Version classiqueVersion mobile

Libertaire ! Essais sur l’écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865)

 | 
Thomas Bouchet
, 
Patrick Samzun

Troisième partie. Une pensée en tensions

9

Déjacque et les stéréotypes de l’antijudaïsme

Valentin Pelosse

Texte intégral

  • 1 Flaubert Gustave, 1979 [1881], Bouvard et Pécuchet, Paris, Gallimard. Le locuteur qui véhicule le s (...)

Juif. Fils d’Israël. Les Juifs sont tous marchands de lorgnettes.Flaubert, Dictionnaire des idées reçues1

  • 2 Cette polémique est initiée par la LICRA (Ligue contre le racisme et l’antisémitisme). Une rééditio (...)

1Une controverse lexicographique à l’orée du xxie siècle permet par une démarche régressive de saisir l’évolution du champ sémantique étudié. L’objet en est Le Petit Littré (1874), version abrégée à l’intention « de la jeunesse » (expurgée de tout mot ou acception à caractère sexuel) que signe Amédée Beaujean à partir du fameux Dictionnaire de la langue française (1863) d’Émile Littré. La réédition en 2005 du Petit Littré (Garnier) déclenche une polémique publique2. On reproche à l’éditeur d’avoir négligé l’évolution sémantique du lexique en relation avec l’histoire meurtrière du xxe siècle qui a rendu l’emploi d’acceptions péjoratives du mot « juif » et du mot « nègre » (« adj. Qui appartient à la race des nègres ») socialement, voire légalement inacceptable. L’ouvrage est retiré de la vente. Remanié, les acceptions litigieuses de l’édition originale dûment signalées et contextualisées, Le Nouveau Petit Littré paraît en 2009.

  • 3 Beaujean Amédée, 1886, Dictionnaire de la langue française. Abrégé du dictionnaire d’Émile Littré, (...)
  • 4 Le rédacteur-correcteur du Libertaire, sollicitant de ses lecteurs le cadeau d’un dictionnaire, cho (...)

2Émile Littré, proche d’Auguste Comte, se distingue des lexicographes à vocation encyclopédique soucieux au fil des éditions d’adapter leur ouvrage à l’évolution de la société – la réussite de Pierre Larousse nous demeure contemporaine – car son ambition est d’édifier le monument patrimonial d’une langue classique. « L’innovation qui a fait l’intérêt de mon œuvre a été de donner à l’histoire la prééminence pour étudier les mots dans leurs formes et leurs significations, déclare-t-il dans sa Préface du Petit Littré. Ce trait essentiel a été soigneusement retenu par M. Beaujean »3. En corollaire, Le Littré demeure un intangible conservatoire de stéréotypes ; l’implosion de sa version abrégée en 2005 constitue donc un événement éditorial qui incite à le poser en référent lexicographique crédible d’une recherche monographique sur l’appréhension des stéréotypes de l’antijudaïsme par Joseph Déjacque au milieu du xixe siècle4.

  • 5 On n’inscrira pas cet antijudaïsme laïc dans le mouvement de pensée des « Anti-Lumières » de l’hist (...)

3Le décret de l’Assemblée constituante de septembre 1791, manifestation en acte de l’esprit des Lumières rendue possible par la rupture révolutionnaire, fait des Juifs français des citoyens comme les autres, la constitution garantissant la liberté des cultes comme « droit de l’homme ». Qu’ils soient indifférents en matière religieuse, adeptes d’un déisme de commodité ou athées déclarés, on observe chez des utopistes et réformateurs sociaux, tels Fourier, Toussenel, Blanqui, Proudhon et d’autres, un discours judéophobe en contradiction avec leur praxis qui se revendique émancipatrice ; cet antijudaïsme reproduit des représentations stigmatisantes de la tradition catholique désignant le Juif comme négativité. La persistance de l’injure et l’usage péjoratif du mot « juif » par ces penseurs sociaux apparaissent ainsi comme un phénomène de sécularisation de l’antijudaïsme chrétien. On distinguera cet antijudaïsme laïc de l’antisémitisme ultérieur, dispositif idéologique instrumentalisable en moyen d’intervention directe dans le champ politique, dont le vecteur, La France juive, essai d’histoire contemporaine (1886) d’Édouard Drumont, est bien connu, précurseur de l’affaire Dreyfus. L’essai d’Alphonse Toussenel, Les Juifs, rois de l’époque : histoire de la féodalité financière (1845, 2e édition en 1847) n’a pas joui en 1848 de semblables relais politiques5.

I. Le dictionnaire comme machine à codifier les mots de la langue

  • 6 Simondon Gilbert, 2012, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier ; Latour Bruno, 20 (...)
  • 7 Bhabha Homi K., 2007 [1997], Les lieux de culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot.

4« Objet technique » (Gilbert Simondon, Bruno Latour)6, Le Petit Littré est un outil plurivoque de la relation de l’usager de la langue à son monde. Son code classificatoire renvoie à la polarité lexicographique élémentaire – chassé-croisé d’un sens « propre » (originel) et d’un sens « figuré » (en abrégé « fig. »). Le champ lexical retenu ici rassemble des mots de racines différentes qui forment une structure sémantique : « juif », « judaïsme », « hébreu », et les « noms propres » qui leur sont associés, « Israël », « Abraham ». La dimension rhétorique du « fig. » ouvre sur des figures de signification, des tropes qui articulent les relations entre plusieurs idées, tels des rapprochements analogiques par comparaison, antithèse, etc. Le « fig. » n’est pas plus une figue (fig. anglais, figuratively) plaisante Homi K. Bhabha que l’image d’une pipe n’est une pipe dans un tableau de Magritte7.

