Version classiqueVersion mobile

Fantastique et événement

 | 
Florent Montaclair

Deuxième partie. L'événement et son contexte

Chapitre II. Les sources du surnaturel, Edgar Allan Poe

Texte intégral

1Nul auteur n'a, dans l'ordre surnaturel, influencé Jules Verne (1828-1905) et Howard Phillips Lovecraft (1890-1937), plus qu'Edgar Allan Poe (1809-1849). L'influence fut thématique pour le Français, elle fut thématique et structurale pour l'Américain. Lovecraft reprend la conception de la "nouvelle à Effet" élaborée par son compatriote ainsi que ses considérations sur la nature de l'effet (beauté ou terreur). Verne, lui, tire de sa lecture des traductions de Baudelaire l'image d'un grand poète, passé maître dans la liaison entre fiction et réalité. Il reproche à Poe son invraisemblance mais il en conseille la lecture aux jeunes-filles avec cette intention particulière de conduire son lecteur sur le chemin de l'éducation : pour Verne, Edgar Poe est un auteur instructif !

  • 1 Verne en 1858, publication en 1864 ; et Lovecraft en 1926, publication la même année.
  • 2 Le Sphinx des glaces, le livre de poche, Paris, 1970.
  • 3 Les Aventures d'Arthur Gordon Pym, in Edgar Poe, Laffont, Bouquins, 1991.
  • 4 Les Montagnes hallucinées, in Lovecraft, Tome 1, Laffont, Bouquins, 1991.

2Pendant toute leur carrière d’écrivain, Jules Verne et Howard Phillips Lovecraft vont puiser dans la production de Poe : ici ils prennent une ambiance, là un personnage, ailleurs un sujet. Ils écriront à près de soixante dix ans d'intervalle1, un article tentant de résumer l'apport du Maître à la littérature. Plus intéressant encore, ils écriront à quelques trente ans d'écart (Verne en 1897 et Lovecraft en 1930) un récit qui s'offre comme la suite d'un livre de Poe : Le Sphinx des glaces2 conte la fin des pérégrinations du héros des Aventures d'Arthur Gordon Pym3 ; Les Montagnes hallucinées4’reprennent et développent le thème de l’ouvrage.

  • 5 I. Lotman, op. cit.

3Examinons la nature de l'événement dans les Aventures d'Arthur Gordon Pym, et voyons comment Verne et Lovecraft se situent, plus ou moins, dans le prolongement de ce texte. Une analyse du roman de Poe dévoilera les critères qui serviront à comprendre la nature de l'héritage du poète américain. Nous reprendrons les théories de Iouri Lotman5 concernant l'événement pour suivre l'influence de Poe à travers Le Sphinx des Glaces et Les Montagnes hallucinées. Les écrits du post-formaliste soviétique apportent une définition, à la fois claire et simple, de ce qu'est un "Evénement en littérature", définition qui nous aidera à comprendre d'une part l'intérêt qu'ont eu Verne et Lovecraft à reprendre Poe, et d'autre part la manière dont ils utilisent le surnaturel... en continuité ou en rupture par rapport aux Aventures de Pym.

4Nous ajouterons, pour ce faire, une remarque à la théorie lotmanienne de l'événement : les textes offrent un événement dans leur contenu... mais aussi parfois dans leur forme ou dans leur contexte de production. Ils font événement.

5Prenons des exemples dans des formes artistiques différentes. Le tableau de Gustave Courbet l'Enterrement à Ornans fait événement par sa taille. Les codes picturaux de son époque sont très précis : les grandes toiles sont réservées aux sujets nobles, souvent mythologiques, et les petites tailles aux sujets "bourgeois", comme l'est un enterrement dans une bourgade rurale. Faire un tableau de trois mètres sur six peignant le cortège funèbre d'un notable transgresse la distinction sujets nobles - sujets bourgeois. Autre exemple, le livret de l'opera de Mozart l'Enlévement au Sérail fait événement parce qu'il est écrit en allemand. Dans un contexte où la langue de l'opéra est l'italien, écrire un livret dans la langue parlée à Vienne est perçu comme une violation de la distinction "langue lyrique" - "langue vulgaire".

6Dans notre comparaison entre Verne et Lovecraft avec comme axe l'oeuvre de Poe, nous étudierons certes les événements qui s'expriment dans le cours des textes mais aussi ceux qui donnent naissance aux ouvrages : nous nous demanderons si reprendre un livre de Poe est événementiel pour la France de Verne en 1897, et pour l'Amérique de Lovecraft en 1930.

I) L'événement dans les Aventures d'Arthur Gordon Pym

7La création du texte de Poe fait-elle événement dans son panorama littéraire ?

A) L'événement contextuel

8En 1835, Poe, qui propose ses nouvelles à l'éditeur Harper, se voit objecter que la mode est aux textes d'imagination longs : le public de la maison Harper est le public du roman, et non celui du texte court. Edgar Poe décide de persévérer en adaptant sa production. Il décide de donner à Harper un écrit qui soit publiable... il essaye donc un "roman surnaturel". Dans le contexte mondial de la littérature fantastique, cela n'est en rien événementiel : les Anglais connaissent depuis longtemps les "romans gothiques" qui associent cette forme et ce genre... mais dans l'oeuvre de Poe, cette orientation est inattendue.

9La définition de la littérature proposée par Poe, définit deux sous-ensembles : d'un côté le roman - texte impropre au développement de l'étrange - et de l'autre la nouvelle - seule forme possible pour un texte surnaturel. Poe transgresse la frontière induite par sa propre définition et fait un roman surnaturel... il tente un mélange entre les caractères de deux formes distinctes.

10Une des rares critiques que nous ayons de l'époque est celle du Gentleman Magazine, le journal de l'homme de bonne compagnie, où le chroniqueur remarque l'originalité du texte, en trouve l'histoire intéressante mais en condamne les aspects invraisemblables et surnaturels. Le lecteur de 1838 comprend donc tout à fait le projet de Poe et perçoit la violation des codes que le texte manifeste. Le livre a peu de succès mais il n'en fait pas moins événement dans la production de l'auteur : c'est le seul roman-feuilleton surnaturel.

B) L'événement narratif

11Le roman de Poe place une frontière qu'Arthur Gordon Pym franchit. La séparation en deux groupes est abordée dans l'incipit du texte, qui, ayant une fonction codante, doit permettre la lecture claire de l'événement. La fin du texte, dans ce cadre, devra généraliser l'événement en lui donnant une valeur universelle, une fonction mythologisante.

12Observant de plus près la préface, nous remarquons que deux thèmes directeurs se dégagent :

  • le rôle de l'expérience dans la production écrite ou orale ;

  • les relations entre fiction et réalité.

  • 6 Poe, Aventures, op.cit, p 206. "after the extraordinary series of adventures in the South Seas and (...)
  • 7 Ibidem, "under the garb of fiction".

13Pym affirme en effet qu'à partir de faits réels et sur la demande de Gentlemen de Richmond, il raconte ses aventures à Poe qui, à partir de cette relation orale, donne une première version "sous le masque de la fiction"6. Puis Pym écrit lui-même le texte définitif et complet, à partir de ses notes. Au terme de son expérience et de son "extraordinaire série d'aventures dans les mers du sud et ailleurs"7, naissent donc une série de notes, puis un récit oral conforme à la réalité, qui devient un récit écrit, mais fictionnel, puis enfin un récit écrit mais mimétique du réel. Soit le schéma suivant :

141) Aventures réelles → 2) notes → 3) récit oral mimétique → 4) récit écrit fictionnel → 5) récit écrit mimétique.

15Dans le cas 1, Pym est l'individu auquel arrivent les aventures.

16Dans le cas 2, il est le scripteur.

17Dans le cas 3, il est le narrateur.

18Dans le cas 4, il est le narrateur mais Poe est le scripteur.

19Dans le cas 5, il est le narrateur et le scripteur.

20Le monde extérieur - qui fournit au personnage le cadre de ses aventures, qui le conduit à parler et qui motive l'acte d'écriture (c'est les gentlemen de Richmond), qui nécessite l'acte de réécriture (c'est la version fictionnelle de Poe) -, le monde extérieur donc pousse à la production littéraire. L'expérience se traduit par l'écriture du récit. C'est le premier point qui se dégage de la préface.

  • 8 Ibidem. "The difference in point of style will be readily perceived".

21Le second axe est le mélange du réel et du fictionnel : des notes prises au jour le jour à la version définitive, le désir de plus de proximité au réel est le moteur des transformations du texte. Il y aura donc toujours une tension entre l'aspect réaliste et l'aspect fictionnel, le texte oscillant toujours entre ces deux pôles, du fait que Pym reprend en partie la version élaborée par Poe-personnage... "la différence du style se fera bien sentir"8. L'expérience pousse à la création mais c'est à une création à cheval entre le réel et l'extraordinaire... le "surnaturel" ! Le texte doit se lire dans ce sens.

22A l'autre extrémité du récit, les deux axes de lecture sus-nommés, se retrouvent. Au point le plus surnaturel du roman, l'apparition d'un géant blanc - donc là où le pôle réaliste, celui qui motive l'écriture, est le plus faible -, le texte s'arrête et une note nous apprend la mort du narrateur-auteur :

  • 9 Ibid, p 350. "The circumstances connected with the late sudden and distressing death of Mr. Pym are (...)

"Les circonstances relatives à la mort de M. Pym, si soudaine et si déplorable, sont déjà bien connues du public grâce aux communications de la presse quotidienne. Il est à craindre que les chapitres restants qui devaient compléter sa relation (...) ne soient irrévocablement perdus”9

23Le texte s'arrête lorsque le surnaturel devient trop fort, mais c'est le désir de réalité qui relancera le récit : plus tard, nous prédit l'éditeur-personnage, le dernier survivant, Dirk Peters éclairera par des documents - donc de l'écrit - les aventures finales et terminera l'histoire en affirmant ou infirmant la présence du surnaturel :

  • 10 Ibid, p 350. "The gentleman whose name is mentioned in the preface, and who, from the statement the (...)

"Le gentleman dont le nom est cité dans la préface, et qu'on aurait supposé capable, d’après ce qui est dit de lui, de combler la lacune, a décliné cette tâche, et cela pour des raisons suffisantes tirées de l'inexactitude générale des détails à lui communiqués et de sa défiance relativement à l'absolue vérité des dernières parties du récit. Peters, de qui on pourrait espérer quelques renseignements, est encore vivant et réside dans l'Illinois ; mais on ne peut pas le trouver pour le moment. Plus tard, on pourra le voir, sans aucun doute il fournira des documents pour compléter le compte rendu de Pym"10.

24L'écriture recommencera avec Peters. Le personnage-éditeur, en attendant, prend à son compte la reprise de l'histoire, pour plus de véracité, et affirme que des traces écrites attestent qu'il "existe bien un géant au Pôle" comme Pym l'affirmait... c'est des hiéroglyphes égyptiens et éthiopiens trouvés par Pym et Peters dans la grotte de l'île Tsalal qui le prouvent :

  • 11 Ibid. "On one point in the narrative some remarks may be well offered; and it would afford the writ (...)

