Version classiqueVersion mobile

Libertaire ! Essais sur l’écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865)

 | 
Thomas Bouchet
, 
Patrick Samzun

Première partie. Déjacque inédit

Document i

Cinq écrits inédits de Joseph Déjacque (1847-1848)1

Joseph Déjacque
Tatiana Fauconnet et Alexandre Frondizi (éd.)

Texte intégral

[1.] 

La Misère

  • 1 Ces manuscrits se trouvent dans les archives du Service historique de la Défense (SHD), Vincennes. (...)

1

Du jour où trébuchant d’un pas lourd en arrière
Dans le linceul hideux qu’on nomme la misère
Du jour où sans foyer, sans abri, sans argent
L’homme, hélas ! se retrouve avec ses chairs débiles
Ses entrailles à jeun sur le pavé des villes
Sous les pieds du passant

2

De ce jour il n’a plus un ami dans le monde
De ceux qui lui juraient une amitié profonde
De ceux qui, le voyant, accouraient pleins d’ardeur
Serrer dans leurs deux mains sa main pesante encore
De ceux de qui le nom retentissait sonore
Au clavier de son cœur

3

La misère, ô mon Dieu ! c’est, pour l’âme, le doute
C’est la coupe de fiel qu’on vide, goutte à goutte
Comme un amer poison des choses d’ici-bas
C’est la pierre de touche où l’homme vient connaître
L’or impur de ces cœurs qui semblaient lui paraître
Sans mélanges ingrats

4

C’est le mont rocailleux, c’est la plus haute cime
Où la sueur au front, suspendu sur l’abîme
Du sommet des douleurs on gravit le chemin,
Se déchirant sans cesse aux ronces de la route,
Sans mousse pour s’asseoir, sans l’ombre d’une voûte,
Sans un visage humain.

*5* [barré] 7

Oui, c’est l’isolement qui nous saigne et nous broie
L’océan d’amertume où notre cœur se noie
Le néant qui sur nous passe et s’appesantit
Comme un ciel orageux pesant sur l’atmosphère
Ravit à nos poumons le souffle alimentaire
Engourdit notre esprit.

*6* [barré] 8

La misère c’est pour notre âme à l’atonie
Le glas qui vient sonner sa dernière agonie
C’est la haine à vingt sous qui nous saisit au cœur
La haine de ce monde en proie à l’égoïsme
Où le riche s’endort dans son lâche optimisme
En niant le malheur !

9

C’est l’ardente fournaise d’où râle l’espérance
C’est le fardeau de plomb, l’accablante souffrance
C’est le tenaillement, le vautour de la faim
C’est à son dernier terme un désespoir aride
Qui, sanglant et brisé, nous livre au suicide
Qu’on repoussait en vain.

*7* [barré] 5

C’est, des illusions dont notre âme s’étoile
L’impitoyable main qui déchire le voile
Qui s’armant du scalpel dissèque par lambeau
Ce monde maintenant à nu comme un squelette
Nous fait voir les ressorts de sa fibre secrète
Et palper son cerveau

*8* [barré] 6

Horrible vision de la nature humaine
De fronts, d’âmes, de cœurs qu’a pourris la gangrène
Chancelant éperdu, sans voix, épouvanté,
Vainement l’on veut fuir cet effrayant spectacle
Partout autour de soi comme un vainqueur obstacle
L’hydre à satiété.

*Partout cet exécrable et prolifique plaie
Qui resserre sur nous sa formidable haie
C’est un cercle sans fin dont on ne peut sortir
La robe de Médée au toucher qui dévore
Qui s’attache à nos chairs, nous brûle et brûle encore
Jusqu’au dernier soupir* [barré]

10

C’est aussi, trop souvent, du fond de cet abîme
La main qui nous conduit au déshonneur, au crime
De ce sommet à pic, sur ce terrain glissant
Le vertige fatal que la faim accrédite
Qui nous saisit, nous berce et puis nous précipite
Dans l’opprobre ou le sang.

11

C’est encor quelquefois l’infernale puissance
Qui marque notre front du sceau de la démence
Qui jette en notre esprit la fièvre et le transport
Suicide, échafaud, haillons, bagne ou Bicêtre
C’est le terme la fin le néant de notre être
La mort, toujours la mort.

1Juin 1847

[2.]

