Version classiqueVersion mobile

La pensée de la race en Italie

 | 
Aurélien Aramini
, 
Elena Bovo

Aux origines de la pensée de la race en Italie. Littérature, philologie et anthropologie

« Les sublimes idéaux de notre race » : Carducci et le mythe aryen

Laura Fournier-Finocchiaro

Texte intégral

1Dans ses écrits en vers comme en prose, Carducci se penche régulièrement sur la question de la filiation, de la généalogie glorieuse (le genos) des Italiens, afin d’identifier les aïeux fondateurs de l’Italie contemporaine et de recueillir leur legs précieux. Le poète est surtout connu pour être l’un des principaux représentants du culte de la romanité : il a notamment défini dans son œuvre un lien entre Rome et l’Italie qui n’est plus seulement historique ou spirituel, mais véritablement biologique. Carducci met en avant l’héritage génétique de Rome : dans le sang des Italiens coulerait le sang de leurs ancêtres romains. Dans les textes en vers comme en prose de Carducci, Rome est évoquée en tant que première génitrice des Italiens, qui a déterminé l’avenir biologique et anthropologique de ses fils.

  • 1 Concernant le mythe aryen, voir l’ouvrage classique de Poliakov Léon, 1971, Le Mythe aryen, Paris, (...)
  • 2 Rapsanti Mauro, 2001, « Noi nobile razza ariana. Giosuè Carducci e il mito ariano », Razzismo e mod (...)

2Qu’en est-il de la réception du mythe aryen1 par le poète ? Carducci est professeur à Bologne dans une période d’institutionnalisation de l’orientalisme comme discipline universitaire spécifique, autour de domaines classiques comme les études bibliques, sémitiques ou indiennes. Or on sait que l’orientalisme participe à la deuxième phase de construction du mythe aryen au xixe siècle : après la première phase, entre 1790 et 1830, à l’époque de l’indophilie romantique, la seconde, entre 1840 et 1920, est marquée par la racialisation du discours mythologique. Si Carducci n’a jamais caché son antiromantisme et son antiorientalisme en littérature, qu’il considère comme de nouvelles sources de dispersion face aux besoins réels des lettres italiennes, le poète compte parmi ses très proches amis le philologue et traducteur Emilio Teza, l’un des représentants éminents des études orientalistes italiennes. Certaines découvertes de Teza ont d’ailleurs inspiré des poésies carduciennes, si bien que des critiques comme Mauro Raspanti ont pu mettre en exergue les allusions du poète aux « valeurs aryennes » du peuple italien, allant jusqu’à proclamer une adhésion implicite de Carducci à la théorie du « naturalisme aryen »2.

  • 3 Sur l’idée de l’existence d’une communauté de civilisation d’origine latine par rapport aux autres (...)

3Dans notre article, nous analyserons des allusions poétiques et les déclarations de Carducci pour tenter de mieux cerner la pénétration du mythe aryen dans le langage poétique de la fin du xixe siècle et son apport à la définition des origines ethniques du peuple italien. Dans un premier temps, nous verrons comment Carducci exploite l’image des « nobles pères aryens » contre « la religion sémitique » qui a causé le malheur de l’Italie ; puis comment le poète développe l’idée du « noble sang latin » qui a donné aux Italiens « les sublimes idéaux de [sa] race » ; nous nous interrogerons ensuite sur le rôle de Carducci dans la promotion du panlatinisme3, c’est-à-dire de la supériorité des peuples de « race latine » dans l’espace européen ; enfin nous examinerons la question de l’unité ethnique du peuple italien.

I. Les nobles pères aryens

  • 4 Verucci Guido, 1981, L’Italia laica prima e dopo l’Unità, 1848-1876. Anticlericalismo, libero pensi (...)

4Carducci, dans la deuxième moitié du xixe siècle, participe à l’affirmation de l’anticléricalisme et du laïcisme dans la culture italienne4. Son hostilité vis-à-vis de l’Église catholique et de ce qu’il appelle la « religion sémitique » utilise deux types d’arguments. Le premier est politique : la papauté, jusqu’en 1870 mais même au-delà, a empêché l’unification de l’Italie et doit être ensuite soumise pour garantir la pérennité du nouvel État. Le second argument est culturel : la spiritualité catholique serait contraire aux « valeurs italiennes », que Carducci identifie avec l’esthétique classique. Pour le poète, l’Italie est l’héritière de Rome et de la Grèce, et dans son désir d’instaurer le modèle antique comme point de repère de la société moderne, il défend une vision laïque et même païenne du monde.

  • 5 L’hymne connaît son véritable succès seulement quatre ans plus tard, lorsqu’il est republié dans le (...)
  • 6 Carducci Giosue, 1938-1968, « Lettre à Giuseppe Chiarini, 13 octobre 1863 », in Id., Edizione nazio (...)
  • 7 Carducci Giosue, 1935-1940, Dello svolgimento della letteratura nazionale [1874], in Edizione nazio (...)

5À son arrivée à Bologne, Carducci approfondit ces réflexions par la lecture de Voltaire, Diderot et d’Alembert et s’imprègne de leurs discours contre le christianisme, « dangereuse superstition sémitique ». Au début des années 1860, le sentiment que l’Église a étouffé dans la Péninsule le souffle vital des traditions nationales et qu’elle constitue le principal obstacle au développement de la civilisation italienne sur la route du progrès lui inspire son très célèbre Inno a Satana, achevé en novembre 1865 et publié sous le nom d’Enotrio Romano5. Cet hymne a eu une grande influence sur la culture italienne de l’époque : il a pris la valeur d’un manifeste qui définit un lien entre la polémique antipapale et la critique antireligieuse, en opposant à la vision chrétienne de la vie une nouvelle conception matérialiste et athée. Carducci tente de mettre à bas tout le système de valeurs incarné selon lui par la tradition judaïque et chrétienne, et glorifie tout ce que les ascètes et les prêtres ont excommunié avec la formule Vade retro Satana6. Il oppose notamment « la tension nerveuse des idées ascétiques et égoïstes » de l’Église chrétienne au « monde sain et lumineux des Grecs »7.

6L’exaltation de la part du poète Carducci d’un monde préchrétien va se nourrir des recherches sur le mythe aryen des penseurs laïques et anticléricaux italiens. Au cours des années 1870, Carducci s’intéresse notamment aux découvertes de ses collègues historiens et archéologues sur la population originelle de la Péninsule, notamment celles de Francesco Bertolini et Edoardo Brizio, présentées dans le cadre de la Deputazione di Storia patria per le provincie di Romagna, à laquelle tous ces professeurs bolonais participaient. Dans son ode Agli amici della valle tiberina (1867), Carducci décrit déjà non sans une certaine admiration l’ethnos étrusque : le poète est fasciné par ce peuple de bergers vivant près des fleuves, précédant l’arrivée d’Énée. Il évoque notamment Tarchon, figure mythique du législateur étrusque :

  • 8 OEN, vol. iii, p. 7. « Et je pensai au temps où Tarchon couronné pontife monta tes collines et, l’œ (...)

