Version classiqueVersion mobile

Le langage est-il inné ?

 | 
Delphine Blitman

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de ce parcours au cœur de l’innéisme linguistique, je voudrais insister sur ce qu’apporte la théorie de Chomsky à la compréhension des débats sur l’inné et l’acquis dans le champ des sciences cognitives. L’approche chomskyenne apparaît exemplaire pour les sciences cognitives, non pas seulement pour des raisons historiques, mais conceptuellement. La manière dont Chomsky a posé le problème de l’innéité de la faculté de langage contribue à donner un sens et une utilité à l’opposition entre inné et acquis quand on considère les facultés cognitives. L’introduction de la notion de faculté humaine de langage comme d’un « module » dans l’esprit/ cerveau du locuteur constitue un apport majeur. La notion concentre à elle seule, d’une certaine manière, tout l’enjeu de la discussion, au point que demander si la faculté humaine de langage (ainsi conçue) existe suffit pour demander si cette faculté de langage est innée. Au-delà de la question de l’innéité de la faculté de langage elle-même, en introduisant une distinction entre le comportement et la compétence, et entre la compétence et la faculté, Chomsky a donné des moyens de penser l’articulation de la nature humaine et de la culture.

2L’interprétation de l’hypothèse innéiste de Chomsky à laquelle nous avons aboutie peut également servir de cadre aux discussions sur l’innéité d’autres facultés cognitives. A mon sens, elle contribue à resituer ces discussions à leur juste niveau et elle incite en particulier à manier avec prudence la notion d’innéité elle-même et à éviter les passages et les déductions trop rapides du niveau cognitif au niveau neuronal et au niveau génétique.

3En commençant, j’ai dit que l’innéisme linguistique avait suscité beaucoup de critiques et de réactions de rejet. Les formulations de Chomsky lui-même, sur l’argument par la pauvreté du stimulus, sur le rationalisme, sur le rejet de l’adaptationnisme, ou encore sur la détermination génétique de la grammaire universelle, souvent très polémiques et parfois en raccourci, l’expliquent certainement en partie. Cependant, j’ai voulu, tout au long de ce livre, restituer les enjeux véritables que comporte l’innéisme linguistique, en montrant aussi tous les problèmes et toutes les questions qu’il soulève. J’espère avoir convaincu le lecteur qu’en faisant l’hypothèse de l’innéité de la faculté de langage, Chomsky a ouvert un authentique débat scientifique, d’autant plus passionnant peut-être qu’il n’est pas aujourd’hui définitivement tranché.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search