Version classiqueVersion mobile

Œuvres d’Ernest Coumet (T. 2)

Appendice

IV. Notice sur Aimé de Gaignières

Texte intégral

  • 1 Avide de curiosités de toute espèce, il mit sa vie au service d’un dessein qu’il avait conçu dès sa (...)
  • 2 Il se maria dans le bourg d’Entrains (Nivernais), le 23 février 1642, avec Jacqueline de Blanchefor (...)

1Nous savons peu de choses de la vie d’Aimé de Gaignières, et si nous en connaissons quelques détails, c’est que son fils François-Roger fut un collectionneur célébre qui s’est attiré la reconnaissance des historiens pour la valeur et l’abondance considérable des documents qu’il avait accumulés1. Aimé, dont le père prénommé Michel, était marchand à Lyon, abandonna la carrière du commerce, et devint secrétaire de Roger de Saint-Lary, duc de Bellegarde, pair de France2. Charles de Grandmaison dit qu’à la mort de ce dernier, survenue en 1646,

  • 3 Grandmaison, Gaignières, op. cit., p. 4.

« il passa alors au service d’un autre grand personnage, que nous croyons être Henri de Lorraine, comte d’Harcourt, successeur en 1643, dans la charge de grand écuyer, du malheureux Cinq-Mars, qui avait lui même remplacé le duc de Bellegarde. Nous trouvons au moins deux lettres adressées à Aimé de Gaignières, en 1659 et 1661, à l’hôtel de Mayenne, près la place Royale ; or c’était là que résidait le comte d’Harcourt3. »

2Selon une remarque que nous a communiquée personnellement M. Jean Mesnard, cette dernière affirmation n’est pas exacte : l’hôtel de Mayenne était la résidence, non du comte d’Harcourt (qui, comte grand écuyer, était logé aux Tuileries), mais de son neveu le duc d’Elbœuf (lequel, avant la mort de son père, en 1657, était titré prince d’Harcourt). Après la mort de la duchesse de Lorraine, en 1657, Gaignières est sans doute entré au service de la branche française de la maison de Lorraine.

  • 4 Id., p. 11. L’auteur se fonde, pour avancer cette date, sur une lettre adressée en 1661 à Gaignière (...)

3La date de sa mort n’est pas connue, mais elle est, de toute manière, postérieure à 16614.

  • 5 Cf. Coste La Vie du R. P. Marin Mersenne, op. cit., p. 81, où est cité « Mr Gaigneres Secretaire de (...)
  • 6 La lettre la plus ancienne est du 17 février 1637, mais ils étaient entrés en relation à une date a (...)

4Hilarion de Coste le cite naturellement parmi les personnes qui vinrent rendre visite à Mersenne5. Mais nous sommes assurés par les quelques lettres qui nous restent de lui qu’il fut plus qu’un visiteur de passage. Vers la fin de la vie de Mersenne, il devait être un de ses familiers6, comme on le verra par le billet d’excuse suivant, du 1er juin 1648 :

  • 7 B.N., mss., nouv. acquis. françaises, 6204, p. 561 (fol. 274). [Pour le détail des cotes de ce recu (...)

« Je ne fais que de revenir tout presentement de la procession que l’on a fait en cette paroisse pour gaignier le jubile dont je suy sy harasse que je ne puis me remuër sans cela j’aurois este a vous ce matin des les syx heures mais sil ne m’arrive autre chose je me propose d’y estre demain aussy matin que je me proposois d’y estre aujourd’huy je suis en impatience d’ouyr les belles choses et curieuses dont vous me faites la faveur de me vouloir entretenir7. »

  • 8 « Voicy le memoire des livres qui estoyent dans le balot que je retiray du coche de Lyon et que j’a (...)
  • 9 Cf. ci-dessus, Préambule, sec. 1 b. Cf. également une phrase de la lettre à Mersenne citée dans la (...)
  • 10 Mersenne 1933 – 1988, vol. VI, Gaignières à Mersenne, 17 février 1637, lettre 585. (En fait, Girard (...)
  • 11 B.N., mss., nouv. acquis. françaises, 6204, p. 292 (fol. 144 v°).
  • 12 « Peut-estre sy nous avons un jour l’esprit un peu plus en repos que nous n’avons à ceste heure, j’ (...)
  • 13 Id., p. 194.
  • 14 Id., p. 192.
  • 15 C’est ce que suggère Cornelis de Waard (Id., p. 192, note 1).
  • 16 Cf. B.N., mss., nouv. acquis. françaises, 6204, p. 292 (fol. 144 v°) : « Je vous somme de la promes (...)