7Coronato pontefice salì
E, fermo l’occhio nero a l’orizzonte,
Di leggi e d’armi il popol suo partì8.

  • 9 À l’occasion des fouilles à l’intérieur de la Chartreuse de Bologne qui avaient mis au jour les res (...)

8Les exposés de ses collègues vont lui permettre de relier ses intuitions sur la nature des Étrusques au mythe aryen. Le poète semble avoir été particulièrement marqué par la conférence de Francesco Bertolini sur l’origine des Étrusques, prononcée en 18719 et rapportée par Carducci, alors secrétaire de la Deputazione :

10
  • 11 Emilio Tèza (1831-1912) fut nommé professeur de philologie indo-européenne à l’Université de Bologn (...)

9Les recherches qui vont le marquer le plus sont celles du philologue Emilio Teza11, qui fait découvrir à Carducci les temps de Valmiki, le sage indien à qui la tradition attribue la rédaction du Râmâyana, le grand poème épique, que Carducci cite dans Tedio invernale (1875) :

10Ma ci fu dunque un giorno
su questa terra, il sole?
Ci fùr rose e viole,
luce, sorriso, ardor?

11Ma ci fu dunque un giorno
la dolce giovinezza
la gloria e la bellezza
fede, virtude, amor?

12Ciò forse avvenne ai tempi
d’Omero e di Valmichi,

13ma quei son tempi antichi,
il sole or non è più.

  • 12 Carducci Giosue, 1998, Tutte le poesie [édité par Pietro Gibellini], Rome, Grandi Tascabili Economi (...)

14E questa ov’io m’avvolgo
nebbia di verno immondo
è cenere d’un mondo
che forse un giorno fu12.

15Carducci opposait déjà les temps heureux de la religion païenne des anciens Aryens, adorateurs du Soleil, à l’« abstraction sémitique », dans sa préface au recueil Poesie en 1871 :

13

16Le poète vient de rencontrer sa muse, Carolina Cristofori Piva, dite Lidia. Au contact de sa maîtresse, il est véritablement fasciné par la Grèce (il compose alors ses Primavere elleniche), les mythes païens et panthéistes. Il se déclare convaincu que les Italiens sont les descendants de cette « noble race aryenne » :

14

17Le monde préchrétien s’oppose à la spiritualité « sémitique », associée immanquablement aux ténèbres et à la mort, comme dans son ode In una chiesa gotica (1876) :

18[…] Non io le angeliche glorie né i démoni,
io veggo un fievole baglior che tremola
per l’umid’aere: freddo crepuscolo
fascia di tedio l’anima.

  • 15 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 464. « Je ne vois pas les gloires des anges ni les d (...)

19Addio, semitico nume! Continua
ne’tuoi misteri la morte domina.
O inaccessibile re de gli spiriti,
tuoi templi il sole escludono15.

20L’Église lui apparaît, suivant les théories développées par l’Anglais Edward Gibbon dans son célèbre ouvrage Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain (1776), comme la première responsable de la destruction de la civilisation gréco-latine. Carducci reprend notamment cette conviction dans son ode barbare Alle fonti del Clitumno (1876), où il accuse Jésus-Christ d’avoir imposé à Rome la résignation et la servitude :

21Salve, Umbria verde, e tu del puro fonte
nume Clitumno! Sento in cuor l’antica
patria e aleggiarmi su l’accesa fronte
gl’itali iddii.
[…]
Tutto ora tace, o vedovo Clitunno,
[…] Roma
più non trionfa.

  • 16 Ibid., p. 463. « Salut, verte Ombrie, et toi divinité de la source pure, ô Clitumne ! Je sens dans (...)

22Più non trionfa, poi che un galileo
di rosse chiome il Campidoglio ascese,
gittolle in braccio una sua croce, e disse
Portala, e servi. […]16

23Ces images doivent servir à l’édification d’un nouvel État postunitaire laïc et antichrétien, capable de s’opposer aux traditions religieuses de l’Église catholique par la valorisation de traditions nationales. C’est à ce titre qu’il convoque les « nobles Aryens », comme dans son ode barbare All’Aurora (1880) :

24Tu sali e baci, o dea, co 'l roseo fiato le nubi,
baci de' marmorei templi le fosche cime.
[…]
Ma l’uom che tu svegli a oprar consumando la vita,
te giovinetta antica, te giovinetta eterna

25ancor pensoso ammira, come già t’adoravan su 'l monte
ritti fra i bianchi armenti i nobili Aria padri.

26Ancor sovra l’ali del fresco mattino rivola
l’inno che a te su l’aste disser poggiati i padri.
[…]

  • 17 Ibid., p. 447-448. « Tu te lèves et embrasses les nuages, ô déesse, avec ton souffle rosé, tu embra (...)

27Così cantavano gli Aria. Ma piacqueti meglio l’Imetto
fresco di venti rivi, che al ciel di timi odora […]17

28Carducci se sert des légendes indiennes pour récupérer les sentiments poétiques de l’Antiquité et en faire le patrimoine des modernes. Il évoque le mythe des origines ethniques de la nation dans l’histoire ancienne pour rattacher l’histoire contemporaine à son passé glorieux et pour donner une mère commune à la « gens italienne », plus généralement identifiée dans « la mère nourricière Rome » (l’alma Roma) que de façon générale dans les peuples aryens.

29On voit aussi dans ces exemples que Carducci oppose « Aryens » et « Sémites » non pas sur une base biologique mais culturelle. Cette distinction fait partie intégrante de son discours anticlérical qui oppose l’ascétisme, la stérilité esthétique, l’obscurité « judéo-chrétienne » et la « noble race aryenne » du progrès.

II. Nos ancêtres les Romains

  • 18 Carducci Giosue, Risposta in prosa a una proposta in rima (1881), OEN, vol. xxv, p. 119.

30La « race italienne » est avant tout pour Carducci celle des Grecs et des Romains, les odes barbares représentant, selon le jugement même de l’auteur, « les sublimes idéaux de notre race »18. Les Italiens d’aujourd’hui forment pour le poète une seule et même famille biologique : ils sont tous unis par des liens de sang, comme il le dépeint dans l’ode Nell’annuale della fondazione di Roma (1877) :

  • 19 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 449-450. « Après la puissance de tant de siècles, av (...)

31[…]
Te dopo tanta forza di secoli
aprile irraggia, sublime, massima,
e il sole e l’Italia saluta
te, Flora di nostra gente, o Roma.
[…]
Salve, dea Roma! Chinato a i ruderi
del Fòro, io seguo con dolci lacrime
e adoro i tuoi sparsi vestigi,
patria, diva, santa genitrice19.

