Version classiqueVersion mobile

Œuvres d’Ernest Coumet (T. 2)

S. D. Poisson élève à l’École polytechnique : quelques documents inédits1

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été d’abord publié en 1981, dans le livre Siméon-Denis Poisson en son temps, édité par M (...)
  • 2 Nous tenons à remercier ici Mademoiselle Billoux, bibliothécaire à la Bibliothèque de l’École polyt (...)

1On ne saurait dire que soit bien connue, en l’état actuel des recherches, la jeunesse de Poisson. Les anecdotes ne manquent pas, piquantes, pittoresques, certaines recueillies de la bouche même de leur héros ; mais aucune étude serrée ne les a recensées, confrontées entre elles et soumises à des examens critiques. La présente contribution n’a d’autre objet, en ces circonstances, que de favoriser une meilleure connaissance de quelques événements survenus en une période courte mais décisive (1798 – 1800). Il nous a paru particulièrement opportun, en une commémoration tenue sous les auspices de l’École polytechnique, de mettre en lumière des documents manuscrits conservés par l’École en ses archives2, et relatifs à un de ses anciens élèves. Certes, nous ne pouvons donner ici tous les éclaircissements nécessaires, encore moins de commentaires étendus. Mais de tels témoignages parlent déjà suffisamment d’eux-mêmes pour que leur simple retranscription retienne l’intérêt et communique des précisions sur des faits déjà connus comme informations inédites. Ils marquent trois moments importants dans la vie du jeune Poisson : constitution, à Fontainebleau, de son dossier d’admission « aux examens » de l’École polytechnique ; puis, après son succès, de son dossier d’élève impécunieux (I. Deux attestations) ; sa participation active à un cours de Lagrange (II. « L’affaire du binôme de Newton ») ; son concours à une fort curieuse association (III. « Société d’enseignement »).

1. Deux attestations

  • 3 Ainsi une carte (extrait, certifié valable le 1er nivôse an 10, du « Registre de contrôle des Elève (...)

2Les deux feuillets dont nous reproduisons ci-dessous le contenu se trouvent dans le carton 1798, chemise N-P, où sont rassemblées des pièces diverses relatives à Poisson3.

Attestation de bonne conduite et de civisme

  • 4 Remarquons que cette date ne concorde pas avec celle que donnent les biographies de Poisson, à savo (...)

3Nous Soussignés Administrateurs Municipaux de la Commune de Fontainebleau, Département de Seine et Marne, Certifions que le Citoyen Siméon Denis Poisson né à Pithiviers le vingt deux juin4 mil sept cent quatre vingt un, et résident en ce moment en cette Commune chez le Citoyen Lenfant officier de santé, a constamment tenu la conduite la plus régulière, et qu’il ne nous est jamais rien parvenu ni contre son civisme.+

4Déclarons en outre que nous avons vu constamment ledit Citoyen Poisson fréquenter l’École Centrale de ce Département fixée en cette Commune et que nous l’avons vu avec satisfaction, ainsi que les citoyens de Fontainebleau, profiter des leçons qui lui ont été données dans les différentes parties des hautes sciences, et qu’il a remporté cette année plusieurs prix. Pourquoi nous lui avons délivré la présente attestation à la requisition dudit Citoyen Lenfant son oncle, désirant qu’il serve à procurer audit Poisson tous les avantages que promet le Gouvernement aux Citoyens qui se livrent avec ardeur à l’étude des sciences et des arts.

5À Fontainebleau ce 22 Vendre an Sept [13 octobre 1798] de la république française une et indivisible.

6(5 signatures)

  • 5 Cet ajout est porté en marge et contresigné. Afin de prévenir des interprétations trop hâtives, rel (...)

+ qu’il a constamment manifesté l’amour de la Liberté, de l’Egalité, la haine des tirans [sic] et l’attachement aux principes républicains5.

