Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects de la critique

 | 
Ian Pickup
, 
Philippe Baron

L’évolution de la critique dramatique d'après les comptes-rendus des représentations des Femmes savantes de Molière

Philippe Baron

Texte intégral

1La critique dramatique a beaucoup évolué au cours des âges. Nous allons essayer de retracer son évolution en nous servant d’un exemple très précis, celui des Femmes Savantes de Molière. Nous avons choisi cette pièce parce que, tout en étant de premier ordre, elle est un peu moins étudiée que Le Tartuffe, Dom Juan et Le Misanthrope et qu'elle peut susciter des interprétations très diverses. Pour assurer à notre propos une certaine unité, nous nous sommes bornés aux représentations de la Comédie-française qui ont longtemps été les seules. Nous nous sommes servis, pour choisir les plus intéressantes, des documents de la bibliothèque de la Comédie-Française, dits « dépouillements » qui indiquent les différentes reprises. Dans la mesure du possible, nous avons essayé de consulter les mêmes journaux et notamment, à partir du dix-neuvième siècle, Le Temps puis son successeur Le Monde, et Le Figaro.

Les revues

  • 1 Cf. Maurice Descotes, Histoire de la critique dramatique en France, Gunter Narr Verlag, Tubingen, (...)

2La critique dramatique naît au dix-septième siècle et conserve la même forme au dix-huitième siècle1. Elle est très différente de celle que nous connaissons actuellement pour la simple raison que la presse quotidienne n'existe pas. Les journaux sont en réalité des revues. Elles paraissent tous les quinze jours ou tous les mois et rendent compte de l'actualité politique et mondaine et parfois du théâtre.

3Lorsque Les Femmes Savantes sont jouées au théâtre du Palais Royal le 11 mars 1672, le meilleur journal-revue est Le Mercure Galant que Donneau de Vizé vient de fonder. Le numéro du 12 mars 1672 comprend un compte-rendu de la première représentation des Femmes Savantes. Le compte-rendu, écrit d'après des impressions toutes fraîches, est fort intéressant. Il comprend environ cent vingt lignes de quelques mots chacune. Donneau de Vizé note le rapport qui existe entre Les Femmes Savantes et Les Précieuses Ridicules et analyse bien les personnage. « On s'y est bien diverti », écrit-il, tantost par ces Prétieuses ou Femmes Savantes, tantôt par les agréables railleries d'une certaine Henriette, et puis par les ridicules imaginations d'une Visionnaire qui se veut persuadée que tout le monde est amoureux d'elle ». Cette visionnaire est naturellement Bélise. Donneau de Vizé présente ainsi Chrysale « Je ne parle point, écrit-il, du caractère du Père qui veut faire croire qu'il est le Maistre dans sa Maison, qui se fait fort de tout diriger quand il est seul et qui cède tout dès que sa femme paroist ». Il passe ensuite à Trissotin « Je ne dis rien aussi du personnage de Monsieur Trissotin qui, tout rempli de son sçavoir, et tout gonflé de la gloire qu'il croit avoir méritée, paroist si plein de confiance en lui-même qu'il voit le genre humain fort au-dessous de lui ». Il note « le ridicule entêtement d'une mère » qui est Philaminte. Il applaudit la grande scène Trissotin-Vadius. « Il y a au troisième acte une querelle entre ce Monsieur Trissotin et un autre Sçavant qui nous divertit beaucoup ». Il signale l'effet comique produit par Martine, « Martine, écrit-il, fait infiniment rire l'assemblée par un nombre infini de jolies choses qu'elle dit en son patois pour prouver que les hommes doivent avoir la préférence sur les femmes ». Il estime que Les Femmes Savantes sont une comédie très réussie « Il y a partout, écrit-il, mille traits d'esprit, beaucoup d'expressions heureuses et beaucoup de manières de parler nouvelles et hardies, dont l’invention ne peut être assez louée et qui ne peuvent être imitées ». Il se demande, sans nommer Cottin, car l'allusion est claire, si Molière ne l'a pas pris comme modèle pour Trissotin et se garde de rien dire de précis. Cette critique, sans être très profonde, est judicieuse, et n'a pas vieilli. A nos yeux, cependant, elle comporte une lacune : elle ne dit rien du jeu des acteurs.

