Version classiqueVersion mobile

Libertaire ! Essais sur l’écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865)

 | 
Thomas Bouchet
, 
Patrick Samzun

Deuxième partie. Poésie, utopie

3

Spectres, volcans, furie : mort et régénération dans les « poésies sociales » de Déjacque (1847-1861)

Patrick Samzun

Texte intégral

« Mais aussi, prolétaires, de quoi vous mêlez-vous ? Vous voulez écrire, avoir des idées à vous ou discuter les idées des autres : quelle impertinence ! ».

Ainsi parlent les fils de la bourgeoisie, et cette voix fait écho.

  • 1 Vingt-sept numéros du Libertaire, le journal fondé et édité par le seul Déjacque, parurent à New Yo (...)

« L’Écho des bourgeois », Le Libertaire, n° 2, 28 juin 18581

  • 2 Dans ses Souvenirs d’un révolutionnaire (Paris, Société encyclopédique française et Éditions de la (...)
  • 3 Lefrançais fait remarquer dans ses souvenirs la stridence de la voix de Déjacque récitant ses poème (...)
  • 4 C’est le titre d’une récente anthologie de la littérature francophone en Louisiane, qui contient un (...)

1Ce n’est pas assez de mourir, il faut encore tonner. Déjacque n’est pas mort en silence, mais, aux dires de son ami Gustave Lefrançais, en poussant un ultime râle de « misère »2. On a voulu éteindre le bruit strident3 de ses colères. On a tenté de le suicider, en français, à Paris, sur les barricades, puis les pontons de Cherbourg ; en franco-proscrit, au fond des égouts et des tombes de Londres puis Jersey, entre 1852 et 1854 ; à New York – esseulé ; et dans le créole fangeux de La Nouvelle-Orléans, entre 1855 et 1858 – partout son fantôme de proscrit crie vengeance : Creole Echoes4.

  • 5 Préface de L’Humanisphère.
  • 6 Préface des Lazaréennes (1857).
  • 7 Nous pensons à cette « vie de royauté misérable et d’épreuves » qui caractérise les cyniques selon (...)
  • 8 Il s’agit de La Question révolutionnaire (New York, F. F. Barclay, 1854). C’est avec L’Humanisphère (...)
  • 9 L’Humanisphère porte en sous-titre Utopie anarchique.
  • 10 Ce mélodrame, Les Civilisés de la décadence, puissant et très révélateur, a quant à lui été ignoré (...)

2Mais Déjacque ne pouvait pas mourir, il avait trop crié. On ne meurt pas quand on a des « Idées » et de la « fulminate »5. Si la mort a parsemé son œuvre, c’est en semant de vives « traînées électriques »6. Au lieu de l’attendre, de la craindre ou de la ruminer paresseusement ; au lieu même de s’en détourner sagement, comme si elle pouvait ne rien être pour nous – Déjacque, le Jacques des Jacqueries de province monté à Paris pour prendre leur revanche, n’a pas cessé de la faire vivre dans son œuvre. La mort n’a jamais cessé d’être pour lui l’agent politique et poétique, le « projectile autoricide » de la colère et de la vengeance, c’est-à-dire un geste vibrant de plume, un chant ensanglanté qui évoque et célèbre les morts pour mieux enterrer vivants ceux qui ont pris la place de la « vie militante »7. Colère commémorant les morts et les mourants, la mort anime le désir de vengeance qui doit anéantir les oppresseurs. Pas de deuil accablé chez Déjacque, mais une amère colère qui transforme la mort subie par ses camarades sur les barricades de l’exil et de la misère en mort donnée aux oppresseurs, sous la forme d’appels poétiques ou pamphlétaires. Déjacque a chanté le martyr de John Brown, l’agent armé de la vengeance des esclaves noirs ; mais il n’a pas voulu porter lui-même le fer et le feu dans le flanc des autoritaires. Son arme fut la plume ou plus exactement le verbe, comme parole vive et intense qui anime l’écrit de sa puissance affective et l’oral dans la stridence du cri. Déjacque s’est essayé à presque tous les genres, du pamphlet terroriste8 à la prose utopique9, en passant par le mélodrame prolétarien10.

  • 11 Cf. Schmidt-Weissenfels Eduard, 1857, Vier Jahre Memoiren. Porträts und Erlebnisse, Prague/Leipzig, (...)
  • 12 Voir le poème dédié à Amalia Patti Strakosch dans Les Lazaréennes de 1857 publiées à La Nouvelle-Or (...)
  • 13 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « Brune ou blonde ? » [185 (...)
  • 14 Le concept, à la fois social, politique et métaphysique, vient de Pierre Leroux et désigne la circu (...)
  • 15 Par « publique » nous entendons à la fois l’acte de réciter oralement des vers, en faisant impressi (...)

3Mais il a commencé et fini en poète, forgeant d’abord des vers au coin de l’atelier pour se libérer de la tutelle de ses maîtres, chantant l’événement de la république fraternelle au printemps 1848, rythmant son exil et sa solitude américaine, jusqu’à gonfler la voile de son dernier poème, Voile au vent !, publié sciemment dans l’ultime numéro du Libertaire. Déjacque était connu à Jersey comme le « poète de l’émigration »11 qui tenait tête à Hugo et faisait l’admiration de Pierre Leroux. Avec ses vers, Déjacque fit la cour aux chanteuses d’opéra de La Nouvelle-Orléans12 et sema en même temps la terreur auprès de la petite communauté francophone. La poésie, fables et chansons mêlées, fut « l’équateur » électrique « de l’âme » et des combats de Déjacque. Si elle est imprégnée aussi d’un certain sentimentalisme, d’hommages transis aux « Madones » chanteuses, « brunes ou blondes »13, c’est toujours sous la condition rythmique d’une relance politique rageuse : mort aux époux bourgeois, aux familles aristocratiques – à la civilisation qui fait du mariage une prostitution légale… La poésie de Déjacque est essentiellement irascible : son gradient de colère passe de la simple indignation à la furie vengeresse, prenant alors la figure cosmique de Némésis. Si toutes les formes d’injustice sociale excitent cette colère, celle-ci s’exalte et déborde comme un torrent de lave devant deux faits politiques liés qui sont la négation de la vie et de l’énergie, c’est-à-dire du « circulus »14 : l’oppression comme compression de l’énergie vitale et la mort sociale ou politique qui se présente comme un attentat littéral contre le circulus. Nous proposons de défendre l’idée que la poésie sociale et politique de Déjacque – dont l’intensité recueille l’énergie contenue dans sa prose – lui a servi d’acte de parole publique15 destiné à venger cet attentat en redonnant voix et puissance aux martyrs de la « Civilisation ». Il s’agit donc de lire et faire lire la poésie de Déjacque, de la remettre en circulation, comme contre-attentat littéraire régénérateur.

I. Naissance d’un « Jacques » : l’instruction mutuelle contre « la mort quotidienne »16

  • 16 Alain Faure dans Faure Alain et Rancière Jacques, 2007, La parole ouvrière, Paris, La Fabrique, p.  (...)
  • 17 Déjacque Joseph, 1899, L’Humanisphère, Bruxelles, Bibliothèque des Temps nouveaux, p. 51.
  • 18 Ibid.
  • 19 Déjacque Joseph, 1859 (26 novembre), « Les Civilisés de la décadence », Le Libertaire, n° 19.
  • 20 Voir son règlement en date de 1832, et la liste finale des commissions arrondissement par arrondiss (...)

