Version classiqueVersion mobile

Fantastique et événement

 | 
Florent Montaclair

Première partie. Les normes

Les normes

Texte intégral

1L'étude des normes qui régissent les textes de Jules Verne et de Howard Phillips Lovecraft dévoile un espace scindé en "réel-irréel", ou en "naturel-surnaturel". Ces textes présentent le monde moderne (aux époques respectives de Verne et de Lovecraft) et définissent les sphères du possible et de l'impossible afin de poser le cadre du franchissement de la frontière séparant les deux ensembles.

2Nous postulons que la littérature fantastique est définie par son mode d'apparition du surnaturel.

  • 1 J. P. Sartre, L'imaginaire, Folio Essais, 1986, première partie.

3Pour parler de fantastique, il faut que dans un univers proche de celui que nous connaissons, c'est à dire un monde réaliste, régi par les lois qui sont les nôtres, apparaisse un élément perturbateur de l'ordre établi. Le fantastique reposera alors sur le fait que dans notre monde quotidien surviendra un événement destructeur remettant en cause la notion même de naturel. Le surnaturel doit être déchirure, agression, perturbation. Pour reprendre une expression de Jean-Paul Sartre, l'univers décrit en littérature fantastique est un univers "thétique"1, c'est à dire qu'il est la reproduction exacte de celui que nous connaissons et dont nos sens et notre raison nous rendent compte en permanence. Toute nouvelle fantastique est donc inséparable d'une époque. Si Verne prend pour cadre la france du XIX° siècle, Lovecraft, bien sûr, décrira l'Amérique des années vingt.

4Le fantastique suppose que l'espace décrit soit régi par les mêmes règles que celui dans lequel vivent les contemporains de l'auteur : chez Verne et chez Lovecraft, le monde sera organisé selon les normes sociales, religieuses, culturelles de leurs époques. C'est ce que nous appellerons les "normes réalistes".

5La description de l'espace réel se fait au fur et à mesure de la narration. Des personnages s'offrent à nos regards, ils agissent, ils pensent. De l'ensemble d'informations dont dispose le lecteur se dégagent alors les lois qui gouvernent le monde et divisent l'espace sans qu’il soit besoin d'y insister. Le cadre qui se construit renvoie le public au monde qui est le sien et qui inclut un système de normes implicites, système grâce auquel l'événement surnaturel sera, dès son appartition, imparablement identifié.

Notes

1 J. P. Sartre, L'imaginaire, Folio Essais, 1986, première partie.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search