 1881, ce qui ne suffit pas à l'expliquer. Ce titre vient en effet de ce que – les gaudes (une bouillie faite à base de farine de maïs grillée) étant autrefois la base de leur alimentation – l'étiquette de « mangeurs de gaudes » désignait les habitants de Franche-Comté ; ainsi, même si la rédaction du journal a des accointances parisiennes, son titre exprime l'attachement au terroir, sentimental autant qu'alimentaire. À l’origine1 sous forme de quatre pages in-folio, Les Gaudes en viennent vite à douze pages in-quarto. Tout d’abord hebdomadaire, la revue se fait bimensuelle le 1er juillet 1891, puis mensuelle à partir de 1905 (l’année même où Mercure de mensuel devient bimensuel2).

  • 3 De janvier 1890, date de naissance du Mercure, à décembre 1913, date probable de disparition des Ga (...)

2En formulant ainsi mon titre, j’ai bien conscience de comparer ce qui n’est pas comparable, de rapprocher deux revues que tout distingue. Tout, hormis qu'elles s'efforcèrent l’une et l’autre de rester fidèles à une vocation artistique entendue au sens large, mais aussi qu'elles coexistèrent pendant plus de vingt ans3 – non certes avec un égal succès l'on s'en doute. Sans qu'on puisse dire du Mercure qu'il fut une revue spécifiquement parisienne, autant que La Plume par exemple, l'opposition entre son parisianisme et le provincialisme des Gaudes permet, me semble-t-il, de caractériser certains des partis pris qui pouvaient orienter la critique fin de siècle. Me limitant au début des années 1890, j'aimerais faire état de certaines formes de surdité affectant alors la critique, et notamment la critique poétique.

  • 4 Tulle, Impr. J. Mazeyrie, 1885.
  • 5 Besançon, Impr. H. Bossanne, 1891.

3Pour commencer, il convient de présenter le secrétaire de rédaction des Gaudes, qui se dissimule à peine sous l'anagramme Jean Tinevarre : Eugène Tavernier. Né en 1854 à Tours, il a publié en 1885 une plaquette de vers Les Scintillements4. Son attachement à sa province d’adoption s’affirme clairement par le titre d'une nouvelle qui paraît en 1891 : La Vie littéraire en province. Une Vocation5. Dans ce récit à clés, largement autobiographique, le jeune poète Victor Rouvaire (Tavernier) découvre la vie littéraire à Bourmont (Besançon), à travers quelques personnalités en compagnie desquelles il fonde l'hebdomadaire Le Glaneur (Les Gaudes) ; ses déboires amoureux le confirment dans sa vocation et dans son attachement à la province.

4Le programme critique des Gaudes (c’est probablement Tavernier qui le formule) n'a rien d'original ni de très clairement défini, et sans doute reflète-t-il tout simplement l'absence de politique éditoriale :

  • 6 Les Gaudes no 1 (dim. 22 avril 1888), « Notre programme ».

En littérature, nous professons l'éclectisme le plus absolu. Le nombre de nos rédacteurs et leur divergence d'opinions littéraires nous y oblige.
[…]
Quant à la critique littéraire ou artistique, nous nous efforcerons de la faire aussi exacte que possible, mais ce qu'il y a de certain, c’est qu’elle sera toujours impartiale et courtoise. Nous n'entendons pas par conséquent mettre en pratique le système de l'admiration quand même. Ce système nous paraît funeste, et pour les auteurs qui croient n'avoir plus de progrès à faire, et pour les lecteurs qui arrivent à ne plus établir de différence entre l'œuvre d'un maître et celle d'un écolier...6

  • 7 Ibid.

5L'éclectisme, la bienveillance et l'impartialité participent certes d'intentions louables, mais ce programme ne peut qu'être démenti par les faits. En effet, le journal, qui se veut « la chose de tous les écrivains franc-comtois, anciens et jeunes, connus ou à connaître7 », tend par conséquent à une forme de critique autarcique, assurément plus proche de cette « critique amiteuse » dont Lecardon propose la formule aux artistes bourmontois, dans le récit de Tavernier :

  • 8 Une Vocation, p. 66.

Le but [de la critique amileuse] sera de nous distribuer, dans les journaux où nous pourrions nous glisser, de discrets éloges qui, souvent répétés, finiraient par convaincre le public. Il n'y a de tel que de dire aux gens : Prenez mon ours ! ils le prennent toujours8.

  • 9 C'est ainsi que s'autodésignent les collaborateurs des Gaudes.

