Version classiqueVersion mobile

Le langage est-il inné ?

 | 
Delphine Blitman

2. Le programme biolinguistique et les problèmes épistémologiques qu’il soulève

Texte intégral

  • 1 L’expression renvoie au célèbre livre de Lenneberg (1967), The Biological Foundations of Language, (...)
  • 2 Boeckx et Grohmann, dans l’éditorial du journal Biolinguistics créé en 2007, reviennent sur les ori (...)

1Le programme de recherche chomskyen, en se donnant pour objet les fondations biologiques du langage1, propose d’articuler la linguistique à la biologie. Ainsi, Chomsky en est venu à désigner son programme sous le terme de « biolinguistique », en ce qu’il étudie le langage comme un composant de la biologie humaine (voir Chomsky 2006, p. 174-175).2

  • 3 Je reviendrai sur la différence entre abstraction et idéalisation dans ce qui suit.

2Il s’agit dans ce chapitre de clarifier comment Chomsky envisage la tâche du linguiste au sein de ce programme biolinguistique. En effet, si, comme Chomsky l’affirme lui-même, ce programme est controversé, c’est qu’il soulève de nombreux problèmes épistémologiques. Le modèle chomskyen se veut un modèle à la fois abstrait et idéalisé3 de la faculté de langage. Mais que faut-il exactement entendre par là ? Chomsky affirme que la grammaire possède une réalité mentale. Mais en quoi consiste alors la grammaire dont il s’agit ? Ces questions méthodologiques sont au cœur de nombreuses incompréhensions et objections qu’a suscitées ce programme de recherche, parce qu’il a semblé et semble toujours difficile à beaucoup d’assimiler la description des phénomènes linguistiques que fournit le linguiste à la description d’une réalité psychologique. Il faut donc comprendre comment la linguistique se situe par rapport aux niveaux psychologique et physique (en l’occurrence neurobiologique).

  • 4 Cf. Antony & Hornstein (2003).
  • 5 Voir, par exemple, Barber (2003b) pour une présentation des discussions sur la réalité psychologiqu (...)

3Ces questions concernant ce qu’il est convenu d’appeler « la réalité psychologique de la grammaire » ont été abondamment discutées, sans aboutir à un consensus jusqu’à aujourd’hui ni en ce qui concerne la position de Chomsky lui-même et sa cohérence4, ni sur la position qu’il convient d’adopter5. Je propose dans ce chapitre de traiter ces débats en les resituant dans le cadre de problèmes épistémologiques plus généraux. La discussion engage en effet le statut des abstractions et des idéalisations scientifiques d’une part et les rapports entre des niveaux de description différents d’une même réalité d’autre part. Le but de ce chapitre est de clarifier progressivement et d’aboutir à une vue d’ensemble de ce qu’il faut entendre par « réalité psychologique de la grammaire » et d’expliquer ainsi comment les structures postulées par la théorie linguistique sont reliées aux structures mentales et neuronales qui sous-tendent l’utilisation du langage.

1. Le « style galiléen »

4L’abstraction et l’idéalisation, qui caractérisent le modèle du langage proposé par Chomsky, renvoient à la volonté d’appliquer à l’étude de l’esprit, et du langage en particulier, la méthode scientifique. C’est ce que Chomsky a en vue quand il affirme que « certains aspects de l’étude de l’esprit se prêtent à une recherche « de style galiléen » […] » (Chomsky 1980a, trad. p. 26).

1. Abstraction et idéalisation dans l’étude de la faculté de langage

5Si le « style galiléen » renvoie à la nécessité pour le scientifique de produire des idéalisations et des abstractions, il faut distinguer ces deux notions. Toute connaissance scientifique est abstraite au sens où elle ne porte que sur un aspect de la réalité. Étudier un phénomène scientifiquement suppose de l’isoler et de faire abstraction des autres aspects de la réalité. Un objet scientifique est un objet abstrait parce qu’il est un composant d’une réalité plus complexe. Les idéalisations sont au service de la connaissance scientifique en tant qu’elle est nécessairement abstraite : une idéalisation est une proposition qui est, à strictement parler, fausse ; c’est une hypothèse simplificatrice qui permet d’accéder à l’objet que l’on veut étudier, en négligeant certains éléments de la réalité.

6Selon Chomsky, l’objet d’étude du linguiste est la compétence du locuteur, c’est-à-dire la connaissance de la grammaire de sa langue maternelle que le locuteur possède. Cet objet d’étude est une abstraction au sens que nous venons de définir. Il faut que le linguiste l’isole de la réalité complexe qu’on appelle couramment le langage. On peut reconstituer la construction par Chomsky de cet objet abstrait en trois étapes.

7Premièrement, il faut isoler le système cognitif qu’est la faculté de langage des autres systèmes cognitifs (voir Chomsky 1980a, trad. p. 26). Que la faculté de langage soit isolable au sein de l’esprit humain suppose que l’esprit ne soit pas un tout indivis, mais un ensemble d’« organes », dont la science peut étudier les fonctionnements respectifs. On retrouve ici l’hypothèse de la modularité de l’esprit présentée au chapitre 1. Si l’esprit n’est pas, dans la réalité, composé d’« organes » indépendants, l’entité isolée par le scientifique sous le nom de faculté de langage ne correspondra à rien et ne permettra d’atteindre aucune connaissance.

  • 6 Le « I » de « I-language » vaut aussi pour « individual » et « intensional ». Je laisse ces aspects (...)
  • 7 Voir la définition du langage proposée par Bloomfield (1933) déjà évoquée au chapitre 1 (supra xxxx (...)
  • 8 Cf. Chomsky (1986), p. 19.
  • 9 Cf. Chomsky (1993) et (2000a).
  • 10 Signalons qu’un philosophe comme Donald Davidson pourrait souscrire à la critique chomskyenne de la (...)
  • 11 On peut faire sur ce point une remarque historique et conceptuelle. L’analogie entre la notion de c (...)

8Deuxièmement, il faut isoler l’étude de la compétence de celle de la performance. Pour éclaircir ce point, référons-nous à la distinction que Chomsky avance, à partir de Knowledge of language, entre l’« E-language » (pour langue externe) et l’« I-language » (pour langue interne6) qui désigne la connaissance de sa langue intériorisée par le locuteur, ou sa compétence linguistique. La langue externe désigne tout ce qui n’est pas la langue interne, c’est-à-dire notamment le langage considéré indépendamment des propriétés de l’esprit/cerveau (Chomsky 1986, p. 20) ; elle renvoie aussi bien aux concepts techniques du langage comme ensemble d’énoncés7 ou de formes linguistiques associées à des significations, qu’aux définitions du langage comme collection d’actions ou de comportements8, ou à la définition du langage comme fait public par les philosophes contemporains9. C’est une notion vague et artificielle : les langues externes sont pour Chomsky de « purs artefacts » (Chomsky 1986, p. 26). Non seulement la notion d’« E-language » n’est pas définie, mais elle est indéfinissable. S’il n’y a pas de description scientifique possible de la langue externe, c’est qu’il s’agit d’une réalité aux contours flous et sans unité réelle, pour laquelle par conséquent il n’est pas possible de produire une explication en termes de causes, c’est-à-dire de mettre au jour un système de principes qui l’engendrent et la régissent.10 C’est bien le fait que cette notion de langue externe ne tient pas qui pousse Chomsky à adopter la langue interne comme objet d’étude.11 La perspective mentaliste est justifiée par Chomsky comme étant la seule perspective scientifique possible sur le langage. Cette perspective suppose d’isoler la compétence comme le facteur fondamental pour expliquer le comportement verbal. L’abstraction est le moyen de parvenir à une réalité substantielle, à un objet naturel que l’on peut étudier scientifiquement. Elle est ainsi une voie d’accès vers la réalité, un pas vers le réalisme, comme il le dit dans Knowledge of Language (Chomsky 1986, p. 27).

9Troisièmement, il faut isoler la compétence grammaticale des autres facteurs qui interviennent dans le traitement cognitif du langage. En effet, Chomsky fait l’hypothèse que la faculté de langage repose sur un mécanisme computationnel récursif. Si elle ne se réduit pas à ce mécanisme, seul celui-ci est propre au langage (il est « domaine-spécifique », au sens précisé dans le chapitre 1). C’est lui qui confère au langage ses caractéristiques propres. Les autres éléments qui entrent dans le traitement cognitif du langage, comme la mémoire par exemple, ne sont pas, selon Chomsky, propres au langage et c’est pour cette raison qu’il faut en faire abstraction.

10Pour étudier cet objet abstrait, il faut procéder à des idéalisations.