32Le poète s’attache tout particulièrement à démontrer que l’Italie possède une civilisation originelle antique qui lui est propre, malgré les différentes populations qui se sont succédé sur son territoire et qui ont formé différentes stratifications ethniques, comme il l’explique par exemple dans son essai Dello svolgimento della letteratura nazionale (1874) :

20

33Le poète s’amuse ailleurs à citer les différentes populations du territoire bolonais, comme dans son ode Fuori alla Certosa di Bologna (1879), où il se sert des récentes découvertes archéologiques qui avaient fait apparaître des traces des ancêtres d’Ombrie, mais aussi des Étrusques, des Celtes, des Romains et enfin des Lombards.

34L’évocation de la Rome antique est généralement liée au mythe d’une unité ab origine de la population italienne. C’est ainsi que les termes « Rome » et « Italie » arrivent à se confondre, et sont même parfois utilisés comme synonymes, tout comme les adjectifs « romain/latin » et « italien ». C’est notamment dans les sonnets du livre vi des Juvenilia, où Carducci évoque les batailles du Risorgimento, que l’on retrouve de nombreuses métaphores assimilant Italiens et Romains, Italie et Rome. Comme dans le sonnet San Martino (1859) :

  • 21 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 151. « C’est toi, c’est toi, noble sang latin, qui r (...)

35Sei tu, sei tu, latin sangue gentile,
Che ne i pugnati campi su la doma
Austria risorgi in tua ragion civile,
Ed a l’Europa gridi – Oh, chi mi noma
Servo mai più? fine all’oltraggio vile!
Rendimi il serto di mia madre Roma21.

36La puissance militaire de Rome, élevée au rang de mythe dans les évocations de la Rome des Scipion et des César, renaît sous la plume du poète qui célèbre les héros de son temps. L’histoire de Rome n’est pas du tout sentie comme une époque révolue, détachée des événements actuels de l’Italie : au contraire on remarque dans les vers du poète une assimilation entre les luttes romaines contre les Gaulois et la lutte nationale contre les étrangers menée par les Italiens au cours du xixe siècle. L’historien Vittorio Vidotto a tenté d’expliquer ce phénomène :

22

37Ce lien sacré qui relie l’Italie actuelle et la Rome antique justifie l’image d’une littérature italienne « pure », qui s’est développée indépendamment des autres peuples et des autres influences :

23
  • 24 Sur l’instrumentalisation de l’Antiquité au cours de la période, cf. Braccesi Lorenzo, 1989, L’anti (...)

38Le mythe génétique donne ainsi à la nation italienne son homogénéité raciale et sa cohérence culturelle24.

III. Du mythe aryen au panlatinisme ?

  • 25 Sur le panlatinisme, voir Zantedeschi Francesca, 2015, « 'Panlatinismes' et visions d’Europe, 1860- (...)

39À partir du mythe des ancêtres romains, Carducci développe une vision idéale de la « romanité » et des valeurs qu’il qualifie de romaines. Dans ce sens, les outils conceptuels fournis par le mythe aryen vont servir au poète pour défendre la primauté de la civilisation néolatine, alimentant la rhétorique panlatine qui prend son essor en Italie – mais surtout en France – à la fin du xixe siècle25, c’est-à-dire les discours qui définissent un espace de civilisation latine comprenant les peuples de « race latine ».

  • 26 Burgio Alberto, 1998, L’invenzione delle razze: studi su razzismo e revisionismo storico, Rome, Man (...)

40Alberto Burgio a expliqué que l’essor des pannationalismes dans la deuxième moitié du xixe siècle emboîte le pas à la recrudescence du nationalisme ethnique, à son tour renforcé par la consolidation du concept de race, ainsi que par l’assimilation que l’on opère entre race et langue, les classifications linguistiques et les classifications raciales se renforçant mutuellement26.

  • 27 Sur l’histoire des chaires de philologie romane en Italie, voir Lucchini Guido, 2008, Le origini de (...)
  • 28 À l’Académie scientifique-littéraire de Milan, Rajna entre en fonction le 1er janvier 1874. Sa chai (...)
  • 29 Gaston Paris et Paul Meyer avaient fondé en 1872 le célèbre périodique d’études romanes Romania.
  • 30 Sur la Scuola storica, cf. Brambilla Alberto, 2003, Professori, filosofi, poeti. Storia e letteratu (...)

41Carducci participe à l’essor de la romanistique en Italie, car il cumule deux chaires à l’Université de Bologne à partir de 1875 : celle de littérature italienne – qu’il occupe depuis 1860 – et celle d’histoire comparée des littératures néolatines27. Carducci conservera cette charge pendant vingt-neuf ans, de 1875 à 1904. Toutefois, ses connaissances en matière de linguistique romane étaient limitées ; le poète-professeur consacrera ses cours principalement à l’étude de la littérature provençale. En revanche, Carducci saisit très bien l’enjeu de ce type d’enseignement, qui participe à la valorisation du patrimoine littéraire et linguistique commun à l’ensemble de la « Romania » et à la construction d’une « identité latine » des pays d’Europe du Sud. La reconnaissance et le développement de la linguistique romane par l’Université italienne sont d’autre part un enjeu pour rétablir la primauté des chercheurs « latins » dans un contexte européen dominé par des philologues allemands puis français. Or après moins d’un an, l’existence de cet enseignement est mise en péril par la décision ministérielle de rendre le cours facultatif pour les étudiants de lettres. Cette attaque pousse Pio Rajna, le premier titulaire d’une chaire de philologie romane en Italie28, à prendre position pour la défense des chaires de littérature romane avec son article fondamental : « Les littératures néolatines dans nos universités », publié dans la Nuova Antologia en janvier 1878. Carducci intervient dans la défense de cet enseignement au nom de la position des romanisti, distincte de celle des glottologi. Le père de la « glottologie », Ascoli, défendait en effet l’enseignement de la philologie romane d’un point de vue strictement linguistique : son objet devait être les études dialectales et étymologiques dans l’aire romane, mais aussi indo-européenne (persan, sanscrit), fondées sur la « phonologie comparée », aujourd’hui appelée phonétique. Les romanisti, en particulier Francesco D’Ovidio et Pio Rajna, qui reçoivent l’appui de Carducci, entendaient quant à eux cette discipline come proche du filon historique-philologique : ils considéraient la linguistique comme un instrument au service de l’histoire littéraire, de l’analyse critique et didactique des textes anciens de la littérature italienne comme des autres littératures romanes. Les travaux principaux des romanistes privilégient l’analyse des sources à la lumière des littératures néolatines. Au fil des années, Carducci développe dans ses cours des analyses portant sur « la littérature des origines », et en particulier sur la culture provençale, qu’il considère comme la mère de toutes les littératures européennes, berceau des peuples et de toute la culture de la « Romania » (suivant les travaux de Raynouard et Fauriel, puis de Gaston Paris29). Carducci, comme du reste les autres romanistes italiens, a le mérite d’avoir cueilli l’importance de la méthode scientifique pour l’édition critique de textes (que Carducci désigne comme son activité de « philologue ») et de l’avoir importée, en l’adaptant, à la littérature italienne. Il a ainsi un rôle de premier plan dans l’essor de la Scuola storica (« École historique ») italienne qui cherche à s’affirmer face à ses concurrents européens et à valoriser le patrimoine romano-italien, à l’aune duquel se mesure le rayonnement passé et présent du « peuple latin »30.

