Version classiqueVersion mobile

Libertaire ! Essais sur l’écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865)

 | 
Thomas Bouchet
, 
Patrick Samzun

Troisième partie. Une pensée en tensions

8

« La société fait son habit ». Déjacque et la crinoline

Thomas Bouchet

Texte intégral

En enfonçant ses dernières épingles à cheveux, Mathilde jette à peine un coup d’œil au miroir encore gris dans le clair-obscur de l’aube. Bien que son intérêt pour la mode ait beaucoup baissé, un regret lui vient en passant sa robe : quel dommage que les crinolines ne se portent plus ; leur ampleur était si avantageuse à de certains moments…Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux

  • 1 « Crinoline : vaste jupon bouffant, primitivement en étoffe de crin, garni d'abord dans le bas de l (...)

1L’entrée du mot « crinoline » dans la langue française remonte sans doute à la fin des années 1820. En août 1829, le Journal des dames et des modes présente à ses lectrices l’étoffe « de crin et de lin » (crino et lino en italien) qui permet de structurer des jupons bouffants aptes à soutenir les jupes et à modeler les silhouettes. Ce serait le premier usage connu du mot en français1.

2Cet été-là Joseph Déjacque n’a pas tout à fait huit ans ; lorsqu’il meurt à Paris environ un tiers de siècle plus tard, la crinoline n’est pas encore passée de mode. Il est donc le contemporain de la naissance et de l’affirmation de ce dispositif vestimentaire aujourd’hui suranné mais qui à son époque stimule l’inventivité technique, enrichit fabricants et marchands, transforme les silhouettes, nourrit les imaginaires.

  • 2 Waugh Norah, 1991, Corsets and Crinolines, New York, Routledge/Theatre Arts Books ; Join-Diéterle C (...)

3Les matières, les formes, les ornements de la crinoline sont très diversifiés dans le tiers central du xixe siècle ; certains modèles peuvent atteindre une circonférence de plusieurs mètres. Cette vogue ne commence à reculer que dans la deuxième moitié des années 1860, notamment sous l’effet de la concurrence de la « tournure » – un rembourrage porté en bas du dos et qui donne de l’ampleur à la robe. Au crépuscule du Second Empire et sous la Troisième République, la crinoline n’est plus d’actualité2.

4La coïncidence des dates fixe le cadre chronologique mais non la raison d’être d’une étude consacrée au regard que Joseph Déjacque porte sur la crinoline. Cette étude naît d’un constat – il parle beaucoup de crinoline – et elle repose sur une hypothèse – parmi les très nombreux motifs qui parsèment ses écrits, la crinoline mérite une attention particulière. Plusieurs facettes du parcours et de la pensée de Déjacque peuvent s’éclairer grâce à elle ; à son propos il mobilise avec talent sa puissance et son inventivité verbales ; c’est un marqueur de la diversité de ses savoirs et de ses expériences ; sa radicalité libertaire trouve sur ce point une occasion de se déployer jusqu’à ses conséquences les plus extrêmes.

  • 3 Voir la contribution de Michel Cordillot dans ce volume.

5Le sort que Déjacque réserve à la crinoline permet enfin, et peut-être surtout, d’examiner sous un angle inhabituel certaines de ses positions sur les femmes, sur l’oppression dont elles sont victimes, sur l’émancipation qu’il appelle pour elles de ses vœux. C’est l’importance cruciale des années passées à La Nouvelle-Orléans, années de production écrite intense, de déceptions de tout ordre (y compris sentimentales)3, qui se révèle aux moments où il stigmatise la mode du « vaste jupon bouffant ».

I. La crinoline sous toutes les coutures

  • 4 Publié dans Le Libertaire, du numéro 1 (9 juin 1858) au numéro 16 (18 août 1859).
  • 5 Déjacque Joseph, 1858 (16 juillet), « La Nouvelle-Orléans », Le Libertaire, n° 3 ; 1858 (20 novembr (...)
  • 6 Déjacque Joseph, 1858 (9 juin), « De quoi vous plaignez-vous ? », Le Libertaire, n° 1 ; 1858 (16 ju (...)
  • 7 Les Civilisés de la décadence ou les Martyrs du socialisme publié dans Le Libertaire du numéro 19 ( (...)
  • 8 De l’ être-humain mâle et femelle. Lettre à P.-J. Proudhon [mai 1857], pamphlet publié dans Déjacqu (...)

6Dans son œuvre dense et multiforme Déjacque aborde une vingtaine de fois la question de la crinoline. Ce sont surtout les colonnes du Libertaire (New York, 1858-1861) qui en gardent la trace. Là sont repérables, éclatantes ou plus discrètes, les crinolines de L’Humanisphère4 : celles de ses textes théoriques, polémiques ou de circonstance (de La Nouvelle-Orléans au Circulus dans l’Universalité (partie i), de l'Anniversaire du 24 février aux Idées)5, celles de poèmes (De quoi vous plaignez-vous ?, La Femme artiste et le Mari homme-entretenu, Amour et pauvreté)6 ou celles de la pièce de théâtre Les Civilisés de la décadence ou les Martyrs du socialisme, un drame en un acte qui met en scène les jeunes ouvriers Mariette et Christin7. La crinoline est présente, enfin, dans le pamphlet De l’être-humain mâle et femelle dirigé contre Proudhon (1857)8. Ainsi le motif est-il disséminé dans presque tous les genres d’écrits auxquels Déjacque s’essaie au cours de son existence.

  • 9 Trésor de la langue française informatisé.

7Le mot se trouve chez lui en bonne place dans un univers lexical où figurent aussi le « panier » en vogue au xviiie siècle (« pièce du costume féminin constituant une sorte de corps de jupe baleiné et rembourré destiné à élargir et à faire bouffer à partir de la taille et de chaque côté la jupe ou la robe »), le « cerceau » (« cercle en acier flexible servant à arrondir les jupons et les crinolines »), la « cage » (« armature rigide portée autrefois par les femmes pour faire bouffer les robes, les jupes »), le « ballon » (« postiche en crinoline »)9.

8S’il fixe son attention sur la crinoline et ce qui lui est apparenté, Déjacque ne reste pas pour autant silencieux sur d’autres parties constitutives du vêtement féminin (le corset, le chapeau) et au-delà sur le vêtement féminin en général. À défaut d’une étude globale – qui outrepasserait notre sujet –, on s’en tiendra ici à quelques remarques qui mettront la crinoline en contexte et aideront à se convaincre que le vêtement est aux yeux de Déjacque un important marqueur de l’oppression sociale et politique.

9Il évoque à diverses reprises l’ensemble de la silhouette féminine par la mise en parallèle de l’immensité bouffante de la crinoline et de l’étroitesse étouffante du corset. Comme la crinoline, le corset empêche selon lui les femmes de se mouvoir à leur gré. Il mobilise ce motif pour rendre tangibles non seulement les violences faites aux femmes mais aussi les obstacles qui s’opposent à l’émancipation sociale et politique du genre humain. C’est le cas dans l'Anniversaire du 24 février à propos des suites de la révolution de Février, révolution avortée :

  • 10 « Busc : lame flexible de baleine, d'ivoire, d'acier, […] plate, plus ou moins large, servant à mai (...)

