Version classiqueVersion mobile

Œuvres d’Ernest Coumet (T. 2)

Appendice

II. Notice sur Frenicle

Texte intégral

  • 1 [N. D. É : Voir un bilan récent dans Catherine Goldstein, « Bernard Frenicle de Bessy », in Luc Foi (...)

1La vie et les œuvres de Frenicle n’ont fait jusqu’ici l’objet d’aucune étude1. Dans cette très brève notice, nous nous limitons à des indications sommaires.

  • 2 [N. D. É : Cette date de décès alors communément admise provenait des Procès-Verbaux de l’Académie (...)

2Frenicle est né vers 1605 et mort en 16752.

  • 3 Moréri 1759, vol. V, p. 370, article « Frenicle (Bernard) » ; cf. également l’article « Frenicle (N (...)

3On ne trouve quelques détails sur ses origines que dans le Grand dictionnaire de Moréri3 :

  • 4 Condorcet, dans l’Éloge cité ci-dessous commet ces deux erreurs. Nicolas est le prénom d’un frère d (...)
  • 5 Cf. Adrien Baillet, La Vie de monsieur Descartes, Paris : D. Horthemals, 1691, Ière part., p. 146.

« Frenicle (Bernard) écuyer, sieur de Bessy, que l’on n’a point du appeller Nicolas4, dans la liste des membres de l’académie des sciences de Paris, 8, que l’on a eu tort aussi de qualifier dans la même liste de conseiller en la cour des monnoies, étoit fils de Bernard Frenicle, sieur de Bessy, conseiller général en la cour des monnoies, et de Denyse le Sellier, sa seconde femme. Il etoit parisien, & nous ignorons pourquoi M. Baillet, qui en parle avec beaucoup d’éloge dans sa vie de Descartes5, le dit originaire de la province de Bourgogne ; les titres de sa famille ennoblie en 1407, insinuent au contraire qu’il etoit originaire de Meaux ou même de Paris. »

  • 6 Cf. id., p. 394-395 pour le jugement de Descartes ; cf. également les appréciations élogieuses de D (...)

4 Sa virtuosité en théorie des nombres, le mystère dont il enveloppait sa méthode, lui gagnèrent une certaine réputation, et l’estime des plus grands mathématiciens du xviie siècle6.

  • 7 Coste (Hilarion de Coste, La Vie du R. P. Marin Mersenne, Paris : S. et G. Cramoisy, 1649, p. 88) p (...)
  • 8 Cf. Harcourt Brown, Scientific Organizations in Seventeenth Century France (1620-1680), Baltimore : (...)
  • 9 Cf. Brown 1934, op. cit., p. 136.

5Avant de compter, en 1666 parmi les premiers membres de l’Académie des sciences, il avait participé activement aux cercles scientifiques qui avaient préparé la constitution de celle-ci : familier de Mersenne7 il fit plus tard partie de l’académie de Montmor et du cercle d’Auzout8 et fut un des plus proches collaborateurs de Melchisédech Thévenot, lorsque ce dernier organisa chez lui des « assemblées9 ».

  • 10 Cf. ci-dessous, p. 418.
  • 11 Bernard Frenicle, Traité des triangles rectangles en nombres : dans lequel plusieurs belles proprié (...)
  • 12 [N. D. É : Ce traité n’est pas perdu. Il s’agit de Solutio duorum problematum circa numeros cubos  (...)

6Les publications de Frenicle parues de son vivant sont fort peu nombreuses : un bref Calcul astronomic, en 165410 ; un Traité des triangles rectangles en nombres, en 167611 ; à quoi il faut ajouter un traité aujourd’hui perdu, paru sans doute à Paris, en 1657, et relatif à des problèmes de théorie des nombres12.

  • 13 Condorcet 1773, op. cit., p. 34 – 35.

7Condorcet nous apprend que « Frenicle parait avoir entrevu la gravitation universelle ; il attribuait la pesanteur à une espèce d’instinct, en vertu duquel chaque particule détachée d’une grande masse par une force étrangère, cherchait à se rejoindre au corps dont elle avait fait partie. [...] Frenicle était Naturaliste ; & on a de lui des observations sur les insectes, qui sont restées manuscrites13. »

  • 14 [N. D. É : 1674, comme expliqué ci-dessus].
  • 15 Paris : Imprimerie royale, 1693.

8 Bien après la mort de Frenicle survenue en 167514, l’Académie des sciences fit imprimer certains de ses traités dans un recueil de Divers ouvrages de Mathematique et de Physique par Messieurs de l’Academie Royale des Sciences15 :

9— p. 1-44 : Methode pour trouver la solution des Problemes par les exclusions ;

10— p. 45- 64 : Abregé des combinaisons ;

11— p. 423-483 : Des Quarrez magiques ;

12— p. 484-507 : Table generale des Quarrez magiques de quatre de costé.

  • 16 Paris : Compagnie des Libraires.

13Ces ouvrages auxquels on ajouta le Traité des Triangles rectangles en Nombres furent réédités en 1729 dans les Mémoires de l’Académie royale des sciences, depuis 1666 jusqu’à 1699, vol. V16.

