Version classiqueVersion mobile

Les encyclopédismes en France à l'ère des révolutions (1789-1850)

 | 
Vincent Bourdeau
, 
Jean-Luc Chappey
, 
Julien Vincent

Introduction

Vincent Bourdeau, Jean-Luch Chappey et Julien Vincent

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au printemps 1848, l’émigré russe Ivan Golovine propose au Collège de France de fonder une nouvelle chaire consacrée à l’« encyclopédie politique »1. Située à Paris, tête de la civilisation, elle permettra selon cet émigré russe, qui ambitionne alors de se présenter à la députation française2, de créer la république universelle que les peuples européens espèrent voir advenir3. En mars 1848, il va jusqu’à envisager d’articuler ce projet d’encyclopédie politique à un congrès européen permanent qui, siégeant au centre de l’Europe, mettrait en œuvre, par-delà les frontières nationales, les principes d’un socialisme pensé à Paris4. Cet exemple résume bien la complexité des enjeux de l’encyclopédisme pendant la première moitié du xixe siècle. Après la Révolution française, l’idée d’encyclopédie prend une extension considérable. Jusqu’au Printemps des peuples de 1848, dont l’échec clôt la période couverte ici même, elle est indissociable de l’idée de république universelle, et se trouve au...

Auteurs

Vincent Bourdeau est enseignant-chercheur en philosophie à l’université de Franche-Comté (Besançon), membre du laboratoire EA 2274 Logiques de l’agir (dirigé par Arnaud Macé) et responsable du pôle 3 « Normes, pratiques et savoirs » au sein de la MSHE Claude-Nicolas Ledoux (USR 3124). Il travaille sur les rapports entre discours politiques et sciences sociales au xixe siècle en France, en particulier sur les socialismes et républicanismes de cette période. Il a codirigé Quand les socialistes inventaient l’avenir, 1825-1860 (Paris, La Découverte, 2015). Il est responsable (avec Edward Castleton) de la série « Archives de l’imaginaire social » publiée dans la collection des Cahiers de la MSHE (Presses universitaires de Franche-Comté).

Jean-Luc Chappey est professeur d’histoire des sciences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066). Ses recherches portent sur l’histoire politique, sociale et culturelle des sciences et des savoirs entre les xviiie et xixe siècles, avec une attention privilégiée portée à la période de la Révolution française.

Julien Vincent est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066 CNRS/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure Ulm). Ses recherches portent sur l’histoire des sciences morales et politiques et sur l’histoire environnementale ; son projet actuel porte sur l’économie politique de la terre au xixe siècle.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search