5« Familier » (abrégé « fam. ») relève du niveau de langue. Il suppose un degré d’intimité entre locuteurs, ou la reconnaissance spontanée d’appartenance (réelle ou feinte) à un groupe catégoriel par la médiation d’une façon de parler dite relâchée, par opposition au décorum de la langue académique.

6« Péjoratif » (abrégé « péj. ») est un phénomène de connotation. On fait appel « au contenu émotionnel du vocable » pour en définir les connotations, péjorative, méliorative, voire neutre ; par leur médiation, le sujet parlant accède à des affects collectifs, c’est le vécu ressenti dans une culture donnée. Intervient ici une distinction entre la dimension sensible de l’oralité et l’écrit du dictionnaire comme aide mnémotechnique. Que le locuteur hésite à l’oral sur les arrière-pensées de son vis-à-vis, il les présumera au ton de la voix et/ou de la mimique, de la gestuelle, soit une mise en abyme de données corporelles d’interprétation absentes à l’écrit si ce n’est par des ajouts descriptifs. Inutiles minuties ? Démons et dieux logent dans les détails.

7Et d’abord « Juif(ve) » (latin judaeus). Le sens premier du vocable nominal générique est énoncé comme « celui, celle qui appartient au peuple hébreu » ; et de suite référé par le biais d’une légende chrétienne au « Juif errant, personnage que l’on suppose condamné à errer jusqu’à la fin du monde pour avoir outragé Jésus portant sa croix » ; d’où « fig. », « homme qui change souvent de demeure, qui voyage sans cesse », un être déterritorialisé ; le syntagme ne désigne qu’en second lieu « celui ou celle qui professe la religion judaïque ». D’autres analogies connotent le vocable à l’argent, « être riche comme un Juif, être fort riche », ou bien, « Fig. et fam. Celui qui prête à usure, ou qui vend exorbitamment cher, et en général quiconque cherche à gagner de l’argent avec âpreté », et ainsi essentialisent la relation à des activités professionnelles prédatrices.

8L’adjectif « judaïque », « qui appartient aux Juifs. La religion judaïque », est connoté d’entrée par la polarité dévalorisante qu’établit l’herméneutique chrétienne entre le Nouveau (les Évangiles) et l’Ancien Testament (la Thora) : « Qui a suivant les chrétiens, le caractère inférieur de la loi ancienne, par rapport à la loi nouvelle », en conformité avec le présupposé théologique du christianisme comme verus (véritable) Israël ; de là, un sens figuré dévalorisant d’ordre cognitif : « Fig. Trop étroitement asservi à la règle. Se dit d’une interprétation qui s’attache à la lettre, lorsque le sens évident est autre ou plus étendu ».

  • 8 Voir l’analyse de Kundera. Kundera Milan, 2005, Le Rideau. Essai en sept parties, Paris, Gallimard.

9La controverse à propos de la réédition 2005 du Petit Littré attire l’attention sur les multiples implications du sens figuré ou dérivé en tant que désignation catégorielle de l’Autre. La stratégie qu’adopte Flaubert dans le Dictionnaire des idées reçues en moquant la périphrase « Fils d’Israël », emprunt biblique, et épinglant la métaphore d’un supposé penchant commercial exclusif attribué aux « marchands de lorgnette » (due à Toussenel), démonte le mécanisme de l’énoncé d’un stéréotype, un automatisme de répétition du locuteur docile au sens communément reçu, et ainsi « désensorcelle » le lecteur – pour reprendre l’expression de Jacques Dewitte. La démarche ne relève ni de la critique ni de la satire ni du jugement moral mais d’une lucidité intrinsèque à la conception que l’écrivain a de son métier de romancier : « Je me suis toujours efforcé d’aller dans l’âme des choses », explique-t-il à une romancière morale, son amie George Sand8. Pour autant la lucidité réflexive du romancier ne protège pas le Flaubert rentier d’échanger avec sa correspondante les pires clichés sur la Commune de Paris.

  • 9 Michelet Jules [édité par Paul Viallaneix], 1974, Le Peuple, Paris, Flammarion, p. 141.

10Si Déjacque n’a guère pu consulter le Littré, il aura lu Le Peuple de Michelet ou il en aura entendu parler – trois éditions successives paraissent en 1846. L’auteur y recourt à des images telluriques à propos de l’identité française : « En nationalité, c’est tout comme en géologie : la chaleur est en bas. Descendez, vous trouverez qu’elle augmente : aux couches inférieures, elle brûle »9. L’historien imagine un paysage alpin pour figurer la pyramide sociale selon l’attachement à la patrie. La chaleur de sentiment propre au socle paysan, aux pauvres, aux ouvriers mais chez eux alliée à une aspiration universaliste, s’en va fraîchir dans les eaux glacées du calcul égoïste – jusqu’à s’éteindre dans l’air raréfié des sommets, l’habitat métaphorique de la finance juive :

  • 10 Michelet Jules, 1846, Le Peuple, Paris, Hachette et Paulin, 2e édition, p. 165, n. 1.

Les Juifs, quoi qu’on en dise, ont une patrie, la bourse de Londres ; ils agissent partout, mais leur racine est au pays de l’or. Aujourd’hui que la paix armée, cette guerre immobile qui ronge l’Europe, leur a mis les fonds de tous les États entre les mains, que peuvent-ils aimer ? le pays du statu quo, l’Angleterre. Que peuvent-ils haïr ? le pays du mouvement, la France10.

  • 11 Le poète Heinrich Heine, Parisien depuis 1830, observe que les Juifs en France sont « émancipés dep (...)