5Il était en commerce de livres avec Mersenne8, qui lui confiait même, comme nous l’avons vu, des manuscrits9. Avide des nouveautés scientifiques, il désire par exemple qu’on lui retienne « un exemplaire de ce que l’on imprime de Gallilee », attend avec impatience de recevoir les publications de Mersenne et supplie ce dernier d’essayer d’avoir pour lui un exemplaire « de ce que fait Mr Desargues en faveur de M. de Beaugrand10 ». Il s’intéressait ainsi d’assez près aux travaux mathématiques récents, et nous le voyons prier Mersenne de lui envoyer ses « coniques de Mr de Mydorge11 » pour corriger les fautes de son propre exemplaire. Plein de bonne volonté, il a dû très certainement se dévouer pour accomplir les expériences que Mersenne lui demandait d’entreprendre12 , mais à propos de « la recherche » que ce dernier avait faite « de la proportion avec laquelle l’eau est plus pesante que l’air13 », il estime qu’« on ne sçauroit rien establir de certain sur lesdites expériences14 », la qualité et donc le poids de l’air et de l’eau variant trop selon les lieux. Etait-ce là prudence d’expérimentateur, ou scepticisme de principe ? Il est difficile sur ces seuls indices de dire à qui allaient ses sympathies philosophiques. Lorsqu’il se promet, s’adressant à Mersenne, de bientôt connaître « l’employ où vous estes maintenant attaché touchant le plus haut point de théologie qui se puisse imaginer », songe-t-il aux preuves de l’existence de Dieu, que Descartes exposait dans son Discours, sur le point d’être publié15 ? En tout cas, il n’est pas impossible qu’il ait rencontré Descartes16.

  • 17 Recueil qui vient des collections de son père : B.N., mss., fonds français, anciens petits fonds fr (...)
  • 18 Cf. ci-dessus, Préambule sec 1 c et Première Partie, ch. 2, sec. 1 a.
  • 19 Ms. 20975, fol. 20 et fol. 27 ; on trouve à ces deux endroits le texte en clair d’un message destin (...)

6Les feuillets écrits de la main de Gaignières que nous avons découverts dans un recueil manuscrit ayant pour objet la cryptographie17 sont bien propres à nous faire comprendre quel vif intérêt il dut prendre à lire les « Livres de la voix et des chants » de l’Harmonie universelle : il était passionné de cryptographie18. Il avait composé plusieurs chiffres, connaissait les traités les plus importants sur ce sujet, et s’estima assez savant pour lancer un défi, en 1633, au plus célébre des cryptographes du temps : Rossignol19.

  • 20 Cf. ci-dessus, Préambule, sec. 1 c.
  • 21 Cf. ci-dessus, Troisième Partie, ch. 3, B, 1.

7Il recopia soigneusement20, les passages de l’Harmonie universelle où Mersenne avait dévoilé un système original de « chiffres21 ».

  • 22 Cf. ci-dessus, Première Partie, ch. 2, sec. 3 et et Troisième Partie, ch. 3 A.
  • 23 Lettre de P. Guisony à Aimé de Gaignières, datée de Londres, le 15 avril 1659 (B.N., mss., fonds fr (...)

8 Dans le « Livre de la voix » du même ouvrage22, il avait trouvé mention d’un projet de langue et d’écriture universelles ; ce sujet continuera de le préoccuper après la mort de Mersenne il reçoit vers la fin de sa vie, en 1659, une lettre où on l’informe des travaux en cours, dans ce domaine, en Angleterre23.

Notes

1 Avide de curiosités de toute espèce, il mit sa vie au service d’un dessein qu’il avait conçu dès sa jeunesse : recueillir, sauver, réunir les écrits et les objets se rapportant à l’histoire de France. Il fit procéder à de multiples dépouillements d’archives, fit établir des dessins de costumes et de tombeaux, et entassa émaux, miniatures et peintures dans son hôtel particulier, constituant ainsi une remarquable collection (cf. Leopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, Paris : Imprimerie impériale, 4 vol., 1868-1881, ici vol. I, p. 335-355 ; Charles de Grandmaison, Gaignières, ses correspondants et ses collections de portraits, Niort : A. Clouzot, 1892 ; Henri Bouchot, Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières et conservés aux départements des estampes et des manuscrits, Paris : Plon, 1891).

2 Il se maria dans le bourg d’Entrains (Nivernais), le 23 février 1642, avec Jacqueline de Blanchefort, d’une famille noble et distinguée de province, mais orpheline peu fortunée. François-Roger naquit le 30 décembre 1642.

3 Grandmaison, Gaignières, op. cit., p. 4.

4 Id., p. 11. L’auteur se fonde, pour avancer cette date, sur une lettre adressée en 1661 à Gaignières, lettre que nous n’avons pu retrouver pour notre part.

5 Cf. Coste La Vie du R. P. Marin Mersenne, op. cit., p. 81, où est cité « Mr Gaigneres Secretaire de feu Monseigneur le Duc de Bellegard ».