"Il y a un point de la narration sur lequel il est bon de présenter quelques observations ; et ce sera pour l'auteur de cet appendice un plaisir très vif, si ses réflexions ont pour résultat de donner un certain crédit aux très singulières pages récemment publiées"11.

25Ce qui, en d'autres termes, signifie que le récit reprend parce que la vérité triomphe du surnaturel et que le récit de Pym était mimétique du réel. Le texte s'arrête pourtant sur la phrase :

  • 12 "I have graven it within the hills, and my vengeance upon the dust within the rock".

"j'ai gravé ceci dans la montagne, et ma vengeance est écrite dans la poussière du rocher"12.

26Le récit écrit est dès lors comme le récit oral, éphémère. Le rocher est comme la poussière et le texte sera amené à disparaître.

27La préface du texte montrait que le réel poussait le récit vers une production écrite mimétique et que le récit surnaturel demandait à être repris. La note de fin montre que le surnaturel entrave associent indéniablement l'idée de l'extraordinarité de la situation et la perte du langage :

  • 13 Poe, Op. cit. p 207 et ss. "I will relate one of these adventures by way of introduction to a longe (...)

-"Je raconterai l'une de ces aventures en guise d'introduction à un récit plus long et plus important"13.
- "Auguste s'endormit fort tranquillement (...) sans dire un mot".
- "Il se réveilla soudainement (...) avec un terrible juron".
- "Je ne saurais dire ce qui s'empara de moi ; à peine ces mots étaient-ils sortis de sa bouche que je sentis le frisson de l'excitation".
- "Pendant près d'une heure je gardai résolument le silence".
- "Il était en proie à une forte agitation (...) je ne pus supporter cette situation plus longtemps et je parlai à Auguste de la nécessité de revenir à terre. Comme précédemment il resta près d'une minute sans me répondre (...) "tout à l'heure dit-il enfin,... nous avons le temps... chez nous... tout à l'heure". Je m'attendais bien à une réponse de ce genre mais il y avait dans l'accent de ses paroles quelque chose qui me remplit d'une sensation de crainte inexprimable".
- "Qu'y-a-t-il balbutia Auguste (...) Il ne pouvait plus se tenir, ni parler, ni voir".

  • 14 "long scream or yell, as if from the throats of a thousand demons".

28Le texte se poursuit alors en multipliant des termes comme "paralysie", "incapacité de bouger", "terrible", "désespoir", "agonie de terreur" puis, entendant un "long cri, un hurlement, comme jaillissant des gosiers de mille démons"14, Pym s'évanouit.

29Nous avons là un épisode précurseur du véritable événement : dans l'aspect inédit de la transgression, le personnage perçoit des sensations nouvelles, la perte du langage est évidente et dépend essentiellement de l'état psychologique du héros. Les états de prostration se subissent "en silence", mais les personnages connaissent aussi une perte qualitative du langage : balbutiements et cris prennent le pas sur les paroles... Enfin, certains éléments dépassant l'expérience humaine sont inexprimables, "on ne peut se les figurer" (It is hardly possible to conceive the extremity of my terror). Nous disons cependant qu’il n'y a pas véritablement là événement puisque le héros - s'il connaît une forme de mort, l'évanouissement - n'en reste pas moins vivant, et surtout retrouve la capacité de créer un récit : le texte se poursuit !

30Le cas se présente à nouveau lors de la reprise en main du bateau et de l'élimination des mutins : Pym se déguise en cadavre et apparaît soudain au coeur du groupe des marins qui, à cet instant justement parlent de sujets horrifiants. Tous meurent de peur et il est précisé que le seul qui soit épargné est celui qui garde la faculté de parole :

  • 15 Ibid, p 259-260. "I immediately threw open the door of the companionway, and, descending, without u (...)

"J'ouvris immédiatement la porte du capot d'échelle, et, descendant sans prononcer une syllabe, je me dressai d'un coup au milieu de la bande. (...) Le second (...) sans proférer une syllabe, retomba à la renverse, roide mort (...) C'étaient bien les plus pitoyables victimes de l'horreur et du désespoir (...) Parker gisait immobile à coté de la porte (...) Peters l'ayant touché avec le pied, il retrouva la parole et demanda sa grâce"15.

31Les marins passent de la catégorie vivants-locuteurs à la catégorie morts-silencieux... Il y a donc eu événement mais pas pour Pym... pour les marins. Pym a échoué une première fois dans son passage de la frontière et il va dès lors être un adjuvant pour les autres personnages : il va les aider à commettre l'acte de transgression que lui n'accomplira qu'aux dernières lignes. C'est lui dans l'exemple précédent qui effraye à en mourir les marins en leur faisant croire qu'il est une apparition surnaturelle - un mort vivant - et c'est lui encore qui va tuer Parker dans l'exemple qui suit.

32Les personnages sont sur l'épave du bateau, ils n'ont plus rien à manger. Pym distribue les pailles qui détermineront qui sera dévoré. L'action pèse sur l'état psychologique des personnages et Parker, désigné, meurt sans un bruit. L'acte de cannibalisme est "indicible"... tous entrent provisoirement dans le silence :

  • 16 Ibid, p 180-1. "all the fierceness of the tiger possessed my bosom (...) I held out the two remaini (...)

"Toute la férocité du tigre s'empara de mon coeur (...) avec un frisson convulsif je tendis la main (...) il s'écoula bien cinq bonnes minutes avant qu'il pût se résoudre à tirer (...) et durant ce siècle d'indécision à déchirer le coeur, je n’ouvris pas une seule fois les yeux (...) Je respirai convulsivement, et je tombai sur le pont sans connaissance. (...) Je n'insisterai pas sur le terrible festin qui s’ensuivit immédiatement : ces choses là on peut se les figurer, mais les mots n'ont pas une vertu suffisante pour frapper l'esprit de la parfaite horreur de la réalité. Qu'il me suffise de dire (...) que nous dévorâmes le reste du corps morceau par morceau"16.

33L'expérience agit à ce point sur l’imaginaire et le mental du narrateur qu'il perd l'usage de la parole et entre dans le monde de la folie. Il était sain d’esprit, doué de parole, racontant une histoire vraie, il devient momentanément fou, silencieux sous le choc de l'horreur. Mais encore une fois nous n'avons là qu'une prémisse de l'événement car le héros retrouve dans la suite toutes ses facultés. Et le récit continue.

  • 17 "Mattee non we pa pa si - c'est à dire : là où tous sont frères, il n'est pas besoin d'armes”, Ibid (...)

34Nous devons noter ici qu'il n'y a perte de la faculté de parler que dans les états de détresse du héros : lorsque tout est pour le mieux, il parle et même utilise, inexplicablement, une forme universelle de conversation. En effet, découvrant une peuplade sauvage et inconnue, Pym va converser avec ses représentants comme s'il parlait leur langue, retranscrivant certaines de leurs expressions idiomatiques, traduisant des noms et des phrases17. Le texte ne présente donc pas une perte croissante du langage mais au contraire des pertes momentanées qui correspondent aux passages éprouvants des aventures du héros, aux tentatives avortées de transgression de la frontière.

35Le véritable passage pour Pym se trouve dans les dernières pages. L'explosion soudaine du surnaturel annihile les forces du personnage et la narration s'arrête. Des apparitions surnaturelles, il y en avait déjà eu lors des précédents pseudo-événements (mort des marins, découverte d'un monstre indescriptible sur un glaçon...) mais l'étrangeté du géant blanc qui apparaît dans les dernières lignes du roman dépasse de loin les capacités d'adaptation du héros. Pym s’arrête donc de parler et le personnage-éditeur clame sa mort. L'événement - le changement de statut du héros - est consommé.

  • 18 Ibid, p 348-350. C'est nous qui soulignons la dernière phrase. "We questioned Nu-Nu concerning the (...)

"Nous questionnâmes Nu-Nu sur les motifs qui avaient pu pousser ses compatriotes à détruire nos camarades ; mais il semblait dominé par une terreur qui l'empêchait de nous faire aucune réponse raisonnable (...) il ne répondait que par des gestes idiots (...)
Ce jour-là nous avons vu à côté de nous un de ces animaux blancs dont l'apparition (...) avait causé un si grand émoi parmi les sauvages (...) Une indolence soudaine s'abattit sur moi (...) Peters parla peu, et je ne savais que penser de son apathie. Nu-Nu soupirait et rien de plus (...) La barrière de vapeur s'était élevée (...) je ne puis la comparer qu'à une cataracte sans limites (...) le gigantesque rideau n'émettait aucun bruit (...) Nous étions presque accablés par cette averse cendreuse et blanche qui s'amassait sur nous (...) nous approchions avec une horrible vélocité (...) s'agitait un chaos d'images flottantes et indistinctes, se précipitaient des courants d'air puissants mais silencieux qui labouraient dans leur vol l'océan enflammé (...) Nu-Nu remua un peu dans le fond du bateau, mais comme nous le touchions, nous nous aperçumes que son âme s'était envolée. Alors nous nous précipitâmes dans les étreintes de la cataracte, où un gouffre s'entrouvrit comme pour nous recevoir. Mais voilà (...) que se dressa une figure humaine voilée (...) Et la couleur de la peau de l'homme était de la blancheur de la neige. Les circonstances relatives à la mort récente de M. Pym (...)18 "

36Nu-Nu, puis Pym franchissent la frontière et perdent le langage - plus exactement pour le second, la faculté de "faire du récit". L'apparition surnaturelle les a définitivement fait passer dans la sphère de l'indicible et donc dans la mort. L'événement a eu lieu : le choc provoqué par l'étrange a été le moteur de la transgression et seul reste le silence.

37Il est à noter que Pym franchit la frontière après que beaucoup de ses compatriotes aient connu les mêmes épreuves : les marins de la Jane, Parker, Auguste, Nu-Nu. Cependant le héros de Poe aide à la transgression dans de nombreux cas, il reste d'un côté de la frontière mais en provoque le franchissement. La distinction faite par Lotman est là particulièrement intéressante entre personnages immobiles (qui ne changent pas d'espace) et mobiles (qui le font au contraire). Dans le premier chapitre, Pym est immobile : il transgresse la frontière un bref instant mais ne change pas de statut. Il s'évanouit seulement. Dès lors la plupart des autres personnages seront mobiles par la faute de Pym, qui provoque un choc surnaturel pour tuer les marins, qui distribue les pailles pour "manger Parker". Pym n'est pas mobile, mais il n'est pas immobile non plus ! Lotman a parlé de "frontière", nous parlerons volontiers de "douanier", car c'est bien ce qu'est le héros de Poe, l'individu qui prouve la perméabilité des deux sous-ensembles dicible-indicible.

38Au terme de cette analyse du texte, trois points sont à noter. - D'abord le "topos", la distinction mise en place par le texte, se résume à une opposition dicible-indicible. Le premier ensemble sera celui de la vie et du calme, le second celui de la mort et de l'agitation.