4Nous avons effectué quelques recherches dans les revues du dix-huitième siècle sur les représentations des Femmes Savantes à la Comédie-Française du 24 février 1763 et du 16 février 1776. Ces représentations nous ont paru intéressantes, parce qu'en 1763 Armande est jouée par Madame Preville et en 1776 Henriette par Louise Contat, toutes deux excellentes actrices. Nous n’avons rien trouvé sur le théâtre dans Le Journal de Trevoux et rien sur Les Femmes Savantes dans L'Année littéraire de Fréron. Les articles théâtraux de février, mars et avril de L'Année littéraire se rapportent à une édition des œuvres de La Chaussée, à une pièce Heureusement, tirée d’un conte de Marmontel et à une autre pièce Dupuis et des Ronais tirée des Illustres française de Challes. Les seuls comptes-rendus d'une représentation des Femmes Savantes se trouvent en 1763 dans Le Mercure galant. Le numéro d’avril 1763 en signale le succès dans les termes suivants « Cette excellente pièce fut très bien rendue ; elle fit sur les Amateurs du vrai genre comique l'effet qu'on doit toujours attendre des Ouvrages de l'inimitable génie, qui a créé et en même temps perfectionné le Théâtre Français, lorsqu'on apportera, en remettant ces chefs-d'œuvre toutes les attentions qu'ils méritent ». L'auteur de l'article énumère ensuite les acteurs sans commenter leur jeu. Un autre entrefilet note qu'il reste une portion de spectateurs, non pas la plus nombreuse, qu'un goût de préférence attache à ces beautés « malgré leur ancienneté et malgré la mode de certaines gentillesses dramatiques fardées des grâces volatiles de la Musique nouvelle ». Ces articles sont intéressants, même s'ils sont plus brefs que celui du Mercure de 1672, parce que l'on sent que Molière y devient un classique ; les gens de goût l'applaudissent sans se laisser séduire par des nouveautés. Nous n'avons rien trouvé sur la reprise des Femmes Savantes en 1776 ; le numéro d'avril contient cependant des remarques assez précises sur le jeu de Larive, de Mademoiselle Vadé et de Mademoiselle Dumesnil dans d’autres pièces ainsi qu'un article intéressant sur Louise Contat. Les acteurs commencent donc petit à petit à la fin du dix-huitième siècle à tenir quelque place dans la critique dramatique.

Les feuilletons

5Une nouvelle ère s'ouvre pour la critique dramatique lorsque les journaux, qui deviennent quotidiens au début du dix-neuvième siècle, réservent, d'habitude tous les lundis, une place assez étendue, au bas de leur numéro, et souvent en première page, à un article qui s'appelle le feuilleton. Les feuilletons traitent divers sujets, et notamment le théâtre. Le feuilleton a beaucoup de qualités : il paraît régulièrement et son auteur dispose d'un certain recul par rapport à la représentation. Les feuilletons ont duré très longtemps. Antoine, le fondateur du Théâtre Libre, qui était devenu critique dramatique après la Grande guerre, en a signé un dans L'Information jusqu'en 1932 et il n'est pas sûr qu'il ait été le dernier.

  • 2 Cf. Charles-Marc des Granges, Geoffroy et la critique dramatique sous le Consulat et l'Empire, Hac (...)

