Version classiqueVersion mobile

Libertaire ! Essais sur l’écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865)

 | 
Thomas Bouchet
, 
Patrick Samzun

Première partie. Déjacque inédit

Document ii

Joseph Déjacque, lettre à Eugène Pelletan, 18 avril 18641

Joseph Déjacque

Texte intégral

  • 1 Transcription par Loïc Rignol et Thomas Bouchet. Les fautes d’orthographe n’ont pas été maintenues.

1Paris, faubourg St-Honoré, 13 cité ouvrière

218 avril, 1864.

3Citoyen Eugène Pelletan,

4Il faut que je vous fasse part d’un événement heureux qui vient de s’opérer sur moi. Une révélation divine s’est faite en mon individu, la nuit du 16 courant. Pourquoi, à l’exclusion de tous les autres, m’aurait-il choisi ? C’est que Dieu est un pur anarchiste et que je le suis aussi. Il ne veut ni pape, ni gouvernement. À chacun d’être son pape et son gouvernement. Dieu m’a parlé pendant plusieurs heures. Il a donné mission d’être son nouveau rédempteur sur Terre. Mais, non pas un ignorant comme Jésus. Il faut que j’apprenne toutes les sciences, tous les arts, toutes les langues, et alors seulement Dieu me permettra de parler en son saint nom. Il facilitera de toute sa promptitude de mon étude par tous les moyens qu’ils lui sont possibles. Il ne veut pas qu’aucun peuple ignore son évangile et que chacun n’ait pas conscience de son divin Verbe.

5Il m’a révélé ma conscience et la lucidité qui fait lire dans toutes les consciences. Aussi ai interrogé la vôtre que j’ai trouvée digne de la mienne. Dieu m’a encore dit bien des choses qui me sont personnelles par exemple que j’étais encore jeune pour avoir une femme. Qu’il m’en donnerait une qui serait un modèle de beauté de vertu de grâce et d’intelligence et que j’en aurais trois enfants deux garçons et une fille. Vous voyez que c’est un bon père, ce père qui s’appelle en trinité « Mèreamourpère » ?

6Tout à vous citoyen Eugène Pelletan.

7Permettez-moi d’aller vous serrer la main.

8Votre bien dévoué prochain,

9J. de Jacques

10P. S. : Je ne vais pas nécessairement me mettre à apprendre toutes les sciences et tous les arts. Je vais seulement apprendre la musique, toutes les langues, et la philosophie dans ce qu’un fils unique du siècle en peut savoir. La musique me servira à faire des hymnes à Dieu.

11J. D. J.

12Me voilà pour le moment votre dictateur en chef. En avant, soldats du cœur et de l’intelligence.

Notes

1 Transcription par Loïc Rignol et Thomas Bouchet. Les fautes d’orthographe n’ont pas été maintenues.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search