  • 31 Pour une liste de ses cours, année par année, voir Sgubbi Carlotta, 1996, L’insegnamento di Giosue (...)
  • 32 Papini Gianni A., 1988, « Carducci e la poesia popolare », in Saccenti Mario (dir.), Carducci e la (...)
  • 33 Thiesse Anne-Marie, 1999, La création des identités nationales. Europe xviiiexxe siècle, Paris, Le (...)

42Ainsi les deux volets de son enseignement se complètent, pour dessiner un tableau du panlatinisme européen et italien. Dans ses cours de littérature italienne, le poète s’attache à montrer la persistance d’éléments de « latinité » dans la littérature médiévale italienne et suivante, conformément à son idéologie marquée par la « romanité »31. Il essaie de transmettre à ses élèves son intérêt pour les moments où se forge l’italianité littéraire ainsi que les grandes traditions formelles et génériques de la littérature italienne. Tandis que dans ses cours sur les littératures néolatines, il élargit son horizon aux littératures européennes, qu’il aborde à partir de textes français et de quelques ouvrages allemands. Dans les années 1875-1876, il axe ses études plus particulièrement sur l’épopée française (les chansons de geste), puis sur l’histoire de la littérature provençale en 1876-1877, sur les troubadours en 1877-1878, sur Bernard de Ventadour en 1879-1880, et en 1887-1888 sur Jaufré Rudel. Comme pour ses leçons sur la littérature italienne, Carducci recherche dans les textes qu’il examine les « origines » des genres et des formes littéraires, avec une attention toute particulière aux éléments populaires de la littérature32. Carducci participe ainsi au mouvement ethnographique qui se développe en Europe et qui postule son équivalence avec une « archéologie du national »33 : le peuple possède une « fonction cœlacanthe », c’est-à-dire qu’il tient le rôle de « fossile vivant », garant de la reconstitution des grands ancêtres et des traditions nationales. Carducci contribue, en Italie, à transmettre la conviction que le peuple est l’âme de la terre natale et l’incarnation du génie ancestral ; il développe la conscience que les coutumes et toutes les traces écrites des expressions populaires doivent être jugées dignes d’intérêt, comme autant de symboles de la patrie et de référents éthiques.

  • 34 Sui campi di Marengo (1872), La sacra di Enrico V (1873), Faida di comune (1875), La canzone di Leg (...)
  • 35 La figlia del re degli Elfi (1879), La lavandaia di San Giovanni (1879), Gherardo e Gaietta (1881), (...)

43Par ailleurs, ses études sur les littératures de langue romane constituent l’humus de nombre de ses poésies inspirées par l’époque des Comuni34, ainsi que de ses réélaborations d’anciens textes romans, qui coïncident avec ses leçons sur les troubadours35.

  • 36 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 450.

44Dans ses cours comme dans ses œuvres en vers et ses écrits en prose, Carducci défend en outre la primauté du modèle latin-romain dans sa globalité : ce dernier est supérieur aux autres dans le domaine de la littérature, de la politique, du droit, comme il le résume dans l’ode Nell’annuale della fondazione di Roma (1877) : « tutto che al mondo è civile, grande, augusto, egli è romano ancora »36 (« Et tout ce qui dans le monde est civilisé, grand, auguste, est aussi romain »). Le nom de Rome renvoie à l’idée d’un espace administratif unifié et à une union susceptible d’être appliquée dans la nouvelle Italie pour former une fédération solide des habitants de la Péninsule et même au-delà, comme Carducci le suggère dans son discours Lo studio di Bologna (1888) :

37

45Ces grandes qualités du monde gréco-latin proviennent selon le poète des caractéristiques des peuples aryens, comme il l’explique dans son article en prose Ça ira (1883), où il retrace l’évolution intellectuelle et artistique du peuple grec à partir de ses origines aryennes :

38

46Dans son essai Eterno femminino regale (1882), il distinguait en effet deux évolutions politiques des peuples aryens, qui définissent deux types de royauté :

königrex39

47Tout son discours vise en fait à affirmer la primauté de la civilisation néolatine sur la civilisation germanique. Carducci est bien sûr influencé par le discours giobertien du primat moral et civil des Italiens, mais il met en avant un tout autre système de valeurs : il ne s’agit plus en effet de défendre et d’exalter la catholicité, mais d’affirmer une éthique inspirée par une vision idéale de la « romanité ».

  • 40 Fournier-Finocchiaro Laura, 2012, « Le mythe de la Troisième Rome de Mazzini à Mussolini », in D’Am (...)
  • 41 Fournier-Finocchiaro Laura, 2015, « Territorio italiano e spazio nazionale nella poesia di Carducci (...)

48Cette vision idéale pousse Carducci à exalter l’image de la Troisième Rome italienne, qu’il condense dans l’expression de « Troisième Italie » qu’il a contribué à diffuser dans l’Italie de la fin du xixe siècle40. Sous la plume du poète, on observe comment s’opère le déplacement du mythe de la Troisième Rome mazzinienne émancipatrice des peuples au mythe de la Troisième Italie dont la mission est l’expansion de la nation hors des frontières, par le biais de l’irrédentisme puis du colonialisme41.

49Cette vision très italo-centrée du mythe de la romanité italienne limite fortement l’idée d’une promotion du panlatininisme chez Carducci, qui ne cache pas par ailleurs son hostilité vis-à-vis de la place centrale que voudraient prendre la France et sa capitale comme nouveau centre politique, civil et religieux de la « latinité », ainsi que vis-à-vis de l’idée de l’existence même d’une culture et d’une littérature européenne supranationale.

50On remarque en effet que si Carducci est fortement influencé par les romanistes français qui définissent l’existence d’une zone culturelle (et par extension ethnique) correspondante à la Romania, le poète-professeur italien est conscient qu’il y a de la part des Français une tentative d’affirmer la primauté de la France au sein de la civilisation néolatine. C’est pourquoi Carducci s’attache à démontrer avant tout que l’Italie, au cours des siècles, a toujours été au premier plan en Europe. Par exemple, dans son tableau de l’Italie à l’époque médiévale des Comuni, qui ouvre son discours Dello svolgimento della letteratura nazionale (1874), il met en avant sa plus grande liberté et ses institutions plus « civiles » par rapport aux autres peuples européens :

42

51Fidèle au programme qu’il s’est fixé « d’orienter la littérature vers la nation » afin d’éduquer le peuple italien et de développer son italianité, il défend « sa » patrie au sein de la Romania (en particulier face aux romanistes français), et non l’ensemble de la culture et de civilisation néolatine face au reste du monde. Carducci prône constamment le développement d’une indépendance de pensée et de recherche italienne. Sa priorité est d’abord celle d’intégrer pleinement les Italiens à la société des nations européennes, en éliminant tout sentiment d’infériorité et en affirmant leur différence, comme il le réitère encore à ses étudiants lors de son Primo giubileo di magistero. Agli scolari (1896) :


