Version classiqueVersion mobile

Libertaire ! Essais sur l’écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865)

 | 
Thomas Bouchet
, 
Patrick Samzun

Quatrième partie. Le monde futur : transitions

14

Réparation, publicité du crime et société de verre : les idées de Déjacque sur la justice et la police

Nathalie Brémand

Texte intégral

1La condamnation de l’organisation de la justice occupe une place de choix au sein de la critique radicale que les auteurs socialistes de la première moitié du xixe siècle font de la société de l’époque. Pourtant si leur rejet du monde judiciaire est virulent, rares sont ceux, à part Proudhon, qui se prononcent en détail sur leurs conceptions de la justice. La problématique de la déviance et de son traitement dans les projets sociaux qu’ils défendent, tout spécialement, est le plus souvent rarement développée. C’est le cas en particulier des auteurs qui ont donné la forme d’un récit utopique à leur programme, comme Fourier dans ses différents écrits, le néobabouviste Théodore Dézamy dans son Code de la communauté, ou Étienne Cabet avec son Voyage en Icarie. Qu’en est-il de Joseph Déjacque ? Envisage-t-il la question du crime dans L’Humanisphère, texte dans lequel il décrit le type de système social qu’il propose ? S’exprime-t-il sur la question de la justice ?

2Comme ses prédécesseurs, Déjacque blâme la justice et le système pénal de son temps avec une grande âpreté, et comme la plupart d’entre eux, il esquive, dans la description de son « utopie anarchique » L’Humanisphère, la question de la déviance et de son traitement en société. En revanche Déjacque aborde le sujet dans ses écrits sur La Législation directe universelle, publiés une première fois en 1854 dans La Question révolutionnaire, puis repris, développés et parfois modifiés en 1859 dans Le Libertaire. Ce programme est destiné à préparer les individus à vivre en société anarchiste et à apprendre au peuple à exercer sa souveraineté, durant la période transitoire qui suivra la révolution. Déjacque y livre quelques réflexions et des propositions sur une organisation de la justice cohérente avec sa pensée et ses idées.

I. Critique de la justice et du système pénal dans la société de l’époque

  • 1 Déjacque Joseph, 1859 (12 mai), « Les Souteneurs de la famille aux États-Unis », Le Libertaire n° 1 (...)
  • 2 Théodore Dézamy parlait ainsi d’un « cortège de magistrats, d'officiers du parquet, de juges de pai (...)
  • 3 Déjacque Joseph, 2016, « La Question révolutionnaire », in id. [présentation et notes par Thomas Bo (...)
  • 4 Déjacque Joseph, 1858 (31 août), « L’Humanisphère : utopie anarchique », Le Libertaire, n° 5, p. 4.
  • 5 Déjacque Joseph, 1859 (12 mai), « Les Souteneurs de la famille aux États-Unis », Le Libertaire, n°  (...)
  • 6 Déjacque Joseph, 1858 (2 août), « Le Scandale », Le Libertaire, n° 4, p. 1.
  • 7 Déjacque Joseph, 1858 (25 octobre), « La Révolution reniée par les révolutionnaires », Le Libertair (...)

3La condamnation de la justice par Déjacque est à l’image de celle plus générale qu’il porte à l’encontre de la société tout entière : véhémente. C’est pour lui un des instruments majeurs du pouvoir étatique pour s’imposer et limiter la liberté des individus. La lutte contre l’institution judiciaire est à, ses yeux, indissociable du combat plus général à livrer contre le régime politique en place. Il éprouve un rejet viscéral de la façon dont la justice est rendue et qu’il a pu observer aussi bien en France qu’aux États-Unis. Faisant la chronique du procès à Washington en 1859 d’un mari accusé d’avoir assassiné l’amant de sa femme, il s’exclame « Sale procès, dégoûtants personnages ! À commencer par les coupables, meurtrier, victime ou complice, jusqu’aux avocats des deux parties, de la partie carrée, et aux juges ou jurés dans ladite cause »1. Comme de nombreux autres auteurs socialistes2, il déplore la « lèpre du fonctionnarisme »3 et il exècre la multitude de fonctionnaires qui personnalise à ses yeux l’organisation du système judiciaire. Il rejette en bloc les juges, législateurs, avocats, huissiers et notaires qui sont là pour appliquer des lois et faire régner l’ordre. Ces fonctionnaires de justice sont à ses yeux des « grignoteurs et dévorateurs de budgets », des « manipulateurs des plateaux de justice »4. Déjacque ne reconnaît pas leur légitimité. Il n’accepte pas non plus « l’autorité du jury, l’autorité des lois, l’autorité de la force brute »5. Pour lui la justice « n’a d’autre criterium que la force »6 et il abhorre « le droit légal, la hiérarchie, la discipline »7.

  • 8 Sur cette question, voir Chambost Anne-Sophie, 2004, Proudhon et la norme : pensée juridique d’un a (...)

4Il rejoint Proudhon dans son refus de reconnaître à la société le droit de punir8. Celui-ci, en effet, a vivement dénoncé le droit que s’arroge une société de juger et de sanctionner les hommes. Seul, à ses yeux, l’individu est en mesure de se sentir coupable et de réclamer un châtiment pour soi. Abordée dans son ouvrage Idée générale de la révolution au xixe siècle, en 1851, Proudhon revint sur cette question dans De la justice dans la Révolution et dans l’Église, en 1858, avec une longue étude sur la sanction morale, dans laquelle il rejette toute forme d’autorité supérieure ou de morale extérieure à l’individu, sur laquelle s’appuient selon lui les systèmes de justification des peines passés et présents. Comme Proudhon, Déjacque considère que c’est l’individu seul qui a le droit de juger.

