Version classiqueVersion mobile

Le verre du VIIIe au XVIe siècle en Europe occidentale

 | 
Inès Pactat
, 
Claudine Munier

Nouvelle Aquitaine

Les verres décorés d’émail, de filets blancs ou « dorés » dans le sud de la France (XVIe siècle) : état de la documentation archéologique et historique

Catherine Hébrard-Salivas et Isabelle Commandré

Résumé

Résumé. Des études récemment menées sur l’artisanat verrier à l’époque moderne dans le Sud de la France ont permis de renouveler certaines problématiques en lien avec les savoir-faire, notamment ceux des verres décorés d’émail, de dorure ou de filets blancs au XVIe siècle.
Les données archéologiques sont encore peu nombreuses et le déséquilibre avec les régions septentrionales, important. À l’inverse, la documentation écrite ancienne s’est avérée abondante : elle atteste à la fois une importante production et un indéniable savoir-faire de la part des artisans locaux, a priori affranchis des migrations verrières italiennes.
Aussi, un état de la question était indispensable pour montrer les particularités régionales ainsi que les ambiguïtés qui existent entre les sources écrites et la réalité des découvertes archéologiques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Le XVIe siècle est souvent considéré comme le « grand siècle » pour l’art de la verrerie dans le royaume de France, qui voit notamment se développer la technique du verre émaillé. Celle-ci est déjà connue en Orient puis en Italie dès le XIIIe siècle, où sont produits des verres à décors émaillés polychromes. En France, les verres émaillés semblent provenir, à partir du XVIe siècle, d’ateliers lorrains, nivernais, languedociens — plus particulièrement à Montpellier — (Rose-Villequey 1970, 328 et 483), de Rouen (Philippe 1998, 230) et d’Ile-de-France — dans l’officine de Saint-Germain-en-Laye (Barrelet 1953, 65).

Il est bon de rappeler ici que le procédé d’émaillage résulte « d’une technique d’ornementation pratiquée à froid et au pinceau : elle consiste à recouvrir une ou plusieurs parties d’un objet en verre déjà façonné avec des émaux vitrifiables. Le verre est ensuite recuit à une température basse d’environ 600 °C afin que les émaux s’incrustent dans le support et pren...

Auteurs

Docteur en archéologie médiévale Ausonius, UMR 5607, CNRS, Université Bordeaux Montaigne.

Inrap-Méditerranée, CNRS-UMR 5140, Laboratoire de Sociétés Méditerranéennes.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search