4« Fils légitimes des christs et des spartacus »17, « les jacques »18 s’inscrivent dans des généalogies militantes. La mère de Joseph, madame veuve « Dejacques », a très vite perdu son mari, mais cette perte n’a entamé ni son courage ni sa « fierté » d’ouvrière du textile19. Désireuse de donner une éducation robuste à ses fils, elle se fit embaucher comme lingère dans la pension où elle voulait les inscrire, l’école Salives, au cœur du Paris prolétaire, dans le quartier du faubourg Saint-Antoine. Cette école faisait partie du réseau de cotisants de l’Association libre pour l’éducation du peuple20, une association républicaine qui portait secours aux indigents en leur offrant des cours gratuits. De plus, Déjacque y cultive un amour sans borne pour le courage prolétarien de sa mère, qui semble lui avoir enseigné par son exemple « l’estime de soi-même » et l’amour de la liberté. La mort (ou simplement l’absence) du père fut ainsi conjurée par sa mère, incarnation féminine des vertus du travail ouvrier, et par l’instruction mutuelle, vitalité d’une république populaire qui transmet son énergie intellectuelle et morale par en bas.

  • 21 Il s’agit de « poèmes inédits, saisis au domicile de Déjacque, lors de la perquisition effectuée le (...)
  • 22 La Misère (juin 1847), poème inédit publié pour la première fois dans cet ouvrage (document i).

5Déjacque fait très vite, dès l’âge de 12 ans (1834), l’expérience de la servitude involontaire, en commençant son apprentissage dans le commerce des papiers peints. Il devient commis de vente entre 1839 et 1846, et gagne ainsi de modestes et précaires « appointements ». Comme Fourier, qui fut longtemps employé de commerce, Déjacque ne cessera pas de tourner en dérision dans ses textes l’esprit mesquin de boutique. Dès ses premiers essais poétiques21 il dénonce la servitude salariale, ce « collier du salaire »22, qui réduit l’homme au rang de l’esclave ou plutôt du chien, que « le Maître », dans une remarquable ambiguïté poétique, s’efforce de « museler » :

Le peuple est las de vivre ainsi qu’un vil bétail
Il ne veut plus porter le collier du salaire.
Maître, si vous voulez museler sa colère,
Fécondez le travail !
Sinon vous n’obtiendrez que désordre et furie.
Vous ressusciterez la vieille Jacquerie.

  • 23 Sur cette comparaison courante dans le milieu du premier socialisme, chez les saint-simoniens et le (...)

6La mort sociale commence par cette négation de l’humanité du travailleur salarié. Mais ne se contentant pas de cette critique, qui contient déjà une savante comparaison historicopolitique avec l’esclavage23, l’esprit de révolte sourd derrière la rime militante : « salaire » rime avec « colère », l’affect moteur de toute la poétique politique de Déjacque, son activateur énergique. Les rimes suivantes décrivent le processus de politisation poétique qui a « fécondé » dans le même élan de vie créatrice son « travail » de militant et celui de poète – de poète-militant. Sous la colère couve l’action collective du « désordre » et la lave des divinités infernales et furieuses, la « furie » qui rime avec « Jacquerie », par une fusion du mythe et de l’histoire, de l’Antiquité romaine et de la féodalité médiévale, en un geste d’héroïsation martyrologique de son propre nom, qui efface ainsi sa propriété et devient le symbole d’un commun militant.

  • 24 Déjacque Joseph, Les Civilisés de la décadence, op. cit.

7Au moment où Déjacque apprend la versification et tient tête à ses « chefs » de la rue Louis-le-Grand (entre 1843 et 1846), des émeutes de la faim se produisent dans son ancienne rue, le 30 septembre 1846 : son poème Du pain et du travail, daté de 1847, en porte comme la trace chronologique et revendicative. L’émeute de 1846 visait en effet l’augmentation du prix du pain ; quant au travail, il le perdit cette même année. Déjacque n’est pas un poète-ouvrier, il l’est « devenu » à force, disaient ses patrons, « de fierté et d’indépendance excessives ». Devenir « ouvrier » fut à la fois une nécessité vitale, afin d’éviter la mort causée par la misère et la faim (et cesser de dépendre de sa mère) ; une possibilité physique, résultant du savoir-faire acquis par Déjacque au contact de ses camarades ouvriers de manufacture – mais aussi un choix de vie militante, analogue sans doute à celui de sa mère. Déjacque décrit en effet dans son mélodrame une figure de mère qui préfère, plutôt que « femme de chambre », devenir ouvrière-lingère car « dans l’une c’est bien plus la maîtresse que le service qui donne des ordres, dans l’autre c’est le travail bien plus que la patronne qui commande »24. Déjacque justifiait ainsi en 1859 le « choix nécessaire » de devenir ouvrier-colleur de papiers peints à son compte – devenant ainsi son propre maître.

  • 25 Sur ce journal qui était, selon l’historien Georges Weill, « une vraie publication politique, rédig (...)
  • 26 « Déjacque avait été l’un des vingt-neuf signataires d’un placard affiché sur les murs de Paris par (...)
  • 27 Il faut citer aussi la revue mensuelle saint-simonienne La Ruche populaire, « journal des ouvriers (...)
  • 28 Cette forme populaire et joyeuse d’éducation mutuelle est bien exprimée par Pierre Moreau dans son (...)
  • 29 Ragon Michel, Histoire de la littérature prolétarienne, op. cit., p. 81-82. 
  • 30 Vinçard Jules [réunies et publiées par Olinde Rodrigues], 1841, Poésies sociales des ouvriers, Pari (...)

8Il ne faut pas oublier cependant les déterminants littéraires et intellectuels de ce choix. Le contenu de ses premiers essais poétiques, mêlant la critique morale de « l’égoïsme » et de la lâcheté des riches dans Du pain et du travail à la critique politique du salariat comme esclavage dans La Misère, rappelle les pamphlets socialistes de la monarchie de Juillet et en particulier, par ses résonances moralisantes, l’esprit du christianisme social du journal ouvrier et catholique L’Atelier (1840-1850)25. Il est en effet attesté que Déjacque a participé aux activités de ce groupe en février 1848, signant avec ses camarades du journal une affiche condamnant la casse des presses mécaniques26. Mais au vu de la tonalité de ses premiers poèmes connus de 1847 et du comportement décrit par ses employeurs en 1846, il semble clair que Déjacque a dû se familiariser avec leurs écrits et leur pensée dès avant 1848. Trois facteurs ont dû jouer : l’expérience ouvrière directe et indirecte de Déjacque dans le prolétaire et révolutionnaire faubourg Saint-Antoine, jusqu’en 1839 au moins ; la diffusion populaire des journaux ouvriers27 dans les cercles qu’il a fréquentés à partir de 1839 à l’intérieur et autour des manufactures de papiers peints du quartier Gaillon (actuel 2e arrondissement) ; la fréquentation des cafés et goguettes, enfin, où les ouvriers s’entreformaient28, aidés « par l’abondance des éditions populaires à bon marché des œuvres classiques et romantiques »29 : ils y récitaient leurs poèmes et leurs fables ou s’essayaient à la chanson. Le premier recueil de poèmes de Déjacque, en 1851, s’intitule Fables et poésies sociales. Les Lazaréennes de 1857 précisent encore Fables et chansons, poésies sociales. Cette hybridité générique est typique de la pratique prolétarienne de l’écriture à cette époque, qui suppose le vers qu’on récite à voix forte, la mélodie qu’on entonne à plusieurs et l’apologue qui illustre les leçons de morale et de politique. Nul hasard si Déjacque se retrouve en avril 1848 aux côtés du fabuliste Pierre Lachambeaudie et du saint-simonien Olinde Rodrigues, éditeur d’un recueil de poèmes ouvriers30, au sein du Club de l’émancipation des femmes.