Attestation relative à la situation de Siméon Poisson, père

7Commune et Canton de Pithiviers

8Département du Loiret

9Nous Président et membres composant l’Administration municipale du Canton de Pithiviers, Département du Loiret, certifions que les pertes que le Cen Siméon Poisson, domicilié en la commune de Pithiviers, a éprouvées depuis le commencement de la Révolution, par la suppression d’un office, par l’oppression que sa conduite républicaine lui avait attirée sous le règne du Dictateur et du royalisme réactionnaire, et par le remboursement en papier des rentes qui faisaient la majeure partie de sa fortune, l’ont mis hors d’état d’entretenir à Paris le Cen Siméon-Denis Poisson son fils élève de l’Ecole polytechnique.

10En foi de quoi nous avons délivré le présent.

11A Pithiviers, le six Pluviôse an sept [25 janvier 1799] de la République française.

12(7 signatures)

2. « L’affaire du binôme de Newton »

  • 6 Cf. Fourcy 1828, p. 157-158 : « Des conférences eurent lieu, vers la fin de cette année (1798), ent (...)
  • 7 F. Arago, Œuvres complètes, t. 2, Paris, 1854, « Poisson », p. 601.

13« Poisson, qui s’était placé à la tête des candidats de l’École en 1798, devenu élève, conserva son rang. Lagrange faisait alors un cours6, sur les fonctions analytiques, et il ne se passait presque pas de séance où il n’apprit soit par une note communiquée, soit par les réponses faites au tableau, qu’il y avait dans son auditoire un jeune homme qui trouvait le secret de jeter sur ses démonstrations une élégance et une clarté inattendues. Lagrange s’empressait de rendre une justice éclatante à ces tentatives ; et bientôt le bruit se répandit dans la capitale que l’Ecole renfermait un jeune géomètre destiné à continuer ceux qui alors illustraient la France7. »

14À lire une narration aussi pleine d’« éclat » que la « justice » qu’elle célèbre, on se prendrait à croire, et maints historiens ont fait ici confiance à Arago, qu’un dialogue continu s’instaura, séance après séance, entre le maître et le jeune prodige ; cette emphase même laisse soupçonner quelque exagération ; la position, le prestige de Lagrange, la jeunesse de Poisson inclineraient à accréditer plutôt un récit beaucoup plus tempéré de Fourcy :

  • 8 Fourcy 1828, p. 168.

« Ceux mêmes qui suivaient encore les travaux et les études de l’École sentaient se développer rapidement leurs dispositions pour les sciences, grâce au mode et à l’élévation de l’enseignement que des hommes supérieurs leur y distribuaient. On en vit alors un notable exemple. Lagrange, dans une de ses leçons consacrées au perfectionnement des sciences mathématiques, en expliquant sa théorie des fonctions avait donné le développement général du Binôme de Newton. Un élève, dont l’admission ne datait que de six semaines, et dont l’âge n’atteignait pas dix-huit ans, fit quelques changements à la méthode du maître ; et après les avoir discutés avec ses compagnons d’étude, rédigea une note qu’il envoya à Lagrange. L’illustre professeur lut cette note, la leçon suivante, l’expliqua, annonça qu’il en ferait usage, et en nomma l’auteur, qui était Poisson8. »

15Or, tout, en ce récit, concorde avec ce que nous apprennent les pièces reproduites plus bas ; c’est à cette source assurément qu’a puisé Fourcy ; mais il a tu le point qui aurait confirmé à nos yeux un des dires d’Arago ; de fait, « le bruit s’était répandu dans la capitale » : un jeune enfant de Fontainebleau en aurait remontré à Lagrange Nous avons pu, grâce à la référence précis donnée par Hachette quand il s’attache à rectifier cet « article », retrouver ce si remarquable écho journalistique qui en dit long et sur la célébrité de Lagrange et sur la curiosité éveillée par « les nouvelles écoles » :

  • 9 Gazette Nationale ou le Moniteur universel, n° 156, Sextidi, 6 ventôse an 7. Dans le carton Archive (...)