Les boulangers de Paris. Fraude sur la vente du pain

2La plupart des ouvriers en bâtiment, par la raison qu’ils travaillent tantôt dans un quartier et tantôt dans un autre, achètent leur pain au détail, au repas le repas. Eh bien, comme si l’inertie ou la complicité de nos gouvernants n’avait pas fait monter le prix du pain à un taux assez exorbitant, les boulangers trouvent encore moyen d’en élever la taxe en fraudant sur le poids.

3Et qu’on ne croie pas que cette fraude que nous signalons aujourd’hui à l’indignation publique bien plus qu’à l’autorité qui n’a d’énergie que pour sévir avec les dernières aigreurs contre des malheureux que la misère et la faim auront jetés hâves et demi-nus dans les attroupements de la rue. Qu’on ne croie pas, disons-nous, que cette fraude sur un aliment de première nécessité soit un fait isolé, un acte exceptionnel. Non les quatre cinquièmes des boulangers de Paris en sont coupables. L’exception est du côté de ceux assez honnêtes pour faire loyalement leur commerce. Quant aux autres, à la masse, ne prenant que la cupidité pour point d’honneur, substituant à la religion de la conscience l’amour effréné du gain, ils prélèvent sur la nourriture du prolétaire un bénéfice illicite qui, si le préfet de police et ses agents étaient moins oublieux de leur devoir, devrait appeler sur eux les châtiments de la loi. On applique bien les peines les plus sévères au malheureux qui torturé par la faim, cédant au vertige qu’elle donne, dérobe à la devanture d’une boutique un morceau de pain, pourquoi n’imposerait-on pas une peine égale à ces voleurs patentés qui n’ont pas comme les premiers pour excuse les circonstances atténuantes de la nécessité.

4Jusqu’à présent nous qui écrivons ces lignes et qui appartenons à la catégorie de ceux qui achètent peu à la fois mais souvent, nous n’avions jamais songé à contrôler l’exactitude du poids du pain dans la vente qui nous en était faite, jamais nous n’avions mis en doute la parfaite bonne foi du vendeur, bien persuadé que c’est chose ignominieuse et criminelle que pareille tromperie. C’est à peine si nous eussions osé la soupçonner chez un de ces pestiférés des bagnes dont le cœur est mort à tout sentiment de moralité. Cependant sachant le pain à 50c le kilo, par conséquent à 5c l’hecto, et voyant toujours mettre dans la balance une foule de petits poids, soit que nous demandassions pour dix, quinze ou vingtc de pain quand il était si simple de se servir de poids d’hecto, cette singularité nous en fit rechercher la cause, nous examinâmes, et force fut bien de nous rendre à l’évidence : on nous vendait le pain à raison de cinquante-cinqc le kilo.

5Nous bornerons là nos commentaires. Mais comme les hommes de la grande politique ne sauraient descendre à s’occuper de pareille vétille que l’alimentation du peuple, nous recommanderons à nos camarades de labeur et de malheur de surveiller eux-mêmes avec ténacité, non seulement dans leur intérêt propre mais dans l’intérêt sacré de tous, ces marchands sans probité et sans honneur bien dignes assurément d’une époque comme la nôtre, où l’on ne peut faire un pas, étendre la main, ouvrir les yeux sans voir, heurter, palper les scandales de la concussion et de l’escroquerie, toutes ces débauches de la corruption, de la cupidité et de l’égoïsme.

6Hélas ! nous ne le voyons que trop ; l’apôtre de Lisieux n’a pas prêché dans le désert.

725 août

[3.]

[Sans titre – sur les événements de Sicile]

8Les événements dont la Sicile est et vient d’être le théâtre sont sans aucun doute un acte glorieux de dévouement et de patriotisme. Après avoir subi pendant de longues et douloureuses années le joug de fer et de sang de l’infâme Ferdinand, digne rejeton d’une royale engeance, les Siciliens en armes et partout victorieux, à la suite de combats acharnés où la population a donné en masse, peuvent enfin traiter de souverain à souverain, de peuple à roi, de révolution légitime à légitimité de droit divin.

