Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects de la critique

 | 
Ian Pickup
, 
Philippe Baron

La "théorie littéraire" et les études françaises

Kate Ince

Texte intégral

1Le thème de ma communication est, pour répéter le titre que j'ai fait annoncer avant ce colloque, la "théorie littéraire" et les études françaises. A mon avis, je suis bien placée pour aborder ce sujet. Il y a cinq ans j'ai été nommée au poste que je tiens actuellement, dans le département d'études françaises à l'université de Birmingham, pour coordonner l'introduction de la "théorie littéraire" à l’enseignement du département. Dans ma communication, je vais donc tirer des exemples du programme du département que nous représentons ici à Besançon. Mais d'abord, je vais essayer d’expliquer un peu le sens de l'appellation "la théorie littéraire", qui ne vous est peut-être pas familière, et d'ébaucher, rapidement, ses liens avec la "critique littéraire" dans le sens habituel du terme. Je passerai ensuite à quelques-uns des problèmes auxquels les enseignants de la théorie littéraire se sont trouvés confrontés depuis son apparition, il y a une vingtaine d'années. En conclusion, je chercherai à décrire comment la théorie littéraire s'est institutionnalisée en Grande-Bretagne, depuis les années soixante. Quelle est l'ampleur de son influence à présent, au début de 1996 ?

2La première chose à noter, quand on parle de "la" théorie littéraire, est que l'objet que cette expression désigne n'est pas un objet singulier. En fait, ce que l'appellation décrit est un rassemblement très hétérogène d’approches à la littérature. A titre d’exemple, citons l'introduction à la théorie littéraire écrite par Terry Eagleton, professeur d'une chaire la littérature anglaise à l'université d'Oxford, critique marxiste et partisan acharné de la théorie littéraire. Son livre contient des chapitres sur, entre autres choses, l'herméneutique, le structuralisme, le poststructuralisme et la psychanalyse. Il y a de nombreuses écoles littéraires ou critiques, qu'on pourrait ajouter à cette liste. C'est la diversité, plutôt que l'homogénéité, qui caractérise la théorie littéraire.

  • 1 Terry Eagleton, Literary Theory : An Introduction (Oxford : Blackwell, 1983).

3L'impression créée par cet aperçu du contenu de la théorie littéraire est une impression de pluralisme. Néanmoins, si l’on considère le fait que l’appellation que les critiques anglo-américains ont jugé bon d'inventer est au singulier, on s'aperçoit qu'ils avaient peut-être tout lieu de le faire. Ce que les approches diverses que je viens d'énumérer ont en commun au niveau du contenu est moins important que la communauté qui leur est accordée par ce à quoi elles s'opposent, à savoir, une idéologie de l'étude littéraire qui se croit "non-théorique" qui ne voit pas le caractère inévitable de la théorie. Pour emprunter une citation à Terry Eagleton, qu'il donne dans la préface de son livre Literary Theory, l'économiste J.-M. Keynes a fait remarquer que les économistes qui n'aimaient pas la théorie, ou qui prétendaient pouvoir très bien s'en passer, étaient en réalité simplement en proie à une théorie plus vieille (Eagleton 1986, vii)1.

4Il faut donc s'interroger sur la nature de l'étude littéraire à laquelle la théorie littéraire succède. Les deux courants principaux qu’on peut identifier comme ayant dominé la critique littéraire anglo-américaine jusqu'aux années soixante sont, premièrement, "liberal humanism", l’humanisme libéral, et deuxièmement, le positivisme. (Ces deux termes ne constituent pas deux courants rigoureusement séparables, mais font plutôt partie de la même idéologie non-ou anti-théorique). Le positivisme porte le même sens dans l'étude littéraire que dans les autres domaines d'étude ou il s'applique ; c'est-à-dire, il fait référence à une approche du texte qui est plutôt externe qu'interne, qui met toujours l'accent sur la vie de l'auteur et le moment historique de la production du texte. Le positivisme a tendance à traiter le texte littéraire comme n'importe quel autre document historique. Il n’aborde pas la question de la spécificité littéraire du texte, c'est-à-dire, il ne cherche pas à savoir ce qui rend le texte littéraire "littéraire". L'"humanisme libéral" fait référence à une approche de la littérature qui privilégie toujours l'expérience éprouvée du texte sur l'analyse qu'on pourrait en faire. Autrement dit, il met l'accent sur la réaction émotionnelle du lecteur. Le chef spirituel de ce mouvement, qui par la voie de la revue Scrutiny dominait la critique de la littérature anglaise entre les deux guerres, était le nommé F.-R. Leavis.