« Il y a quelques jours que le célèbre professeur Lagrange interrogeait aux écoles polytechniques un enfant de Fontainebleau, l’un des derniers reçus. Il s’agissait de la fameuse formule du Binôme. Le professeur le reprenait et voulait le mettre sur la voie de sa propre méthode : l’enfant insista ; Lagrange l’écouta, trouva sa méthode meilleure, l’adopta et l’indiqua lui-même dans sa classe, en proclamant l’inventeur9. »

16Cet « article » parut dans le Moniteur le 6 ventôse an 7 (25 février 1799), un moment où « l’invention » du jeune élève avait également fait quelque « bruit » au sein de l’École polytechnique, et suffisamment même pour être évoqué en son conseil. C’est ce que nous a appris la consultation des procès-verbaux des séances du 2 et 8 ventôse.

  • 10 Tous les témoignages que nous avons cités jusqu’ici sont très avares de précisions sur le contenu d (...)
  • 11 Ecole polytechnique. – Conseil d’Instruction et d’Administration. – De l’an 7 à l’an 10, p. 13.

« Le Cn Hachette instruit le Conseil que Cn Lagrange dans sa leçon du 15 Pluviôse avait citté [sic] le Cn Poisson Elève de la 1ère Division comme l’auteur d’une note intéressante10 sur le développement du Binôme de Newton. Le Cn Hachette est invité à voir le Cn Lagrange pour lui demander s’il ne conviendrait pas d’insérer cette note dans le journal de l’Ecole11. »

17Le Moniteur publie son écho peu après, le 6 ventôse ; la réaction ne se fait pas attendre ; c’est dès le 8 que le Conseil décide de « faire rectifier » l’article :

  • 12 Id., p. 4. Ainsi que cela est indiqué à la p. 14 où il aurait dû figurer, ce procès-verbal n’a pas (...)

« Le Cn Hachette est chargé de faire un projet de lettre pour le rédacteur du Moniteur afin de faire rectifier un article inséré dans cette feuille relativement à une méthode plus simple pour développer le Binôme de Newton que le Cn Poisson a communiquée au Cn Lagrange12. »

18C’est très précisément ce « projet de lettre » que nous avons retrouvé et retranscrit ci-dessous.

19Les textes désignés par A et C sont portés, le second sous le premier, sur un même feuillet ; ces deux feuillets sont issus d’une même feuille déchirée par le milieu. Ils se trouvent dans le carton Archives 1798, N-P.

  • 13 « Guyton de Morveau, qui remplissait en l’absence de Monge les fonctions de Directeur » Fourcy 1828 (...)

20Les textes A et B sont de Hachette. Guyton de Morveau13 (à qui s’adresse Hachette dans le billet 1a) a barré le premier paragraphe du projet de lettre proposé par Hachette (texte 2) et en a reformulé le contenu dans 1b. Il a barré également deux passages ; nous indiquons dans les notes ∗ et ∗ ∗ les nouvelles formulations.

A. Note du Citoyen Hachette au directeur

21Le conseil de l’école m’a chargé de rédiger une lettre pour faire rectifier dans le moniteur l’article qui concerne le cn Lagrange. Je vous envoie, citoyen Guyton, un projet de rédaction. Si vous l’approuvez, il me paroit qu’elle pouroit [sic] être signée par le directeur.

22Paris 10 ventôse an sept [27 février 1799]

23Hachette

B. Projet de lettre au Moniteur

24Paris, ventôse an 7 Répub.

25Au Citoyen Rédacteur du journal « le Moniteur »

26Vous avez inséré dans votre journal du 6 ventôse un article sur un fait qui s’est passé à l’école Polytechnique+. Le public qui prend intérêt a tout ce qui concerne le célèbre Lagrange, doit connoitre la vérité.

