Version classiqueVersion mobile

L’inspiration scripturaire dans le théâtre et la poésie de Paul Claudel

 | 
Jacques Houriez

La Bible du siècle nouveau et les « regards en arrière »

Texte intégral

1Alors qu'il achève, dans les derniers mois du siècle qui s'éteint, la deuxième version de La Jeune Fille Violaine, Claudel croit dire adieu à la création littéraire. En 1900, il tente à Ligugé la retraite annoncée par Cœuvre dans La Ville. Sans doute pense-t-il y trouver la seconde naissance loin de la société des hommes et de l'écriture poétique. Voulait-il découvrir la Grâce ailleurs qu'en Lâla, la promesse qui ne peut être tenue, ou fuyait-il Ysé déjà entr'aperçue ? En tout cas, bien qu'il ait prétendu vouloir sacrifier l'art à la foi, il a agi comme s'il attendait de la vie religieuse un renouvellement de son inspiration. Il paraît las du lyrisme. Connaissance de l'Est, à l'époque d'un drame aussi personnel que Le Repos, montrait déjà la volonté de ne s'adresser qu'à l'objet extérieur pour l'obliger à révéler son sens. Il cherche désormais une nouvelle forme d'expression. C’est ainsi que, loin de se condamner au silence, il commence, dès son bref séjour à Solesmes, sa première ode, « Les Muses ». À Ligugé, il compose Développement de l'Église.

2La Muse claudélienne, pourtant, ne paraît pas apprécier la clôture monacale. L'ode promet un langage nouveau, mais reste inachevée. Développement de l'Église témoigne bien d'une recherche de renouvellement mais reste tributaire de l'inspiration d'autrefois. La parole neuve ne peut naître d'un dialogue avec Dieu qui ne se noue pas. Elle ne jaillira que de la présence de l'auteur au monde. Dieu n'interroge pas et répond seulement : « non ». Claudel a besoin, désormais, de trouver dans les êtres et les choses la question qu'il doit leur poser et la réponse. Il lui faut, non pas la solitude, mais le regard d'une femme, non la clôture, mais la passion et le drame.

3La rencontre avec Rosalie Vetch, la muse Erato de la première ode, en le liant au monde, lui donne tout cela. De là naît une immense interrogation. Si tout ce qui est, est symbole, que signifie le symbole ? Si tout ce qui arrive est parabole, que dit la parabole ? Claudel pourra alors demander à la Bible et à la liturgie d'énoncer cette parole qu'il sent vouloir sourdre en lui, comme au temps de Tête d'Or, mais différente. La présence-absence du Dieu de Ligugé laissait ses lèvres hésitantes. Les voilà déliées !

  • 1 « "C'est seulement depuis un an, écrivait l'auteur à Élisabeth Sainte-Marie Perrin le 12 mai 1926, (...)

4Est-ce à dire qu'il va lire dans le grand univers comme dans un livre saint écrit par Dieu ? Il le croit, le dit parfois. Mais le face-à-face avec la Rose n'aura pas été seulement libérateur. La purgation réalisée par la composition de Partage de midi n'aura pas été complète et, durant vingt années, trop d'arrière-pensées1 hanteront une conscience trop troublée pour qu'elle se situe clairement par rapport à ce qui l'entoure.

5Peu à peu, cependant, l'apaisement pénétrera cette âme tendue. Très vite, dès la quatrième ode, l'égocentrisme masculin des premiers drames est remis en question. Les rapports avec le monde sont plus sereins. Les relations entre les hommes restent dures, mais deviennent plus équitables et véridiques. Et, si, dans la Trilogie, la lumière des Écritures n'apporte pas de solution durable aux difficultés qu'elles révèlent, du moins les solutions à venir sont-elles ébauchées. Les deux Testaments fourniront alors, sinon la vérité révélée d'une prophétie des Temps modernes, du moins un modèle et un langage pour une tentative d'interprétation globale – où la pensée religieuse a donc sa part – de notre époque.

6Puis, lorsque le temps lui aura apporté quelque sérénité, lorsque les cordes de sa lyre seront moins tendues et que les moments les plus cruels de sa vie appartiendront au passé, Claudel pourra alors jeter sur son drame, sur ses drames plutôt, un regard en arrière. Ils n'auront jamais été oubliés. Mais la quête du Moi spirituel, le dialogue difficile entre Animus et Anima, la solitude du génie au milieu des hommes hostiles, l'amour fatal et interdit seront de nouveau au centre de son œuvre.