  • 9 Déjacque Joseph, 1858 (2 août), « Martyrologe », Le Libertaire, n° 4, p. 3.
  • 10 Déjacque Joseph, 1860 (31 janvier), « Esclavagie », Le Libertaire, n° 21, p. 2.
  • 11 Déjacque Joseph, 1859 (24 décembre), « Prologue d’une révolution. Les suppliciés », Le Libertaire, (...)

5Déjacque porte également un regard très critique sur les peines appliquées. Dans Le Libertaire, de nombreuses chroniques dénoncent la dureté des conditions de détention dans les prisons, d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique. Lui-même a connu l’enfermement dans des prisons parisiennes puis les conditions de vie sur les pontons en 1848-1849. Il évoque la cruauté de la captivité, de l’oisiveté, de la faim. Il blâme aussi l’inégalité de traitement entre les prisonniers pauvres et les riches, par exemple à la prison du Mont-Saint-Michel9. Il s’indigne du cas de ce vieillard de Caroline du Nord mis au cachot pour avoir manifesté une opinion contre l’esclavage10. La peine de mort est obscène à ses yeux. Il relate la pendaison de John Brown comme un « raffinement de cruauté » à l’encontre de « l’insurrecteur martyr »11.

  • 12 Cité dans Debuyst Christian, Digneffe Françoise, Labadie Jean-Michel et Pires Alvaro P., 2008, Hist (...)

6Comme les autres socialistes, Déjacque appuie sa critique sur l’idée que les crimes et délits sont les produits de la mauvaise organisation sociale. Dès la fin du xviiie siècle, le précurseur de l’anarchisme William Godwin, dans Enquiry Concerning Political Justice12, développe la question de la responsabilité de la société dans les comportements criminels de ses membres en les faisant vivre dans des conditions inacceptables ; tous les courants de pensée socialiste sont unanimement d’accord là-dessus. Selon eux, la société ne prend pas ses responsabilités et ne cherche pas à faire disparaître les maux mais elle vise seulement à sanctionner ; c’est elle qui est condamnable et non les personnes qui se retrouvent poursuivies. Mais alors que les autres auteurs se contentent de faire preuve de compréhension et de mansuétude à l’égard des délinquants et de dénoncer la manière dont ils sont traités, Déjacque va bien plus loin en prenant leur défense. Partant du principe que le crime est inhérent à la société de son époque, il affirme que l’individu a le droit de se faire justice lui-même lorsqu’il est opprimé. Dans une critique de la Lettre au jury de Félix Pyat, il écrit ainsi :

Oui, sans doute, le tyrannicide est de droit.

Le prolétaire a le droit de tuer son patron, oui, tous les moyens sont bons et légitimes pour se débarrasser de l’exploiteur, ce tyran vulgaire. Oui, la femme a le droit de tuer le mari qui lui impose des baisers, – la prostitution. Oui, l’enfant a le droit de tuer son maître d’école, cet ignorantin qui lui impose la férule et la retenue – la soumission.

  • 13 Déjacque Joseph, « La Révolution reniée par les révolutionnaires », art. cit., p. 2.

[ou encore] Oui, le tyrannicide à tous les degrés, l’autoricide sous toutes les formes est pour tout déshérité de liberté un acte de légitime, ou mieux, de naturelle défense. Chacun, individuellement, a le droit de se faire justice13.

  • 14 Déjacque Joseph, 1859 (26 novembre), « Le Talion », Le Libertaire, n° 19, p. 1-2.

7Cette idée selon laquelle l’individu criminel est en état de légitime défense semble liée à sa conception insurrectionnelle du changement social, et sa défense des criminels ressemble à des appels à la rébellion. Pour lui, faire la révolution équivaut à se faire justice, et la loi du talion est la loi « qui advient lorsque le peuple se rebelle ». Cela est fortement explicité dans l’article qu’il écrit sur cette question en 1859. Dans ce texte, il défend l’idée d’une justice naturelle fondée sur la vengeance, puisque selon lui la nature « rend invariablement le bien pour le bien et le mal pour le mal », et il lance de multiples appels à l’insurrection, au renversement social qu’il assimile à « l’heure du talion »14.

II. L’humanisphère et l’impensable déviance

  • 15 Déjacque Joseph, 1859 (7 avril), « L’Humanisphère : utopie anarchique », Le Libertaire, n° 12, p. 3

8Si la société de l’époque est considérée par Déjacque comme responsable des crimes commis par les individus et si l’organisation de la justice est blâmable, quelles réponses apporte le communisme libertaire à cette problématique ? C’est dans L’Humanisphère, dans lequel Déjacque décrit son « utopie anarchique » qu’on peut, en particulier, chercher la réponse. Dans ce texte, il fait à peine allusion à ces questions. Pour lui, « l’autorité de l’anarchie, l’absence de toute dictature du nombre ou de la force, remplace l’arbitraire de l’autorité, le despotisme du glaive et de la loi »15. Les conditions de vie au sein de L’Humanisphère font que les comportements déviants ne peuvent y exister. Les circonstances agissent directement sur les individus et annihilent ce type d’attitude. L’harmonie qui règne entraîne la disparition des délits et des crimes et donc l’inutilité de l’organisation d’une quelconque institution judiciaire et pénale.