6Gardons-nous d'entendre miteux dans amiteux : l'adjectif est un synonyme régional d'amical. Cette propagande amicale – à usage interne en quelque sorte – est mise en pratique par les « Gaudistes9 » dans leur critique des revues et des livres, mais également dans quelques pièces de vers. Ainsi, à plusieurs reprises, Tavernier met ses talents de rimeur au service d'une défense et illustration de la poésie comtoise. Dans une ballade, par exemple, où nous retrouvons bon nombre des collaborateurs des Gaudes :

  • 10 Les Gaudes no°107 (11 mai 1890). Ballade lue le 4 mai, au cours du banquet des Gaudes.

BALLADE DES POÈTES COMTOIS EN 189010

Les poètes de la Comté,
Malgré la critique narquoise,
Clament vers le grand ciel bleuté
Leurs vers aux éclats de turquoise.
La foule tout d'abord les toise
Émue et charmée à la fois.
Puis dit, sans plus leur chercher noise :
Vivent les poètes comtois !

Grenier est plein de majesté,
Grandmougin, oubliant la groise,
Songe au sentier encaillouté
À la forêt où croît l'armoise.
Ces vers, au parfum de framboise,
Sont de Mercier, ami des bois,
Qui fuit la ville aux toits d'ardoise :
Vivent les poètes comtois !

Mieusset, patriote indompté,
Tanchard à la muse grivoise,
Thuriet, le conteur futé,
Bouchot à la verve patoise,
Contre la haine à voix sournoise
Bataille épuisant son carquois.
Gros, fuyant la gaîté bourgeoise.
Vivent les poètes comtois !

ENVOI

Duplain à l'humeur villageoise,
Pattinger... j’en passe, je crois,
Josil, Mathieu, Verdel..., Françoise ;
Vivent les poètes comtois !

  • 11 Les Gaudes no°186 (16 juil. 1892) et no°193 (1er nov. 1892).
  • 12 Ouvrier horloger, L. Mercier (1839-1901) est l'auteur de Au Pays comtois et de Nostalgies.
  • 13 Elève en poésie de L. Mercier, Duplain (1860-1931) est lui aussi ouvrier horloger. Son buste s'érig (...)
  • 14 Je pense aux ballades de Tailhade et de Verlaine, mais aussi de Quasi dans le Mercure.

7Les premiers vers posent d'entrée la question de la critique : sans doute la conviction d'écrire contre l'avis d'une critique forcément "narquoise" est-elle propre aux médiocres, mais elle est également l'indice d'une lucidité qu'on peut apprécier. Suivront deux « ballades des poètes comtois11 » d'Ernest Trevenor et de Perlinpinpin (autres pseudonymes d'Eugène Tavernier), consacrées respectivement à Louis Mercier12 et à Louis Duplain13. Au cours des années 1890, la ballade est une arme de la satire, notamment dans les querelles d’école parisiennes14 : Tavernier en fait davantage un instrument de défense, un mémorial, une manière de totem dont les multiples visages sont ceux des poètes comtois.

  • 15 Les Gaudes no°25 (dim. 7 oct. 1888), « O pudeur ! » (chronique signée X). Né en 1884, le Courrier c (...)
  • 16 Les Gaudes no°83 (dim. 17 nov. 1889), p. 6.

8Comment Les Gaudes perçoivent le Mercure de France et quelle place lui est réservée dans leur critique des revues, c'est ce que j'aimerais étudier maintenant. Oubliant ses protestations d'éclectisme, le journal va peu à peu affirmer ses goûts en matière d’art et de littérature. Au détour d’une chronique, on nous assure qu'« au point de vue artistique, le Courrier français est certainement une des meilleures publications qui existent15 ». Quant à la poésie, ses modèles restent parnassiens : Sully-Prudhomme est tenu pour « académicien distingué, et, pour le dire en un mot, le maître actuel16 ». N'insistons pas sur ce que de tels jugements ont de traditionaliste et de convenu. Parallèlement, dans des articles et des chroniques le plus souvent anonymes, le journal multiplie les variations polémiques sur un thème :

  • 17 Les Gaudes no°53 (dim. 21 avril 1889), « Charles Grandmougin ». Ces lignes peuvent être de Tavernie (...)

Par ce temps de décadentisme morose et d'impressionnisme à contresens, on est tout heureux de rencontrer un poète dont l'inspiration saine, robuste et féconde, toujours puisée aux sources vraies, ne connaît ni les névroses maladives, ni les bizarreries impuissantes...17

9Toutes ces prises de position sont antérieures à 1890 : a priori donc, le terrain n'est pas des plus favorables au Mercure ; mais c'est oublier le principe de la critique "amiteuse". En février 1892 (Mercure a deux ans d'existence), Les Gaudes lui ouvrent leur « bibliographie », rubrique jusqu'alors réservée aux livres, et l'accueillent, non sans les réserves prévisibles, mais plutôt favorablement :

  • 18 Les Gaudes no°175 (1er févr. 1892).