9Pour comprendre l’importance de la lettre dans l’inversion de la courbe d’une vie ouvrière, destinée à la mort sociale, il faut se remémorer le récit de l’ouvrier serrurier Jérôme-Pierre Gilland (1815-1854), un des rédacteurs de L’Atelier et voisin des Déjacque dans le faubourg Saint-Antoine :

  • 31 Ragon Michel, Histoire de la littérature prolétarienne, op. cit., p. 82.

Vint l’époque où l’on vendait de grands ouvrages par livraisons, j’étais ouvrier alors et je souscrivais à tout. Pour cela, je vivais de pain sec une partie de l’année, mais je lisais et mon pain me paraissait délicieux. Un jour, j’ouvris J. J. Rousseau et je fus tout à fait sauvé31.

10Si l’on remplace Rousseau par Lachambeaudie, Lamennais et Proudhon, Déjacque aurait pu écrire ces mots.

II. La foudre et la révolte : poétique de la mort politique (1848-1851)

11Le premier poème publié par Déjacque chante La Proclamation de la République. Très marqué par l’idéologie du journal L’Atelier, il est chargé aussi de la toute récente énergie « fraternitaire » de février 1848. Si Dieu y gouverne encore le processus révolutionnaire, c’est à la manière des dieux grecs et romains qui se manifestent dans les éléments de la foudre et du ciel. Démocrate et anticlérical, symbole d’ordre cosmique et garant d’harmonie, il assure à coups de foudre l’accord électrique du ciel avec le chœur des voix qui fraternisent :

  • 32 Déjacque Joseph, 1848, La Proclamation de la République, chant patriotique, Paris, A. René.

Et la foudre, dit-on, céleste artillerie,
Comme si Dieu du haut de la voûte infinie
voulait à nos transports mêler aussi sa voix,
triompher avec nous et du trône et des rois
la foudre a salué d’une salve électrique
Le drapeau trois fois saint de notre République !!!…32.

12Les points d’exclamation et de suspension suspendent dans l’air cette fulguration révolutionnaire : le drapeau trois fois rouge du sang des montagnards, du sang des Trois Glorieuses, du sang des cadavres que les rues de Paris ont vu se promener la torche en main et qui criaient « Vengeance ! » – ce sang zèbre de rouge les éclairs de colère du Dieu-République.

  • 33 Ibid.

13Les éléments principaux de sa politique électrique et enflammée sont déjà présents. Ainsi, le verbe le plus frappant de ce poème, « Explosionner »33, est un néologisme dont il fait à dessein entendre la fabrication en faisant résonner sa diérèse centrale. Il se rapporte à « la vertu du cœur » et à « l’honneur de l’âme », images qui fleurent son Buchez catholique et social – mais elles plongent dans la « lave » d’un « cratère en flamme ». Ce mouvement d’insurrection morale vient venger non seulement les « 6 000 jours de honte » et de corruption de la monarchie de Juillet, mais aussi « chaque jour » où « s’ajoutait un deuil à notre deuil ». C’est un moyen d’amplifier l’harmonique des martyrs de la république évoqués au début du poème, dans une longue gradation historique, qui mène de Rome à la monarchie de Juillet en passant par les victimes montagnardes de Thermidor. Les « citoyens » – « soldats » « de la vertu civique » forment une armée de spectres révolutionnaires qui hantent le présent d’une perpétuelle ombre panthéonique : « Levez-vous et sortez pour monter jusqu’aux cimes / Où des grands citoyens perpétuant le nom, / Le peuple à leurs vertus ouvre le Panthéon ». Le Libertaire ne contiendra plus de tels accents officiellement républicains ; mais il mettra en scène à longueur de colonnes les mêmes cohortes résurgentes de Christs-Spartacus, éternels morts-vivants de la république « perfectible ». La république chez Déjacque c’est la perpétuelle nuit du 4 Août des morts-vivants.

  • 34 Déjacque Joseph, 1848 (mars), Aux ci-devant dynastiques, Aux tartufes du peuple et de la liberté, P (...)

14En mars 1848, Déjacque publie son deuxième poème, au ton plus menaçant. La composition du gouvernement provisoire vient d’être révélée : elle fait la part belle aux républicains libéraux et bourgeois et ne donne pas de portefeuille au socialiste Louis Blanc. Des élections pour une assemblée constituante sont annoncées dans la précipitation, cependant que l’impôt est relevé de 45 %, mécontentant immédiatement les paysans. Surtout, Lamartine, nouveau ministre des Affaires étrangères, vient de s’opposer, le 25 février, à l’adoption du drapeau rouge des montagnards. Venant de l’auteur d’une récente Histoire des girondins, c’est le signe d’un risque de dérive girondine du pouvoir. « Ô Girondins bâtards »34, Déjacque se fait d’emblée menaçant, à l’ouverture de son poème, et lance des imprécations sanglantes comme autant de « projectiles » chargés de haine prolétarienne :

Comme une pierre aux mains d’un vigoureux alcide
Sillonne au loin l’espace où la fronde le guide ;
Que ne puis-je de même élancé de mon cœur,
Faire bondir mon vers au front de l’imposteur,
Du caillou de ma haine ensanglanter sa face ;

  • 35 Ibid., p. 2.

15Le vers bondit au creux du cœur, il en est comme la pulsation immédiatement politique : le vers de Déjacque bat au rythme de la rhétorique militante, et de sa vitalité fait un engin de mort. Non, il ne faut pas confisquer le « gouvernement de la fraternité » ; la « torche civique » qui vient d’être brandie le 23 février devant la mine paniquée des rédacteurs du National (le journal des républicains libéraux) sera bientôt entre les mains de « fantômes errants » et vengeurs. Le pavé va saigner, la « foudre en courroux » tomber. Les « bourgeois par nature et par instinct bourgeois », ont l’âme gangrenée par le « poison libéral » : « gens de bagne et de corde »35, ils doivent s’attendre au « pilori » du peuple vengeur s’ils ne respectent pas « la grande voix publique », c’est-à-dire le cri de la faim. La précarité existentielle des prolétaires parisiens au chômage (117 000 le 30 avril), dont « l’ensemble des fonctions » est un manifeste organique qui « résiste à la mort » – cette précarité physique est l’horizon de toutes les imprécations mortifères de Déjacque. Dans cette menace permanente de la mort, cette urgence de la vie au contact quotidien de la mort (bien des ouvriers-poètes mourront ou se donneront la mort sous l’effet de la misère et du mépris), il n’est qu’un moyen de transformer la mort en force de vie militante : la rendre à son tour menaçante, et la retourner contre ceux qui la donnent ou plutôt l’abandonnent. Tremblez, bourgeois, il nous reste assez de vie pour vous la retirer. Le pain que vous nous ôtez de la bouche sera le pilori qui crèvera la vôtre. Nos colères deviendront vos supplices ; notre haine votre anéantissement. Pour faire juste mesure auprès de ses camarades catholiques et pacifistes, Déjacque retient sa plume dans le « champ-clos » du conditionnel. Bien que « le lit de fournaise » de 1793, qui infuse son vers, soit encore chaud, place au « gibet moral » seulement. Il ne veut pas encore voir le sang couler : il n’a pas assez subi de dommages pour transformer sa colère en vengeance assassine.

