Version classiqueVersion mobile

Literales

 | 
Jacques Houriez

Préface

Marie Miguet-Ollagnier

Texte intégral

1Les treize études réunies dans ce volume ont fait l'objet de communications au séminaire de D.E.A. de littératures à Besançon au cours des années universitaires 1991-1992 et 1992-1993. Même si les recherches ont surtout porté sur la littérature française, elles ont aussi pris en compte l'antiquité latine (Apulée) et grecque avec une étude diachronique de la représentation des Cyclopes. Mais l'attention s'est aussi portée sur des romanciers anglo-saxons (William Styron, Howard Phillips Lovecraft) et germaniques (Fontane). Dans tous les cas, le but a été de repérer ta présence de mythes dans des œuvres d'imagination.

  • 1 Antoine Faivre, Les Contes de Grimm , mythe et initiation , Circé, no 10 et 11, Paris, Éditions Le (...)

2Des genres littéraires très différents se sont révélés médiateurs au mythe : le théâtre d'abord qui, dès son origine grecque, a partie liée avec lui puisqu'il contient les versions les plus connues de l'histoire d’Œdipe et de celle de Prométhée, est encore apparu ouvert au mythe dans la littérature du XIXème et du XXème siècles avec des œuvres de Claudel, de Remy de Gourmont, d’Albert Samain, de Cocteau. Une poésie contemporaine d'inspiration épique comme Les Indes d'Édouard Glissant, racontant la fondation d'une communauté, peut renouer avec les aventures héroïques qui ont nourri l'épopée de Virgile consacrée à la fondation de Rome (les six chants des Indes constituent une demi Énéide). Antoine Faivre dans son étude des Contes de Grimm considère que les contes sont « la forme ludique du mythe »1. Plusieurs contes ont fait l'objet d'une approche mythocritique : l'histoire de Psyché insérée dans les Métamorphoses d'Apulée, le « conte de Barlaam et Josaphat » recueilli dans La Légende dorée, « Hérodias », l'un des Trois contes de Flaubert, enfin plus récemment, « Le Cyclope » faisant partie du recueil Elpénor de Giraudoux.

3Si le titre de ces contes déclare ouvertement la présence du mythe, l'existence de ce dernier devient plus difficile à déceler dans des romans qui prétendent reconstituer une période d'histoire comme Salammbô de Flaubert ou qui sont apparemment des œuvres réalistes comme Effi Briest ou Schach von Wuthenow de Fontane. C'est sans doute qu'une lecture première doit se doubler d'une lecture seconde comme l'explique Marita Gilli à propos de ces deux dernières œuvres. Le critique doit repérer des analogies entre Salammbô, l'héroïne de Flaubert et Judith son modèle biblique, entre l'Effi de Fontane et son paradigme, Mélusine. Le chercheur doit mettre en évidence dans certains romans une double isotopie réaliste et mythique.

  • 2 Ibid., p. 49.

4La présence de mythes dans des romans classiques nous est toutefois devenue relativement familière depuis que Gilbert Durand a mis en lumière certains d'entre eux dans La Chartreuse de Parme. Mais elle surprend davantage quand il s'agit de Mémoires écrits au XVIIème siècle comme ceux du cardinal de Retz, de La Rochefoucauld, de Bussy-Rabutin ou de Mlle de Montpensier. Les Mémoires se présentent en effet comme des récits de faits vrais, leurs auteurs sont d'accord pour refuser une écriture ornée. Ils sont pourtant, comme l'a montré Emmanuèle Lesne-Jaffro, porteurs d'un héritage épique et tributaires du mythe héroïque. Certaines figures de femmes sont des Amazones, ce qui fait basculer l'histoire contemporaine vers le temps des origines. Mademoiselle de Montpensier rêve de ressembler à Bradamante, Condé est un nouvel Alexandre : ce dernier rapprochement lui donne une dignité mythique. Il y a en effet comme l'explique Antoine Faivre des personnages historiques ou semi-historiques frappants que « le mental collectif entoure d'un halo imaginaire »2. Les Mémoires du XVIIème siècle oscillent souvent entre le mythe personnel et l'exaltation d'un nom, d'un lignage.

5Si les auteurs des treize analyses de mythocritique se sont penchés sur des genres littéraires différents, ils ont également donné des sens fort divers au mot mythe. Il s'est agi pour quelques critiques d'un sens sociologique, celui sur lequel s'est fondé Barthes dans Mythologies. Le mythe est parfois la construction irrationnelle, fantasmatique, d'une imagination personnelle ou collective.

