Version classiqueVersion mobile

Les encyclopédismes en France à l'ère des révolutions (1789-1850)

 | 
Vincent Bourdeau
, 
Jean-Luc Chappey
, 
Julien Vincent

Troisième partie. Pratiques et publics

11

L’écriture encyclopédique en pratique : Achille Requin, la physiologie et l’hygiène dans l’Encyclopédie nouvelle

Pierre Philippe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La masse entière de la population européenne se trouve engagée dans la plus terrible guerre qui ait jamais existé. Les savants qui cultivent la science de l’homme, qui sont les physiologistes, sont les seuls qui soient en état d’analyser les causes de cette guerre et de découvrir les moyens de la faire cesser, en mettant en évidence la manière dont les intérêts de tous peuvent se concilier. Claude-Henri Saint-Simon,« Lettre à M. le docteur Bougon »1.

Les physiologistes peuvent mettre un terme à la guerre ! C’est du moins ce que déclare Saint-Simon en 1813 dans son Mémoire sur la science de l’homme. Il y dote la physiologie, en tant que science de l’étude de l’organisme et de son fonctionnement, d’une capacité à identifier, soulever et régler les problèmes qui agitent la société de son temps2. Nodale, la physiologie, dans le système de Saint-Simon, porte le projet politique qu’il construit sous la Restauration. Influencé par les savants de son temps, notamment par Bichat3, Saint-Simon...

Auteur

Pierre Philippe est professeur agrégé d’histoire en poste au lycée Georges Braques à Argenteuil et vacataire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (méthodologie agrégation d’histoire). Après un travail en histoire des sciences sur les médecins saint-simoniens et la traduction de leur dogme dans un discours physiologique (voir Physiologies saint-simonniennes, mémoire de master 2 sous la direction de Bruno Belhoste et Julien Vincent, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), ses recherches portent désormais sur la médecine coloniale et la médecine militaire dans l’espace français à la fin du xviiie et au début du xixe siècles.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search