43

52Même si Carducci s’ouvre progressivement aux nouveaux genres qui apparaissent sur la scène nationale, qu’il étudie de près la littérature française, anglo-saxonne ainsi que les légendes germaniques, qui élargissent notamment sa palette d’images poétiques (comme son évocation du mythe du paradis des héros germaniques dans l’ode Alle Valchirie en 1898 qui s’ajoute aux suggestions offertes par le mythe aryen, dans une sorte d’œcuménisme qui caractérise la production poétique et les conceptions politiques de Carducci au tournant du siècle), le poète reste convaincu que la connaissance des langues et littératures étrangères ne peut pas constituer une fin en soi, et ne peut être utile qu’à condition de préparer les esprits à un travail sur les besoins et sur les traditions nationales. Il reste notamment constamment hostile à l’idée d’une « littérature européenne » supranationale et aux utopies de Mazzini ou de Goethe en ce sens. Pour Carducci, la littérature, entendue comme l’expression nationale d’un peuple, se comporte à son échelle comme les nations, qui interagissent exclusivement en termes d’hégémonie et de domination, comme il l’écrit polémiquement dans son article Mosche cocchiere (1897) :

44

53Son souhait pour l’Italie est aux antipodes du vœu cosmopolite de promotion d’un espace commun panlatin ou européen, car la priorité du poète est la « nationalisation » des intellectuels et des productions littéraires et artistiques.

IV. L’union raciale du peuple italien

  • 45 Petraccone Claudia, 2000, Le due civiltà. Settentrionali e meridionali nella storia d’Italia dal 18 (...)

54Si on considère maintenant le point de vue interne de l’Italie, Carducci rejette les théories de l’anthropologie positiviste qui distinguent plusieurs races au sein du peuple italien, au nom de l’unité ethnique de la nation. Tandis que les anthropologues (Cesare Lombroso, et surtout son élève Alfredo Niceforo) définissent deux races distinctes dans la Péninsule, celle du Nord et celle du Sud, respectivement les « Aryens » et les « Méditerranéens »45, Carducci fait partie des intellectuels et hommes de lettres qui défendent l’union raciale du peuple italien, identifié avec la « population romaine » et qui constitue dans sa globalité la « Grande nation latine ».

  • 46 Carpi Umberto, Carducci, op. cit., p. 94-100.
  • 47 Fournier-Finocchiaro Laura, 2012, « La rappresentazione della guerra e della 'nazione armata' nella (...)
  • 48 Mattesini Francesco, 1975, Per una lettura storica di Carducci, Milan, Vita e Pensiero.

55Dès les années 1860, lorsqu’il s’engage dans les associations et groupes républicains, Carducci critique avec véhémence les chercheurs et publicistes qui théorisent une Italie séparée en deux peuples. C’est le cas par exemple du professeur napolitain d’histoire de la médecine Camillo De Meis, collègue de Carducci à Bologne, auteur de l’essai Il Sovrano en 186846. De Meis stigmatise le peuple-masse, émotif, inférieur, qu’il oppose à un second peuple élitaire, pensant ou semi-pensant, supérieur. Le premier peuple, comme on avait pu le voir dans l’Italie méridionale du brigandage, était destiné à la guerre civile en l’absence d’un souverain, agent intermédiaire et unifiant. Tandis que le souverain devait être subjectivement proclamé par le peuple supérieur, il ne devait être qu’objectivement accepté et reconnu par le peuple inférieur. Carducci réagit en publiant dans le journal L’Amico del Popolo de Bologne un article non exempt d’invectives, qui valorise au contraire le peuple-plèbe italien dans l’histoire de la nation, ses qualités dans les batailles et les insurrections et sa capacité de sacrifice pour la patrie. Sa référence constante est la « nation armée » forgée par la République française de 1792 et qui est la protagoniste de ses ïambes révolutionnaires47. Carducci condense ses idées sur la « sainte canaille » italienne dans son ode Nel vigesimo anniversario dell’8 agosto 1848, qui participe à une véritable « canonisation »48 du peuple : tandis que « le cœur dur des magnats » reste prostré face aux attaques étrangères,

56[…] Ma la plebe vile
Gridò: Moriamo.

  • 49 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 255. « Mais la plèbe vile cria : Allons mourir. Et d (...)

57E tra’l fuoco e tra’l fumo e le faville
E’l grandinar de la rovente scaglia
Ti gittasti feroce in mezzo ai mille,
Santa canaglia49.

58Carducci ne peut pas envisager que cette « plèbe martyr » (protagoniste également de son sonnet de 1867 Curtatone e Montanara) soit considérée comme d’une race autre et inférieure, car tous sont les descendants directs de la « plèbe romaine », ancêtre glorieuse des habitants de toute la péninsule, ou encore du peuple-guerrier des Comuni moyenâgeux.

59Après l’histoire de Rome, c’est en effet le mythe communal du Moyen Âge qui confère son unité ethnique et éthique au peuple italien, caractérisé par l’ancienneté de sa détermination politique. Par exemple, dans son ode Sui campi di Marengo la notte del sabato santo 1175 (1872), le poète a l’occasion de célébrer la force et la bravoure du peuple italien en lutte pour ses libertés communales. Carducci entretient volontairement une confusion dans cette ode dans ses désignations du peuple italien, uni à travers les siècles comme dans son territoire : les combattants armés de la Ligue lombarde sont en effet évoqués par la métaphore des latini acciari (« les épées latines »), avant d’être directement nommés romana prole (« peuple romain »).

60À cette image unitaire du peuple, Carducci ajoute le mythe d’une société populaire idyllique. Le poète admire la vie simple et forte des communes italiennes : par exemple dans Faida di comune (1875), et surtout dans Comune rustico (1885), il représente la commune médiévale comme le symbole et le synode de l’idéal de gouvernement. Le peuple, organisé en « petit sénat », est prêt à mourir pour la défense de la liberté :

  • 50 Ibid., p. 404. « Et vous, si les Huns ou les Slaves nous envahissent, voici pour vous, ô fils, les (...)

61E voi, se l’unno e se lo slavo invade,
Eccovi, o figli, l’aste, ecco le spade,
Morrete per la nostra libertà50.