11Quant aux alliances matrimoniales auxquelles se prête une noblesse désargentée, les Juifs « par vanité, par un sentiment exagéré de sécurité, ont mis des rois dans leur bande, se sont mêlés à l’aristocratie, et par là, se sont associés aux hasards politiques. Voilà ce que leurs pères, les Juifs du Moyen-Âge n’auraient jamais fait ». Et de conclure, « Quelle décadence dans la sagesse juive ! ». L’imaginaire de l’historien romantique se nourrit d’une représentation collective qu’il contribue à alimenter, le « mythe Rothschild », l’exceptionnelle réussite transeuropéenne d’une famille de banquiers. L’arbre cache la forêt11. C’est seulement à partir du Second Empire que le taux d’embourgeoisement des Juifs français progresse plus rapidement que la moyenne. Quant au prolétariat juif, nombreux, il demeure invisible.

12La quinzaine d’occurrences intéressant le judaïsme, dispersées dans le corpus déjacquien, n’attire guère l’attention à la première lecture, faute de faire système. Elle se prête à la mésinterprétation par négligence du contexte d’énonciation.

II. La loi du talion

  • 12 Références scripturaires. « Mais s’il y a accident, tu donneras vie pour vie, œil pour œil, dent po (...)

13Prescription biblique12 (latin talis, « tel », « pareil »), « traiter un coupable de la même manière qu’il a traité les autres » (Petit Littré). Pour le libertaire, elle légitime la violence de la révolution à venir, en juste retour du massacre des insurgés de juin 1848 :

  • 13 Déjacque Joseph, 1858 (2 et 31 août), « L’Humanisphère », Le Libertaire, n° 4 et n° 5.

Liberté, égalité : fraternité ! – ou la mort (Sentence révolutionnaire). Œil pour œil et dent pour dent (Moïse). De même, Souvenez-vous de Juin ! vous criera-t-on, le jour où le prolétariat vous sautera à la gorge. Œil pour œil et dent pour dent ! – Bourgeois, bourgeois, vous êtes trop juif pour ne pas connaître la loi de Moïse13.

  • 14 Déjacque Joseph, 1859 (26 novembre), « Le Talion », Le Libertaire, n° 19. Le Bien-être social, dans (...)
  • 15 Benjamin Walter, 2000, « Sur le concept d’histoire. Appendice A », in id., Œuvres, t. iii, Paris, G (...)

14Une feuille socialiste de l’émigration fait écho. C’est Le Bien-être social à Bruxelles, que cite Le Libertaire : « On peut s’attendre à voir bientôt le peuple rentrer dans la justice par la violence et restaurer le droit par la force du talion »14. Le talion, ancienne « loi écrite » des Hébreux ou des Romains supposée révélée par Dieu à Moïse, se manifeste à Déjacque comme une « loi naturelle » universelle, « la loi des cinq sens » (sensualisme), la grande éducatrice du genre humain qui rend chaque individu responsable de ses actes. La violence insurrectionnelle des opprimés rétablit les vaincus de l’histoire comme sujets autonomes, « un jour ou l’autre il faut que justice se fasse ! ». Par-delà l’éternel retour du Même au profit des vainqueurs du jour, la communauté revendiquée d’un agir révolutionnaire rend vie au passé, une subjectivation qui arrache l’événement « au temps homogène et vide » d’une histoire linéaire pour « saisir la constellation que sa propre époque forme avec telle époque antérieure »15. La formule « trop juifs pour ignorer la loi de Moïse » sonne équivoque, mais si on la restitue dans le contexte précis de son énonciation, on constate que la péjoration de l’expression n’est pas appliquée au peuple qui porte ce nom mais bien à ceux qui le stigmatisent, « les bourgeois » dans leur généralité, qu’ils soient chrétiens ou voltairiens. La condamnation à la pendaison de John Brown et de ses compagnons par un jury américain, les insurgés antiesclavagistes de Harpers Ferry (octobre 1859), exemplifie ces crimes qui crient vengeance.

  • 16 Déjacque Joseph, « Le Talion », art. cit.

Les douze jurés et les juges coupables d’égorgement (fussent-ils) juifs, païens ou chrétiens, auraient-ils motifs à se plaindre si une justice occulte indifférente à la religion du magistrat leur appliquait la loi du talion16 ?

15Variantes du talion, deux occurrences de l’adjectif « judaïque-judaïqué » sont énoncées dans un contexte politique légitimant la violence de l’autodéfense. En rupture de l’éphémère consensus républicain de fraternisation entre les classes des premiers jours de la révolution de Février, une manifestation des bataillons bourgeois de la Garde nationale le 16 mars 1848 à Paris provoque le lendemain une contre-manifestation socialiste. Déjacque menace dans le poème Aux ci-devant dynastiques. Aux tartufes du peuple et de la liberté :

  • 17 94 vers, 4 p. in 4°, mars 1848. Déjacque Joseph, 1848 (mars), Aux ci-devant dynastiques. Aux tartuf (...)

Que si dans l’Assemblée il se montrait certaine
Figure judaïque, objet de nos clameurs,
Ces Thiers et ces Barrot, politiques jongleurs,
Il pourrait arriver, comme en 93,
Que la terreur sortît de son lit de fournaise17.

16Politiciens conservateurs rescapés de l’orléanisme et soupçonnés d’intriguer en coulisse contre le peuple, Adolphe Thiers et Odilon Barrot sont nommément visés par l’incertaine « figure judaïque », et non l’avocat Adolphe Crémieux, de famille juive nîmoise, ministre de la Justice du gouvernement provisoire. Après dix années, l’incertitude de « l’intrigue européenne », à la suite de la défaite de l’empire d’Autriche face à la France et au royaume de Piémont-Sardaigne lors de la guerre d’Italie, éveille à New York chez le proscrit l’espoir de prémisses révolutionnaires :

  • 18 Déjacque Joseph, « L’Humanisphère », art. cit.