L’objet premier de la théorie linguistique est un locuteur-auditeur idéal, appartenant à une communauté linguistique complètement homogène, qui connaît parfaitement sa langue et qui, lorsqu’il applique en une performance effective sa connaissance de la langue, n’est pas affecté par des conditions grammaticalement non pertinentes, telles que limitation de mémoire, distractions, déplacements d’intérêt ou d’attention, erreurs (fortuites ou caractéristiques). (Chomsky 1965, trad. p. 1)

11C’est ainsi que Chomsky caractérise, à la première page d’Aspects de la théorie syntaxique, l’idéalisation qu’il propose d’adopter pour l’étude du langage. Cette idéalisation sert d’introduction et est immédiatement reliée à la distinction entre compétence et performance. De fait, elle a pour but d’isoler la compétence grammaticale du locuteur d’autres facteurs qui interviennent dans l’usage du langage ; elle vise à retrouver la compétence sous-jacente à la performance effective en éliminant les éléments de variation non grammaticaux présents dans la performance. La notion de performance recouvre aussi bien ici le comportement verbal que tout ce qui, dans la connaissance du langage, n’est pas la connaissance de la grammaire proprement dite.

12Chomsky avance ainsi un certain nombre d’hypothèses simplificatrices, qui, si elles sont fausses littéralement, sont nécessaires à l’analyse de la compétence. Il s’agit d’abord d’éliminer les variations à l’intérieur d’une communauté linguistique, qu’il s’agisse de la diversité dialectale ou des variations individuelles. On suppose la communauté linguistique complètement homogène, de sorte que l’individu peut valoir comme un bon représentant de celle-ci. Il s’agit ensuite d’éliminer les variations dues à des facteurs non grammaticaux, comme les éléments intervenant dans la performance effective cités par Chomsky, ou des données idiosyncrasiques, qui feraient que l’individu n’aurait pas une maîtrise parfaite de sa langue. Dans les textes postérieurs, Chomsky étend l’idéalisation au processus d’acquisition du langage qu’il propose de considérer comme étant immédiat (voir Chomsky 1975, trad. p. 148 et p. 151). Même si l’hypothèse du caractère instantané de l’apprentissage du langage n’est, de manière évidente, pas vraie au sens strict, l’idéalisation proposée paraît néanmoins correcte (voir aussi Chomsky 1986, p. 54). Concernant la grammaire universelle, Chomsky mentionne enfin l’idéalisation consistant à ne pas tenir compte des cas pathologiques et des variations possibles à l’intérieur de l’espèce, et à considérer que la faculté de langage innée est la même chez tous les êtres humains (voir, par exemple, Chomsky 1986, p. 18).

13Le locuteur-auditeur idéal est donc celui dont l’utilisation du langage reflète directement la compétence grammaticale, de même que, dans l’étude de l’acquisition du langage, l’apprenant idéal est celui dont l’acquisition du langage reflète directement l’action des principes de la grammaire universelle dans un environnement linguistique donné. Dire que la théorie linguistique a pour objet le locuteur-auditeur idéal, c’est dire qu’elle a pour objet l’étude de la compétence ; le locuteur-auditeur idéal est l’idéalisation au moyen de laquelle le linguiste peut accéder à la compétence linguistique.

14Ainsi, adopter le « style galiléen » en linguistique, c’est admettre le caractère indispensable des idéalisations – notamment la double séparation entre la compétence grammaticale et, d’une part, des facteurs cognitifs non grammaticaux (comme la mémoire et l’attention), et d’autre part le comportement verbal – pour formuler des généralisations linguistiques profondes.

15La théorie linguistique isole donc des composants de la faculté de langage qui sont indissolublement liés à d’autres éléments de la réalité. Ainsi,

  • 12 Une « grammaire noyau » est une « façon particulière de fixer les valeurs des différents paramètres (...)

[c]omparée à ce qu’une personne particulière a dans sa tête, la grammaire noyau12 est une idéalisation. D’un point de vue différent, ce qu’une personne particulière a dans la tête n’est qu’un artefact qui résulte de l’interaction de nombreux facteurs idiosyncrasiques, contrairement à la réalité plus significative de GU (un élément de notre héritage biologique commun) et de la grammaire noyau (un des systèmes dérivés en fixant les valeurs des paramètres de l’une des façons permises). (Chomsky 1981a, trad. p. 28)

  • 13 Chomsky propose de parler de grammaire noyau parce que dans les conditions réelles (non idéalisées) (...)

16Dans ce passage, Chomsky distingue trois choses : GU (la grammaire universelle), la grammaire-noyau et « ce qu’une personne a dans la tête ». GU est l’état initial de la faculté de langage, ce dont est doté tout enfant humain grâce à son patrimoine génétique. La grammaire-noyau est une idéalisation en ce sens qu’elle suppose qu’on néglige des phénomènes grammaticaux marginaux (ou périphériques)13. Ce qu’une personne a dans la tête implique, outre GU et la grammaire-noyau, ces phénomènes périphériques et des éléments qui n’ont rien à voir avec la grammaire (ce que Chomsky appelle ici les « facteurs idiosyncrasiques »). L’idéalisation est nécessaire parce que « ce qu’une personne a dans la tête » n’est qu’un « artefact » qu’il faut décomposer pour retrouver les éléments constitutifs que l’on vient de rappeler.

17Le détour par l’abstraction se révèle nécessaire à la compréhension de la réalité. C’est ce qui rend l’abstraction scientifique plus réelle que la description de sens commun (voir Chomsky 1980a, trad. p. 207). Si la théorie scientifique ne prend pas en compte tous les aspects de la réalité, c’est pour mieux voir ; sans cette épuration du réel permise par les idéalisations auxquelles procède la science, il est impossible d’aller au-delà de l’apparence, de mettre au jour les lois dissimulées derrière des phénomènes multiples et intriqués.

2. Comment évaluer les abstractions et les idéalisations sur lesquelles repose le modèle chomskyen ?

18Comment savoir si les abstractions et les idéalisations proposées par Chomsky sont légitimes ? C’est dans la confrontation des principes théoriques proposés par le modèle chomskyen avec les faits linguistiques dont ils doivent rendre compte que l’on peut évaluer la légitimité des abstractions et des idéalisations sur lesquelles le modèle repose. Il s’agit de savoir si « l’idéalisation permettant d’accéder à la faculté de langage et à ses composants [est] légitime, c’est-à-dire [correspond] à quelque chose de significatif dans la réalité » (Chomsky 1980a, trad. p. 65), et pour cela, il faut tester la théorie et évaluer sa capacité explicative et prédictive.

19Comme l’écrit Chomsky dans Règles et représentations, la compréhension scientifique des phénomènes tels qu’ils se manifestent au sens commun exige que les connaissances scientifiques des composants abstraits soient articulées les unes par rapport aux autres. Dans le cas du langage,

[s]i nous voulons ensuite rendre compte des phénomènes confus et désordonnés du « monde sensible ordinaire », il nous faudra, le plus souvent, passer de ces idéalisations à des systèmes plus complexes, aptes à prendre en considération la variation des langues et des grammaires, l’interaction des systèmes cognitifs, l’usage du langage dans les conditions spécifiques de la vie quotidienne. (Chomsky 1980a, trad. p. 211)

20Cela implique de prendre en compte les données de la performance, les facteurs sociaux, historiques, pour produire une modélisation de ce qu’est la faculté de langage dans son usage réel.

21Or le modèle chomskyen décrit un objet abstrait, la compétence du locuteur, mais il ne prétend pas modéliser l’usage réel du langage. Au contraire, si Chomsky soutient qu’on doit et qu’on peut fournir une modélisation scientifique de la compétence grammaticale, il est sceptique – on l’a vu – sur la possibilité de fournir une modélisation scientifique de la performance, c’est-à-dire de l’usage du langage (ou du comportement verbal). Si l’usage réel du langage, le comportement verbal effectif du locuteur ne sont pas modélisables scientifiquement selon Chomsky, quels types de faits permettent d’éprouver la validité du modèle ?

  • 14 Je consacrerai le troisième chapitre à l’examen de ces arguments.

