Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects de la critique

 | 
Ian Pickup
, 
Philippe Baron

Littérature morale et femmes écrivains dans la deuxième moitié du dix-septième siècle

Wendy Perkins

Texte intégral

  • 1 L. Timmermans, L'Accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, H. Champion, 1993, p. 210.
  • 2 Les maximes de Mme de Sablé furent publiées par l’abbé d’Ailly, dans Maximes et Pensées diverses, (...)
  • 3 Les Differens Caracteres des Femmes du Siecle, avec la Description de l'Amour Propre. Contenant si (...)
  • 4 Reglement donné par une Dame de haute qualité a Mxxx sa petite-fille. Pour sa conduite, et pour ce (...)
  • 5 Entretiens sur l'éducation des filles, par Mme de Maintenon, Paris, Charpentier, 1855. Voir aussi, (...)

1Dans le domaine de la littérature morale de la deuxième moitié du dix-septième siècle, considéré, d'après Linda Timmermans dans son livre L'Accès des femmes à la culture (1598-1715), le champ naturel des hommes de profession, tels que les précepteurs, ou les prêtres1, figurent néanmoins certaines femmes. Leurs ouvrages se divisent en deux catégories, à savoir observations sur la société contemporaine d’un côté, et réflexions chrétiennes de l’autre. Dans la première se trouvent par exemple, les écrits de Mme de Sablé, ses Maximes ainsi que ses essais, De L'Amitié, Pour les enfants qu'on ne veut pas faire étudier à fonds, et Discours contre les médecins2 ; ou le livre de Mme de Pringy, intitulé Les Differens Caractères des Femmes du Siecle avec la Description de l'Amour Propre3. Dans la deuxième catégorie sont Mme de la Sablière, qui nous a laissé ses Maximes chrétiennes, ses Pensées chrétiennes, aussi bien que des lettres ; ou Mme de Liancourt et son Reglement donné par une Dame de haute qualité a Mxxx sa petite-fille4. On pourrait ajouter à cette liste les Entretiens de Mme de Maintenon pour les filles de Saint-Cyr5, la correspondance considérable de femmes religieuses importantes, surtout de femmes jansénistes, telles que la mère Angélique ou la mère Agnès, et les lettres de Mme de Sévigné, qui franchissent assez souvent la division conventionnelle entre écriture divertissante et morale ou religieuse.

  • 6 Tous les textes de Mme de la Sablière se trouvent dans Vte Menjot d'Elbenne, Madame de la Sablière (...)
  • 7 C. Dulong, La Vie quotidienne des femmes au grand siècle, Paris, Hachette, 1984, p. 160.
  • 8 Pour l'abbé de Rancé, voir Menjot d'Elbenne, op. cit., et R. Duchêne, Madame de La Fayette, Paris, (...)
  • 9 Avec une certaine honte, elle écrit aussi à Rancé : 'I1 y a longtemps... que je me refuse de vous (...)