Métamorphosez-vous, transformez-vous donc, bourgeois voltairiens et bourgeois protestants […] N’attendez pas d’y être contraints par la Révolution pour la subir ; car à vos adhésions judaïquées de la dernière heure, la Révolution pourrait répondre, comme à tous les Pouvoirs trop lents à se soumettre, tous les Pouvoirs déchus : il est trop tard18 !!!

17L’apostrophe et la péjoration langagière propre au néologisme « judaïqué » interpellent les bourgeois libéraux européens sommés de choisir leur camp, mais les bourgeois juifs ne sont ni mentionnés ni sous-entendus. La dérivation du néologisme « judaïqué » prolonge cependant la péjoration qu’implique déjà au sens figuré le vocable « judaïque » ; ce qu’entérine passivement le scripteur.

III. Des amours et du genre en civilisation

  • 19 Déjacque Joseph, 1860 (31 janvier), « Les Civilisés de la décadence ou les Martyrs du socialisme, d (...)

18Dispute d’amoureux entre les protagonistes du drame en un acte de Déjacque auteur de théâtre19 : Mariette n’en démord pas, elle ne lui cédera qu’après mariage, et Christin, ex-combattant de Juin, théorise à tout va :

Sacrifie-moi le Code [civil] et la Bible, le prêtre de la Loi et le maire de Dieu, ces deux confesseurs de l’idolâtrie moderne, ces brocanteurs de bénédictions temporelles ou spirituelles, Juifs en livrée chrétienne qui battent monnaie sur la crétinité publique.

19Hérité du judéo-christianisme – d’où « Juifs en livrée chrétienne » – un code devenu « le Code pénal suprême » soumet les relations amoureuses à des prescriptions religieuses – le mariage ne sera compensé par le divorce qu’en 1884. Un chassé-croisé entre deux oxymores, « prêtre de la loi » (mariage civil par le maire), et « maire de Dieu » (mariage religieux par le prêtre), désigne la collusion entre les pouvoirs normatifs de l’Église et de l’État pour contrôler l’intimité de la vie privée. Il s’y ajoute l’hypocrisie coutumière d’une morale sexuelle distincte selon le sexe, libre pour les hommes, intolérante quant aux femmes, opposition selon le genre propice à la soumission des sentiments amoureux féminins au pouvoir de l’argent :

C’est toi, riche indolent, c’est toi, Juif catholique,
C’est vous tous, fils du vice, engeance rachitique
, qui en êtes responsables.

  • 20 Déjacque Joseph, 1860 (17 août), « Amour et Pauvreté », Le Libertaire, n° 25.
  • 21 Il y a des mariages interreligieux dans la grande bourgeoisie. Gourdon Vincent, Grange Cyril, 2009, (...)

20Le comportement du « riche indolent » demeure donc indifférent à l’appartenance religieuse20. On le voit, il n’est pas usé ici du stéréotype pour stigmatiser le peuple, communauté ou individu qui en sont par principe l’objet, mais procédé rhétorique de rétorsion : vous autres, « bourgeois » qui, à l’abri de la stigmatisation des Juifs, vous revendiquez d’une excellence morale d’inspiration chrétienne, êtes identiques à ceux que vous excluez ; une stratégie du détournement afin d’engager un jeu entre les catégories de l’Autre et du Même – « c’est vous tous ! ». Les traits négatifs projetés sur l’Autre se révèlent par un effet de miroir le propre de ceux qui désignent un bouc émissaire au nom de valeurs que leur comportement infirme. Par des énoncés provocateurs il est créé une allégorie du « bourgeois » d’alors dans une généralité indépendante de sa religion particulière. Les deux oxymores « Juif catholique » et « Juifs en livrée chrétienne » soulignent l’interchangeabilité du Même, sans référer à une conversion de Français juifs par nécessité sociale. Il faut noter ici la différence avec les pays germaniques où l’exercice de professions libérales diverses, l’obtention d’un poste universitaire, de fonctions administratives, etc., exigeait légalement selon une législation d’Ancien Régime, ou de fait, l’appartenance à une confession chrétienne ainsi qu’en témoignent la biographie de Heine ou le roman familial de Marx21.

IV. La figure juive du Christ, « personnage conceptuel »

21Compte rendu d’un procès en adultère à Washington : le jury innocente le mari meurtrier de l’amant de son épouse.

  • 22 Déjacque Joseph, 1859 (12 mai), « Les Souteneurs de la famille aux États-Unis », Le Libertaire n° 1 (...)

Pour des évangéliâtres, ils [les jurés] me semblent s’éloigner tant soit peu de la doctrine de certain juif de Nazareth, d’un nommé Jésus, un perturbateur d’autrefois qu’ils [les chrétiens] ont rapetissé à la taille d’un Dieu, et qui lui, cependant, ne condamnait point la femme adultère, mais bien au contraire ceux qui la lapidaient22 !

  • 23 Déjacque Joseph, « Le Talion », art. cit.
  • 24 Déjacque Joseph, 1860 (27 février), « La Mission de l’Italie », Le Libertaire, n° 22. La démarche d (...)