39- Ensuite, le véritable franchissement de la frontière est motivé par l'apparition massive du surnaturel, qui provoque la perte des facultés physiques et intellectuelles du héros. Cependant le surnaturel n'entre pas seul en compte dans la production de l'événement : des faits "normaux", mais éprouvants psychologiquement, provoquent eux-aussi l'entrée du personnage dans le silence.

  • 19 Ibid, p 205. "The appearance of that truth it would really possess".

40- Enfin il y a une tension entre le pôle mimétique et le pôle fictionnel qui force le héros à parler et à faire un récit qui serait "l'expression réelle"19 de ses aventures.

41Si Verne et Lovecraft font une suite à ce texte, ou du moins s'ils jugent bon de le reprendre à leur compte, il faut maintenant nous interroger sur les points qu'ils réutilisent et observer s'ils tirent le même enseignement de la production de Poe.

II) Jules Verne, lecteur de Poe

42Lorsque Jules Verne écrit en 1896 ce qui deviendra Le Sphinx des glaces, il l'intitule d'abord Le Sphynx antarctique. Puis, sur le manuscrit de la seconde partie, "Antarctique" est rayé au crayon et remplacé par "des glaces" et au dessus de "Sphynx" est écrit "Sphinx". A ce moment, le texte de Poe est publié depuis soixante ans et la traduction de Baudelaire est disponible depuis quarante ans. Reprendre le texte de l'auteur américain n'est pas un événement en soi : il ne fait pas scandale et parler de Poe n'est pas chose inédite. L'événement contextuel du Sphinx n'est pas dans l'histoire littéraire, il se trouve dans le panorama de la production vernienne.

A) L'événement contextuel

43Si Le Sphinx ne tranche pas sur l'ensemble de la littérature française, (rares sont les dictionnaires des oeuvres ou simplement les études critiques sur Verne qui font allusion à ce texte), il n'en fait pas moins événement. Non pas dans l'ordre national... mais personnel. L'événement du Sphinx des glaces est le fait que ce soit "une suite", autrement dit que les sources employées par Jules Verne dans la création de son texte soient connues.

1) Texte et intertexte20

  • 20 Voir sur les relations d'intertextualité entre Jules Verne et Poe, notre article Le Sphynx des glac (...)

44L'écriture vernienne est faite de variation, de reprises, de réécritures. Les ouvrages qui présentent des parties, des scènes, des thèmes repris à d'autres ouvrages sont légion. Il s'en distingue cependant deux types :

  • les variations verniennes,

  • les emprunts verniens.

45Lorsque Jules Verne livre un texte au public, cet écrit est, comme tout écrit, un intertexte qui intègre en son sein un ensemble de caractères empruntés à des ouvrages déjà parus. Nombreux sont les romans verniens qui reprennent des scènes d'autres romans verniens. Quelques exemples s'imposent :

    • 21 Le Chancellor reprend de très nombreuses scènes de Pym : un naufrage, une mutinerie, un méchant cui (...)

    on retrouve des scènes d'hivernages polaires dans Un hivernage dans les glaces (1851), dans Le Sphinx des glaces (1897), dans Le Chancellor (1875)21.

  • on retrouve des scènes de voyage en train dans Le Tour du monde en quatre vingt jours (1872), dans Michel Strogoff (1876), dans Claudius Bombarnac (1892).

  • on retrouve des scènes de voyage en ballon dans Cinq semaines en ballon (1863), dans l'Ile mystérieuse (1874), dans Robur le conquérant (1886).

  • on trouve des personnages récurrents : le capitaine Nemo, personnage énigmatique de Vingt mille lieues sous les mers (1869) est aussi un héros de l'Ile mystérieuse (1874). C'est même dans ce second ouvrage qu'on apprend son histoire et celle de son bateau.

  • La fin des Enfants du capitaine Grant (1865) décrit l'abandon du pirate Ayrton sur une île déserte... dans l'Ile mystérieuse (1874) les personnages découvrent le même homme, devenu bon et amical.

46De plus, dans la production de Jules Verne, certains ouvrages sont dans la continuité d'écrits antérieurs : Sens dessus dessous (1889) fait suite à Autour de la Lune (1870) qui fait suite à De la Terre à la Lune (1865).

47Enfin, plus curieux, Verne auto-référencie ses ouvrages : il ne s'agit pas uniquement de romans à suite (comme chez Balzac ou Zola) dans lesquels les aventures d'un personnage se poursuivent sur plusieurs textes... les héros verniens lisent les ouvrages de Jules Verne. Au cours de son périple à travers l'Asie centrale, périple qui le mènera en Chine, le journaliste Claudius Bombarnac, dont le nom donne le titre de l'ouvrage (1892) rencontre un lecteur de Michel Strogoff (1876). De même les personnages de l'Ile mystérieuse reconnaîtront le capitaine Nemo avant qu'il ne se soit présenté parce que, disent-ils, ils ont lu Vingt mille lieues sous les mers...

48Nous nous en tenons ici à un nombre restreint d'ouvrages et le fait qu'ils apparaissent plusieurs fois dans la liste ci-dessus montre à quel point Verne réécrit ses textes. Toute création est variation.

49De la même façon, toute création est emprunt : Jules Verne puise abondamment dans les productions de ses contemporains pour agrémenter ses textes de scènes ou de personnages qui l'ont séduits. La nouvelle Une fantaisie du docteur Ox, de laquelle Offenbach tirera une opérette, est la reprise totale de la nouvelle d'Edgar Poe Le Diable dans le beffroi.

50L'Américain raconte l'extraordinaire aventure d'une petite bourgade Hollandaise, qui ne connaît que calme et sérénité, où chaque geste est le fruit d'une économie de mouvement, où, en un mot, l'excitation quelle qu'elle soit n'existe pas et dans laquelle un étranger arrive et sonne à toute volée des cloches du beffroi. Le texte se termine sur ceci :

  • 22 Poe, Nouvelles histoires extraordinaires, Livre de Poche, Paris, 1972, p 232.

"Les affaires étant dans ce misérable état, de dégoût je quittai la place, et maintenant je fais un appel à tous les amants de l'heure exacte et de la fine choucroute. Marchons en masse sur le bourg, et restaurons l'ancien ordre de choses à Vondervotteimittiss en précipitant ce petit drôle du clocher"22.

51De son côté le Français raconte le cas surprenant d'un village dans lequel la précipitation est inconnue jusqu'à l'arrivée d'un docteur Ox qui, insuflant de grandes doses d'oxygène dans les canalisations servant à l'éclairage public, provoque l'énervement et l'hystérie, au point de déclencher une guerre avec le village voisin...

52Le thème de départ et la peinture de la bourgade sont directement inspirés de Poe.

53De la même façon, Mathias Sandorf, roman de 1885 qui donnera lieu à une adaptation au théâtre en 1887, est la reprise du Comte de Monte Cristo, de Dumas Père.

  • 23 Verne cite pourtant souvent ses sources, mais sans dire qu'il leur emprunte des pans entiers de ses (...)

54Il est cependant très important de constater que si l'écriture vernienne est réécriture, elle l'est sous le signe du "silence", car Verne n'indique que rarement qu'il puise dans les textes de ses contemporains23.

55L'événement du Sphinx des glaces, c'est justement l'affirmation que Jules Verne s'inspire d'autres auteurs, c'est la reconnaissance officielle de l'influence de Poe sur sa production.

56Avant Le Sphinx, Verne est un créateur qui reconnaît peu les emprunts à ses confrères. Avec Le Sphinx, il s'affirme comme héritier des auteurs antérieurs.

2) Le Sphinx, un texte testament

  • 24 En 1886, Gaston, fils de son frère Paul, tirait sur lui dans une crise de folie et lui logeait dans (...)

57Cette reconnaissance de l'influence que subit Verne se fait dans des circonstances bien particulières : en 1896 l'auteur du Sphinx est malade et sent sa mort prochaine. Sa correspondance nous apprend que la disparition de Dumas-père l'affecte beaucoup, qu'il est parfois pris de nausées, qu'il doit subir plusieurs lavages d'estomac, et que la blessure infligée par son neveu dix ans plus tôt, le handicape de plus en plus24.... En 1897, le frère cadet de Verne mourra à son tour. L'écrivain compose Le Sphinx des glaces en 1896 dans ces circonstances de tristesse et de mort et sa référence officielle au texte à Poe nous amène à la conclusion qu'il veut donner, pour clore son imposante production, un texte qui schématisera son processus de création, fait d'emprunts et de réécritures. Le Sphinx fait événement parce qu'il affirme ce qui n'était que tacite : Verne puise chez ses collègues la matière de ses ouvrages... Il choisit pour ce texte-testament une reprise de l'homme qui lui apporta le plus et qu'il copia le plus souvent, Edgar Allan Poe...

58Certes des écrits qui se placent officieusement sous l'influence d'Edgar Poe, la production de Jules Verne en regorge...

59Nous avons déjà signalé Une fantaisie du docteur Ox qui est dans le prolongement du Diable dans le beffroi. Il est intéressant de constater que l'événement perturbateur chez Poe est un "diable" - donc un surnaturel traditionnel, lié à la Bible - et qu'il apparaît chez Verne sous les traits d'un "docteur" utilisant un gaz pour transformer une communauté paisible - ce qui place le surnaturel dans l'ordre du scientifique. Mais nous pouvons encore lire l'influence d'Edgar Allan Poe dans d'autres écrits et notamment :

  • dans Les Aventures du capitaine Hatteras. Le héros explore le pôle et découvre un volcan duquel s'échappe une pluie de cendres blanches (Poe : scène finale de Pym) ; il s'agit en outre des aventures d'un marin et d'un explorateur. La reprise est donc ici thématique (le sujet du livre) et formelle (un événement particulier). Le sujet polaire se retrouvera encore dans Vingt mille lieues sous les mers, livre dans lequel le capitaine Nemo prend possession du pôle en plantant dans ce sol inexploré son drapeau noir brodé d'un "N" de fils d'or.

  • De même, dans le Voyage au centre de la Terre. L'apparition de l'homme préhistorique rappelle en tout point le géant de Pym :

  • 25 Voyage au centre de la terre, Folio, Gallimard, Paris, 1980, p 274.

"Tout se confondait dans une teinte uniforme (...) les feuilles (...) alors sans couleur (...) semblaient faites d'un papier décoloré sous l'action de l'atmosphère (...) La lumière diffuse permettait d'apercevoir les moindres objets (...)'Il me semble que j'aperçois un être vivant ! un être semblable à nous ! un homme !'En effet, à moins d'un quart de mille, appuyé au tronc d'un kaukis énorme, un être humain, un Protée de ces contrées souterraines, un nouveau fils de Neptune, gardait cet innombrable troupeau de mastodontes !25 "

60On retrouve là une influence directe du surnaturel, l'apparition étant la même dans les deux cas. Elle reste cependant l'événement ultime de Pym, et n'est qu'une péripétie pour Verne.