Pour qu’une Révolution sociale sorte viable d’un mouvement populaire, il ne faut pas primitivement cacher sa grossesse comme une honte, l’étrangler ainsi dans les plis du silence, en violenter le développement par le busc et par la ceinture10

  • 11 Déjacque Joseph, 1859 (26 novembre), « Les Civilisés de la décadence ou les Martyrs du socialisme » (...)
  • 12 Dans Les Civilisés de la décadence, Christin a des mots très durs contre le mari de l’ouvrière moqu (...)

10À la crinoline ou au corset s’ajoutent dans la même perspective le chapeau, ou les bijoux. Déjacque porte un jugement très sévère sur les manières de s’habiller de ses contemporains, quels que soient leurs milieux sociaux d’appartenance. Il fustige ou tourne en ridicule les ouvriers aussi bien que les bourgeois. Voici par exemple une ouvrière d’atelier qui se pavane dans les allées du bois de Boulogne « avec son ballon de crinoline, sa robe jaune, son schall vert, son chapeau bleu à rubans écossais, et ses bijoux en cuivre verni » sous le regard dédaigneux et moqueur de la jeune Mariette dans Les Civilisés de la décadence11. Déjacque signale enfin à diverses reprises des correspondances entre les désastreuses habitudes vestimentaires des femmes et celles des hommes ; au même titre que les robes et les bijoux, l’attirail des hommes – chapeaux, habits et redingotes, pantalons, bottes – nourrit ses quolibets ou attise sa colère12.

  • 13 Voir Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], 2016, À bas les chefs ! Écrits lib (...)
  • 14 Daumier Honoré, 1856 (16 avril), « Manière d’utiliser les jupons », Le Charivari, reproduit dans Wo (...)
  • 15 Par exemple : « Crinolineomania », Punch, 27 décembre 1856. La vogue de la crinoline y est décrite (...)
  • 16 Déjacque Joseph, « La Nouvelle-Orléans », art. cit. L’expression « voilà le baquet » peut désigner, (...)

11Tout cela stimule son inventivité verbale. Orfèvre en la matière13, il s’inscrit néanmoins dans une riche tradition satirique et polémique qui s’exprime par le texte ou par l’image. La crinoline, notamment, excite la verve de caricaturistes français ou britanniques, tels Daumier en France14 ou l’équipe de Punch en Grande-Bretagne15. Comme eux Déjacque s’appuie sur la force visuelle du ballon, de la cage et du panier. Il n’est pas non plus insensible à la sonorité du mot crinoline : sa langue est nourrie d’une oralité qui caractérise en particulier les mondes populaires urbains. Il mobilise dans cette logique l’argot des faubourgs en point d’orgue d’une charge particulièrement appuyée contre l’esprit prostitué des femmes de La Nouvelle-Orléans : « [Elles] se pavoisent de volumineuses housses, elles s’entourent le ventre de scandaleux cerceaux ; – manière à elles de dire aux gens : — voilà le baquet16 !… ».

12Il lui arrive par ailleurs d’employer « crinoline » pour « femme à crinoline » et il forge même le néologisme « crinolin » pour « féminin » lorsqu’il raille « un des costumes masculins ou crinolins de notre époque » dans L’Humanisphère. Il fustige les « esprits-cerceaux » dans Amour et pauvreté, il laisse libre cours au déchaînement de son inventivité verbale dans L’Humanisphère :

  • 17 Déjacque Joseph, 1858 (20 novembre), « L’ Humanisphère. Utopie anarchique », Le Libertaire, n° 8.

Seulement, la beauté pour les hommes antérieurs et inférieurs, pour les fossiles de l’Humanité, c’est la carnation sanguine et replète, l’enceinture informe et bariolée, un luxe de viande ou de crinoline, de plumes d’oiseaux de mer ou de rubans autrichiens, c’est la Vénus hottentote ou la poupée de salon17.

  • 18 Blanckaert Claude (dir.), 2013, La Vénus hottentote entre Barnum et Muséum, Paris, Muséum national (...)
  • 19 Lorsqu’elle se fait « des hanches de mère Gigogne ou de Vénus hottentote à l’aide de la crinoline o (...)

13Il établit là des correspondances entre esprit, chair et vêtement, mobilisant son savoir contre la crinoline en particulier, et en général contre tout ce qui accentue à l’extrême les contours du ventre, des hanches, des fesses. C’est à cet effet qu’il évoque la Vénus hottentote : cette femme noire esclave du sud de l’Afrique (1789 env.-1815) est devenue attraction de foire dans des zoos humains d’Europe en raison notamment de l’hypertrophie de ses hanches et de ses fesses ; exposée en France, elle a servi d’objet sexuel ou d’objet de curiosité pour les scientifiques18. De même Déjacque évoque la mère Gigogne, un personnage apparu au xviie siècle dans le théâtre populaire forain où les marionnettes sont à l’honneur ; replète, gironde, elle incarne une maternité débridée, une fécondité sans bornes – elle abrite sous ses très amples jupes de nombreux enfants qui en jaillissent pour la plus grande joie du public19.

II. Au combat pour un monde sans crinoline

  • 20 Un exemple parmi beaucoup d’autres : La Fizelière Albert (de), 1859, Histoire de la crinoline au te (...)
  • 21 Mêmes charges dans De l’être-humain mâle et femelle contre celles qui s’attachent « de la verroteri (...)
  • 22 De l’ être-humain mâle et femelle, pamphlet publié dans Déjacque Joseph [présentation et notes par (...)

14Déjacque déploie dans ses écrits un grand nombre d’arguments contre la crinoline. Il n’est pas le seul à le faire20 ; ses critiques sont cependant beaucoup plus radicales, en général. Elle inspire le rire et ridiculise celles qui la portent, comme le souligne Mariette dans Les Civilisés de la décadence lorsqu’elle décrit la progression heurtée de la femme en crinoline dans les sentiers du bois de Boulogne (« Elle avait déjà fait deux accrocs à sa jupe ; pauvre jupe ! elle a dû revenir en lambeau d’une si périlleuse excursion »21). Elle dessine, affirme Déjacque dans L’Humanisphère, une laide silhouette d’une « raideur bouffie ». La femme renonce à son intelligence et à sa volonté lorsqu’elle la porte : « Hélas ! pour plaire à son seigneur et maître, elle n’a pas eu besoin d’une grande dépense de force intellectuelle et morale »22.

15La crinoline est selon Déjacque le signe de la soumission à la mode, la preuve des ravages exercés par la coquetterie, le summum de l’artifice vestimentaire et de la minorité mentale. L’adopter c’est adhérer à l’oppression, c’est suivre aveuglément les canons esthétiques fixés par les hommes et accepter d’exciter leur regard. Avec la crinoline les femmes de la haute société se soumettent aux désirs mâles et les femmes du peuple ajoutent à cette première sujétion la dégradation qui accompagne l’imitation servile des femmes de haut rang.

  • 23 Déjacque Joseph, « Les Civilisés de la décadence », art. cit.

Prolétaires, prolétaires ! s’écrie Christin, quand cesserez-vous d’être plus bourgeois que les bourgeois ? N’est-ce donc pas assez de l’esclavage physique et forcé, et vous faut-il encore l’esclavage volontaire et moral23 ?…

16Tout cela inspire à Déjacque des remarques acerbes sur l’équivalence entre port de la crinoline et prostitution. Faut-il acheter un modèle ?

  • 24 Déjacque Joseph, « De quoi vous-plaignez-vous ? », art. cit.