62On remarque que le leitmotiv constant de Carducci est que le peuple italien doit prendre conscience de son origine commune et des vertus éthiques dont il a hérité. Carducci confère une épaisseur historique nationale au peuple italien, pour le parer d’une conscience politique unitaire qui représente son idéal de gouvernement. Les principes qui guident la société au Moyen Âge sont perçus par le poète dans la continuité des institutions et des vertus romaines, et sont considérés comme des caractères propres à la « civilisation italienne », comme il le rappelle dans son discours Dello svolgimento della letteratura nazionale :

51

63Dès lors, le poète va se mobiliser contre les théorisations philosophiques et les mouvements politiques qui remettent en cause l’unité du peuple italien, essentielle d’après lui pour défendre l’intégrité de la nation, et en particulier contre l’idéologie socialiste de la « lutte des classes ». Carducci ne peut pas concevoir qu’un parti veuille s’octroyer le rôle de représenter le « peuple » et il condamne les mouvements socialistes au moment même où ils commencent à s’organiser. En 1882, un an après la fondation de l’Avanti ! par son ancien élève, Andrea Costa, et au moment même où ce dernier était élu premier député socialiste pour le collège électoral d’Imola, le poète déclare son antisocialisme dans une lettre adressée à la direction du Don Chisciotte :

52

64Pour le poète, le socialisme, qui s’était détaché de son origine garibaldienne, représentait une subversion des idéaux humains et sociaux par sa promotion d’une division du peuple italien en ennemis de classe. Carducci reste un partisan du « populisme risorgimental » : reflétant les idéaux des patriotes risorgimentaux, il vise avant tout la formation d’une conscience civile et patriotique, par l’élaboration d’une mémoire collective nationale, faisant du « peuple » un acteur dans la réalisation de l’Unité et lui donnant une mission d’élément agrégateur, régénérateur et revitalisant de la nation dans la nouvelle organisation sociale et politique de la Péninsule. Dès lors, il n’est pas envisageable pour lui de défendre l’idée d’une séparation ethnique entre Italiens : tous les Italiens doivent être également reliés aux institutions du nouvel État italien, quelle que soit leur région d’origine ou leur condition sociale.

  • 53 Levra Umberto, 1992, « Il Risorgimento nazional-popolare di Crispi », in Id., Fare gli Italiani. Me (...)
  • 54 Sur la tradition italienne du refus des conflits, voir Galli Carlo, 1994, « La cultura politica », (...)
  • 55 OEN, vol. vii, p. 449.
  • 56 OEN, vol. xix, p. 338.

65Dans les deux dernières décennies du siècle, Carducci partage son idéal d’« union sacrée » des individus (le « peuple ») formant la « nation italienne » avec Francesco Crispi. L’unité nationale signifie aux yeux des deux hommes la disparition des antagonismes ainsi que la promotion d’une lecture « national-populaire » de l’histoire nationale53. Comme celle de Crispi, la pensée de Carducci ne comprend pas la nécessité ou l’inévitabilité des conflits, selon un filon de la pensée politique italienne qui a connu son apogée pendant le Risorgimento54. Au nom de l’indivisibilité de la patrie, Carducci condamne les doctrines marxistes qui sont l’émanation selon lui des cultures nordiques, étrangères à la tradition romaine-latine. Par exemple, dans son discours Per la morte di Giuseppe Garibaldi (1882), virulent vis-à-vis de tous les partis politiques italiens, il invective les socialistes « qui conservent et renouvellent à froid dans leurs pensées et dans leurs rêves certaines idées et certaines scènes dans lesquelles la sensuelle légèreté des Celtes s’accouple libidineusement avec la sinistre cruauté des Druides »55. Carducci entend creuser un fossé entre les traditions risorgimentales, incarnées par les républicains de la vieille école, et les nouvelles doctrines à l’origine incertaine et au programme pernicieux. Dans son discours de commémoration d’Aurelio Saffi, prononcé le 14 avril 1890 à Bologne, il distingue la doctrine de Mazzini, prônant « l’autorité nationale », de ses dérives socialistes, un « communisme trouble dérivant d’un socialisme sectaire et égoïste »56. Puis dans son ode Cadore (1892), le poète s’en prend violemment aux renégats de la patrie, aux « fils adultérins » de l’Italie qu’il souhaite chasser hors des frontières et voir mourir couverts d’insultes, ou poussés au suicide par leur esprit malade :

66Oh a chi d’Italia nato mai caggia da core il tuo nome
Frutti di talamo adultero
Tal che il ributti a calci da i lari aviti nel fango
Vecchio querulo ignobile!

  • 57 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 546. « Que le fils d’Italie qui laisse échapper ton (...)

67E a chi la patria nega, nel cuor, nel cervello, nel sangue
Sozza una forma brulichi
Di suicidio, e da la bocca laida bestemmiatrice
Un rospo verde palpiti57!

68À l’opposé, Carducci promeut les investissements de l’État pour constituer une grande armée qui doit élargir le territoire occupé par les habitants de « sang romain » en rétablissant l’unité raciale. Il souhaite notamment qu’une nouvelle guerre rende à l’Italie Trieste et l’Istrie au nom de la « grande nation latine ». Il justifie les raisons des irrédentistes par l’appartenance géographique, culturelle et anthropologique des terres de la Vénétie-Julienne à l’Italie. Dans son discours XVIII Decembre (1882), Carducci explique :


58

69L’adjectif romain sert ici comme justification du projet d’agression : ce qui appartenait à Rome doit revenir à l’Italie, tandis que toutes les doctrines qui visent à diviser les Italiens doivent être expulsées.

  • 59 Colin Mariella, 2012, « L’idée de Rome et l’idéologie impérialiste dans l’Italie libérale au xixe s (...)

70En somme, la mise en lumière de quelques usages rhétoriques du mythe aryen chez Carducci (l’usage anticlérical, la construction de l’origine ethnique italienne, la défense de la primauté de la civilisation néolatine et de l’unité ethnique du peuple italien) permet de montrer que si le mythe aryen a effectivement pénétré dans le langage poétique, ainsi que dans les études philologiques de la fin du xixe siècle, il est employé par Carducci surtout à des fins « nationalistes », la priorité du poète professeur étant de délimiter ce qui appartient aux traditions nationales italiennes, héritées directement de la civilisation et de la « race romaine ». La conquête d’une indépendance culturelle absolue implique pour Carducci une prise de distance par rapport à l’union des races latines prônée à la même époque, et d’autre part une promotion de toutes les initiatives visant à préserver l’intégrité de la nation contre les forces séparatrices et centrifuges, y compris les conquêtes impérialistes visant à construire une « plus grande Italie »59.

Notes

1 Concernant le mythe aryen, voir l’ouvrage classique de Poliakov Léon, 1971, Le Mythe aryen, Paris, Calmann-Lévy ; et, ici même, l’article d’Aurélien Aramini.

2 Rapsanti Mauro, 2001, « Noi nobile razza ariana. Giosuè Carducci e il mito ariano », Razzismo e modernità, n° 1, p. 26-55.

3 Sur l’idée de l’existence d’une communauté de civilisation d’origine latine par rapport aux autres panmouvements continentaux – pangermanisme et panslavisme – voir Snyder Louis Leo, 1984, Macro-Nationalisms. A History of the Pan-Movements, Westport (Connecticut), Greenwood Press.