  • Dans De la Terre à la Lune, faisant le tableau général des aventuriers qui ont visité le satellite, un personnage cite le nom d'Hans Pfaal. Or le lecteur averti sait qu'il s'agit d'une référence à l’Aventure sans pareille d'un certain Hans Pfaal, nouvelle de Poe datée de juin 1835 et traduite par Baudelaire en mars 1855. L'exploration de la Lune est une idée de l'auteur américain que reprend le Français.

  • Dans Deux ans de vacances et Un capitaine de Quinze ans, nous trouvons des scènes d'enfants pris dans une tempête en mer (Chap. 1 de Pym).

    • 26 Dans Les Aventures du capitaine Hatteras, le héros emmène avec lui un chien dans son exploration du (...)

    Dans l’Ille mystérieuse, un chien nommé Top accompagne Harbert, le jeune héros (c'est le Tigre de Pym26).

  • Dans Les Enfants du capitaine Grant, Deux ans de Vacances, l'Ile mystérieuse, Les Révoltés de la Bounty, se rencontrent des scènes de piraterie et de mutinerie (Chap. 6 de Pym).

  • Dans l'Ile mystérieuse encore et dans Les Enfants du capitaine Grant mais aussi dans l'Ecole des Robinson, des personnages sont abandonnés sur une île déserte ou s'y échouent (Chap. 23 de Pym).

  • Dans Claudius Bombarnac, un personnage voyage clandestinement caché dans une caisse aménagée à cet effet (Chap. 2 de Pym).

61Les exemples que nous avons pris peuvent se classer sous différentes rubriques mais le plus important est que ces textes présentent aussi des variations verniennes du type de celles que nous avons signalées précédemment. Un même texte de Verne peut comporter la reproduction de scènes appartenant déjà à l'auteur français mais aussi de scènes qu'il tire d'autres auteurs, nationaux ou étrangers.

62L'événement contextuel du Sphinx est lié au fait que Jules Verne, malade, ait voulu référencer ses emprunts en produisant un texte qui, tout en rendant hommage à son maître, dévoile ce que fut son mode d'écriture. L'événement contextuel est l'affirmation que tout texte est intertexte. Cette affirmation est "révolutionnaire" dans le contexte de la production vernienne et non bien sûr dans le panorama littéraire général... de même que Pym n'était pas événementiel dans la littérature internationale mais seulement dans la production de Poe.

B) L'événement narratif

63Nous avons repéré dans Les Aventures d'Arthur Gordon Pym deux axes de lecture : le mélange de réel et de fiction ; le rôle de l'expérience dans la production du récit. Nous avons noté que l'événement était le passage de la narration au silence sous le fait d'expériences traumatisantes souvent - mais pas toujours - liées au surnaturel. Chez Verne, l'événement sera le changement de statut du livre de Poe : le passage du fictionnel au réel. Les personnages de Verne considéreront Les Aventures de Pym comme une fiction dans le début du texte, puis comme une relation de voyage authentique dans la suite. Le chapitre 5 du Sphinx pose deux ensembles : le premier est la sphère de la réalité et le narrateur s’y place, le second est la sphère de la fiction et le narrateur y place le voyage de Pym. Il y aura événement lorsque le narrateur affirmera, sous la pression des preuves successives, que le livre de Poe est la relation d'aventures vraies.

1) Quelques éléments intertextuels

  • 27 Palimpseste, Seuil, 1982.

64Si l'on considère le tableau général des "pratiques intertextuelles" tel que le présente Genette27, on s'aperçoit que le livre de Verne recèle de nombreuses formes d’emprunts :

65- Une transformation intermodale. Le narrateur est Jeorling, et Pym n'est plus qu'un personnage.

66- Des démotivations de personnages. Peters, qui est un mutin, veut rentrer chez lui dans le texte de Poe alors que dans celui de Verne, son unique désir est de retrouver Pym, qu'il aime comme un fils. Le voir mort dans les dernières lignes causera son désespoir et son décès. Cela répond d'ailleurs au canevas des romans verniens où le personnage principal est toujours accompagné d'un "faire-valoir", domestique, valet, parent. C'est le couple enfant-tuteur de l'Ile mystérieuse (Harbert et Pencroft), du Voyage au centre de la Terre (Axel et son oncle), de La Chasse au météore (Forsyth et son neveu Gordon) ; le couple maître-serviteur du Tour du monde en quatre-vingts jours (Fogg et Passepartout), de Robur le conquérant (Prudent et Frigolin) ; le couple héros-savant des Enfants du capitaine Grant (Duncan et Paganel)...

67- Des changements de noms. Le personnage de Poe, Peters, devient Hunt chez Verne - le nom se trouve déjà chez l'auteur américain dans une note du chapitre 14, qui raconte qu'un monsieur Hunt a été victime d'un naufrage et que les vaisseaux qui croisaient la frêle embarcation sur laquelle il survivait, préféraient le laisser en mer plutôt que de lui porter secours.

68- Des transformations quantitatives. Le livre de Poe est entièrement résumé dans le chapitre cinq du Sphinx des glaces. L'auteur y insiste sur la tension entre des aspects surnaturels et des aspects réalistes à l'intérieur du roman américain :

"Que cette aventure <le chapitre 1 de Poe : Aventures précoces> ait les caractères de la véracité, que même elle soit vraie, je n'y contredis point. C'était une habile préparation aux chapitres qui allaient suivre. Egalement dans ceux-ci et jusqu'au jour où Arthur Pym franchit le cercle polaire, le récit peut, à la rigueur, être tenu pour véridique. 11 s'opère là une succession de faits dont l'admissibilité n'est point en désaccord avec la vraisemblance. Mais au delà du cercle polaire, au-dessus de la banquise, c'est tout autre chose (...) On le voit l'auteur américain est ici dans l'invraisemblable poussé jusqu'aux dernières limites. Du reste, non seulement j'avais lu et relu ce roman d'Arthur Gordon Pym, mais je connaissais aussi les autres ouvrages d'Edgar Poe. Je savais ce qu'il fallait penser de ce génie plus sensitif qu’intellectuel. Un de ses critiques n'a-t-il pas dit et eut raison de dire : "l'imagination chez lui, est la reine des facultés... une faculté quasi divine, qui perçoit les rapports intimes et secrets des choses, les correspondances et les analogies..."" (P 66 et P 84).

69Ce que Verne tire essentiellement du roman d'Edgar Poe, c'est l'un des deux axes que nous avons repérés dans la préface de l'Américain, la relation entre réalisme et fiction dans la production du récit. Nous y reviendrons.

70- Des rajouts. Alors que Poe ne donne pas les coordonnées de l'Ile de la Désolation, que visite son personnage, Verne, qui en reprend en grande partie la description, complète sa présentation par une situation géographique exacte de l'archipel : "49° 54' de latitude sud et 69° 6' de longitude est" (p 2). Poe, lui, donne la localisation du port principal et non de l'île : "l'entrée <de Chrismas Harbour> est par 48° 40' de latitude sud et par 69° 6' de longitude est" (p 295). Verne est donc parfois plus riche que l'Américain.

71- De nombreuses citations. Verne cite souvent des réflexions de Poe ou des extraits de ses oeuvres :

"Je dormis mal. A plusieurs reprises, je "rêvai que je rêvai", or - c'est une observation d'Edgar Poe - quand on soupçonne que l'on rêve, on se réveille presque aussitôt" (p 30). "Il est sage, comme l'a dit Edgar Poe, de toujours "calculer avec l'imprévu, l'inattendu, l'inconcevable, que les faits collatéraux, contingents, fortuits, accidentels, méritent d'obtenir une très large part et que le hasard doit incessamment être la matière d'un calcul rigoureux'"'(p 10). "(...) cette contrée de la désolation et du silence, comme l'a dit Edgar Poe" (p 181).

72- Des scènes parallèles. Dans les deux romans, le passager-narrateur (Pym et Jeorling) demande aux capitaines de continuer leur exploration du sud alors que ceux-ci pensent abandonner (Poe, p 310, Verne, p 280). Le cuisinier des vaisseaux est dans les deux cas un homme de couleur noire (Poe, p 234, Verne, p 49). Le bateau appartient en partie aux capitaines, ce qui implique qu'ils puissent détourner leur route si bon leur semble (Poe, p 244, Verne, p 16). Pym est recueilli par la Jane le 7 août au matin, Jeorling embarque sur l'Halbrane, à cette même date, mais onze ans plus tard (Poe, p 291, Verne, p 17). Les deux personnages principaux pratiquent la chasse aux veaux marins (Poe, p 296, Verne, p 4). L'équipage du Grampus, navire dans lequel est caché Pym, et celui de l'Halbrane se mutinent (Poe, p 234, Verne, p 434). On découvre un corps flottant sur un glaçon : celui d'une créature inconnue et mystérieuse chez Poe, celui d'un marin chez Verne (Poe, p 311, Verne, p 100).

73- Des expressions semblables sans utilisation de guillemets. On trouve chez Poe :

"Ce mot sang, ce mot suprême, ce roi des mots, toujours si riche de mystère, de souffrance et de terreur" (p 229).

74Et chez Verne, on lit :

"Le mot sang, ce mot suprême, ce roi des mots, si riche de mystère, de souffrance et de terreur" (p 69).

75Verne reprend donc des phrases de Poe sans les référencer.

76- Des réflexions parallèles des deux auteurs. Nous avons déjà signalé dans le chapitre 2 de notre première partie que Verne agrémentait ses textes de réflexions civilisationnelles qui rendaient compte du caractère particulièrement belliqueux des américains. L'habitant des Etats-Unis est toujours armé de son couteau :

"Absurde répliqua Tom Hunter en déchiquetant le bras de son fauteuil à coup de Bowie Knife" (Lune p 13). "Un Américain qui n'aurait pas toujours son Bowie Knife ne serait plus un Américain" (Robur p 48).

77Ces commentaires sont repris dans le Sphinx :

"En s'ouvrant un chemin au couteau, en maniant leur Bowie Knife, Arthur Pym et Dirk Peters parvinrent à atteindre (...) une plate forme" (p 81).

78L'ensemble de ces réflexions trouve sa source dans les Aventures de Pym, ce qui amène à la conclusion d'une influence non pas ponctuelle mais profonde du texte de Poe sur Verne.

"Chaque homme possédait en outre un long couteau de marin, ressemblant un peu au Bowie Knife si popularisé maintenant dans toutes nos contrées du sud et de l'ouest" (p 324).

79Que le Sphinx reprenne le texte de Poe ne signifie en somme qu'une chose : le texte vernien est un prolongement du texte américain. Mais que Verne ait tiré des Aventures des connaissances civilisationnelles sur les Etats-Unis, voilà qui marque le mode de création du Français : la lecture de ses confrères lui fournit les sujets, les scènes, les caractères de ses personnages, et en partie la conception qu'il se fait des pays étrangers. Une influence profonde, donc.