Le Mercure de France, 15, rue de l'Echaudé-Saint-Germain, revue de littérature moderne, paraît depuis le mois de janvier 1892 en livraisons de 96 pages, imprimées avec grand luxe sur papier teinté. Dans cette revue, que caractérise l'horreur de la banalité et des formules surannées, si certaines pages sont d'un symbolisme un peu obscur, d'autres sont tout étincelantes d'esprit ou toutes parées de grâces et des richesses de la langue française18.

10L'idylle se poursuivra quelque temps, Les Gaudes encore bimensuelles allant par exemple jusqu'à rendre compte deux fois du même numéro. Le chroniqueur se montre en outre particulièrement sensible aux « Petits Aphorismes » de Louis Dumur, dont Les Gaudes donneront des extraits à trois reprises :

Sur la Sensibilité.

Le cœur est un levier puissant que doit mettre en œuvre la raison.

*

Le cœur est un volcan, dangereux quand il est en activité, laid quand il est éteint.

*

  • 19 Mercure de France no°29 (mai 1892), cité par Les Gaudes no°182 (16 mai 1892).

Trop de raison jette sur tous les sentiments une disgrâce...19

11Or, ce sont les mêmes aphorismes qui donnent lieu, dans le Mercure de juillet, aux Mimes de Quasi intitulés « Aphorismiculets » :

SUR LA CUISINE

1

Supprimer les petits pois, c'est priver le pigeon d'une des sauces auxquelles on le mange.

2

On peut dire d'une façon générale que les œufs durs s'obtiennent par une cuisson prolongée ; toutefois, il est prudent de ne pas la prolonger outre mesure : est modus in rebus.
[...]

SUR LA FÉLICITÉ

1

Les hommes seraient plus heureux s'ils se comprenaient mieux : les désaccords viennent presque toujours de malentendus.

2

  • 20 Mercure de France no°31 (juil. 1892),

Soyez heureux : c'est là le vrai bonheur20.

  • 21 Entre le 16 mars 1893 et le 16 août 1894 (nos 201-235). L'anagramme Pachusi dissimule Georges Chapu (...)
  • 22 À partir du no°237 du 16 sept. 1894.

12On demeure libre, évidemment, de préférer la parodie à l'original. Il reste que, dans les pages des Gaudes, Louis Dumur fait école : ce sont d'abord les « Pensées » de Georges Pachusi21, aussitôt relayées par les « Réflexions d'un rustre » d'A. Jeanneney22, tous aphorismes également insipides à mon sens.

  • 23 Dans Une Vocation, c'est à Lecterre (Félix Prieur) que revient la critique des livres.
  • 24 A. Remy commet en 1893 un recueil de sonnets : Les Baisers (Besançon, Cartage). En décembre, il édi (...)
  • 25 Les Gaudes no°214 (1er oct. 1893).

13Aussi longtemps que les comptes rendus des numéros du Mercure restent anonymes23, ils utilisent à tout propos les adjectifs "curieux" et "remarquable", comme si le chroniqueur demeurait toujours extérieur, au stade de l'étonnement, comme s'il ne pouvait lire vraiment, comme s'il n'entendait pas ou que ces voix lui restassent étrangères. Les choses changent lorsque Alfred Remy24 s'empare de la rubrique : « Le Mercure de France du 1er octobre [1893] – de plus en plus curieux – à défaut d'autres qualités, les symbolistes ont du moins celle très appréciable de l'originalité25 ». Jusqu'alors l'étiquette "symbolistes" n'était pas apparue, mais Alfred Remy ne l'entend plus de cette oreille :

  • 26 Les Gaudes no°226 (1er avril 1894).

Que les symbolistes sont donc ridicules parfois avec leur affectation de rechercher les expressions inédites, toujours à cheval sur l'originalité ! Lisez par exemple : Dernière conséquence de l'idéalisme de Remy de Gourmont, étude d'ailleurs très fournie, mais d'une acuité de perception qui rend cet auteur presque inintelligible ; et ceci se remarque surtout dans les poésies : ainsi l'Espoir agonise en l'amour de André Fontainas où il vise trop à l'harmonie de la forme aux dépens de la clarté de l'expression et par suite de l'idée26 !