27Le cn Lagrange dans sa leçon du 15 pluviôse expliquant sa théorie des fonctions analytiques, donna le développement du Binôme de Neuton. Un Élève, le cn Poisson fit quelques changements à la méthode que le cn Lagrange avoit suivie. Réuni avec ses camarades dans les salles destinées à leur travail, il soumit ces changemens à leur discussion∗ ∗. On le jugea d’abord sévèrement ; après un mûr examen, le jugement fut plus favorable et on convint d’en faire part au cn Lagrange ; le cn Poisson rédigea une nôte qui lui fut envoyée.

28À la leçon suivante du 25 pluviôse, le cn Lagrange lut la nôte du cn Poisson, l’expliqua, cita son auteur, et déclara qu’il en ferait usage.

29+ le compte que vous en avez rendû n’est point exact.

30[termes barrés par Guyton de Morveau]

31∗ « modifia une partie de ».

32∗ ∗ il soumit à leur discussion « cette modification ».

C. Guyton de Morveau au Moniteur

3311 Ventôse an 7

34Je vous addresse un récit de ce qui s’est passé à l’école polytechnique, un peu différent de celui qui est inséré dans votre feuille du 6. Le nom de Lagrange s’y trouve c’en est assez pour que le public ami des sciences désire connaître la vérité du fait.

3. « Société d’enseignement »

  • 14 Elle a, par contre, attiré celle des historiens du saint-simonisme ; et ceci en raison de certaines (...)

35Traitant de l’année 1800 dans son Histoire de l’École polytechnique, Fourcy évoque rapidement une curieuse « association » qui ne semble guère avoir retenu l’attention des historiens des sciences14 :

  • 15 Fourcy renvoie ici à une note où il énumère les noms (qu’on lira plus bas dans le document 1) de ce (...)
  • 16 Le « Directeur » est aussi, à cette date, Guyton de Morveau. Les messages 2 et 4 ne sont pas autogr (...)
  • 17 Fourcy 1828, p. 209 – 210.

« L’École contribuait encore d’une autre manière moins directe et moins prompte, mais peut-être plus certaine, à la propagation des bonnes méthodes d’enseignement, en formant elle-même des professeurs pour diverses branches de connaissances. Dans le cours de cette année, une réunion d’anciens élèves, auxquels s’était joint Thenard, soumit au Conseil le plan d’une association qu’ils avaient formée pour l’enseignement des sciences mathématiques, physiques et chimiques, à quoi ils ajoutèrent bientôt après une salle de tracés graphiques, en faveur des artistes qui s’adonneraient à la géométrie descriptive. Le Conseil applaudit à ce projet, qui lui parut “propre à répandre dans toute la France une méthode d’enseignement sûre et uniforme”. Il se plut à reconnaître dans les membres de cette association, “ses anciens élèves les plus distingués15”, et arrêta que le Directeur16 les encouragerait, en son nom, dans leur entreprise, et leur en faciliterait même l’exécution autant que possible17. »

  • 18 Ces pièces, au nombre de quatre, sont insérées dans une feuille pliée en deux, faisant office de ch (...)

36Or les pièces18 que nous allons produire vont nous en apprendre davantage ; au demeurant, ce sont elles, à n’en pas douter, que Fourcy avait sous les yeux lorsqu’il rédigea ce qu’on peut considérer comme leur résumé. Résumé assez trompeur : il y qualifie trop rapidement de « projet » une association qui avait effectivement pris corps ; le projet fut « exécuté » : « quarante quatre élèves en partie dignes de recevoir bientôt vos leçons avec fruit suivent nos cours ». Et c’est « enhardis par ce premier succès » que les membres de la Société conçurent une extension dont on ne saurait trop souligner la portée : l’enseignement de la géométrie descriptive aux « artistes ». On reconnaîtra l’influence de Monge, comme on sentira à travers les déclarations de principe qu’on va lire, combien était encore actif en 1800 l’esprit qui avait suscité et animé les célèbres Séances de l’École normale de l’an III.

  • 19 Les documents 1 et 3 portent la signature de Poisson.
  • 20 L’expression « anciens élèves » utilisée par les membres de la Société ne peut être prise au sens s (...)
  • 21 Il est à a fois inexact et exagéré d’avancer, comme le fait Fourcy à la suite de sa relation (id.) (...)