22Il semble qu’il y ait deux ensembles de faits qui permettent de vérifier si l’idéalisation proposée est juste. Il s’agit tout d’abord des intuitions des locuteurs natifs. Ces intuitions sont le reflet de la compétence des locuteurs. Il faut néanmoins rappeler que la mise au jour de ces intuitions requiert d’en passer par des jugements sur l’acceptabilité ou la grammaticalité de telle ou telle phrase et que ces jugements peuvent eux-mêmes être parasités par des éléments qui ne relèvent pas de la compétence, comme la fatigue par exemple. Si les principes théoriques dégagés dans le cadre du modèle chomskyen permettent d’expliquer les intuitions des locuteurs natifs, voire de faire des prédictions qui sont avérées dans les faits, la légitimité des abstractions et des idéalisations proposées pour construire ce modèle s’en trouvera renforcée. C’est ensuite et surtout l’acquisition du langage qui fournit la base d’une vérification possible du modèle chomskyen. L’abstraction se révèle féconde dans la mesure où les autres facteurs que ceux qu’elle isole apparaissent jouer un rôle négligeable dans l’acquisition du langage et où la faculté de langage abstraite qu’on modélise permet de décrire et d’expliquer ce processus d’acquisition. Les arguments concernant l’apprentissage du langage, qui tiennent une place centrale dans la théorie chomskyenne, apparaissent essentiels pour tester l’idéalisation mise en œuvre.14

23On peut conclure ce point en remarquant avec Chomsky que l’abstraction scientifique n’est pas la garantie d’atteindre la vérité, mais que c’est avec une grande prudence qu’il faut manier l’idéalisation et l’abstraction :

En pratique, toutefois, le problème est compliqué par le fait évident que le système linguistique n’est qu’un des nombreux systèmes cognitifs qui se combinent de la façon la plus intime au niveau de l’utilisation effective du langage. […] Choisir de penser le système des règles grammaticales comme une sorte d’« organe mental », en interaction avec d’autres organes mentaux dotés d’autres fonctions et propriétés, nous met donc face à un problème assez courant dans les sciences naturelles, celui de savoir quel niveau d’idéalisation et d’abstraction est adéquat. En effet, pour déterminer la nature de l’un des systèmes en interaction, il est nécessaire d’abstraire l’apport des autres systèmes à la performance observée. Le procédé n’est pas sans danger ; il est inévitable dans toute recherche rationnelle. Il s’agit donc d’expérimenter des systèmes idéaux, sans jamais oublier que, peut-être, une autre démarche nous aiderait mieux à comprendre les divers systèmes qui constituent l’esprit humain. (Chomsky 1980a, trad. p. 178)

24Le caractère à la fois idéalisé et abstrait de son modèle du langage a souvent été reproché à Chomsky. Comme Hacken (2007) le souligne, il n’y a pas de sens à objecter que le locuteur-auditeur idéal n’est pas le locuteur réel ; pour faire une objection à Chomsky sur ce point, il faudrait montrer que le langage ne peut pas fonctionner autrement que dans des communautés de langue non homogènes par exemple, c’est-à-dire que l’idéalisation falsifie la réalité de sorte qu’elle n’en donne aucune compréhension. On ne peut pas plus réfuter une hypothèse théorique de Chomsky en rejetant l’une de ses idéalisations ; l’idéalisation elle-même n’est pas la théorie. On pourrait en revanche montrer que d’autres idéalisations et d’autres abstractions que celles proposées par Chomsky sont meilleures pour comprendre le fonctionnement du langage. Il n’en reste pas moins que tout modèle scientifique du langage est nécessairement une abstraction qui repose sur des idéalisations.

25Comment la grammaire (la connaissance de la grammaire de sa langue internalisée par le locuteur) peut-elle avoir une réalité psychologique si elle est un objet abstrait, auquel on accède par une série d’idéalisations ? Répondre à cette question, c’est montrer comment s’articulent les trois thèses constitutives du programme biolinguistique : premièrement, la grammaire universelle a un fondement biologique dans le cerveau et dans le patrimoine génétique de l’humanité ; deuxièmement, la connaissance de la grammaire internalisée par un locuteur a une réalité psychologique ; troisièmement, enfin, le modèle décrivant la connaissance internalisée du locuteur est un modèle abstrait et idéalisé. Ce sera l’objet des sections suivantes de ce chapitre.

2. Le réalisme scientifique de Chomsky

  • 15 Voir par exemple Harris (1964).

26La question de savoir si les structures décrites par la grammaire ont une réalité (psychologique) n’est pas nouvelle. Elle constitue déjà un objet de débat parmi les linguistes structuralistes américains.15 Cependant, ce débat prend une ampleur sans précédent avec le programme de recherche chomskyen tout entier fondé sur le mentalisme et l’innéisme. La question de la réalité psychologique de la grammaire est ainsi le cœur d’une controverse majeure qui a opposé Chomsky à de nombreux linguistes, psychologues et philosophes depuis les années 1960. Ce qu’il faut entendre par là, c’est, écrit Chomsky, « je suppose, de savoir s’il est légitime d’“imputer l’existence” à l’“appareillage” dont les propriétés se trouvent caractérisées par telles grammaires particulières ou par la grammaire universelle […] » (Chomsky 1980a, trad. p. 178-79).

27Pour Chomsky, à un premier niveau, la réponse va de soi : le réalisme découle de l’adoption d’une démarche scientifique dans l’étude de l’esprit. C’est ce premier élément de réponse que j’expliciterai dans cette section, les deux sections suivantes étant consacrées aux autres aspects du problème.

1. Réalisme contre instrumentalisme

28Chomsky défend le réalisme scientifique en linguistique. Selon l’interprétation réaliste, une théorie possède des conditions de vérité. Aussi abstraite soit-elle, une théorie décrit un aspect de la réalité observable. Selon l’interprétation anti-réaliste, que l’on qualifie en philosophie des sciences d’instrumentaliste, seules les prédictions possèdent une condition de vérité ; la théorie n’est qu’un instrument utile pour dériver des prédictions. Parce qu’elle est abstraite, contrairement aux prédictions, une théorie ne décrit rien ; c’est un instrument permettant de faire des prédictions qui, elles, décrivent la réalité observable.

29C’est Quine qui, dans un article de 1970 intitulé « Methodological Reflections on Current Linguistic Theory », a posé le problème de la réalité psychologique de la grammaire d’un point de vue qu’on peut rattacher à l’opposition entre réalisme et instrumentalisme en philosophie des sciences. La question, selon lui, est double : faut-il choisir entre deux grammaires extensionnellement équivalentes, c’est-à-dire qui engendrent le même ensemble de phrases ? Et si oui, comment choisir ? Pour Quine en effet, il existe toujours plusieurs systèmes de règles extensionnellement équivalents pour rendre compte des faits, et, en l’occurrence, du comportement verbal.

30A la première question, Quine répond négativement. Cela découle de la distinction qu’il opère entre l’adéquation (« fitting ») et le guidage (« guiding »). Selon lui, différents systèmes de règles extensionnellement équivalents décrivent correctement le comportement linguistique, mais aucun ne le guide, au sens où ce ne sont pas les règles de l’un ou l’autre système qui sont la cause du comportement, tout simplement parce que le locuteur ne connaît pas ces règles et ne les utilise pas consciemment. Quant à la seconde question, Quine répond qu’il n’existe pas de critère permettant de choisir entre deux systèmes extensionnellement équivalents. Si plusieurs systèmes de lois sont compatibles avec le comportement linguistique d’un individu, il est impossible de déterminer empiriquement quel système est effectivement employé, parce qu’il n’y a aucune donnée empirique permettant de trancher. C’est ce problème méthodologique qui constitue le fond de l’objection de Quine.

  • 16 Stich (1971) et (1972) avance le même genre d’objections. Voir Chomsky & Katz (1974) pour la répons (...)

31En l’absence de données susceptibles de trancher entre des grammaires extensionnellement équivalentes, il ne reste alors, du point de vue de Quine, que les critères de simplicité et de convenance, qu’avance aussi Chomsky. La critique de Quine est que ces critères sont subjectifs et ne peuvent suffire pour déterminer la réalité psychologique objective d’un modèle plutôt que d’un autre. Pour lui, il faut considérer les structures linguistiques, à l’instar des structures logiques, comme des « paraphrases » du langage ordinaire, des descriptions qui correspondent à certains besoins et buts, et qui ne sont pas exclusives les unes des autres.16

32Ces objections sont reprises par des philosophes de l’esprit. Chomsky (2000a) cite par exemple un argument utilisé par Davidson (1986) : la théorie linguistique se contenterait de décrire la compétence d’un interprète, et il n’y aurait pas de sens à se demander si des mécanismes dans l’esprit/cerveau du locuteur correspondent à cette description. On peut qualifier cet argument d’instrumentaliste : une théorie scientifique est un instrument, qui doit être jugé par son utilité, autrement dit par les succès prédictifs ou pratiques qu’il permet, mais qui n’engage en aucun cas la réalité des entités et des lois postulées par la théorie.

33La défense que Chomsky propose se situe sur le terrain du réalisme scientifique et consiste en une argumentation en faveur de son application à la linguistique. Chomsky tient le réalisme pour communément admis dans les sciences de la nature. Il souligne que l’attitude sceptique qui est celle de Quine ou de Davidson sur les mécanismes réels en jeu serait intenable dans les sciences de la nature, où il s’agit bien d’expliquer la réalité, et qu’il n’y aucune raison pour qu’elle le soit en psychologie. Si l’on étudie les hommes avec leur faculté de langage comme des objets de la nature, il n’y a pas de raison de faire de la conscience des règles la condition de leur réalité. Il n’y a pas de raison non plus, pour Chomsky, de s’en tenir à l’« adéquation » en supposant que dans le domaine du langage, contrairement aux autres domaines étudiés par les sciences naturelles, il n’y a pas de sens à choisir la théorie la plus probablement vraie, à faire des hypothèses sur la réalité psychologique et biologique.