9Comme homme nous nous réjouissons de cette réaction de l’humanité contre la barbarie, de ce soulèvement des honnêtes gens qui n’ayant pour eux que le bras et le cœur ont su triompher de ce bandit de trône dont la morale est, fut et sera toujours celle de la force brutale et sauvage, des cachots et de la potence. Que ne nous est-il permis, comme citoyen et comme démocrate, de nous féliciter aussi pour nos frères de Sicile de la conquête d’institutions vraiment radicales. Disons-le : au milieu de la joie avec laquelle nous accueillions cet appel aux armes, une chose nous inquiétait et nous attriste profondément aujourd’hui. Que va faire l’insurrection maîtresse du sol ? Va-t-elle décréter la déchéance de la royauté, la proscription du trône ou à l’exemple de la France ne va-t-elle pas plutôt faire aussi sa révolution de Juillet ; et comme la grenouille de la fable ne va-t-elle pas restaurer de ses mains ce trône que ses balles ont meurtri, et, avec un nom nouveau sous un masque différent mais qui abrite toujours le même visage, la même pensée, visage de fourbe, pensée d’oppression et de tyrannie, ne va-t-elle pas réédifier sur son fauteuil remis à neuf la vieille royauté rajeunie du mensonge constitutionnel. Et nos craintes il faut l’avouer n’étaient que trop fondées : non seulement nous voyons sous la plume des insurgés le mot d’excellence aduler encore le bourreau à épaulettes, un assassin de cour, mais on parle déjà d’un nouveau maître, du neveu même de ce Ferdinand 2. Mais à quoi servent donc les leçons de l’expérience, et à qui profitent-elles, si les peuples s’obstinent à ne les point lire ? Eh quoi ! tout ce sang versé, ce bombardement de plusieurs jours d’une ville riche en monuments et en population, ce défi de tout un peuple jeté aux sbires de la royauté, aux prisons, aux échafauds ! eh quoi ! tout cela pour un misérable changement de personne ! Mais, imprudents que vous êtes, jetez les yeux autour de vous, et ces libertés qu’on vous accordera aujourd’hui, voyez avec quelle prodigieuse astuce, par quels moyens frauduleux demain on vous les ravira ! Peuple de Palerme, ne voudrais-tu donc rien être que la stupide doublure du peuple de Paris, de ce peuple hébété par l’ignorance, étiolé par l’incessant labeur et suçant dans la misère le venin de la servilité et de l’égoïsme ? Car nous ne devons pas nous le cacher, ce n’est pas en voilant une plaie qu’on la guérit, c’est en y appliquant le fer rouge, et pour les plaies morales le fer rouge c’est la parole de vérité ; hélas ! si nous connaissons, et que trop bien, les classes supérieures par l’éclat de leurs forfaits journaliers, par la perversité qu’elles affichent ou qu’elles dissimulent selon qu’elles se croient plus ou moins sûres de l’impunité, nous, ouvriers, nous connaissons aussi le peuple par le contact de tous les jours, par cette intimité de la souffrance et de la servitude, et, de même que nous ne voulons jamais manquer de fermeté pour combattre et flétrir les uns, de même nous ne voulons pas davantage nous faire les apologistes sans contrôle, les serviles flatteurs des autres : oui le peuple a ses fautes, oui le peuple a des crimes à se reprocher. N’est-ce pas lui en effet qui, n’ayant de courage et de résolution que par élans et qu’à de longs intervalles, après avoir eu ses journées du 14 juillet et du 10 août, laissa périr sur l’échafaud de Thermidor les plus grands apôtres de l’humanité. N’est-ce pas lui qui, après avoir accepté d’acclamations la République, laissa un soldat orgueilleux, un empereur-vampire broyer sous son sceptre d’acier une institution qui, de démocratique qu’elle fut sous la Convention, était devenue entre les mains des intrigants du Directoire, et par son indifférence à lui peuple et par son apathie, un scandale permanent de débauche et de corruption, mais cette institution par sa volonté il pouvait lui rendre la pureté et la grandeur qu’avaient rêvées pour elle les incorruptibles de la montagne ; Cette volonté il ne l’eut pas. N’est-ce pas lui encore ce peuple qui en 1815 laissa nos bourgeois, les hommes de paix quand même, les hommes [Guizot ?] ouvrir à l’étranger les portes de Paris, de ce Paris qui pour se défendre n’a besoin d’autres citadelles que celles de ses maisons, d’autres remparts que ceux de ses barricades, d’autre mitraille que le pavé de ses rues quand maisons, barricades et pavés sont aux mains de citoyens de cœur et de patriotisme. Et enfin n’est-ce pas lui ce peuple qui en juillet 1830, après une prompte et éclatante victoire, laissa aux hommes de la veille et du lendemain, aux hommes de la dernière heure, à ces Judas de la liberté le soin de poser les bases d’une constitution nouvelle. Nous le disons, avec autant d’effroi que de douleur, chez nous comme autour de nous le peuple n’est pas mûr pour la délivrance ; et quand le sera-t-il ! car, pour être juste envers tous, ces fautes, ces crimes que nous lui reprochons ce n’est pas sur lui que doit en retomber la responsabilité première : c’est son ignorance seule qui le rend coupable et non son cœur, et nos hommes d’État dynastiques l’ont si bien compris que leurs constants efforts sont d’entretenir en lui cette ignorance en ne lui laissant pas un moment pour s’en affranchir, en le murant dans sa misère, en l’enchaînant à son travail forcé.

