Version classiqueVersion mobile

Fantastique et événement

 | 
Florent Montaclair

Conclusion

Texte intégral

1Nous avons regardé dans cette étude quelques ouvrages de Jules Verne et de Howard P. Lovecraft.

2Ceci nous a permis de poser, dans les textes retenus, l'existence d'un seul événement, organisé de trois façons différentes.

3- D'une part, les morts reviennent à la vie. C'est le plus classique des sujets de nos auteurs.

4Nombreux sont les textes qui, sur ce thème, présentaient un jeu sur la distinction mort/vivant : dans Frankenstein, un médecin crée un être vivant à partir de tissus morts ; dans Le Rickshaw fantôme et dans Le Château d'Udolphe, un fantôme revient pour se venger des vivants ; dans L'Homme au sable et Le Golem, on anime de la matière ; dans Dracula, un mort-vivant tente de s'installer à Londres... Le franchissement de la frontière entre animé et non-animé, et le passage d'un élément mort dans la sphère des vivants sont de grands classiques de la littérature fantastique... comme le passage d'un élément vivant dans le domaine des morts était un classique de la littérature antique (Enée, Hercule, Orphée...). Verne et Lovecraft présentent cependant une inovation de taille par rapport aux écrits antérieurs : les caractères de leurs morts-vivants sont hérités de toutes les formes précédantes. Le fantôme de Verne se présente sous le jour du vampire, mais il est un produit de la technique moderne... c'est une animation de la matière, ou plus exactement un fac-simile de fantôme. Les vampires lovecraftiens n'ont de morts-vivants que le nom : ils sont carnassiers et se confondent soit avec les âmes des Enfers, soit avec les peuples de Brawnies et d'elfes issus de la mythologie nordique. Science et mythologie sont intimement liées dans les productions vernienne et lovecraftienne.

5- D'une autre part, des éléments du cosmos pénétrent notre monde, ou inversement, des éléments de notre monde pénétrent dans le vide spatial. La science permet d'accréditer l'arrivée sur terre d'extraterrestres (Lovecraft) et de rendre possible le voyage vers la lune (Verne).

6- Enfin des éléments de notre monde entrent dans un univers magique, fortement référencé à la mythologie. Comme les héros antiques, Carter et Axel explorent le monde des morts et connaissent des aventures hors du commun, dans un lieu détaché de toute réalité. La science là aussi montre la possibilité de l'événement... c'est Einstein et la relativité pour Lovecraft, les théoriciens du vide terrestre pour Verne.

7Nous constatons chez les deux auteurs un appel à la modernité, une volonté d'exprimer les spécificités de l'époque par la littérature (une tentative d'utilisation des sciences à des fins artistiques) et parallèlement un retour vers le style du conte de fée, vers le merveilleux. Les caractères des sous-ensembles qui s'opposent - l'espace réel et l'espace magique - relèvent de l'opposition entre un univers scientifisé, modelé par la technique et par les découvertes modernes, et un univers exotique, peuplé de surnaturelles créatures.

8Les événements présents chez Verne et chez Lovecraft sont donc semblables à ceux que l'on trouve dans la littérature fantastique (passage du naturel au surnaturel) mais s'y ajoutent des dimensions mythologique et scientifique. De là un double jeu sur le passage de la frontière. Parce qu'elle structure le monde, la science affirme que le passage d'un élément d'une sphère dans l'autre sphère est événementiel, révolutionnaire. Cependant, parce qu'elle est aussi en formation et en contradiction avec elle-même, la science donne des explications rationnelles à la présence du surnaturel sur terre, à la ressurection des morts, à la visite du monde magique. La science affirme l'événement, puis l'explique et le nie. L'entrée dans le monde souterrain était possible parce que des scientifiques de l'époque de Verne l'affirmaient, Herbert West fait revivre scientifiquement les morts, voyager dans l'espace est possible parce que l'on croit à l'habitabilité de la lune, le fantôme de la Stilla est une merveilleuse machine née de l'esprit génial d'un inventeur... Nous ne sommes plus dans une situation où l'anormal se produit, mais dans une situation où l'homme comprend et construit la nature. Tout devient possible, banal, réel. La frontière posée par la science disparait et les deux sous-ensembles (naturel/surnaturel) s'assimilent.

9Associer Verne et Lovecraft c'est prendre deux auteurs dans une même mouvance et regarder comment leur production gère l'apport de la modernité et l'héritage classique (antique et médiéval). Le XX° siècle est marqué par l'écriture de textes classés comme fantastique (un surnaturel destructeur intervient dans un univers rationellement proche du notre), de textes d'anticipation (la présentation d'un ailleurs, exotique, futuriste où le surnaturel est partout) et de texte merveilleux (dans un univers médiéval apparaît un surnaturel compris comme une partie du monde). La naissance de l'anticipation est concomitante de la redécouverte du merveilleux et du conte de fée. Cette redécouverte et cette naissance se font dans les 50 années qui vont de 1870 à 1920, la période de création de Jules Verne et de Lovecraft.

10Certains auteurs ont analysé les modifications civilisationnelles qui expliquent le passage entre merveilleux et fantastique au 17° siècle et le passage du fantastique à la science-fiction dans ces années 1900. La science-fiction naîtrait dans une période de changements civilisationnels :

  • 1 G. Klein, Entre fantastique et science-fiction, Lovecraft, in Lovecraft, Cahier de l'Herne, 1969, (...)