6Imagination personnelle : c'est celle qu'a étudiée Philippe Baron montrant comment, entre les années 20 et le début des années 90 certains auteurs dramatiques ont construit autour de Sarah Bernhardt un personnage d'actrice tantôt émule de Molière (inspirée de Sarah, la Régine de Louis Verneuil meurt à l'issue d'une représentation), tantôt androgyne (on rejoint alors les mythes ethno-religieux), tantôt monstre sacré (Cocteau) ou tout simplement monstre (Anouilh). Sarah dans tous les cas devient un être fabuleux (dans une conférence inaugurale du séminaire, Pierre Lévêque nous avait rappelé que le mot mythe avait assez récemment supplanté le mot fable utilisé jusqu'au dix-neuvième siècle).

7Imagination collective : c’est celle qui permet, comme l'ont montré Bernard Bobin analysant La Proie des flammes de William Styron et Florent Montaclair étudiant l'univers romanesque de Lovecraft, de parier de mythe américain. Ce mythe est une pure construction de l'esprit résultant d’un consensus largement répandu, faisant de l'Amérique la patrie idéale de l'Indépendance, de l'égalité des droits, la terre du progrès, le lieu où se fondraient harmonieusement des races venues d’horizons différents Mais Styron comme Lovecraft s'emploient à démolir ce mythe. Le premier montre dans La Proie des flammes que la terre de l'Indépendance est devenue la société du spectacle (Hollywood). Ce constat de perte d'identité amène Styron à convoquer les mythes culturels d'origine européenne (Œdipe, Don Juan) pour réanimer ses personnages. Toutefois ces modèles héroïques se révèlent comme un « prêt à porter » qui n'habille pas réellement les héros de la fiction.

8C'est également à une destruction d'une foi en l'Amérique que procède Lovecraft. L'auteur se sert pour cela du recours au fantastique. Ses romans nous mettent en face d'une humanité atteinte d'une dégénérescence biologique. Des monstres d'origine marine côtoient peut-être les habitants. Mais en détruisant le mythe au sens sociologique du terme, Styron comme Lovecraft réintroduisent ce qui, aux yeux de Mircea Eliade, mérite vraiment le nom de mythe : des scénarios remontant à l'époque des origines et servant de modèles aux comportements contemporains. C'est ainsi qu'un personnage de Styron appelle de ses vœux une catastrophe renouvelant la destruction de Sodome et Gomorrhe, et que l'entrée dans les villes gangrenées peintes par Lovecraft ressemble à une descente aux Enfers.

9C'est à la résurgence secrète ou avouée de ces scénarios anciens que se consacrent la plupart des études mythocritiques ici rassemblées. On n’est pas étonné d'y trouver essentiellement une double source : celle que fournit la mythologie gréco-latine et celle qu'offrent la Bible ou le commentaire ésotérique que le Talmud et la Kabbale présentent de l'Ancien Testament. Il s'y joint la croyance germanique aux nixes, aux elfes, aux ondines, mais il est aisé de rattacher cette dernière à une imagination élémentaire qui dès l'antiquité gréco-latine a formé les esprits et qu'exprimait déjà la croyance en l'action des nymphes, du dieu Pan, ou plus généralement des divinités régnant sur un aspect de la nature.

10Même lorsqu'intervient une tradition extrême-orientale, celle qui est issue du bouddhisme, elle s'amalgame aux mythes et au merveilleux chrétiens comme le montre Thierry Miguet. Le Moyen Âge a fait de Bouddha un modèle hagiographique sous le nom de saint Josaphat. Josaphat comme Bouddha apprend le caractère illusoire de la vie et des biens temporels : il s'éduque à l'extinction du désir. Le merveilleux médiéval orne l'histoire édifiante : une licorne conçue par une gazelle met en garde contre la ruse féminine, ruse que redoutent à la fois le bouddhisme et le christianisme.

11Il arrive à des auteurs de fondre plusieurs mythes en une histoire nouvelle : le Polyphème de Samain, héritier du Cyclope berger de Théocrite, est aussi un nouvel Œdipe. Il se punit de son voyeurisme en s'aveuglant comme le fils de Laïos. Claudel pour sa part, comme le montre Jacques Houriez, fait dans Tête d'Or une synthèse de mythes grecs et bibliques. Tête d'Or sacrifié sur un sommet du Caucase a une dimension prométhéenne. C'est aussi un messie, même si c'est un messie païen. Son nom et son destin réactualisent le souvenir de la statue vue en songe par Nabuchodonosor.