  • 27 Les Gaudes no°227 (16 avril 1894).

14Relevons le paradoxe : Gourmont perçoit trop bien pour qu'on puisse le comprendre ! Désormais, grâce au sieur Remy, la critique sera moins laudative. Dans l'analyse qu'il fait du Mercure d'avril 1894, Alfred Remy est prompt à remarquer qu’il s'y trouve « de nombreuses monographies où les adeptes de l'école se font mutuellement de la réclame27 ». Les symbolistes, dès lors qu'on est parvenu à les étiqueter, ne sont-ils pas nécessairement coupables de critique amiteuse ?

  • 28 Ernest Figurey est l’un des premiers collaborateurs des Gaudes.

15Quelque contradictoires ou pertinents qu'ils soient, les jugements sur le Mercure doivent être comparés à ceux qui concernent d'autres revues. Au début, la bibliographie ne fait que décliner sans commentaire les sommaires de La Plume, de Rouen-Artiste, de Chimère ou de La Revue moderne. Mais on voit peu à peu Les Gaudes se rapprocher de La Revue moderne, à laquelle collabore un nombre toujours croissant de "Gaudistes". Toujours à propos de cette revue, le critique signale « des proses et des vers excellents de... E. Figurey28, A. Remy... » (no 216 du1er novembre 1893). Et, lorsqu'il est question de la Revue de Province du même Remy, l’on croit rêver :

  • 29 Les Gaudes no°241 (1er nov. 1894). C'est moi qui souligne.

Nous recevons le numéro-programme de cette revue qui promet d’être au premier rang parmi les revues françaises. Elle sera en tout cas la moins chère. Nous y lisons, outre un programme des plus "éclectiques" et des plus larges, un remarquable article du directeur Alfred Remy sur le « Rôle et la Situation de l'écrivain dans la Société antique et moderne » qui fera grand bruit dans le monde des lettres, par son caractère indépendant et novateur29.

16Les comptes rendus des Gaudes montrent par ailleurs qu'on y suivait avec attention la revue mensuelle du Mercure. Mais nous voyons là aussi évoluer le jugement : « la Revue des livres, toujours sincère et indépendante » (no 187 du 1er août 1892) ; « La chronique des livres, des journaux, des revues et des choses d'art est toujours rédigée avec un soin scrupuleux et une compétence grande » (no 195 du 1er déc. 1892) ; « La critique des livres et des revues, écrite avec un parti-pris évident, est à voir à cause de son outrance même » (no 233 du 16 juil. 1894).

  • 30 Précisément entre le no°106 du 4 mai et le no°114 du 29 juin.

17Il est probable que ces changements ne sont au fond qu’une affaire de personne : dès 1895, en effet, Alfred Remy cesse de signer dans Les Gaudes et la bibliographie d'être agressive. Il reste qu'au journal l'on fit des avances au Mercure, qui n'y répondit pas, et que sans doute l’on fut déçu. Et pourtant Tavernier avait eu droit à une critique favorable pour Une Vocation. La nouvelle, lorsqu’elle paraît en feuilleton dans les Gaudes de mai et juin 189030, en est évidemment l'un des fleurons. La critique du Mercure, aussi bienveillante que condescendante, est signée R.G. (Remy de Gourmont) :

  • 31 Mercure de France no 28 (avril 1892).

Écrit dans une langue pas très sûre, mais de bonne volonté et qui peut s'amender, ce livret narre des épisodes de la vie d'un poète à Besançon. Cela paraît exact. Du sentimentalisme mais aussi de la clairvoyance. Quelques coups de griffe çà et là aux célèbres exploiteurs de la naïveté poético-départementale, les Carrance et les Fuster. Début honorable, en somme, étant sans prétention : petite monographie dont la sincérité n'est pas douteuse31.

  • 32 De 1883 à 1884, Charles Fuster fut rédacteur en chef de la revue La Ballade (1883-1884), qui se vou (...)

18Avec Une Vocation, Tavernier débute dans le genre narratif : à ma connaissance, il ne récidivera pas. Pour Gourmont, l'ouvrage n'est en effet "honorable" qu’à condition qu'il reste "sans prétention". Des considérations stylistiques ("une langue pas très sûre") suffiraient à discréditer l'ouvrage, qui est assez maladroit, mais ce qui plaît surtout à Gourmont dans cette "monographie" – outre une "bonne volonté" et une "sincérité" qu'il pourrait aussi bien solliciter a contrario –, c'est une "clairvoyance" touchant en particulier les tentatives décentralisatrices d'un Charles Fuster32 :

  • 33 Une Vocation, p. 45.