– Pour satisfaire au luxe de vos jupes,
Un check vaut mieux qu’un pauvre billet doux.
Vous vous vendez ; vos amants font des dupes…
– Cœurs sans amours, de quoi vous plaignez-vous24 ?

  • 25 Déjacque Joseph, « La Nouvelle-Orléans », art. cit., l’enseigne signale la présence d’une maison de (...)

17Un peu plus tard, lorsqu’il invective La Nouvelle-Orléans comme un être de chair et de sang décomposé jusqu’à la moelle, il s’emporte : « Les femmes à qui tu donnes naissance et qui appartiennent à ta société élégante sont plus éhontées encore ; ce n’est pas à leur maison qu’elles accrochent leur enseigne, c’est à leur jupon »25. En définitive la crinoline déshumanise les femmes, assimile et réduit leur être au vêtement qu’elles portent.

  • 26 Déjacque Joseph, « Amour et pauvreté », art. cit.

Leur torse est de l’osier, panier sans conscience…
– La ruche attend encore son vivifique essaim !…
[…] C’est vous, – cœurs sans droiture, intelligences croches,
Échalas déjetés, vieux manches à bamboches,
Fronds tords, esprits – cerceaux, – qui fûtes son tuteur…
Et vous l’avez faussée !… et jusqu’à sa racine
Vous avez incliné sa tige, sa poitrine,
Et roulé dans la boue et sa grappe et sa fleur26 !!

18On comprend dans ces conditions que la mode vestimentaire de la crinoline permette à Déjacque d’exprimer sous une forme imagée et percutante ce qu’il pense de ses contemporains.

  • 27 Déjacque Joseph, 1859 (27 juillet), « L’ Humanisphère. Utopie anarchique », Le Libertaire, n° 15.

La société fait son habit, et une société qui s’habille comme la nôtre, dénonce, comme la chrysalide pour sa coque, sa laideur de chenille à la clarté des yeux. […] L’enveloppe c’est l’homme : la physionomie n’est jamais un masque pour qui sait l’interroger. Le moral perce toujours au physique. Et le physique de la société actuelle n’est pas beau : combien plus laid encore est son moral27 !

  • 28 Le vêtement est également un marqueur de toute première importance dans l’œuvre de plusieurs social (...)

19D’où un contraste saisissant avec ce que Déjacque décrit avec force détails dans L’Humanisphère. Au temps d’harmonie le vêtement exprime la grandeur et la dignité des humains28.

  • 29 Déjacque Joseph, 1859 (27 juillet), « L’ Humanisphère. Utopie anarchique », art. cit.

Je n’ai pas encore parlé du costume des humanisphériens. Leur costume n’a rien d’uniforme, chacun s’habille à sa guise. Il n’y a pas de mode spéciale. L’élégance et la simplicité en est le signe général. C’est surtout dans la coupe et la qualité des étoffes qu’en est la distinction. La blouse, dite roulière, à manches pagodes, de toile pour le travail, de drap ou de soie pour les loisirs ; une culotte bretonne ou un pantalon large ou collant, mais toujours étroit du bas, avec des bottes à revers par-dessus le pantalon ou de légers cothurnes en cuir verni […]. Les hommes comme les femmes portent indifféremment le même costume. Seulement, les femmes substituent le plus généralement une jupe au pantalon, ornent leur blouse ou tunique de dentelles, leurs poignets et leur cou de bijoux artistement travaillés, s’ingénient pour les coiffures les plus capables de faire valoir les traits de leur visage ; mais aucune d’elles ne trouverait gracieux de se percer le nez ou les oreilles pour y passer des anneaux d’or ou d’argent et y attacher des pierreries. Un grand nombre portent des robes à taille dont la multiplicité des formes est à l’infini. Elles ne cherchent pas à s’uniformiser les unes avec les autres, mais à se différencier les unes des autres29.

  • 30 Les choix vestimentaires de Mariette donnent une idée de ce que serait un monde sans crinoline – si (...)
  • 31 Ces citations et toutes celles qui suivent sont extraites de L’Humanisphère.

20Ici encore « la société fait son habit ». La liberté des humanisphériens se lit dans la dilution des différences entre vêtements masculins et vêtements féminins : l’égalité hommes-femmes se traduit par l’équivalence des manières de s’habiller. La dictature de la crinoline laisse la place chez les femmes à la beauté et à la simplicité des vêtements et des parures30. L’habit se fait léger, presque aérien. Il s’émancipe de la mode qui uniformise, il se soustrait aux séductions de l’artifice. Le « pli ample et flottant », preuve de « grâce » et de « liberté », témoigne de l’authenticité de l’être : il ne masque ni ne trompe. Le vêtement accompagne la dignité de l’homme « cervelain » car il dégage de la pesanteur du ventre et des fesses pour ouvrir sur les parties hautes – le cœur et l’esprit –, pour garantir l’amplitude du geste. Il officialise la mort du bourgeois, cet être « tellement difforme et immonde », « cette chose qui n’est pas l’aristocrate et qui n’est pas le prolétaire, ce tas de chair, – ni bras ni tête, ni cœur, mais tout ventre »31.

21Ainsi les humanisphériens jouissent-ils d’une métamorphose radicale du réel. Les mots retrouvent leur véritable sens ; l’illusion de la crinoline, du panier, du cerceau, du ballon se dissipe. Au temps de l’humanisphère, « les ballons dans lesquels naviguent sur terre les femmes […] sont réservés pour les steamers aériens ». Et les contours mêmes du phalanstère-cité dans lequel se déploie la vie humanisphérienne sont à l’image de cette émancipation vestimentaire :

  • 32 Déjacque Joseph, 1858 (20 novembre), « L’ Humanisphère. Utopie anarchique », art. cit.

La forme de celui-ci est à peu près celle d’une étoile, mais ses faces rectangulaires n’ont rien de symétrique, chacune a son type particulier. L’architecture semble avoir modelé dans les plis de leur robe structurale toutes les ondulations de la grâce, toutes les courbes de la beauté32.

III. La Nouvelle-Orléans, une capitale pour la crinoline

  • 33 Quelques exceptions : Le Circulus dans l’Universalité (partie i), Anniversaire du 24 février, Les I (...)

22L’Humanisphère est sans nul doute écrit après l’arrivée de Déjacque en Louisiane (1855) et avant son retour à New York (1858). Par ailleurs, les textes du Libertaire où il est fait référence à la crinoline sont souvent datables de ses années passées à La Nouvelle-Orléans33. Cette mode est répandue dans la très grande ville du Sud, carrefour de populations d’origines très diverses, pôle économique de tout premier plan, qui compte alors près de 175 000 habitants.

  • 34 La source de la maladie de la crinoline, lit-on dans Punch, c’est la Cour impériale à Paris, et not (...)

23Avant le tournant des années 1850, l’histoire de la crinoline est européenne et son essor reste limité. C’est sous le Second Empire que la mode s’installe, d’abord en France, avec d’efficaces relais34 et grâce à un ensemble d’innovations marquantes qui se succèdent à un rythme soutenu, qui portent sur la structure de la crinoline, ses tissus et leur traitement, ses ornementations. En 1856, Auguste Person élabore une « crinoline-cage » en armant l’étoffe tramée de crin de cerceaux métalliques reliés les uns aux autres par des cordons. La production devient industrielle. En France, l’entreprise Peugeot Frères produit à la fin des années 1850 plusieurs tonnes d’acier par mois pour la fabrication de crinolines à Valentigney et Terre-Blanche (Doubs).