6Le créateur du genre est Geoffroy2 qui écrit sous le Premier Empire dans le Journal des Débats. Geoffroy analyse la représentation du 13 Germinal an 13, c'est-à-dire du 3 avril 1805 dans son feuilleton du 16 Germinal. Le feuilleton comprend environ cent dix lignes dont trente-sept concernent Les Femmes Savantes. Geoffroy note le succès de la représentation et s'en réjouit parce que, d'après lui, le théâtre était depuis longtemps désert, quand on jouait Les Femmes Savantes. Geoffroy, à la différence de Donneau de Vizé, s'intéresse du jeu des acteurs même s'il ne donne pas beaucoup de précisions sur eux. Il se félicite que des chefs d'emploi comme Louise Contat, Fleury, Dazincourt aient accepté de se charger des principaux rôles, abandonnés d'habitude d'après lui aux derniers sujets. Il discute surtout l’interprétation de Trissotin par Larochelle « Le masque de Larochelle, écrit-il, conviendrait mieux à un fripon qu'à un bel esprit précieux. Je persiste à croire que Dazincourt eût mieux fait ressortir le ridicule du personnage ». Il pense aussi que Molière a eu tort d'attaquer l'abbé Cotin : « il cesse, estime-t-il, d’être comique ».

7Sous le Second Empire, lors de la reprise du 10 décembre 1861, plusieurs comédiens abordent pour la première fois leurs rôles. Barre se charge de celui de Chrysale, Mademoiselle Guyon de celui de Philaminte, Mademoiselle Judith de celui d'Armande, Mademoiselle Jouassin de celui de Belise. Nous avons parcouru plusieurs journaux, mais nous n'avons trouvé qu'un feuilleton sur Les Femmes Savantes, celui d'Edouard Fournier dans La Patrie (17.12.61). Edouard Fournier se pose des questions sur la manière de jouer les personnages de Molière et se réfère à la tradition de la Comédie-Française. Il compare les interprètes actuels aux grands acteurs qui les ont précédés. Il analyse d'une manière fort intéressante, même si elle est discutable, les rôles de Philaminte et d'Armande. « Il y faut avant tout, écrit-il, un grand soin de la composition. Ce sont en effet des personnages, non de nature, mais d'art et d'étude pour ainsi dire. Leur ridicule n’est pas naturel, il est acquis ; il ne vient pas d'un défaut, mais au contraire d'un excès d'esprit, et c'est ce qu'il faut faire voir comme Molière l'a fait sentir ». La comédienne doit donc, selon Edouard Fournier, « se parer d'un pédantisme, se barder d'une raideur, se carrer dans une prétention qui, pour tout autre rôle, serait insupportable ». Edouard Fournier rappelle que le rôle de Philaminte a été fort bien joué auparavant par Mademoiselle Mante dont il brosse un portrait très précis « Quelle pédante magnifique c'était ! Quelles foudres d'arrogance lançait sa paupière qui daignait à peine s'entr'ouvrir et le rictus de sa lèvre épanouie de passion dédaigneuse ». Il reproche à Madame Guyon, l'actuelle interprète, de ne pas avoir suivi son exemple bien qu'elle l'ait vu jouer. « Est-ce ainsi, à la bonne franquette, presqu'à la paysanne qu'il faut jouer Philaminte ? » Il loue Mademoiselle Judith d'avoir bien rendu « les intermittences de sentiment et de franchise » d'Armande et de s'être inspirée de Mademoiselle Mante. « Mademoiselle Judith a, écrit-il, fort bien indiqué tout cela, depuis le premier acte où la pensionnaire cherche l'esprit dans la philosophie, jusqu'au quatrième où la jeune fille qui se réveille trop tard le trouve dans les abandons du cœur ». Edouard Fournier estime que Barré joue Chrysale « avec naturel et bonhomie ; il trouve qu'il ne lui manque plus que d'acquérir de l'ampleur comique et il lui conseille d'imiter Provost, acteur de la Comédie-Française plus ancien qui continue à jouer.