Une lettre signée Karl Furter, rédacteur en chef du Passant, félicitait Rouvaire, lui donnait l'assurance d'un réel talent, lui promettait une notice biographique en tête d'une gerbe de poésies qu'il sollicitait, finalement priait le nouveau collaborateur de placer une vingtaine d’abonnements33.

  • 34 Il existe un Bourmont en Haute-Marne, non loin de Chaumont.
  • 35 Paris, Fischbacher, 1890 [4e éd.].
  • 36 Dans les nos 188 (16 août) et 190 (16 sept.).

19Ces lignes prennent place dans une séquence où Tavernier montre avec humour le peu d’illusions qu’il reste à Rouvaire sur ses chances de se faire reconnaître en dehors de Bourmont. Pourtant, de Gourmont à Bourmont, il n'y a que l'initiale de Besançon : Tavernier comptait-il plus qu'on ne le croit sur la critique du Mercure34 ? Quant à Fuster, Les Gaudes ne lui resteront pas fermées pour autant : en 1892, elles publient des extraits de ses Poètes du clocher35 ; bien sûr, ce sont exclusivement les pages consacrées aux poètes comtois36 ! Force est pourtant de constater que la critique parisienne sait gré aux provinciaux d'identifier les grands fantoches de la décentralisation littéraire. On peut alors se demander jusqu'à quel point ce n’est pas l'idée de décentralisation qui la dérange et si elle ne refuse pas simplement d'entendre la voix des provinces. D'autres comptes rendus, dus à d'autres critiques, me permettront de préciser cette idée.

  • 37 Besançon, H. Bossanne, 1892.
  • 38 Les Gaudes no°191 (1er oct. 1892).

20J'ai déjà nommé plus haut Louis Duplain, poète en titre des Gaudes et ami de Tavernier. En 1892, Duplain publie son premier recueil La Loue. Poésies franc-comtoises37 ; pour l'occasion, la bibliographie mobilise une page et demie où Tinevarre rend hommage à « un véritable tempérament d'artiste et de poète champêtre38 ». La critique du Mercure, signée A.-F. H. (André-Ferdinand Herold), renvoie un écho très différent :

On lit dans les poésies de M. Duplain de curieuses révélations sur les vins de la Franche-Comté et la manière dont, en cette province, on mange le boudin. Voici des vers qui nous semblent les meilleurs du livre.

  • 39 Mercure de France no°37 (janv. 1893).

Les crottins des chevaux, des chèvres et des ânes,
Les bouses des taureaux, des vaches et des bœufs,
Les fientes des poulets, des dindons et des canes
Élevaient dans la cour quatre fumiers gibbeux
39.

21La strophe citée ouvre le poème « Les Fumiers », un hymne quasi-mystique à la toute-puissance de l'engrais, dont voici les dernières strophes :

C'est alors que la forte et belle pourriture,
qui grouillait, qui puait, bouses, fientes, crottins –
ayant fumé la glèbe, habillait la Nature
d'une robe d'or fauve où flambaient des satins.

La faucille brillait aux mains des moissonneuses,
et la gerbe le soir, dans un doux clair-obscur,
faisait un lit de soie aux blondes amoureuses
qu'enivrait le parfum capiteux du blé mûr.

  • 40 La Loue, p. 14 et 15.

Les fléaux s'entendaient des semaines entières,
et, tandis que le grain nourrissait les fermiers,
la paille, dans l'étable, étendait des litières,
où d'autres bestiaux faisaient d’autres fumiers40.

  • 41 Les Gaudes no°191 (1er oct. 1892).

22Sans doute est-ce là les vers où Tavernier-Tinevarre lui-même trouvait certains détails « qui peuvent paraître trop réalistes aux amateurs de paysans florianesques et de campagne poudrerizée41 ». On comprend alors que des divagations à ce point terriennes et terre à terre, aussi naturistes avant la lettre aient pu indisposer le jeune poète des Pœans et les Thrènes. Quoique les vers incriminés soient bien sûr critiquables dans leur forme – les trois premiers coulés sur le même moule syntaxique, l’ensemble accusant une prosodie caduque – ce n'est pas tant la forme qui importe ici à Herold. De même, les "curieuses révélations sur les vins de Franche-Comté" pourraient bien faire allusion à ces vers de « La cave » :

  • 42 La Loue, p. 40.

Là vieillissaient le Trois-Châtels soixante-six,
le Châtillon aussi pourpre que le cassis,
L'Étoile, le Salins à couleur de roupie...42

  • 43 Ibid., p. 41-45.