Notes

1 [N. D. É : Voir un bilan récent dans Catherine Goldstein, « Bernard Frenicle de Bessy », in Luc Foisneau, dir., Dictionary of Seventeenth-Century French Philosophers, London : Thoemmes, 2008, vol. I, p. 507 – 598 ; trad.fr. Delphine Bellis, Luc Foisneau et Claire Gallien, Le Dictionnaire des philosophes français du xviie siècle : acteurs et réseaux du savoir, Paris : Garnier, 2015, p. 756 – 757.]

2 [N. D. É : Cette date de décès alors communément admise provenait des Procès-Verbaux de l’Académie des sciences, attestant d’un dépôt posthume de documents de Frenicle au début de l’année 1675, voir ci-dessous p. 418. Mais un inventaire après décès de Bernard Frenicle, communiqué par Robert Descimon et Valérie Gratsac-Legendre, fixe maintenant cette date à 1674.]

3 Moréri 1759, vol. V, p. 370, article « Frenicle (Bernard) » ; cf. également l’article « Frenicle (Nicolas) ».

4 Condorcet, dans l’Éloge cité ci-dessous commet ces deux erreurs. Nicolas est le prénom d’un frère de Bernard Frenicle ; Nicolas Frenicle (1600 – 1661), conseiller à la Cour des monnaies depuis 1627, est connu comme poète ; il a écrit des élégies amoureuses, des églogues, des hymnes, une tragédie (Cf. Georges Grente, dir., Dictionnaire des Lettres françaises : le dix-septième siècle, Paris : Fayard, 1954, p. 441).

5 Cf. Adrien Baillet, La Vie de monsieur Descartes, Paris : D. Horthemals, 1691, Ière part., p. 146.

6 Cf. id., p. 394-395 pour le jugement de Descartes ; cf. également les appréciations élogieuses de Descartes et de Fermat rapportées par l’abbé Gallois (Jean Gallois, Mémoires de mathématique et de physique, tirez des registres de l’Académie royale des sciences, du XXX avril MDCXCIII, in Divers ouvrages de mathematique et de physique par Messieurs de l’Académie roialle des sciences, Paris : Imprimerie royale, 1693, p. 50-52 ; sur la méthode de Frenicle, cf. Marie Jean Antoine Nicolas de Caritas, marquis de Condorcet, « Éloge de Frenicle », in Éloges des académiciens de l’Académie royale des sciences morts depuis 1666 jusqu’en 1699, Paris : Hôtel de Thou, 1773, p. 31 – 34.

7 Coste (Hilarion de Coste, La Vie du R. P. Marin Mersenne, Paris : S. et G. Cramoisy, 1649, p. 88) parle de « Messieurs Frenicle celebres par leurs poësies & la connoissance qu’ils ont des Mathematiques ».

8 Cf. Harcourt Brown, Scientific Organizations in Seventeenth Century France (1620-1680), Baltimore : The Williams & Wilkins Company, 1934, p. 92, p. 117 ; Henri Brugmans, Le Séjour de Christian Huygens à Paris, Paris : P. André, 1935, p. 46 – 47 et p. 128.

9 Cf. Brown 1934, op. cit., p. 136.

10 Cf. ci-dessous, p. 418.

11 Bernard Frenicle, Traité des triangles rectangles en nombres : dans lequel plusieurs belles propriétés de ces triangles sont démontrées par de nouveaux principes, Paris : Michallet, 1676. Ce traité fut repris et complété dans un Recueil de plusieurs Traitez de Mathematiques de l’Academie royale des sciences, Paris : Imprimerie royale, 1677. [N. D. É : Le Traité des triangles rectangles en nombres est en fait posthume, et fut édité par Edmé Mariotte.]

12 [N. D. É : Ce traité n’est pas perdu. Il s’agit de Solutio duorum problematum circa numeros cubos & quadratos, quae tanquam insolubilia universis Europae mathematicis a clarissimo viro D. Fermat sunt proposita, & ad D. Cl. M. Laurenderium doctorem medicum transmissa. A D. B. F. D. B. inventa [...], Paris : J. Langlois, 1657 (voir BNF cote VZ-1136). Joseph E. Hofmann en liste plusieurs exemplaires dans son opuscule Neues über Fermats zahlentheoretische Herausforderungen von 1657 (mit zwei bisher unbekannten Originalstücken Fermats), Berlin : Akademie der Wissenschaften, 1944.] Il est question de cet ouvrage dans le Commercium epistolicum de John Wallis (cf. Cantor 1894 – 1900, vol. II, p. 784). Signalons à cette occasion que ce Commercium, paru à Oxford en 1658, comportait des lettres de Frenicle ; cf. Fermat 1891 – 1912, vol. III, p. 399 – 602, « Traduction du Commercium epistolicum de Wallis » ; à la suite de cette traduction, sont donnés p. 603 – 610, le texte latin et la traduction d’un imprimé anonyme qui est sans doute de Frenicle ou du moins inspiré par lui.

13 Condorcet 1773, op. cit., p. 34 – 35.

14 [N. D. É : 1674, comme expliqué ci-dessus].

15 Paris : Imprimerie royale, 1693.

16 Paris : Compagnie des Libraires.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search