2Eduquées, cultivées, menant une existence relativement indépendante, toutes ces femmes appartenaient à l'élite d'une élite. Le fait que celles qui écrivaient des romans ou des contes de fée sont celles qu'on pourrait qualifier de femmes auteurs, n'empêche pas que celles qui sont citées ci-dessus soient importantes pour l'étude de la vie culturelle et intellectuelle, et pour l'émergence de la femme écrivain, à une époque où le métier d'auteur n’était guère convenable pour une femme. Leurs textes sont restés dans l'oubli pour la plupart ; une première tâche, donc, est de les faire connaître, et c'est ce que tâche de faire cet article pour les lettres de Mme de la Sablière6. De famille protestante, très large d'esprit, amie et protectrice de La Fontaine comme de François Bernier, Mme de la Sablière recevait chez elle, entre 1668 et 1680 à peu près, à un moment où le salon commençait à décliner, les mathématiciens, savants, hommes scientifiques et gens de lettres les plus significatifs de son temps. Comme le dit Claude Dulong : 'on rencontre à peu près tout ce qui compte, intellectuellement, chez Mme de la Sablière'7. Et puis, probablement après avoir été abandonnée par son amant, La Fare, elle se met lentement à abandonner cette vie, les livres profanes, la concupiscence du savoir, et à se tourner vers Dieu. Après la mort en 1687 du père Rapin, qui semble avoir été son premier guide spirituel, l'abbé de Rancé, qui s'était lui-même retiré du monde en 1657, pour se faire trappiste six ans plus tard, lui avait permis de lui écrire, dans le besoin. Il y a dans la collection appelée Lettres à Rancé une lettre au P.C..., son confesseur ; huit lettres à M.M., le secrétaire de Rancé ; quarante-neuf pour Rancé lui-même et deux de lui à Mme de la Sablière8. Sur un niveau, elle écrit parce qu’elle désire le calme et la certitude que seules les paroles de Rancé peuvent lui apporter. Dans la toute première lettre nous lisons, 'je sens qu'un mot de vous me calmera' (p. 273), dans la quatrième 'pour trouver le calme que vos paroles ne manquent pas de mettre dans mon cœur' (p. 277), et dans la vingt-sixième : 'J'ay tousjours... éprouvé ce que peuvent vos paroles sur moy' (p. 299). Elle prétend aussi lui confier 'tout ce que je sens, tout ce que je pense et tout ce que je souffre' (L. 26, p. 300), acceptant pleinement la responsabilité qu'impose sa générosité :'toutes les bontéz que vous avez pour moy méritent que je vous parle plus sincèrement qu'à personne' (L. 54, p. 329)9. Elle entreprend donc, sur un deuxième niveau, et à son escient, une analyse de l'état de son âme ; un tel ouvrage est rare, ou bien parce que les femmes n'écrivaient pas ce qui avait trait à leur vie intime, ou bien parce que ce genre d'écriture n’a pas survécu. Il nous offre un aperçu de sa vie intérieure, et même s’il faut se souvenir qu'il peut y avoir un décalage considérable entre les sentiments avoués et les sentiments vécus, les lettres nous montrent le développement qui s'effectue en elle. Il s'agit ici non de la nature de sa foi, qui semble, dans un sens, complète et non-problématique dès le début, mais plutôt de sa perception de l'attitude de Dieu envers elle : d'incertaine et confuse qu'elle est en 1687 dans sa première lettre, elle se montre en 1693, dans les dernières, pleine de confiance, rassurant même son correspondant à partir de ses propres expériences, et allant à la rencontre de l'avenir avec joie. Sur un troisième niveau, elle cherche dès le début à convaincre Rancé qu’elle est prête à mener une vie complètement dévouée à Dieu. Rancé fonctionne dans cette correspondance comme une sorte de juge, la seule source d'autorité à laquelle la Sablière veuille obéir, et par conséquent le texte se fait un lieu de négociation, le moyen pour l'écrivain de faire accepter ses désirs. Cet article examine trois aspects de ces lettres : les différentes sortes de souffrances qu’elle a vécues, l’équilibre qui est établi entre son inquiétude et son bonheur, et les paradoxes qui sont soulevés par cette analyse de sa propre âme que fait Mme de la Sablière.

3La description de sa dévotion à Dieu est intimement liée à l'expression du désir de se détacher de plus en plus de la société qu'elle a si bien connue : ces deux fils, en fait, qui assurent une cohérence à l'œuvre, sont si significatifs et si constants qu'ils forment la thématique dominante du texte. La question de son attitude envers le monde, pourtant, n'est pas toujours simple. La double nature de ses souvenirs est évidente dans une remarque sur le fait que le P.C... n'a jamais appartenu à la société qu'elle a quittée : 'il m'est sans doute nécessaire que je n'aye pas cette consolation, qui n'est en effet qu'une peine, de pouvoir parler de tout à celuy à qui il suffit que je ne parle que d'une seule chose' (L. 2, p. 275). Et dans une des dernières lettres, de 1692 probablement, elle avoue : 'Je ne suis insensible ni à l'amitié ni à la bonne conversation, et c'est pour cela que j'y dois renoncer' (L. 57, p. 332). C'est un genre de punition que cette retraite du monde, et elle déclare que 'mon chemin pour aller à Dieu est directement le contraire de celuy que j'ay tenu dans le monde' (L2, p. 275). Nous voyons donc que Mme de la Sablière se veut vraie chrétienne et rejette tout compromis entre la vie mondaine et la vie avec Dieu : 'Je ne pouvois me donner à Dieu sans m'y abandonner absolument' (L5, p. 278). D'ailleurs, il n’est nullement question pour elle d’un conflit entre sa vieille existence et sa nouvelle vie de privations : si, comme nous le verrons, cette nouvelle vie ne manque pas de souffrances, il ne s'agit point de celles qui pourraient être associées aux difficultés de quitter les plaisirs du monde. Le seul conflit dont le texte fait témoin est celui qui existait entre la Sablière et son confesseur ; le monde y est une présence continuelle, ou peu s'en faut, mais non en tant qu'objet de désir. Le passé est un lieu horrifique puisqu'il a 'esté long dans un oubli et un abandon de N. S. de ma part qui est inconcevable' (L. 23, p. 295), et on voit que les endroits où elle a vécu revêtent une valeur symbolique dans les lettres. Son ancienne maison de la rue Saint-Honoré, par exemple, où 'mille gens... que je voudrois ne rencontrer de ma vie' (L10, p. 284), viendraient la déranger, représente une vie qui n’est plus convenable ; même son appartement aux Incurables ne lui semble pas assez austère : 'C'est une chose plaisante d'appeler une retraite, un lieu où l'on sert deux fois le jour deux cens personnes' (p. 284). La structure équilibrée et la répétition régulière d'une des phrases de cette lettre souligne l'opposition entre le passé et le présent :