37Il est remarquable que Poisson19, si tôt dans sa vie, ait participé à une entreprise pédagogique si originale conçue par des polytechniciens20 pour un public extérieur à l’École21.

A. Annonce

38Paris, le 16 ventôse an 8e [7 mars 1800]

39Aux Citoyens composant le

40Conseil de l’École polytechnique

41Les citoyens Desormes, Thenard, Poisson, Hubert, Baduel, Coic, Barthelemi, Cantecort, ont l’honneur de vous adresser le projet d’annonce d’une Société qu’ils viennent de former ; ils pensent que leur entreprise pourra être de quelque utilité à l’École polytechnique ; et ils la soumettent à votre examen. Soit que vous en désaprouvies l’exécution, soit que vous veuillies y apporter des changements, vos avis seront toujours regardés comme des loix par tous les membres de la Société.

42Salut et respect

43Poisson Coïc Hubert Desormes Baduel Barthelemi Thenard Cantecort

B. L’opinion du Conseil

44Ecole Polytechnique Egalité Liberté

45A Paris, le 19 Ventôse an 8e [10 mars 1800] de la

46République une et indivisible.

47Le Directeur de l’École Polytechnique,

48Aux Citoyens, Anciens Elèves, Membres de la Société d’Enseignement.

49J’ai communiqué au Conseil de l’École, Citoyens, la lettre par laquelle vous lui soumettez le plan de l’association que vous avez formée pour l’enseignement des sciences mathématiques, physiques et chimiques.

50C’est avec la plus vive sensibilité que vos anciens Instituteurs ont reçu de vous ce témoignage de defférence ; mais bientôt ce sentiment a fait place à une discussion froide et approfondie dont je suis chargé de vous transmettre le résultat.

51Le Conseil a écarté de cette discussion, comme il le devoit, toutes les considérations accessoires et de détail, pour examiner l’objet sous ses deux rapports essentiels, l’utilité générale de l’établissement et les qualités personnelles de chacun des membres associés à ses travaux.

52Sous le premier rapport, le Conseil a vu avec une satisfaction infinie se réaliser enfin son vœu le plus cher, celui de voir se former sous son influence des maîtres capables+ de propager dans toute la République, une méthode uniforme d’enseignement et des principes fortifiés par ce que les lumières, le zêle et l’expérience ont pu dicter de plus sûr et de plus fécond pour l’avancement des sciences.

53L’exemple que vous donnez sera imité dans les principales Communes de la République, et les inquiétudes dont les meilleurs esprits ne pouvoient se défendre sur l’instruction publique, devront cesser au moment où l’on verra des rejettons vigoureux s’élever, prêts à remplacer le tronc lui-même+ +.

54Quant aux membres dont vous avez composé votre Société, le Conseil y a reconnu ses anciens élèves les plus distingués par les talens, les mœurs, la bonne conduite et le patriotisme, tels enfin qu’il les auroit choisis lui-même, s’il avoit eu à les désigner sous sa propre responsabilité.

55Telle est, Citoyens, l’opinion du Conseil, il m’est aussi agréable de vous la transmettre qu’il vous le sera sans doute de recevoir ce témoignage de son estime.

56Salut et fraternité

57+ « de seconder les vues d’un gouvernement clair, et »

58+ + « ou du moins les branches que le tems pourra en détacher » ; ajout remplaçant une phrase barrée : « s’il étoit obligé de céder aux orages sous un gouvernement moins clair ».

C. Projet de cours de géométrie descriptive

59Paris le 26 floréal an 8e [16 mai 1800]

60Les anciens élèves composant la Société d’enseignement au Conseil de l’École polytechnique.

61C’est sous vos auspices que nous avons exécuté un projet qui, sans votre approbation, ne pouvait avoir qu’un succès très imparfait ; la reconnaissance et ses devoirs nous portent à vous faire connaître les résultats de notre entreprise.