  • 36 Déjacque Joseph, 1851, Les Lazaréennes : fables et poésies sociales, Paris, chez l’auteur, p. 42.
  • 37 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « La Fiancée du proscrit » (...)
  • 38 Dans son pamphlet de 1840, Qu’est-ce que la propriété ?, celui-ci distinguait en effet entre propri (...)

16Même si le faubourg Saint-Antoine résiste jusqu’au 26 juin à la répression, les insurgés parisiens doivent capituler. Un décret de « transportation » des insurgés est signé le 27. Déjacque sera arrêté le 7 juillet et transporté vers le « ponton » Le Triton (c’est-à-dire le navire-prison), à Cherbourg, le 6 septembre. Entre les « cadenas et les flots et les grilles », Déjacque chante le lamento des familles séparées. Aux quelque 4 000 insurgés morts sur les barricades, aux 11 000 transportés, il ajoute, comme pour mieux attiser sa colère, les effets macabres de la faim et du chagrin sur la veuve, l’orphelin, mais aussi La Mère du banni36. Il fait ainsi mourir sa mère, sur l’air ironique du Bravo, pour mieux « traîner » sur sa « tombe » « l’hécatombe » de ses bourreaux. Au milieu des flots de sa prison coulent la lave et la colère, qui puisent au « volcan populaire » de Juin une vigueur nouvelle37. Le « martyr du travail et de la république », qui a perdu de nouveau son travail en juin, à la fermeture des Ateliers nationaux, est désormais devenu anarchiste. Pour la première fois, le nom de Proudhon, qui circulait déjà, avec respect mais méfiance, dans les presses de L’Atelier, figure maintenant sous la plume de Déjacque. La pensée complexe de Proudhon38 sonne comme un mot d’ordre guerrier :

  • 39 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « La Propriété » [1848], i (...)

Droit au travail ! Plus de classe suprême !
Ou de vos fers délivrant notre col,
En vous broyant, nous crirons [sic] : anathème !
La Propriété, c’est le vol39 !

  • 40 Ibid., p. 126.

17Les « vengeurs anathèmes » du mois de mars n’accompagnent plus une raisonnable réprobation morale ; ils deviennent après juin un « cri vengeur »40 qui acclame l’ébranlement des piliers de la propriété bourgeoise. En mai 1849, Déjacque, à peine libéré des pontons, retrouve aussitôt à Paris la surveillance policière puis les prisons de la Force et de Sainte-Pélagie (après juin 1849). Il ressasse « le meurtre des vaincus » et attaque l’hypocrisie de la jeune république qui envoya les insurgés de Juin aux pontons en leur disant « pardon » : de ce mélange « lâche et perfide » entre gouvernement représentatif, bourgeoisie et répression naît l’anarchisme théorique et militant de Déjacque qui gardera une rancune tenace à l’égard des « présens » de ces « gens de plume, avocats » qui « parlaient de fraternité / Et décrétaient le fratricide !… ».

  • 41 Déjacque Joseph, 1851, « Le Passé, le Présent, l’Avenir », in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 39
  • 42 Déjacque Joseph, 1851, « Le Négrier-Pirate », in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 14.
  • 43 Déjacque Joseph, 1851, « L’Architecte » [1849], in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 19.

18Depuis les prisons parisiennes, où il côtoie le prolétariat de la fraternité, Déjacque médite une vengeance de longue portée et pose les bases spectrales de la révolution : « le Passé », ce « spectre affreux » « au front cadavéreux » empêche le progrès d’advenir ; « le Présent », « taché de sang » « pille, brise, tue ou déporte »41 les « rouges arrachés du sein de leurs familles »42. Il faut fonder le socialisme sur un « nivellement révolutionnaire »43.

  • 44 Déjacque Joseph, 1851, « L’Orpheline », in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 45.

19Entre juin 1849 et août 1851, la lyre politique de Déjacque adoucit parfois ses accents, sous l’attraction d’un fouriérisme lumineux (L’Escargot et la Fourmi, Hymne au soleil) et d’un féminisme suave et sentimental (L’Écrin, Le Ruisseau). Mais le « souffle glacé de la mort » n’est jamais loin, qui met fin aux jours de « la royauté », cette « horrible vieille à l’agonie » (La Vieille et l’Enfant). Une « pauvre » « Orpheline », fille-Christ au « front » ensanglanté tend un miroir grinçant aux privilèges de la bonne société44. Les poésies et fables de Déjacque, dans leur composition naïve, imitée des Lachambeaudie et autres Dupont, risquent toujours d’égarer le bourgeois pressé : pourtant, toutes, jusque dans leur douceur, sont imprégnées d’une violente colère. La délicatesse d’âme qu’elles supposent est la réserve où Déjacque puise ses inaltérables indignations.

III. L’exil, la misère et la mort : Némésis 1, 1851-1854

  • 45 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « L’ Attentat » [décembre (...)
  • 46 Pierre Leroux fait de Louise Julien la « sœur de Flora Tristan », dans les pages qu’il consacre à c (...)

20En octobre 1851, Déjacque est condamné à deux ans de prison. Le coup d’État du 2 décembre, mettant fin à ce qui restait de république, fait de lui un homme libre. Mais liberté et Empire sont antinomiques. Déjacque choisit donc l’exil, passe par Bruxelles, pour se réfugier en Angleterre, à Londres d’abord puis à Jersey. Comme Hugo, qu’il rencontre en exil, Déjacque dénonce avec une extrême violence le crime de Bonaparte, ce « bandit, fils de Corse », qui a « mis le fer sur nos seins », « pillé », « égorgé sans pitié », et même commis « le plus infâme outrage »45. Déjacque évoque ici crûment, comme pour mieux accuser la passivité populaire, l’attentat commis le 4 décembre : dans l’après-midi, les troupes de Magnan et Saint-Arnaud mitraillent la foule des promeneurs et des curieux sur les boulevards Montmartre et Poissonnière. Cet événement forme la matrice éthique de Châtiments, que Hugo va rédiger au contact de Déjacque et des autres exilés français. Pour Déjacque, l’événement, un de plus, entre dans le cycle des répressions de 1848, 1849 et août 1851 pour lui-même – or Hugo faisait partie du camp des oppresseurs en 1848. Ainsi, Déjacque refuse-t-il à ce dernier le droit de le représenter, lui et ses camarades, lors de l’enterrement de la poétesse-ouvrière Louise Julien (en juillet 1853, à Jersey)46. Mais on sait par l’épigraphe de Béranger au pilori (1857), tirée de Châtiments (livre cinquième, x), et par l’inventaire de la bibliothèque d’Hugo en exil qui contenait ce même ouvrage, que les deux poètes ont échangé leurs œuvres, dans l’amitié qui lie les artisans du vers. Il y a du Déjacque dans la vigueur militante de Châtiments.

21Sous l’effet de la misère, dans le froid, les brouillards inégaux des proscrits, qui ne s’entraidaient que parcimonieusement – autour des tombes des proscrit(e)s, surtout, remplies des cadavres du prolétariat en exil, l’intensité tragique et anarchique de la pensée de Déjacque va franchir un nouveau seuil. Il faut s’imaginer Déjacque « strident », comme le décrivait Lefrançais, jetant l’épouvante au milieu des proscrits, de Louis Blanc à Ledru-Rollin en passant par Schœlcher, les « ci-devant » représentants du peuple qui ont laissé faire les massacres de Juin, avant de subir à leur tour la « férule d’airain » du pouvoir. Déjacque, c’était d’abord une voix, le cri du peuple, Vallès avant l’heure, Hugo au pain noir, que tous les proscrits craignaient, redoutant les retours de sa plume, ses vers, ses « crocs » de poète « hargneux ». Devant la bière de l’ouvrier Goujon de Beaune en 1852, puis celle de Louise Julien, en 1853, le prolétaire Déjacque se pose en « Némésis » ou « Thémis vengeresse », accablant d’anathèmes ces « naufragés » de l’exil, « oisifs aux muscles d’or » qui portent « au front » « la tache fratricide » (Le Radeau).