"De même que Darwin étend en somme les lois du marché - la concurrence - à l'ensemble de la vie, que Freud découvre dans le champ de la conscience, jusque là présumé autonome, l'exercice de forces impersonnelles et implacables suscitées par la répression de la société, qu'Einstein relativise la situation de l'observateur, c'est à dire le déréalise en le sommant d'abdiquer son privilège, de même que Bergson et après lui le personnalisme proposent une resucée tardive des valeurs libérales bourgeoises, individualistes et positives, la science et l'Histoire actuelles renvoient volontiers à l'individu une image insignifiante par rapport à lui-même, où il est perdu dans l'immensité soudain perçue de l'espace (astronomie), du temps (cosmologie et paléontologie), où quelque chose "parle", se signifie au travers de lui sans qu'il y ait de part consciente (génétique, linguistique, psychanalyse), bref où il se découvre comme "agi" par le truchement de sciences synthétiques et peut-être illusoires comme la sociologie et l'Histoire"1.

11La science-fiction serait la forme de la littérature du surnaturel qui rendrait compte des transformations de la culture produites par les sciences. Le monde d'écriture de l'anticipation se substituerait à celui du fantastique... Cependant, le fantastique continue d'exister au XX° et le merveilleux revient en force ! La découverte de la science ne nous semble pas être seule le facteur qui conditionne l'émergence de l'anticipation, puisque parallélement à sa naissance triomphe son anti-thèse : la peinture d'un monde sans science. Verne et Lovecraft écrivent à une période de recherche stylistique sur la littérature du surnaturel, mais aussi à une période de questionnement de l'homme sur son devenir. Parmi les auteurs qui s'inscrirent dans une telle problématique, il faut citer Herbert G. Welles, Arthur Machen, Algernon Blackwood, Abraham Merritt, Franz Kafka.

12Ces auteurs, face au monde moderne naissant, trouvent dans la voie du synchrétisme, autrement dit du mélange des genres, une voie créatrice. On trouve par exemple chez H. G. Welles, une forme d'événement semblable à celle que l'on découvre chez Verne et chez Lovecraft. Ils ont ensembles deux sujets communs : l'entrée dans un monde paralléle avec La Machine à voyager dans le temps (mais l'espace "mystérieux" n'est ni souterrain ni mythologisé chez Welles) et le passage de la terre au cosmos avec La Guerre des mondes. Là, des poulpes géants se lancent à la conquête de la terre... Chez H. G. Welles, si la science est présente (rappelons qu'il meure dix ans après Lovecraft, dix ans pendant lesquels aura lieu la Second Guerre Mondiale, dix années qui imprègneront très profondément l'imaginaire des auteurs), l'aspect purement merveilleux est absent.

13Inversement, chez Arthur Machen l'aspect mythologique est omniprésent. Machen a eu une très grande influence sur Lovecraft : on trouve des ré-écritures de certains de ses passages dans L'Abomination de Dunwich (tels la mort de Wilbur ou sa naissance en reférence au Grand Dieu Pan), dans Le Decendant (voir The novel of the white powder de Machen)... Machen a su utiliser la mythologie romaine et celtique pour créer parallèlement à l'espace réel un espace souterrain peuplé de créatures surnaturelles, comme le font Verne et Lovecraft...

  • 2 Voir sur cet auteur notre article : Evénément et genre littéraire : la définition du merveilleux s (...)

14Algernon Blackwood (An episod in a lodging house) et Abraham Merritt2 (Le Gouffre de la lune) développent aussi les deux dimensions que nous avons remarquées : reflexion sur le monde contemporain et apparition d'un surnaturel mythologisé.

15Enfin un auteur est relativement proche de Verne et Lovecraft philosophiquement, c'est bien sûr Franz Kafka. L'optique de production de ces trois auteurs est assez semblable. Jules Verne note les changements du monde qui l'entoure : la technologie permet de dépasser les cadres connus de l'espace et 80 jours suffisent pour faire le tour de la terre. Il admire grandement les progrès scientifiques de son époque et veut rendre leurs aspects grandioses et surprenants. De même, si Lovecraft réprouve les transformations que connaissent les Etats-Unis, il en montre cependant les différents aspects en faisant ressurgir du passé la peur et l'étrange, et prouve que ce monde moderne est désarmé devant les manifestations, autrefois magiques, du surnaturel. La science laisse l'homme sans repère dans un univers hostile. De même Kafka constate les travers d'un monde en pleine évolution qui change la place de l'homme dans la société, la famille, l'état. Les héros kafkaïens perdent la notion du réel face à des machineries imposantes, régies par des lois modernes incompréhensibles et mystérieuses. C'est la société du Procés, c’est Le Château, l'Hôtel occidental de l'Amérique et même le Cirque d'Oklahoma qui est décrit dans ce dernier roman. Chez Verne, Lovecraft et Kafka, les créatures surnaturelles ne sont pas semblables, mais il y a une même philosophie qui pousse à écrire, une relation particulière au monde et à son étrangeté. Certes Verne admire les transformations engendrées par la science et la technologie, alors que les deux autres les rejettent... mais c'est à trois auteurs en quête d'une forme propre d'expression du monde moderne que nous avons affaire, et c'est dans un mode de la littérature du surnaturel qu'ils s'engagent.

16Entre 1870 et 1930, la science change le monde et les auteurs s'interrogent... Cette interrogation se traduit par ce type d'événement curieux que nous trouvons chez Verne et chez Lovecraft, par cette assimilation des sous-ensembles, par cette anormalisation du monde après le franchissement de la frontière. On constate l'événement, on le nie... mais le monde en est profondement changé.

Notes

1 G. Klein, Entre fantastique et science-fiction, Lovecraft, in Lovecraft, Cahier de l'Herne, 1969, p 61.

2 Voir sur cet auteur notre article : Evénément et genre littéraire : la définition du merveilleux scientifique, in Evénement et prose narrative III, Les Belles Lettres, 1996.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search