22En incise d’un fait divers illustrant les méfaits du mariage en « civilisation », la femme « propriété conjugale » du mari, Déjacque opère un renversement anthropologique du récit chrétien. Le Jésus historique est rendu à sa double qualité de Juif subversif contempteur du judaïsme de son temps et de personnage christique désacralisé étranger au nouvel ordre moral qu’impose la religion instituée en son nom : « Jésus, ce fils de l’Homme, que la fable chrétienne baptise du nom de fils de Dieu ». La figure juive de Jésus enrôlée contre le catholicisme dans lequel le libertaire a été élevé23, le Juif « révolutionnaire d’il y a dix-neuf siècles » s’actualise en « Antépape », un néologisme calqué sur le vocable eschatologique de l’Évangile selon saint Jean, qui souligne le contraste avec le pontife romain stigmatisé comme « l’Antéchrist, exploiteur du Christ, l’humain Jésus ». La fonction papale se dévalue en copie démoniaque de l’icône christique et la succession canonique des papes en autant de simulacres juste bons à jeter avec l’institution pontificale dans le Vatican en flammes, nouveau Walhalla24.

  • 25 Deleuze Gilles, Guattari Félix, 2005 [1991], Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Éditions de Min (...)
  • 26 Déjacque Joseph, 1859 (26 octobre), « Les Idées », Le Libertaire, n° 18.
  • 27 Déjacque Joseph, 1859 (30 septembre), « L’Amnistie », Le Libertaire, n° 17.

23La polarité sémantique développée dans Le Petit Littré entre judaïsme et christianisme, loi ancienne et loi nouvelle au bénéfice exclusif de cette dernière se trouve renversée cul par-dessus tête avec une figure christique juive devenue « personnage conceptuel » – Déjacque n’écrit-il pas ici en philosophe sauvage ? Deleuze et Guattari définissaient ainsi la notion de personnage conceptuel : « Aussi les personnages conceptuels sont-ils les vrais agents d’énonciation. Qui est Je ? c’est toujours une troisième personne »25. La figure juive du Christ reconnu personnage conceptuel manifeste une positivité renouvelée comme antithèse de la figure de la domination, en butte aux idolâtres de l’autorité habitués à saluer « comme chef quiconque sort des rangs, à le saluer avec des génuflexions de servilité, s’il a nom César, ou avec des huées de dérision, s’il a nom Christ […]. “C’est un homme seul”, disent-ils »26. Au passage, un commentaire à double entrée sur les louvoiements du théoricien socialiste Louis Blanc face à la répression de l’agitation populaire au lendemain de la révolution de 1848 déconstruit le stéréotype chrétien du peuple juif déicide en désignant comme seul responsable du meurtre du Christ le représentant de l’imperium romain, vrai détenteur du pouvoir de décision : « l’on peut, il est vrai, se laver les mains comme Pilate ; mais Pilate n’en est pas moins l’assassin de Jésus ! »27.

  • 28 Déjacque Joseph, 1860 (2 novembre), « Ce que protègent à Rome les baïonnettes françaises », Le Libe (...)

24Le Vatican en flammes, solution géopolitique élégante à la « Question romaine » ! Au lieu de Turin, Rome capitale du royaume d’une Italie unifiée. Un fait divers illustre la malfaisance du maintien d’un État papal souverain : Edgardo Mortara, l’enfant de six ans d’une famille juive de Bologne est enlevé par des agents de la Congrégation du Saint-Office et emmené à Rome en juin 1858. Prétexte du kidnapping : lors d’une grave maladie, le baptême supposé salvateur de l’enfant par une servante catholique qui s’en ouvre à son confesseur. L’administration pontificale refuse de rendre l’enfant aux parents (elle en fera un prêtre). « L’affaire Mortara », largement commentée dans la presse libérale acquiert une résonance européenne. Le Libertaire reprend un communiqué de l’Alliance israélite universelle récemment fondée (AIU), dénonçant l’impunité criminelle dont jouit le Vatican en raison de son statut d’État28.

V. Le Juif errant d’Eugène Sue

25Le pamphlet Béranger au pilori, charge contre le chansonnier auquel le Second Empire vient d’accorder des obsèques officielles, met en scène « la Renommée », un « glaive de feu » à la main qui veille sur le sépulcre à peine clos du « poète national ». Le violateur, « hurle-t-elle par ses cent voix », porterait « au front, comme le Juif-Errant, l’empreinte de l’anathème universel ». Le libre penseur lui ose :

  • 29 Déjacque Joseph, Béranger au pilori. Pamphlet, La Nouvelle-Orléans, août 1857 (7 pages, 25 cents). (...)

Arrières, fantômes ! Chiens de civilisés, arrière ! […] Je veux ce cadavre. […] Je suis de l’École anarchique, un Interne de la Révolution aociale […] et il m’appartient d’en faire l’autopsie. […] Je porte la main sur ce crâne livide29 !…

  • 30 Sue Eugène, 1983, Le Juif errant, Paris, Laffont.
  • 31 Sue Eugène, 1845, Le Juif errant, t. 3, Paris, Paulin, p. 253.