8La Comédie-Française donne le 29 janvier 1888 une brillante reprise des Femmes Savantes. Barre joue toujours Chrysale. Julia Bartet joue pour la première fois Armande et Mademoiselle Reichenberg pour la première fois également Henriette. Francisque Sarcey, un des grands critiques dramatiques du dix-neuvième siècle, écrit dans le Temps du 6 février un remarquable feuilleton. Francisque Sarcey connaît en effet parfaitement le théâtre et ses jugements sont toujours intéressants, même s'il fait parfois preuve, sans en être toujours dupe lui-même, d'une certaine étroitesse d’esprit, notamment devant le Théâtre-Libre. Francisque Sarcey procède comme Edouard Fournier et le surpasse. Il analyse avec une grande précision le jeu de tous les acteurs et il donne à son lecteur l’impression qu'il assiste au spectacle. Il compare lui aussi Barré à Provost qui était, écrit-il, « un grand bourgeois solennel de la Restauration » tandis que Barré, « avec sa bonne figure épanouie, sa voix conciliante et gaie, son ventre indulgent, la rondeur de ses manières est le bourgeois rêvé par Molière ». Sarcey félicite Julia Bartet de son interprétation, et là aussi il diffère d’Edouard Fournier. Il lui sait gré d’avoir rendu Armande sensible et intelligente. « Elle est, écrit-il, d'une élégance et d'une distinction merveilleuse. Ce n'est point la pie-grièche acariâtre dont on s'est plus parfois, sous prétexte de tradition, à exagérer les traits ; c'est une belle fille, en train de monter en graine, qui garde, tout en étant battue par cette petite délurée d'Henriette, la supériorité de ses manières aisées, de son esprit brillant, de ses grandes allures ». Francisque Sarcey n'apprécie qu’à moitié Mademoiselle Reichenberg dans le rôle d’Henriette ; il la juge « trop petite fille, trop ingénue, trop pensionnaire » ; elle joue d'après lui « tantôt Agnès, tantôt Ophélie, jamais Henriette ». Il loue beaucoup Mademoiselle Fayolle dans le rôle de Bélise bien qu'elle lui paraisse trop jeune. « Elle a, écrit-il, toutes sortes de petites mines pudibondes et effarouchées qui sont les plus comiques du monde. Il la félicite de ne pas jouer Bélise comme sa devancière, Mademoiselle Jouassin, et d'imiter Mademoiselle Crosnier qui avait pris selon lui les traditions aux meilleures sources. Il trouve beaucoup d'autorité à Frédéric Febvre dans le rôle de Clitandre et juge Mademoiselle Samy charmante en Martine. Il critique Coquelin qui n'est d'après lui « ni assez précieux ni assez tortillé » dans Trissotin. Il pense aussi que Féraudy n'est pas non plus « ce pédant au teint brouillé, au ton rogue que nous avaient montré Regnier et Coquelin aîné ».

Les quotidiens

9Nous allons maintenant passer aux comptes-rendus des quotidiens. La presse se développe beaucoup à la fin du dix-neuvième siècle grâce à la loi du 29 juillet 1881 qui lui accorde la liberté. De nombreux journaux s'intéressent à la vie théâtrale et ils publient presque tous les jours des articles sur les pièces qui sont jouées à Paris. Ces articles coexistent un certain temps avec les feuilletons et ils finissent par les remplacer. Les journaux, non contents d'analyser la pièce et le jeu des acteurs, multiplient les échos piquants et s'efforcent de faire revivre l'atmosphère des théâtres. Un journaliste se spécialise d'habitude dans cette tâche bien parisienne et prend souvent un pseudonyme ; c'est ainsi que Michel Zamacoïs et Auguste Germain signent leurs chroniques du Figaro et de L'Echo de Paris « Un Monsieur de l’orchestre » et « Le Capitaine Fracasse ». Un journal, Comoedia, qui paraît de 1907 à 1937, est exclusivement consacré au théâtre, à l'opéra et au cinéma.