  • 10 Dans L. 41, p. 318, Mme de la Sablière se rappelle sa vie passée 'en gros comme quelque chose de m (...)

Après m'etre trop montrée, il faut me cacher ; après avoir trop écouté, il faut ne plus rien entendre que ce qu'il plaira à Notre Seigneur de me dire, et après avoir trop parlé, il faut me taire (L. 10, p. 284)10.

  • 11 Pour d’autres expressions de son bonheur approfondissant, voir L. 35, p. 308, L. 56, p. 331.

4Se soustraire du monde est le seul moyen de trouver Dieu - 'la solitude seule me porte à Dieu' (L. 26, p. 299) - et la solitude, au préalable une forme de réparation, lui apporte un bonheur réel. A partir de février 1690, et la trentième lettre, l'idee que 'Je me sens plus heureuse que je ne l'ay jamais esté' (L. 30, p. 304) devient un des fils les plus importants du texte. Ce n’est pas qu’elle sous-estime la tâche devant elle, au contraire ; la vingt-troisième lettre affirme : 'Je comprens que ne point aimer le monde, ni rien qui soit au monde, est un précepte d'une étendue infinie et d'une pratique sans bornes' (pp. 295-6). Mais à la longue son adhésion totale à Dieu et sa séparation du monde créent un état incomparable : 'Je continue à estre dans la paix qui augmente, ce me semble, à proportion de l'abandon et de la fidélité que l'on y apporte' (L. 49, p. 323)11.

5Le fait même que ni la retraite ni la vie dévote ne comporte de vrais problèmes est la cause des souffrances qui constituent un élément significatif de la première partie de cette correspondance. La troisième lettre, du début de 1688 probablement, constate : 'disparoitre absolument aux yeux des hommes est ce qui me conviendroit, ce me semble' (L. 3, p. 276), et la vingt-et-unième, du 1 décembre 1688 : 'pour tout ce que j'ai quitté, est-ce quelque chose ? la solitude où je suis n'est rien' (L. 21, p. 292). La notion de facilité et la tendance à diminuer l'importance de ce qu’elle a fait jusqu'à ce point, sont à l'origine de certaines de ses inquiétudes. Rien ne garantit d’abord la réalité de ses sentiments, angoisse exprimée dans la même lettre du 1 décembre :

j'ay en moy un tel désir de ne vivre pour autre chose, que si j'estois assurée que ce sentiment fut en vérité en moy, je serois comblée de joie ; mais quand on n'est point éprouvée, peut-on estre assurée ? (p. 292).

6De cette inquiétude, naît à son tour une autre, souvent répétée, celle de ne pas plaire à Dieu. Par moments les lettres sont pleines de confiance, il est vrai :

j'espère que la constance naturelle que j'ay toujours elle pour les choses qui s'opposoient à mon salut, se tournera toute pour ce qui me sera nécessaire pour l’éternité (L.3, p. 276).

7L’élégance contrôlée de cette affirmation offre, pourtant, un contraste avec la longue phrase informe qui analyse ses doutes dans la Lettre 21, et montre jusqu'à quel point son esprit est capable d'être troublé :

aussy ne puis-je former d'autre désir sur la terre que de demander à Dieu d'accomplir sa sainte volonté que je ne connois point, car si je la pouvois connoître, il n’y a rien, ce me semble, sans exception, que je ne fisse pour l'accomplir, mais il me semble que je suis dans une telle obscurité et dans une telle ignorance de tout ce que je fais, que je ne sçai jamais dans aucune action ou pensée de ma vie, si je suis agréable à Dieu (p. 293).

