Version classiqueVersion mobile

Libertaire ! Essais sur l’écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865)

 | 
Thomas Bouchet
, 
Patrick Samzun

Ont contribué à l’ouvrage

Texte intégral

1Jean-Christophe Angaut est maître de conférences de philosophie à l’ENS de Lyon. Ses recherches portent sur la philosophie allemande et la philosophie du xixe siècle – en particulier le jeune hégélianisme. Spécialiste de la pensée de Michel Bakounine, il travaille plus généralement sur les rapports entre anarchisme et philosophie. Traducteur, il a publié la première traduction complète de Sociologie du parti de Robert Michels (Paris, Gallimard, 2015), en relation avec une recherche plus générale sur les rapports entre les débuts de la sociologie allemande et les pensées radicales au tournant des xixe et xxe siècles. Il a notamment publié :

  • 2012, avec Colson Daniel et Pucciarelli Mimmo, Philosophie de l’anarchie, Lyon, Atelier de création libertaire ;
  • 2009, La liberté des peuples. Bakounine et les révolutions de 1848, Lyon, Atelier de création libertaire ;
  • 2007, Bakounine jeune hégélien, Lyon, ENS Éditions.

*

2Thomas Bouchet est professeur associé d’histoire de la pensée politique à l’université de Lausanne, membre du Centre Walras Pareto. Son travail porte sur les pensées et les pratiques politico-sociales dans l’Europe des années 1789-1850, et plus précisément sur les « premiers socialistes ». Il a publié récemment :

  • 2018, De colère et d’ennui. Paris, chronique de 1832, Paris, Anamosa ;
  • 2016 (présentation et commentaires), Déjacque Joseph, À bas les chefs ! Écrits libertaires, 1847-1863, Paris, La Fabrique ;
  • 2015, avec Bourdeau Vincent, Castleton Edward, Frobert Ludovic et Jarrige François (dir.), Quand les socialistes inventaient l’avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860, Paris, La Découverte.

*

3Nathalie Brémand est conservatrice des bibliothèques à l’université de Poitiers et responsable scientifique de la bibliothèque virtuelle sur les premiers socialismes de cette même université. Elle est chercheuse associée au Centre d’histoire du xixe siècle (Paris 1 – Sorbonne Université) et membre de l’Association d’études fouriéristes et de la Société de 1848. Elle a publié récemment :

  • 2018, « Socialisme et pédagogie (1830-1914) », in Candar Gilles, Dreux Guy et Laval Christian (dir.), Socialisme et éducation au xixe siècle, Lormont, Éditions Le Bord de l’eau, p. 55-77 ;
  • 2017 « Les premiers socialistes et les femmes abandonneuses (1830-1850) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n° 19, p. 47-66.

4Ses recherches portent actuellement sur les socialistes et la lecture ainsi que sur le fouriérisme et la déviance.

*

5Anne-Sophie Chambost, professeure d’histoire du droit (université Jean Monnet – Saint-Étienne, Cercrid UMR 5137), étudie la pensée juridique (selon une approche matérielle et culturelle) et l’histoire de la pensée politique (rapports du droit public et de la pensée politique, à l’aune de la pensée socialiste). Elle a publié :

  • 2018, « Socialist Visions of Direct Democracy. The Mid-Century Crisis of Popular Sovereignty and the Constitutional Legacy of the Jacobins », in Moggach Douglas, Stedman Jones Gareth (dir.), The 1848 Revolutions and European Political Thought, Cambridge, Cambridge University Press ;
  • 2017, « “Nous ferons de notre pire…” Anarchie, illégalisme… et lois scélérates », Droit et cultures, vol. 74, n° 2, p. 65-87 ;
  • 2015, « “Ce n’est pas du droit !” L’utilité des idées politiques en droit », Revue d’histoire des facultés de droit, n° 35, p. 497-538.

*

6Michel Cordillot est professeur émérite d’histoire américaine à l’université Paris 8. Il est l’auteur de La Sociale et Amérique. Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis, 1848-1922 (Paris, Éditions de l’Atelier, 2002). Il coordonne actuellement la préparation d’un ouvrage collectif sur la Commune de Paris dans le cadre du Maitron.

*

7Tatiana Fauconnet est doctorante en science politique à l’École normale supérieure de Lyon. Sa thèse porte sur les représentants ouvriers pendant la Deuxième République française et plus particulièrement sur l’affirmation et la reconnaissance de cette identité minoritaire dans le champ politique. Elle anime également sur la plateforme Hypothèses, le carnet de recherche en ligne « 1848, une histoire métallique », dédié à l’iconographie politique des médailles et jetons de la Deuxième République française.