  • 16 Déjacque Joseph, 1859 (12 mai), « L’Humanisphère : utopie anarchique », Le Libertaire, n° 13, p. 4.

Comme il n’y a là ni esclaves ni maîtres, ni chefs ni subordonnés, ni propriétaires ni déshérités, ni légalité, ni pénalité, ni frontières ni barrières, ni codes civils ni codes religieux, explique-t-il, il n’y a non plus ni autorités civiles, militaires et religieuses, ni avocats ni huissiers, ni avoués ni notaires, ni juges ni policiers, ni bourgeois ni seigneurs, ni prêtres ni soldats, ni trônes ni autels, ni casernes ni églises, ni prisons, ni forteresses, ni bûchers ni échafauds ; ou, s’il y en a encore, c’est conservé dans l’esprit-de-vin, momifié en grandeur naturelle ou reproduit en miniature, le tout rangé et numéroté dans quelque arrière-salle de musée comme des objets de curiosité et d’antiquité16.

  • 17 « Impuissance des lois pénales » [signé Th. C.], L’Égalitaire : journal de l’organisation sociale, (...)
  • 18 Greppo, 1848, Catéchisme social ou Exposé succinct de la doctrine de la solidarité par le citoyen G (...)
  • 19 Gatti de Gamond Zoé, 1840, Réalisation d’une commune sociétaire d’après la théorie de Charles Fouri (...)

9Dans une société fondée sur les principes d’égalité et de liberté où toute forme de domination a disparu, aucun arbitrage, gouvernemental ou autre, n’est nécessaire. Déjacque fait preuve ici d’une conception optimiste de l’homme commune à bien d’autres auteurs socialistes, qui considèrent que la satisfaction des besoins des individus et leurs conditions de vie épanouissantes entraînent forcément un climat d’entente sociale conduisant ses membres à ne plus avoir recours à une quelconque forme d’autorité judiciaire. Dans les années 1840, par exemple, les communistes néobabouvistes de L’Égalitaire écrivaient que « le crime est inconnu » dans « la société de l’avenir » car les lois « font aimer par devoir et par intérêt un état social qui réalise le bonheur commun »17. Le représentant du peuple Greppo expliquait aussi en 1848 que « l’éducation et la garantie du bien-être remplaceront nos lois pénales, nos prisons et nos geôliers »18 dans le monde futur. Pour les fouriéristes, c’est l’exercice même du libre arbitre qui garantit à l’individu un fonctionnement pacifique de la société : « La phalange assurément n’aura ni prisons, ni geôliers, ni bourreaux. Elle ne châtie point, elle ne contraint pas, puisque chacun de ses membres, accepte librement les conditions de l’association »19, écrit Zoé Gatti de Gamond.

  • 20 Déjacque Joseph, 1859 (7 avril), « L’Humanisphère », art. cit., p. 3.

10Déjacque fait toutefois, à certains endroits de L’Humanisphère, allusion à ce qui pourrait être considéré comme des éventuels comportements déviants dans son « utopie anarchique ». La paresse, tout d’abord, est pour lui, « quelque chose d’immonde et de contre nature que l’on ne peut rencontrer que dans les vieilles et modernes Sodome. La paresse, c’est une débauche du bras, un engourdissement de l’esprit. La paresse, ce n’est pas une jouissance, c’est une gangrène et une paralysie »20. Autre cas, celui de l’homme ou de la femme qui n’est pas capable d’utiliser toutes ses capacités et d’exercer plusieurs métiers à la fois, et qui est à ses yeux une personne dénaturée.

  • 21 Déjacque Joseph, 1859 (12 mai), « L’Humanisphère », art. cit., p. 4.

Celui qui est seulement homme de plume ou homme de lime est un castrat […], ce n’est pas un homme naturel, c’est une monstruosité qui ne provoquerait que l’éloignement et le dégoût parmi les hommes perfectibilisés de l’Humanisphère21.

11Enfin la mère qui refuse d’allaiter est également pour lui une criminelle. « La femme qui fait avorter sa mamelle commet une tentative d’infanticide que la nature réprouve à l’égal de celle qui fait avorter l’organe de la génération », écrit-il.

  • 22 Déjacque Joseph, 1859 (5 février), « L’Humanisphère. Utopie anarchique », Le Libertaire, n° 10, p.  (...)

Le châtiment suit de près la faute. La nature est inexorable. Bientôt le sein de cette femme s’étiole, dépérit et témoigne, par une hâtive décrépitude, contre cet attentat commis sur ses fonctions organiques, attentat de lèse-maternité22.

  • 23 Sur cette question, voir par exemple Guignard Laurence, 2012, « Le corps criminel au xixe siècle : (...)
  • 24 Manfredonia Gaetano, « Déviance et punition en société anarchiste », art. cit., p. 64.