24De nouvelles teintures chimiques permettent l’extension de l’éventail des couleurs : le vert cru, le bleu vif et le violet rencontrent les goûts des clientes. L’invention de la dentelle mécanique rend possible l’ornementation des tenues à moindre coût. Sur le plan de la commercialisation, le succès des journaux de mode augmente l’audience féminine : des couturières et des modistes reproduisent les modèles présentés dans les revues illustrées grâce à l’essor de la machine à coudre familiale et à l’achat en grands magasins de toutes les fantaisies agrémentant les toilettes. Les boutiques où la clientèle trouve corsets et crinolines se multiplient.

  • 35 Pour le New Orleans Daily Crescent et plus généralement pour la presse de l’époque aux États-Unis, (...)
  • 36 New Orleans Daily Crescent, par exemple les 13, 15, 26-28 octobre 1857, 2-3 et 5-6 novembre 1857.

25Ces évolutions sont sensibles outre-Atlantique. L’Américain W. S. Thomson dépose la même année qu’Auguste Person un brevet valable aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France, pour sa Metal Cage Crinoline ; il rencontre très vite un succès foudroyant. À La Nouvelle-Orléans les journaux ne commencent à parler régulièrement de crinoline qu’en 1857 même si dans le New Orleans Daily Crescent35 une occurrence est repérable le 10 novembre 1856 – il s’agit d’une réclame pour des « robes à crinoline brodées ». Le 1er février 1857, les lecteurs découvrent les ravages d’une crinoline qui a échauffé par friction la jambe d’un infortuné journaliste dans la ville voisine de Mobile (Alabama). Des anecdotes du même tonneau sont publiées dans les semaines qui suivent – le 14 mars un petit texte intitulé A faux-pas ; le 6 avril une histoire d’évanouissement d’une femme à crinoline à Paris ; le 7 septembre les mésaventures d’une femme ayant caché son enfant sous sa robe pour éviter de payer son billet de train. Le 28 mars est reproduit un article « Crinoline » initialement paru dans le New York Post. Viennent ensuite à l’automne de fréquentes réclames : B. Piffet, au 122 Canal Street, fait savoir qu’il les commercialise36.

  • 37 Ahlstrom Courtney Leigh, 2012, A Space In Between: Material Enclosures for the Women of New Orleans (...)
  • 38 Ibid., p. 18.

26Dans les premiers temps, la crinoline est à La Nouvelle-Orléans une marque de distinction sociale : seules les plus riches femmes y ont accès. Elles se les procurent dans les magasins huppés de Chartres Street et de Canal Street ; elles les portent dans les rues, sur les places et les promenades de leurs quartiers de prédilection37. Pourtant, il est indiqué dès le 1er février 1857 dans l’article déjà cité sur Mobile que les crinolines sont à la mode pour toutes les strates de la société, des domestiques (maids) aux femmes du grand monde (highest ladies). Il s’avère effectivement que des maîtresses de maison donnent à leur personnel féminin les modèles qu’elles cessent de porter et que des esclaves reprennent la mode à leur compte en fabriquant elles-mêmes leurs armatures à partir de baguettes de bois souple38.

  • 39 Baron John H., 2013, Concert Life in XIXth Century New Orleans, Baton Rouge (Lousiane), State Unive (...)
  • 40 New Orleans Daily Crescent, 4 avril 1857.

27Les spectacles qui rythment la vie culturelle et mondaine de La Nouvelle-Orléans sont autant d’occasions de porter et de faire admirer la crinoline. Le séjour de Déjacque s’inscrit dans une décennie d’« années fastes » pour les concerts, en particulier à Odd Fellow’s Hall et au théâtre d’Orléans. La ville est l’une des toutes premières aux États-Unis – et peut-être même la première – dans ce domaine39. Tous les styles sont représentés, depuis le répertoire opératique classique jusqu’aux romances et aux chansons légères. Au théâtre d’Orléans sont programmés le 6 avril 1857 à la fois le premier acte de Norma, le troisième acte du Barbier de Séville et la chanson comique La Crinoline, par M. Carrier40.

  • 41 Déjacque Joseph, 1857, Les Lazaréennes. Fables et chansons, poésies sociales, La Nouvelle-Orléans, (...)

28Déjacque prend visiblement plaisir à assister à des concerts ; sensible à la magie du chant, il y voit aussi le moyen d’accéder à des fréquentations nouvelles après plusieurs années d’un exil plutôt solitaire à Londres, à Jersey et à New York. Il cherche aussi à constituer un lectorat qui pourrait lui venir des populations francophones aisées. Quelques-uns de ses écrits témoignent de cette ambition. Les poèmes qu’il compose en 1856 et au début de l’année 1857 et qu’il intègre dans le recueil Les Lazaréennes sont destinés, écrit-il en préface, à recueillir les bonnes grâces de la « population d’élite » de la Louisiane41.

29Une partie de ses textes d’alors, d’un style convenu, sont dans l’air du temps.

  • 42 D’esprit rebelle à malin esprit (mars 1856), publié dans Déjacque Joseph, Les Lazaréennes, op. cit.(...)

Tout ce que peut l’Aurore épandre de lumières ;
Tout ce qu’au front la Nuit a de pur et de doux,
Les étoiles, les fleurs et toutes les paupières,
Tout cela pâlirait, démone, devant vous42 !

  • 43 Déjacque Joseph, Les Lazaréennes, op. cit., p. 146.

30Certaines de ces pièces sont consacrées au monde du spectacle et du chant. En mai 1856, Déjacque signe Souvenir (« Sur le navire où planera votre âme / Nous vous suivrons avec les yeux du cœur. / Au moindre vent qui troublera la lame / Nous tremblerons pour vous, oiseau chanteur ! »)43 ainsi que Théâtre et femme. En novembre 1856, Avé creuse le sillon :

  • 44 Ibid., p. 153-155.

Ève, même, n’a pas d’attaches plus flexibles
Et fortes, de contours plus moelleux, plus sensibles.
Sa taille a la souplesse et la mobilité
Du roseau, comme elle a du chêne la fierté.
[…] Blonde divinité du chant, de la beauté
Pour temple et pour palais, vous avez le théâtre.
[…] L’idole !… nous allons pouvoir encore l’entendre,
Revoir son doux sourire et ses traits gracieux,
poursuivre avec le cœur quelque rêve bien tendre,
Et quitter par moments la terre pour les cieux44 !

IV. Déceptions, amertume, cécité ?

  • 45 Née en 1831 de parents italiens, élevée entre un père ténor et une mère soprano, Amalia Patti fait (...)

31Il ne fait aucun doute que Déjacque a composé certains de ces poèmes en pensant à la cantatrice Amalia Patti Strakosch45 car il lui dédie le 20 février 1856 quelques strophes admiratives et enflammées :

  • 46 Déjacque Joseph, Les Lazaréennes, op. cit., p. 88.

Oh ! Ne dirait-on pas, Madame, à vous entendre,
– Soit que vous rugissiez des sons pleins de courroux,
Ou que vous soupiriez la note la plus tendre, –
Que c’est vous la fauvette, et la lionne, vous46 !

  • 47 Voilà qui expliquerait la présence de mot « démone » à la fin de D’esprit rebelle à malin esprit, e (...)
  • 48 Je dois tout ce qui concerne Pauline Colson aux recherches menées par Patrick Samzun.