62Le public n’a pas vu avec indifférence le conseil de l’Ecole polytechnique s’intéresser à notre établissement ; les témoignages d’estime que vous nous avez prodigués, nous ont attiré a confiance. Quarante quatre élèves, en partie dignes de recevoir bientôt vos leçons avec fruit, suivent nos cours ; ce nombre dépasse de beaucoup les espérances que nous avions conçues pour cette année.

63Enhardis par ce premier succès, nous avons osé concevoir une idée plus grande. Nous avons jetté [sic] les yeux sur nos artistes, et nous les avons vus [sic] gémir d’être livrés aux seules impulsions du génie. Que de chefs-d’œuvres sortiroient de leurs atteliers, si leur imagination portée par la méthode, n’était plus sujette à s’égarer ! La géométrie descriptive, dont les nombreuses applications s’étendent à tous les arts, nous a paru devoir en être la base indispensable : c’est avec elle que le peintre tracera rigoureusement la perspective et les ombres, que l’architecte donnera à chaque partie d’un édifice la forme la plus convenable, etc.

64Pour que nos élèves, après un cours de géométrie descriptive, puissent appliquer avec fruit cette science à l’art auquel ils se destinent, nous pensons que des leçons orales ne suffisent pas ; il faut qu’à l’exemple des Élèves de l’École polytechnique, les nôtres construisent leurs dessins sous nos yeux. Nous aurons besoin pour cela d’un local commode et à portée des artistes qui suivront nos leçons ; nous solliciterons du gouvernement une salle dans le Louvre.

65Nous espérons, Citoyens, que vous approuverés un projet qui a pour objet le perfectionnement des arts et que pour son exécution, vous nous aiderés de vos lumières et de vos conseils.

66Salut et respect

67Cantecort, Poisson, Baduel, Coïc, Hubert, Barthelemy, Desormes.

4. Satisfaction et encouragements : vers le bonheur des nations

68Le Conseil de l’Ecole polytechnique, Citoyens, a pris communication de votre lettre du 26 floral par laquelle vous lui faites part des succès de votre établissement, succès qui, dites-vous, ont surpassé vos propres espérances. Le Conseil a appris ce résultat avec satisfaction, mais sans étonnement ; le peuple français régénéré a acquis le sentiment intime des choses utiles et grandes, il les saisit avec avidité, lorsqu’elles lui sont présentées par des hommes dignes de sa confiance.

69Il en sera de même (nous osons vous le prédire) du nouveau projet que vous avez conçu pour l’établissement d’une salle de tracés graphiques au moyen de laquelle vos élèves, après les leçons orales de géométrie descriptive pourront construire sous vos yeux les dessins relatifs à ces leçons, et faire encore des applications relatives aux divers arts qui font l’objet particulier de leurs études.

70Il était digne de vous, Citoyens, de diriger vos méditations sur la classe si intéressante des artistes. Vous observez fort bien que l’étude de la géométrie descriptive peut seule leur procurer la faculté de créer des méthodes qui, dégagées de la routine, imprimeront à toutes leurs productions l’exactitude dans la détermination des formes sans laquelle les travaux même de l’homme de génie, ne peuvent atteindre le degré de la perfection.

71Oui, Citoyens, la géométrie descriptive est, en ce moment, le premier besoin des artistes et même des ouvriers intelligens ; le génie va s’emparer des nouvelles ressources que cette belle science lui offre ; lorsqu’il aura une fois senti ces heureux résultats ; il contractera irrévocablement avec elle l’alliance que les préjugés repoussent depuis si longtemps et de laquelle dépendent cependant leurs progrès mutuels et par suite le bonheur des nations.

72Puisse, Citoyens, ce témoignage du Conseil de l’École vous encourager dans votre projet, et contribuer en quelque chose, à en faciliter l’exécution !

73Salut et fraternité

Bibliographie

74Fourcy (Ambroise), 1828, Histoire de l’École polytechnique, Paris : chez l’auteur.