12Ici, Déjacque fait dans une certaine mesure écho aux idées de l’époque qui abordent le crime comme une pathologie mentale et le criminel comme un malade23. En fustigeant certains types de conduites et en élaborant des comportements normatifs, il fait preuve aussi d’un moralisme paradoxal – eu égard à son attachement à l’idée de liberté de l’individu. Mais, comme on l’a vu, il n’envisage pas que ces comportements puissent se manifester durablement au sein de L’Humanisphère étant donné que pour lui, la persistance de ce type de criminalité ne peut revêtir que la forme d’un élément résiduel de la société passée, de la « civilisation » comme la nomme Fourier. On retrouvera aussi par la suite cette vision des choses chez les anarchistes24 pour qui la possibilité objective d’envisager toute forme de déviance effective dans une société anarchiste est inenvisageable ou alors seulement en tant que manifestation d’une maladie de l’individu qu’il faut soigner et non pas réprimer.

III. Justice et police dans la période transitoire

  • 25 Sur cette question, voir le texte d’Anne-Sophie Chambost dans ce recueil.
  • 26 Rittighausen Carl, 1851, La Législation directe par le peuple ou la Véritable Démocratie par M. Rit (...)
  • 27 Duveau Georges, 1948, La pensée ouvrière sur l’éducation pendant la Seconde République et le Second (...)
  • 28 Bouchet Thomas, « Le premier des libertaires », in Déjacque Joseph [présentation et notes par Thoma (...)
  • 29 Déjacque Joseph, 1859 (27 juillet), « La Législation directe et universelle », partie i, Le Liberta (...)

13Puisqu’elle n’a pas vraiment lieu d’être, la question de la justice est à peine abordée dans L’Humanisphère. Il faut chercher ailleurs dans l’œuvre de Déjacque des éléments sur ce qui pourrait revêtir à ses yeux les caractères d’une justice acceptable comme alternative à celle de son époque. C’est dans ses écrits sur la législation directe universelle25 qu’on les trouve. Ce concept, qui aborde la question de la dissolution progressive de l’État et de son remplacement par le contrôle des affaires publiques par les citoyens, est forgé en 1848 par un membre du parlement de Francfort, Carl Rittinghausen. En pénétrant en France en 1850, ses idées remportent un certain succès, car un certain nombre de membres des milieux démocrates et socialistes y voient une alternative possible à la fois au mode de changement révolutionnaire qui vient de montrer son inefficacité et au pouvoir fort qu’ils voient alors s’installer sous leurs yeux. La Librairie phalanstérienne publie le texte de Rittinghausen en 185126, Victor Considerant, Ledru-Rollin ou encore des auteurs ouvriers s’y intéressent de près ; quant à Louis Blanc et à Proudhon, chacun pour des raisons différentes, ils le rejettent27. Même s’il est sceptique sur son efficacité28, ce programme « tel qu’il l’a compris » est le moyen que choisit Déjacque pour former les individus habitués à vivre dans la société actuelle et les préparer au changement social de l’avenir. « Le radicalisme anarchique n’est pas possible du jour au lendemain pour une génération comme la nôtre » écrit-il. C’est pourquoi il faut « un procédé transitoire, par une organisation qui ne soit pas encore l’avenir mais qui ne soit pas déjà le passé ». Ce moyen transitoire, c’est le fait de mettre à la disposition du peuple la pratique d’une certaine forme de démocratie directe afin que « par l’emploi démocratique de la liberté légale, il finisse par s’habituer et s’initier de lui-même à l’idée comme à la pratique de la liberté anarchique »29.

  • 30 Cabet Étienne, 1979 [1840], Voyage en Icarie : roman philosophique et social, Paris-Genève, Slatkin (...)
  • 31 Dézamy Théodore, Code de la communauté, op. cit., p. 283.

14Déjacque n’est pas le seul à réfléchir à un stade transitoire entre l’ancien et le nouveau monde permettant aux femmes et aux hommes de se préparer progressivement à faire fonctionner la future organisation sociale. Dans la deuxième partie de son récit Voyage en Icarie, Étienne Cabet annonce que la communauté sera réalisée grâce à un régime transitoire d’une durée de cinquante ans, pendant laquelle la propriété individuelle sera maintenue, pour façonner « une première génération pour la communauté »30. Théodore Dézamy, de son côté, écrit que « le Communisme prendra tout le temps qui lui sera nécessaire pour opérer cette immense et admirable transformation »31, en particulier grâce à l’organisation d’armées industrielles. Pour Fourier, le processus de changement social se présente comme une évolution passant par différents stades, en particulier celui du « garantisme », pendant lesquelles les idées sur le nouveau système social s’imposeront progressivement par la contagion des succès des différentes expérimentations. Pour ces auteurs, la période transitoire vise à préparer la transformation sociale de manière graduelle et pacifique, en faisant l’économie d’une révolution. Déjacque voit au contraire cette phase comme faisant suite à un moment insurrectionnel et comme un processus qui doit permettre d’« achever l’œuvre de démolition de l’idée autoritaire ». Il écrit dans La Question révolutionnaire en 1854 :

  • 32 Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs !, op. cit., p. 69.

Je crois donc qu’à la prochaine prise d’armes de la démocratie sociale, la législation directe pourra être et sera décrétée par le peuple de Paris sur ses barricades et acclamée ensuite par le peuple des départements32.

  • 33 Mis à part la tradition insurrectionnelle communiste autoritaire incarnée notamment par Auguste Bla (...)

15Comme Ernest Cœurderoy à la même époque, Déjacque, en prônant la violence révolutionnaire, est en rupture totale avec la plupart des socialistes des décennies précédentes33.