80- Des descriptions. Les descriptions faites par Verne copient littéralement le texte de Poe. Les exemples sont nombreux et nous devons ici en citer quelques uns. Cependant pour ne pas alourdir ce travail de plusieurs pages de citations ininterrompues, nous allons nous contenter de quelques mots ou quelques phrases. Les textes qui suivent n'ont donc pas de signification en eux-mêmes... si ce n'est qu'ils mettent en lumière des transtylisations verniennes. Nous ne prenons qu'un exemple (la description de Dirk Peters) cependant le cas est identique dans la présentation de l'Ile de la Désolation (Poe p 295, Verne p 2) ou dans la description des biches des mers (Poe p 322, Verne p 231).

  • 28 Nous faisons ici une importante parenthèse. Trois auteurs ont fait entrer la science dans la littér (...)

Description de Dirk Peters chez Poe (p 293) :"(...) aspect féroce (...) petite taille (...) membres étaient coulés dans un moule herculéen (...) Ses bras comme ses jambes étaient arqués de la façon la plus singulière (...) tête difforme, d'une grosseur prodigieuse avec une dentelure au sommet, comme chez beaucoup de nègres et entièrement chauve. Une perruque faite de la première fourrure venue (...) férocité naturelle de sa physionomie qui avait gardé le type de l’Upsaroka. La bouche s'étendait presque d'une oreille à l'autre (...) dents excessivement longues et proéminentes que les lèvres ne recouvraient jamais (...) force prodigieuse (...) il était (...) considéré plutôt comme un objet de dérision qu'autrement".
Description de Peters chez Verne (p 236 et 274) : "(...) Homme de petite taille (...) le torse énorme, la tête volumineuse, les jambes très arquées (...) vigueur exceptionnelle (...) sa chevelure grisonnait, semblable à une sorte de fourrure, poil en dehors (...) sa bouche presque sans lèvres, fendue d'une oreille à l'autre (...) et des dents longues (...) il appartenait à la tribu d'Upsarokas (...) aspect féroce (...) les membres 'coulés dans un moule herculéens’ et ses mains ’si épaisses et si larges qu’elles avaient à peine conservé la forme humaine', et ses bras et ses jambes arqués, et sa tête d'une grosseur prodigieuse, et sa bouche fendue sur toute la largeur de la face, et ses 'dents longues que les lèvres ne recouvraient jamais que partiellement'"28.

81Verne intègre donc dans sa réécriture, de nombreux éléments empruntés à Poe... On note cependant que les parties qui se donnent officiellement comme des emprunts ne sont pas les seules à être prises littéralement : dans le paragraphe de conclusion, tout est repris, presque littéralement, alors que seules trois phrases sont référencées. Nous découvrons là, dans le même temps, l'un des modes de création vernien - par intégration d'autres ouvrages - et la révélation officielle des emprunts. Et c'est justement ce qui fait l'événement contextuel dont nous avons parlé.

2) L’événement narratif

82L'événement apparaîtra dans l'affirmation que le vraisemblable des Aventures de Pym est réel mais que le surnaturel reste douteux. Le texte de Poe change de statut : il passe de "roman" à "témoignage". L'actant n'est pas alors un personnage, mais un objet. Iouri Lotman définit lui-même quelques cas limites dans lesquels le héros ne traverse pas la frontière : il cite le cas de Taras Boulba, dans lequel l'actant est un peuple entier, des contes chinois dans lesquels l'élément mobile est "des renards garous", enfin Le Vaisseau fantôme dans lequel c'est le bateau qui franchit la frontière. Le cas du Sphinx n'est donc pas isolé, les exemples sont nombreux où le héros-narrateur ne fait pas l'événement.

83Pour que s'opère ce changement de statut, il faut d'abord poser l'affirmation que le texte de Poe est une oeuvre d'imagination :

  • 29 Sphinx, op. cit. p 55 et ss.

"Ecoutez-moi donc monsieur Jeorling, car si ce "roman" - comme vous le qualifiez - n'a paru que l'année dernière, il n'en est pas moins une réalité (...) Décidément il était fou, le capitaine Len Guy, et sous l'influence d'une crise qui produisait le déséquilibre de ses facultés mentales (...) Voilà donc quelle absurde histoire occupait le cerveau du capitaine Len Guy, à quel état de détraquement intellectuel il en était arrivé !"29.

84Suit alors un résumé du livre de Poe, fait par Jeorling et dans lequel ce dernier montre à l'évidence que le texte de Poe est une fiction :

  • 30 Ibidem, p 64.

"On verra s'il y a lieu de douter que les aventures de ce héros de roman fussent imaginaires. Et d'ailleurs, parmi les nombreux lecteurs de cet ouvrage, en est-il un seul qui ait jamais cru à sa réalité - si ce n'est le capitaine Len Guy ?..."30

85Puis survient un fait extraordinaire que le héros ne peut s'expliquer : un iceberg, qui curieusement n'a pas encore fondu, apparaît, sur lequel on découvre le corps gelé d'un marin, que l'équipage reconnaît comme étant Patterson, le second de la Jane, vaisseau par lequel Pym avait été recueilli. Sur le cadavre, on trouve un parchemin qui indique que le capitaine William Guy n'a pas peri sous les coups des sauvages de l'île Tsalal, comme le disait le livre de Poe, et qu'il y vit encore avec sept de ses marins, caché depuis onze ans. Len Guy informe alors Jeorling qu'il est le frère du capitaine du bateau qui emmenait Pym et qu'il est fermement décidé à retrouver son parent. Jeorling se rend donc à la réalité : le livre de Poe a réellement été écrit par Pym comme l'affirme la préface et c'est un récit de voyage authentique. La part qu'y a pris Poe est presque inexistante.

  • 31 Ibid, p 101-102.
  • 32 Ibid, p 102.

"Y croyez-vous maintenant ?...
- J'y crois... J'y crois ! balbutiai-je. Mais le capitaine William Guy de la Jane...
- Et le capitaine Len Guy de l'Halbrane sont frères ! s'écria-t-il d'une voix tonnante, qui fut entendue de tout l'équipage."31 "Au surplus, ce qui me paraissait, à moi, aller jusqu'aux limites de l'invraisemblable, c'était que le roman du poète américain fût une réalité. Mon esprit se révolta d'abord... Je voulus fermer les yeux à l'évidence !...
Finalement, il fallut se rendre, et mes derniers doutes s'ensevelirent avec le corps de Patterson dans les profondeurs de l'Océan"32.

86Le livre raconte donc une histoire vraie et Pym a existé.

87Il y a eu événement : changement de statut. Le texte de Poe est passé de fiction à réalité, de roman à relation de voyage. Cependant, cet événement s'accompagne de la négation de tout élément surnaturel.

88Jeorling met en doute les débordements invraisemblables du texte :

  • 33 Ibid, p 216.

"(...) Existence des six survivants du naufrage (...) cela, c'était la part du réel, du certain, de l'indubitable.
Mais une autre part ne devait-elle pas être mise au compte de l’imagination du narrateur - imagination prestigieuse, excessive, déréglée, à s'en rapporter au portrait qu'il fait de lui-même ?... Et, d’avance, convenait-il de tenir pour certains les faits étranges qu'il prétend avoir observés au sein de cette lointaine antarctide ?... Devait-on admettre l'existence d'hommes et d'animaux bizarres ?... Etait-il vrai que le sol de cette île fût d'une nature spéciale, et ses eaux courantes d'une composition particulière ?... existaient-ils ces gouffres hiéroglyphiques dont Arthur Pym donnait le dessin ?...” <viennent ensuite les indigènes et la peur du blanc, le géant final, l'enténêbrement de l'espace, la cataracte aérienne> "Là dessus je faisais mes réserves et j'attendais. Quant-au capitaine Len Guy, il se montrait très indifférent à tout ce qui, dans le récit d'Arthur Pym, ne se rapportait pas directement aux abandonnés de l'île Tsalal, dont le salut était son unique et constante préoccupation"33.

89Le surnaturel du voyage de Pym reste incroyable et le thème est proprement évité par le fait que personne ne s'y intéresse : le sauvetage de William Guy occupe tous les esprits et seule l'expérience pourra infirmer ou confirmer les manifestations étranges. Jeorling en appelle au jugement du temps comme Pym le demandait. A plusieurs reprises, le narrateur de Poe espère que la science à venir ou les explorations suivantes apporteront quelques lumières sur son voyage :

  • 34 Pym, op. cit. p 236. "a narrative, let me here say, which, in its latter portions, will be found to (...)

"(...) récit, qui dans sa dernière partie, qu'il me soit permis de le dire, contiendra des incidents si complètement en dehors du registre de l'expérience humaine et dépassant naturellement les bornes de la crédulité de l'homme, que je ne le continue qu'avec le désespoir de ne jamais obtenir créance pour tout ce que j'ai à raconter, n’ayant pleine confiance que dans le temps et les progrès de la science pour vérifier quelques unes de mes plus importantes et improbables assertions"34.

90Le narrateur de Poe fait lui-même la différence entre ce qui est réaliste et ce qui ne l'est pas et il espère que des explorations futures confirmeront les deux axes... le texte de Verne représente une des "explorations futures", il donne crédit à la partie réaliste du récit... et refuse de prendre position sur la partie surnaturelle.

91L'aventure sur la piste de la Jane va réserver quelques déceptions : les éléments inexplicables sont invérifiables... ils ont peut-être existé mais on ne peut le savoir. Les preuves de la véracité du récit de Pym se multiplient au fur et à mesure que disparaissent les traces de l'étrange :

92- la mer est moins foncée que ne le dit le récit de Pym. C'est la première des négations du surnaturel présentes chez Poe :

  • 35 Sphinx, op. cit. p 237.

"Les eaux de la mer (...) me parurent d'un bleu moins foncé que ne le dit Arthur Pym"35.

93- il n'y a pas de monstres dérivant sur les glaçons : Pym et ses compagnons découvrent une créature étrange, Jeorling, lui, ne voit rien venir.

  • 36 Ibidem, 237-238.

"Nous n'avons non plus rencontré aucune de ces touffes d'épines à baies rouges qui furent recueillies à bord de la Jane, ni le pareil de ce monstre de la faune australe, - un animal long de trois pieds, haut de six pouces, aux quatre jambes courtes, aux longues griffes couleur de corail, au corps soyeux et blanc, la queue d’un rat, la tête d’un chat, les oreilles rabattues d’un chien, les dents rouge-vif. D’ailleurs je considérais toujours nombre de ces détails comme suspects, et uniquement dus à un instinct par trop imaginatif'36.

94- l'île Tsalal n'est plus qu'un amas de cailloux.

"Pym parle d'étrangetés qui ne lui étaient point familières... Il parle d'arbres dont aucun ne ressemblait aux produits de la zone torride, (...) il parle de roches d'une structure nouvelle, soit par leur masse, soit par leur stratification... Il parle de ruisseaux prodigieux, dont le lit contenait un liquide indescriptible sans apparence de limpidité, une sorte de dissolution de gomme arabique, partagée en veines distinctes, qui offrait tous les chatoiements de la soie changeante, et que la puissance de cohésion ne rapprochait pas, après qu'une lame de couteau les avait divisées...