  • 47 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « Assassin et voleur » [18 (...)

22Deux poèmes forment le chant de cette vengeance rimée pendant l’exil. Le premier, fomenté à Londres en 1852, s’intitule Assassin et voleur47. Il évoque la révolte individuelle des déclassés, en lesquels Déjacque fusionne biolyriquement : c’est ce que les anarchistes de la fin du xixe siècle appelleront l’illégalisme. Cela commence comme un film noir dans les rues sombres et brumeuses du Londres que Déjacque a traversées en « fantôme » (Leroux) affamé. L’atmosphère, lugubre, prépare au crime. Un « jacque », un Déjacque, un Goujon, une Louise Julien marchent tête basse. Réduit au chômage, comme Déjacque à Paris, pour avoir « discuté les droits de la bête de somme », l’ouvrier rencontre « au bout de la rue » « un de ces dandys » cousus d’or – son maître, et la vengeance prend feu dans son cœur comme « le salpêtre » : « — Ta bourse ! Ou je t’étrangle… ». Les deux hommes se battent, le riche meurt, le pauvre aussi, pendu, après être devenu « la chose des Parquets ». Le vers de Déjacque, immoraliste mort-la-faim, agit comme le « phosphore » qui éclaire et embrase la guerre sociale ; aux « foudres des sophistes » qui pendent à froid le pauvre, il oppose l’incandescence de la colère prolétarienne. Par elle, il illumine et ranime les « livides fantômes » de la lutte transatlantique des classes.

23Le deuxième poème du grand chant de la colère vengeresse élargit la focale à l’ensemble des luttes contre l’autorité. C’est un manifeste pour l’anarchisme transversal, fusion lyrique de Proudhon et Fourier. Déjacque y attaque les quatre ennemis que fustige La Question révolutionnaire (ce pamphlet, plus théorique, est rédigé à la même époque) : la religion, le pouvoir, le capital (désigné comme propriété dans La Question révolutionnaire) et, en bon fouriériste, la famille. Il y a ajouté, en « chien hargneux », les « crocs » (La Meute) de sa colère de classe contre les naufragés bourgeois du radeau de l’exil. Cette fois l’inspiration change. Déjacque donne plus qu’un nom à sa vengeance (Némésis), et va au-delà d’une simple personnification allégorique. L’allégorie s’incarne dans le poème comme une passion intime, animale, qui « veille au fond de nos cœurs » et se réveille « la prunelle en feu », mélange d’Amazone en cavale et de Méduse aux serpents dénoués. La mythologie sert moins de registre ennoblissant pour son prestige, que de moteur énergétique par sa vigueur : « Debout ! » ordonne Déjacque vengeur, qui semble se parler à lui-même en désignant son cœur. « Poursuis l’infamie en tout lieu ! », tonne-t-il universel. Il ne s’agit pas tant de se montrer que de faire trembler ; la vengeance est une secousse sismique aux cheveux serpentueux, qui vise toutes les autorités du globe, d’Orient et d’Occident, de Dieu et des hommes :

  • 48 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « Némésis » [1852], in id.(...)

Tremblez, Rois et Satrapes !
Tremblez, Césars et Papes !
Tremblez, méchants !
Némésis vengeresse
Va dénouer la tresse
De ses serpents48

24Les strophes suivantes justifient la stratégie révolutionnaire. L’autorité de la religion est sapée par le progrès scientifique (strophe 3) : « les Sinaïs [sic] n’ont plus d’assises », ils vont finir par s’écrouler sous la pression de l’aspiration libertaire. L’autorité de Napoléon III chancelle sous les coups de la satire. Hugo miniaturise César au Louvre, « drapé dans la pourpre et le crime » ; les chansonniers socialistes, que Déjacque côtoyait et lisait à Paris (Charles Gille, Gustave Leroy), fomentent des rimes orageuses. Vient la sentence, et non pas l’analyse ou la structure de Marx ; la passion anticapitaliste informée par un savoir lyrique-économique-international : « le Capital » ne règne pas en maître abstrait et général, mais ici en « Satrape », là en « Prince », adaptant l’exploitation aux modalités culturelles de gouvernement. Il s’allie matériellement au banquier et à son « coffre-fort », mais aussi, en avant de l’usine, aux maîtres de l’atelier, qui rivaient le « collier du salaire » à tous ces compagnons de la chanson anarchiste, qui furent les modèles et les émules de Déjacque dans le faubourg Saint-Antoine. Mais surtout, son empire est fragile parce que « l’idée » anticapitaliste coule comme « la lave d’un cratère » « en ébulliti-on » : la diérèse n’articule pas une critique de l’économie politique, elle « murmure » en faisant trembler la terre sous nos pas, cosmos sismique, sismos politique : « Révoluti-on ! ». La famille, « autre sodome », croulera aussi en « poudre », la terre se mêlant au « soufre » et à la « foudre », dans une prophétie qui corrige la Bible par la chimie et l’électricité. Déjacque ou l’Isaïe comtien.

IV. La Nouvelle-Orléans, 1857 : Némésis 2, ou la fièvre électrique

  • 49 Voir Théâtre et femme (mai 1856) et Le Concussionnaire-Loup, inspiré de l’opéra-comique Si j’étais (...)
  • 50 C’est le titre d’un de ses poèmes de 1857, où il dénonce le « mensonge » de la famille et prône l’a (...)

25Furieux, misérable, Déjacque part chercher du travail à New York. Il s’efforce de gagner sa vie en peignant et en tapissant les murs de la communauté francophone dans laquelle il se trouve enfermé, faute de parler un mot d’anglais. Il trouve ensuite refuge, fin 1855, dans la plus grande ville francophone des États-Unis, alors un port capitaliste et négrier florissant, La Nouvelle-Orléans. Il y compose un nouveau recueil de ses Lazaréennes, augmenté d’une cinquantaine de poèmes. Il convient de ne pas se laisser abuser par ces additions. La plupart d’entre elles sont marquées par une inspiration romantique et sentimentale, qui trouve notamment son origine dans le milieu francophone du théâtre et des spectacles49, que Déjacque semble fréquenter régulièrement. Cependant, ces poèmes traduisent surtout l’expérience amère de la distance sociale et le rejet de la société créole esclavagiste. Les femmes aimées de loin deviennent très vite les « martyres » postchrétiennes (Théâtre et femme) de leur mari bourgeois (L’Huître et la Perle) : l’amour déçu inflige à Déjacque une blessure narcissique qu’il convertit énergiquement en colère sociale et politique. La Famille50 dans son ensemble est un « poison » qui « déchire » le sein des femmes et fait « expirer » les enfants. Mais au-delà de cette poésie féministe, Déjacque a composé à La Nouvelle-Orléans trois de ses poèmes les plus radicaux.

  • 51 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « Le Chant des damnés » [1 (...)