5Face à l'influence énorme exercée par l'école de Leavis, dont le nom, avec celui de I.-A. Richards, est associé aussi au phénomène de "la critique pratique" (practical criticism), le rassemblement d'approches à la littérature que constitue la théorie littéraire a représenté une véritable révolution. Non pas une révolution d'un jour, ou même d'une année, mais une révolution dont on ressent toujours les conséquences et les effets. Dire que la théorie littéraire a supplanté la critique littéraire "traditionnelle" de façon immédiate serait beaucoup trop simpliste. Dans la plupart des départements d'université britanniques qui enseignent la littérature, les approches théoriques et les approches traditionnelles coexistent. Cette coexistence n'est pas toujours pacifique. Il faut toutefois reconnaître que "coexistence" est le terme le plus approprié pour décrire la situation actuelle.

6A partir de la liste de mouvements critiques que j’ai faite plus haut, vous vous serez peut-être dit qu’il semble bien étrange de considérer la théorie littéraire comme un phénomène anglais, ou anglo-américain. La plupart des penseurs et des écrivains dont le travail est maintenant classé sous la rubrique de la théorie littéraire sont d’origine étrangère. Alors que le structuralisme, comme vous le savez, a vu le jour en France pendant les années soixante, d’autres mouvements critiques s’appuient principalement sur des aspects divers de la philosophie allemande. A la base de la constitution de la théorie littéraire, il y a un processus de traduction.

7Mais parmi les nombreux pays dont les écrivains ont contribué à développer l’énorme corpus d'idées très hétérogènes qu’on appelle la théorie littéraire, c'est la France qui domine. Dans le poststructuralisme, par exemple, les personnages les plus connus sont indubitablement Jacques Derrida, Jacques Lacan, et Michel Foucault. Les écrits de ces trois hommes ont eu un impact énorme non seulement sur la critique littéraire, mais sur toutes les sciences humaines. C’est devant une telle domination par les penseurs français que les adversaires de la théorie littéraire ont parfois mal à ne pas ajouter l'adjectif "French" à la description hostile de son contenu ou de ses méthodes qu'ils viennent de faire.

8Vu la domination française du champ d’études que j'ébauche ici, je ne pourrai pas vous reprocher de penser que l'introduction de la théorie littéraire au programme d'un département d’études françaises ne présenterait pas autant de problèmes que son introduction à, disons, un département de littérature anglaise. En réalité, il n'en est rien. La raison principale pour cette difficulté, peut-être inattendue, réside dans le rapport entre les disciplines, et dans la nature et la structuration des études à l'intérieur d'un département.

9Comme je viens de suggérer, il n'existe pas de rapport direct entre les idées avancées par les penseurs français au sujet de la littérature, et la méthodologie littéraire employée par les enseignants de la littérature française travaillant en dehors de la France. Je m'imagine qu'il en va de même pour la littérature espagnole ou allemande. En tant qu’enseignant d'une littérature étrangère, on a tendance à être influencé davantage par l'idéologie de l'étude littéraire qui domine dans son propre pays que par celle qui prévaut dans le pays qui constitue l'objet des études. Les changements d'attitude et d'approche s’ensuivent au fur et à mesure que l’idéologie et la méthodologie littéraires changent dans son propre pays. C'est comme cela de toute façon que s'est déroulée la "révolution" de la théorie littéraire que j’ai décrite tout à l'heure. C’est une révolution provoquée avant tout par les critiques de la littérature anglaise, et touchant les départements ou cette littérature est enseignée avant les autres. Le processus de traduction auquel j'ai fait allusion tout à l'heure est donc un processus double. Les idées et les méthodes critiques françaises ne sont transmises à un département de français qu’après avoir été assimilées par la critique littéraire "anglaise".