10La Comédie-Française reprend Les Femmes Savantes dans une nouvelle mise en scène le 4 mai 1914. Julia Bartet est toujours chargée du rôle d'Armande qu'elle détient depuis vingt-six ans comme si l'âge n'avait pas de prise sur elle. Suzanne Devoyod et Siblot jouent pour la première fois Philaminte et Chrysale. Edmond Sée écrit sur ces Femmes Savantes un article de deux cent soixante-dix lignes dans le Gil Blas du 6.5.14. Il se réjouit, comme le journaliste du Mercure galant de 1763, que les pièces classiques ne soient pas éclipsées par les œuvres contemporaines « Tout le monde ne va donc pas au cinéma... Tout n'est donc pas perdu ! Et l'Art classique peut lutter encore contre les fades et misérables productions d'aujourd'hui ». Edmond Sée est le premier, parmi les critiques que nous avons consultés sur Les Femmes Savantes, à s'intéresser à la mise en scène. Elle est l’œuvre du nouvel administrateur général de la Comédie-Française, Albert Carré, qui subit certainement l'influence d'Antoine, fondateur du Théâtre-Libre et directeur de l'Odéon de 1906 à 1914. Edmond Sée est soulagé « de ne plus contempler l'immuable salon qui, de par son impersonnalité même, semblait voué aux cérémonies officielles ». « A la place de ce salon, écrit-il, une pièce familièrement meublée et de façon très vivante ». Edmond Sée analyse le jeu des acteurs à la manière de Francisque Sarcey, et il loue lui aussi beaucoup Julia Bartet : « On ne saurait, selon lui, montrer dans ce rôle plus de grâce, de délicatesse, de spirituelle et hautaine arrogance, de féminité tour à tour ardente et blessée ». Il félicite Suzanne Devoyod « Madame Devoyod elle aussi, écrit-il, a triomphé dans le rôle de Philaminte : costume, allure, voix, visage, c'était cela même. Et quel abattage ; quelle sûreté de jeu ! » Il trouve Siblot « admirable d'une large bonhomie, d'une douloureuse couardise, et d'une telle ampleur comique, naturelle et humaine, dans le bonhomme Chrysale ». Les indications d'Edmond Sée sont confirmées par la lecture d'autres articles de quotidiens, comme celui de Gabriel Boissy dans Comoedia, et par celle des feuilletons de Robert de Fiers dans Le Figaro, d'Henry Bidou dans Le Journal des Débats et d'Adolphe Brisson dans Le Temps où il avait succédé à Francisque Sarcey.