  • 17 La question se pose cependant de savoir si la façon dont Chomsky interprète le problème en jeu épui (...)

34En défendant une interprétation réaliste de sa théorie, Chomsky affirme que « c’est une question de fait que de savoir si la connaissance de la grammaire est représentée dans l’esprit de la façon qu[’il a] esquissée, ou autrement ou pas, du tout […] » (Chomsky 1980a, trad. p. 100). C’est donc que pour lui, il existe des faits permettant de trancher entre des systèmes extensionnellement équivalents. Comme le souligne Jacob (1989, p. 63), le désaccord vient notamment du fait que Quine limite les données susceptibles de trancher entre des grammaires extensionnellement équivalentes au comportement verbal observable, ou aux dispositions du locuteur à un comportement observable dans des circonstances manifestes précises : s’il n’y a pas de données susceptibles de manifester une préférence du locuteur pour un système grammatical plutôt qu’un autre, il n’y a aucun sens à dire qu’il suit tel système plutôt qu’un autre. Pour Chomsky, au contraire, le linguiste peut et doit utiliser toutes les données biologiques et psychologiques disponibles, à commencer par les intuitions des locuteurs natifs qu’il faut rendre manifestes en interrogeant le locuteur sur des faits de langue pertinents.17

35Affirmer la réalité psychologique de la grammaire consiste donc pour Chomsky, « en étudiant le langage et la cognition en général, [à] adopter les hypothèses “réalistes” classiques dans les sciences de la nature » (Chomsky 1980a, trad. p. 100). Il remarque ainsi que s’il attribue à l’esprit/cerveau du locuteur les règles de la grammaire, c’est simplement parce qu’elles ne peuvent pas être localisées dans le pied (sic) (Chomsky 2003, p. 283). On peut parler, au sujet du langage, de réalité mentale, en prenant le terme « mental » dans le sens où on prendrait les termes de chimique, d’optique ou d’électrique, simplement pour désigner un aspect de la réalité (Chomsky 2000a, trad. p. 178).

36Il faut mentionner, pour finir, un autre type d’opposition au réalisme psychologique de Chomsky, qui consiste dans l’adoption d’une perspective qu’on pourrait dire essentialiste sur le langage. C’est la position de Katz (1977) qui propose une interprétation platonicienne de la théorie linguistique : la linguistique est une théorie d’une sorte particulière d’objets abstraits, les langages ; c’est une discipline formelle, comme les mathématiques. Cette position platonicienne n’est pas moins éloignée, selon Chomsky, du réalisme scientifique que l’instrumentalisme.

2. Réalisme et abstraction scientifique

37Ce que Chomsky entend par la réalité psychologique de la grammaire découle donc de sa position réaliste : la grammaire (ou la compétence) est réelle si la théorie qui la prend pour objet est vraie. La réalité de l’objet est une conséquence de la vérité de la théorie scientifique. C’est dans ces termes que Chomsky interprète le plus souvent le problème de la réalité psychologique de la grammaire (voir par exemple Chomsky 1975 et 1980a).

  • 18 Voir Harman (1980), p. 21, et la réponse de Chomsky : Chomsky (1980b), p. 45, cité par Rey (2003a).

38Cependant, certains philosophes, comme Harman18, ont reproché à Chomsky de confondre la grammaire du linguiste et la « grammaire » du locuteur, la théorie de la compétence élaborée par le linguiste et la compétence elle-même, c’est-à-dire la réalité mentale qui la constitue dans l’esprit/cerveau du locuteur. Harman conteste qu’on puisse conclure de la vérité de la théorie à la réalité des objets qu’elle postule. Pour Harman, on ne saurait identifier le formalisme utilisé par la théorie avec la réalité même. Le modèle du phénomène étudié que propose la théorie est formulé dans un certain formalisme ; or rien ne garantit que les objets abstraits construits dans ce formalisme correspondent à des aspects réels du phénomène étudié.

39Dans Réflexions sur le langage, Chomsky cite une objection de Schwarz sur le même point :

Le fait que nous puissions spécifier la compétence [d’un sujet] en termes d’un système formel de règles génératives n’implique pas par lui-même qu’[il] ait une représentation d’un système correspondant dans la tête. (Schwarz 1969, cité par Chomsky 1975, trad. p. 203)

40Chomsky interprète la critique de Schwarz comme une version de la thèse de la sous-détermination de la théorie par les faits, la ramenant à la question du choix entre des modèles extensionnellement équivalents que soulevait Quine. De fait, c’est presque toujours dans le cadre posé par les objections de Quine que Chomsky se situe pour discuter la question de la réalité psychologique. Cependant, il n’est pas sûr que Chomsky ait raison de comprendre l’objection de Schwarz de cette manière. L’objection, comme celle de Harman, vise aussi et peut-être surtout la question du rapport entre un modèle scientifique et la réalité qu’il veut expliquer ; on peut la comprendre comme une critique de l’identification de l’abstraction du linguiste avec la réalité psychologique. Si l’interprétation de Chomsky ne me paraît pas faire entièrement justice de l’objection, il n’en reste pas moins qu’on trouve dans d’autres textes des éléments pour y répondre qui montrent qu’il ne fait pas la confusion dont on l’accuse.

41L’objection provient, selon moi, d’un malentendu, et repose sur une confusion dans la compréhension du réalisme scientifique. Le réalisme scientifique, bien loin de confondre la théorie et son objet, les distingue au contraire clairement. Dans la mesure où l’abstraction scientifique est une reconstruction de la réalité, elle ne se confond pas avec la réalité elle-même ; elle reconstruit cette réalité avec des moyens qui lui sont propres. Les outils descriptifs de la théorie linguistique ne peuvent donc être réels, au sens où ils correspondraient immédiatement et sous leur forme propre aux structures de la faculté de langage dans l’esprit/cerveau du locuteur. De même, contrairement à ce qu’affirmait Galilée en disant que la nature est un livre écrit en caractères mathématiques, les mathématiques ne sont pas la réalité même ; elles ne sont pas dans la nature, mais elles sont le produit du cerveau humain qui cherche à comprendre la réalité et la reconstruit. Ainsi, la grammaire du linguiste ne peut être réelle au sens où elle s’identifierait directement à l’objet d’étude ; elle ne peut l’être que dans la mesure où elle est vraie, où elle est une théorie scientifique correcte de cet objet. Dans le cas où elle est vraie, on peut supposer que les principes qu’elle décrit ont quelque chose à voir avec les mécanismes psychologiquement réels du langage.

42Chomsky distingue donc bien entre la grammaire du linguiste et la grammaire du locuteur, même s’il maintient parfois une ambiguïté dans l’emploi des termes :

On prendra soin de distinguer entre la grammaire comme structure postulée dans l’esprit, et la grammaire du linguiste, théorie articulée explicite qui s’efforce d’exprimer précisément les règles et les principes de la grammaire présente dans l’esprit du locuteur-auditeur idéal. Cette grammaire du linguiste est une théorie scientifique, juste pour autant qu’elle correspond à la grammaire intérieurement représentée. (Quant à ce qu’il faut entendre exactement par « correspondre » s’agissant de l’étude abstraite d’un système physique, c’est là une question complexe, qui n’est pas propre à notre entreprise.) Cela étant, on utilise communément le terme « grammaire » avec une ambiguïté systématique, en laissant au contexte le soin de préciser s’il faut entendre la grammaire intériorisée, ou bien la théorie du linguiste. Pratique bien légitime, mais qui peut être source de confusion si l’on y prend garde. (Chomsky 1980a, trad. p. 207-208)

43Défendre le réalisme scientifique, ce n’est donc pas assimiler un modèle théorique à la réalité. La confusion qui semble à la source des objections que j’ai mentionnées consiste à faire du réalisme une thèse identifiant un modèle théorique à la réalité qu’il décrit. Si la notion de correspondance entre une théorie et la réalité est, comme le rappelle Chomsky dans ce texte, une notion complexe, elle ne signifie pas en tout cas que la théorie est identique à la réalité.

3. Linguistique, psychologie et neurobiologie

44Le problème de la réalité psychologique de la grammaire n’est cependant pas épuisé par la question du réalisme scientifique. Voici comment Chomsky pose le problème dans Règles et représentations :

La question est donc : qu’est-ce que la « réalité psychologique », distinguée de la « vérité dans tel domaine » ?
Comme on s’en est aperçu, je ne suis pas convaincu de l’existence de cette distinction, et je ne vois toujours pas ce qui nous empêcherait de tenir nos théories pour provisoirement vraies à leur niveau de description, puis de les préciser, de les évaluer et de les relier à d’autres niveaux de description, dans l’espoir de découvrir au bout du compte les systèmes neuraux et biochimiques dotés des propriétés qu’elles expriment. (Chomsky 1980a, trad. p. 103)

45Ce passage reformule la position réaliste examinée dans la section précédente, mais il y ajoute une idée supplémentaire : c’est l’idée que la théorie linguistique se situe à un certain niveau de description, qui est abstrait par rapport au niveau neurobiologique. En raison de cette abstraction, il pourrait paraître difficile d’attribuer à la théorie linguistique une réalité dans l’esprit/ cerveau de l’individu.