8On voit donc que la dévotion est une cause de doute et de souffrances, non parce qu'elle est trop rebarbative, mais parce qu'elle ne l’est pas assez. Ce sentiment est renforcé par ses relations difficiles avec le P.C..., son confesseur, qui déconseille une retraite trop absolue, et par la réflexion qui surgit pour la première fois dans une lettre d'avril 1689 qui parle de la notion de 'la persévérance dont on ne peut jamais estre assuré' et ajoute : 'je sens toute l'humiliation que cette crainte peut donner' (L. 24, p. 297).

9Peu à peu, cependant, ce genre d'incertitude disparaît pour être remplacé par une autre sorte de désespoir : ce que l'écrivain elle-même appelle ses 'infidélités'. Les lettres sont caractérisées d'abord par un certain découragement général qui est renfermé dans cette affirmation :

quand on n'a quitté que le monde, et les attachemens grossiers des choses créées ou des sens..., l’on n'est guères avancé ; et c'est les larmes aux yeux que je vous dis que je suis pénétrée de douleur de me voir si peu avancée dans un chemin où je vois... tant à faire (L.28, p. 303).

10Cette préoccupation, qu'on pourrait même qualifier d'obsession, est communiquée aussi dans la métaphore, non du chemin à faire, mais d'un bâtiment à construire, où elle se voit 'oster deux pierres... quand on en a posé une' (L. 34, p. 307), et elle persiste jusqu'en 1690 où l’écrivain se déclare 'souvent découragée dans l’examen que vous m'avez ordonné de faire de mon intérieur' (L. 37, p. 311). Il y a un problème précis qui la rend 'infidèle' et c'est son obligation de voir tant de monde, qui est présentée comme 'la seule peine qui me reste' (L. 27, p. 301), ou bien une des choses qui 'me font de la peine' (L. 30, p. 304). Dans la trente-septième lettre, en disant 'Je suis très peinée de tous ceux qui me voient encore, et c'est même présentement ce qui me fait le plus souffrir' (L. 37, pp. 311-12), dans une image tirée cette fois-ci du domaine de la musique, Mme de la Sablière se compare à

une corde montée à l'unisson de celle que l'on toucheroit ; elle ne rend pas le son, mais elle est ébranlée, non pas avec plaisir, mais avec tristesse, avec impatience (p. 312).

11Cette image, qui revient dans la quarante-et-unième lettre du 1 janvier 1692, où l'écrivain se réfère à des 'cordes qui ont répondu' (p. 318), nous aide à comprendre la nature de sa souffrance. Ce sont les autres qui 'donnent le ton', c'est à dire qui imposent le sujet de discussion et la façon dont il est traité ; dans cette matière, la Sablière est impuissante, sentant que l'identité qu’elle s'efforce de trouver s'effondre : 'Ils réveillent en moy tout ce qui y doit estre mort et qui l’est en effet quand je suis dans un silence entier' (L. 39, p. 315). Bref, 'les hommes causent une dissipation et un affoiblissement dans le corps et dans l'esprit qui requiert de la réparation' (L. 47, p. 322).

12A la longue, pourtant, la Sablière sait trouver une façon d'utiliser, on pourrait presque dire d'accommoder, ses souffrances, et donc d'établir un équilibre entre ses douleurs et son union avec Dieu. Une des procédures qui est adoptée est d'envisager la souffrance comme une source de bien, ou un sacrifice qui aide à prouver la profondeur ou la sincérité de sa foi. La fin de la sixième lettre, par exemple, présente les doutes du P.C..., ainsi que le peu de secours qu'il offre, comme 'une légère mortification dont je devois plustost profiter que me plaindre' (p. 280). D'une façon similaire, la vingt-cinquième lettre emploie la même attitude à l'égard de sa maladie : 'il faut... regarder comme une grande faveur le sentiment de la mort qu'il [son mal] me donne... qui me donne lieu de luy faire un sacrifice fréquent de tout mon estre' (pp. 297-8). Dans une deuxième procédure, en contemplant ses 'infidélités', et son obligation de voir encore ses parents et ses amis, il s'agit de comparer ceux-ci à elle-même et de mesurer ainsi les progrès que, en réalité, elle a faits : 'ils me font remarquer la miséricorde de Dieu sur moy, car je comprends bien qu'ils sont où je les ai laissés, et leur estat me fait trembler' (L. 38, p. 314). Par-dessus tout, il lui devient possible de présenter la souffrance, qu'elle soit physique ou spirituelle, comme un lieu de sécurité, et c'est ce qu'elle fait dans la lettre du 1 janvier 1692 : 'Je ne puis cheminer, ce me semble, par un chemin trop rude, trop sec, trop dénué ; c'est là ce que je désire surtout comme le plus seur pour quelqu'un qui a vescu comme j'ay fait' (L. 41, p. 318). Ce sentiment s'intensifie même, et dans les dernières lettres se trouvent à côté des expressions de bonheur que nous avons examinées au début :'Je ne conçois de bien au monde que celuy de souffrir' (L. 52, p. 328).