26Déjacque, dans un style à la Hamlet, semblerait reprendre le stéréotype antijudaïque du personnage de l’Errant sur un registre parodique afin de ridiculiser ceux qui en sont victimes. De fait, on risque là une mésinterprétation, car le référent exact est ici Le Juif errant d’Eugène Sue30. Son feuilleton du Constitutionnel (1844-1845) remodèle à l’intention d’un lectorat de masse un mythème qui a cristallisé dans l’imaginaire chrétien au tournant du xvisiècle en pays germanique, diffusé par la littérature de colportage, et dont le romantisme gauchit l’interprétation lettrée, tel le poème en prose d’Edgar Quinet, Ahasvérus (1833), ample pièce lyrique prophétisant la palingénésie d’une régénération civilisationnelle. Sue rhabille l’Errant en allégorie d’un autre peuple maudit, lui aussi sacrifié d’âge en âge, « les travailleurs […] race toujours souffrante, toujours déshéritée, toujours esclave, et qui comme moi, marche, marche sans trêve ni repos, sans récompense ni espoir »31. Il construit un décor d’errance avec effets spéciaux, l’Errant et son double sororal se saluent une fois par siècle de part et d’autre du détroit de Béring qu’éclaire une aurore boréale. Le Juif errant réhabilité, la place du méchant ne pouvait rester vacante, l’intrigue romanesque déroule en parallèle le pouvoir secret aux ramifications planétaires d’une Compagnie de Jésus incarnation du Mal absolu : une jésuitophobie partagée avec Michelet, Quinet, Larousse, Lachâtre, et le rédacteur du Libertaire, lorsqu’en panne d’informations pour traiter d’actualités il recourt au « complot jésuite », façon mi-sérieuse mi-parodique d’alléger le carcan du journalisme qui lui pèse.

27Corollaire d’un succès européen, la critique radicale moderniste ne ménage pas Sue. Baudelaire se désespère d’un succès qui éclipse Balzac et se sent obligé d’admettre « la force » du producteur de fictions populaires. Max Stirner, issu du nid de guêpes des Jeunes hégéliens, conteste les faux-semblants d’une attitude de gauche politiquement correcte, dirait-on aujourd’hui, en rendant compte de la fiction de Sue la plus ambitieuse et source de sa notoriété, Les Mystères de Paris, autre feuilleton (1842-1843) du Constitutionnel :

  • 32 Stirner Max, 1972, « Les Mystères de Paris », in id., Œuvres complètes, L’Unique et sa Propriété, e (...)

Nous avons donc devant nous une œuvre littéraire, qui entièrement conçue du point de vue de la moralité, va nous montrer quelle sorte [d’être humain] un tel point de vue façonne et ce qui, de manière générale, vient au jour sous l’empire de ce principe, [car] un E. Sue ne connaît pas d’autre bonheur que celui des gens honorables, pas d’autre grandeur que celle de la moralité, pas d’autre valeur humaine qu’une existence vertueuse et la soumission à Dieu32.

  • 33 Ibid., p. 71.

28Le sort qu’il inflige au personnage de Fleur de Marie, jeune femme pécheresse tombée dans la culpabilité et la vertu sous la pression d’un prêtre, voilà le choix d’un « poète sans énergie, qui rêve de l’idéal de la bonne bourgeoisie et du véritable état (politique, et fait de son personnage), au lieu d’un caractère trempé une âme sentimentale que dupe facilement l’illusion du bien »33.

  • 34 Déjacque s’identifie en ouverture de L’Humanisphère (« Qu’est-ce que ce livre ? ») au mousse que ma (...)
  • 35 Berthelon Amand, 1858, Déjacque à son pilori ; satire, suivie de : Honneur au génie, hommage à la m (...)

29Autre corollaire du succès de Sue, le détournement du sombre mythe chrétien de l’Errant en thème de mélodrame analogue à ceux joués sur le « boulevard du Crime » parisien (boulevard du Temple), un élément vivace de la culture populaire urbaine à laquelle l’auteur plébéien rend hommage par son talent à la parodier, et le plaisir qu’il y prend34. Le contexte de production de Béranger au pilori l’indique : l’intention n’est pas de moquer les Juifs en ironisant à leurs dépens par la reprise du schème dévalorisant hérité de l’antijudaïsme chrétien – le trait vise et atteint le seul Béranger, le faux poète – personnification du « bourgeois juste-milieu » qu’il abomine35. Le propos est de démasquer la brutale trivialité des rapports sociaux et politiques dans la société où il vit.

VI. Descendants d’Abraham

  • 36 Poème signé « J. D., N. O., 1857 », Le Libertaire, n° 19, 26 novembre 1859.

30Un poème (102 vers), Baronie et jacquerie modernes (Némésis), appelle à la révolte conjointe des prolétaires et des esclaves noirs, scandé d’un rap furieux, « Croule, Civilisation ! » au sens fouriériste d’une société contemporaine vivant en « mode subversif » qui génère des passions tristes causes d’antagonismes désastreux entre les hommes36. Structure prosodique – dix-sept strophes de six vers chacune – construite (mis à part quatre strophes alignant cinq alexandrins et un octosyllabe) sur le rythme de la réitération d’un tercet de deux alexandrins à rime féminine plus un octosyllabe à rime masculine, soit « aabccb ». Ces précisions cuistres sont nécessaires à l’interprétation d’un stéréotype judéophobe qui apparaît au détour de la dixième strophe :

Ils ont tous les honneurs, – et nous toutes les hontes !
Livre-d’or de noblesse et grands-livres de compte :
Tous les titres, tous les profits.
Descendants d’Abraham, la terre est leur domaine.
Pour meute et pour bétail, ils ont la race humaine.
Ayant Loi, Glaive, Crucifix,
Ils peuvent égorger ou tondre leur victime. –
Au donjon de granit suspendu sur l’abîme,
Pareil à l’aire des vautours [etc.]

  • 37 « Louvres » : le terme désigne ici par métonymie non les musées mais les palais royaux.