32Il est par ailleurs très probable que d’autres poèmes font référence de manière moins explicite à Pauline Colson (1828-1904), qui a incarné à La Nouvelle-Orléans, en 1856, le rôle de la « démone »47 Urielle dans Les Amours du diable de Grisar et celui de Néméa dans Si j’étais roi d’Adam : le poème Orientale utilise même le titre de cet opéra comme une ritournelle. De ce fait, les piques contre « le mari homme-entretenu », dans le poème de 1857, pourraient certes viser Maurice Strakosch, le mari pianiste d’Amalia Patti Strakosch, mais tout aussi bien peut-être le mari de Pauline Colson, Charles Alexandre, qui l’accompagna en tant que ténor léger tout au long de sa tournée américaine. On ne serait pas étonné si le « toutou [qui] ne va que sur deux pattes » et qu’« on appelle… Ténor » dans la fable Le Chéri de février 1857 était effectivement Charles Alexandre48.

33Déjacque a sans doute fait la cour à Amalia Patti Strakosch et à Pauline Colson. Ses ardeurs ne sont visiblement pas payées de retour. Éconduit, il laisse sourdre sa déception et son amertume dans quelques textes saisissants. C’est le cas de La Femme artiste et le Mari homme-entretenu, sans doute diffusé à La Nouvelle-Orléans avant l’été 1857 – mais il n’en subsiste aucune trace – puis reproduit dans Le Libertaire du 16 juillet 1858. Dans ce texte il décoche ses flèches à la figure du mari, emblème de la propriété et de l’autorité dans la sphère familiale :

  • 49 Le rôle social du mari est attaqué dans L’Huître et la Perle (janvier 1857). Déjacque y évoque une (...)

Ah ! pourquoi donc cet homme, – image de ces brutes
Vivant de pus humain, qu’on trouve au fond des chutes,
Comme certains poissons dans l’égout des torrents, –
Pourquoi cet homme aimé de cette femme artiste49 ?

34Sa réponse, dans toute sa brutalité, touche cette fois la femme :

C’est qu’elle aime le muscle encor plus que la fibre ;
C’est que le corps tressaille avant que l’âme vibre ;
[…] C’est qu’elle est plus encore femelle, hélas ! que femme ;
Et qu’elle porte au cœur plus d’un fangeux haillon !

  • 50 Référence à son métier de peintre et colleur de papiers.
  • 51 Béranger au pilori. Pamphlet par Joseph Déjacque (La Nouvelle-Orléans, 1857).

35Amand Berthelon, un Français installé à La Nouvelle-Orléans et vague poète à ses heures, compose quelques mois plus tard une charge très appuyée contre ce « Déjacque-Badigeon »50, coupable d’un crime de lèse-majesté pour avoir flétri la mémoire du poète Béranger51. À cette occasion Berthelon remobilise une affaire sentimentale qui aurait eu pour protagonistes Déjacque, une femme artiste et son époux :

  • 52 Berthelon Amand, 1858, Déjacque à son pilori ; satire suivie de : honneur au génie, hommage à la mé (...)

Un homme (soi-disant), et se croyant modèle,
Se crut permis d’aimer une femme fidèle ;
L’artiste, épouse et mère, aimait son digne époux,
Et chassa ce galant rempant [sic] à ses genoux.
Le galant persista, mais le cœur de la femme,
Qui connaît la distance entre… amour… et infâme
S’arma de son mari qui chassa cet amant. […]
Que fit notre amoureux, notre républicain,
Notre dicteur de lois, monsieur Déjacque, enfin ?
Il créa, par vengeance, et contre cette dame
Qui prouva de l’amour, de la pudeur, de l’âme,
Un livre mensonger et dont le titre affreux
Prouve que son auteur est un lâche odieux52.

  • 53 Par exemple : Le Chant des damnés (avril 1856) et Le Chant des flibustiers (mai 1856), publiés dans (...)
  • 54 Déjacque Joseph, Les Lazaréennes, op. cit., p. vi.

36Il serait hasardeux de prétendre que si Déjacque quitte La Nouvelle-Orléans en 1858, c’est en raison d’une déroute sentimentale. Il faut sans doute voir aussi dans ce départ l’effet de l’hostilité accumulée contre celui qui a publié deux pamphlets ainsi que quelques poèmes très radicaux53, et qui s’est positionné en faveur de l’émancipation des esclaves. En outre, le fiasco des Lazaréennes l’affecte : malgré ses efforts, il confesse en mars 1857 qu’il n’a réussi à faire souscrire que quatre abonnements54. Il fait donc le constat de sa désillusion : il pensait trouver à La Nouvelle Orléans un environnement favorable à ses idées ; la violence sociale et raciale de la capitale du Sud l’a laissé abasourdi. Ainsi poursuit-il son errance d’exilé en regagnant New York.

37Lorsqu’il dépeint au vitriol La Nouvelle-Orléans dans le numéro 3 du Libertaire, il règle ses comptes avec la ville et avec ses habitants. La douleur causée par l’expérience louisianaise se cristallise entre autres sur le motif de la crinoline, marqueur d’une société hostile – le monde des concerts et du spectacle, de l’intolérance, d’une hypocrisie masquant mal les plus obscènes des turpitudes.

  • 55 Ahlstrom Courtney Leigh, « A Space In Between… », art. cit., p. 13.
  • 56 Seule mention critique repérée jusqu’à présent dans les écrits de féministes françaises : le 20 fév (...)
  • 57 Ahlstrom Courtney Leigh, « A Space In Between… », art. cit., p. 2 et 19. Courtney Leigh Ahlstrom su (...)
  • 58 Ibid.

38Mais la crinoline est-elle en vérité une cible si bien choisie ? Déjacque assimile celles qui la portent à des prostituées alors que, « dans le contexte du xixe siècle médian à La Nouvelle-Orléans, le port de la crinoline-cage était pour les femmes l’un des marqueurs de la respectabilité »55. En outre, est-il tout à fait convaincant lorsqu’il proclame que la crinoline porte radicalement atteinte à la liberté des femmes ? Elle suscite apparemment très peu de réactions critiques de la part des premières concernées56. Elle permet aux utilisatrices de mouvoir librement leurs jambes, en toute discrétion. Les armatures, toujours plus souples et légères, sont plus agréables que les accumulations de jupons qui leur préexistaient. Les femmes peuvent ainsi préserver au sein de l’espace public un domaine privé « féminisé » à l’abri d’« artefacts matériels », de « clôtures faites de métal »57. En ce sens Déjacque est peut-être une victime directe de la crinoline : dans les milieux privilégiés de La Nouvelle-Orléans ou d’ailleurs, la crinoline ne prévient-elle pas « les tentatives d’incursion menées par des hommes différents par leur milieu social ou leur race »58 ?

39Les rédacteurs britanniques de Punch ne s’y trompent pas. Le 25 juin 1856, le journal décrit l’« état d’isolement » des femmes soumises à la mode des crinolines : impossible à quiconque – c’est-à-dire aux hommes – de s’approcher d’elles ; ils sont obligés de rester « à distance respectueuse ». Dans la livraison du 27 décembre 1856, l’article « Crinolineomania » stipule qu’« au même titre que d’autres victimes de la folie, la Crinolineomaniaque est difficile à approcher ». Dans le même numéro les lecteurs font la connaissance de « Mr Tremble », un homme fort malin : il a emprunté la crinoline de sa femme pour arpenter sans danger les rues mal famées de Londres : l’accessoire n’est pour lui rien moins qu’un « pardessus breveté pour prévenir l’attaque par strangulation ».