4 Verucci Guido, 1981, L’Italia laica prima e dopo l’Unità, 1848-1876. Anticlericalismo, libero pensiero e ateismo nella società italiana, Rome/Bari, Laterza, p. 65 sq. ; Viallet Jean-Pierre, 1991, L’anticléricalisme en Italie (1867-1915), thèse pour le doctorat d’État, Paris, Université de Paris 10, 8 vol. ; Carpi Umberto, 2010, Carducci. Politica e poesia, Pise, Edizioni della Normale, notamment son chapitre « Le ragioni di Enotrio Romano. Ragioni anticattoliche », p. 37-87.

5 L’hymne connaît son véritable succès seulement quatre ans plus tard, lorsqu’il est republié dans le Popolo de Bologne le 8 décembre 1869, à l’occasion du concile du Vatican et de l’anticoncile organisé à Naples. Il est alors interprété comme la voix d’un homme libre voulant parler à l’Italie laïque et républicaine.

6 Carducci Giosue, 1938-1968, « Lettre à Giuseppe Chiarini, 13 octobre 1863 », in Id., Edizione nazionale delle lettere di Giosue Carducci, Bologne, Zanichelli, 22 vol. (désormais cité LEN), vol. iii, p. 378.

7 Carducci Giosue, 1935-1940, Dello svolgimento della letteratura nazionale [1874], in Edizione nazionale delle opere di Giosue Carducci, Bologne, Zanichelli, 30 vol. (désormais cité OEN), vol. vii, p. 17.

8 OEN, vol. iii, p. 7. « Et je pensai au temps où Tarchon couronné pontife monta tes collines et, l’œil noir fixe à l’horizon, répartit à son peuple armes et lois », Ahlström Gunnar, Wirsen Carl David et Renucci Paul (éds), 1964, Œuvres poétiques de Giosue Carducci, Paris, Rombaldi (désormais cité OP), p. 81.

9 À l’occasion des fouilles à l’intérieur de la Chartreuse de Bologne qui avaient mis au jour les restes d’une grande nécropole étrusque.

10 Carducci Giosue, Letture varie di soci [1871], OEN, vol. xxii, p. 95-97.

11 Emilio Tèza (1831-1912) fut nommé professeur de philologie indo-européenne à l’Université de Bologne en 1860, où il enseigna le sanscrit, les langues classiques, romanes et comparées, avant de poursuivre sa carrière à l’Université de Pise et de Padoue. Cf. Mazzoni Guido, 1937, « Emilio Teza » [En ligne], in Enciclopedia Italiana , URL : <http://www.treccani.it/enciclopedia/emilio-teza_%28Enciclopedia-Italiana%29/>.

12 Carducci Giosue, 1998, Tutte le poesie [édité par Pietro Gibellini], Rome, Grandi Tascabili Economici Newton, p. 360. « Mais y a-t-il eu un jour, sur cette terre, le soleil ? Y a-t-il eu des roses et des violettes, de la lumière, un sourire, de l’ardeur ? Mais y a-t-il eu un jour la douce jeunesse, la gloire et la beauté, la foi, la vertu, l’amour ? Ceci advint peut-être aux temps d’Homère et de Valmiki, mais ces temps sont très anciens, désormais le soleil n’est plus. Et ce brouillard d’un hiver immonde dans lequel je m’enveloppe est cendre d’un monde qui fut peut-être un jour », traduction de l’auteur [TdA].

13 OEN, vol. xxiv, p. 56.

14 « Lettre à Lina, 17 mai 1874 », LEN, vol. ix, p. 105-109.

15 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 464. « Je ne vois pas les gloires des anges ni les démons, mais une faible lueur qui tremblote dans l’air humide : froid crépuscule qui enveloppe mon âme d’ennui. Adieu, dieu sémitique ! La mort domine continuellement dans tes mystères. Ô inaccessible roi des esprits, tes temples excluent le soleil » [TdA].

16 Ibid., p. 463. « Salut, verte Ombrie, et toi divinité de la source pure, ô Clitumne ! Je sens dans mon cœur frémir l’antique patrie et planer sur mon front brûlant les italiques dieux. […] Tout maintenant se tait, ô Clitumne solitaire […] Rome ne triomphe plus. Elle ne triomphe plus depuis qu’un Galiléen aux cheveux roux monta au Capitole et lui jeta dans les bras sa croix en disant : porte-la, et sois esclave », trad. OP, 1964, p. 122-123.

17 Ibid., p. 447-448. « Tu te lèves et embrasses les nuages, ô déesse, avec ton souffle rosé, tu embrasses les sommets sombres des temples de marbre. […] Mais l’homme que tu réveilles pour qu’il consume sa vie à travailler t’admire encore pensif, toi jeune fille antique, toi jeune fille éternelle, comme déjà t’adoraient les nobles pères aryens, debout parmi les blancs troupeaux sur la montagne. L’hymne que te récitaient les pères appuyés sur leur bâton vole de nouveau sur les ailes du frais matin. […] Ainsi chantaient les Aryens. Mais tu préféras l’Hymette rafraîchie par les nombreux ruisseaux, où l’air est parfumé de thym […] » [TdA]. [Souligné par nous]. Carducci, dans une note, définit les Aryens « les ancêtres de presque tous les peuples indo-européens ». L’hymne auquel fait allusion ici le poète est l’hymne du Rg-Veda sur l’Aurore, un des plus anciens textes sacrés de l’Inde, que Carducci souhaite justement réélaborer. La déesse de l’Aurore fut ensuite célébrée par les Grecs, représentés ici par l’image de l’Hymette, un massif montagneux au sud-est d’Athènes.

18 Carducci Giosue, Risposta in prosa a una proposta in rima (1881), OEN, vol. xxv, p. 119.

19 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 449-450. « Après la puissance de tant de siècles, avril t’illumine, toi sublime, toi suprême, et le soleil et l’Italie te consacrent Flora de notre peuple, ô Rome. […] Salut, divine Rome ! Penché sur les ruines du Forum, je suis, avec de douces larmes, et j’adore tes vestiges épars, ô patrie, déesse, sainte mère », trad. OP, p. 132. [Souligné par nous].

20 OEN, vol. vii, p. 10.

21 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 151. « C’est toi, c’est toi, noble sang latin, qui ressurgit sur les champs de bataille pour affirmer ta volonté civile contre la domination autrichienne ; et tu cries à l’Europe – Qui osera encore m’appeler esclave ? C’en est fini du vil outrage ! Rends-moi la couronne de ma mère Rome » [TdA].

22 Vidotto Vittorio, 1997, « Roma: una capitale per la nazione », Mélanges de l’École française de Rome, n° 109, p. 12-13.

23 « Lettre à Chiarini, 22 janvier 1861 », LEN, vol. ii, p. 187.

24 Sur l’instrumentalisation de l’Antiquité au cours de la période, cf. Braccesi Lorenzo, 1989, L’antichita aggredita: memoria del passato e poesia del nazionalismo, Rome, L’erma di Bretschneider et ; 2011, Archeologia e poesia 1861-1911. Carducci, Pascoli, D'Annunzio, Rome, L’erma di Bretschneider.