31Le « Crucifix » du vers 60 exclut l’implication de la filiation abrahamique dans les égorgements de la strophe qui suit (la onzième). L’expression : « Descendants d’Abraham », rappelle le « Fils d’Israël » que moque Flaubert. Quant aux : « ils » – à la césure du vers 59 suivant, ce pronom pluriel est répété huit fois entre le 43e et le 61e vers de Némésis (La Vengeance), et relève d’une anaphore, trope qui par répétition d’un mot (ou groupe de mots) au début d’énoncés successifs emphatise le terme ainsi répété, et référerait ici au seul « Maître » dans sa généralité (vers 12) : « Ô Bourses, Louvres, Vaticans ! » – les lieux du pouvoir et d’une jouissance exclusive des biens de ce monde, objets de la rage des révoltés37. Mais il faut constater que le stéréotype de la relation des Juifs à l’argent survit à tous les autres ; le caractère endémique sur la durée d’un fantasme à l’origine aujourd’hui de crimes sordides (contre Ilan Halimi, par exemple) est là pour le rappeler.

  • 38 Stora Benjamin, 2006, Les trois exils des Juifs d’Algérie, Paris, Stock.
  • 39 Références complémentaires : Benbassa Esther, 1997, Histoire des Juifs de France, Paris, Seuil ; D (...)

32L’effectif des Français juifs à la fin du Second Empire est d’environ 50 000 dans une population de 36 millions, une proportion minime et stable (environ 40 000 sur 28 millions en 1789). Le décret Crémieux accordant collectivement en 1870 la citoyenneté française aux Juifs d’Algérie double l’effectif mais n’entraîne de leur part aucune migration notoire des départements algériens vers la métropole38. Sans rapport avec une réalité sociologique tangible, l’antijudaïsme s’inscrit au xixe siècle dans le domaine des représentations, plus précisément d’une dimension sémantique du social, celle de ces stéréotypes langagiers et intellectuels auxquels se confronte le libertaire. L’usage de ces stéréotypes produit, par la médiation du syntagme « juif » agissant comme un « signifiant flottant », une hypervisibilité de la population juive. Déjacque, tout libertaire qu’il est, recourt lui aussi à ces stéréotypes. Mais plus qu’il ne théorise le signifiant « juif », il emprunte ses connotations péjoratives pour amplifier d’une dimension supplémentaire sa critique de la bourgeoisie et des institutions civilisées. Il se fait ainsi le relais de l’antijudaïsme social courant chez les penseurs et écrivains socialistes de son époque. On peut ainsi se libérer de la tutelle des grandes autorités « molaires » (État, Religion, Famille, Capitalisme) comme diraient Deleuze et Guattari, sans pouvoir s’affranchir tout à fait de la tutelle « moléculaire », interstitielle, des stéréotypes qui traversent la langue et l’imaginaire d’une époque39.

Notes

1 Flaubert Gustave, 1979 [1881], Bouvard et Pécuchet, Paris, Gallimard. Le locuteur qui véhicule le stéréotype est la cible du romancier.

2 Cette polémique est initiée par la LICRA (Ligue contre le racisme et l’antisémitisme). Une réédition en 1959 (Gallimard Hachette) n’avait pas suscité de réactions. La différence de traitement est le corollaire du temps mis en France par l’opinion commune à reconnaître la spécificité du génocide des Juifs, la Shoah, et l’intensité sidérante de sa réalisation par le régime nazi – et ses complices.

3 Beaujean Amédée, 1886, Dictionnaire de la langue française. Abrégé du dictionnaire d’Émile Littré, Paris, Hachette, 8e édition, préface, p. iii.

4 Le rédacteur-correcteur du Libertaire, sollicitant de ses lecteurs le cadeau d’un dictionnaire, choisit « le plus complet et le meilleur, un Lachâtre par exemple », Le Libertaire, n° 1 et n° 2, 9 et 28 juin 1858.

5 On n’inscrira pas cet antijudaïsme laïc dans le mouvement de pensée des « Anti-Lumières » de l’historien Zeev Sternhell, notion qu’il applique de façon exagérément extensive avec son hypothèse du préjugé antisémite à l’origine de la pensée socialiste et du mouvement ouvrier en France. Voir Sternhell Zeev, 2006, Les Anti-Lumières, Paris, Fayard.

6 Simondon Gilbert, 2012, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier ; Latour Bruno, 2012, Enquête sur les modes d’existence, une anthropologie des modernes, Paris, La Découverte.

7 Bhabha Homi K., 2007 [1997], Les lieux de culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot.

8 Voir l’analyse de Kundera. Kundera Milan, 2005, Le Rideau. Essai en sept parties, Paris, Gallimard.

9 Michelet Jules [édité par Paul Viallaneix], 1974, Le Peuple, Paris, Flammarion, p. 141.

10 Michelet Jules, 1846, Le Peuple, Paris, Hachette et Paulin, 2e édition, p. 165, n. 1.

11 Le poète Heinrich Heine, Parisien depuis 1830, observe que les Juifs en France sont « émancipés depuis trop longtemps pour que les liens de race ne soient pas relâchés, ils sont presque entièrement disparus ou mieux ils se sont dissous dans la nationalité française […]. Nombre parmi eux pratiquent encore le cérémonial juif, le culte extérieur, mécaniquement, sans savoir pourquoi, par habitude ancestrale ; il n’y a pas trace de foi intérieure, car dans la synagogue, tout comme dans l’église chrétienne, l’acide spirituel de la critique voltairienne a produit des effets destructeurs ». Et leur pratique sociale dans le melting-pot parisien n’isole pas comme différents de leurs concitoyens des Français juifs qui se conforment à la phrase, apocryphe, de Guizot ministre de Louis-Philippe : « Enrichissez-vous par le travail et par l’épargne ». Lettre de Heine, 21 mai 1840, citée par Maximilien Rubel, dans Marx Karl [édité par Maximilien Rubel], 1982, Œuvres, t. iii Philosophie, Paris, Gallimard, p. 347-381.