10Ah ! si nous devions désespérer d’une régénération prochaine, si, fermant le livre de l’histoire et niant cette étincelle de vertu qui pétille toujours, même au fond de l’âme des plus pervertis, et peut s’embraser d’un jour à l’autre, il nous fallait douter que le peuple secouât jamais sa pesante léthargie pour respirer enfin à pleine poitrine ce souffle vivifiant de la liberté, de l’égalité et de la fraternité ; si nous devions croire que ce honteux onanisme du cœur et de l’honneur, cette monstrueuse sodomie de l’âme, ces ignobles aspirations vers les jouissances matérielles, ce culte éhonté et exclusif de l’or dussent se prolonger longtemps encore, comme il ne peut être dans notre nature d’aller à la suite des repus du système mendier la pâté de la honte et de l’ignominie, oui ! le seul parti qui nous resterait à prendre serait, comme Caton d’universelle mémoire, de nous draper dans notre foi et de nous frapper du glaive afin de nous soustraire du moins à ces tableaux hideux de bassesse et d’infamie qui partout et sans cesse épouvantent nos yeux, soulèvent de dégoût notre cœur et révoltent et désespèrent notre âme !

11Et, revenant à l’insurrection de Sicile, nous dirons à ces citoyens armés pour la conquête des libertés publiques : Soyez radicaux par le but comme par les moyens ; ne vous endormez pas sur la foi d’illusions décevantes ; quand l’horizon est encore gros de menaces et que la tempête de la réaction royale couve dans l’obscurité, la halte sur le flot de la rébellion entre le large et la côte, entre la tourmente et l’écueil, la halte, c’est le naufrage. Hâtez-vous, courageux du soulèvement ! Mettez toutes voiles dehors, jetez par-dessus le bord tout ce qui tient de près ou de loin à la monarchie ; hâtez-vous, navigateurs de la démocratie !, de profiter du courant révolutionnaire si vous voulez arriver sains et saufs, égaux et libres au but entrevu, au port de la Délivrance, et conquérir enfin pour tous y abriter ce sol de la liberté, de l’égalité et de la fraternité qui seul un jour, pour le bonheur de tous et de chacun, doit porter à jamais l’universalité des mondes.

[4.]

À Metternich

Mars 1848

Las de tendre le dos à la schlague royale
Et de courber sous toi son épine dorsale
L’esclave se redresse et brave ses tyrans ;
Il foule sous ses pieds leurs défis arrogants ;
Il fascine à son tour du feu de sa prunelle
Il écrase du poids de son talon rebelle
Et le boa du trône et le boa des cours,
Vienne comme Paris compte aussi ses trois jours.
Le peuple autrichien lave enfin dans la flamme
De ta villa qui brûle et son nom et son âme,
Sa longue inaction et son épais sommeil.
Le tocsin a sonné l’heure de son réveil.
Il est debout, il marche, et, nouvel Encelade,
Du ciel des libertés il tente l’escalade ;
En vain tu chercherais ou de loin ou de près
À briser du titan les musculeux jarrets ;
Sous l’égide du droit défiant ton tonnerre,
De rocher en rocher, de colère en colère
Il saura dans ses bonds atteindre le niveau
Où s’ouvre pour chacun un Olympe nouveau.
Pour parler autrement, il saura comme en France
Conquérir sur les rois sa forte indépendance,
Proclamer en principe avec la liberté
L’égalité de tous et la fraternité ;
Il saura supprimer tout gothique et vain titre
Et n’avoir que la loi pour maître et pour arbitre.