10Evidemment, on peut soutenir qu'il n'est pas possible de faire une distinction si précise entre les méthodes critiques "anglaises" et "françaises". Il y a pourtant un autre facteur qui renforce les problèmes rencontrés par ceux qui essaient d'introduire de nouvelles méthodes à un département de français. Il s'agit de la pression exercée sur les enseignants du français pour qu'ils fournissent un programme de plus en plus divers. Il y a quelques années, le programme d'un département de français comme le nôtre à Birmingham était consacré à l'étude de la langue et de la littérature françaises. Le type de programme offert par le département se reflétait même dans son nom, "Department of French Language and Literature". Mais depuis quelques années le département ne s'appelle plus ainsi ; il s'appelle "Department of French Studies". Ce changement de nom indique un élargissement considérable du programme, qui comprend maintenant beaucoup plus de modules (d'unités de valeur) consacrés à l'étude de la France contemporaine, et de la politique et la société françaises du dix-neuvième et du vingtième siècle. La conséquence la plus importante de cet élargissement d’une partie du programme a été la réduction d'une autre partie qu'il a nécessitée, à savoir, la partie littéraire. Un étudiant à Birmingham lit toujours bien plus de littérature que dans beaucoup d’universités britanniques. Mais il (ou elle) étudie incontestablement moins de littérature qu’il y a une dizaine d'années. La grande majorité de nos étudiants s'enthousiasme toujours pour la littérature. Mais nous nous trouvons aussi dans l'obligation de pourvoir aux besoins de ceux qui ne partagent pas cet enthousiasme.

11Le parallèle qu'on peut établir entre l'enseignement de la littérature dans un département d'anglais et dans un département de français est donc très limité. Les enseignants d'université de la littérature anglaise ont le bonheur de pouvoir organiser des programmes consacrés presque exclusivement à la littérature. C'est au département d'études culturelles (s'il y en a un) de s'occuper de l'enseignement de la civilisation et de la société contemporaine.

12Je viens de brosser un tableau de quelques-uns des facteurs qui entravent l'introduction de la théorie littéraire aux départements qui enseignent les langues vivantes. Un facteur dont je n'ai pas fait mention, et qui vous sera peut-être venu à l'esprit, n'est pas spécifique de la discipline des études françaises. Il s’agit du fameux empirisme anglais, l'incapacité supposée innée des Anglais à raisonner de façon abstraite. Personnellement, je ne suis pas convaincue par les proportions légendaires que cette idée a prises au cours des siècles. Mais le fait qu'elle prévaut toujours dans l'esprit d'un bon nombre d’écrivains et de critiques, et qu'elle se reflète aussi dans la domination de la critique littéraire par la "critique pratique" jusqu'aux années soixante et au-delà, reste un aspect intéressant des questions que je traite ici.

13Pour contredire royalement mon affirmation que les Anglais s'intéressent de plus en plus à la théorie, revenons maintenant aux détails pratiques de l'enseignement de ce domaine d’études. Comment la théorie littéraire peut-elle, devrait-elle, être enseignée ? Il y a deux manières d'organiser les unités de valeur dont il s'agit. Soit on enseigne la théorie "pure", c'est-à-dire, on lit et on discute des textes écrits par les théoristes eux-mêmes ; soit on met en pratique la théorie en établissant un lien entre une approche théorique particulière et un texte littéraire spécifique. J’ai employé la première de ces deux méthodes dans une option spécialisée pour les étudiants au niveau de la licence que j’ai enseignée entre 1991 et 1994. Cette option a été très réussie ; sa nouveauté se manifestait dans le fait que mes étudiants ne cessaient de me dire que les approches à la littérature qu'ils apprenaient ne ressemblaient aucunement à celles qu'ils avaient cru apprendre au premier cycle. Le nombre d'étudiants qui ont opté pour ces cours était plus petit que pour quelques-unes des options littéraires au programme de la quatrième année, mais la coexistence des options littéraires permettait aux étudiants de mettre en pratique les théories diverses qu'ils apprenaient avec moi.