  • 59 Roberts Helene E., 1977, « The Exquisite Slave. The Role of The Clothes in the Making of the Victor (...)
  • 60 On lira avec profit sur ce point les réflexions de Rebecca Mitchell : elle souligne l’« ambivalence (...)

40Ainsi est-il possible de nuancer les analyses qui ne font de la crinoline qu’un instrument de soumission domestique des femmes. L’« exquise esclave » frivole, bercée de rêves stupides, soumise aux couturiers, empêtrée dans ses robes59 est une figure par trop caricaturale60. Déjacque est sans doute bien placé pour le savoir.

Figure 1. Modèle de crinoline gonflable

Figure 1. Modèle de crinoline gonflable

Légende : La crinoline saisie par les caricaturistes dans l’Angleterre de la deuxième moitié des années 1850.

Source : « Dressing for the Ball in 1857 », caricature de John Leech paru dans Punch’s Pocket Book (Londres, 1857). Wikimedia Commons (domaine public), https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Dressing_for_the_Ball_in_1857,_Punch%27s_Pocket_Book_(cropped).jpg.

41Entre le retour de Déjacque en France et sa mort, seules quelques lettres de lui sont conservées. Il n’y parle pas de crinoline. Pendant ses dernières années de probable solitude au cœur de Paris, les crinolines ne sont pas passées de mode mais le motif a sans doute perdu de sa charge initiale ; il n’y a donc pas de raison pour qu’il se retrouve dans ses derniers écrits, nourris comme l’ensemble de son œuvre par l’expérience vécue. Les images qu’il forge ont leurs matrices dans son existence concrète, soit qu’elles rendent compte de ses innombrables tribulations, soit qu’elles traduisent ses rêves et ses cauchemars.

  • 61 Sur le féminisme de Déjacque, voir la contribution de Jean-Christophe Angaut dans le présent volume
  • 62 Dans le même ordre d’idées, voici la position de Déjacque sur l’allaitement : « La femme qui fait a (...)
  • 63 Déjacque Joseph, De l’être-humain mâle et femelle, op. cit.

42Ses déboires sentimentaux mettent pendant les années louisianaises son féminisme à rude épreuve61. Ils alimentent un intense combat intérieur. Lorsqu’il encense la femme (« lionne » ; « muse ») et la fustige (« femelle »), lorsqu’il s’en prend à la gent féminine à crinoline de La Nouvelle-Orléans, il adopte pour un temps les accents de ceux dont il dénonce par ailleurs la misogynie62. Sur la question particulière de la crinoline Déjacque n’est pas aux antipodes de Proudhon ; le 17 juillet 1857, celui qu’il qualifie d’« écrivain fouetteur de femmes »63 fustige lui aussi la crinoline :

  • 64 Proudhon Pierre-Joseph, notes du 14 juillet 1857, carnets de notes xi, 22 novembre 1854-4 mai 1864, (...)

Chose triste à dire, note Proudhon : l’étranger, qui ne cesse de médire de la France, l’imite en tout, dans le mal et dans le bien. Ainsi, la crinoline, le luxe des femmes, leurs dépenses exagérées, la prostitution qui s’ensuit, les sodomies et tribadies, les cafés concerts, bals, etc., tout cela est imité de Paris, importé quelquefois par des courtisanes et proxénètes parisiennes64.

43Mais c’est dans sa lettre à Jenny d’Héricourt (1857) que Proudhon se montre le plus violent :

  • 65 Proudhon Pierre-Joseph, 1857 (janvier), « Lettre à Madame J. d’Héricourt », Revue philosophique et (...)

Il y a chez vous, au cerveau comme dans le ventre, certain organe incapable par lui-même de vaincre son inertie native, et que l’esprit mâle est seul capable de faire fonctionner, ce à quoi il ne réussit même pas toujours. Tel est, madame, le résultat de mes observations directes et positives : je le livre à votre sagacité obstétricale et vous laisse à en calculer, pour votre thèse, les conséquences incalculables65.

  • 66 Une piste : « En l’air donc castors, corsets, cravaches, crinoline, polissons, tours, mollets et to (...)

44Les questions de crinoline, de ventre et de bas-ventre, de mode, de prostitution, ne sont pas du tout posées dans les mêmes termes par Proudhon et par Déjacque. Pourtant, l’un et l’autre s’y heurtent. Une étude consacrée au motif de la crinoline dans les écrits d’autres socialistes encore66 permettrait sans doute de repérer les points de désaccord majeurs entre les uns et les autres ; elle mettrait peut-être aussi en lumière de troublantes et singulières concordances.

Notes

1 « Crinoline : vaste jupon bouffant, primitivement en étoffe de crin, garni d'abord dans le bas de lames souples et de baleines, puis constitué par des cerceaux métalliques reliés entre eux par des rubans de toile sur lesquels le tissu était cousu » (Trésor de la langue française informatisé [En ligne], URL : http://atilf.atilf.fr/.

2 Waugh Norah, 1991, Corsets and Crinolines, New York, Routledge/Theatre Arts Books ; Join-Diéterle Catherine et Tétart-Vittu Françoise (dir.), 2008, Sous l’Empire des crinolines (1852-1870), catalogue de l'exposition du Palais Galliera, Paris, Éditions Paris Musées.

3 Voir la contribution de Michel Cordillot dans ce volume.

4 Publié dans Le Libertaire, du numéro 1 (9 juin 1858) au numéro 16 (18 août 1859).

5 Déjacque Joseph, 1858 (16 juillet), « La Nouvelle-Orléans », Le Libertaire, n° 3 ; 1858 (20 novembre), « Le Circulus dans l’Universalité », partie i, Le Libertaire, n° 8 ; 1859 (26 octobre), « Anniversaire du 24 février », Le Libertaire, n° 11 ; 1859 (26 octobre), « Les Idées », Le Libertaire, n° 18.

6 Déjacque Joseph, 1858 (9 juin), « De quoi vous plaignez-vous ? », Le Libertaire, n° 1 ; 1858 (16 juillet), « La Femme artiste et le Mari homme-entretenu », Le Libertaire, n° 3 ; 1860 (17 août), « Amour et pauvreté », Le Libertaire, n° 25.

7 Les Civilisés de la décadence ou les Martyrs du socialisme publié dans Le Libertaire du numéro 19 (26 novembre 1859) au numéro 23 (5 avril 1860). Perdu dans les colonnes du Libertaire, ce drame n’a malheureusement jamais été édité en tant que tel, ni fait l’objet pour lui-même d’une étude poussée.

8 De l’ être-humain mâle et femelle. Lettre à P.-J. Proudhon [mai 1857], pamphlet publié dans Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], 2016, À bas les chefs ! Écrits libertaires (1847-1863), Paris, La Fabrique, p. 120.

9 Trésor de la langue française informatisé.

10 « Busc : lame flexible de baleine, d'ivoire, d'acier, […] plate, plus ou moins large, servant à maintenir le devant d'un corset, d'un corps de jupe » (ibid.).

11 Déjacque Joseph, 1859 (26 novembre), « Les Civilisés de la décadence ou les Martyrs du socialisme », scène 2, Le Libertaire, n° 19.