6 La lettre la plus ancienne est du 17 février 1637, mais ils étaient entrés en relation à une date antérieure. Gaignières s’excuse de n’avoir pu « songer à faire plus tôt response aux deux dernieres lettres que vous avéz pris la peyne de m’escrire », et assure plus loin : « J’espere que ce printemps ne se passera point sans que j’aye le bien de vous aller voir. » (Mersenne 1933 – 1988, vol. VI, lettre 585, p. 191 et p. 192.)

7 B.N., mss., nouv. acquis. françaises, 6204, p. 561 (fol. 274). [Pour le détail des cotes de ce recueil formé, par Hilarion de Coste, de lettres originales adressées au P. Mersenne, voir Omont, Catalogue général..., op. cit., vol. II, p. 415.]

8 « Voicy le memoire des livres qui estoyent dans le balot que je retiray du coche de Lyon et que j’ay retenu pour les voir dont je garderay ceux que vous voudres me laisser en vous remboursant. » (B.N., mss., nouv. acquis. françaises, 6204, p. 204 (fo. 105 r°), lettre du 16 novembre 1645). C’est très certainement d’un ouvrage prêté par Gaignières qu’il s’agit dans ce passage d’une lettre de Fermat à Pierre de Carcavy du 20 août 1650 : « Je vous réitère encore que je vous renvoierai vos écrits de mes Traités au plus tôt avec le livre de M. Gaignières sinon que vous en trouviez à Paris un autre exemplaire, auquel cas vous m’obligerez de le bailler à mon dit Sr Gaignières, et j’en rembourserai le prix au messager qui vous porte mes lettres. » (Fermat 1891 – 1912, vol. II, p. 287.)

9 Cf. ci-dessus, Préambule, sec. 1 b. Cf. également une phrase de la lettre à Mersenne citée dans la note précédente : « je vous supplie de croire [...] que je ne perdray pas un seul iota de tous les papiers que vous me faites l’honneur de me confier. »

10 Mersenne 1933 – 1988, vol. VI, Gaignières à Mersenne, 17 février 1637, lettre 585. (En fait, Girard Desargues n’écrivit jamais en faveur de la Géostatique de Jean Beaugrand.)

11 B.N., mss., nouv. acquis. françaises, 6204, p. 292 (fol. 144 v°).

12 « Peut-estre sy nous avons un jour l’esprit un peu plus en repos que nous n’avons à ceste heure, j’essaieray, suyvant l’ordre qu’il vous plairra m’en donner, de faire les experiences que vous me prescrirés avec grand soing et fort exactement. » (Mersenne 1933 – 1988, vol. VI, lettre 585 citée plus haut, p. 192.)

13 Id., p. 194.

14 Id., p. 192.

15 C’est ce que suggère Cornelis de Waard (Id., p. 192, note 1).

16 Cf. B.N., mss., nouv. acquis. françaises, 6204, p. 292 (fol. 144 v°) : « Je vous somme de la promesse qu’il vous a pleu me faire de me donner un petit livre de monsieur des cartes. Secondement je vous coniure lors que vous le verres de luy tesmoigner l’estime que je fais de son merite et de sa vertu. et que je desire avec passion qu’il me fasse l’honneur de me tenir pour son très humble serviteur. »

17 Recueil qui vient des collections de son père : B.N., mss., fonds français, anciens petits fonds français, 20975 : « Steganographie, chiffres et déchifframens ». Alphabets divers, grilles pour écritures secrètes, etc. xviie siècle. Papier. 79 feuillets. 370 sur 245 millimètres. D. rel. (Gaignières 989). » (Omont, Catalogue général..., op. cit., vol. II, p. 277).

18 Cf. ci-dessus, Préambule sec 1 c et Première Partie, ch. 2, sec. 1 a.

19 Ms. 20975, fol. 20 et fol. 27 ; on trouve à ces deux endroits le texte en clair d’un message destiné à étre envoyé à Rossignol sous forme chiffrée ; au fol. 27, on reconnaît l’écriture de Gaignières ; le fol. 20 est d’une autre main. Le message est daté d’Anois [sans doute Annois dans l’Aisne ?], du 19 avril 1633. Sur Rossignol, cf. ci-dessus, Première Partie, ch. 2, sec. 1 a, 9.

20 Cf. ci-dessus, Préambule, sec. 1 c.

21 Cf. ci-dessus, Troisième Partie, ch. 3, B, 1.

22 Cf. ci-dessus, Première Partie, ch. 2, sec. 3 et et Troisième Partie, ch. 3 A.

23 Lettre de P. Guisony à Aimé de Gaignières, datée de Londres, le 15 avril 1659 (B.N., mss., fonds français, anciens petits fonds français, 24987, fol. 292 v°-293 r° ; pour le détail des cotes de la correspondance de Gaignières, voir Omont, Catalogue général..., op. cit., vol. II, p. 415) ; cf. Mersenne 1933 – 1988, vol. VI, p. 190 – 191).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search