14A mon avis l'enseignement de la théorie "pure" est une pratique bénéfique et qui n'exige pas de justifications extraordinaires. Mais étant donné le programme très chargé imposé au cours des dernières années par une discipline qui s'élargit et qui se diversifie, l'introduction de la théorie littéraire dans les modules littéraires actuels est sans aucun doute préférable à la création de nouveaux modules qui ne sont souvent disponibles qu'à une minorité des étudiants. Cette année, pour les raisons que je n'expliquerai pas ici, l'occasion s'est présentée de modifier le programme de première année à Birmingham, de sorte qu’une série existante de cours magistraux sur la théorie littéraire devienne le tronc commun du programme littéraire de première année. Jusqu'à 1994, ces cours magistraux ne constituaient qu’un complément au programme ; il n'y avait ni travaux dirigés pour les soutenir, ni contrôle des connaissances à la fin du trimestre ou à la fin de l’année. A partir d'octobre 1995, chaque cours magistral a le soutien d'un séminaire hebdomadaire, et le contrôle de cette unité de valeur est assuré par la voie du contrôle continu.

15En quoi consiste cette introduction à la théorie littéraire ? Il y a quatre textes au programme, un roman, une pièce de théâtre, un livre de poèmes, et un film. Le contenu du programme n'est donc déterminé ni par l'auteur du texte, ni par la période historique où le texte a été écrit (ou réalisé). Le roman est L'Immoraliste d'André Gide, la pièce de théâtre Phèdre de Racine, la poésie Les Fleurs du mal de Baudelaire, et le film Jules et Jim, de Truffaut. Deux cours magistraux (et deux séminaires) préliminaires sont suivis de deux cours sur chacun des textes au programme, qui ont pour but de présenter une série d'approches critiques, y compris les principes fondamentaux de la psychanalyse, du féminisme et du structuralisme. Une des lectures de L'Immoraliste sert à indiquer les écueils de la critique biographique, et la théorie ludique de Roger Caillois éclaire le rôle prépondérant des jeux dans Jules et Jim.

16Puisque cette U.V. fonctionne pour la première fois cette année, et que nous avons encore à lire ce que nos étudiants ont écrit à partir d'elle, il est un peu tôt pour tirer des conclusions. Mais dans l'ensemble, la réaction étudiante a été très positive. Si le niveau de ce qu'ils écrivent se révèle correspondre à l'esprit qui a prédominé dans les séminaires, on pourra déclarer que cette modification du programme est un succès. Une telle conclusion fournirait une preuve que l’enseignement de la théorie littéraire au niveau du premier et du deuxième cycle n’est pas une perte de temps, comme certains nous feraient croire. L'introduction de la théorie dans le tronc commun de la première année aura aussi pour conséquence une modification des attentes de nos étudiants. L'attitude critique et analytique envers les textes littéraires (et filmiques) qu'ils auront apprise dans le tronc commun leur sera utile dans les années à venir.

17Je n’ai pas pu faire une étude des programmes d'un grand nombre de départements de français britanniques qui replacerait ce que j'ai dit dans son contexte. Il est possible que l'introduction de la théorie littéraire comme élément obligatoire du programme de premier cycle soit particulière à Birmingham. S'il s'avérait qu'on se trouve dans cette situation singulière, on pourrait en être fier à juste titre. La modernisation des programmes que nous enseignons dans nos institutions est une partie indispensable de la responsabilité que nous assumons en acceptant un poste d'enseignant d'université. Pour les enseignants de la littérature, cette responsabilité crée de nombreuses tâches qui sont spécifiques de leur discipline. Mais parmi ces tâches l'introduction de la théorie littéraire a représenté peut-être le plus grand défi des dernières décennies du vingtième siècle. Avoir relevé ce défi atteste que l'esprit de la modernisation est bien en vie dans le département d'études françaises à l'université de Birmingham.

Notes

1 Terry Eagleton, Literary Theory : An Introduction (Oxford : Blackwell, 1983).

Auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site