*

8Ludovic Frobert est directeur de recherche au CNRS (ENS-Lyon). Il a récemment publié :

  • 2017, avec Ferraton Cyrille (dir.), Introduction à Albert Hirschman, Paris, La Découverte ;
  • 2017, avec Barbier Jonathan (dir.), Une imagination républicaine : François-Vincent Raspail (1794-1878), Besançon, PUFC ;
  • 2016, avec Coste Clément et Lauricella Marie (dir.), Des républiques de Constantin Pecqueur 1801-1888, Besançon, PUFC.

*

9Alexandre Frondizi est postdoctorant FNS à l’université de Neuchâtel où il collabore à un projet de recherche sur les républicanismes en Amérique et en Europe méridionales au tournant des xviiie et xixe siècles. Il prépare un livre sur l’émergence du Grand Paris populaire entre 1789 et 1860 et l’édition critique du journal tenu pendant les journées de Juin 1848 par un ouvrier inculpé d’insurrection. Parmi ses dernières publications :

  • 2018, « Lendemains de barricades. Crise politique et voisinage dans le Grand Paris populaire de l’été 1848 », in Besse Laurent, Cogné Albane, Krampl Ulrike et Sauget Stéphanie (dir.), Voisiner. Mutations urbaines et construction de la cité du Moyen Âge à nous jours, Tours, Presses universitaires François Rabelais, p. 263-278.

*

10Carmelina Imbroscio a été professeure de littérature française à l’université de Bologne. Elle a exploré divers aspects du xviiie siècle : roman libertin, maladie des nerfs dans les textes médicaux et le théâtre, écriture des moralistes. Elle a étudié la littérature fantastique du xixe siècle et a consacré plusieurs articles à la production vernienne. Elle a beaucoup publié sur la littérature utopique/dystopique. Ses recherches récentes portent sur la postmémoire de la Shoah. Elle est membre de la direction/rédaction de la revue Francofonia. Elle a notamment publié :

  • 2008, avec Papasogli Benedetta et Piqué Barbara, I moralisti classici, Rome, Laterza ;
  • 2002, Le malattie dell’anima tra scienza e pregiudizio, Bologne, CLUEB ;
  • 2000, « Utopia and Myth », in Fortunati Vita et Trousson Raymond (dir.), Dictionary of Literary Utopias, Paris, H. Champion, p. 415-421 ;
  • 1995, L’Utopie à la dérive, Pise, Editrice Libreria Goliardica.

*

11François Jarrige est maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne et membre de l’Institut universitaire de France. Il s’intéresse à l’histoire sociale, intellectuelle et environnementale de l’industrialisation et des changements techniques. Il a récemment publié :

  • 2017, avec Le Roux Thomas, La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris, Le Seuil ;
  • 2016 (dir.), Dompter Prométhée. Technologies et socialismes à l’âge romantique, Besançon, PUFC ;
  • 2015, avec Fureix Emmanuel, La modernité désenchantée. Relire l’histoire du xixe siècle français, Paris, La Découverte ;
  • 2014, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte.

*

12Valentin Pelosse a été chargé de recherches en sociologie au CNRS. Il a notamment publié :

  • 2014, avec Abensour Miguel, Libérer l’enfermé. Auguste Blanqui, Paris, Sens & tonka ;
  • 1972, « Joseph Déjacque et l’invention du néologisme “libertaire” (1857) », Économies et Sociétés (Cahiers de l’institut de science économique appliquée), vol. 6, n° 12, p. 2313-2349 ;
  • 1970 (introduction et notes), Déjacque Joseph, À bas les chefs !, Paris, Champ libre.

13Il a fait partie à partir de 2009 de l’équipe de coordination du site http://joseph.dejacque.free.fr/​.

*

14Loïc Rignol est historien et enseignant en lycée professionnel. Chercheur associé au laboratoire Logiques de l’Agir de l’université de Franche-Comté, ses travaux portent d’abord sur les premiers théoriciens socialistes. Sa thèse de doctorat est publiée en 2014 sous le titre Les hiéroglyphes de la Nature. Le socialisme scientifique dans le premier xixe siècle (Dijon, Les Presses du réel). Il se consacre depuis cette année à un nouveau programme de recherches en explorant les rapports entre la nature de l’Histoire et l’histoire de la Nature chez Jules Michelet.

*

15Patrick Samzun enseigne la philosophie au lycée Marcel Sembat de Vénissieux. Ses travaux portent sur Diderot, Fourier, Déjacque, la pensée et l’écriture libertaires. Il a publié :

  • 2018, Sexe, Cosmos et Utopie, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes ;
  • 2018 (introduction et commentaires), Déjacque Joseph, Les Lazaréennes – fables et chansons – poésies sociales, Lyon, Atelier de création libertaire ,
  • 2016, « Between Wrath and Harmony: A Biolyrical Journey Through L’Humanisphère, Joseph Déjacque’s “Anarchic Utopia” (1857) », Utopian Studies, vol. 27, n° 1, p. 93-114.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search