23Un des implicites de la critique serait alors le refus de l'excrément (roupie est vieilli au sens de « morve »). Quant au dernier texte mis en cause, c'est évidemment « Le boudin43 », qui raconte d'immenses ripailles après la Chandeleur, dans une maison où l'on vient d'égorger le cochon. Nonobstant l'ironie d'Herold, je prendrai "révélation" au sens étymologique : ce que le recueil de Duplain a d'inacceptable, c'est précisément qu'il dévoile, qu'il prend en compte pour les montrer l'homme et la vie des campagnes. C'est le référent rural et provincial dans sa globalité qui indispose et qui dérange. Finalement, ce que Duplain révèle surtout, c'est le parti pris qui sous-tend la critique parisienne.

  • 44 Besançon, A. Cariage, 1891.

24Venons-en pour finir à la critique du Premier Amour de Pierrot44, comédie de Tavernier parue un an auparavant :

« Pierrot, dit l’auteur dans sa prière d'insérer, avait déjà été représenté de beaucoup de manières, mais jamais amoureux ». J'aime à le laisser responsable de cette assertion. Que sa comédie « du goût le plus sûr » ait chance d'être jouée, comme il l'affirme, dans les salons et à la campagne, je n'en serais point surpris.

Les vers en sont indiscutables :

Mais puisque toute neuve est encor ta vertu,
Des plaisirs de l'amour, ô Pierrot, que fais-tu ?...
Tiens, réconforte-toi d'un coup de gobelet
Et mets-toi sous la dent cette aile de poulet...
Leurs serments amoureux sont un incessant flux.

  • 45 Mercure de France no°22 (oct. 1891).

C'est M. Legouvé dans toute son horreur45 !

25Ces lignes sont signées C. Mki (Charles Merki). Pour le critique, Ernest Legouvé a le double tort d'être académicien et auteur de théâtre mondain. Sans doute est-ce la syntaxe de Tavernier (les inversions...) que Merki met en cause, mais plus sûrement encore c'est son prosaïsme. Ses partis pris ne diffèrent guère au fond de ceux d'Herold : s'il considère avec la même hostilité les "salons et... la campagne", c'est pour discréditer à son instar le référent provincialo-rural.

26Mais revenons à Duplain pour constater combien provincialisme et parisianisme se tiennent à distance ; peut-être les récents déboires du poète donnèrent-ils lieu à cette méditation aux accents rousseauistes qu'on lit début mars dans Les Gaudes :

Loin de la ville qui me pèse
comme au prisonnier les verrous,
errer entre Avanne et Thoraise
tout un grand jour au bord du Doubs...

Vivre de la vie humble et douce
des lézards gris dans les vieux murs ;
ignorer que l'on se courrouce
et qu'il existe des cœurs durs !...

  • 46 Les Gaudes no°200 (1er mars 1893).

N'est-ce pas que tu ne nous fis
pas l'âme ténébreuse et vile,
ô Nature ! et que c’est la ville
qui gâte les hommes, tes fils46 ?

  • 47 Paris, Lemerre, 1891.
  • 48 Les Gaudes no°153 (dim. 3 mai 1891). La rubrique s’intitule “Littrature” [sic].

27Puisque à la ville on raille le référent campagnard, il paraît naturel qu'un poète du terroir dénonce la corruption urbaine : la dichotomie ville-campagne peut n'être pour Duplain qu'une façon d'accuser Paris depuis sa Franche-Comté. L'opposition entre provincialisme et parisianisme prend tout son sens sur la base de telles préventions. Ainsi, lorsqu'il rend compte des Matins roses d'Albert Duvaut47 à une époque où la critique se cherche encore dans Les Gaudes, Jean Tinevarre fait preuve d’un parti pris diamétralement opposé à celui des critiques du Mercure : négligeant les « poésies moresques, chinoises, japonaises, spitzbergiennes, usiniennes et citadines » sous prétexte qu’elles « rompent l'unité du recueil48 », il s'extasie longuement sur celles où Albert Duvaut dépeint le réveil de la basse-cour ou la soupe aux choux. C'est d'ailleurs à l'occasion de tels comptes rendus que Tavernier exprime le plus nettement son rêve de « relèvement de la vie provinciale » :

  • 49 Ibid.