26Le premier, composé en avril 1856, s’intitule Le Chant des damnés51. L’épigraphe de Proudhon (« Dieu c’est le mal ») semble délimiter l’inspiration athéiste du poème ; or Déjacque vise du même anathème les Césars. Déjacque va se servir de l’image biblique des anges déchus et du panthéon anathémisé des démons et de Satan pour présenter son poème comme un blasphème universel formulé au nom de tous les « vaincus » de la guerre sociale. Ces vaincus, « démons foudroyés », ne sont pas vaincus pour toujours. Toujours « debout », ils attendent fièrement l’absolution de l’avenir :

Nous, les vaincus, nous les anges rebelles,
Nous, les démons foudroyés mais debout,
Les poings crispés et croisés sous nos ailes,
Nous le bravons [César ou Dieu] : l’avenir nous absout !

  • 52 Ibid., p. 115.

27Il faut désormais reconnaître la défaite et en tirer parti ; il y a une puissance non défaitiste de la défaite ; une joie dans le désespoir ; une amertume qui peut se convertir en triomphe prophétique. Cette dialectique angélique du désespoir fait penser à ce marxiste dissident, fouriérisant et imprégné de religiosité, qu’était Walter Benjamin. Mais non content de citer « les anges rebelles », Déjacque compare « les forçats » aux « fiers Titans » de la mythologie ; comme eux, on les croit ensevelis, cette fois « à coups de bagnes », sous la « lourde montagne » transatlantique de « l’Exil », « Cayenne ou Belle-Île ou Mazas ». Or, comme eux, ils ont la rage de la vengeance aux lèvres, c’est comme un « flot de lave » qui « monte » au ciel, un crachat cosmique de « haine et de mépris », que Déjacque, il faut le souligner, tout positiviste qu’il soit, persiste à appeler « idée ». L’idée, en effet, chez lui, est la fusion volcanique, l’immixtion chimique, l’alliage organique de la matière et de l’esprit : elle est la passion anarchique en marche perpétuelle. Elle « brûle au cœur » blasphémateur des « damnés de l’enfer social ». C’est la « colère » qui enflamme le regard des « ouvriers » exploités ; c’est la raillerie antireligieuse du peuple rebelle ; c’est la passion antithétique, éclairée par le « Progrès » et le « Socialisme », qui « œuvre » à la « destruction » – l’autre nom, ou plutôt la proclamation de la « Révolution !! »52 :

Debout, Progrès, debout socialisme !,
À l’œuvre donc pour la destruction.
– La Liberté t’insulte, ô Despotisme ! –
À l’œuvre ! à l’œuvre ! Et Révolution !!

28Le deuxième poème, à vrai dire l’hymne transatlantique de la liberté, sonne comme la réfraction enthousiaste du premier. Il s’intitule, en référence aux travailleurs libertaires et transnationaux de la mer, Le Chant des flibustiers. Déjacque y transfigure son expérience de matelot dans les mers d’Orient, prenant appui sur la brève expérience fraternitaire qui avait eu lieu à bord de la Calypso en 1841, pendant les quatre mois de service d’un officier « anarchique ». Le flibustier désigne l’envers positif du forçat transporté à l’autre bout du monde. Les « vapeurs et les voiles » ne transportent plus des proscrits, égoïstes bourgeois, mais des vagabonds partageurs. La violence fait partie de l’équipement révolutionnaire du flibustier : elle sert à briser les « codes, / Charmes des usuriers » et à éloigner le spectre de ces « sibarytes » qui « vautrent leur lâche obésité » dans les luxueux salons de La Nouvelle-Orléans. Le labeur anarchique ne sera pas, lui, de tout repos, il réclame de « défricher » des « sillons meurtriers », l’ouvrier-paysan venant ici prêter secours au matelot, par-delà les frontières de classe, de race et de nation :

  • 53 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « Le Chant des flibustiers (...)

Pour vous, Nations mortes
En proie aux vers rongeurs,
Les pas de nos cohortes
Sont des socs ravageurs53.

29Déjà, dans La Meute (Jersey, 1853), Déjacque le cynique avait comparé ses vers aux crocs d’un « chien hargneux » ; ici, ils œuvrent de l’intérieur à la destruction révolutionnaire des nations, du sol le plus international qui soit, un grand port francophone en terre américaine, qui œuvre à la traite transatlantique. Il semble, à lire la préface des Lazaréennes de 1857, que Déjacque nourrissait l’espoir d’être lu par la population locale. Cet espoir germe, lyrique, à la fin du poème, comme si une « Terre Promise » pouvait exister au-delà de La Nouvelle-Orléans. Or, Les Lazaréennes de 1857, ne trouveront que quatre souscripteurs. Après cet échec, Déjacque rédige une nouvelle série de poèmes, ses derniers, qui ne seront publiés que plus tard, dans les pages du Libertaire, entre 1858 et 1861. Ils contiennent en particulier la nouvelle version de « Némésis » (Baronie et jacquerie modernes), qui constitue l’acmé de son inspiration vengeresse.

  • 54 Déjacque Joseph, 1858 (9 juin), « De quoi vous plaignez-vous ? » [daté de La Nouvelle-Orléans, octo (...)

30Déjacque part ainsi de La Nouvelle-Orléans plus rageur et vindicatif que jamais. Sa colère vise autant les bourgeois « monopoleurs » que les « femmes du maître ou femmes de commis », et même les « ouvriers et manœuvres » qui se soumettent à « l’exploiteur » sans oser se révolter54. Mais le dégoût devient fécond sous sa plume régénératrice : il écrit alors dans le courant de l’année 1857 une nouvelle version de Némésis. Tout le fumier créole de Louisiane fertilise ainsi son écriture, qui fera pousser encore quelques fleurs à New York, mais davantage sur le mode de l’essai, de la théorie politique ou du journalisme d’intervention. Tous les poèmes que Déjacque diffuse dans Le Libertaire sont datés de 1857.

31Sa nouvelle Némésis s’intitule Baronie et jacquerie modernes. C’est l’affrontement revisité des deux grandes forces de l’histoire, avec résonnant dans l’une le patronyme du poète. Déjacque évoque directement, comme jamais, sa misère et son « désespoir », qui prennent une dimension mythologique. Cette fois, les éléments électriques qu’il a si souvent fait jouer contre la civilisation semblent se retourner contre lui : « Fougue de la misère, infernale tempête / Qui déchires mon sein et grondes dans ma tête, / Euménide du désespoir ». Au moment où Baudelaire, qui participa à la révolution de 1848, compose les raffinements de son « spleen », Déjacque lui donne une intensité physique et tellurique. Son corps s’en trouve rongé de l’intérieur : « Toi qui creuses ma joue et disperses ma couche / A coups de foudre et qui, sous ma dent, dans ma bouche, / Changes en soufre mon pain noir ». Déjacque anticipe la misérable « Tempête sous un crâne », son « émotion et ses tremblements » de haut vol, qui convoquent Dante, Milton et Homère – mais ici plus d’allégorie, un éclair foudroie son lit, sa bouche et transforme son pain en explosif. Fulgure ainsi le retournement décisif, l’imprécation cosmique : cette misère, ce désespoir deviennent les ingrédients actifs, le sel et le soufre d’une politique anarchique et cataclysmique. La lave infernale des Euménides coule comme le lait de la mère qui nourrit son enfant volcanique ; le cœur-colère de Déjacque bout d’une « rage » destructrice. Mais ce n’est plus seulement de destruction générale que rêve ou cauchemarde le fiévreux Déjacque. L’anarchiste qui prônait l’illégalisme rêve désormais de cannibalisme. La faim (Du pain et du travail) qui « déchirait le sein » du poète devient une force électrique qui lui donne la puissance de la foudre. Ses « vers rongeurs » aux « crocs hargneux » peuvent maintenant s’attaquer à l’ennemi de classe. Pour cesser d’avoir faim, il faut manger le riche :

  • 55 Déjacque Joseph, 1859 (26 novembre), « Baronie et jacquerie modernes (Némésis) » [1857], Le Liberta (...)