Notes

1 Ce texte a été d’abord publié en 1981, dans le livre Siméon-Denis Poisson en son temps, édité par Michel Métivier, Pierre Costabel et Pierre Dugac à l’occasion du bicentenaire de Poisson, puis reproduit en 2013, cette fois avec des photos des documents cités, dans Siméon-Denis Poisson : les mathématiques au service de la science, édité par Yvette Kosmann-Schwarzbach, Palaiseau : Éditions de l’École polytechnique, p. 41-61. Nous remercions chaleureusement Yvette Kosmann-Schwarzbach, qui nous a signalé le texte, et nous l’a généreusement communiqué, ainsi que l’École polytechnique pour son autorisation à le reproduire dans sa version originelle.

2 Nous tenons à remercier ici Mademoiselle Billoux, bibliothécaire à la Bibliothèque de l’École polytechnique, pour son amabilité et pour l’aide qu’elle nous a apportée dans la consultation des archives.

3 Ainsi une carte (extrait, certifié valable le 1er nivôse an 10, du « Registre de contrôle des Elèves de l’École polytechnique ») portant le « signalement » suivant :
Cheveux et sourcils : châtain clair ; front : haut et large ; nez : court ; yeux : gris ; bouche : moyenne ; mention : pointu ; visage : ovale ; taille : un mètre 60 cent. [la fiche matricule numérisée sur le site de l’École polytechnique indique 1mètre 57 centim.].

4 Remarquons que cette date ne concorde pas avec celle que donnent les biographies de Poisson, à savoir le 21 juin. [Mais c’est celle qui est reprise dans sa fiche matricule].

5 Cet ajout est porté en marge et contresigné. Afin de prévenir des interprétations trop hâtives, relevons ces précisions données par A. Fourcy dans son Histoire de l’École polytechnique (1828), pour l’année 1794 : « La loi établit, pour l’admission, les conditions suivantes : Une bonne conduite, l’attachement aux principes républicains [...] » (Fourcy 1828, p. 30) ; le jugement sur la moralité et la bonne conduite est confié à « un citoyen recommendable par la pratique des vertus républicaines », nommé dans chaque ville d’examen, par l’agent national du district. Chaque candidat doit être porteur d’une attestation de la municipalité du lieu de son domicile, « qui prouve qu’il a toujours eu une bonne conduite, et qu’il a constamment manifesté l’amour de la liberté et de l’égalité, et la haine des tyrans » (Fourcy 1828, p. 31). Nous avons retrouvé dans le carton Archives 1796 une affiche annonçant l’ouverture des examens pour l’an VI ; l’une des conditions « pour être admis à ces examens » y est formulée : « la présentation d’une attestation de la Municipalité du lieu de son domicile, portant qu’il a toujours eu une bonne conduite, et qu’il a constamment manifesté l’amour de la liberté, de l’égalité, la haine des tyrans, et l’attachement aux principes républicains ».

6 Cf. Fourcy 1828, p. 157-158 : « Des conférences eurent lieu, vers la fin de cette année (1798), entre les membres du Conseil et les examinateurs d’entrée et de sortie, à la suite desquelles l’enseignement reçut les modifications suivantes [...] La matinée du cinquième jour de chaque décade est occupée par les leçons de physique et d’histoire naturelle, pour les deux divisions, et par une leçon d’analyse de Lagrange, “laquelle, étant destinée au perfectionnement des sciences mathématiques, n’est pas obligatoire” ». Cf. également le début de la déclaration de Lagrange citée p. 190-191. Pour ces leçons, voir dans le t. X des Œuvres de Lagrange (Paris, Gauthier-Villars, 1884), p. 5, la note (∗) de l’éditeur, et dans la « leçon troisième », p. 20-27, le « le développement d’une puissance quelconque d’un binôme ».