  • 37 Ibid, p 245.

Eh bien, il n'y avait rien - oui il n'y avait plus rien de tout cela !”37

95- les habitants de l'île ne forment plus qu'un immense charnier :

  • 38 Citation tirée de Poe.
  • 39 Sphinx, op. cit., p 250.

"Quand à la population tsalalaise, ces hommes presque entièrement nus, quelques uns vêtus d'une peau à fourrure noire, armés de lances et de massues, et ces femmes droites, grandes, bien faites, "douées d'une grâce et d'une liberté d'allure qu’on ne retrouve pas dans une société civilisée"38 - et cette multitude d'enfants qui leur faisait cortège... oui ! qu'était devenu tout ce monde d'indigènes à la peau noire, à la chevelure noire, aux dents noires, que la couleur blanche remplissait d'épouvante ?... En vain cherchai-je la case de Too-Wit (...) Je n'en reconnus même pas la place !... Et c'était là, cependant que William Guy, Arthur Pym (...) avaient été reçus non sans marque de respect"39.

96On note ici que l'aventure de Pym en elle même n'est pas remise en question, seuls le sont les débordements surnaturels.

97L'apparition ultime du sphinx, géant magnétique qui attire à lui tout métal, est l'affirmation ultime de la non-existence de l'étrange : c'est par la science que sa présence est justifiée, donc rationalisée... et l'on passe d'une situation invraisemblable où rien ne peut expliquer la présence d'un géant au pôle à la situation où :

  • 40 Ibidem, p 482.

"Les vents alizés amènent d'une façon constante, vers les extrémités de l'axe terrestre, des nuages ou des brumes dans lesquels sont emmagasinées d’immenses quantités d'électricité, que les orages n'ont pas complètement épuisées. De là une formidable accumulation de ce fluide aux pôles, et qui s'écoule vers la terre d'une manière permanente. Telle est la cause des aurores boréales et australes"40.

98Ces vents justifient la présence d'un énorme aimant, dont la forme voulue par la nature est celle d'un sphinx. Le surnaturel - qui est là évident : la présence d'une montagne-aimant au pôle sud - est rationalisé par la science et prend la couleur du réel. On passe alors d'un étrange inexplicable, le géant de Pym, à un étrange normalisé, un aimant. Le surnaturel disparaît sous la forme voulue par Poe mais renaît sous une forme scientifique...

  • 41 Nous introduisons ici un commentaire d'ordre génétique dont on nous excusera la longueur. Notre étu (...)

99La conclusion que nous tirons ici est la suivante : l'événement narratif du Sphinx est l'affirmation que le livre de Poe est une authentique relation de voyage. On assiste alors à un changement de statut de tous les éléments constitutifs de l'histoire. Les points vraisemblables sont authentifiés comme réels par l'expérience de Jeorling, les points surnaturels sont soit éliminés, soit rationalisés par une pseudo-science41.

100Verne est le créateur de l'anticipation en France parce que le surnaturel qu'il met en scène prend racine dans le surnaturel de Poe mais qu'il lui ajoute une touche de modernité.

III) Lovecraft, lecteur de Poe

101Lorsque Lovecraft entreprend d'écrire la suite des Aventures de Pym, un siècle s'est écoulé depuis la première publication de l'ouvrage de Poe. Nous sommes en 1930. Suivant la méthode que nous avons déjà employée, nous allons voir quel est l'événement constitué par la production d'un "texte-suite", puis quel est l'événement narratif des Montagnes Hallucinées.

A) L'événement contextuel

  • 42 Lovecraft note d'ailleurs clairement que la taille et le contenu de Pym faisait événement : il sign (...)

102Nous avons dit que Pym, le roman, faisait événement dans la mesure où il dérogeait aux normes de composition du texte surnaturel établies par Poe lui-même. Lovecraft va faire une suite à Pym, il va plus exactement réécrire le texte en lui donnant la forme qu'il aurait du avoir s'il n'avait pas transgressé les codes littéraires : la forme d'une nouvelle42.

103Lovecraft prend le texte qui fut à l'origine de la transgression des normes et donne, à sa suite, une tournure conforme à ce que, à l'origine, Pym aurait dû être. Le roman de Poe fait événement parce qu'il viole la frontière entre des genres distincts, la nouvelle de Lovecraft fait événement parce qu'elle restaure, entre les genres, la frontière que Pym avait bouleversée.

104Les Montagnes hallucinées font événement mais loin de transgresser, elles restaurent... Il y a bien passage de la frontière : le prolongement du roman de Poe devient une nouvelle...

105L'extraordinaire de la situation vient bien sûr du fait que Lovecraft applique à un roman de Poe, les théories de Poe concernant la nouvelle. Lovecraft corrige son prédécesseur ou plus exactement extrapole ce qu'il aurait pu faire s'il n'avait transgressé ses propres normes de composition. L'événement contextuel des Montagnes hallucinées est en relation directe avec l'événement contextuel des Aventures d'Arthur Gordon Pym, à la différence de l'événement contextuel du Sphinx des glaces, qui se comprend dans le panorama de la production vernienne.

B) L'événement narratif

106Parce qu'il veut que, dans Les Montagnes Hallucinées, l'événement contextuel soit antithétique de celui des Aventures de Pym, parce qu'il désire que son propre texte soit la version "nouvelle" du roman de Poe, Lovecraft va reprendre le même événement narratif que son illustre prédécesseur : ce sera le passage du dicible à l'indicible.

107Nous avons dit précédemment que l'événement de Pym était le fait que le narrateur passait d'un état psychologique dans lequel il peut raconter son histoire, à un état dans lequel aucune phrase ne peut plus être proférée. L'élément qui provoque l'événement peut être surnaturel (apparition du géant) ou ne l'être pas (naufrage en mer). La structure de Pym répond aux critères du roman-feuilleton en cela qu'elle alterne passages surnaturels et passages aventureux.

108Lovecraft, lui, fait une nouvelle... l'événement ne peut être provoqué que par l'apparition finale du surnaturel, le texte entier convergeant vers la révélation de l'étrange.

109Si Lovecraft veut donner une forme courte aux Aventures de Pym, alors il doit restreindre l'action, il doit accentuer l'apparition surnaturelle et doit affirmer l'étrange comme ressort ultime de l'histoire. L'événement, ce doit être l'incursion dans l'espace réel d'un élément irréel... et cela doit provoquer la perte du langage. Le passage vers l'indicible n'est que la conséquence de l'événement, lui-même causé par le surnaturel. Chez Poe il était l'événement, causé par une série d'aventures, surnaturelles ou non. Parce qu'il prend la forme de la nouvelle, Lovecraft doit axer son texte sur l'étrange... au point que cet élément provoque la violation de frontière.

110L'apparition du monstre blanc, qui n'était qu'un élément de l'histoire de Poe, devient moment crucial du récit de Lovecraft. Il est l'impossible qui s'impose aux yeux du narrateur, qui devient une réalité et qui donc transgresse la distinction réel-irréel. L'apparition surnaturelle est l'événement, elle est l'acmé de la nouvelle et, comme il se doit, elle est préparée par l'ensemble des éléments du texte. Le narrateur va subir plusieurs chocs, qui le laisseront momentanément sans voix, mais c'est le traumatisme final qui le confinera dans un mutisme total. Le passage du dicible à l'indicible n'est pas l'événement, il n'en est que la conséquence.

111Nous passons d'une situation où la sphère du naturel (qui est celle du dicible et celle des hommes) est différente de la sphère du surnaturel (qui est celle de l'indicible et du monstre) à une situation où le naturel cohabite avec le surnaturel dans un même espace, où le dicible disparait car le réel devient inconcevable, et où l'homme est l'égal du monstre.

112Après l'événement, les deux espaces s'assimilent et Lovecraft montre bien qu'il n'y a plus de différence entre l'homme et le monstre : la dernière description qu'il fait des créatures blanches que rencontre le narrateur est hautement personnifiée.

  • 43 Les Montagnes hallucinées, op. cit. p 396. "Poor devils ! After all, they were not evil things of t (...)

"Pauvres diables ! Après tout ils n'étaient pas mauvais dans leur genre. C'étaient des hommes d'un autre âge et d'un autre mode d'existence (...) Pauvres Anciens ! qu'ont-ils fait que nous n'aurions fait à leur place ?"43.

  • 44 Sur la question, voir notre article, L'événement dans les nouvelles fantastiques de Lovecraft, in E (...)

113Le passage de la frontière a fait tomber les distinctions et l'espace est a-normalisé44. Le narrateur ne peut plus dès lors que se taire. Les termes qui progressivement marquent la perte du langage sont nombreux et nous n'en citerons que quelques uns :

    • 45 Montagnes, op. cit., p 343. "and we did not mention numbers or say exactly how we had found those w (...)

    "Nous tûmes le nombre de nos découvertes"45 ;

    • 46 Ibidem, p 344. "Danforth is closer mouthed than I: for he saw, or thinks he saw, one thing he will (...)

    "Danforth est encore plus muet que moi, car il a vu, ou croit avoir vu une chose qu'il ne veut pas dire même à moi"46 ;

    • 47 Ibid. "Horrors (...) which we did not reveal".

    "Horreur dont nous ne dîmes rien" 47 ;

    • 48 Ibid, p 345. ''Danforth has not flinched or babbled".

    "Danforth n'a ni bronché ni bavardé" 48 ;

    • 49 Ibid. "there is one thing (...) which he will not tell".

    "Il est une chose qu’il refuse de dire" 49 ;

    • 50 Ibid, p 348. "I wish he would add a really frank word about the thing <he saw> (...) This will form my last</he> (...)

    "Je regrette qu'il n'ait pas ajouté un mot vraiment explicite sur ce qu'il croit avoir vu (...) ce sera mon dernier mot''50 ;

    • 51 Ibid, p 351. "... can hardly be described on paper".

    "On traduirait difficilement sur le papier"51.

114On trouve ensuite les expressions "cité sans nom", "horreur insensée", "choc de la révélation", "les bas reliefs n'osent pas nommer", "odeur indéfinissable", "odeur innommable", "muette stupéfaction", "difficulté de parler"...

115Enfin les dernières lignes du texte sont on ne peut plus explicite : l'événement a eu lieu et plus rien ne peut être dit.

  • 52 Ibid, p 405. "Danforth did not hint any of these specific horrors till after his memory had had a c (...)

"Danforth ne faisait allusion à aucune de ces particulières horreurs que sa mémoire, longtemps après, pouvait avoir tirées de son ancienne lecture (...) pour l'instant ses cris se bornent à la répétition d'un seul mot absurde dont l'origine n’est que trop évidente : Tekeli-li ! Tekeli-li !"52.