  • 34 Déjacque Joseph, 1859 (26 octobre), « La Législation directe et universelle », partie iv, Le Libert (...)
  • 35 Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs !, op. cit., p. 71 et 7 (...)
  • 36 Déjacque Joseph, 1859 (30 septembre), « La Législation directe et universelle », partie iii, Le Lib (...)
  • 37 Déjacque Joseph, 1859 (18 août), « La Législation directe et universelle », partie ii, Le Libertair (...)
  • 38 Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs !, op. cit., p. 71.

16Déjacque présente la législation directe universelle sous forme d’articles commentés. Il en écrit une première version en 1854 dans La Question révolutionnaire, puis une version révisée dans le numéro du Libertaire du 30 septembre 1859, enfin il y ajoute des développements dans le numéro suivant du 26 octobre. L’article 10 s’intitule « De la justice », l’article 11 « De la police et de l’armée ». Quelles dispositions Déjacque prend-il ? Il instaure tout d’abord l’affranchissement de la justice de la tutelle de l’État, en en faisant disparaître les représentants et les symboles. « Je ne parle ni du geôlier, ni du bourreau, ni de la détention préventive et répressive, ni de la prison, ni de l’échafaud, écrit-il. Ces monstruosités gouvernementales ont fait leur temps34 ». La justice devient libre, facultative. Elle est gratuite et ne présente aucune obligation ni contrainte. Dans sa version de 1854, l’auteur indique qu’elle est rendue par un jury tiré au sort, et qu’une « magistrature égalitaire est nommée par le peuple de chaque commune 35 ». Mais il change d’avis et précise en 1859 que les arbitres sont choisis « de moitié par le plaignant et le prévenu 36 ». L’arbitre reçoit le prix d’une journée de salaire. Celui qui est déclaré coupable est libre de se soumettre au jugement qui le condamne. Nulle coercition légale ne peut être invoquée. Déjacque ne s’étend pas sur les règles ou les seuils de tolérance qui pourraient être retenus. « C’est au peuple à discerner le bien du mal 37 », écrit-il. Il est souverain, c’est « le seul législateur légitime38 ». Déjacque ne peut donc connaître quelles lois il votera, quelles normes il décidera de fixer.

  • 39 Déjacque Joseph, 1859 (26 octobre), « La Législation directe et universelle », partie iv, art. cit. (...)
  • 40 Sur cette question, voir Shantz Jeffrey, Williams Dana M., 2013, « Proudhon’s Criminology », in id.(...)
  • 41 Proudhon Pierre-Joseph, 1935 [1858], De la justice dans la Révolution et dans l’Église, t. 4, Paris (...)

17Il envisage toutefois deux types de peines. La première est la réparation. Dès 1854 il précise : « Je ne veux, précise-t-il, pour toute pénalité que la réparation morale ou matérielle, ou matérielle et morale, selon les cas […] »39. La réparation comme sanction est un concept absent des programmes socialistes « utopiques » qui ont précédé l’œuvre de Déjacque. En revanche la référence à la justice réparatrice est centrale dans les ouvrages de Proudhon qui traitent de la justice40 et on peut imaginer sans peine que Déjacque a emprunté cette notion au penseur bisontin. Celui-ci en effet, après avoir introduit l’idée de réparation dans Idée générale de la révolution au xixe siècle en 1851, développe très longuement cette notion dans De la justice en 1858. Si la société n’a pas le droit de punir, elle a selon Proudhon le droit « d’exiger la réparation des crimes et délits »41.

  • 42 Ibid., p. 373.

De même donc que le préjudice matériel causé par un délinquant doit être réparé, l’objet enlevé restitué, de même réparation doit être par lui faite, non en sévices subis, mais en actes de vertu et de dévouement, du mal qu’il a causé à la conscience commune42.

18Contrairement à Proudhon, Déjacque ne développe pas la notion de réparation mais celle-ci est pourtant importante à ses yeux dans la mesure où il reprend en 1859 mot pour mot ce qu’il en a dit dans sa première version dans La Question révolutionnaire.

  • 43 Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs !, op. cit., p. 76.
  • 44 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iii, art. cit., p. 3.
  • 45 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iv, art. cit., p. 3.
  • 46 Fourier Charles, 1851-1852, Œuvres complètes, t. x, Manuscrits publiés par La Phalange, revue de sc (...)

19En revanche sa réflexion a mûri quant au second type de peine qu’il veut mettre en avant. Dans un premier temps, il pense à l’exclusion de l’individu. Il écrit en effet en 1854 : « et s’il n’y a pas lieu à réparation, [il ne veut pour toute pénalité que] le bannissement »43. Mais il semble que son opinion se modère au fil du temps car cinq ans plus tard, il ne parle plus de bannissement, mais d’une version différente de mise à l’écart de l’individu déviant. Dans Le Libertaire, en 1859, il explique ainsi que « la publicité du verdict et de l’acte qui a motivé le verdict n’est pas interdite, au contraire : la constatation des fautes et des crimes est, sinon le seul, du moins le plus grand châtiment que puissent encourir ceux qui ont failli envers leur prochain »44. Il précise également qu’en dehors de la réparation, il ne souhaite « pour toute mesure préventive et répressive que la publicité, la constatation de la faute ou du crime rivée aux pas du fauteur ou du criminel »45. Or, la publicité, le blâme ou la flétrissure sont des mesures que la plupart des auteurs socialistes retiennent aussi lorsqu’ils envisagent le traitement des comportements déviants qui pourraient se manifester dans la société future. Il s’agit de désigner à l’opprobre public l’indiscipliné, de stigmatiser l’individu qui a commis un délit, de le livrer aux regards des autres et à leur réprobation. C’est aussi le type de punition que de nombreux réformateurs sociaux proposent quand il est question d’envisager des sanctions éducatives : ils ont trouvé de cette façon le moyen de remplacer les châtiments corporels des enfants, qu’ils dénoncent avec force. En aucun cas, pour Fourier, par exemple, la peine ne pourrait être de « faire châtier ni faire détenir les enfants ». « On n’aura recours qu’aux flétrissures »46, souligne-t-il.