12 Dans Les Civilisés de la décadence, Christin a des mots très durs contre le mari de l’ouvrière moquée par Mariette : « Et lui donc ! était-il guindé et mal à l’aise sous ses harnais de parade, avec son habit vert-pomme dont le bas des manches lui étranglait les poignets et dont le collet lui poignardait la tête. […] On eût dit un mannequin planté en terre pour servir d’épouvantail aux petits oiseaux ».

13 Voir Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], 2016, À bas les chefs ! Écrits libertaires (1847-1863), Paris, La Fabrique, introduction, p. 21-24.

14 Daumier Honoré, 1856 (16 avril), « Manière d’utiliser les jupons », Le Charivari, reproduit dans Wosk Julie, 2003, Women and the Machine. Representations from the Spinning Wheel to the Electronic Age, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, p. 56 ; Daumier Honoré, 1858 (13 novembre), « La Crinoline en temps de neige », Le Charivari, reproduit dans Laroche Caroline, 1999, Daumier 1808-1879, Paris, RMN, p. 329.

15 Par exemple : « Crinolineomania », Punch, 27 décembre 1856. La vogue de la crinoline y est décrite par le DPunch sous l’angle de la pathologie. En illustration du texte le DPunch est au chevet d’une jeune femme engoncée dans une robe à crinoline.

16 Déjacque Joseph, « La Nouvelle-Orléans », art. cit. L’expression « voilà le baquet » peut désigner, d’après divers dictionnaires d’argot accessibles en ligne, le bassin, les fesses, le fondement, voire le sexe des femmes.

17 Déjacque Joseph, 1858 (20 novembre), « L’ Humanisphère. Utopie anarchique », Le Libertaire, n° 8.

18 Blanckaert Claude (dir.), 2013, La Vénus hottentote entre Barnum et Muséum, Paris, Muséum national d'histoire naturelle.

19 Lorsqu’elle se fait « des hanches de mère Gigogne ou de Vénus hottentote à l’aide de la crinoline ou de l’osier », la femme met « l’âme masculine en jubilation » (De l’ être-humain mâle et femelle, pamphlet publié dans Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], op. cit., p. 120).

20 Un exemple parmi beaucoup d’autres : La Fizelière Albert (de), 1859, Histoire de la crinoline au temps passé, suivie de la satyre sur les cerceaux, paniers, etc. par le chevalier de Nisard, et de l’indignité et l’extravagance des paniers par un prédicateur [En ligne], Paris, Aubry, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64398046.

21 Mêmes charges dans De l’être-humain mâle et femelle contre celles qui s’attachent « de la verroterie ou de la bimbeloterie au cou et aux oreilles », qui s’accoutrent « de chiffons ridicules », qui s’abaissent à « tapoter sur un piano » ou à « faire bouillir la marmite ».

22 De l’ être-humain mâle et femelle, pamphlet publié dans Déjacque Joseph [présentation et notes par Thomas Bouchet], op. cit., p. 120.

23 Déjacque Joseph, « Les Civilisés de la décadence », art. cit.

24 Déjacque Joseph, « De quoi vous-plaignez-vous ? », art. cit.

25 Déjacque Joseph, « La Nouvelle-Orléans », art. cit., l’enseigne signale la présence d’une maison de tolérance. Dans le même ordre d’idée : « La crinoline a dévoré les fesses, notre siècle est un siècle de putains » (Flaubert Gustave, « Lettre à Louise Colet, 29 janvier 1854 », citée dans Wehinger Brunhilde, 1988, Paris-Crinoline. Zur Faszination des Boulevardtheaters und der Mode im Kontext der Urbanität und der Modernität des Jahres 1857, Munich, Wilhelm Fink Verlag, p. 136).

26 Déjacque Joseph, « Amour et pauvreté », art. cit.

27 Déjacque Joseph, 1859 (27 juillet), « L’ Humanisphère. Utopie anarchique », Le Libertaire, n° 15.

28 Le vêtement est également un marqueur de toute première importance dans l’œuvre de plusieurs socialistes du premier xixe siècle. Sous cet angle, Le Nouveau Monde amoureux de Fourier mériterait une étude fouillée ; pour le Voyage en Icarie du communiste Étienne Cabet, voir Fourn François, 2017 (2 janvier), « “La mode ne varie jamais en Icarie” ou comment s’habiller en communiste au xixe siècle », Modes pratiques, n° 2, p. 108-123.

29 Déjacque Joseph, 1859 (27 juillet), « L’ Humanisphère. Utopie anarchique », art. cit.

30 Les choix vestimentaires de Mariette donnent une idée de ce que serait un monde sans crinoline – simplicité des matières, harmonie de couleurs discrètes (brun, brun clair, jaune, blanc, gris). « Pas de cerceaux ; robe montante, de soie commune, fond brun clair à petits pois ou à petites raies ; col brodé très simple, manches pareilles ; schall blanc en soie, à franges blanches ; gants paille en filets ; chapeau de paille d’Italie, orné d’un simple ruban de satin brun à liseré blanc ; bottines grises et à bouts vernis » (Déjacque Joseph, « Les Civilisés de la décadence ou les Martyrs du socialisme », art. cit.

31 Ces citations et toutes celles qui suivent sont extraites de L’Humanisphère.

32 Déjacque Joseph, 1858 (20 novembre), « L’ Humanisphère. Utopie anarchique », art. cit.

33 Quelques exceptions : Le Circulus dans l’Universalité (partie i), Anniversaire du 24 février, Les Idées, Les Civilisés de la décadence sont écrits entre l’automne 1858 et l’automne 1859 à New York – mais Déjacque réactive sans doute des souvenirs louisianais. La Nouvelle-Orléans est semble-t-il rédigé très peu de temps après le départ vers New York. Quant à Amour et pauvreté, daté par Déjacque de 1837, c’est à coup sûr un texte de 1857.

34 La source de la maladie de la crinoline, lit-on dans Punch, c’est la Cour impériale à Paris, et notamment « la jeune et ravissante impératrice » (« Crinolineomania », Punch, 27 décembre 1856). Sur la crinoline en France pendant le Second Empire et au-delà : Tétart-Vittu Françoise, 1995, « Crinoline », in Tulard Jean (dir.), Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard ; Join-Diéterle Catherine et Tétart-Vittu Françoise (dir.), Sous l’Empire des crinolines (1852-1870), op. cit. ; Hiner Susan, 2010, Accessories to Modernity: Fashion and the Feminine in Nineteenth-Century France, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

35 Pour le New Orleans Daily Crescent et plus généralement pour la presse de l’époque aux États-Unis, voir le site Library of Congress, Chronicling America. Historic American Newspapers [En ligne], URL : http://chroniclingamerica.loc.gov/.

36 New Orleans Daily Crescent, par exemple les 13, 15, 26-28 octobre 1857, 2-3 et 5-6 novembre 1857.

37 Ahlstrom Courtney Leigh, 2012, A Space In Between: Material Enclosures for the Women of New Orleans, 1850-1870 [En ligne], mémoire de maîtrise, Washington, Corcoran College of Art and Design, p. 13, 16, 44, URL : https://repository.si.edu/handle/10088/18614.

38 Ibid., p. 18.

39 Baron John H., 2013, Concert Life in XIXth Century New Orleans, Baton Rouge (Lousiane), State University Press.

40 New Orleans Daily Crescent, 4 avril 1857.

41 Déjacque Joseph, 1857, Les Lazaréennes. Fables et chansons, poésies sociales, La Nouvelle-Orléans, Lamarre, p. iv.

42 D’esprit rebelle à malin esprit (mars 1856), publié dans Déjacque Joseph, Les Lazaréennes, op. cit., p. 118.. Voir aussi : Orientale (1856), Brune ou blonde ? (février 1856), De trouverre à souveraine (1er mai 1856), Rose (juillet 1856), Le Flacon merveilleux (1857) se situent grosso modo dans cette veine.