Longtemps nous vîmes les poètes se complaire en des imaginations certes puissantes et extra-terrestres, et vouloir s'élever en dehors de l'humanité vers les régions suprêmes du rêve ; mais si l'idéal emporte l'âme en sublimes extases, la réalité a aussi des spectacles réconfortants et grandioses qu'il ne faut point s'obstiner à ignorer. Malgré l’antithèse qui semble rendre impossible [sic] ces deux mots de poésie et de naturalisme, il y a une poésie naturaliste ou si ce vocable effarouche encore quelques-uns, une poésie réaliste. Max Buchon, André Theuriet, Gabriel Vicaire et plusieurs autres en sont une irréfutable preuve.
Grâce à ces poètes, qui ont su voir, tout l'art et toute la poésie ne tiennent pas dans la vie fiévreuse et assurément très intense de Paris, dans les époques disparues et dans la rêverie éthérée ; la province, les provinces plutôt, avec chacune leur cachet particulier affirment leur vigueur et leur existence. Et cette affirmation est le gage du réveil de la vie locale, aussi indispensable à la vie générale que le fonctionnement de chacun des membres du corps est nécessaire à la santé générale de l'organisme...49

  • 50 Voir M. Décaudin, La Crise des valeurs symbolistes (1960), p. 33-37.
  • 51 La dérive des Gaudes est une autre question : dès 1897 en effet, tandis que Tavernier rend hommage (...)

28Les accents qu'on entend là peuvent être conventionnels et prévisibles ; ils n’en prendront pas moins une certaine actualité quelque quatre ans plus tard lorsqu'ils seront entendus dans la capitale. En alimentant les revendications naturistes, la poésie régionale, en effet, précipitera ce que Michel Décaudin a appelé la « crise des valeurs symbolistes50 ». Or, on a vu que, dès 1894 et sous la plume d'Alfred Remy, la critique des Gaudes devient agressive quand il s'agit du Mercure. Mais il est vrai tout aussi bien que les poètes du clocher montent facilement au créneau du nationalisme : les avatars du félibrige en font la preuve. Et c'est alors le cosmopolitisme qui dérange (Mercure en est un bel exemple). Les Gaudes occupent donc un milieu difficile entre une volonté provinciale de décentralisation artistique et un régionalisme étroit prêt à verser dans les excès patriotiques51. La vie littéraire en province, en 1890, n'est pas seulement "une vocation", mais un capital spécifique à défendre avec vigilance. Si Louis Duplain est à mon sens un authentique poète du terroir, ce n’est pas uniquement la rançon de ses maladresses et de ses carences, c'est aussi que sa poésie a le pouvoir de révéler les partis pris de la critique parisienne.

29Les partis pris provinciaux, bien sûr, sont plus évidents, plus faciles à déceler. Dans le Mercure entre 1892 et 1897, Quasi fut une inégalable instance de parodie et de dérision, appliquant sa critique autant à l'extérieur qu'à l'intérieur : on l'a vu à propos des aphorismes de Dumur. A contrario. Les Gaudes considérées dans leur globalité m'apparaissent incapables d’autodérision, et partant peu capables d'une critique qui ne soit ni amiteuse ni aprioriste. Gourmont avait souligné la clairvoyance de Tavernier mais peut-être l'avait-il quelque peu surévaluée ; il semble du moins qu'elle ne suffit pas toujours à éclairer l'esprit de tous ses collaborateurs, témoin Tassez sinistre Alfred Remy.

Notes

1 Le numéro 1 est daté du dimanche 22 avril 1888.

2 D’abord « journal illustré, anecdotique, littéraire, artistique et musical », elle finit en 1912 « journal franc-comtois littéraire et artistique ». Abel Cariage imprimeur-éditeur en est en même temps le fondateur. L'imprimerie et les bureaux du journal se trouvent au 44 de la rue des Granges, qui est aussi le siège de la Société de publication artistique et musicale franc-comtoise, laquelle société s'est fixé pour but d'« assurer l’existence » du journal ; fin janvier 1892, les bureaux des Gaudes déménagent 9, rue Morand.

3 De janvier 1890, date de naissance du Mercure, à décembre 1913, date probable de disparition des Gaudes (la Bibliothèque d’archives de Besançon n’a plus de numéros après cette date).

4 Tulle, Impr. J. Mazeyrie, 1885.

5 Besançon, Impr. H. Bossanne, 1891.

6 Les Gaudes no 1 (dim. 22 avril 1888), « Notre programme ».

7 Ibid.

8 Une Vocation, p. 66.

9 C'est ainsi que s'autodésignent les collaborateurs des Gaudes.

10 Les Gaudes no°107 (11 mai 1890). Ballade lue le 4 mai, au cours du banquet des Gaudes.

11 Les Gaudes no°186 (16 juil. 1892) et no°193 (1er nov. 1892).

12 Ouvrier horloger, L. Mercier (1839-1901) est l'auteur de Au Pays comtois et de Nostalgies.

13 Elève en poésie de L. Mercier, Duplain (1860-1931) est lui aussi ouvrier horloger. Son buste s'érige à Besançon, près de la cathédrale Saint-Jean.