13Ce paradoxe, que la souffrance est essentielle au bonheur, voire que la souffrance est le bonheur, n'est pas le seul à émerger du texte. Un deuxième paradoxe réside dans le fait même d'écrire des lettres. Il est clair que dans les dernières années de sa vie, le bonheur consiste, en partie du moins, d'un abandon complet d'elle-même à Dieu ; c’est un état qui est difficile à définir précisément, mais dont elle dit : 'Quand mes penseés se sont égarées, je prie N.S. de les faire rentrer dans le néant d’où elles sont sorties, et je me remets en sa présence avec tranquillité et confusion. Quand le bruit des sens est suspendu, plus on rentre au fond de soy mesme et plus les sujets d’humiliation fourmillent' (L. 45, p. 321). Il semble qu'elle parle ici d'une sorte de communion directe, presque mystique, avec Dieu. Le début de la lettre semble confirmer cette interprétation : 'je ne fais plus que le moins que je puis de retours sur moy mesme, étant convaincue que c'est un effet de l'amour propre' (p. 320). Et pourtant ce genre d'examen est la substance de la correspondance et semble exigé par Rancé.

  • 12 Voir aussi cette affirmation : 'Je vous supplie donc de me donner vos ordres en telle sorte qu'il (...)

14Un autre paradoxe se manifeste dans les relations entre Mme de la Sablière et Rancé. Celui-ci est une autorité, la seule qu'elle accepte d'écouter, et elle lui écrit en effet afin de 'me pouvoir faire une vie... qui seroit selon les ordres que l’on daigneroit me donner' (L.8, p. 282). Cette notion d'une règle à suivre est un leitmotiv du texte. Une lettre de 1688, par exemple, à M.M..., secrétaire de Rancé, contient ces paroles : 'J'ay reçue [sic] la lettre qui accompagnoit la vôtre comme une règle qui va conduire le reste de ma vie et qui y met toute la tranquillité que j'en espère (L.8, p. 281). Dans la vingt-cinquième lettre elle constate : 'Je serai calme à l'avenir sur ma scituation... car vous fixés ma pensée dès que vous voulez' (p. 297). La répétition de cette idée est difficile à expliquer ; serait-ce une forme de politesse, une façon de communiquer sa reconnaissance à Rancé ; ou serait-ce le signe que la Sablière manque complètement de confiance et a besoin de rassurance à chaque étape du chemin ? Il serait tentant de conclure peut-être qu'elle veut une religion facile où son seul devoir serait d'obéir12. Il est certain que l'écrivain crée pour elle-même une position d'infériorité ; la première lettre s’ouvre ainsi, par exemple :

  • 13 De telles expressions d'infériorité sont trop fréquentes pour les citer toutes. Voir, par exemple, (...)

Je me sers sans préambule... de h liberté que vous m'avez donnée de vous demander du secours dans les occasions ; je sçay qu'il ne faut point abuser de vostre temps, et je vous demande pardon de celuy que vous emploierez à lire cette lettre (p. 272)13.

15Par ailleurs, cependant, elle est convaincue que seule la solitude lui convient et dans ses efforts pour convaincre Rancé elle est ferme, exigeante même, et sait très bien employer la rhétorique, comme nous l'avons vu. La première lettre, tout en demandant du secours, impose pour ainsi dire des conditions : 'je sens qu'un mot de vous me calmera pourvu qu'il me détermine' (p. 273). Et dans la Lettre 4 elle dit : 'la soumission que j'ay à vos ordres fait toute ma force' (p. 278). La femme qui écrit ici veut participer dans les décisions qui forment sa vie spirituelle. Il est intéressant de noter que le Père C... semble avoir aperçu la contradiction dans sa position, puisque Mme de la Sablière avoue : 'il me dit qu'il croioit en effet que c'estoit ce que Dieu demandoit de moy... mais que cela estoit meslé de beaucoup de défauts, comme d'avoir en cela ma propre volonté (L.17, p. 288). Si Rancé est un juge pour Mme de la Sablière, elle est juge de son propre état ; elle se montre incertaine et capable de contrôler, soumise et exigeante, d'une indépendance d'esprit considérable.