7L'auteur ne reviendra pas, cependant, au lyrisme des premiers poèmes et du premier théâtre. L'interrogation sur le devenir personnel s'inscrira dans le monde total et indéfiniment nouveau des Cinq Grandes Odes, et dans l'histoire parabole de la Trilogie. La Bible ne sera plus invitée, alors, à éclairer, comme avant la rencontre d'Ysé, l'itinéraire d'une conversion qui se cherche. Son rôle ne sera pas essentiellement non plus d'introduire à la lecture du grand livre de l'univers, comme dans la période qui l'a suivie. Mais elle éclairera sur les aspects absurdes et la cruauté inutile de son existence, un esprit qui reconnaît enfin sa révolte parce qu'elle s'est un peu apaisée. Elle guidera un regard moins assuré qu'il ne veut le paraître et qui suit le tracé de sa vie. Elle lui en dira le sens. Et son œuvre deviendra, à son tour, un phare, une lumière qui aideront l'homme moderne à se situer au sein de la création et à découvrir que le destin le plus absurde a la signification que Dieu lui donne quand il le réécrit.

  • 2 Lettre de P. C. à A. Gide, du 29.07.1923, citée in L'Esthétique dramatique..., op. cit., p. 398. C (...)

8Il semble donc possible de distinguer deux grands moments dans cette nouvelle création claudélienne, l'un dominé par les Odes et la Trilogie, l'autre par Le Soulier de satin. Les intentions et le langage en diffèrent profondément. Mais il semble aussi qu'il faille résister à la tentation d'enfermer ces ensembles à l'intérieur de structures qui seraient trop rigides du seul fait qu'elles seraient arrêtées, qu'elles nieraient l'éternelle mouvance d'un esprit toujours à la recherche de sa vérité. Toute œuvre de Claudel, même la plus impersonnelle d'apparence, naît de la réponse à une question imposée par son drame. Elle est constamment en rapport avec « la passion d'un homme qui ne cesse de changer et de fournir à l'impitoyable interrogation d'en haut toutes les réponses et tous les subterfuges dont est capable le mélange broyé d'une chair et d'une âme »2.

9C'est ainsi que, si l'on envisage l'œuvre entière, bien que la récurrence des symboles et des schémas dramatiques soit indéniable, ils ne peuvent être envisagés du même regard ni placés sur le même plan. Les blessures de Tête d'Or, de Turelure et de Rodrigue ne sont pas tout à fait les mêmes. La femme n'a de part directe, notamment, que dans la dernière. Et elles sont assumées très différemment. Ce n’est plus vraiment le même drame, et l'homme qui le vit a beaucoup changé. Il faut tenir compte de son évolution. Chaque œuvre a sa structure et son langage qui correspondent à un moment du dialogue de Claudel avec Dieu et avec lui-même. Aucune n'est intégrée dans une structure statique, mais se place dans un ensemble mouvant, sur un chemin semblable à celui où progresse la Sagesse lorsqu'elle est partie évangéliser un monde, ou un homme.

10Aussi ne paraît-il pas suffisant de distinguer les deux principales étapes de l'œuvre, il faut encore suivre pas à pas les lentes métamorphoses qui aboutissent aux bouleversements et aux brusques changements d'orientations. C’est pourquoi, bien que l'inspiration de l'œuvre soit nouvelle, la lecture critique suivra une démarche semblable à la précédente. Elle cherchera à saisir les transformations et les progrès, l'évolution de l'auteur, et son cheminement dans la voie où l'on a engagé sa quête spirituelle.

Notes

1 « "C'est seulement depuis un an, écrivait l'auteur à Élisabeth Sainte-Marie Perrin le 12 mai 1926, que je puis célébrer ma libération définitive de toutes les arrière-pensées, conséquences et arrière-conséquences, retrouver mes yeux et ma conscience d'enfant ! Le Soulier de satin, si je le relisais, me semblerait plein de folies, mais enfin il fallait qu'il fût écrit pour ma purgation définitive" (APC). » Cité in L'Esthétique dramatique de Paul Claudel de Michel Lioure, p. 396.

2 Lettre de P. C. à A. Gide, du 29.07.1923, citée in L'Esthétique dramatique..., op. cit., p. 398. Claudel parle ici de Dostoïevski.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search