12Bien des mythes païens ou bibliques (pensons au récit du déluge) rappellent à l'homme sa dépendance vis-à-vis du cosmos ou disent le danger qu'il y a à détruire un pacte entre l'homme et la nature Dans le Polyphème d’Albert Samain, il revient au chœur des nymphes – rappel de celui des Océanides dans le Prométhée enchaîné d'Eschyle – de représenter le message calmant des vents, des sources, de la terre. C’est toutefois son reflet dans l'eau qui apprend à Polyphème, envers de Narcisse, son irrémédiable laideur. Il trouve un apaisement lorsque, devenu aveugle, il se laisse emporter par la mer. Un autre Cyclope, celui de Giraudoux, est détourné de la nature par les raisonnements spécieux d'Ulysse lui disant que tout est illusion. Mais à la fin du conte il retrouve son équilibre en renouant avec le monde de ses troupeaux. Pour Lévi-Strauss les mythes disent précisément le souvenir de l'époque où il y avait un échange entre les hommes et les animaux ; ils conservent la mémoire « du temps où les bêtes parlaient ».

13Catherine Mayaux, analysant Les Indes d'Édouard Glissant, démontre que ce poète y a mis en lumière la fracture d'un pacte entre l'homme et la nature lors de la déportation des noirs transférés d'Est en Ouest. Au lieu d'apporter la vie, le Soleil devient le symbole de l'ombre et de la mort. Cette véritable trahison de la nature est toutefois compensée par la fonction dévolue à la mer : entrer dans une relation triangulaire réunissant l'Occident. l’Afrique et les Antilles.

14C’est aussi le rapport de Psyché avec l'eau dont Nicole Fick analyse la prégnance dans le conte d'Apulée. Vénus, née de la mer, inflige à Psyché quatre épreuves dont trois sont liées à l'eau, L'héroïne est sauvée par Pan de l'ophélisation. L'eau douce est pour Apulée un adjuvant de la quête héroïque. L'eau du Styx représente dans son œuvre un monde dangereux mais maîtrisable.

15L'héroïne du roman de Fontane, Effi Briest, a pour sa part un lien privilégié avec l'air et l’eau. Elle est à la fois elfe et nixe. Un réseau métaphorique euphorique permet d'effacer l'histoire première, récit d'un échec affectif.

16Les études mythocritiques ont notamment pour fin de montrer comment les scénarios originels sont réécrits en fonction de l'idéologie et de l'univers imaginaire de chaque écrivain ou de l'époque dont celui-ci est plus ou moins consciemment l'expression. Luce Czyba explique bien comment Haubert détourne dans Salammbô le mythe de Judith. Alors que la Bible présentait la victoire du peuple élu contre ses ennemis, victoire obtenue par une femme pure à l'écoute des desseins de Dieu, Haubert depuis longtemps fasciné par Cléopâtre, fait d'une Salammbô/Judith une « vipère du Nil » liée à Mâtho par une relation sadique. L'utilisation dans « Hérodias » du mythe d’Hérodias et de Salomé fait encore apparaître la composante à la fois érotique et cruelle de l'imagination du romancier. Claudel pour sa part rêve volontiers sur des scénarios de violence et de rébellion, il se sent plus proche de Mara et de Camille que de Violaine.

17J'ai moi-même analysé l'imaginaire fin de siècle, axé sur la révolte contre Dieu, qui amène Remy de Gourmont à ressusciter le mythe de Lilith dans la pièce de 1892 qui porte ce nom. Dieu, déçu de sa création se retire du monde, ce qui est une tradition attestée par certains kabbalistes, et il abandonne la terre à Satan et Lilith : le premier, père de Caïn le meurtrier, s'évertue à tourmenter Ève, tandis que Lilith trouble l'imagination d’Adam. Les inventions de l'écrivain symboliste sont authentifiées par des traditions venant du Zohar, mais il revient à l'auteur dramatique d'avoir imaginé une Lilith qui se voulait d'abord l'humble servante d'Adam selon le plan conçu par Dieu lui-même. Le créateur a la mesquinerie d'en prendre ombrage et par vengeance il la voue à Satan.

18Les écrivains n’ont pas fini de rêver sur les commencements. Il appartient à certains d'entre eux de diriger aussi l'imagination vers l’avenir. L'auteur de Barlaam et Josaphat a suscité la méditation de cinq religions. Le Claudel de La Ville représente au troisième acte le peuple misérable accueillant le divin. On aime rêver avec Édouard Glissant, même si les faits démentent cette espérance, sur la genèse d'une communauté totale et plurielle. « Les poètes sont les gardiens du mythe » écrit Pierre Brunei, mais ces gardiens ne sont pas les purs conservateurs d'un « in illo tempore », ils ont, selon la formule de l'auteur des Indes une « vision prophétique du passé ».

Notes

1 Antoine Faivre, Les Contes de Grimm , mythe et initiation , Circé, no 10 et 11, Paris, Éditions Lettres modernes, 1978, p. 57.

2 Ibid., p. 49.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search