116Le narrateur cesse de parler, comme Danforth qui ne communique plus. La dernière phrase se lit dans plusieurs sens :

  • soit l'origine du "tekeli-li", trop évidente, se trouve chez les monstres blancs et le texte alors affirme que le surnaturel bloque toute possibilité de parole (c'est la référence aux créatures blanches qui termine le texte comme dans les Aventures de Pym) ;

  • Soit l'origine du "Tekeli-li" doit être comprise comme l'affirmation que tout le texte se réfère à Poe, inventeur de la situation et du mot, et dans ce cas la nouvelle de Lovecraft s'affirme explicitement dans ses dernières phrases comme fille du roman Pym.

Conclusion de la deuxième partie

117Edgar Allan Poe connaît en la personne de Jules Verne et en celle de Howard Phillips Lovecraft des admirateurs fervents qui n'hésiteront pas à défendre publiquement son oeuvre, qui s'inspireront de sa production pour créer leurs propres textes, et lui rendront un hommage marqué en élaborant des suites à ses écrits. La grande référence de Verne et de Lovecraft dans l'ordre surnaturel fut bien l'oeuvre de Poe.

  • 53 Voir à ce sujet les lettres Verne-Hetzel concernant Vingt mille lieux sous les mers : Hetzel refuse (...)

118Les emprunts qu’ils lui font sont pourtant différents : le Français garde de Poe une réflexion sur fiction et réel. Il authentifie les parties vraisemblables des textes de l'Américain mais tend à atténuer la forme de surnaturel qui s'y trouve. L'explication doit en être cherché du côté des normes éditoriales qui régissaient les textes de Verne. L'auteur français cible un public très particulier : la jeunesse. Son éditeur Hetzel bannit systématiquement de ses textes les références trop crues ou trop horrifiques à l'étrange. On peut dire que Verne n'a pas droit au surnaturel, ses écrits doivent avant tout rester "convenables" pour des lecteurs peu tentés par la chose fantastique53. En supprimant toute trace du surnaturel dans l'aventure de Pym, Jeorling ne fait pas autre chose que ce qu'Hetzel faisait dans les écrits verniens : abolir l'étrange.

119Lovecraft de son côté conserve principalement de Poe la structure de la nouvelle, entièrement tendue vers la production d'un effet et dont le point culminant est l'apparition finale du surnaturel. Fondamentalement il ne garde pas les formes de l'étrange poesque, il n'en reprend que les modes d'apparition.

120La femme morte qui se réveille par une nuit d'orage (La Chute de la maison Usher), la réanimation d'une momie (Petite discussion avec une momie), la peste personnifiée rodant dans un château (Le Masque de la mort rouge)... les caractères surnaturels présents chez Edgar Poe ne sont utilisés ni par Verne, ni par Lovecraft. Et lorsque, par exception, ils le sont - la découverte d'un géant blanc - les deux "continuateurs" s'empressent d'en changer le contenu, de leur donner une nouvelle raison d'être, ou de le rationaliser...

121La théorie de Iouri Lotman nous apporte un ensemble d'informations sur ce qu'est, en littérature, "une suite". Nous remarquons en particulier que les "textes seconds" peuvent reprendre du "texte source" :

  • soit son événement contextuel (auquel cas les deux ouvrages apparaissent de la même façon dans leur contexte de production, ou d'une manière opposée - c'est le cas ici-) ;

  • soit son événement narratif - auquel cas on peut très bien imaginer une suite qui n'ait d'un point de vue diégétique aucune relation avec le texte source (pas de personnage commun, pas de circonstance, pas de péripétie...).

122Nous remarquons que les textes seconds intègrent du texte initial un ensemble de données qui peuvent n'avoir aucun rapport avec les événements du texte initial. Une oeuvre littéraire fait événement, possède un événement, mais l'auteur de la suite reprend cette oeuvre pour son propre compte. Le traitement qu'il en fait associe ses propres désirs, ses obligations éditoriales, ses références historiques... au texte initial. Les événements du Sphinx des glaces apparaissent dans le panorama de la production vernienne et n'ont pas de relations directes avec ceux que l'on trouve chez Poe. Dans une optique comparative, nous constatons donc que les événements du texte de Poe sont ignorés par Verne. Ce dernier est auteur de romans-feuilletons et il lui importe peu de savoir la distinction nouvelle-roman si importante pour l'Américain. L'analyse des événements des Aventures de Pym ne nous apprend rien sur les événements du Sphinx, si ce n'est qu'il n'y a pas de rapport entre eux ! Et pourtant Pym fait événement en 1897 dans la production vernienne puisqu'il pousse le Français à la production... Mais alors comment quantifier et analyser ce nouvel événement ?

123Faut-il alors définir une troisième forme de l'événement ? La première est celle que l'oeuvre fait dans son contexte de production, la deuxième est inscrite dans le texte, la troisième serait l'événement "contextuel de réception", celle que le texte source produit chez l'auteur qui écrit la suite. Nous aurions alors, à chaque nouvelle réception du roman, un nouvel événement de ce troisième type...

124Nous avons montré d'abord

  • que leur époque contraignait Verne et Lovecraft à une utilisation particulière des motifs surnaturels, tournée vers la recherche de formes nouvelles ;

  • que l'éditeur orientait leurs écrits vers une aseptisation ou au contraire une démesure de l'horrifique,

  • que les genres qu'ils pratiquaient impliquaient des types d'apparition de l'étrange particuliers : un surnaturel unique pour Lovecraft, triomphant dans les dernières lignes et coïncidant avec l'acmé du texte ; un surnaturel itératif noyé dans une pléthore d'aventures pour Verne.

125Nous avons tenté ensuite d'éclairer un point d'intertextualité : ni Jules Verne ni Howard Phillips Lovecraft n'ont inventé le surnaturel ! Ils ont emprunté à d'autres des conceptions et des théorisations sur le genre de littérature lié au surnaturel... D'Edgar Allan Poe ils firent grand cas et le reconnurent comme maître en ce domaine. Chacun puisa dans l’oeuvre du poète américain : ce fut, pour Lovecraft, la structure de la nouvelle, l'intérêt pour un surnaturel psychologiquement exténuant ; ce fut pour Verne une réflexion sur "fiction et réalité", et sur l'affirmation / négation du surnaturel.

Notes

1 Verne en 1858, publication en 1864 ; et Lovecraft en 1926, publication la même année.

2 Le Sphinx des glaces, le livre de poche, Paris, 1970.

3 Les Aventures d'Arthur Gordon Pym, in Edgar Poe, Laffont, Bouquins, 1991.

4 Les Montagnes hallucinées, in Lovecraft, Tome 1, Laffont, Bouquins, 1991.

5 I. Lotman, op. cit.

6 Poe, Aventures, op.cit, p 206. "after the extraordinary series of adventures in the South Seas and elsewhere".

7 Ibidem, "under the garb of fiction".

8 Ibidem. "The difference in point of style will be readily perceived".

9 Ibid, p 350. "The circumstances connected with the late sudden and distressing death of Mr. Pym are already well known to the public through the medium of the daily press. it is feared that the few remaining chapters which were to have completed his narrative (...) have been irrecoverably lost".

10 Ibid, p 350. "The gentleman whose name is mentioned in the preface, and who, from the statement there made, might be supposed able to fill the vacuum, has declined the task-this, for satisfactory reasons connected with the general inaccuracy of the details afforded him, and his disbelief in the entire truth of the latter portions of the narration. Peters, from whom some information might be expected, is still alive, and a resident of Illinois, but cannot be met with at present. He may hereafter be found, and will, no doubt, afford material for a conclusion of Mr. Pym's account."

11 Ibid. "On one point in the narrative some remarks may be well offered; and it would afford the writer of this appendix much pleasure if what he may here observe should have a tendency to throw credit, in any degree, upon the very singular pages now publised".

12 "I have graven it within the hills, and my vengeance upon the dust within the rock".

13 Poe, Op. cit. p 207 et ss. "I will relate one of these adventures by way of introduction to a longer and more momentous narrative (...) He went to sleep (...) very quietly (...) and without saying a word (...) He suddenly started up, and (...) with a terrible oath (...) I can hardly tell what possessed me, but the words were no sooner out of his mouth than I felt a thrill of the greatest excitement (...) for almost half an hour I maintained a resolute silence (...) He was greatly agitated (...) I could stand it no longer, however, and spoke to Augustus about the propriety of turning back. As before, it was nearly a minute before he made answer (...) 'By-and-by', said he at length-'time enough - home by-and-by'. I had expected such a reply, but there was something in the tone of these words which filled me with an indescriable feeling of dread (...) 'Matter!'he stammered (...) he could no longer either stand, speak and see".

14 "long scream or yell, as if from the throats of a thousand demons".

15 Ibid, p 259-260. "I immediately threw open the door of the companionway, and, descending, without uttering a syllable, stood erect in the midst of the party. (...) The mate (...) without uttering a syllable, fell back, stone dead (...) the most pitiable objects of horror and utter despair my eyes ever encountred (...) Parker now lay motionless by the door (...) but, upon Peters touching him with his foot, he spoke, and entreated for mercy."

16 Ibid, p 180-1. "all the fierceness of the tiger possessed my bosom (...) I held out the two remaining splinters towards him. It was full five minutes before he could summon resolution to draw, during which period of heart-rending suspense I never once opened my eyes. (...) Gasping for breath, I fell senseless to the deck (...) I must not dwell upon the fearful repast which immediately ensued. Such things may be imagined, but words have no power to impress the mind with the exquisite horror of their reality. Let it suffice to say that (...) we devoured the rest of the body, piecemeal”.

17 "Mattee non we pa pa si - c'est à dire : là où tous sont frères, il n'est pas besoin d'armes”, Ibid, p 324. "Maltee non we pa pa si - meaning that there was no need of arms where all were brothers".

18 Ibid, p 348-350. C'est nous qui soulignons la dernière phrase. "We questioned Nu-Nu concerning the motives of his countrymen in destroying our companions ; but he appeared to be too utterly overcome by terror to afford us any rational reply (...) he made us only of idiotic gesticulations (...) Today there floated by us one of the white animals whos appearance (...) occasioned so wild a commotion among the savages (...) but there came over me a sudden listlessness (..) Peters spoke little, and I knew not what to think of his apathy. Nu-Nu breathed, and no-more (...) The range of vapor (...) had arisen (...) I can liken it to nothing but a limitless cataract (...) It emitted no sound (...) We were nearly overhelmed by the white ashy shower which settled upon us (...) we were evidently approaching it with a hideous velocity (...) within (...) was a chaos of flitting and indistinct images, there came rushing and mighty, but soundless winds, tearing up the enkindled ocean in their course. (...) Nu-Nu stirred in the bottom of the boat ; but upon touching him, we found his spirit departed. And now we rushed into the embraces of the cataract, where a chasm threw itself open to receive us. But there arose (...) a shrouded human figure (...) And the hue of the skin of the figure was of the perfect whiteness of the snow. The circumstances connected with the late sudden and distressing death of Mr. Pym (...)"