Vierge des affamés, Furie ! à moi ta lèvre.
Ton baiser inocule une électrique fièvre.
la fièvre aux orageux frissons.
Mets sur mes pas un riche, et dans ma main ta foudre.
Qu’il cède ou qu’il résiste, – ah ! sanglant, dans la poudre,
J’en veux dévorer les tronçons55

32Vient alors l’acmé de la poétique vengeresse, l’hommage lyrique et amoureux à la Furie des affamés, cette femme infernale qui finit par incarner et inverser tous les amours déçus de Déjacque. Tout le romantisme sentimental, dont il s’était efforcé, dans ses Lazaréennes, de sauvegarder les apparences, rendant des hommages ambigus aux femmes de théâtre et de salon – toutes ces « fantaisies » publicitaires tombent le masque et rendent l’âme devant les noirs « joyaux » de sa nouvelle maîtresse –, Méduse qu’il ne se contente plus d’invoquer comme en 1852, mais que désormais il nourrit lui-même de son désespoir cannibale :

  • 56 Ibid.

Tout ce que peut la voix, pour la grande révolte,
Tout ce que peut le bras pour la sombre récolte,
Le poing, l’ongle, la dent, le fer, le feu, le plomb,
Némésis ! ma farouche et terrible maîtresse,
Je te le veux offrir, et t’en faire une tresse
Digne des joyaux de ton front56 !

33Le génie politique et éditorial de Déjacque consiste à connecter cette colère viscérale, aux racines anciennes, avec la plus brûlante actualité des États-Unis. Dans le numéro précédent du Libertaire (26 octobre 1859), il rendait compte avec empathie et lyrisme du raid de John Brown et de ses 22 compagnons sur l’arsenal d’Harper’s Ferry, tentative avortée de libérer les esclaves du Sud (16 octobre 1859). Tout en datant sa nouvelle Némésis de 1857, Déjacque choisit de publier son poème un mois à peine après l’assaut de John Brown, donnant à sa rhétorique terroriste une réverbération immédiate, urgente, et beaucoup moins utopique que ses accents cosmiques pouvaient le laisser penser. Nul ne sait si Déjacque retoucha son poème pour l’occasion, mais il est certain que sa publication est un chef-d’œuvre d’ajustement à la situation. Mieux encore, il offre dans son poème, comme dans les différents articles qu’il consacrera à John Brown, une analyse transversale originale qui dépasse la seule question de l’esclavage des noirs pour s’élargir à toutes les formes d’esclavage en régime « civilisé » : esclavage des blancs prolétaires du Nord, esclavage des femmes de toutes les couleurs, et même esclavage des enfants au sein de la famille patriarcale – mais cet aspect ne fut traité que dans L’Humanisphère. Or, à la lucidité politique de ses articles dans Le Libertaire, Déjacque ajoute dans Baronie et jacquerie modernes la puissance colérique de ses vers, qui égalent en ces moments ceux du Baudelaire spleenétique et de Hugo en exil.

34Déjacque amplifie ainsi l’écho de Châtiments par-delà l’Atlantique : « Dressez-vous, châtiments ! effrois du Privilège ! / Spectres du Nord, sortez de vos linceuls de neige : / Au Sud de vos sillons brûlants ». C’est Hugo en Amérique, prolétaire noir et blanc déclamant une version transatlantique de Châtiments. John Brown est en train de mourir, il sera pendu au lendemain du poème, un 2 décembre de sinistre mémoire, mais le voilà qui ressuscite déjà, lui et ses compagnons noirs, lui avec les prolétaires du Nord. On n’abolit pas l’esclavage, sans faire tomber en même temps « le collier du salaire » ; les spectres, des lions, hurlent l’universelle rage de la révolution :

  • 57 Ibid.

Prolétaires et noirs, debout ! – la nuit est sombre.
Le maître dort. – Veillez, spectres, ombres dans l’ombre !
Rôdez !… c’est l’heure des lions.
Au chevet du Planteur, dans l’alcôve du riche,
Allez ! – la proie est là, nue ainsi qu’un caniche ;
Entrez, hurlez, Rebellions57 !

Figure 1. Carte du câble transatlantique reliant l’Europe à l’Amérique du Nord en 1858

Figure 1. Carte du câble transatlantique reliant l’Europe à l’Amérique du Nord en 1858

Légende : Le trajet du câble est le même que celui des exils de Déjacque. Y figure aussi le trajet des steamboats transatlantiques.

Source : Map of the Submarine Telegraph Between America and Europe, gravée pour Howe's Adventures & Achievements of Americans. Wikimedia Commons (domaine public) : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Atlantic_cable_Map.jpg.

Notes

1 Vingt-sept numéros du Libertaire, le journal fondé et édité par le seul Déjacque, parurent à New York entre 1858 et 1861.

2 Dans ses Souvenirs d’un révolutionnaire (Paris, Société encyclopédique française et Éditions de la Tête de feuilles, 1972, p. 162-185), Lefrançais supposait, sans donner de preuves, que Déjacque était mort « fou de misère ». On sait aujourd’hui par les archives de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris que, à la suite d’« hallucinations », Déjacque a été interné à l’hospice de Bicêtre le 22 avril 1864 et qu’il y est mort le 18 novembre 1865.

3 Lefrançais fait remarquer dans ses souvenirs la stridence de la voix de Déjacque récitant ses poèmes et ses anathèmes.

4 C’est le titre d’une récente anthologie de la littérature francophone en Louisiane, qui contient un choix restreint, mais élégamment traduit, de poésies de Déjacque. La présence de Déjacque dans les histoires de la littérature « créole » en Louisiane est constante depuis la fin du xixe siècle. Voir Weiss M. Lynn (éd.) [traduit par Norman R. Shapiro], 2004, Creole Echoes: The Francophone Poetry of Nineteenth-Century Louisiana, Urbana, University of Illinois Press.

5 Préface de L’Humanisphère.

6 Préface des Lazaréennes (1857).

7 Nous pensons à cette « vie de royauté misérable et d’épreuves » qui caractérise les cyniques selon Foucault dans son dernier cours, prononcé quelques mois avant sa mort (Foucault Michel [édité par Frédéric Gros], 2009, Le gouvernement de soi et des autres. ii Le courage de la vérité, Paris, Gallimard, p. 261).

8 Il s’agit de La Question révolutionnaire (New York, F. F. Barclay, 1854). C’est avec L’Humanisphère (La Nouvelle-Orléans/New York, 1857-1859) l’ouvrage qui a le plus intéressé les éditeurs.

9 L’Humanisphère porte en sous-titre Utopie anarchique.

10 Ce mélodrame, Les Civilisés de la décadence, puissant et très révélateur, a quant à lui été ignoré de tous les éditeurs. Il se trouve en feuilleton entre les numéros 19 et 23 du Libertaire (26 novembre 1859-5 avril 1860).

11 Cf. Schmidt-Weissenfels Eduard, 1857, Vier Jahre Memoiren. Porträts und Erlebnisse, Prague/Leipzig, Kober, p. 266-268.

12 Voir le poème dédié à Amalia Patti Strakosch dans Les Lazaréennes de 1857 publiées à La Nouvelle-Orléans, mais avec quatre souscriptions seulement.

13 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « Brune ou blonde ? » [1857], in id., Les Lazaréennes – fables et chansons – poésies sociales, Lyon, Atelier de création libertaire, p. 111.