Écoute ! Entends-tu pas résonner le beffroi ?
Les rois en sont saisis de stupeur et d’effroi
Comme aux jours de dégel une plaine de glace
Ils sentent leur pouvoir craquer sous la menace ;
Le torrent populaire en son cours arrêté
Soulève avec fracas son flot de liberté,
Emporte dans sa course, engloutit dans ses ondes
Trônes et sceptres d’or, fétiches des vieux mondes !
La débâcle électrique unit la Seine au Rhin ;
Elle ébranle à la fois Vienne, Munich, Berlin,
Le Tage, la Tamise, et toute l’Italie.
Paris ce pur foyer de la Démocratie
Comme un soleil de lave à la voûte des cieux
Des peuples opprimés fond l’hiver rigoureux.
Ô rois ! arrêtez donc cette vague de tête,
Cet océan de bras, ces humaines tempêtes
Que sur vous a lancé de son souffle puissant
Le Peuple hier esclave, aujourd’hui triomphant.
Et toi, leur grand vassal, toi Metternich : aux armes !
Hourra contre les Francs ; pousse le cri d’alarme,
Fais sonner haut la charge et marcher en avant ;
Hourra ! pour écraser ce Paris turbulent.
Mais quoi ! nul ne se veut ranger sous tes bannières.
Où donc est ton armée ? où sont tes mercenaires ?
Ton armée elle cède à l’élan généreux
Que la liberté sainte a fait passer en ceux
Qui pour briser le joug se soulèvent en masse
Et sous le ciel du droit réclament vie et place.
Et tes serfs révoltés répondant à ta voix
Contre le Czar et toi de la France font choix.
C’est qu’il n’est plus le temps des princières promesses,
De ces chartes de roi, frauduleuses largesses,
Le temps où tu pouvais sous vingt maîtres royaux
Ameuter contre nous les peuples par troupeaux.
Un fraternel accord a remplacé les haines,
Et va faire partout tomber ces lourdes chaînes
Que durant si longtemps comme un fatal écrou
Tu cherchas à visser autour de notre cou.
Le cri de délivrance agite toutes fibres ;
L’arche du dévouement, pilier des peuples libres,
Appelle l’ancien monde et les mondes nouveaux
Sous le dôme géant de ses sacrés arceaux ;
La joie est dans les cœurs et les fronts sont en fête ;
L’allégresse commune est le sûr interprète
Du bonheur que promet à toutes nations
Ce politique élan des populations.

Quant à toi, Metternich, bravo du despotisme,
Toi qui le cœur drapé d’un manteau d’égoïsme
Et le poignet armé d’un feuillet de papier,
De même qu’un bandit de son stylet d’acier,
Fait d’un homme un cadavre et d’un lit une tombe,
Toi que l’horreur de tous comme un cimier surplombe
Et qui toute ta vie altéré de forfaits
Tu fus l’exécuteur des œuvres de Palais ;
Oh ! dis, que penses-tu de tout ce bruit de chaînes ?
De ce frémissement des libertés humaines
Qui d’un rapide essor, comme un vent d’avenir,
Passe d’un sol à l’autre et le fait tressaillir ?
Crois-tu possible encore à quelque diadème
De faire dérailler de sa ligne suprême
Cette locomotive impalpable en son vol
Qu’on appelle l’idée, et qui brûle le sol,
Cette vapeur du front, force intellectuelle,
Qui traverse l’espace ainsi qu’une étincelle,
Et qui, sur son passage électrisant les cœurs,
Entraîne à sa remorque un long train de lutteurs.
Oh ! dis, crois-tu possible au vouloir de tes princes
De tenailler encore, ainsi qu’avec des pinces,
Les peuples de leurs sceptres et de leurs doigts d’étain
Et, toi-même, crois-tu, pourvoyeur de bourreaux,
Pouvoir rougir encor ta robe de ministre
De ces meurtres hideux que l’histoire enregistre
Et qu’elle infiltre en toi, qu’elle incarne en ton nom
Comme un nitrique acide sur l’or de ton blason ;
Et, nouveau Josué, te crois-tu la puissance
D’arrêter dans son cours ce soleil de la France