16Nous avons vu qu'un des fils du texte est la notion de calme ou tranquillité que Rancé lui donne. La Sablière lui déclare aussi, dans une lettre du 15 janvier 1690, que 'je ne crois pas que Dieu ait jamais mis au cœur de personne les sentimens qu'il a mis dans le mien pour vous' (L. 26, p. 300), et dans la lettre suivante qu’une de ses lettres a eu l'effet 'de m'attacher à vous plus intimement et plus tendrement, s'il se peut, que je ne l'estois' (p. 301). On dirait qu'elle exprime ici une émotion tout humaine qui la lie à la terre, alors qu'elle s'efforce de laisser ces attachements derrière elle.

17Le paradoxe le plus intéressant existe au niveau de la langue et de ce dont elle est, ou n'est pas, capable. Très souvent, l'écrivain ne précise pas et se contente de parler, par exemple, d'une 'émotion que je ne puis représenter' (L.l, p. 272), ou de dire "Votre charité... me donne un calme que je ne puis vous exprimer' (L. 17, p. 288). Quelquefois ces expressions sont un moyen purement conventionnel de communiquer une émotion forte, ou bien le signe d'une certaine discrétion ; on pense, par exemple, à La Princesse de Clèves, où la romancière emploie un tact qui laisse imaginer aux lecteurs les émotions des personnages. Mais dans d'autres endroits, les lettres parlent d'une 'tranquillité... au delà de toute expression' (L. 42, p. 318-19), ou d'un calme 'qui surpasse tout entendement et toute expression' (L. 49, p. 324). A la fin de la vingt-deuxième lettre, elle résume ainsi ce qu'elle vient d'examiner : 'c'est seulement pour vous exprimer un sentiment que je crois avoir, et qui est peut-être plus dans mon esprit que dans mon cœur' (L. 22, p. 294). En plus, elle parle des sermons de prédicateurs réputés comme 'une diversion qui souvent amuse plus l'esprit qu'elle ne remplit le cœur' (L. 34, p. 307). Non seulement ces assertions séparent-elles les facultés de la raison et du cœur ; en impliquant que la certitude spirituelle appartient au domaine du cœur, elles affirment que celui-ci est supérieur à la raison. Bref, il y a une sorte de hiérarchie ici, qui rappelle les Pensées de Pascal. Pourtant il est possible aussi que quelques-unes de ces expressions traduisent l'idée du pouvoir destructeur de la langue, et aussi de son insuffisance. Dans la trente-cinquième lettre, par exemple, la Sablière écrit :

Le reste est si rempli des grâces que Dieu me fait de ne penser qu'à luy plaire, que je ne puis vous exprimer sur cela ce que je sens, puisque tout ce que je pourrais vous dire amoindrirait le sentiment qui me remplit et me pénètre (p. 308).

18Et dans la trente-sixième lettre elle écrit :'Vos lettres me touchent... et elles me sont d’un secours et d'un soutien que le sentiment seul peut faire concevoir ; ainsi je ne le puis exprimer' (p. 310-11). Dans la quarante-septième elle constate : 'Je lis les sermons de saint Bernard ; ils remplissent tellement le cœur qu'il semble que c'est tout ce que l'on sent sans le pouvoir exprimer' (p. 323). Comme Pascal, peut-être, Mme de la Sablière découvre qu'on ne peut écrire ni le cœur ni la foi. Et cependant, c'est exactement ce qu'elle avait entrepris de faire.

19Dans la période de son succès dans la société, Mme de la Sablière avait été visiblement le centre d'un salon important ; lorsqu'elle s'est retirée du monde, il n'y avait plus, comme elle le dit elle-même, 'que Dieu, que vous, [Rancé] et moy !' (L. 35, p. 309). Cependant, le rapport spécial qu’elle avait avec Rancé, et les sentiments qu'elle était capable d'éprouver, sont présentés dans les lettres comme un signe d'une sorte de supériorité :

  • 14 Pour d'autres expressions semblables, voir, par exemple, L 36, p. 310 ; L. 38, p. 314 ; et L. 44, (...)