46La défense du réalisme scientifique par Chomsky ne constitue donc qu’un premier niveau de réponse au problème de la réalité de la grammaire psychologique : l’abstraction de la théorie, au sens où elle se situe à un niveau abstrait de description par rapport à la réalité neurobiologique, en est un autre élément qu’il faut maintenant considérer. La notion d’abstraction qui est en jeu dans les rapports entre la linguistique, la psychologie et la neurobiologie n’est plus la notion d’abstraction scientifique sur laquelle j’ai insisté jusque là, avec sa portée méthodologique qui l’oppose aux conceptions de sens commun. Il s’agit du rapport entre des niveaux de description différents d’une même réalité. Pour démêler tous les enjeux du débat sur la réalité psychologique de la grammaire, il faut bien distinguer ces deux sens différents de l’abstraction.

  • 19 La notion de niveau n’a pas de portée ontologique pour Chomsky ; c’est une notion épistémologique, (...)

47Dans cette section, je m’intéresse donc à la dimension du débat qui porte sur la manière dont les théories de l’esprit se rapportent aux théories du cerveau.19 Il y a essentiellement deux niveaux en jeu, le niveau psychologique et le niveau neurobiologique, puisque la linguistique mentaliste appartient, selon Chomsky, de plein droit à la psychologie. Cependant, de nombreux opposants à Chomsky refusent d’inclure la linguistique dans la psychologie et introduisent une discussion sur la relation de la linguistique à la psychologie ou à la psycholinguistique, avant même de discuter de sa relation à la neurobiologie. Au-delà des objections adressées à Chomsky, l’histoire des liens entre la grammaire générative et la psycholinguistique témoigne de ce que le rapport de l’une à l’autre n’a rien d’évident. J’examinerai les objections adressées à Chomsky sur ce point avant d’expliciter les rapports entre linguistique, psychologie et neurobiologie.

1. Les débats sur l’objet de la linguistique

48La question de la réalité psychologique de la grammaire a été interprétée par un certain nombre de philosophes et de psychologues comme celle des rapports entre la linguistique et la psycholinguistique, de leur identification ou de leur distinction nécessaire. Ils ont fait porter la discussion sur l’objet de la linguistique en tant que discipline scientifique.

49Si la discussion se réfère au programme de recherche mentaliste de Chomsky, son point de départ plus immédiat est un article de Fodor (1981a) où celui-ci oppose deux conceptions de la linguistique : la conception juste (« the Right View »), qu’il partage avec Chomsky et Chomsky & Katz (1974), et la conception fausse (« the Wrong View »), qui est celle de Stich (1972) et de Katz (1977). Pour la première, la linguistique fait partie de la psychologie, elle parle de la compétence qui est internalisée par chaque locuteur. Pour la seconde, il y a une séparation entre les données linguistiques et les données psychologiques ; il existe un ensemble de données de base, en l’occurrence un ensemble d’énoncés, que la théorie linguistique doit expliquer, et l’on s’interdit de recourir à d’autres données, notamment psychologiques, pour choisir entre des grammaires décrivant chacune tout aussi bien ces données.

50En réponse à l’argumentation de Fodor, Devitt & Sterelny (1989) ont proposé une défense de la « conception fausse ». Ils font une distinction entre la linguistique, qui traite des symboles linguistiques, et la psycholinguistique, dont l’objet est la compétence du locuteur. D’accord avec Soames (1984), ils dénoncent la confusion entre deux tâches théoriques distinctes : l’étude des symboles linguistiques et celle de la compétence. Pour Soames (1984) en effet, les théories linguistiques, portant sur la structure des langues naturelles, d’une part, et les théories de l’acquisition du langage et de la compétence linguistique d’autre part sont non seulement conceptuellement distinctes mais divergent aussi empiriquement, au sens où il n’y a pas d’isomorphie, selon lui, entre les structures utilisées par les meilleures théories linguistiques et les représentations internes postulées par la psychologie cognitive.

51Devitt & Sterelny (1989), comme Soames (1984) et comme, plus récemment, Devitt (2006), ne nient pas la légitimité, l’intérêt et les succès d’une approche mentaliste du langage. Mais ils considèrent que les principes linguistiques sont distincts des mécanismes causaux psycholinguistiques et nient pour cette raison que la linguistique ait pour objet les structures internalisées par les locuteurs.

52Les tenants du programme de recherche chomskyen ont répondu de trois manières à ces objections.

53Tout d’abord, Chomsky comme Fodor contestent qu’on puisse fonder une distinction disciplinaire entre la linguistique et la psychologie sur la base d’un partage des données auxquelles chacune aurait affaire. Ils en font une question de méthode : proposer un partage des données entre la linguistique et la psycholinguistique est contraire à la méthodologie scientifique (Chomsky 1986, p. 34sq, et 2000a). En effet, « [u]ne observation empirique ne se présente pas avec la notice “Je suis pour X” écrite sur sa manche, que X soit la chimie, la linguistique ou quoi que ce soit » (Chomsky 2000a, trad. p. 297-98) ; toutes les données empiriques sont bonnes à prendre si la linguistique doit être traitée à l’instar des sciences naturelles (voir aussi Chomsky 1986, p. 36-37). « Nous ne pouvons pas savoir à l’avance quelles sortes de données pourraient se rapporter à ces questions » (Chomsky 2000a, trad. p. 298 ; voir aussi Chomsky 1980a, trad. p. 103sq).

54Pour justifier la distinction entre la linguistique et la psychologie, il faudrait montrer que le langage ne dépend pas essentiellement de la capacité cognitive de l’individu et qu’il peut être étudié scientifiquement autrement que comme « langue interne ». Or, et c’est le deuxième argument avancé contre cette objection, les auteurs qui ont pris part à la controverse ne proposent pas de réelle alternative à la conception chomskyenne. Laurence (2003) souligne ainsi que Devitt & Sterelny (1989) ne font que théoriser la conception populaire de la linguistique, sans fournir une conception scientifique alternative. C’est une réponse qui va certainement dans le sens de ce que pourrait dire Chomsky lui-même dans la mesure où, comme on l’a vu, la perspective mentaliste est pour lui la seule perspective scientifique possible sur le langage.

  • 20 Voir aussi Collins (2008a), p. 22, qui répond sur ce point à Devitt (2006).

55Enfin, les critiques avancées accusent Chomsky d’une confusion qu’il ne commet pourtant pas : la théorie chomskyenne fait bien la différence entre la théorie de la compétence et la théorie des mécanismes psycholinguistiques et neuronaux de traitement du langage, mais cette distinction n’est pas une distinction, pour Chomsky, entre linguistique et psychologie : c’est une distinction entre la théorie de la compétence et la théorie de la performance qui appartiennent toutes deux à la psychologie (voir Chomsky 1980a, p. 190-91).20

  • 21 C’est par exemple exactement le même contresens que semble commettre Soames quand il expose la conc (...)
  • 22 Voir, par exemple, Fodor & Bever (1965) ; Mehler (1969) ; Fodor, Bever & Garrett (1974) ; Berwick  (...)

56Ce point semble avoir fait l’objet d’un profond malentendu, partagé par les différents auteurs21, et qui rend le débat sur l’objet de la linguistique que je viens de résumer mal conçu. On peut probablement expliquer en partie le malentendu par l’histoire des liens que la linguistique générative a entretenu avec la psycholinguistique. Dès les débuts de la grammaire générative, des tentatives ont été faites pour relier la théorie linguistique à des mécanismes de traitement psychologiques22. Ces tentatives ont pu contribuer à développer l’idée que la grammaire tire sa réalité psychologique de son implémentation dans des mécanismes psychologiques. Le fait que ces tentatives n’aient pas eu le succès escompté a servi de base à la critique de la réalité psychologique de la grammaire. Ainsi, pour Bresnan & Kaplan (1982), la grammaire générative n’a pas été incorporée à des modèles réalistes de l’utilisation du langage, et cela montre, selon eux, qu’une grammaire fondée sur des motivations linguistiques n’est pas forcément réelle psychologiquement. Comme Soames (1984), ils pensent que la grammaire du linguiste ne peut être dite psychologiquement réelle que si elle est isomorphe à la grammaire représentée dans un modèle de traitement de l’utilisation du langage pour la langue considérée. C’est aussi sur cette base que Stabler (1983) critique Chomsky.

  • 23 Il est aussi mentionné par Marr (1982), p. 28, au même titre.