20Pour que la publicité, la constatation de la faute ou du crime soit la seule sanction possible pendant la période transitoire, il faut que tous les agissements des hommes et des femmes soient visibles par les autres. C’est pourquoi Déjacque appuie son système sur un principe de transparence absolue de la société.

  • 47 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iv, art. cit., p. 3.

Il faut qu’il ne puisse plus y avoir de péché caché. Il faut que tout péché pardonné ne puisse plus être qu’un péché réparé. La vie privée ne doit pas être murée, comme l’on dit ou comme le répètent ceux qui ont des infamies privées à cacher ; elle doit être de verre, afin que tous puissent y lire publiquement et briser sur le front du vice le masque de la vertu47.

  • 48 Émile de Girardin évoque l’inscription universelle dans La Politique universelle, décrets de l’aven (...)
  • 49 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iv, art. cit., p. 3.

21Cette fois c’est à Émile de Girardin que Déjacque emprunte sa réflexion sur la notion d’« inscription universelle »48, dont il présente une très longue citation dans le numéro 18 du Libertaire. Les espoirs qu’il place dans l’application de ce principe ne sont pas anodins, ils sont au contraire immenses. Non seulement selon lui, elle va dans le sens du progrès mais la version « revue et corrigée » de ce principe « est un des moyens de publicité qui peut servir avantageusement la cause du progrès et démolir, en se substituant à eux, les prisons et les bagnes, le Code pénal et l’échafaud »49.

  • 50 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iii, art. cit., p. 3.
  • 51 Ibid.
  • 52 Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs !, op. cit., p. 76.
  • 53 « Nulle part la police n’est aussi nombreuse ; car tous nos fonctionnaires publics, et même tous no (...)
  • 54 Cabet Étienne, 1856, Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, Paris, chez l’auteur, p. 67.
  • 55 Godin Jean-Baptiste André, 1979 [1871], Solutions sociales, Paris, La Digitale, p. 399.

22La mise en œuvre des principes de l’« inscription universelle » et l’impossibilité des individus d’échapper au regard des autres permettent d’abolir la police, comme tous les « corps spéciaux ayant une organisation permanente qui soit un danger pour la liberté publique »50. C’est le peuple lui-même qui assure les fonctions de contrôle social en exerçant une forme de surveillance réciproque des individus. « Tout le peuple faisant sa police, pas de police en dehors du peuple »51, écrit Déjacque. Dès 1854, il explique que l’exercice de cette surveillance est à la fois une obligation morale pour l’individu, mais aussi une tâche comme une autre, destinée à assurer le bon fonctionnement la société : « C’est un droit et un devoir comme celui de faire la loi, une dette personnelle et physique que chacun est tenu d’acquitter à son tour par voie de tirage au sort, comme pour le jury »52. Celui qui exerce cette surveillance est, comme un membre de jury, rémunéré. Ce thème de surveillance réciproque est présent également dans différents écrits utopiques, comme dans Voyage en Icarie53. Elle a d’ailleurs été instaurée dans les communautés icariennes aux États-Unis. La constitution de la colonie de Nauvoo, par exemple, précise ainsi que « c’est un devoir pour chaque citoyen de faire connaître, dans l’intérêt de la Communauté, les délits commis contre elle »54 et cette règle est mise en application, non sans provoquer de grandes difficultés au groupe. C’est également ce principe qui est institué au familistère de Guise à l’époque de Godin. La configuration des bâtiments, en particulier des grandes cours centrales des pavillons, joue un rôle important dans la régulation des comportements des habitants en leur permettant d’exercer un contrôle permanent des uns par les autres. « Le fait principal de l’ordre et de la bonne conduite au Familistère, c’est que la vie de chacun y est à découvert »55, écrit Godin.

  • 56 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iv, art. cit., p. 4.

23Toutefois si Déjacque défend l’idée de remplacer la police par la surveillance du peuple par le peuple lui-même, il ne semble pas vraiment à l’aise avec cette notion. Dans son ultime développement sur cette question, comme pour faire marche arrière, il précise que « là où la conscience publique est libre, la police n’a pas de raison d’être ». Il présume que chaque individu même au cours de la période transitoire peut se surveiller lui-même, afin d’éviter d’avoir à surveiller son voisin. « Chacun participant individuellement de la conscience publique, il s’en suit que chaque conscience individuelle devient à soi-même son propre agent de police »56, précise-t-il. Rattrapé par sa conception optimiste du monde, Déjacque table sur la faculté de l’individu à se contrôler lui-même et sur la capacité du peuple à vivre de manière harmonieuse par l’exercice d’une sorte de surmoi collectif.