14 Je pense aux ballades de Tailhade et de Verlaine, mais aussi de Quasi dans le Mercure.

15 Les Gaudes no°25 (dim. 7 oct. 1888), « O pudeur ! » (chronique signée X). Né en 1884, le Courrier comptait parmi ses rédacteurs Raoul Ponchon, éminente figure dionysiaque du Paris fin de siècle. Ses illustrations, le plus souvent humoristiques, visaient avant tout un public masculin.

16 Les Gaudes no°83 (dim. 17 nov. 1889), p. 6.

17 Les Gaudes no°53 (dim. 21 avril 1889), « Charles Grandmougin ». Ces lignes peuvent être de Tavernier : on en lit de semblables dans Une Vocation et dans une bonne part des critiques qu'il signe.

18 Les Gaudes no°175 (1er févr. 1892).

19 Mercure de France no°29 (mai 1892), cité par Les Gaudes no°182 (16 mai 1892).

20 Mercure de France no°31 (juil. 1892),

21 Entre le 16 mars 1893 et le 16 août 1894 (nos 201-235). L'anagramme Pachusi dissimule Georges Chapuis, poète en outre, et auteur en 1897 d'Alpes fleuries, sous le pseudonyme de du Lédo.

22 À partir du no°237 du 16 sept. 1894.

23 Dans Une Vocation, c'est à Lecterre (Félix Prieur) que revient la critique des livres.

24 A. Remy commet en 1893 un recueil de sonnets : Les Baisers (Besançon, Cartage). En décembre, il édite le premier fascicule des Poètes du clocher franc-comtois. Je n'ai pas trouvé trace de cette anthologie à la Fuster.

25 Les Gaudes no°214 (1er oct. 1893).

26 Les Gaudes no°226 (1er avril 1894).

27 Les Gaudes no°227 (16 avril 1894).

28 Ernest Figurey est l’un des premiers collaborateurs des Gaudes.

29 Les Gaudes no°241 (1er nov. 1894). C'est moi qui souligne.

30 Précisément entre le no°106 du 4 mai et le no°114 du 29 juin.

31 Mercure de France no 28 (avril 1892).

32 De 1883 à 1884, Charles Fuster fut rédacteur en chef de la revue La Ballade (1883-1884), qui se voulait "organe de décentralisation littéraire".

33 Une Vocation, p. 45.

34 Il existe un Bourmont en Haute-Marne, non loin de Chaumont.

35 Paris, Fischbacher, 1890 [4e éd.].

36 Dans les nos 188 (16 août) et 190 (16 sept.).

37 Besançon, H. Bossanne, 1892.

38 Les Gaudes no°191 (1er oct. 1892).

39 Mercure de France no°37 (janv. 1893).

40 La Loue, p. 14 et 15.

41 Les Gaudes no°191 (1er oct. 1892).

42 La Loue, p. 40.

43 Ibid., p. 41-45.

44 Besançon, A. Cariage, 1891.

45 Mercure de France no°22 (oct. 1891).

46 Les Gaudes no°200 (1er mars 1893).

47 Paris, Lemerre, 1891.

48 Les Gaudes no°153 (dim. 3 mai 1891). La rubrique s’intitule “Littrature” [sic].

49 Ibid.

50 Voir M. Décaudin, La Crise des valeurs symbolistes (1960), p. 33-37.

51 La dérive des Gaudes est une autre question : dès 1897 en effet, tandis que Tavernier rend hommage au "clair génie de la race" et à "l'esprit vraiment français". Les Gaudes publient des textes ouvertement antidreyfusards (tel poème de Charles Grandmougin, « Les fils de Judas », dans le no de Pâques 1898...). Concernant l'Affaire, ces vers signés Jean de Beure et publiés en oct. 1898 pourraient bien résumer la position du journal :
Que la Cour de Cassation
Ordonne la révision
De Dreyfus, jadis espion,...
C'est une mince question
Qui ne nous intéresse guère...
Et la plus sérieuse affaire
C'est l'exacte révision
Des cuveaux, c’est leur nettoyage.
Qui doit se faire à grand lavage,
Pour que la vendange ait du goût :
C'est le bon vin qui prime tout.
Où l'on voit bien qu'exalter les valeurs du terroir, contre le parisianisme,
peut servir à éluder les questions d’actualité !

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site