14 Le concept, à la fois social, politique et métaphysique, vient de Pierre Leroux et désigne la circulation infinie de la matière et de l’énergie à travers l’univers (ou les multivers).

15 Par « publique » nous entendons à la fois l’acte de réciter oralement des vers, en faisant impression sur le public, et l’acte de les publier dans des livres ou des journaux afin de les faire circuler, c’est-à-dire de les faire vivre. C’est ce qui rend si ignoble la non-publication (et donc la non-récitation) des poésies de Déjacque, en particulier le recueil de 1857.

16 Alain Faure dans Faure Alain et Rancière Jacques, 2007, La parole ouvrière, Paris, La Fabrique, p. 22 et 27.

17 Déjacque Joseph, 1899, L’Humanisphère, Bruxelles, Bibliothèque des Temps nouveaux, p. 51.

18 Ibid.

19 Déjacque Joseph, 1859 (26 novembre), « Les Civilisés de la décadence », Le Libertaire, n° 19.

20 Voir son règlement en date de 1832, et la liste finale des commissions arrondissement par arrondissement, où figure le nom « Salives », à l’adresse rue Lenoir. Il s’agit probablement du directeur de l’école du même nom. Voir la piètre digitalisation suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k288026/texteBrut.

21 Il s’agit de « poèmes inédits, saisis au domicile de Déjacque, lors de la perquisition effectuée le 7 juillet 1848 » – jour de son arrestation consécutive aux journées de juin 1848. Voir Perrot Nicole, 1994, « À la recherche d’une patrie des droits de l’homme : Joseph Déjacque prolétaire anarchiste », in Creagh Ronald (dir.), Les Français des États-Unis d’hier à aujourd’hui, Montpellier, Éditions Espaces 34/Université Montpellier 3, p. 294.

22 La Misère (juin 1847), poème inédit publié pour la première fois dans cet ouvrage (document i).

23 Sur cette comparaison courante dans le milieu du premier socialisme, chez les saint-simoniens et les disciples de Lamennais, on lira les pages de Rignol Loïc, 2014, Les hiéroglyphes de la Nature. Le socialisme scientifique en France dans le premier xixe siècle, Dijon, Les Presses du réel.

24 Déjacque Joseph, Les Civilisés de la décadence, op. cit.

25 Sur ce journal qui était, selon l’historien Georges Weill, « une vraie publication politique, rédigée par des hommes de valeur qui avaient des idées précises », voir Weill Georges, 1907-1908, « Les journaux ouvriers à Paris (1830-1870) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° ix, p. 95.

26 « Déjacque avait été l’un des vingt-neuf signataires d’un placard affiché sur les murs de Paris par les membres du journal ouvrier L’Atelier » (Boutin Charles, 1868, Murailles révolutionnaires de 1848, Paris, 1868, E. Picard éd., p. 48). La référence provient du remarquable site consacré à Joseph Déjacque par son meilleur spécialiste Valentin Pelosse, http://joseph.dejacque.free.fr/libertaire/AnnexeIV.htm.

27 Il faut citer aussi la revue mensuelle saint-simonienne La Ruche populaire, « journal des ouvriers rédigé et publié par eux-mêmes », fondée en décembre 1839 et dirigée par le poète et chansonnier saint-simonien Vinçard (cf. Weill Georges, « Les journaux ouvriers à Paris », art. cit., p. 94). Elle servit de périodique pour la publication de la poésie ouvrière.

28 Cette forme populaire et joyeuse d’éducation mutuelle est bien exprimée par Pierre Moreau dans son essai sur la Réforme des abus du compagnonnage et l’amélioration du sort des travailleurs (1843) : « si je me suis hasardé à prendre la plume, moi simple ouvrier, c’est que j’estime que les travailleurs doivent s’instruire les uns les autres » (Ragon Michel, 1974, Histoire de la littérature prolétarienne de langue française, Paris, Albin Michel, p. 83). Sur l’autoémancipation des ouvriers entre 1830 et 1851 : Faure Alain et Rancière Jacques, La parole ouvrière, op. cit.

29 Ragon Michel, Histoire de la littérature prolétarienne, op. cit., p. 81-82. 

30 Vinçard Jules [réunies et publiées par Olinde Rodrigues], 1841, Poésies sociales des ouvriers, Paris, Paulin.

31 Ragon Michel, Histoire de la littérature prolétarienne, op. cit., p. 82.

32 Déjacque Joseph, 1848, La Proclamation de la République, chant patriotique, Paris, A. René.

33 Ibid.

34 Déjacque Joseph, 1848 (mars), Aux ci-devant dynastiques, Aux tartufes du peuple et de la liberté, Paris, A. René, p. 1. On trouve le texte sur le site Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5512649d/f1.image.r=joseph%20déjacque.langFR.

35 Ibid., p. 2.

36 Déjacque Joseph, 1851, Les Lazaréennes : fables et poésies sociales, Paris, chez l’auteur, p. 42.

37 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « La Fiancée du proscrit » [1848], in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 42.

38 Dans son pamphlet de 1840, Qu’est-ce que la propriété ?, celui-ci distinguait en effet entre propriété et possession et ne défendait pas la communauté des biens.

39 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « La Propriété » [1848], in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 127.

40 Ibid., p. 126.

41 Déjacque Joseph, 1851, « Le Passé, le Présent, l’Avenir », in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 39.

42 Déjacque Joseph, 1851, « Le Négrier-Pirate », in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 14.

43 Déjacque Joseph, 1851, « L’Architecte » [1849], in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 19.

44 Déjacque Joseph, 1851, « L’Orpheline », in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 45.

45 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « L’ Attentat » [décembre 1851], in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 74.

46 Pierre Leroux fait de Louise Julien la « sœur de Flora Tristan », dans les pages qu’il consacre à cet enterrement (Leroux Pierre, 1863, La Grève de Samarez, t. ii, Paris, E. Dentu, p. 443).

47 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « Assassin et voleur » [1852], in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 120-121.

48 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « Némésis » [1852], in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 96-98.

49 Voir Théâtre et femme (mai 1856) et Le Concussionnaire-Loup, inspiré de l’opéra-comique Si j’étais roi d’Adolphe Adam, donné à La Nouvelle-Orléans en 1856.

50 C’est le titre d’un de ses poèmes de 1857, où il dénonce le « mensonge » de la famille et prône l’amour libre (Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « La Famille » [1848], in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 80-81).

51 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « Le Chant des damnés » [1856], in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 114-115.

52 Ibid., p. 115.

53 Déjacque Joseph [introduction et commentaires par Patrick Samzun], 2018, « Le Chant des flibustiers » [1856], in id., Les Lazaréennes, op. cit., p. 109.

54 Déjacque Joseph, 1858 (9 juin), « De quoi vous plaignez-vous ? » [daté de La Nouvelle-Orléans, octobre 1857], Le Libertaire, n° 1.

55 Déjacque Joseph, 1859 (26 novembre), « Baronie et jacquerie modernes (Némésis) » [1857], Le Libertaire, n° 19.

56 Ibid.

57 Ibid.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte du câble transatlantique reliant l’Europe à l’Amérique du Nord en 1858
Légende Légende : Le trajet du câble est le même que celui des exils de Déjacque. Y figure aussi le trajet des steamboats transatlantiques.
Crédits Source : Map of the Submarine Telegraph Between America and Europe, gravée pour Howe's Adventures & Achievements of Americans. Wikimedia Commons (domaine public) : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Atlantic_cable_Map.jpg.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/18442/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 666k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search