11Le compte-rendu de Robert Kemp dans Le Monde (17.1.56), à propos d'une reprise des Femmes Savantes dans une mise en scène de Jean Meyer le 15 janvier 1956, semble marquer une évolution de la critique. Robert Kemp ressemble encore aux critiques plus anciens et commence aussi à s'en distinguer. Son article comprend deux cents lignes et est donc encore presque aussi long que celui d'Edmond See. Le théâtre, concurrencé par le cinéma et par la télévision, n'occupe plus la même place dans les journaux qu’autour de 1900. Robert Kemp s'intéresse peu à la mise en scène. En revanche, il décrit bien les costumes qui, d'après lui, annoncent Nattier et Watteau. Il remarque que Chrysale a l'air ici, non d'un bourgeois, mais d'un grand seigneur. Il porte en effet une perruque à la Philinte et est habillé en Colbert. Robert Kemp s'efforce de donner une idée exacte du jeu des acteurs. Il note « l'extraordinaire virtuosité de Jean Debucourt qui arrive, d’après lui, à ne pas rendre trop dissonants l'habit de Chrysale et son discours sur la bonne soupe ». Il remarque la majesté de Lise Delamare dans le rôle de Philaminte et l'air douloureux d'Hélène Perdrière dans celui d'Armande. Robert Kemp a néanmoins le tort d'employer plusieurs fois un style exalté qui fait sourire et de se laisser à de regrettables familiarités de langage. Il écrit par exemple « Madame Lise Delamare est une Philaminte d'une incomparable majesté, Melpomène, Semiramis, Cléopâtre de Rodogune. Pleine d'esprit au reste et cachant bien ce qu'elle fait, Clytemnestre tenez ». Il déclare au sujet d'Hélène Perdrière « cette incendiée, cette refoulée qui ne parvient pas à cacher sa passion dévorante. Que c'était bien fait - la Salpêtrière et Trianon ! Ah ! ces yeux mi-clos, ces lèvres tragiques, ce corps secoué de spasmes ». Il la compare avec un insigne mauvais goût, à « un cure-dent sur le gril » et ajoute lourdement « Et Mademoiselle Perdrière, cette Armande qui a besoin de bromure ». Il critique la diction de Renée Faure qui joue Henriette en ces termes : « Elle seule récitait le texte, et me rappelait l'époque barbare de Baretta et de Bartet, de Leloir et de Le Bargy, de Blanche Pierson et de George Berr ». Robert Kemp a l'air d'ignorer, à moins qu'il ne veuille faire de l'esprit, que plusieurs des acteurs qu'il nomme ont eu beaucoup de talent, et que, même s'il était souhaitable que le style de jeu, évoluât, il est injuste de les renvoyer ainsi aux oubliettes. L'article de Jean-Jacques Gautier dans Le Figaro (16.1.56) ressemble à celui de Robert Kemp. Il passe lui aussi en revue les acteurs et se contente d'écrire plus simplement à propos d'Hélène Perdrière « Elle est crispée, tendue. Elle a la haine à la bouche. Elle sue la méchanceté ».

12La Comédie-Française reprend Les Femmes Savantes dans une mise en scène assez noire de Jean-Pierre Roussillon le 1er avril 1978. Jean-Pierre Roussillon, est très sensible à la tristesse que l'on peut trouver dans les comédies de Molière et traite Les Femmes Savantes comme un drame bourgeois. La pièce se déroule selon lui dans une maison où rien ne va plus. Le ton de la critique change à nouveau. L'article de Colette Godard dans Le Monde (5.4.78) et celui de Pierre Marcabru dans Le Figaro (5.4.78) se ressemblent. Ces articles contiennent respectivement cent vingt et quarante lignes. Ils sont donc nettement plus courts que celui de Robert Kemp. Tous deux s'intéressent à la pièce plus qu'ils n'analysent le jeu des acteurs. Le temps d'Edouard Fournier, de Francisque Sarcey et même de Robert Kemp et de Jean-Jacques Gautier semble révolu. Colette Godard défend les femmes savantes en ces termes « les Femmes savantes ne sont pas des pécores qui se couvrent de ridicule, en essayant, les malheureuses, de se placer à hauteur d'intelligence masculine ». Elle avance assez hardiment que « Molière s’est vengé sur ses personnages féminins de ses frustrations d’homme et de chef de famille. Elle ajoute, non sans raison, que « le chef de famille ressasse ses tirades poujadistes, tandis que la maisonnée, lasse de l'entendre, vaque à ses occupations ». Elle ne dit presque rien des acteurs. Pierre Marcabru, dont les articles sont parfois plus précis, montre dans quel esprit Jean-Paul Roussillon a monté Les Femmes Savantes et écrit ensuite : « Armande est au désespoir, Henriette sourit. La jalousie flambe... Qui pouvait faire mieux que Catherine Ferran et Dominique Constanza ? Ces grands bourgeois se surveillent dans leurs extravagances. Ils se tiennent et les comédiens les resserrent jusqu'à l’extrême densité. Françoise Seigner, Denise Gence, Louis Arbessier, François Chaumette, Jacques Sereys. Vous voulez voir ce qu'est une troupe dans le libre jeu de son talent ? Allez à la Comédie-Française ». Le conseil est fort bon, mais les lecteurs qui n'ont pas la chance d'aller à la Comédie-Française sont assez mal renseignés sur la représentation. Il est à noter que ni Colette Godard ni Pierre Marcabru ne se réfèrent aux acteurs du passé.