IV. Conclusion

24Joseph Déjacque est un personnage atypique que l’on a tendance à voir comme un franc-tireur. Il est également souvent décrit comme un homme d’une grande radicalité à cause de ses propos ouvertement anarchistes. Pourtant, s’agissant des questions portant sur la justice, il est bien un socialiste de son époque et un homme de son temps. Ses écrits montrent qu’il a puisé des idées dans ses lectures et les nombreuses rencontres qu’il a faites. Il porte une charge virulente sur la justice comme la plupart de ses contemporains, en accusant l’organisation sociale d’être responsable des crimes, et non les individus qu’elle punit. Il a une vision optimiste de l’homme incapable de crime du moment qu’il est mis dans des dispositions harmonieuses et justes. Il se rallie aux conceptions de Proudhon sur la réparation comme type de peine valable, mais envisage aussi la publicité ou la flétrissure, que la plupart des autres socialistes ont prônées aussi. Seule la violence de sa charge contre la société et ses appels à se faire justice soi-même contrastent avec le discours des réformateurs sociaux de la première partie du xixe siècle qui – traumatisés par la Révolution française – rejettent la violence comme moyen privilégié de changement social. En fait, de même qu’Ernest Cœurderoy, Déjacque, en appelant à l’insurrection, anticipe sur ce qui sera un des traits les plus significatifs des militants anarchistes des générations suivantes.

25Déjacque n’est pas non plus un dogmatique voulant imposer au monde des idées préconçues. Ses conceptions sur la justice ne sont pas arrêtées une fois pour toutes. Elles ne sont pas catégoriques, mais évoluent constamment. Il n’hésite pas à revenir dessus, à les remettre en question. Cette capacité à changer d’avis dans sa recherche d’une pensée cohérente va à l’encontre de son intransigeance apparente.

26Dans ses écrits sur la justice, Déjacque apparaît donc comme un homme de contrastes. Pris dans le réel, il semble saisi par la violence de la réalité de son époque, à laquelle il ne peut et ne sait répondre que par une violence au moins équivalente – comme celle de la vengeance – qu’il assène sans discussion possible. Mais lorsqu’il réfléchit à une organisation sociale idéale, il montre un visage tout autre : celui d’un homme qui s’autorise à réfléchir, à hésiter, et qui fait preuve d’une grande bienveillance à l’égard de ses semblables.

Notes

1 Déjacque Joseph, 1859 (12 mai), « Les Souteneurs de la famille aux États-Unis », Le Libertaire n° 13, p. 1. La collection complète du Libertaire est consultable à l’International Institute of Social History d’Amsterdam, cote ZF 6262.x.

2 Théodore Dézamy parlait ainsi d’un « cortège de magistrats, d'officiers du parquet, de juges de paix, de greffiers et tant d'autres employés de bas étage, à qui est confiée la garde de ce temple funeste qu'on nomme Palais de Justice » (Dézamy Théodore, 1843, Code de la communauté, Paris, chez Dézamy éditeur, p. 70).

3 Déjacque Joseph, 2016, « La Question révolutionnaire », in id. [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs ! Écrits libertaires, 1847-1863, Paris, La Fabrique, p. 74.

4 Déjacque Joseph, 1858 (31 août), « L’Humanisphère : utopie anarchique », Le Libertaire, n° 5, p. 4.

5 Déjacque Joseph, 1859 (12 mai), « Les Souteneurs de la famille aux États-Unis », Le Libertaire, n° 13, p. 1.

6 Déjacque Joseph, 1858 (2 août), « Le Scandale », Le Libertaire, n° 4, p. 1.

7 Déjacque Joseph, 1858 (25 octobre), « La Révolution reniée par les révolutionnaires », Le Libertaire, n° 7, p. 2.

8 Sur cette question, voir Chambost Anne-Sophie, 2004, Proudhon et la norme : pensée juridique d’un anarchiste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 285-289 et Manfredonia Gaetano, 1987 (juin), « Déviance et punition en société anarchiste », Les Œillets rouges, n° 3, p. 54-56.

9 Déjacque Joseph, 1858 (2 août), « Martyrologe », Le Libertaire, n° 4, p. 3.

10 Déjacque Joseph, 1860 (31 janvier), « Esclavagie », Le Libertaire, n° 21, p. 2.

11 Déjacque Joseph, 1859 (24 décembre), « Prologue d’une révolution. Les suppliciés », Le Libertaire, n° 20, p. 1.

12 Cité dans Debuyst Christian, Digneffe Françoise, Labadie Jean-Michel et Pires Alvaro P., 2008, Histoire des savoirs sur le crime et la peine, t. 1, Bruxelles, Larcier, p. 216.

13 Déjacque Joseph, « La Révolution reniée par les révolutionnaires », art. cit., p. 2.

14 Déjacque Joseph, 1859 (26 novembre), « Le Talion », Le Libertaire, n° 19, p. 1-2.

15 Déjacque Joseph, 1859 (7 avril), « L’Humanisphère : utopie anarchique », Le Libertaire, n° 12, p. 3.

16 Déjacque Joseph, 1859 (12 mai), « L’Humanisphère : utopie anarchique », Le Libertaire, n° 13, p. 4.

17 « Impuissance des lois pénales » [signé Th. C.], L’Égalitaire : journal de l’organisation sociale, n° 1, mai 1840, p. 22.