Si j’en parlois à des gens du monde, ils n'y verroient qu'un ennuy mortel ; mais je suis sûre que vous m'entendez, et que vous regarderez, comme je fais, l'abandon où je suis de tout ce que le monde regarde comme une consolation, pour une grâce insigne (L. 35, p. 308)14.

  • 15 C.-A. Sainte-Beuve, Port-Royal, Paris, Hachette, 1878, V, 129.

20Sainte-Beuve, parlant de Mme de Longueville dans son Port-Royal, dit : 'par la Religion, à force de s'abaisser, on pouvait remonter bien haut'15. Comme d'autres après lui, il analyse l'attraction du jansénisme pour bien des femmes qui décidaient de mener une vie dévote au dix-septième siècle. Mme de la Sablière n’avait pas de tendances jansénistes, mais on pourrait suggérer peut-être qu'elle a connu le même genre de distinction que d’autres femmes qui se sont tournées vers Dieu.

Notes

1 L. Timmermans, L'Accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, H. Champion, 1993, p. 210.

2 Les maximes de Mme de Sablé furent publiées par l’abbé d’Ailly, dans Maximes et Pensées diverses, Paris, 1678 ; les essais mentionnés ici se trouvent dans N. Ivanoff, La Marquise de Sablé et son salon, Paris, Presses Modernes, 1927.

3 Les Differens Caracteres des Femmes du Siecle, avec la Description de l'Amour Propre. Contenant six Caractères et six Perfections, Lyon, Jacques Lyons, 1695.

4 Reglement donné par une Dame de haute qualité a Mxxx sa petite-fille. Pour sa conduite, et pour celle de sa Maison : Avec un autre Reglement que cette Dame avoit dressé pour elle-mesme, Paris, Augustin Leguerrier, 1698.

5 Entretiens sur l'éducation des filles, par Mme de Maintenon, Paris, Charpentier, 1855. Voir aussi, pour les idées morales et spirituelles de Mme de Maintenon : Mémoires sur Madame de Maintenon, Recueillis par les Dames de Saint-Cyr, Paris, Olivier-Fulgence, 1846 ; Lettres historiques et édifiantes, 2 vols., Paris, Charpentier, 1856 ; Lettres, 3 vols., ed. M. Langlois, Paris, Letouzey et Ané, 1935.

6 Tous les textes de Mme de la Sablière se trouvent dans Vte Menjot d'Elbenne, Madame de la Sablière. Ses Pensées chrétiennes et ses Lettres à l'abbé de Rancé, Paris, Plon-Nourrit, 1923. Les références dans cet article aux lettres de Mme de la Sablière seront à cette édition.

7 C. Dulong, La Vie quotidienne des femmes au grand siècle, Paris, Hachette, 1984, p. 160.

8 Pour l'abbé de Rancé, voir Menjot d'Elbenne, op. cit., et R. Duchêne, Madame de La Fayette, Paris, Fayard, 1988.

9 Avec une certaine honte, elle écrit aussi à Rancé : 'I1 y a longtemps... que je me refuse de vous découvrir ce repli de mon cœur' (L. 21, p. 293).

10 Dans L. 41, p. 318, Mme de la Sablière se rappelle sa vie passée 'en gros comme quelque chose de monstrueux.'

11 Pour d’autres expressions de son bonheur approfondissant, voir L. 35, p. 308, L. 56, p. 331.

12 Voir aussi cette affirmation : 'Je vous supplie donc de me donner vos ordres en telle sorte qu'il n'y ait rien à faire pour moy qu'à obéir' (L.22, p. 294).

13 De telles expressions d'infériorité sont trop fréquentes pour les citer toutes. Voir, par exemple, 'je crains toujours de mettre du mien dans ce que je fais' (L.9, p. 283), ou 'je croirois estre téméraire de me déterminer par moy mesme' (L.15, p. 287).

14 Pour d'autres expressions semblables, voir, par exemple, L 36, p. 310 ; L. 38, p. 314 ; et L. 44, p. 320, où elle dit : 'Vous voiez de reste que ce n'est pas là un estat dont on put parler à personne, puisque l'on ne seroit pas entendu'.

15 C.-A. Sainte-Beuve, Port-Royal, Paris, Hachette, 1878, V, 129.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.