Oh ! je te plains, vieillard par les ans affaissé,
D’avoir sur ton front chauve un si pesant passé ;
Je te plains d’avoir pu, soit crime ou soit folie,
Dans une mer de sang noyer la Galicie,
Et d’avoir mérité mieux que tes spadassins
Le titre d’assassin entre les assassins !
Je frémis d’entrouvrir les plis de ton alcôve
Car un spectre s’y cache ; il s’appelle Tarnow!
Il allonge vers toi son bras ensanglanté,
Il toque sur ton front son front décapité ;
Terrible est sa prunelle, et toi, œil périclite
Aux sinistres éclats vomis par son orbite…
De son corps de squelette une vapeur de mort
Fétide, suffocante, immonde fume et sort,
Et, de ta lèvre blême approchant son haleine,
Il te parle une langue… Oh !! que l’enfer égrène
Une langue sans nom, inouïe ici-bas,
Et qui change soudain tout ton sang en verglas !

Oh ! Je te plains, vieillard ! Je te plains ! Quelle vie !
L’enfer égale-t-il une telle agonie ?
L’enfer !... et quel enfer pourrait valoir le choix
De tes quatre-vingts ans de crime avec les rois !
Quel destin de damné dans la lugubre ronde
Ne te paraîtrait doux au sortir de ce monde ;
Quel tourment de démon quel supplice de flammes
Vaudrait le châtiment dont s’imprègne ton âme
Quand le cri de malheur, quand l’horreur qui te suit
De son doigt de phosphore illumine ta nuit !
Ah ! Si les habitants de ces voûtes funèbres
Où les feux dévorants courent dans les ténèbres,
Où les foudres vengeurs à toute heure allumés
Déchirent de leur fouet les membres consumés
Et toujours renaissants de ces mondes du crime,
Si ces maudits pouvaient, perçant leur sombre abîme,
Lire dans ta poitrine, au chaos de ton cœur
Ce que j’y vois saigner de torture et de peur
Ils se replongeraient bien vite dans leurs gouffres
Afin de se soustraire aux douleurs que tu souffres,
Et tremblants que du ciel l’impitoyable loi
Ne les frappât des coups qu’elle assène sur toi !

Un jour, à Ste-Hélène, alors que le silence
S’emparant de sa vie après un bruit immense
Délaissait son front vaste avant de l’engloutir,
Napoléon, les yeux fixés sur l’avenir,
Fit entendre, dit-on, d’un accent prophétique
Cet arrêt solennel : l’Europe en république
L’Europe libre et forte et le droit tout vainqueur ;
Ou l’Europe asservie au joug d’un oppresseur,
Esclave d’un cosaque et livrée aux barbares.
Et l’Europe aujourd’hui répond par ses fanfares !
La Sainte Liberté, patronne des combats,
Enfante à son regard des millions de soldats ;
Et le jour est prochain où sur la terre entière
Les Peuples triomphants planteront leur bannière,
Où jusque dans Moscou, traquant la royauté,
Leur voix y portera le cri d’égalité !
Et formant à leur tour une sainte alliance
Les peuples n’ayant plus qu’une même croyance,
Celle du dévouement, de la fraternité
De leurs chaînons épars referont l’unité ;
Et dans un cri d’amour et de reconnaissance
Nommant tout à la fois Dieu, le Christ et la France
Pour présider la diète et pour la protéger,
Pour inspirer son vote et pour le diriger,
Ils sauront élever de leurs mains fraternelles
Sur le sol déblayé des royales tutelles
L’édifice et de bronze et d’azur et de fleurs
Où siégera toujours l’austérité des mœurs,
Où le père et le fils et la mère et la fille
Et le frère et la sœur au foyer de famille
Heureux, libres, unis sous un riant portail
Trouveront le repos au sortir du travail
Où, citoyens du monde et de la République,
Chacun, du fond du cœur comme un divin cantique,
Élèvera sa voix pour bénir l’Éternel
De nous avoir sur terre ouvert un coin du ciel !

12Fin

[5.]

Février et Juin

1

  • 2 [Variante :] « Pencher son front chargé de douloureux soucis ».
  • 3 [Variante :] « Or, cet homme aujourd’hui tout navré de tristesse ».