25 Sur le panlatinisme, voir Zantedeschi Francesca, 2015, « 'Panlatinismes' et visions d’Europe, 1860-1890 », in Aprile Sylvie, Cassina Cristina, Darriulat Philippe, Leboutte René (dir.), Europe de papier. Projets européens au xixe siècle, Lille, Presses du Septentrion, p. 281-294 ; et Benvenuto Paolo, 2015, « Panlatinisme et latinité. Origines et circulation d’un projet d’unification européenne, entre réminiscences napoléoniennes et mythe de la race », in Aprile Sylvie, Cassina Cristina, Darriulat Philippe, Leboutte René (dir.), Europe de papier, op. cit., Lille, Presses du Septentrion, p. 267-279.

26 Burgio Alberto, 1998, L’invenzione delle razze: studi su razzismo e revisionismo storico, Rome, Manifestolibri, p. 99.

27 Sur l’histoire des chaires de philologie romane en Italie, voir Lucchini Guido, 2008, Le origini della scuola storica. Storia letteraria e filologia in Italia (1866-1883), Pise, Edizioni ETS, nouvelle édition.

28 À l’Académie scientifique-littéraire de Milan, Rajna entre en fonction le 1er janvier 1874. Sa chaire est en réalité intitulée « Littératures romanes », car l’université milanaise séparait l’« histoire comparée des langues classiques et néolatines », enseignée par Graziadio Isaia Ascoli (l’inventeur de la « glottologie » et le fondateur de la revue Archivio glottologico italiano) et l’« histoire comparée des littératures néolatines », enseignée par Rajna.

29 Gaston Paris et Paul Meyer avaient fondé en 1872 le célèbre périodique d’études romanes Romania.

30 Sur la Scuola storica, cf. Brambilla Alberto, 2003, Professori, filosofi, poeti. Storia e letteratura fra Otto e Novecento, Pise, ETS.

31 Pour une liste de ses cours, année par année, voir Sgubbi Carlotta, 1996, L’insegnamento di Giosue Carducci nell’Università di Bologna, thèse de doctorat sous la dir. d’A. Di Benedetto, Turin, Université de Turin.

32 Papini Gianni A., 1988, « Carducci e la poesia popolare », in Saccenti Mario (dir.), Carducci e la letteratura italiana, actes du colloque de Bologne, 11-13 octobre 1985, Padoue, Antenore, p. 141-167.

33 Thiesse Anne-Marie, 1999, La création des identités nationales. Europe xviiiexxe siècle, Paris, Le Seuil, p. 157 sq.

34 Sui campi di Marengo (1872), La sacra di Enrico V (1873), Faida di comune (1875), La canzone di Legnano (1876), La leggenda di Teodorico (1884), Il comune rustico (1885).

35 La figlia del re degli Elfi (1879), La lavandaia di San Giovanni (1879), Gherardo e Gaietta (1881), Il passo di Roncisvalle (1881), publiés dans ses Rime nuove en 1887.

36 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 450.

37 OEN, vol. vii, p. 199.

38 OEN, vol. xxiv, p. 380.

39 Ibid., p. 331.

40 Fournier-Finocchiaro Laura, 2012, « Le mythe de la Troisième Rome de Mazzini à Mussolini », in D’Amico Juan Carlos (dir.), Le mythe de Rome en Europe : modèles et contre-modèles, Caen, PUC, p. 213-230.

41 Fournier-Finocchiaro Laura, 2015, « Territorio italiano e spazio nazionale nella poesia di Carducci », in Bani Luca et Sirtori Marco (dir.), Lo spazio tra prosa e lirica nella letteratura italiana. Studi in onore di Matilde Dillon Wanke, Bergame, Lubrina Editore, p. 141-157.

42 OEN, vol. vii, p. 135.

43 OEN, vol. xxv, p. 399.

44 Ibid., p. 374.

45 Petraccone Claudia, 2000, Le due civiltà. Settentrionali e meridionali nella storia d’Italia dal 1860 al 1914, Rome/Bari, Laterza ; De Francesco Antonino, 2012, La palla al piede. Una storia del pregiudizio antimeridionale, Milan, Feltrinelli.

46 Carpi Umberto, Carducci, op. cit., p. 94-100.

47 Fournier-Finocchiaro Laura, 2012, « La rappresentazione della guerra e della 'nazione armata' nella poesia di Carducci », in Torchio Emilio (dir.), Carducci, la storia e gli storici, Modène, Mucchi, p. 5-36.

48 Mattesini Francesco, 1975, Per una lettura storica di Carducci, Milan, Vita e Pensiero.

49 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 255. « Mais la plèbe vile cria : Allons mourir. Et dans le feu et dans la fumée et dans les flammes et sous la grêle des brûlants éclats tu te jetas férocement dans la mêlée, sainte canaille » [TdA].

50 Ibid., p. 404. « Et vous, si les Huns ou les Slaves nous envahissent, voici pour vous, ô fils, les lances, voici les épées, vous mourrez pour notre liberté » [TdA].

51 OEN, vol. vii, p. 10.

52 OEN, vol. xxv, p. 176.

53 Levra Umberto, 1992, « Il Risorgimento nazional-popolare di Crispi », in Id., Fare gli Italiani. Memoria e celebrazione del Risorgimento, Turin, Comitato di Torino dell’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano, p. 299-386.

54 Sur la tradition italienne du refus des conflits, voir Galli Carlo, 1994, « La cultura politica », in Vertone Saverio (dir.), La cultura degli italiani, Bologne, Il Mulino, p. 33-69.

55 OEN, vol. vii, p. 449.

56 OEN, vol. xix, p. 338.

57 Carducci Giosue, Tutte le poesie, op. cit., p. 546. « Que le fils d’Italie qui laisse échapper ton nom de son cœur, soit chassé par les enfants de sa couche adultère et rejeté, à coups de talon, de la maison des aïeux dans la fange, comme une vieille loque ignoble ! Et qu’à celui qui renie la patrie germe dans le cœur, dans le cerveau, dans le sang, une répugnante image de suicide et, de sa laide bouche blasphématrice, palpite un vert crapaud ! », trad. OP, 1964, p. 145.

58 OEN, vol. xix, p. 191.

59 Colin Mariella, 2012, « L’idée de Rome et l’idéologie impérialiste dans l’Italie libérale au xixe siècle », in D’Amico Juan Carlos (dir.), Le mythe de Rome en Europe, op. cit., p. 231-242.

Auteur

Laura Fournier-Finocchiaro est maître de conférences, habilitée à diriger des recherches, au département d’Italien de l’université Paris 8. Elle est l’auteur de nombreuses études consacrées à Giosue Carducci (dont la monographie Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne, Caen, PUC, 2006) et à la figure intellectuelle de Giuseppe Mazzini (dont la monographie Giuseppe Mazzini. Un intellettuale europeo, Naples, Liguori, 2013). Elle a dirigé des volumes collectifs sur les représentations de la nation en Italie et en Europe, sur l’exil risorgimental et sur le républicanisme italien.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search