57Même si Chomsky a fait, dans ses tout premiers travaux, l’hypothèse que la grammaire et les mécanismes de traitement sont isomorphes et a recherché de tels mécanismes de traitement (voir Miller & Chomsky 1963), Matthews (1991) souligne que la conception selon laquelle la théorie linguistique décrit des processus psychologiques causaux est davantage celle des partisans de la « conception juste » que de Chomsky lui-même. Mais le fait que des philosophes et des psychologues se réclamant du générativisme aient adopté cette conception n’a pu que favoriser le malentendu. La relation entre les structures linguistiques et les mécanismes psychologiques sous-jacents n’est en réalité pas immédiate. D’autres types de modèles ont pris en compte ce fait, comme celui de Marcus (1980), mentionné par Matthews (1991)23, qui consiste dans un analyseur syntaxique (« parser ») avec une base représentationnelle non isomorphe à celle du linguiste.

58Ainsi, il est difficile de recevoir les objections formulées contre le programme de recherche chomskyen au nom d’une distinction entre la linguistique et la psychologie (ou la psycholinguistique). Du point de vue de Chomsky, dans la mesure où un traitement scientifique du langage suppose d’étudier la langue interne du locuteur, la linguistique peut bien être une description abstraite de la langue interne, au sens de l’abstraction dégagé dans cette section, il n’en reste pas moins qu’elle est la description d’un objet naturel, réalisé dans l’esprit cerveau du locuteur, et qu’elle fait partie intégrante, à ce titre, de la psychologie humaine.

2. La linguistique et l’esprit/cerveau : des niveaux de description d’une même réalité

59L’abstraction ne disqualifie pas la réalité psychologique du modèle chomskyen. Pour Chomsky, que les lois du langage ne soient pas des mécanismes causaux n’invalide pas leur légitimité à un certain niveau, abstrait, de description psychologique :

[…] la linguistique est l’étude abstraite de certains mécanismes, de leur croissance et de leur maturation. Il est tout aussi licite d’y imputer l’existence aux structures postulées pour les états initial, intermédiaire et stationnaire que s’agissant d’un programme qu’on estime représenté d’une certaine façon dans un ordinateur, ou de la représentation mentale d’un objet tridimensionnel situé dans le champ visuel. (Chomsky 1980a, trad. p. 177-178)

  • 24 La question de la position de Chomsky sur les rapports entre le corps et l’esprit outrepasse les li (...)

60Pour justifier la légitimité de la linguistique ainsi conçue, Chomsky affirme que « [p]our tout organisme ou toute machine, on peut distinguer entre l’examen abstrait des principes selon lesquels il ou elle fonctionne, et l’étude de la réalisation matérielle des processus et des composants postulés au cours de l’examen abstrait » (ibid., trad. p. 213). L’abstraction que Chomsky revendique correspond à l’étude de l’esprit par opposition à l’étude du cerveau24. Cela ne signifie pas que la psychologie a sa réalité propre, indépendamment de la neurobiologie, puisque pour lui, « en dernier ressort, l’étude du langage relève de la biologie humaine » (ibid., trad. p. 213) – c’est là le fondement de tout le programme biolinguistique. Mais cela signifie que l’existence de plusieurs niveaux de description est légitime.

61Dans un autre texte, Chomsky la revendique par comparaison avec la chimie (cf. Chomsky 1988, p. 7-8). Ce passage inciterait à parler, avec Jenkins (2000), d’émergentisme au sujet de la théorie chomskyenne. Chomsky y esquisse en effet l’idée que l’esprit possède des propriétés émergentes, nouvelles et spécifiques, par rapport aux propriétés cérébrales, ce qui rend non seulement légitime mais nécessaire d’avoir différents niveaux de description de la même réalité.

62Cependant, la manière la plus courante dont Chomsky lui-même justifie la réalité psychologique de la grammaire à son niveau d’abstraction propre consiste à se référer aux différents niveaux de description envisagés par Marr (1982) dans l’explication de la vision (voir Chomsky 1982, p. 34).

63Dans son fameux livre Vision, Marr fait valoir que lorsqu’on considère des tâches de traitement de l’information, comme la vision ou le langage, pour comprendre le mécanisme qui accomplit une tâche de traitement de l’information, on a besoin de différents types d’explications. Il dégage trois niveaux de modélisation nécessaires : le premier niveau, le plus abstrait, traite de ce qu’un mécanisme fait et pourquoi ; le second niveau s’intéresse à comment, au moyen de quel algorithme, le mécanisme transforme les représentations qu’il prend en entrée dans les représentations qu’il produit en sortie ; le troisième niveau concerne la réalisation physique du mécanisme (cf. Marr 1982, p. 22-24). Pour Marr, le niveau fondamental est le premier, la théorie de la computation (ibid., p. 27). Selon lui, on ne peut élucider ni le mécanisme ni l’algorithme tant qu’on ne sait quelle fonction (au sens mathématique du terme) le système doit calculer, autrement dit le problème il doit résoudre.

64Marr illustre ses conclusions non seulement dans le cas de la perception et de la vision, mais aussi du langage, en citant Chomsky (ibid., p. 28). Réciproquement, Chomsky (1982, p. 10) souligne que la théorie qu’il propose se situe au niveau ce que Marr & Nishihara (1978) appellent la théorie de la computation, qui cherche à caractériser les propriétés générales du système étudié. Et il l’oppose au niveau de l’algorithme, qui décrit les mécanismes de traitement effectifs, les procédures d’analyse.

65Chomsky remarque aussi que les données linguistiques importent autant, du point de vue de la réalité psychologique de la grammaire, que des données qui pourraient sembler, de prime abord, plus concrètes, comme la mesure des temps de réaction dans un test psychologique. De son point de vue, il y a une illusion, peut-être héritée du behaviorisme, à considérer les résultats expérimentaux comme un type de données plus fiable et plus important que les autres types de faits utilisés par le linguiste. En réalité, ce serait bien plutôt le contraire, dans la mesure où les faits internes à la linguistique sont reliés d’une manière bien plus solide à la théorie linguistique que ne le sont les données psychologiques à des théories psycholinguistiques encore, pour une bonne part, en voie d’élaboration.

66On peut conclure sur ce point que la théorie linguistique et la théorie psychologique des mécanismes de traitement du langage ne sont pas deux disciplines différentes parce que leur objet serait différent, mais bien deux niveaux de description, qui se situent à des degrés d’abstraction différents, d’une seule et même réalité. Dans la perspective chomskyenne, le niveau computationnel, au sens de Marr, auquel se situe la théorie linguistique est un élément fondamental d’une théorie psychologique et neuronale du langage.

4. La connaissance du langage

  • 25 Dans ce qui suit, j’emploierai l’expression « connaissance du langage » au sens technique de connai (...)

67Une fois levées les objections concernant la réalité psychologique de la grammaire, il reste à comprendre comment Chomsky conçoit cette réalité. Le fait que la grammaire ait une réalité psychologique signifie que le locuteur possède une connaissance du langage, plus précisément une connaissance de la grammaire de sa langue25, qui est une représentation mentale, interne. Cela a suscité et suscite encore de nombreuses discussions pour savoir ce qu’il faut entendre exactement par « connaissance du langage ». Cependant, les désaccords dans ces discussions sont moins radicaux que ceux que j’ai examinés dans les sections précédentes, dans la mesure où il y a un accord minimal sur le fait que la grammaire est psychologiquement réelle, le débat portant sur la nature de cette réalité mentale. Il s’agira pour moi, non de présenter de manière exhaustive ces discussions et les différentes options théoriques en présence, ce qui serait un sujet extrêmement vaste, mais d’exposer et de clarifier la position de Chomsky.

1. « Savoir comment » ou « savoir que » ? Ni l’un ni l’autre.

68Pour comprendre ce qui est en jeu, il faut cependant repartir d’un peu plus loin et introduire les discussions sur la nature de la connaissance du langage à partir d’une polémique entre Chomsky et ceux, philosophes ou psychologues, qui soutiennent que la maîtrise du langage est une capacité, une disposition ou une habileté, mais non une connaissance au sens propre.

  • 26 Voir aussi Stich (1971) pour le même type d’objection.

69Les critiques de Chomsky ont renvoyé à la distinction proposée par le philosophe Gilbert Ryle entre « savoir comment » (« knowing how »), qui désigne une habileté pratique, et « savoir que » (« knowing that »), qui désigne la connaissance propositionnelle. Ainsi Harman (1967), dont l’article vise à critiquer la notion de compétence et à montrer qu’elle n’est pas nécessaire en linguistique, soutient que Chomsky fait une confusion entre « savoir comment » et « savoir que ». Selon lui, Chomsky prétend que le locuteur a une représentation interne d’un système de règles grammaticales, alors qu’en réalité seul le linguiste peut avoir une telle représentation. Harman illustre son propos par une comparaison avec un cycliste : ce que le cycliste fait pour rester sur le vélo est dicté par des principes de la physique ; pour autant, on ne dirait pas que celui-ci a une représentation tacite ou intuitive de ces principes. Harman en conclut que la compétence du locuteur est de l’ordre du « savoir comment » et non du « savoir que ».26

70Si la capacité linguistique est seulement un savoir pratique, procédural, qui n’implique pas l’accès par le locuteur à des représentations linguistiques internalisées, on ne peut pas parler au sens strict de connaissance du langage.