Debout sur le seuil de sa porte,
L’air sombre et morne, l’œil hagard,
Un homme laissait au hasard
Sur sa poitrine large et forte
Pencher son front plombé par de poignants soucis2
L’amer gravier des pleurs séché sur son visage
D’une douleur profonde attestait le ravage
Sa lèvre contractée étouffait de longs cris
Or, cet homme aujourd’hui tout saignant de tristesse3
À quatre mois de date était beau d’allégresse
Sous ses haillons noircis.

2

  • 4 [Variante :] « Et tenant sous son pied l’opulence soumise ».
  • 5 [Variante :] « L’âme pleine d’espoir, les yeux vers l’avenir ».

Ah ! c’est qu’alors le prolétaire
Croyait à la fraternité
Entre l’or et la pauvreté
Entre l’humble et le dignitaire
Il croyait devant lui voir enfin s’aplanir
Le sentier rocailleux de la terre promise
Et, tenant sous son pied l’opulence soumise4,
L’âme et les yeux tournés vers un bel avenir5,
Il voyait, comme on voit à travers un mirage
Le travail affranchi d’un odieux servage
Dans ses mains refleurir

3

  • 6 [Variante :] « Tous ses décrets portaient le timbre de l’amour ».
  • 7 [Variante :] « Son cœur resplendissait au milieu des alarmes ».

C’était l’heure de la victoire
Et le peuple triomphateur
Semblait oublier sa douleur
Pour ne plus songer qu’à sa gloire
Tous ses décrets portaient l’empreinte de l’amour6
Son cœur resplendissait au contact des alarmes7
Comme aux feux du soleil le clair acier des armes.
Il avait bien souffert mais vainqueur à son tour
Il n’eut pas un instant de haine, de vengeance
Et le pardon, l’oubli, la pitié, la clémence
Furent les dieux du jour.

4

Mais pas à pas le doux mirage
S’évanouissant en vapeur
Pour horizon le travailleur
Découvre encore l’esclavage
Déshérité de tout, ivre de désespoir
C’est alors que la faim harcelant ses entrailles
La faim qui lui tramait d’horribles funérailles
Lui montre en l’irritant ses bourreaux au Pouvoir
Sa main saisit le fer et sur la barricade :
Du travail ou du plomb, dit-il ! Sombre croisade
Que l’on eût dû prévoir !

5

  • 8 [Variante :] « Dont les pleurs gonflent la poitrine ».
  • 9 [Variante :] « Êtres qui n’ont d’humain que le nom. Terroristes / blancs, tricolores ou bleus. »

C’est ce penser sous qui s’incline
Comme sous un voile de deuil
Cet homme debout sur son seuil
Les bras crispés sur sa poitrine8
Il ne peut oublier dans ce duel affreux
Que des camps opposés les balles meurtrières
Décimaient sous leurs coups des légions de frères
Et qu’il n’est de triomphe en ces jours douloureux
Que pour les Réacteurs, les royaux anarchistes
Êtres qui n’ont d’humain que le nom. Alchimistes
D’un passé désastreux9.

6

  • 10 [Variante :] « Des forcenés de l’ordre enivrés de fureur ».
  • 11 [Variante :] « Par l’Attila vainqueur ».

Il voit dans une horrible orgie
La veine du peuple couler
Les cadavres s’amonceler
Sur la dalle de sang rougie.
Et passant en revue avec les yeux du cœur
Février et Juin les fastes populaires
Et les fastes bourgeois d’un côté les colères
Des forcenés de l’ordre enflammés de fureur10
Les vaincus égorgés malgré le cri des mères
Le viol de l’enfant sous l’œil mourant des pères
Par l’infâme vainqueur11

7

  • 12 [Variante :] « Les malheureux captifs expirent / se tordent dans les râles ».

Des Français jetés en pâture
À l’humidité des caveaux
Le typhus nageant sur les eaux
Dans ces abîmes de torture
Où, pressés l’un sur l’autre ensevelis vivants
Les malheureux captifs entrechoquent leurs râles12
Meurent asphyxiés ou tombent sous les balles
Que, pour hâter l’effet des courants dissolvants,
De féroces gardiens lancent par intervalles
La victoire de l’ordre !... ordre de cannibales !
Victoire de brigands !