19 Ibid, p 205. "The appearance of that truth it would really possess".

20 Voir sur les relations d'intertextualité entre Jules Verne et Poe, notre article Le Sphynx des glaces, suite des Aventures d'Arthur Gordon Pym, in L'Intertextualité, Annales de l'université de Besançon, 1996.

21 Le Chancellor reprend de très nombreuses scènes de Pym : un naufrage, une mutinerie, un méchant cuisinier noir, des scènes de cannibalisme... C'est, avec Le Sphinx des glaces, une réécriture complète du roman de Poe. Cependant, ce texte n'affirme jamais sa filiation avec Pym.

22 Poe, Nouvelles histoires extraordinaires, Livre de Poche, Paris, 1972, p 232.

23 Verne cite pourtant souvent ses sources, mais sans dire qu'il leur emprunte des pans entiers de ses romans. Voir en particulier les références à Walter Scott dans Les Indes noires et dans Le Rayon vert, les références à Alexandres Dumas dans Mathias Sandorf, et les références aux Robinson Crusoe dans Deux ans de Vaccances.

24 En 1886, Gaston, fils de son frère Paul, tirait sur lui dans une crise de folie et lui logeait dans le pied, une balle qu’il gardera jusqu'à sa mort et qui le fera marcher avec difficultés.

25 Voyage au centre de la terre, Folio, Gallimard, Paris, 1980, p 274.

26 Dans Les Aventures du capitaine Hatteras, le héros emmène avec lui un chien dans son exploration du Pôle, et le chien est comparé à un tigre...

27 Palimpseste, Seuil, 1982.

28 Nous faisons ici une importante parenthèse. Trois auteurs ont fait entrer la science dans la littérature fantastique : le français Verne, l'Américain Lovecraft et l'anglais Wells. Ces trois écrivains vont ressentir le besoin de ré-écrire Les Aventures de Pym. C'est ce que nous sommes en train de montrer pour Verne et Lovecraft, la description de Peters nous permet de le signaler pour Wells. Dans l'Ile du docteur Moreau, l'auteur anglais reprend beaucoup de détails et de scènes du livre de Poe : un naufrage, une attaque de sauvages, et surtout la description de l'aide du médecin. Le passage qui suit montre à l'évidence que cet individu est le Peters de Poe. "Au capot de l'échelle, un homme nous barrait le passage. Il était debout sur les dernières marches, passant la tête par l'écoutille. C'était un être difforme, court, épais et gauche, le dos arrondi, le cou poilu et la tête enfoncée entre les épaules. (...) Sa face noire, que j'apercevais soudainement me fit tressaillir. Elle se projetait en avant d'une façon qui faisait penser à un museau, et son immense bouche à demi ouverte montrait deux rangées de dents blanches plus grandes que je n'en ai jamais vu dans aucune bouche humaine. (...) <Le capitaine déclare> mes hommes ne peuvent pas le sentir. Moi, je ne peux pas le voir. Personne ne peut le suporter”. On retrouve donc les caractéristiques de Peters (sa face semblable à un noir, sa taille, sa bouche, ses dents) et aussi les circonstances du récit : le narrateur a été recueilli par un bateau après un naufrage et voit un individu dont tous se moquent, comme on se moquait du compagnon de Pym. Les Aventures d'Arthur Gordon Pym ont inspiré les trois auteurs qui donnent naissance à l'anticipation. La raison doit en être cherchée dans le mélange que fait Poe d’un sujet d'actualité (exploration du Pôle) et d’une manifestation surnaturelle qui n'a rien de traditionnel (comme le fantôme ou le vampire).

29 Sphinx, op. cit. p 55 et ss.

30 Ibidem, p 64.

31 Ibid, p 101-102.

32 Ibid, p 102.

33 Ibid, p 216.

34 Pym, op. cit. p 236. "a narrative, let me here say, which, in its latter portions, will be found to include incidents of a nature so entirely out of the range of human experience, and for this reason so far beyond the limits of human credulity, that I proceed in utter hopelessness of obtaining credence for all that I shall tell, yet confidently trusting in time and progressing science to verify some of the most important and most improbable of my statements".

35 Sphinx, op. cit. p 237.

36 Ibidem, 237-238.

37 Ibid, p 245.

38 Citation tirée de Poe.

39 Sphinx, op. cit., p 250.

40 Ibidem, p 482.

41 Nous introduisons ici un commentaire d'ordre génétique dont on nous excusera la longueur. Notre étude du manuscrit du Sphinx des glaces, permise par sa mise à notre disposition par Mme Collette Gallois, conservatrice du Centre Jules Verne de Nantes, montre que l'incipit original insistait sur le talent de Poe à mêler fiction et réel. La version définitive du Sphinx supprimera un paragraphe important du manuscrit. Sans doute Verne ne voulait-il pas introduire trop tôt la référence à Poe dans son texte au risque de dérouter un lecteur ignorant de la production de l'Américain. Nous reproduisons ici ce paragraphe dans la mesure où le manuscrit nous en permet la lecture (les parties en italiques seront dans le texte définitif). "Enfin de braves gens, qui avaient sans tant d'ambages obéi à leur destinée... Eh bien, est-ce que je n'obéissais pas à la mienne, pris que j'étais du démon des voyages et avec l'âpre passion de mettre le pied où nul ne l'avait mis encore... et entre autre point du globe, au pôle sud !... Je me connais, je suis d'un tempérament imaginatif, d'une extrême impressionabilité, plus sensitif qu'intellectuel, une sorte de personnage d'Edgar Poe, ce génial poète des étrangetés humaines. (Le texte définitif inversera le caractère de Jeorling : il ne ressemble plus à Pym). N'est-ce pas de lui que le plus original de ses critiques a dit que l'imagination est une faculté quasi-divine, c'est la reine des facultés. L’imagination quasi divine qui perçoit tout d'abord <illisible> des méthodes philosophiques, les rapports <illisible> et secrets des choses, les correspondances et les analogies ? L'imagination n'est pas la fantaisie elle n'est pas non plus la sensibilité bien qu'il soit difficile de concevoir un homme imaginatif qui ne soit pas sensible... Et si je suis amené à citer le nom d'Edgar Poe au début de ce récit, je prie le lecteur de ne pas s'en etonner. Ce nom le dominera de toute sa hauteur. Ce sera la statue au pérystile de l'édifice, étendant le bras vers les mystérieux parages du sud et <illisible> boussole porte en lettres lapidaires le bizarre mot egyptien Πϕυγρηχ qui apparaît au dénouement des Aventures d'Arthur Gordon Pym... Oui, la statue de l'étrangeté et aussi, qui l'aurait pu croire ? le statue de la réalité ! Alors monsieur Jeorling"... Nous constatons deux choses :
- la première version du caractère de Jeorling reprenait trait pour trait le caractère de Pym (la reprise du texte de Poe était encore plus grande).
- Dès l'introduction, Verne donnait ses sources et affirmait que le texte allait présenter une tension entre le pôle réaliste et fictionnel.

42 Lovecraft note d'ailleurs clairement que la taille et le contenu de Pym faisait événement : il signale en effet que le texte est "long, dérangeant" (dérogeant aux codes litéraires) et "énigmatique". "Danforth désigna sur la pente neigeuse ce qui semblait de la lave ; faisant remarquer que cette montagne, découverte en 1840, avait certainement inspiré l'image de Poe lorsqu'il écrivit sept ans plus tard :
"... Les laves qui sans cesse dévalent
Leurs flots sulfureux du haut du Yaanek
Dans les contrées lointaines du pôle...
Qui grondent en roulant au bas du mont Yaanek
Au royaume du pôle boréal."
(...) Je m'intéressais moi-même, à cause du décor antarctique au seul long récit de Poe - l'inquiétant et énigmatique Arthur Gordon Pym". "Danforth pointed out what looked like lava on the snowy slope, remarking that this mountain, discovered in 1840, had undoubtedly been the source of Po's image when he wrote seven years later : the lavas that restlessly roll/Their sulphurous currents down Yaanek/In the ultimate climes of the pole-/That groan as they roll down Mount Yaanak/In the realms of the boreal pole. I was interested myself because of the antartic scene of Poe's only long story - the disturbing and enigmatical Arthur Gordon Pym". La version anglaise est plus claire que la traduction : le texte de Poe n'est pas "inquiétant", il est "dérangeant". D’autre part, on notera le nom de la montagne citée par Poe : Yaanek. On trouve chez Lovecraft (Démons et merveilles) une montagne qui s'appelle le Ngranek... L'influence de Poe est claire. Les appellations lovecraftiennes sont souvent empruntées à d'autres auteurs. On a déjà noté que de Frankenstein, Lovecraft tirera le nom d'une ville : Arkham. Notons aussi le nom du personnage lovecraftien Iranon (La Quête d'Iranon) qui vient vraisemblablement de l'oeuvre de l'ami de Lovecraft, Robert Howard, où l'on rencontre un personnage nommé Iramon. Il arrive aussi que Lovecraft fasse des syncrétismes : le démon à l'apparence d'un égyptien "Azathoth" vient sans doute du démon "Azazel" auquel s'ajoute le nom du dieu égyptien "Thot". Enfin on trouve chez Dunsany (La Fille du roi des Elfes) quatre noms qui nous semblent avoir été repris chez Lovecraft (Démons et Merveilles) : "Niv" devient "Nasht", "Narl" - "Nyarlathotep", "Thyl" - "Thah", "Zend" - "Zenig".

43 Les Montagnes hallucinées, op. cit. p 396. "Poor devils ! After all, they were not evil things of their kind. They were the men of another age and another order of being (...) What had they done that we would not have done in their place."

44 Sur la question, voir notre article, L'événement dans les nouvelles fantastiques de Lovecraft, in Evénement et prose narrative II, Annales littéraires de l'université de Besançon, Les belles Lettres, 1995, p 271-334.

45 Montagnes, op. cit., p 343. "and we did not mention numbers or say exactly how we had found those which we did find."

46 Ibidem, p 344. "Danforth is closer mouthed than I: for he saw, or thinks he saw, one thing he will not tell even me."

47 Ibid. "Horrors (...) which we did not reveal".

48 Ibid, p 345. ''Danforth has not flinched or babbled".

49 Ibid. "there is one thing (...) which he will not tell".

50 Ibid, p 348. "I wish he would add a really frank word about the thing <he saw> (...) This will form my last word".

51 Ibid, p 351. "... can hardly be described on paper".

52 Ibid, p 405. "Danforth did not hint any of these specific horrors till after his memory had had a chance to draw on his bygone reading. (...) At the time, his shrieks were confined to the repetition of a single, mad word of all too abvious source: Tekeli-li! Tekeli-li!'"

53 Voir à ce sujet les lettres Verne-Hetzel concernant Vingt mille lieux sous les mers : Hetzel refuse les envolées trop noires et demande de nombreux changements. En particulier, prétextant que les livres de Verne se vendent bien en Russie, il changera la nationalité du capitaine Nemo : il n'est dès lors plus un opposant polonais à la supprématie russe mais un opposant indien à l'impérialisme anglais...

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search