  • 27 Il faut remarquer cependant que Chomsky critique la distinction en elle-même entre « savoir comment (...)

71C’est ce avec quoi Chomsky ne saurait être d’accord. Comme le soulignent Jacob (2001) et Collins (2004, p. 513), Chomsky tient au terme de connaissance malgré tout parce que la maîtrise de sa langue par une personne n’est pas un ensemble de dispositions comportementales mais relève de la possession d’une « certaine structure de règles, de principes et de représentations existant dans l’esprit » (Chomsky 1980a, trad. p. 89). Si le « savoir comment » renvoie aux dispositions ou aux capacités, Chomsky est obligé de comprendre la connaissance du langage comme un « savoir que ».27

72Deux problèmes se posent alors : Chomsky soutient-il vraiment ce que Devitt & Sterelny (1989) appellent la « version folle » de la thèse de la réalité psychologique de la grammaire, à savoir que le locuteur a une connaissance propositionnelle du langage ? Et si c’est le cas, comment défend-il sa position ? La question est de comprendre ce qu’entend exactement Chomsky par « connaissance du langage ». Il s’agit notamment d’expliquer quelle relation la notion de connaissance proposée par Chomsky entretient avec la notion philosophique de connaissance d’une part et avec la notion ordinaire de connaissance d’autre part.

2. Connaissance tacite et connaissance inconsciente

73Un premier point de désaccord avec de nombreux philosophes tient à ce que, selon Chomsky, la connaissance qu’a le locuteur de sa langue est une connaissance tacite ou inconsciente.

74On peut prendre un exemple, emprunté à Rizzi (2002, p. 3), pour illustrer ce dont il s’agit à ses yeux : tout locuteur de l’anglais sait qu’un nom et un pronom peuvent avoir la même référence (peuvent co-référer) dans certains cas, mais non dans d’autres, comme dans les phrases suivantes :

  1. Johni thinks that hei will win the race [Jeani pense qu’ili va gagner la course.]
  2. * Hei thinks that Johni will win the race [*Ili pense que Jeani va gagner la course.]
  3. Johni’s opinion on hisi father is surprising [L’opinion de Jeani sur soni père est surprenante.]
  4. * Hisi opinion on Johni’s father is surprising [*Soni opinion sur le père de Jeani est surprenante.]
  • 28 Voir le premier chapitre, p. 52, pour une définition de la notion de c-commande.

75Dans les phrases (4) et (6), les formes pronominales « he » et « his » ne peuvent co-référer avec le nom « John ». Les locuteurs de l’anglais ont sur l’interprétation des pronoms des intuitions très claires, qu’ils peuvent appliquer aux nouvelles phrases qu’ils entendent. Cependant, les principes qui expliquent ces intuitions ne sont pas faciles à mettre en évidence et ne sont pas accessibles aux locuteurs par introspection. Le problème de la coréférence a été élucidé par Reinhart et Lasnik à la fin des années 1970, par l’introduction de la notion de c-domaine d’un élément et par la relation correspondante de c-commande.28 Le linguiste propose des hypothèses précises sur la connaissance tacite, inaccessible par introspection, qui guide les jugements linguistiques des locuteurs, puis il fait des prédictions à partir de ces hypothèses et les teste empiriquement. Mais comment assigner à un locuteur une connaissance du langage, s’il n’en est pas conscient et s’il ne peut pas la formuler, à moins d’être un linguiste professionnel ?

76Un premier type d’objections consiste à faire valoir que l’usage du terme de « connaissance » est impropre dans ce cas, parce que la connaissance implique nécessairement la conscience (Nagel 1969 ; Searle 1980), ou, comme Nagel le formule, la « reconnaissabilité », c’est-à-dire au moins la possibilité du passage à la conscience, en l’occurrence la possibilité que le locuteur reconnaisse une règle de grammaire comme une partie de sa connaissance du langage quand on la lui présente.

77Chomsky (1980a) répond qu’il utilise le terme de connaissance de manière informelle pour décrire une réalité représentée dans l’esprit/cerveau du locuteur. Et pour clore la polémique, Chomsky a proposé de remplacer le terme « connaître » par un nouveau verbe, « cogniter » (« cognize » en anglais) (voir Chomsky 1980a, trad. p. 90). En introduisant le terme de « cogniter », Chomsky fait aussi une critique du concept de connaissance utilisé par les philosophes :

En résumé, je continuerai d’employer les termes « connaître » ou « savoir » au sens de « cogniter », persuadé que, ce faisant, on progresse dans l’élaboration d’un concept adapté à l’étude de la nature et des origines de ce que tout le monde s’accorde à appeler connaissance que ou connaissance de. […]Avoir une connaissance est, selon moi, justiciable, au moins en partie, d’une analyse tout à fait différente [de l’analyse traditionnelle, en termes de justification, raisons, etc.], fondée sur la possession de certaines structures mentales. (Ibid., trad. p. 96)

78Chomsky maintient que l’usage intuitif du mot « savoir » ou « connaître » (qui correspond au terme « cognize ») ne répond pas aux conditions imposées par l’épistémologie analytique, y compris la condition selon laquelle celui qui sait doit pouvoir énoncer une proposition.

79Beaucoup de ses opposants, à commencer par Devitt (2006), comprennent que Chomsky affirme que la connaissance internalisée du locuteur consiste dans la théorie du linguiste. Il s’agirait donc pour lui d’une connaissance propositionnelle parce qu’elle contiendrait des règles du type de celles qu’énonce le linguiste. Ou en d’autres termes, la connaissance que Chomsky attribue au locuteur est propositionnelle parce qu’il l’identifie avec la grammaire produite par le linguiste. Nous avons vu que Chomsky ne fait pas cette confusion. Il reste à éclaircir la conception de la connaissance qui est en jeu pour lui.

3. La conception chomskyenne de la connaissance du langage

  • 29 Tout en défendant la conception chomskyenne générale selon laquelle le locuteur a une connaissance (...)

80Dans les débats actuels suscités par le livre de Michael Devitt (2006), Ignorance of Language, qui prend le contrepied de la conception chomskyenne du langage, Barry Smith et John Collins ont défendu la thèse (chomskyenne) qu’il y a une connaissance du langage29. Ils ont grandement contribué à clarifier la position de Chomsky lui-même. L’examen de ces débats fait ressortir le point fondamental suivant : la connaissance du langage n’est pas une relation épistémique entre un sujet, le locuteur, et un objet, sa langue ; la notion de connaissance telle que Chomsky l’entend n’est pas relationnelle.

  • 30 Smith remarque que, si la connaissance du langage est un état de l’esprit/cerveau, « elle n’est la (...)

81Pour lui, si la connaissance du langage n’implique pas de relation épistémique du locuteur à un ensemble de représentations linguistiques, c’est qu’il n’y a rien à représenter : le langage n’est pas représenté dans l’esprit du locuteur, mais c’est le langage lui-même qui constitue un état de l’esprit/cerveau du locuteur (Smith 2006a, p. 448). Il n’y a pas pour Chomsky de représentation interne du langage.30 Il ne faut pas se laisser induire en erreur ni par l’idiome anglais « to know a language », qui semble induire une relation cognitive entre le locuteur et une entité extérieure à lui que serait sa langue (Chomsky 2003, p. 282), ni par le mot « représenter » qui semble induire quelque chose de représenté.

82On peut alors dire que sa langue interne permet au locuteur d’acquérir une connaissance propositionnelle de nombreuses règles linguistiques, mais il est difficile de dire que le locuteur connaît au sens propositionnel une langue interne, parce que la notion traditionnelle de connaissance propositionnelle implique une relation épistémique qui est absente de la conception chomskyenne de la connaissance du langage (voir Collins 2004, 2008a).

  • 31 La notion de représentation employée par Chomsky nécessite bien sûr elle aussi d’être explicitée et (...)

83La meilleure façon de comprendre ce que Chomsky a en vue quand il parle de connaissance du langage est donc de considérer qu’il s’agit d’une représentation mentale (ou d’un ensemble de représentations mentales), non consciente.31 Connaître sa langue, c’est posséder une représentation interne de la grammaire de sa langue, sans qu’il faille concevoir la représentation comme une entité avec laquelle le locuteur serait en relation : la connaissance consiste dans la représentation elle-même, mais il n’y a pas un rapport théorique de connaissance entre le locuteur et la représentation de la grammaire de sa langue. Parce qu’il s’agit d’une représentation mentale, on ne peut parler de capacité ou de disposition pour qualifier la connaissance du langage. Mais parce qu’il n’y a pas un rapport de connaissance au sens scientifique ni philosophique du terme, on ne peut pas parler non plus de connaissance propositionnelle.