43 Déjacque Joseph, Les Lazaréennes, op. cit., p. 146.

44 Ibid., p. 153-155.

45 Née en 1831 de parents italiens, élevée entre un père ténor et une mère soprano, Amalia Patti fait ses débuts en 1847 à New York où elle s’est fixée après avoir traversé l’Atlantique avec sa famille. En 1852, elle épouse le pianiste et imprésario Maurice Strakosch. La Nouvelle-Orléans accueille à plusieurs reprises la troupe dirigée par son mari et dans laquelle elle officie comme contralto (ou mezzo-soprano). La voici à l’orée de l’année 1856 au Odd Fellow’s Hall ; le New Orleans Daily Crescent du 8 janvier salue son talent et souligne la beauté de sa voix dans des genres divers (opéra, ballades, chansons populaires). Elle est également à l’affiche d’une série de représentations le mois suivant ; elle y interprète des ballades à la mode.

46 Déjacque Joseph, Les Lazaréennes, op. cit., p. 88.

47 Voilà qui expliquerait la présence de mot « démone » à la fin de D’esprit rebelle à malin esprit, et éclairerait le titre du poème : le « malin esprit » serait la « démone » Urielle.

48 Je dois tout ce qui concerne Pauline Colson aux recherches menées par Patrick Samzun.

49 Le rôle social du mari est attaqué dans L’Huître et la Perle (janvier 1857). Déjacque y évoque une femme-perle (une cantatrice dans son esprit), tandis que l’huître qui l’enveloppe, « immonde coquille », a toutes les apparences de son époux.

50 Référence à son métier de peintre et colleur de papiers.

51 Béranger au pilori. Pamphlet par Joseph Déjacque (La Nouvelle-Orléans, 1857).

52 Berthelon Amand, 1858, Déjacque à son pilori ; satire suivie de : honneur au génie, hommage à la mémoire de Béranger, La Nouvelle-Orléans, chez l’auteur, p. 4-5. Merci à Michel Cordillot qui m’a transmis les photos de l’exemplaire conservé à la bibliothèque municipale de Troyes.

53 Par exemple : Le Chant des damnés (avril 1856) et Le Chant des flibustiers (mai 1856), publiés dans Déjacque Joseph, Les Lazaréennes, op. cit., p. 125-127 et 127-131.

54 Déjacque Joseph, Les Lazaréennes, op. cit., p. vi.

55 Ahlstrom Courtney Leigh, « A Space In Between… », art. cit., p. 13.

56 Seule mention critique repérée jusqu’à présent dans les écrits de féministes françaises : le 20 février 1856 paraît dans Le Siècle une lettre de « Mademoiselle Juliette » (c’est Juliette La Messine, née en 1836, connue ensuite sous le nom de Juliette Adam). Le goût du luxe, souligne l’auteure, fragilise la position des femmes vis-à-vis des hommes et les place en position d’infériorité. Elles sont par exemple victimes de la vogue de la crinoline (le « ballon que vous savez »), si ridicule et si encombrante dans la vie de salon.

57 Ahlstrom Courtney Leigh, « A Space In Between… », art. cit., p. 2 et 19. Courtney Leigh Ahlstrom suggère qu’il en va de même pour les balcons, ainsi que pour les ombrelles, accessoires de mode complémentaires de la crinoline puisque leur forme hémisphérique à structure métallique protège de toute atteinte la partie haute du corps (Ahlstrom Courtney Leigh, « A Space In Between… », art. cit., p. 77, n. 55 et p. 80, n. 158).

58 Ibid.

59 Roberts Helene E., 1977, « The Exquisite Slave. The Role of The Clothes in the Making of the Victorian Woman », Signs, vol. 2, n° 3, p. 554-569.

60 On lira avec profit sur ce point les réflexions de Rebecca Mitchell : elle souligne l’« ambivalence » de la crinoline, davantage perçue dans l’Angleterre victorienne comme un « instrument d’émancipation potentiellement menaçant [pour les hommes] » que comme un « dispositif vestimentaire répressif » (Mitchell Rebecca, 2016, « 15 August 1862: The Rise and Fall of the Cage Crinoline » [En ligne], Branch: Britain, Representations and Nineteenth Century History, URL : https://research.birmingham.ac.uk/portal/files/29075836/Mitchell_Crinoline_Pre_Print.pdf). Dans le champ extrêmement dynamique des études féministes en langue anglaise sur la question du vêtement et de la mode, voir aussi les remarques concordantes dans Mulcahy Linda et Wheeler Sally (dir.), 2005, Feminist Perspectives on Contract Law, Londres, Routledge, p. 36 sq., ou encore dans les travaux de Lorraine Janzen Kooistra et de Julia Thomas cités par Rebecca Mitchell.

61 Sur le féminisme de Déjacque, voir la contribution de Jean-Christophe Angaut dans le présent volume.

62 Dans le même ordre d’idées, voici la position de Déjacque sur l’allaitement : « La femme qui fait avorter sa mamelle commet une tentative d’infanticide que la nature réprouve à l’égal de celle qui fait avorter l’organe de la génération. […] La femme qui ne connaît pas de pareilles jouissances n’est pas une femme » (Déjacque Joseph, 1859 (5 février), L’Humanisphère, publié dans Le Libertaire, n° 10).

63 Déjacque Joseph, De l’être-humain mâle et femelle, op. cit.

64 Proudhon Pierre-Joseph, notes du 14 juillet 1857, carnets de notes xi, 22 novembre 1854-4 mai 1864, NAF 14275, Bibliothèque nationale de France, Paris.

65 Proudhon Pierre-Joseph, 1857 (janvier), « Lettre à Madame J. d’Héricourt », Revue philosophique et religieuse, cité dans Déjacque Joseph, De l’être-humain mâle et femelle, op. cit., p. 118.

66 Une piste : « En l’air donc castors, corsets, cravaches, crinoline, polissons, tours, mollets et toupets et perruques ! […] Que l’Humanité passe en tournoyant sur ses vieilles défroques ! Qu’elle soulève de son pied cambré des nuages de poudre, de fard, de plumes et de senteurs malsaines ! […] En avant aussi le guerrier cher à Mars… le cou garroté dans le carcan de crinoline » (Cœurderoy Ernest, 2015, Jours d’exil (1854-1855), Genève, Héros-limite, p. 391).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Modèle de crinoline gonflable
Légende Légende : La crinoline saisie par les caricaturistes dans l’Angleterre de la deuxième moitié des années 1850.
Crédits Source : « Dressing for the Ball in 1857 », caricature de John Leech paru dans Punch’s Pocket Book (Londres, 1857). Wikimedia Commons (domaine public), https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Dressing_for_the_Ball_in_1857,_Punch%27s_Pocket_Book_(cropped).jpg.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/18507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Thomas Bouchet est professeur associé d’histoire de la pensée politique à l’université de Lausanne, membre du Centre Walras Pareto. Son travail porte sur les pensées et les pratiques politico-sociales dans l’Europe des années 1789-1850, et plus précisément sur les « premiers socialistes ».

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search