12 Références scripturaires. « Mais s’il y a accident, tu donneras vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent » (Exode, 21, v. 23-25) ; « Vous avez entendu qu’il a été dit “Œil pour œil et dent pour dent”. Eh bien ! moi je vous dis de ne pas tenir tête au méchant ; au contraire, quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joie droite, tends-lui encore l’autre » (Matthieu, 5, v. 38-39) [Bible de Jérusalem].

13 Déjacque Joseph, 1858 (2 et 31 août), « L’Humanisphère », Le Libertaire, n° 4 et n° 5.

14 Déjacque Joseph, 1859 (26 novembre), « Le Talion », Le Libertaire, n° 19. Le Bien-être social, dans ses numéros du 28 novembre 1859, et du 1er avril 1860, reprend « La Guerre servile », Le Libertaire, n° 18, 26 octobre 1859, ainsi que « Meurtre pour Meurtre ! », Le Libertaire, n° 22, 27 février 1860.

15 Benjamin Walter, 2000, « Sur le concept d’histoire. Appendice A », in id., Œuvres, t. iii, Paris, Gallimard, p. 443.

16 Déjacque Joseph, « Le Talion », art. cit.

17 94 vers, 4 p. in 4°, mars 1848. Déjacque Joseph, 1848 (mars), Aux ci-devant dynastiques. Aux tartufes du peuple et de la liberté, Paris, A. René, p. 3.

18 Déjacque Joseph, « L’Humanisphère », art. cit.

19 Déjacque Joseph, 1860 (31 janvier), « Les Civilisés de la décadence ou les Martyrs du socialisme, drame en un acte », Le Libertaire, n° 21.

20 Déjacque Joseph, 1860 (17 août), « Amour et Pauvreté », Le Libertaire, n° 25.

21 Il y a des mariages interreligieux dans la grande bourgeoisie. Gourdon Vincent, Grange Cyril, 2009, « L’union d’Émile II Pereire et Suzanne Chevalier. À propos des mariages mixtes sous le Second Empire », Archives juives, vol. 42, n° 1, p. 33-50.

22 Déjacque Joseph, 1859 (12 mai), « Les Souteneurs de la famille aux États-Unis », Le Libertaire n° 13.

23 Déjacque Joseph, « Le Talion », art. cit.

24 Déjacque Joseph, 1860 (27 février), « La Mission de l’Italie », Le Libertaire, n° 22. La démarche de Déjacque est contemporaine des études érudites qui confrontent la foi religieuse aux résultats de l’examen philologique des textes.

25 Deleuze Gilles, Guattari Félix, 2005 [1991], Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Éditions de Minuit, p. 60-81.

26 Déjacque Joseph, 1859 (26 octobre), « Les Idées », Le Libertaire, n° 18.

27 Déjacque Joseph, 1859 (30 septembre), « L’Amnistie », Le Libertaire, n° 17.

28 Déjacque Joseph, 1860 (2 novembre), « Ce que protègent à Rome les baïonnettes françaises », Le Libertaire, n° 26.

29 Déjacque Joseph, Béranger au pilori. Pamphlet, La Nouvelle-Orléans, août 1857 (7 pages, 25 cents). Reproduit dans Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], 2016, À bas les chefs ! Écrits libertaires (1847-1863), Paris, La Fabrique, introduction, p. 128-129. Exergue : deux quatrains de Victor Hugo contre « Napoléon le Petit », et citation de Cœurderoy (« …tant que dureront mes forces, j’oserai toujours »). Réputée perdue, la brochure a été retrouvée en 1998, grâce à la recherche d’Antoine Marique dans les fichiers de la bibliothèque de la Louisiana State University (Baton Rouge, États-Unis).

30 Sue Eugène, 1983, Le Juif errant, Paris, Laffont.

31 Sue Eugène, 1845, Le Juif errant, t. 3, Paris, Paulin, p. 253.

32 Stirner Max, 1972, « Les Mystères de Paris », in id., Œuvres complètes, L’Unique et sa Propriété, et autres écrits, Lausanne, L’Âge d’Homme, p. 65.

33 Ibid., p. 71.

34 Déjacque s’identifie en ouverture de L’Humanisphère (« Qu’est-ce que ce livre ? ») au mousse que maltraite l’équipage dans La Salamandre, roman « d’aventure maritime » de Sue.

35 Berthelon Amand, 1858, Déjacque à son pilori ; satire, suivie de : Honneur au génie, hommage à la mémoire de Béranger, La Nouvelle-Orléans, chez l’auteur et auprès des libraires. Pierre Leroux évolue de 1840 à 1860, vis-à-vis de Béranger, de l’empathie à la dénonciation. Voir Abensour Miguel et Leroux Pierre, 2000, Le Procès des maîtres rêveurs, suivie de L’Utopie socialiste et Lettre au docteur Deville, Arles, Sulliver, p. 71-73, note p. 112-114, et p. 125.

36 Poème signé « J. D., N. O., 1857 », Le Libertaire, n° 19, 26 novembre 1859.

37 « Louvres » : le terme désigne ici par métonymie non les musées mais les palais royaux.

38 Stora Benjamin, 2006, Les trois exils des Juifs d’Algérie, Paris, Stock.

39 Références complémentaires : Benbassa Esther, 1997, Histoire des Juifs de France, Paris, Seuil ; Dreyfus Michel, 2009, L’antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours, Paris, La Découverte ; Dubois Jean et alii, 1980, Dictionnaire de linguistique Larousse, Paris, Larousse ; Dupriez Bernard, 1984, Gradus, Les procédés littéraires (dictionnaire), Paris, 10/18.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search