18 Greppo, 1848, Catéchisme social ou Exposé succinct de la doctrine de la solidarité par le citoyen Greppo, représentant du peuple, Paris, G. André, p. 41. Ce texte serait en réalité de Constantin Pecqueur, qui aurait utilisé le nom du député afin de ne pas mettre en danger son emploi de sous-bibliothécaire à l’Assemblée nationale. Ce subterfuge a été révélé par Gustave Lefrançais dans ses mémoires. Merci à Michel Cordillot de m’avoir apporté cette précision.

19 Gatti de Gamond Zoé, 1840, Réalisation d’une commune sociétaire d’après la théorie de Charles Fourier, Paris, chez l’auteur, p. 298.

20 Déjacque Joseph, 1859 (7 avril), « L’Humanisphère », art. cit., p. 3.

21 Déjacque Joseph, 1859 (12 mai), « L’Humanisphère », art. cit., p. 4.

22 Déjacque Joseph, 1859 (5 février), « L’Humanisphère. Utopie anarchique », Le Libertaire, n° 10, p. 4.

23 Sur cette question, voir par exemple Guignard Laurence, 2012, « Le corps criminel au xixe siècle : du trouble des facultés de l’âme à la dégénérescence », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 118, p. 61-73.

24 Manfredonia Gaetano, « Déviance et punition en société anarchiste », art. cit., p. 64.

25 Sur cette question, voir le texte d’Anne-Sophie Chambost dans ce recueil.

26 Rittighausen Carl, 1851, La Législation directe par le peuple ou la Véritable Démocratie par M. Rittinghausen, Paris, Librairie phalanstérienne, 48 p.

27 Duveau Georges, 1948, La pensée ouvrière sur l’éducation pendant la Seconde République et le Second Empire, Paris, Domat, p. 75-77 et Renard Georges, 1906, La République de 1848 (1848-1852), Paris, Publications Jules Rouff et Cie, p. 252-255.

28 Bouchet Thomas, « Le premier des libertaires », in Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs !, op. cit., p. 320.

29 Déjacque Joseph, 1859 (27 juillet), « La Législation directe et universelle », partie i, Le Libertaire, n° 15, p. 1.

30 Cabet Étienne, 1979 [1840], Voyage en Icarie : roman philosophique et social, Paris-Genève, Slatkine reprints, p. v et p. 357-371.

31 Dézamy Théodore, Code de la communauté, op. cit., p. 283.

32 Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs !, op. cit., p. 69.

33 Mis à part la tradition insurrectionnelle communiste autoritaire incarnée notamment par Auguste Blanqui.

34 Déjacque Joseph, 1859 (26 octobre), « La Législation directe et universelle », partie iv, Le Libertaire, n° 18, p. 3.

35 Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs !, op. cit., p. 71 et 75.

36 Déjacque Joseph, 1859 (30 septembre), « La Législation directe et universelle », partie iii, Le Libertaire, n° 17, p. 2.

37 Déjacque Joseph, 1859 (18 août), « La Législation directe et universelle », partie ii, Le Libertaire, n° 16, p. 3.

38 Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs !, op. cit., p. 71.

39 Déjacque Joseph, 1859 (26 octobre), « La Législation directe et universelle », partie iv, art. cit., p. 3.

40 Sur cette question, voir Shantz Jeffrey, Williams Dana M., 2013, « Proudhon’s Criminology », in id., Anarchy and Society: Reflections on Anarchist Sociology, Leiden/Boston, Brill, p. 70-99.

41 Proudhon Pierre-Joseph, 1935 [1858], De la justice dans la Révolution et dans l’Église, t. 4, Paris, M. Rivière, p. 368.

42 Ibid., p. 373.

43 Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs !, op. cit., p. 76.

44 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iii, art. cit., p. 3.

45 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iv, art. cit., p. 3.

46 Fourier Charles, 1851-1852, Œuvres complètes, t. x, Manuscrits publiés par La Phalange, revue de science sociale, vol. i 1851-1852, Paris, Anthropos, p. 116-117.

47 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iv, art. cit., p. 3.

48 Émile de Girardin évoque l’inscription universelle dans La Politique universelle, décrets de l’avenir (1852). Voir Bouchet Thomas, « Le premier des libertaires », chap. cit., p. 244.

49 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iv, art. cit., p. 3.

50 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iii, art. cit., p. 3.

51 Ibid.

52 Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], À bas les chefs !, op. cit., p. 76.

53 « Nulle part la police n’est aussi nombreuse ; car tous nos fonctionnaires publics, et même tous nos citoyens, sont obligés de surveiller l’exécution des lois, et de poursuivre ou de dénoncer les délits dont ils sont témoins » (Cabet Étienne, Voyage en Icarie : roman philosophique et social, op. cit., p. 96).

54 Cabet Étienne, 1856, Colonie icarienne aux États-Unis d’Amérique, Paris, chez l’auteur, p. 67.

55 Godin Jean-Baptiste André, 1979 [1871], Solutions sociales, Paris, La Digitale, p. 399.

56 Déjacque Joseph, « La Législation directe et universelle », partie iv, art. cit., p. 4.

Auteur

Nathalie Brémand est conservatrice des bibliothèques à l’université de Poitiers et responsable scientifique de la bibliothèque virtuelle sur les premiers socialismes de cette même université. Elle est chercheuse associée au Centre d’histoire du xixe siècle (Paris 1 – Sorbonne Université) et membre de l’Association d’études fouriéristes et de la Société de 1848.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search