13Nous terminerons par la mise en scène récente et résolument féministe de Catherine Hiegel du 27 avril 1987. Michel Cournot en rend compte dans Le Monde du 29 avril. Son article, plus long que celui de Colette Godard, compte cent quatre vingt-dix lignes. Il emploie plusieurs fois comme Robert Kemp en 1956 un style faussement familier et désinvolte qui est fort agaçant. Il juge la pièce « à la fois vaseuse et déplaisante ». Il se demande pourquoi Molière a attaqué les femmes alors qu'au dix-septième siècle certaines d'entre elles étaient remarquables. Il estime que Clitandre fait « une sortie sexiste, moche et déplaisante ». Chrysale est d’après lui, « carrément poujadiste ». Il juge Philaminte injuste, méchante, brutale. Il écrit, sans en dire plus, que les décors sont « simples, beaux et expressifs sans excès ». Il donne sur les acteurs quelques indications qui gagneraient à être développées. Marie-Armelle Deguy est, d'après lui, « une Armande très consciencieuse, réfléchie, attachante ».

14« Catherine Ferran évite les tares de Philaminte ; elle plane, c'est curieux ». Catherine Samie fait selon lui mourir de rire la salle dans le rôle de Belise. C'est, « une adorable idiote, d'une fantaisie si pure qu'elle devient en effet séduisante ». Pierre Marcabru écrit dans Le Figaro (29.4.87) un article de cent vingt lignes. Ses appréciations sur les acteurs sont d'un inégal intérêt. La plus intéressante concerne Catherine Samie et rejoint celle de Michel Cournot. Catherine Samie invente en effet, selon lui, une Bélise « charmeuse et aérienne, d'une folie douce absolument exquise ». Nous apprenons, sans savoir pourquoi, que Catherine Ferran et Marie-Armelle Deguy sont « absolument inexistantes ». Les hommes, Jean-Yves Dubois (Clitandre), Roland Benin (Chrysale) trépignent, paraît-il, comme des gamins ou poussent des cris sauvages ». Le lecteur reste sur sa faim, même s'il en apprend un peu plus sur les acteurs que lors de la représentation de 1978 et il ne peut s'empêcher de penser que les critiques manquent maintenant de mémoire visuelle.

Conclusion

15La critique dramatique a donc beaucoup évolué au cours des âges. Les critiques du dix-septième et du dix-huitième siècles sont assez courtes, à quelques rares exceptions près. Les articles s'allongent beaucoup ensuite et tendent maintenant à raccourcir. Le temps des feuilletons de quatre ou cinq cent lignes semble révolu. La critique met longtemps à rendre compte de la totalité du spectacle. Les indications précises sur le jeu des acteurs n'apparaissent qu'à la fin du dix-huitième siècle et qu'au dix-neuvième siècle ; celles qui concernent la mise en scène sont encore postérieures. Les meilleures critiques sont celles du dix-neuvième siècle et du début du vingtième. Leurs auteurs connaissent parfaitement le théâtre classique et ils sont capables de comparer différentes interprétations. Les critiques actuels ont sans doute davantage le goût de la nouveauté. Ils ont malheureusement le regard assez flou. Il serait souhaitable que, sans chercher systématiquement à les imiter, ils relussent les feuilletonistes du dix-neuvième siècle afin de donner à leurs lecteurs un peu plus de plaisir théâtral.

Notes

1 Cf. Maurice Descotes, Histoire de la critique dramatique en France, Gunter Narr Verlag, Tubingen, Editions Jean-Michel Place, Paris 1980.

2 Cf. Charles-Marc des Granges, Geoffroy et la critique dramatique sous le Consulat et l'Empire, Hachette 1897.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site