84J’ai donc montré dans ce chapitre que les débats rassemblés sous le thème de la réalité psychologique de la grammaire renvoient en réalité à plusieurs discussions différentes. Premièrement, la théorie linguistique de Chomsky est un modèle abstrait et idéalisé de la faculté de langage. Deuxièmement, c’est sur la base d’une interprétation réaliste de la théorie linguistique que la grammaire, décrite par la théorie, peut être dite réelle, dans la mesure où la théorie est vraie. Cela ne signifie pas que la grammaire du linguiste se confond avec la grammaire internalisée du locuteur. Troisièmement, la théorie linguistique est également abstraite en un autre sens, parce qu’elle se situe à un niveau abstrait par rapport à une description psychologique ou à une description neurologique. La grammaire qu’elle décrit n’en est pas moins réelle psychologiquement de ce point de vue aussi, parce que les différents niveaux de description ne mettent pas en cause l’unité de la réalité visée, la faculté de langage dans l’esprit/cerveau du locuteur. Le niveau linguistique abstrait s’articule aux niveaux psychologique et biologique comme la théorie de la computation s’articule, chez Marr, au niveau de l’algorithme et à celui de l’implémentation. Quatrièmement, enfin, Chomsky conçoit la grammaire internalisée par le locuteur, dont la grammaire du linguiste est une modélisation, comme un ensemble de représentations mentales. S’il parle de « connaissance du langage », le terme renvoie uniquement à ces représentations ; il ne signifie pas que le langage est, pour le locuteur, un objet de connaissance, au sens scientifique ou philosophique du terme. Pour Chomsky, la compétence linguistique n’est donc pas une forme de connaissance propositionnelle.

85La clarification de l’idée d’une réalité psychologique de la grammaire permet de comprendre que Chomsky défende la thèse de l’innéité de la faculté de langage sans situer la discussion aux niveaux neurologique et génétique. Les arguments que Chomsky avance en faveur de son hypothèse se situent au niveau abstrait de la théorie linguistique. Ils n’en portent pas moins sur une réalité psychologique et biologique. Ce sont ces arguments que j’examine dans le chapitre suivant.

Notes

1 L’expression renvoie au célèbre livre de Lenneberg (1967), The Biological Foundations of Language, auquel Chomsky a contribué et qu’il cite très souvent.

2 Boeckx et Grohmann, dans l’éditorial du journal Biolinguistics créé en 2007, reviennent sur les origines du terme (cf. Boeckx & Grohmann 2007, p. 2-3).

3 Je reviendrai sur la différence entre abstraction et idéalisation dans ce qui suit.

4 Cf. Antony & Hornstein (2003).

5 Voir, par exemple, Barber (2003b) pour une présentation des discussions sur la réalité psychologique de la grammaire, et les débats récents dans Croatian Journal of Philosophy entre Collins (2006, 2008a et 2008b), Matthews (2006, 2008), Smith (2006, 2008), et Devitt (2006) notamment.

6 Le « I » de « I-language » vaut aussi pour « individual » et « intensional ». Je laisse ces aspects de côté pour l’instant ; j’y reviendrai au chapitre 4.

7 Voir la définition du langage proposée par Bloomfield (1933) déjà évoquée au chapitre 1 (supra xxxx).

8 Cf. Chomsky (1986), p. 19.

9 Cf. Chomsky (1993) et (2000a).

10 Signalons qu’un philosophe comme Donald Davidson pourrait souscrire à la critique chomskyenne de la notion d’« E-language », dont il nie, lui aussi, la cohérence (voir par exemple Davidson 1986).

11 On peut faire sur ce point une remarque historique et conceptuelle. L’analogie entre la notion de compétence et la notion saussurienne de langue, que Chomsky lui-même fait parfois, apparaît assez superficielle. En distinguant langue et parole, Saussure exclut de la linguistique, tout comme Chomsky, ce qui relève non du système de la langue mais des aléas de la production. Cependant, la langue est éminemment sociale pour Saussure (Saussure 1916, p. 25 et note 63), alors que la compétence est individuelle pour Chomsky, c’est-à-dire qu’elle n’a pas du tout la même source : la compétence a sa source dans la faculté de langage, et c’est ce qui en fait un objet d’étude scientifique possible. La perspective mentaliste donne donc son sens spécifique à la notion chomskyenne de compétence.

12 Une « grammaire noyau » est une « façon particulière de fixer les valeurs des différents paramètres » (Chomsky 1981a, trad. p. 27). L’expérience fixe la valeur des paramètres de la grammaire universelle et procure ainsi à celui qui apprend la langue une grammaire noyau.

13 Chomsky propose de parler de grammaire noyau parce que dans les conditions réelles (non idéalisées), chaque langue se constitue aussi par des emprunts, des résidus historiques, des inventions personnelles, qui ne sont pas décrits par la grammaire. Ces divers éléments constituent la « périphérie » par opposition au « noyau » ; ils sont eux-mêmes structurés : Chomsky parle de périphérie « marquée » au sens où une théorie de la « marque » permet d’étendre la grammaire noyau à une périphérie.

14 Je consacrerai le troisième chapitre à l’examen de ces arguments.

15 Voir par exemple Harris (1964).

16 Stich (1971) et (1972) avance le même genre d’objections. Voir Chomsky & Katz (1974) pour la réponse à ces objections.

17 La question se pose cependant de savoir si la façon dont Chomsky interprète le problème en jeu épuise le débat avec Quine. En effet, Quine défend une thèse supplémentaire sur le langage, appelée la « thèse sur l’indétermination de la traduction », qui rend dans ce domaine la notion même de choix correct d’une théorie de préférence à telle autre dépourvue de sens (voir Quine 1960). Chomsky refuse, à tort ou à raison, de donner un sens à cette dernière thèse de Quine et d’interpréter ses objections aussi à la lumière de celle-ci (voir Chomsky 1980a, trad. p. 19 et 23). L’examen de la thèse de Quine et du jugement que porte sur elle Chomsky dépasse mon propos. Sur cette controverse entre Chomsky et Quine, on peut se référer à Jacob (1989).

18 Voir Harman (1980), p. 21, et la réponse de Chomsky : Chomsky (1980b), p. 45, cité par Rey (2003a).

19 La notion de niveau n’a pas de portée ontologique pour Chomsky ; c’est une notion épistémologique, qui n’implique aucun dualisme ontologique dans les rapports entre l’esprit et le cerveau. Je préciserai par la suite ce que Chomsky entend par cette notion.

20 Voir aussi Collins (2008a), p. 22, qui répond sur ce point à Devitt (2006).

21 C’est par exemple exactement le même contresens que semble commettre Soames quand il expose la conception de la linguistique qu’il défend par opposition à la conception chomskyenne (voir Soames 1984, p. 157).

22 Voir, par exemple, Fodor & Bever (1965) ; Mehler (1969) ; Fodor, Bever & Garrett (1974) ; Berwick & Weinberg (1983) et (1984) ; Berwick, Abney & Tenny (1991).

23 Il est aussi mentionné par Marr (1982), p. 28, au même titre.

24 La question de la position de Chomsky sur les rapports entre le corps et l’esprit outrepasse les limites de cette section. J’y reviendrai au chapitre 4.

25 Dans ce qui suit, j’emploierai l’expression « connaissance du langage » au sens technique de connaissance de la grammaire d’une langue donnée, suivant l’usage dans les débats que je vais présenter.

26 Voir aussi Stich (1971) pour le même type d’objection.

27 Il faut remarquer cependant que Chomsky critique la distinction en elle-même entre « savoir comment » et « savoir que » (voir Chomsky 1968).

28 Voir le premier chapitre, p. 52, pour une définition de la notion de c-commande.

29 Tout en défendant la conception chomskyenne générale selon laquelle le locuteur a une connaissance du langage, une représentation interne de la grammaire de sa langue, Smith, ainsi que Matthews critiquent la manière dont Chomsky conçoit cette connaissance et proposent chacun une option théorique alternative.

30 Smith remarque que, si la connaissance du langage est un état de l’esprit/cerveau, « elle n’est la connaissance de rien, et certainement pas la connaissance d’une langue interne » (Smith 2006b, p. 947. Je traduis). C’est ce qui lui fait dire que chez Chomsky, l’objet de la connaissance est absent, Smith parle à ce sujet de « l’objet manquant de la connaissance », et c’est son point de désaccord avec Chomsky.

31 La notion de représentation employée par Chomsky nécessite bien sûr elle aussi d’être explicitée et discutée. Ce sera l’objet de la deuxième section du chapitre 4.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search