7 F. Arago, Œuvres complètes, t. 2, Paris, 1854, « Poisson », p. 601.

8 Fourcy 1828, p. 168.

9 Gazette Nationale ou le Moniteur universel, n° 156, Sextidi, 6 ventôse an 7. Dans le carton Archives 1798, il existe une chemise portant en tête les indications suivantes portées par un archiviste : « Affaire du Binôme de Newton. Enseignement à l’Ecole. Lagrange et Poisson. Articles du Moniteur, février 1799, ventôse an VII ». Mais cette chemise est vide.

10 Tous les témoignages que nous avons cités jusqu’ici sont très avares de précisions sur le contenu de cette note ; Libri, par contre, dans un article donné (sans nom d’auteur) dans la Revue des Deux Mondes en 1840 (4e série, vol. 23) : « Lettres à un Américain sur l’état des Sciences en France. – Poisson. – Troisième lettre », avance les affirmations suivantes : « Je vous ai dit qu’à peine entré à l’École polytechnique, M. Poisson était parvenu à compléter et perfectionner une démonstration de Lagrange. Ce premier essai avait tellement excité l’attention de ce grand géomètre, qu’à sa mort, arrivée longtemps après, on trouva dans ses papiers la note originale qui lui avait été remise par l’obscur élève de l’École polytechnique, et à laquelle il ajouté une apostille, comme s’il eût voulu prédire ainsi ce que l’auteur deviendrait un jour » (p. 416-417) ; « Ce papier original existe encore ; il est intitulé : ‘Note sur la leçon donnée par le Cn Lagrange, le 5 [sic] pluviôse an VII’. M. Poisson y démontre que le coefficient du second terme du développement du Binôme de Newton, coefficient qu’il considère en général comme une fonction de l’exposant, est toujours égal à cet exposant, quelles que soient la nature et la valeur de celui-ci » (note 1, p. 417).

11 Ecole polytechnique. – Conseil d’Instruction et d’Administration. – De l’an 7 à l’an 10, p. 13.

12 Id., p. 4. Ainsi que cela est indiqué à la p. 14 où il aurait dû figurer, ce procès-verbal n’a pas été transcrit à sa place normale.

13 « Guyton de Morveau, qui remplissait en l’absence de Monge les fonctions de Directeur » Fourcy 1828, p. 163. C’est d’après l’examen et du contexte et de l’écriture que nous donnons Guyton de Morveau comme auteur de ces interventions et rédactions.

14 Elle a, par contre, attiré celle des historiens du saint-simonisme ; et ceci en raison de certaines déclarations de Saint-Simon relatives à Poisson. Nous ne pouvons ici développer ce point, ni non plus examiner les mentions de la « Société d’enseignement » dans les séances du Conseil de l’École polytechnique.

15 Fourcy renvoie ici à une note où il énumère les noms (qu’on lira plus bas dans le document 1) de ces « anciens élèves ».

16 Le « Directeur » est aussi, à cette date, Guyton de Morveau. Les messages 2 et 4 ne sont pas autographes ; les ajouts que nous signalons pour le message 2 le sont très probablement.

17 Fourcy 1828, p. 209 – 210.

18 Ces pièces, au nombre de quatre, sont insérées dans une feuille pliée en deux, faisant office de chemise, portant l’intitulé suivant : « Société d’Enseignement des sciences mathématiques, physiques et chimiques, dirigée par d’anciens élèves de l’École polytechnique ». Nous avons rencontré cette chemise dans le carton Archives 1799, mêlée à des documents de tout autre nature.

19 Les documents 1 et 3 portent la signature de Poisson.

20 L’expression « anciens élèves » utilisée par les membres de la Société ne peut être prise au sens strict ; elle englobe en effet des membres, tel Thenard qui n’a pas appartenu à l’École en tant qu’élève, et d’autres qui, tel Poisson, étaient eux, encore « élèves de l’École polytechnique ».

21 Il est à a fois inexact et exagéré d’avancer, comme le fait Fourcy à la suite de sa relation (id.) que « le Conseil favorisait ainsi la création d’une espèce d’École polytechnique secondaire ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/15113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search