8

  • 13 [Variante :] « C’est la royauté des écus ».

L’ordre !... Ce mot sur votre lèvre
Conservateurs des vieux abus
C’est la débauche des écus13
Aussitôt votre âme a la fièvre
Quand aux lueurs d’un bal sous de riches lambris
La misère qui rôde et murmure à la porte
Attend pour le flétrir que votre faste en sorte
La plainte de la faim se change-t-elle en cris
Allons soldats, debout ! Tonnez artillerie !
Comme à Naples, Milan, Tarnow et Varsovie
L’ordre règne à Paris !!!...

9

Et comme un contraste sublime
Dans les grands jours de Février
La victoire de l’ouvrier
Si morale et si magnanime
De ce côté du moins l’œil peut se reposer
Il n’y voit pas un peuple altéré de vengeance
Comme aux jours de Juin la boutiquière engeance
Croasser dans Paris et de sang l’arroser
Ni, dans sa perfidie enlaçant l’ignorance
Lancer sur des Français les soldats de la France
Pour se solenniser.

10

Ah ! dit-il, plaignons ces esclaves
De l’ignorance et de l’erreur
Ces soldats de qui la valeur
Nous forge de neuves entraves
Plaignons ces malheureux dont surent se servir
Les meneurs patentés par tous les diadèmes
Que sur ces derniers seuls pèsent nos anathèmes
Mais ouvrons une place à tout vrai repentir
Et, relevant son front sur la foule qui clame,
Cet homme dans la foi retrempant sa belle âme
Fixe encor l’avenir

11

Il dit : tous les blessés sont frères
Et tous les morts sont des martyrs
Mêlons nos pleurs et nos soupirs
Aux pleurs comme aux soupirs des mères
Que dans nos bras ouverts la veuve et l’orphelin
Trouvent un appui sûr, un mot qui les console
Du trésor de nos cœurs prodiguons leur l’obole
Afin qu’à notre tour, sur notre âge au déclin
L’enfant devenu fort nous guide et nous protège
Semons le dévouement si nous voulons un siège
Au fraternel festin.

Notes

1 Ces manuscrits se trouvent dans les archives du Service historique de la Défense (SHD), Vincennes. Commission militaire d’enquête, insurrection de juin 1848, cote : 6J139/10189/Déjacque, Joseph. Transcription par Alexandre Frondizi, relectures par Thomas Bouchet, Patrick Samzun et Tatiana Fauconnet. L’éditeur a choisi de conserver les passages barrés aux emplacements initiaux et de les faire figurer entre astérisques suivis de la mention [barré].

2 [Variante :] « Pencher son front chargé de douloureux soucis ».

3 [Variante :] « Or, cet homme aujourd’hui tout navré de tristesse ».

4 [Variante :] « Et tenant sous son pied l’opulence soumise ».

5 [Variante :] « L’âme pleine d’espoir, les yeux vers l’avenir ».

6 [Variante :] « Tous ses décrets portaient le timbre de l’amour ».

7 [Variante :] « Son cœur resplendissait au milieu des alarmes ».

8 [Variante :] « Dont les pleurs gonflent la poitrine ».

9 [Variante :] « Êtres qui n’ont d’humain que le nom. Terroristes / blancs, tricolores ou bleus. »

10 [Variante :] « Des forcenés de l’ordre enivrés de fureur ».

11 [Variante :] « Par l’Attila vainqueur ».

12 [Variante :] « Les malheureux captifs expirent / se tordent dans les râles ».

13 [Variante :] « C’est la royauté des écus ».

Auteurs

Tatiana Fauconnet est doctorante en science politique à l’École normale supérieure de Lyon. Sa thèse porte sur les représentants ouvriers pendant la Deuxième République française et plus particulièrement sur l’affirmation et la reconnaissance de cette identité minoritaire dans le champ politique. Elle anime également sur la plateforme Hypothèses, le carnet de recherche en ligne « 1848, une histoire métallique », dédié à l’iconographie politique des médailles et jetons de la Deuxième République française.

Alexandre Frondizi est postdoctorant FNS à l’université de Neuchâtel où il collabore à un projet de recherche sur les républicanismes en Amérique et en Europe méridionales au tournant des xviiie et xixe siècles.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search